• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Turquie : vote des pleins pouvoirs à Erdogan en cours

Turquie : vote des pleins pouvoirs à Erdogan en cours

Le projet de loi pour consolider le pouvoir d'Erdoğan est passé en première lecture. Les députés turcs ont exprimé un vote favorable pour des modifications radicales de la constitution qui aboliraient les fonctions de premier ministre, attribueraient le pouvoir exécutif au Président et mettraient fin à l'indépendance judiciaire

Le projet de loi controversé a franchi un premier obstacle déterminant pour la suite : le parlement turc a approuvé les 18 articles des deux dernières sections de la nouvelle constitution après une semaine de débats marathon qui avait débuté le 9 janvier.

Le Parti de la Justice et du Développement (AKP) actuellement au pouvoir a réussi à drainer les 330 voix nécessaires - une majorité des trois cinquièmes - pour approuver le projet de changement constitutionnel et le soumettre à un référendum pour être adopté.

Les débats ont été passionnés et parfois violents, agrémentés de coups de poing et de blessures corporelles de certains députés. Un parlementaire affirme même avoir été mordu à la jambe.

Il faut dire que les changements proposés sont ne font pas dans la dentelle, ni dans le détail : la nouvelle constitution permettra au président de nommer et de révoquer les ministres, et le poste de premier ministre sera supprimé et « remplacé » par un vice-président, ou peut-être plusieurs, dont le rôle sera très différent.

Les élections législatives et présidentielles se tiendront simultanément, à une date fixée au 3 novembre 2019.

Le principal parti d'opposition du Parti républicain (PCH), troisième parti le plus important est opposé à ces changements, et le Parti démocratique populaire pro-kurde (HDP), boycotte le vote. Une dizaine de députés du HDP, dont les deux dirigeants, sont derrière les barreaux accusés de soutenir les militants kurdes et ne peuvent pas participer.

L'AKP (parti d’Erdogan), qui compte 317 sièges à la chambre sur 550 députés, ne dispose pas des trois cinquièmes nécessaires à la majorité qualifiée requise, mais il a obtenu le soutien de la plupart des députés du quatrième parti, le parti du mouvement nationaliste (MHP).

Le chef du MHP, Devlet Bahçeli, qui a pris les rênes du parti en 1997, est apparu comme l'allié principal de l'AKP dans le changement constitutionnel.

Les opposants accusent Erdoğan de vouloir mettre en place un régime après le coup d'Etat du 15 juillet : "C'est un changement de régime. Ils ne devraient pas essayer de mentir aux gens. Cette structure exposera la Turquie à des problèmes beaucoup plus profonds." a déclaré M. Kemal Kılıçdaroğlu, chef du CHP.

L’argumentation du pouvoir en place justifie la nécessité de ces changements par une recherche d’efficacité et l’adoption d’un modèl comparable auxsystèmes présidentiels qui existent aux États-Unis ou en France : « Les changements constitutionnels vont stimuler notre pays. Si Dieu le veut, personne ne s'opposera à la construction et à la montée de la Turquie ", a déclaré Erdoğan samedi.

La Constitution actuelle, adoptée en 1982 à la suite du coup d'Etat militaire de 1980, garantit l'indépendance des tribunaux, mais les changements approuvés permettront au président d'intervenir directement dans le système judiciaire accusé par Erdoğan d'être influencé par les partisans de son ex ami devenu son ennemi, le prédicateur islamique basé en Pennsylvanie Fethullah Gülen qui a été accusé par le gouvernement du putsch du 15 juillet.

Le Premier ministre turc, Binali Yıldırım, a déclaré que la nouvelle constitution signifierait que la Turquie ne connaitrait plus jamais de coup d’état militaire : "Avec la réforme constitutionnelle, les juntes ne seront plus encouragées à prendre le pouvoir", a-t-il déclaré.

Premier ministre depuis 2003 avant de devenir président en 2014, Erdoğan a transformé la Turquie par la mise en œuvre de projets d'infrastructure ambitieux et une résurgence industrielle, mais les opposants l'accusent de favoriser une islamisation rampante et de créer des clivages dangereux dans la structure composite de la société turque.

Le rapprochement récent de la Turquie et de la Russie, ainsi que les dernières déclarations de Donald Trump sur "l'obsolescence de l'OTAN" risquent de donner à ce "renouveau" des dimensions surprenantes !


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • rogal 17 janvier 15:35

    Un lien vers une source ?


    • rogal 17 janvier 19:11

      @Jeussey de Sourcesûre
      Merci


    • La mouche du coche La mouche du coche 17 janvier 20:59

      Tout ceci est une très bonne nouvelle pour la Turquie. Son président veut éviter de se prendre un coup d’Etat américain comme il vient de le vivre. Nous devrions nous en inspirer en France. smiley


    • Parrhesia Parrhesia 17 janvier 17:05

      Et maintenant, les inconditionnels de l’entrée de la Turquie démocratique dans la « demokratische Europa » ont l’air malin...


      • OMAR 17 janvier 17:23

        Omar9

        @Parrhesia

        Ah, parce que vous avez cru qu’il y avait ou qu’il y a une réelle volonté des gouvernements européens d’admettre un jour la Turquie au sein de l’U.E  ?

        Le jour où la Turquie fera partie de l’U.E., sera la jour où il sera procédé à la dissolution de cette U.E.


      • zak5 zak5 17 janvier 17:38

        Avec l’agape de erdogan, il y avait un mythe qui faisait croire aux occidentaux que l’islamisme pouvait se conjuguer avec démocratie, ce mythe est définitivement enterré (grâce a erdogan, il aura au moins ce mérite)


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 17 janvier 17:52

          @zak5


          L’« islamisme » est un fourre-tout pratique pour ne pas réfléchir.
          Par contre, la « société des frères musulmans » à laquelle appartient Erdogan est une réalité prégnante.
          Interdite aujourd’hui en Egypte après que Mohamed Morsi (une de ses membre éminents) ait été chassé par l’armée, cette force occulte a en effet tenté de se présenter sous un jour plus souriant que celui qu’elle révèle de plus en plus clairement : une organisation ayant comme objectif de servir les intérêts privés de ses membres par la confiscation des institutions d’états.


        • OMAR 18 janvier 10:06

          Omar9

          @zak5

          L’UE existe depuis 1993.
          T. Erdogan n’a fait son entrée politique qu’en 2003 en tant que 1er ministre.
          Alors, durant ces 10 années, il fallait trouver n’importe quel prétexte pour barrer la route à l’entrée de la Turquie.
          Et depuis 2003 l’UE s’est ingéniée à placer n’importe quel type d’obstacles pour pérenniser ce refus d’admission.
          La raison ? la Turquie est majoritairement musulmane.
          D’autres pays, comme l’Albanie et la Bosnie subissent le même sort, alors qu’ils sont au cœur de l’Europe.
          Allez, faites un effort, assumer votre haine du musulman....


        • zak5 zak5 18 janvier 20:14

          @OMAR

          Allez, faites un effort, assumer votre haine du musulman....

          Les chrétiens, et avant les juifs , sont chassés de leur pays a majorité musulmane alors qu’en occident sont accueillis des milliers de musulmans

          C’est aux musulmans d’assumer leurs carences abyssales, peut etre que les autres les haïront moins , si au moins ils avaient l’intelligence de ne pas se sentir visés a chaque fois que l’on parle d’islamisme


        • Pseudonyme Pseudonyme 17 janvier 17:50

          La Turquie est menacée de dislocation.

          La Russie n’y a aucun intérêt, les US si.

          Erdogan de toute façon aura fort à faire pleins pouvoirs ou non.

          C’est lui ou les généraux * La peste ou le choléra.....

          Toutes autres considérations (islamisme/ Turquie dans l’Europe.... ) : bla bla bla !


          • baldis30 17 janvier 21:03

            @Pseudonyme
            bonsoir,

            « La Russie n’y a aucun intérêt, les US si. »

            Objectivement ceux qui ont le plus d’intérêt ce sont les kurdes ... et la Russie ne serait peut-être pas mécontente d’accroître le glacis qui jadis était constitué par l’Europe de l’Est. De même pour les arméniens qui ont de la mémoire et sont soutenus, plus ou moins ouvertement par les Russes.

            Agrandir l’Arménie ne gênerait pas la Russie !

            Je ne suis pas non plus d’accord : les USA ont tout à y perdre en raison des kurdes et des arméniens . Supposons qu’une des deux nations se constitue qui partirait grosjean comme devant ?

            Et en plus l’armée turque essaye de maintenir la laïcité .... Entre les éléments périphériques ( Kurdes et Arméniens) et l’élément interne ( armée) la dislocation n’est pas encore dans les actes mais certains esprits y pensent si fortement qu’on commence à l’entendre ....


          • covadonga*722 covadonga*722 17 janvier 19:01

             yep , rigolo l’occident :il scande démocratie démocratie !!!

             et quand cette démocratie vote les pleins pouvoir a Erdogan , l’occident s’émeut a bas non alors pas lui 
            quand le palestinien de gaza vote hamas l’occident dis oui mais heu ..pas ceux la .
            Erdogan a été élu démocratiquement , le hamas est élu démocratiquement , en 1933 démocratiquement
            monsieur adolphe H....a été élu .

            ya pas la démocratie occidentale avec le suffrage universel c’est le top marwaaaaff !


            • rogal 17 janvier 19:14

              @covadonga*722
              Ce n’est pas « la démocratie » qui vote, c’est le Parlement turc.


            • covadonga*722 covadonga*722 17 janvier 20:07

              @rogal
              bonsoir sont pas élus les parlementaires turcs ?


            • zygzornifle zygzornifle 18 janvier 11:00

              Vite vite il faut faire rentrer la Turquie dans l’UE comme cela il prendra la place de Merkel .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès