Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine : provocation à la guerre mondiale ?

Ukraine : provocation à la guerre mondiale ?

La guerre ouverte, européenne voire mondiale, est-elle désormais à l’ordre du jour ? Tous en parlent et tous en agitent le spectre sinistre. Gesticulations verbales sans doute, reste que chacun sait que les mots peuvent entraîner plus loin que voulu. Les mots sont des pièges que l’on se tend parfois à soi-même bien au-delà des intentions. Autant dire que l’escalade verbale n’est jamais ni bonne ni gratuite. Une étincelle peut alors suffire pour faire passer l’un ou l’autre de la parole à l’acte. Et les provocateurs ne manquent pas. Les forces spéciales ukrainiennes envoyées encercler le 24 avril le bastion pro-russe de Slaviansk à l’est de l’Ukraine – cause de cinq morts chez les dissidents russophiles 1 - dans le cadre d’une offensive « anti-terroristes », peut très bien se comprendre comme une action visant à tester leur adversaire moscovite. Évaluer le degré de motivation ou de résilience, ou encore le sang froid des décideurs russes, leur aptitude à ne pas réagir à mauvais escient, c’est-à-dire à ne pas tomber dans le piège qui leur est peut-être tendu. Parce qu’à Kiev il est assuré que certains n’hésiteraient pas à précipiter un conflit Est/Ouest – qu’ils imaginent, à tort ou à raison, comme forcément limité – leur permettant de réduire au silence voire d’éliminer politiquement parlant, les minorités russophones du Donbass.

Provocation à la guerre générale

C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter les propos tenus lors d’un conseil des ministres retransmis en direct sur les écrans ex cathodiques vendredi 25 avril, par le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, lequel accusait sans vergogne la Russie de vouloir provoquer un conflit général. Affrontement pouvant s’étendre au reste de l’Europe si la Fédération persistait à occuper « militairement et politiquement l’Ukraine  ». Allant plus loin, il précisait : « Les velléités de conflit militaire en Ukraine mèneront à un conflit militaire en Europe... Le monde n’a pas encore oublié la Deuxième Guerre mondiale que déjà la Russie veut déclencher la Troisième ».

Le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, faisait savoir quant à lui que l’opération de sécurité lancée contre les séparatistes pro-russes des régions orientales se poursuivait, Kiev disposant selon ses dires « des ressources militaires suffisantes pour agir 24 heures sur 24  » ! Ce qui signifie que Kiev n’a pas respecté et ne respecte pas les termes de l’accord passé à Genève le 17 avril précédent, agrément suivant lequel les unités spéciales ukrainiennes devaient se retirer des provinces russophones en effervescence… « Il n’y a eu aucune suspension de l’opération antiterroriste en lien avec la menace d’une invasion des forces armées russes... L’opération se poursuit. Les terroristes devraient se tenir en permanence sur leurs gardes. Les civils n’ont rien à craindre » Avakov dixit. Resterait finalement à savoir qui sont et où sont véritablement les terroristes ? Le maire de Kharkiv - second centre urbain ukrainien après Kiev - n’a-t-il pas été grièvement blessé par balles ce 28 avril par des « inconnus » ? L’échevin Guennadi Kernes est un homme controversé, secrètement haï parce qu’en dépit de son récent ralliement à Kiev il était connu pour son indéfectible soutien au président déchu Ianoukovitch [LeMonde.fr28avr14].

Bref, une montée de tension telle que la Fédération de Russie a évoqué l’éventualité d’une intervention militaire pour défendre les intérêts de la population d’origine russe, et à ce titre a engagé des manœuvres le long de la frontière ukrainienne… survolée ou franchie à plusieurs reprises par ses aéronefs de combat [latribune.fr25avr14].

Logique asymétrique des occidentalistes

Armé d’une certaine mauvaise foi et fort d’une logique toute « asymétrique », le Secrétaire d’État américain ne s’est pas privé, par le truchement d’un communiqué, d’accuser Moscou de consentir « des efforts démesurés pour saboter activement le processus démocratique par le biais d’une campagne d’intimidation grossière  ». Cela en ne prenant pas « la moindre initiative »… en vue d’appliquer concrètement le compromis de Genève, exprimant « son inquiétude relative aux mouvements de troupes russes provocateurs à la frontière ukrainienne, au soutien de la Russie aux séparatistes et à sa rhétorique incendiaire, lesquels sapent la stabilité, la sécurité et l’unité de l’Ukraine » [huffingtonpost26avr14].

En conséquence de quoi Washington vient de renforcer ses sanctions à l’encontre de Moscou. Des mesures vexatoires spécifiquement dirigées contre vingt-et-une personnes physiques et morales supplémentaire (par rapport à la première liste adoptée)… sept personnalités russes et dix-sept entreprises. Bruxelles se contentant de sanctionner seulement quinze proches du Kremlin. Mais comme la Russie n’est pas l’Iran ces mesures de rétorsion ne sont pas de « niveau 3 », les dommages économiques collatéraux qui s’en suivraient étant jugés trop importants, la Cité [City] s’y est fermement opposée. Ce pourquoi, contrairement à ce qui était prévisible ou attendu, le secteur énergétique – le gazier Gazprom et le pétrolier Rosneft - n’a pas été encore visé.

À Kiev, le gouvernement transitoire cherche pour sa part à organiser coûte que coûte des élections présidentielles le 25 mai afin de doter le pays d’une représentation légitimée par le suffrage universel, ceci afin de remplacer le président évincé, Viktor Ianoukovitch, réfugié en Russie et, le cas échéant se réfugier aussitôt dans le giron de l’Otan, accroissant du même coup le risque d’une confrontation armée. Subsiste un seul hic, et de taille, car selon un sondage - récent - les autorités de transition ne sont pas reconnues par quelque 70% des habitants de la région de Donetsk.

Simulation de guerre nucléaire

Sans y voir très précisément une quelconque relation de cause à effet, il est cependant utile de noter qu’à l’occasion de la Sommet sur la Sécurité nucléaire du 25 mars dernier à La Haye, les participants au nombre de 53 ont participé à un exercice de simulation d’une attaque à la bombe radiologique [lemonde.fr26mars14]. « La Voix de la Russie » précise que quelques dirigeants occidentaux, M. le président américain Obama, le Premier ministre anglais Cameron, la chancelière allemande Merkel ainsi que le président chinois Xi Jinping, mais non la Russie, auraient aussi participé à un « jeu de simulation informatique » d’une frappe nucléaire terroriste contre une grande ville européenne [ruvr.ru25mars14]. Bombe sale ou frappe kilotonnique, les hasards du calendrier international n’en sont peut-être pas… pas tout à fait certainement puisque l’Ukraine fut à la marge au cœur des débats d’une conférence dont elle n’était pas a priori l’objet !

Dans la même veine et pareillement inquiétant, mentionnons Dmitri Kisselev 2, voix officieuse du président Poutine et l’un des spécialistes des questions internationales de la chaîne publique Russie 24, qui statuait le 16 mars dernier dans un studio où s’affichait l’image en grand d’une explosion thermonucléaire, que la Fédération possédait la faculté de transformer les États-Unis « en cendres radioactives ». Un bémol prémédité intervenu au cours d’une émission consacrée aux grincements de dents américains suite au référendum ayant décidé du rattachement de la Crimée à la Russie [rtl.fr16mars14].

Complexe obsidional et conditionnement des foules

Or, sans séjourner aux É-U, par conséquent sans en être le témoin direct, il est difficile d’ignorer que de l’opinion s’y trouve savamment préparée à la guerre. Que ce formatage et/ou ce lavage des cerveaux fait partie du paysage médiatique normal et quotidien outre-Atlantique. Le terrain psychologique y est en effet labouré et sarclé de longue date afin que l’opinion soit en permanence habitée par un complexe obsidional, celui-ci largement cultivé et entretenu depuis les belles années de la Guerre froide… et plus encore depuis un certain et tragique 11 Septembre. Travail de sape et de conditionnement remis au goût du jour à présent que la Russie a retrouvé son statut d’ogre universel. Le golem islamiste ayant fait long feu, la culture de la peur venu du froid lancée d’abord moderato cantabile, va maintenant crescendo.

Certes cette peur de l’Ennemi essentiel de la Démocratie ne se comparera sans doute pas avec les sommets atteints au cours de l’année 2002, celle qui a précédée l’invasion de l’Irak, quand le spectre chromatique - du vert à l’écarlate - informait chaque heure les populations, par le truchement des grandes chaînes télévisuelles nationales, du niveau d’alerte terroriste. L’Amérique se déclarait assiégée et se préparait à la confrontation – showdown – avec le « tyran » Saddam Hussein. En fait l’opinion était soigneusement travaillée et chauffée à l’instar des publics de salles de concert. Chaque bulletin d’information était destiné à faire monter la tension, à tendre le ressort des passions aveuglantes, à faire désirer la délivrance cathartique. Celle qui interviendra finalement avec le déluge de feu du 20 mars 2003 qui s’est abattu sur Bagdad, avec ses maléfiques champignons embrasés s’élevant dans le ciel nocturne de la Mésopotamie au-dessus des eaux livides du fleuve Tigre. Au reste le danger d’un embrasement est aujourd’hui beaucoup plus grand et possiblement plus imminent que jamais depuis octobre 1962 et la crise des missiles soviétiques prépositionnés sur l’île de Cuba.

 

Notes

(1) Outre les cinq morts de Slaviansk, cette « stratégie de la tension » s’est manifestée par une explosion qui a fait 7 blessés le lendemain, le 25, également à un barrage près d’Odessa suivant un modus operandi tout à fait comparable… à savoir attaquer un groupe isolé posté à l’extérieur de la ville pour y causer assez de perte pour obtenir un effet psychologique maximal. Simultanément 13 « observateurs » de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe [OSCE], étaient retenus justement à Slaviansk en tant qu’« invités » dixit le maire autoproclamé de la ville dissidente. Autoproclamé certes, mais pas plus que les autorités aux commandes à Kiev ! Ces « observateurs », en réalité tous des militaires gradés étaient en mission d’évaluation de la situation et d’espionnage au service de Bruxelles et de l’Otan. L’un d’entre eux légèrement diabétique a d’ailleurs été libéré.

(2) Nommé en décembre dernier par le président Vladimir Poutine, Dmitri Kisselev dirige actuellement un pôle [équivalant de pool mais d’étymologie différente] regroupant l’ancienne agence de presse RIA Novosti, la chaîne de télévision Russia Today et la radio Voix de la Russie, l’Agence internationale Rossia Segodnia … « L’objectivité, c’est un mythe qu’on veut nous imposer. La politique rédactionnelle doit être liée à l’amour de la Russie » avait-il déclaré en guise de profession de foi lors de sa nomination. Fait unique dans les annales des démocraties européennes, le journaliste, victime d’une fatwa eurocratique, est interdit d’entrée dans l’Union européenne [prorussia.tv9avr14].

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

183 réactions à cet article    


  • wesson wesson 2 mai 2014 11:08

    Bonjour l’auteur, 

    effectivement comme vous l’écrivez, la junte de Kiev cherche à se donner rapidement un vernis démocratique. 

    Et c’est quand même très mal parti : Aucun candidat ne fait d’apparition publique, et tous sans exception ont le même programme, à savoir ancrage « définitif » à l’Europe (croyant que celle ci veut de l’Ukraine ce qui est très loin d’être le cas), et adhésion à l’OTAN, le tout sur fond de remise en ordre de l’Armée. Egalement, il n’y a aucun candidat qui ne soit de près ou de loin pro-Russe - le dernier ayant du jeter l’éponge. C’est au mieux à une de ces pantalonnade électorale à laquelle nous sommes habitués à laquelle nous aurons droit, avec le probable boycott d’une part énorme de la population à l’Est, et surtout éviter à tout prix qu’un référendum sur l’indépendance de ces régions ne puisse se tenir.

    Et c’est dans cette optique que l’intervention actuelle de « l’armée » Ukrainienne (en fait les milices de Pravyi Sektor) doit se comprendre.

    Et on doit aussi noter le rôle Américain pour jeter de l’huile sur le feu, notamment par le truchement du FMI. Ainsi, annoncer un accord sur un prêt de 17 milliards de $, en disant immédiatement que « si le contrôle des régions de l’Est n’était pas rétabli, le plan devrait être révisé », qui veut clairement dire « attaquez les Russophones et réduisez-les, ou on ne paie pas »

    A titre personnel, je révise mon jugement. J’ai jusqu’à présent pensé que Obama au fond ne voulait pas allumer le feu en Europe avec l’Ukraine, mais les événements semblent me donner tort : Les allées et venues des responsables Américains n’ont en aucune manière calmée la junte de Kiev, et l’envoi de troupes (certes peu), d’avions (beaucoup plus, il y en a maintenant pas loin d’une centaine de plus déployés par l’OTAN - sans bruit), et de navires de guerre (on en as 4 Français dont je me demande bien ce qu’ils foutent) indiquent clairement que les USA veulent effectivement lancer l’OTAN dans cette aventure. Tout cela a de très bonnes chances de très mal se terminer.

    • antyreac 2 mai 2014 11:29

      Il est en effet temps que l’Otan s’occupe de ce malheureux pays qui a tant souffert de sa voisine la russie impérialiste


    • César Castique César Castique 2 mai 2014 11:42

      « J’ai jusqu’à présent pensé que Obama au fond ne voulait pas allumer le feu en Europe avec l’Ukraine... »


      Pourquoi ? Parce qu’il est métis foncé ? Ce serait assez dans la ligne des « progressistes » hallucinés de notre début de (stupide) millénaire.

    • filo... 2 mai 2014 12:06

      Obama et Hollande = futures criminels de guerre !


    • Bergegoviers Bergegoviers 2 mai 2014 12:18

      Pourquoi futurs criminels de guerre ?

      La Syrie, la Centrafrique et l’Ukraine ne vous suffisent pas ?
      (Concernant Hollande, car pour l’autre c’est encore pire).

    • Furax Furax 2 mai 2014 13:05

      Sur le site d’Olivier Berruyer, les amis de BHL :
      http://www.les-crises.fr/actu-ukraine-1/


    • tf1Groupie 2 mai 2014 13:49

      Et oui tout cela est un évident complot pour provoquer une guerre nucléaire et réduire la population à 500 millions.

      C’est tellement visible.


    • Aristoto Aristoto 2 mai 2014 14:03

      ça me rapelle le ruban blanc d’Haneke ! Les germes de la haines commencent à etre propagé par les média dans l’esprit des plus petit et de la nouvelle génération ! le systeme éducatif prendra bien soin ici de suivre la ligne politique de la CIA en bourrant le crane à des gamins la toujours ancestral division du monde entre ’le monde libre’ et les autre, pas du tout libre ça va de soit !

      De meme en Russie ça doit pas etre jolie jolie ce qu’on essaye de graver comme haine de l’occident chez les petit locaux !

      En clair oui dans les décennie on voit mal, vu la situation du monde comment on échappera à un Guerre Mondiale !

      Vous verrez dans les années a venir on commencera à réfléchir au retour du service militaire pour cause de défense national avec l’ours russe qui comment à s’agiter dans la frontière !

      Le Capitalisme a ça de tordu c que pour ses crises cyclique il a trouvé comme solution d’envoyer la moitié de la force productive qui lui asservie au champs de bataille pour calmer les ardeurs insurrectionnelles de ces petites gens ! Mais la machine ’educative’ est en marche pour faire toujours detester d’avance le Français au yeux des américains, les américains aux yeux des russes, le russe aux yeux des français etc etc !

      L’union international des travailleur est peut être utopique, mais la Guerre Mondiale elle semble une évidence !

      Que dieu nous pardonne, à tous pour les pecher que nous nous préparons à commettre !


    • wesson wesson 2 mai 2014 14:46
      bonjour castique, 

      « Parce qu’il est métis foncé ? »

      Non, parce que à priori il est démocrate, prix Nobel de la paix, et qu’il a construit sa 1ère campagne sur le départ d’Afghanistan et la fin de Guantanamo.

      Et cela n’a bien évidemment rien à voir avec sa couleur de peau, les métis ou noir savent eux aussi parfaitement être des véritables salauds à l’occasion.

      Mais le truc important pour vous, c’était d’ethniciser votre réponse. Les antisémites auraient dit « c’est parce qu’il est Juif ? »

      De toute manière, peu importe que Obama soit pour ou contre un conflit : si il est contre, il n’as de toute manière visiblement pas le pouvoir pour l’empêcher.

    • wesson wesson 2 mai 2014 15:17
      bonjour Anty,

      « de sa voisine la russie impérialiste »

      Si la Russie l’était vraiment, impérialiste, vous me poseriez aujourd’hui la question en Allemand - ou même peut-être en Turc...


    • César Castique César Castique 2 mai 2014 15:28

      « Non, parce que à priori il est démocrate... »


       smiley

      « ... prix Nobel de la paix.... »

       smiley smiley

      « ...et qu’il a construit sa 1ère campagne sur le départ d’Afghanistan... »

       smiley smiley smiley

      « ...et la fin de Guantanamo. »

       smiley smiley smiley smiley

      Avec des a priori pareils, dont je n’ai jamais partagé le moindre, la jobardise a encore de beaux jours devant elles...

    • chantecler chantecler 2 mai 2014 17:22

      J’ai comme l’impression que ce qui se joue passe largement au dessus de B. Obama...
      Là c’est : « bon , mon vieux Barak , chacun sa partition »...
      Nous ( l’establishment, plutôt républicain , soucieux de liberté , de pognon et de la prééminence du $ dans le monde ) , c’est du sérieux :

      « retourne dans ton bureau et nous fait pas chier ... »

      A part ça : article excellent et magnifiquement écrit .

      Sauf que c’est pas vraiment réjouissant ...

      Mais une guerre nucléaire avec la Russie c’est difficilement concevable .

      Je sais bien que rien ne tourne plus rond mais il y a des limites ...

      Enfin c’est à espérer .


    • millesime 2 mai 2014 22:56

      Disraeli ancien premier ministre britannique disait :
      « le monde est dirigé par toutes autres personnes que ceux qui nous gouvernent »
      Obama est la marionnette de ceux qui dirigent.. !

      http://millesime57.canalblog.com


    • CASS. CASS. 8 mai 2014 20:41

      "La Russie est le meilleur atout pour la Paix
      Par Chantal Dupille (eva R-sistons)
      Propagande de guerre honteuse, à laquelle se prêtent les médias français asservis aux Puissances atlantistes. A Kiev, on accuse la Russie de vouloir la 3e guerre mondiale. Aussitôt la télévision et la Presse reprennent ces fausses rumeurs, ces accusations sans le moindre fondement.
      Je le dis, et je le répète clairement : Aucun pays au monde ne tient tant à la paix que la Russie. Car aucun pays au monde n’a autant souffert de la guerre : Plus de vingt millions de morts pour la seule Russie lors de la seconde guerre mondiale, par exemple, et puis Moscou détruite, ses villages aussi, et les récoltes….
      Au prix de sacrifices démesurés, la vaillante Russie a vaincu l’armée de Napoléon et celle d’Hitler, elle a libéré le monde du nazisme hitlérien.
      Quand on a subi tant d’atrocités, on ne veut plus de guerre. Comme l’Allemagne, d’ailleurs.
      La Russie de Poutine est encerclée par les bases de l’OTAN, elle fait tout pour se protéger et protéger les Pro-Russes, en tentant notamment de retrouver une partie de son espace vital, de sa liberté. Mais elle milite pour un monde multipolaire, et elle refuse de s’ingérer dans les affaires des autres, contrairement à l’Occident impérialiste. En Crimée, elle a défendu ses terres, sa base navale, son peuple qui l’a appelée à l’aide. Avec à la clef aucun mort, et un référendum démocratique. Et l’Occident belliciste l’accable de reproches ! Il ne tolère pas qu’elle défende ses intérêts, ses frères de sang, les espaces qui lui restent. L’Occident a tous les droits, la Russie aucun ! Et pour gagner l’Opinion, il travestit la réalité, ment, inverse les rôles. C’est infâme !
      Et si la guerre mondiale n’a pas commencé, aujourd’hui, c’est grâce à la Russie qui a stoppé net l’élan meurtrier des Etats-Unis en interceptant les deux premiers missiles lancés sur Damas en 2013, missiles qui devaient être le signal de l’entrée en guerre d’une France au service des intérêts d’Israël. C’est aussi la Russie qui a proposé que la Syrie rende ses armes chimiques, pour apaiser la situation.
      Oui, la Russie qui a tant souffert de la guerre fait tout pour l’éviter et l’éviter au monde. La campagne de propagande mensongère à son encontre est un des grands scandales de notre temps ; Elle doit sans cesse être dénoncée, au nom de la vérité !
      Il est temps de démasquer les imposteurs, et de révéler au monde la réalité : L’Occident prépare en coulisses la 3e guerre mondiale pour masquer son effondrement économique, imposer au monde sa domination, et au passage, provoquer une dépopulation à grande échelle. C’est tout simplement monstrueux !
      Les mensonges des dirigeants et des médias atlantistes sont intolérables, comme l’inversion constante des rôles.
      J’ose le dire : La Russie, aujourd’hui, est le meilleur atout pour la paix. Et si comme le Général de Gaulle en avait eu la vision, l’UE et la Russie scellaient leur union, une union équilibrant la puissance des Anglo-Saxons, alors la paix aurait réellement avancé…
      Merci Jean-Pierre Chevènement d’avoir, aujourd’hui, rétabli l’honneur de la France. Et rappelé son devoir !
      http://chantaldupille.over-blog.com/article-mensonge-la-russie-ne-veut-pas-la-ww3-elle-fait-tout-pour-l-eviter-au-monde-123451904.html

      j’ajoute que dans ce cas ça ne serait plus cette UE/US otan etc. Mais la véritable Europe. pas celle fabriquée par les sioniste (s) sionazis fascistes usuriers.... IMPOSTEURS ESCROCS.


    • filo... 2 mai 2014 11:57

      Et voilà elle arrive.

      Cette conerie, la guerre !


      • CASS. CASS. 8 mai 2014 20:48

        La guerre des sionards (s) francs macs sionazis fascistes usuriers.... IMPOSTEURS ET ESCROCS n’a jamais cessé.depuis les protocoles sion de jésuites révisés par les rothschilds....winsords angles saxons et cie.


      • Fergus Fergus 2 mai 2014 12:09

        Bonjour à tous.

        Il n’y aura évidemment pas de guerre élargie, tout au plus un conflit civil localisé dans le Dombas.

        La conséquence risque d’en être assez cocasse, si tant est que l’on puisse parler ainsi de tels évènements : en poussant les agitateurs dans l’est de l’Ukraine, Poutine risque d’obtenir un résultat totalement contreproductif en précipitant les pays voisins dans les bras de l’Otan. Cela dit sans compter les problèmes économiques majeurs qui pourraient surgir pour la Russie.

        La question qui se pose est la suivante : Poutine a-t-il commis une faute de stratégie géopolitique ou s’est-il fait doubler par les milices pro-russes de l’est ukrainien ? 


        • antyreac 2 mai 2014 12:17

          Sans doute les deux sans oublier que la Russie se trouvent dans une très mauvaise situation économique et le bras de fer avec l’Occident n’augure rien de bon pour ce pays belliqueux.


        • wesson wesson 2 mai 2014 14:40

          bonjour Fergus, 

          franchement je trouve que vous faites erreur sur ce conflit.

          Vous voyez clairement à l’est du pays une agitation provoqué par les Russes, et ne vous posez même pas la question de quelle pourrait-être la perception du pouvoir de Kiev par la population locale. 

          Depuis la prise de pouvoir de la junte, celle ci n’as cessé de faire des actes hostiles et des déclarations toutes plus va-en-guerre les unes que les autres, une député déclarant même face caméra juste à la sortie de la Rada suprême qu’il faut éradiquer tous les pro-Russes à l’Est. 

          Les habitants de ces régions ont plus qui ne leur en faut comme raison légitime pour ne pas reconnaître la junte au pouvoir, et le fait que l’armée ait refusé pour une bonne partie d’obéir aux ordres d’intervention devrait également vous amener à cette conclusion. 

          Vous me direz que les insurgés ont bien du matériel pour abattre des hélicoptères. Ce à quoi je vous répondrais que d’une part faire du « maintient de l’ordre » par hélicoptère me parait assez baroque, d’autre part vu qu’une bonne partie de l’armée Ukrainienne s’est rallié aux insurgés, il est normal que ceux-ci disposent de matériel militaire.

          De ce que je peux en savoir à l’aide de quelques contacts, il n’y avait pas à l’Est d’Ukraine de militaires Russes, mais suite aux développements récents, Poutine évitera peut-être d’intervenir directement mais n’oubliera pas d’armer la contestation qui n’est pas prêt de s’essouffler. Et les Russes auront là une occasion de rendre à l’OTAN la monnaie de la pièce de ce qu’ils ont subi en Afghanistan.

          Et au final quand même, vous cédez à la facilité. C’est tellement agréable et bien plus simple de s’en prendre au méchant Poutine ... 



        • Furax Furax 2 mai 2014 14:53

          Le mauvais état économique... smiley
          Un peu comme si, en 1942, on avait dit de Staline :
          « C’est stupide de résister à l’Allemagne. Regardez dans quel état est son économie ! »


        • Croa Croa 2 mai 2014 15:53

          « s’en prendre au méchant Poutine .. »

          Il n’a rien inventé et ne fait là que répéter ce que suggère la propagande : Il faut toujours un méchant en face et il vaut mieux que ce soit le dominant d’en face. Par ailleurs cette forme de com est justement un indice fort qu’une guerre se prépare ! smiley


        • Fergus Fergus 2 mai 2014 16:04

          Bonjour, Wesson.

          Je ne m’en prends pas plus au « méchant » Poutine qu’au « cynique » Obama. Les deux sont dans un jeu de pouvoir personnel et d’influence régionale que je désapprouve. Les deux sont dans la provocation que je désapprouve également. Les deux sont maintenant dépassés par le cours des choses. Et les deux risquent d’être les dindons de cette farce pénalisante pour le peuple ukrainien. A cette différence près que celui qui a le plus à perdre est bel et bien Poutine ! 


        • Laulau Laulau 2 mai 2014 17:13

          Fergus vous êtes tellement à côté de la plaque que cela me fait presque de la peine.


        • Fergus Fergus 2 mai 2014 17:34

          Bonjour, Laulau.

          Merci pour votre compassion.


        • wesson wesson 2 mai 2014 18:01

          Regardez-les bien, les « agitateurs terroristes Russes » de Slaviansk. De simple gens qui sont là en fait, et qui essaient tant bien que mal d’empêcher les blindés de passer.


          Vous l’avez là, le vrai visage de l’agitation en Ukraine !

        • wesson wesson 2 mai 2014 18:04

          encore d’autres « terroristes »... Salauds de Russes !


        • alinea Alinea 2 mai 2014 19:10

          Ils font peur ! le défilé proposé par Furax est bien plus rassurant !!
          ( mais je n’ai pas envie d’en rire)


        • jmdest62 jmdest62 3 mai 2014 08:56

          Bonjour fergus

          .....Les deux sont dans un jeu de pouvoir personnel et d’influence régionale que je désapprouve....’

          Vous deviez être très dissipé durant les cours de Géo de votre enfance pour considérer que l’ukraine fait partie de l’influence régionale Zunienne : Washington ==> Kiev = 7900 Km.
          Par contre il est facilement vérifiable que l’ukraine a des frontières et une histoire commune avec la Russie . Moscou ==> Kiev = 850 Km

          D’autre part les relations commerciales : chiffres 2012
          Clients : Russie 26% des exportations ..Zuniens 1.5 % !!!!!
          Fournisseurs : Russie 32.5 % des importations ....Zuniens 3.5 % !!!!

          On se demande bien qui est l’intrus dans cette affaire !!!  smiley

          @+


        • Fergus Fergus 3 mai 2014 16:04

          Bonjour, Jmdest62.

          Il s’agit moins en l’occurrence des Etats-Unis que de son allié, l’Union Européenne. Et l’on peut difficilement dire que celle-ci est éloignée géographiquement du sujet !

          En prenant du recul, observons d’ailleurs que les états baltes, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Pologne et la Hongrie, naguère membres du Pacte de Varsovie ou intégrés dans l’URSS, se sont tous ralliés vers l’UE en tournant le dos à la Russie. Croyez-vous que ce soit un hasard ?

          Or, l’Ukraine est globalement dans la même disposition d’esprit que ces ex-pays satellites, à ce détail important près que les provinces de l’est et du sud sont assez largement russophones et enclines à se tourner vers Moscou. D’où la tentation pour Poutine de jouer de cette dualité du pays pour éviter à terme de nouveaux ralliements à l’UE et garder un glacis de protection. On peut comprendre Poutine. Mais il est excessif d’affirmer, comme le font beaucoup ici, que dans cette affaire, les torts sont tous du côté euro-étasunien. A cet égard, je constate que nulle part dans les propos tenus par les inconditionnels de Poutine il n’est question du peuple ukrainien. Or, si une partie de celui-ci dans l’est est pro-russe, la majorité semble déterminée à garder une totale indépendance vis-à-vis de Moscou. 


        • jmdest62 jmdest62 3 mai 2014 18:35

          @ Fergus

          ’....En prenant du recul, observons d’ailleurs que les états baltes, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Pologne et la Hongrie, naguère membres du Pacte de Varsovie ou intégrés dans l’URSS, se sont tous ralliés vers l’UE en tournant le dos à la Russie. Croyez-vous que ce soit un hasard ?...’

          Bien sur que cela n’est pas un hasard , mais une réaction (bien naturelle) à
          1) des années de dictature soviétique ( Soviétique <> Russe)
          2) l’état de délabrement dans lequel l’ivrogne Eltsine avait mis la Russie

          Le contexte a changé ....
          1) L’UE ne fait plus rêver que les membres de sa commission ,
          2) La Russie s’est ’remise sur pied’
          3) je ne suis pas convaincu qu’après les <mésaventures> de la Grèce , du Portugal de l’Irlande etc...que les pays ex-satellites que vous évoquez feraient les mêmes choix .

          Vous écrivez :

          ....la majorité semble déterminée à garder une totale indépendance vis-à-vis de Moscou.....’

          Cela ne veut pas dire que la majorité soit prête à se jeter dans les bras de L’UE et il n’est pas du tout évident que Les peuples de L’UE souhaitent <accueillir> l’Ukraine....

          La seule chose évidente c’est que l’Otan aimerait pouvoir utiliser le territoire Ukrainien comme base militaire quelques soient les moyens d’y arriver...même s’il ne sont pas tout à fait ’Légaux’...(*) ...et ça je pense que Vladimir ne laissera pas faire.

          @+

          (*) le < ’Fuck EU’> de Victoria Nuland est assez évocateur de l’état d’esprit Zuniens


        • wesson wesson 4 mai 2014 03:48

          bonsoir Fergus,

          «  les états baltes, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Pologne et la Hongrie, naguère membres du Pacte de Varsovie ou intégrés dans l’URSS, se sont tous ralliés vers l’UE en tournant le dos à la Russie. Croyez-vous que ce soit un hasard ? »

          ce n’est pas un hasard, c’est une immense connerie qu’ils ont faite.
          Et dans les états que vous avez cités, les cas de figure sont bien différent, car si certains de ces pays étaient ataviquement anti-Russes, d’autres on cédé par les promesses de l’Ouest. 

          La Pologne c’est le cas particulier elle hait les Russes depuis plusieurs siècles, fondamentalement pour des raisons religieuses. Lorsque Reagan est arrivé au pouvoir aux USA, il a trouvé en là un terrain fertile à son grand dessein qui était de faire tomber l’URSS. Il s’est alors allié avec l’église Polonaise pour faire tomber le gouvernement, ce qui a eu d’ailleurs pour conséquence de faire basculer toute l’église romaine dans un truc mafieux dont elle n’est toujours pas sortie à ce jour. 
          L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie étaient aussi un peu dans ce mauvais trip.

          Pour les autres pays, fondamentalement c’est aux promesses que on les as eu, Et chez bon nombre d’entre eux, la population regrette amèrement l’époque soviétique, même si politiquement ça ne se traduit pas dans les fait, l’oligarchie en place partout en Europe estimant pouvoir gagner beaucoup plus en restant hors de la sphère d’influence Russe. Les gens votent pour des parti très Euro-critiques, qui une fois au pouvoir ne changent rien et tapent sur une partie de leur population locale pour s’occuper. C’est par exemple le cas Hongrois.

          « Or, l’Ukraine est globalement dans la même disposition d’esprit que ces ex-pays satellites »

          Là il faut un peu éclaircir. De toute sa jeune histoire en temps que pays indépendant, l’Ukraine n’a jamais été anti Russe. Toutefois, et dès la fin de l’URSS, l’Ukraine a été « travaillée » par les USA pour l’arracher de gré ou de force à la sphère d’influence Russe. C’est juste une claire application de la doctrine de Sbigniev Brzezinski dont je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler le CV. Et c’est vrai que depuis 20 ans, l’ensemble des structures publiques Ukrainiennes ont été incités à pisser de la Russophobie, jusqu’à modifier les manuels d’histoire que l’on donne aux écoliers, qui sont de véritables chef-d’œuvres de révisionnisme historique. Et tout y est passé, de la volonté de faire diminuer l’enseignement et la pratique du Russe qui ne date absolument pas de Maidan, jusqu’à la réhabilitation de toutes les figures du nazisme du pays, genre Stepan Bandera et même John Demjanjuk. 

          Ce qui s’est passé à Maidan a juste été le déclencheur de ce plan ourdi de longue date, et que ses commanditaires ont estimé suffisamment avancé pour en lancer la phase finale.

          J’ai bien conscience que en écrivant ceci on va me verser dans le conspirationnisme le plus déboutonné et ça n’arrangera certes pas mon cas. Il existe toutefois quelques éléments factuels qui sans l’ombre d’un doute valident l’existence d’un plan de cet ordre, et surtout son financement.

          Mais dans tout plan trop parfait, il y a l’élément que l’on oublie, celui auquel on a pas pensé, qui n’était pas du tout prévu. Et cet imprévu, c’est la résistance des populations de l’Est à ce matraquage qui fut une véritable surprise à la fois pour l’Europe et pour les Américains. La traduction immédiate en a été l’annexion de la Crimée sans violence et au terme d’un processus largement démocratique. Et tout l’embrasement de l’Est du pays, jusqu’à Odessa que l’on attendait pas du tout sur le sujet montre bien l’ampleur du désaccord entre la junte de Kiev dont la seule politique consiste à rejeter toutes les fautes sur les Russes et son président, et à attendre les fonds du FMI et de l’Europe.


          Alors non, je ne peut mettre sur le même plan les Russes et les EU/USA concernant l’Ukraine.

          Si le pays aujourd’hui est à feu et à sang, c’est justement de ne pas avoir su faire la part des choses entre un pays envers lequel ils développaient objectivement le commerces et les relations, et un conglomérat qui mettait du pognon pour doper les extrémistes et laver le cerveau de la jeunesse. 

          « A cet égard, je constate que nulle part dans les propos tenus par les inconditionnels de Poutine il n’est question du peuple ukrainien. Or, si une partie de celui-ci dans l’est est pro-russe, la majorité semble déterminée à garder une totale indépendance vis-à-vis de Moscou.  »

          Je suppose que vous me collez dans cette catégorie des inconditionnels de Poutine, ce qui n’est bien évidemment pas le cas, mais comme j’ai pu le dire à de nombreuse reprises, dans le cas d’espèce, il agit en fonction d’une situation qui lui est imposée, et jusqu’à présent je trouve qu’il a eu raison de faire ce qu’il a fait. 

          En tout cas, reprocher de ne pas parler du peuple Ukrainien n’est pas crédible de la part d’une personne qui ne voit les troubles - et par extension de solution que par le truchement de « Poutine ».

          La solution est avant tout entre les Ukrainiens et ceux qui tiennent aujourd’hui le pouvoir d’une main autoritaire, et qui lance son armée, ses hélicoptères et ses blindés contre son propre peuple, comme c’est l’évidence qui saute aux yeux même sur les reportages très orientés de nos télévisions nationales. Les gens de l’Est n’accueillent pas du tout à bras ouvert les blindés, et y résistent comme ils peuvent. Et si il est tout à fait exact que dans toute ces régions il n’existait pas de volonté de rattachement à la Russie, l’entêtement de la junte de Kiev dans une « opération anti-terroriste » chaque jour un peu plus injustifiable va immanquablement les précipiter dans cette solution qui paraîtra alors la moins mauvaise.


          Et pour conclure, je prédit que ces 20 années de manipulation de l’Ukraine pour les amener à détester les Russes vont nous revenir et nous péter à la gueule, dans des proportions que je n’ose envisager, notamment lorsque je voit le grand mouvement de réorganisation de l’économie Russe qui est en train de se tourner vers la Chine et les pays Orientaux, dans une profondeur stratégique que l’Europe est très loin de posséder. 

          On va pouvoir rallumer quelques centrales nucléaires en France, et prier pour que les 7 qui restent en service en Ukraine ne pètent pas avec le combustible nucléaire Américain qu’elles comptent utiliser, malgré les avertissements solennels des scientifiques. Si l’une de ces centrales venait à nous péter à la gueule, je vous garanti que vous ne trouverez pas 180.000 Russes pour venir y crever pour éteindre l’incendie, comme ce fut le cas pour Tchernobyl.

        • wesson wesson 4 mai 2014 04:28

          Je m’aperçoit que j’ai été trop long alors je vais résumer : 


          Si vous pensez quelqu’un arrivera a raisonner des néonazis qui viennent de se faire un barbecue de d’Ukrainiens Russophones, moi pas. 

          En attendant et pour les arrêter, c’est peut-être plus à ceux qui les ont mis en place et financés qu’il faudrait demander des comptes. Et ça désolé, c’est pas de Poutine dont il s’agit.

        • jmdest62 jmdest62 4 mai 2014 07:58

          @ Fergus

          Vous étiez dissipé en cours de géo et également en cours d’histoire car il semble que vous ayez oublié (vous n’êtes pas la seul !) la réaction des Zuniens lorsque Nikita ( Khroutchev pas celle de Besson  smiley) installa une quarantaine de missiles nucléaires à 200 Km de la Floride.....

          Vladimir fait (ou va faire) ce que John fit il y a un peu plus de 50 ans

          C’est dingue comme l’histoire se répète !

          @+


        • jmdest62 jmdest62 4 mai 2014 08:01

          @ Wesson

          j’aime bien votre résumé .

          @+


        • jmdest62 jmdest62 4 mai 2014 08:11

          @ wesson

          Avez vous remarqué que l’on qualifie de ’terroristes’ des gens qui ne reconnaissent pas un gouvernement composés de Nazis ...en d’autres temps et d’autres lieux on les auraient qualifiés de ’Résistants’

          @+


        • Fergus Fergus 4 mai 2014 09:25

          Bonjour, Jmdest et Wesson.

          Arrêtons avec cette histoire propagandiste de néonazis. Certes, il y en avait à Maïdan, et il y en a deux dans le gouvernement provisoire de Kiev. Les autres éléments « extrémistes » de ce gouvernement sont plutôt des nationalistes. Or, ces gens-là sont en train d’organiser une élection présidentielle qui devrait porter d’autres noms au pouvoir. On est loin des comportements nazis !

          Quant au « barbecue » d’Odessa, bien malin qui peut en établir les responsabilités à ce jour.

          En l’absence d’informations plus fiables et plus objectives sur ce qui se passe en Ukraine, je reste sur une position d’observation, étant incapable de faire le tri entre les éléments de propagande qui émanent des deux camps. 


        • wesson wesson 4 mai 2014 15:27

          « Or, ces gens-là sont en train d’organiser une élection présidentielle qui devrait porter d’autres noms au pouvoir. On est loin des comportements nazis ! »


          je vous invite à aller regarder le compte twitter officiel d’Euromaidan. Ce compte a 123.000 followers, et tous les journalistes, tous les médias le suivent.

          « The roof the roof the roof is on fire » dois-je vous expliquer à quoi cette chansonnette fait référence ?

          et celui là sans titre, les Russes représentés en doryphores, quelle finesse ! 

          J’ai également envoyé une vidéo sur avox tv de l’exposition « attention Russie », sur le modèle des expositions antisémites sous l’occupation.

          * reprise en main des médias : Check
          * expo raciste : Check
          * Envoyer les blindés contre les manifestants : Check
          * Enfermer les opposants dans un bâtiment et les cramer : Check
          ...

          mais Merde, si ça n’est pas des trucs de nazis, alors merci de bien vouloir m’indiquer ce qui en est !

          je vous assure que bientôt, pour ne pas voir les actes néonazis en Ukraine, il faudra avoir une cécité très sérieusement volontaire.

          Quand à l’élection présidentielle, c’est une pantalonnade ou on connait déjà le nom du président (le roi du chocolat d’Ukraine, un oligarque particulièrement "chargé) et ou de nombreux candidats ont tout simplement une interdiction effective de s’exprimer. Banni de la télé, impossibilité de se déplacer dans l’ouest du pays, des troubles dans leurs meetings, il y a déjà plusieurs candidats qui se sont purement et simplement retirés. ça vise tout particulièrement les candidats du parti des régions (le parti de Ianoukovitch) et d’une manière générale les parti de gauche.



        • wesson wesson 4 mai 2014 16:33

          sur mon très long post ou j’explique le travail qui fut fait en Ukraine post-soviétique pour réécrire l’histoire de manière à inciter la haine des Russes, je n’ai pas mis de référence car je ne les ai habituellement ni en Français, ni en Anglais.


          En voici tout de même une, en Anglais. 

          C’est un livre publié en 2007 de David R. Marples « Heroes and Villains », qui pose la question « To what extent have the villains of yesterday become the heroes of today ? » - « à quel point les méchants d’hier sont devenus les héros d’aujourd’hui » , et qui tente d’y répondre. Sur le lien le livre est incomplet, mais de très larges extraits en sont consultables. 

          Ce qui montre bien que ce « retravail de l’histoire d’Ukraine » est bien une réalité d’un plan conçu sur le long terme.

        • wesson wesson 4 mai 2014 16:49

          « Quant au « barbecue » d’Odessa, bien malin qui peut en établir les responsabilités à ce jour. »


          pour cela il suffit d’avoir des yeux et un peu de curiosité.

          voici une vidéo très complète de ce qu’il s’est passé.

          On y voit de toute évidence des manifestant pro-Kiev jeter des cocktails Molotov sur le bâtiment (je peux même vous fournir la photo des gentilles filles qui les ont préparés)

          On y voit à 6’44 « sotnik Mykola », l’un des responsable de Maidan en train de tirer sur les personnes qui essaient de s’échapper du bâtiment. Le voici en vidéo après le grill.

          Si ça ne vous suffit pas à vous faire une idée, alors je ne sais vraiment pas ce qu’il vous faut. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès