Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine : Gouverner c’est Prévoir

Ukraine : Gouverner c’est Prévoir

Faute de prévoir, faute de réalisme, faute de tenir compte de la géo-politique de l'Ukraine, faute d'exploiter les opportunités, le Gouvernement provisoire de Kiev issu du renversement de Viktor Ianoukovitch le 22 février 2014, se retrouve aujourd'hui en train de courir derrière des événements, comme derrière un train qui part et qu'on espère peu rattraper.

La science administrative nous apprend que dans le processus décisionnel, lorsque la décision initiale n'a pas été suffisamment murie, les décideurs tombent dans le piège des demi-décisions susceptibles de créer un mal plus grand que celui que l'on voulait éviter.

La crise ukrainenne a tellement vite escaladé vers la sécession, que deux mois et demi après la prise du pouvoir à Kiev par les revolutionnaires pro-occidentaux, des voix commencent à reconnaître que c'était une erreur d'avoir demandé au Gouvernement de Kiev de choisir entre l'Union Européenne et la Russie.

La posItion géographique et stratégique de l'Ukraine entre l'Europe de l'Ouest et la Russie, le clivage de la population ukrainienne (Ukrainiens pro-occidentaux et pro-russes) ainsi que son reflet dans l'armée et la police ukrainiennes ne favorisaient pas une position extrémiste.

La lutte pour l'intégrité nationale n'a de chance de réussir que lorsqu'elle est soutenue, d'une part, par des populations assiégées par les séparatistes et, d'autre part , par l'armée loyaliste. Ce qui n'est pas le cas en Ukraine où les populations majoritaires pro-russes de l'Est ne crient pas au secours du Gouvernement central et l'armée ukrainienne, renfermant les germes de division pro-Kiev - pro-russe, n'est pas efficace pour mener les opérations à la satisfaction de toutes les parties antagonistes.

De là, il faut vite comprendre que l'usage des armes par le Gouvernement central pour conquérir l'intégrité nationale n'est plus adéquate. De même les sanctions contre la Russie, vers qui se penchent les sécessionnistes de l'Est de l'Ukraine, ne peuvent résoudre la crise ukrainienne. Au contraire, ces sanctions frapperont aussi bien la Russie, l'Ukraine et l'Europe occidentale.

Au stade actuel du péril dans la demeure ukrainienne où la Crimée, les régions de Donetsk et de Louhansk volent en sécession et d'autres régions de l'Est sont en tumulte pour la sécession, il reste à exploiter des opportunités que la Russie a offertes depuis le début de la crise, à savoir, le dialogue entre Ukrainiens et la fédération de l'Ukraine. Sans ces préalables, les élections présidentielles précipitées ne feront qu'accentuer la crise et exposer l'Ukraine à la désagrégation ou au chaos.

Loin de se laisser obnubiler par la convoitise occidentale, les dirigeants provisoires à Kiev ont la lourde et historique responsabilité de prendre le courage politique en renonçant à certaines de leurs ambitions extrémistes, en acceptant même l'humiliation au profit de l'intérêt général et supérieur de l'Ukraine.

Qui sait si l'avenir donnera raison à certaines de leurs options ? En effet, l'histoire politique renseigne que la population est constamment insatisfaite et sa volonté constamment vacillante. Pour justifier leur confiscation du pouvoir politique, les despotes éclairés disaient que la population est cette partie de l'Etat qui ne sait pas ce qu'elle veut au juste.

Pour l'instant, la sagesse biblique déclare : " vaut mieux un voisin proche qu'un frère lointain". A plus forte raison, vaut mieux un frère proche qu'un ami lointain qui est delà du Pacifique et qui a peu d'inquétude sur ses guerres qu'il a exportées au loin de ses frontières.

L'Ukraine, vu sa position et vu le clivage de sa population, a plus intérêt à privilégier les relations de bon voisinage et à adopter une démarche équilibrée.

Le sort de l'Ukraine est entre les mains des décideurs de Kiev qui, à ce stade, n'ont plus droit à l'erreur. Ils doivent devancer les événements au lieu de les subir et cela, afin d'éviter le risque d'embraser et leur pays, et l'Europe occidentale et orientale, et monde. S'ils négligent les affres qu'inspirent les guerres européennes et mondiales, ils endosseront les conséquences d'oublier l'histoire.

Du reste, l'évolution de la situation en Ukraine servira de leçon à beaucoup de pays aux sursauts sécessionnistes où, pour y prévenir, les gouvernements doivent éviter des velléités centralisatrices au détriment des provinces laitières.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 20 mai 2014 16:04

    Le gouvernement nazi provisoire en Ukraine ne durera pas...Qui veut encore des nazis en Europe..Ces criminels imposés par les USA/UE ne restera pas longtemps au pouvoir et c’est tant mieux...Poutine est (heureusement) là pour les en chasser... !


    • leypanou 20 mai 2014 16:39

      Un petit conseil à l’auteur : parlez plutôt de la RDC ou d’autre chose car l’article fait vraiment pitié. Car à part des platitudes comme : « Ils doivent devancer les événements au lieu de les subir » ou encore « la sagesse biblique déclare : » vaut mieux un voisin proche qu’un frère lointain« . », l’article n’apporte pas grand-chose (si, quelques contre-vérités comme « en acceptant même l’humiliation au profit de l’intérêt général et supérieur de l’Ukraine »).


      • BARUANI MAYOMBO André BARUANI MAYOMBO André 21 mai 2014 08:09

        Merci estimé leypanou. Je prends bonne note de votre conseil. En tant que citoyen du MONDE , libre observateur et libre penseur , sans aucun penchant idéologique ni raciste , j’ai cru joindre ma modeste réflexion à celles des défenseurs de l’unité , de la paix , de règlement pacifique des conflits , de la modération et de la réconciliation entre les peuples  - qui sont des valeurs universelles de l’humanité civilisée. Mais hélas. Fondamentalement mu par lesdites valeurs , je demande l’indulgence de tous ceux qui se sentiront choqués par le fond ou la forme de certaines parties de cet article.


      • diogène diogène 20 mai 2014 17:27

        « Faute de prévoir, le Gouvernement provisoire de Kiev se retrouve aujourd’hui en train de courir derrière des événements, comme derrière un train qui part et qu’on espère peu rattraper. »


        Ça me fait penser à Pépère, vous savez, Flamby !
        Personne le lui avait expliqué la situation !
        Sauf que lui, c’est pas provisoire, ça durera cinq ans en tout (et pour tout).


        • coinfinger 21 mai 2014 09:28

          Trés juste cet article , sauf que comme pour les dirigeants Ukhrainiens , cette sagesse arrive trop tard à mon avis . C’est déjà plié . Le peu qu’ils leur reste possible , et de rester au pouvoir dans la future réserve que sera leur Etat .
          La leçon qui pourrait étre tirée de tout çà serait qu’enfin les conformistes du monde entier, prennent conscience ou tout au moins aient désormais un doute quand aux initiatives US . çà éviterai des souffrances inutiles .
          Et soient un peu plus circonspect sur l’emballage médiatique à deux balles qui les accompagnent .
          Faute de quoi leur carriérisme risque fort d’etre compromis .


          • eric 21 mai 2014 10:32

            Dans l’ensmble plutot d’accord. Un espoir, la culture politique locale, faite, tout camps confondu d’absence de transparence et de democratie et de negociations occultes et complots entre riches et puissants. De la période stalinienne, les soviétiques ont retenu que le jusqu’au boutisme était dangereux, et que quand on écrase un adversaire, il vaut mieux lui laisser une porte de sortie. Déjà, un oligarque repute pro russe apelle ses ouvriers a faire greve contre le separatisme...A moins que les gens de Kiev ne soient trop jeunes pour avoir conserve cette expérience, on peut encore espérer un partage des dépouilles de l’Ukraine a peut prêt pacifique et respectant plus ou moins les formes.
            Décidément, la sortie du socialisme est une œuvre de longue haleine...


            • Lucide bdpif@laposte.net 21 mai 2014 10:52

              « Du reste, l’évolution de la situation en Ukraine servira de leçon à beaucoup de pays aux sursauts sécessionnistes »


              Oui, on a bien saisi qu’aprés l’Ukraine, ce sera le tour aux autres pays, avec toujours l’excuse du grand complot de la CIA. Le gentil poutine, contre les salafistes en Syrie, contre les Nazis en Ukraine. On attends juste le prochain grand méchant.

              A quand l’invasion de la Pologne par Poutine pour la protéger d’un grand complot de la CIA + des reptiliens (il faut innover) ?

              • millesime 21 mai 2014 14:50

                Les US ont « investi » (dixit NULAND) de l’ordre de 5 milliards de dollars en Ukraine, et quand on parle des US de qui parle-t-on au fait ?
                De l’ Etat profond US derrière lequel ce cachent des gens ayant une volonté hégémonique, et ces gens là ne reculeront devant rien pour arriver à leur fin. (Obama n’est qu’une marionnette)
                http://millesime57.canalblog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès