Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine : Histoire d’une guerre (1)

Ukraine : Histoire d’une guerre (1)

LES ACTEURS - 4 Juillet 2014

Les acteurs immédiats sont les Ukrainiens : les forces légales du pays d’un côté et les rebelles indépendantistes de l’autre. Il faut préciser que la désignation de légal ou rebelle est fragile dans le sens où, il y a quelques mois, les actuelles forces légales étaient des émeutiers hors la loi. Ce n’est pas exclusivement une guerre civile, d’abord parce que ce passage du statut d’émeutier à celui de force légale a été opéré par la communauté internationale et celle-ci porte donc une responsabilité de fait dans l’existence du conflit ainsi que dans la recherche de la paix. Ensuite, tout indique que le conflit n’est pas local : militairement, les risques d’extension du conflit sont patents puisque la Russie et l’OTAN sont face à face ; économiquement, ce conflit a été internationalisé dès les premiers jours avec des sanctions à l’encontre de la Russie, notamment son exclusion du G8 (mars). Enfin, il y a dans cet affrontement des conséquences économiques et politiques majeures pour l’avenir de l’Ukraine et de l’Europe.

Pour ces raisons, et quelques autres, les acteurs principaux de premier plan sont également la Russie, les Etats-Unis, l’Union Européenne, l’Allemagne, la France, l’OSCE et l’ONU. Sans oublier l’OTAN. Et au second plan, on trouve la Pologne, l’Italie… et la Chine. Le Royaume Uni semble rester prudemment en retrait.

Remarque : effet ou cause de la mondialisation, il n’y a plus de guerre aujourd’hui où les seuls acteurs d’une bataille seraient ceux qui se battent sur le terrain. Par exemple, il y a ceux qui leur fournissent les moyens de se battre mais sans se battre eux-mêmes, ceux qui les encouragent publiquement ou secrètement à se battre, ceux pour qui les combattants se battent (sans toujours le savoir), ceux qui ont manigancé pour les amener à se battre, etc. Ces groupes de combattants peuvent être des nations, des alliances de nations ou des groupes d’individus ne constituant pas une entité officiellement reconnue.

 

Deux exemples : De 1950 à 1953, la Corée du Nord et la Corée du Sud s’affrontent. Le Nord est soutenu et armé par l’URSS puis la Chine, pendant que le Sud est militarisé par les troupes d’une alliance autorisée par l'ONU et emmenée par les USA. Dans cet exemple, URSS et Chine se sont ouvertement battus contre les USA et leurs alliés dans une guerre volontairement circonscrite sur un territoire étranger. Bilan estimé : 3,5 millions de morts dont deux tiers de civils, 3 millions de réfugiés et un pays ravagé par les bombardements pour un statu quo 60 ans plus tard (situation actuellement pacifique mais tendue).

En 1979, l’URSS envahit l’Afghanistan. Elle rencontre une telle résistance qu’elle se retirera sans gloire en 1986 de cette guerre ingagnable. Les résistants à l’envahisseur sont des combattants islamistes. On apprendra plus tard qu’ils étaient armés et soutenus par les USA et l’Arabie Saoudite. On dira même que l’un de leurs principaux chefs, Oussama Ben Laden, était un agent de la CIA ; c’est une façon abusive de signifier qu’il recevait des USA l’aide nécessaire pour mener son propre combat. Du côté afghan, les morts seront estimés à 1,2 million (dont 80% de civils) et 4 millions de réfugiés pour une population totale de 15 millions. 30 ans plus tard, le pays est toujours en guerre. Dans cet exemple, les USA ont affronté l’URSS par le biais secret des moudjahidines Saoudiens et Pakistanais car ils s’étaient trouvés un intérêt commun.

 

La question-clé est bien de savoir précisément qui fait quoi dans et autour de la guerre. On ne peut évidemment pas compter sur les acteurs pour nous le dire, d’autant qu’eux-mêmes ne savent pas non plus forcément quels sont le rôle, les objectifs et les projets des autres acteurs. Il faut donc les écouter et les observer attentivement pour les débusquer, en se méfiant des idées simples ou des a priori hasardeux, et en gardant en mémoire un principe valable en tous temps et en tous lieux : « chercher à qui profite le crime ».

Le seul objectif de cette démarche est de comprendre la situation pour tenter de mettre fin au malheur et à la mort qui s’abattent aujourd’hui sur les populations civiles du Donbass, qui ne savent pas elles-mêmes pourquoi on les attaque, et d’éviter qu’elles soient le prélude à un drame plus étendu. La tâche est d’autant plus difficile que les enjeux ne nous sont pas non plus connus avec précision. Pour en citer quelques-uns : la fourniture d’énergie (le gaz russe), l’éloignement de la Russie de l’UE, la position géostratégique de l’Ukraine, le retour d’une opposition est/ouest sous l’angle de la civilisation (comme par exemple les valeurs morales ou la conception de la pratique du pouvoir). Sans oublier l’OTAN. De plus, il existe peut-être des enjeux secrets mais fondamentaux comme la suprématie du dollar US.

Les évènements de Kiev qui ont renversé le pouvoir ont eu pour objet de sortir l’Ukraine de l’influence russe pour la diriger vers l’Europe (on peut d’ailleurs se demander pourquoi il semble si important « pour l’ouest » d’arracher l’Ukraine de la sphère d’influence de la Russie). Les accords UE/Ukraine signés le 27 juin n’ont pas réglé cette question car s’il ne s’agit que d’emmener les restes d’un pays dont seraient sortis l’est et le sud, outre que les accords pourraient devenir caducs, ce ne serait pas une victoire pour l’UE et les USA sur la Russie. Garder l’est après avoir perdu la Crimée est donc aussi un enjeu de taille pour la position des acteurs sur la scène internationale. Au final, l’enjeu de la crise ukrainienne est peut-être un nouvel ordre mondial. Mais unipolaire, bipolaire ou multipolaire, la question est toujours de savoir quels en sont les pôles.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • filo... 10 juillet 2014 10:42

    @l’auteur

    Vous voulez analyser les événements en Ukraine d’accord. Mais commencez par le commencement et surtout n’ajoutez pas à la confusion en mélangeant les guerres de Corée, Afghanistan etc.Objectivement le seul lien qu’il existerais c’est impérialisme américain et c’est tout.

    Ou bien vous êtes de côté des occidentaux ou chargé par eux de brouiller encore plus les pistes.

    Votre article fait un résumé des évènements ce qui et en somme du prêt à penser, de pensée standardisée. Donc une forme de manipulation.

    Vous le publiez sur AV, pourquoi ?

    Un test grandeur nature ?

    Et après, le but final ?

    Si vous commencer par le début de ce qui se déroule dans ce pays alors vous devriez vous posez quelques questions élémentaires :

    1. Pourquoi les américains ont dépenser 4 milliards de Dollars (chiffre reconnu) au minimum pour foutre la m... dans ce pays ?
    2. Pourquoi UE suit aveuglement les USA dans cette aventure ?
    3. UE est capable d’aller jusqu’à faire la guerre à la Russie ; pourquoi ?
    4. Pourquoi USA et UE ont besoins et veulent créer un nouveau rideau de fer ?

    Appariement c’est que de la première partie de votre analyse. Les autres seront elles dans le même genre ?

    Votre article c’est du faire semblant, enfumage ; comme soulever de la poussière autour et pour finir la mettre sous le tapis.

    Du déjà vu, trop souvent !


    • Michel Segal 10 juillet 2014 13:00

      @ filo

      Ca parait difficile de répondre en un seul texte à autant de questions soulevées dans votre commentaire. Ces questions nous nous les posons tous mais on ne peut quand-même pas rédiger un article d’une ligne et demie en disant « C’est les USA qui ont tout manigané, c’est évident ! ». Franchement, je n’en sais rien, et vous ? 

      • filo... 10 juillet 2014 14:24

        @Michel Segal

        Monsieur,

        Je me suis permis de poster mon commentaire car ce sujet je connais très bien et me touche de près et de loin. Je trouve que vous commencez votre article très loin en avant en occultant (volontairement ou pas) le principal, d’où mes questions dans le commentaire.

        Sujet est très grave et les risques d’une déflagration sont de plus en plus réelles. Dans ce cas si on intervient c’est pour agir et non pour réagir uniquement comme vous. 

        Avez vous compris qu’Internet est une arme redoutable, notamment pour combattre des manigances stupides et dangereuse des USA et ses alliés occidentaux ?

        Démasquer leurs mensonges et manipulations avec le Net c’est Instantanée. Je vous donnerais un exemple : si Internet existait avant 1989 le mur de Berlin ne serait pas tombé et donc nous aurions pas eu toutes ses malheurs et destructions (p.ex. de la Yougoslavie etc.)

        Les américains ont compris ça mais c’est trop tard. Les pompiers pyromanes sont aux abois. Alors c’est la fuite éperdu en avant.

        Stupide est dangereux !

        Donc avec votre article, vous avez une arme entre vos mains, à double tranchant (au moins double).

        Je dis entre vos mains car AV publie vos articles donc vous êtes accepté ou toléré (c’es selon) par « les bienpensants » les tout puissants « modérateurs »

        P.ex. ce n’est pas mon cas, mon article « 1989 l’année où l’Occident a tout raté » était refusé à 3 reprises par ces même modérateurs. Mais bref, mon propos n’est pas là.

        Pour vous ça devrait pas être très compliqué de comprendre le fonctionnement de la propagande US et de ses alliés.

        Les américains ont des cerveaux formatés, binaires. Donc pour qu’ils puissent comprendre tout doit être du faste food. 

        Alors ils ont une panoplie des clichés préfabriqués et plutôt simples ; Cowboy c’est gentil et amérindien c’est méchant et voleur. Encore un autre USA = démocratie, URSS (avant) et Russie maintenant = des hitlériens, dictateurs etc., etc.

        Donc il vous suffit de décortiquer afin de comprendre et expliquer un évènement géopolitique.

        Il y a toujours un pourquoi et comment...

        Vos articles gagnerons en qualité et vos lecteurs seront ravis car ils apprendrons toujours quelque chose.

        Voilà ce que je pense, je le dis et j’espère que vous avez compris que mon but n’est pas de critiquer et démolir vos articles.


        • diogène diogène 10 juillet 2014 19:31

          « Au final, l’enjeu de la crise ukrainienne est peut-être un nouvel ordre mondial. Mais unipolaire, bipolaire ou multipolaire, la question est toujours de savoir quels en sont les pôles. »


          L’Ukraine qui est un pays qui doit s’ouvrir aux investisseurs du monde entier qui n’attendent que cela pour se jeter sur les richesses du pays. mais cet affrontement va au-delà de ce que les médias montrent puisqu’en fait il s’agit d’un affrontement de pouvoir entre les juifs modernistes de Rothschild et les juifs traditionalistes au côté de Poutine.


          • wesson wesson 11 juillet 2014 04:16

            bonjour Diogène,


            « L’Ukraine qui est un pays qui doit s’ouvrir aux investisseurs du monde entier qui n’attendent que cela pour se jeter sur les richesses du pays.  »

            Boa faut arrêter avec ça. Les richesses du pays en gros il n’y en as pas vraiment. L’agricole on est déjà en surplus partout et ils ont 20 ans de retard niveau techno. Les mines du Donbass, en 2013 le gouvernement les refilait gratos pour un peu que le repreneur s’engageait à gérer les mineurs, et le gaz de schiste c’est de la foutaise, y compris aux USA d’ailleurs. Il y avait la Crimée avec un accès à des gisements gaziers potentiels, et une position géostratégique unique. Mais maintenant « Crimea is gone », et pour ce qui ne l’auraient pas compris, c’est pour un bon moment. 

            Le seul intérêt actuel de l’Ukraine, et la raison en fait de toute la bagarre, c’est la position clé pour le transfert non seulement du gaz mais aussi du pétrole vers l’Europe. Et d’ailleurs la 1ère mesure économique du gouvernement de Kiev a été d’ouvrir son système de pipeline à la privatisation, clairement au profit des Américains d’ailleurs. C’est le seul atout de l’Ukraine, le seul argument qui leur vaut encore le soutient tant de l’Europe que celui des USA. 

            Mais dès lors que le South Stream sera en route pour permettre le bypass de l’Ukraine (prévu vers fin 2015), ça en sera fini totalement de cette position privilégiée. Et vous verrez à quelle vitesse les Américains partiront de là, et aussi ce que ça fait d’intégrer en Europe un pays failli avec 42 millions de personnes au salaire moyen égal au tiers de celui des Chinois.

            L’Ukraine ce n’était déjà pas vraiment un pays, mais là ils font tellement conneries sur conneries que je crois que la situation n’est même plus rattrapable par une fédéralisation, rendant inéluctable une scission à la dure. 



          • diogène diogène 11 juillet 2014 10:46

            Merci pour cette mise au point que je partage.

            Pour ce qui est de faire « connerie sur connerie », il faut avouer que les Ukrainiens sont bien aidés de tous les côtés, et ils n’ont pas lemonopole de la connerie.

          • Martha 11 juillet 2014 11:28

            @ diogène,

             TB votre lien. Imaginatif, spirituel et de la bonne humeur, malgré le pire annoncé.
             Avez-vous prévu un tonneau étanche avec des vivres, dans une grotte bien profonde coupée de tout par deux ou trois siphons pas trop difficiles à franchir, + des LEDs + un pédalier et des batteries ?
             Un Diogène moderne se doit d’avoir l’esprit curieux, ce qui le mène à trouver une méthode efficace pour être sûr de connaître la suite de tout cela...


          • diogène diogène 11 juillet 2014 13:08

            @ Martha


            merci pour votre sollicitude
            pas besoin d’autant de précautions :
            avec une caisse de Château-Margaux, ça devrait être suffisant pour faciliter le passage...

          • Ruut Ruut 11 juillet 2014 08:18

            Une boucherie d’innocents est en préparation, le monde entier est au courant, mais personne ne bouge pour des raisons obscures.
            Triste époque surtout que mon pays (La France) est du coté des bouchers (via l’UE).
            l’Ukraine est en train d’appliquer la recette Française (génocide vendéen) pour assurer une légitimité par la terreur.


            • Michel Segal 11 juillet 2014 16:43

              @ wesson

              Je suis d’accord avec vous sur plusieurs choses, mais j’aimerais savoir pourquoi vous dites que le schiste c’est de la foutaise en Ukraine et aux US ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès