Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un an après l’autodétermination du Soudan du Sud

Un an après l’autodétermination du Soudan du Sud

JPEG - 50.8 ko

Il y a un peu plus de six mois apparaissait un nouveau pays sur le continent africain et dans le monde, le Soudan du Sud. Né dans la douleur après quasiment un demi siècle de guerre civile et un référendum qui s'est tenu en janvier 2011 et qui a failli ne jamais se dérouler, le Soudan du Sud est devenu dans la foulée le 193e pays membre de l'Organisation des Nations Unies et le 54e de l'Union Africaine. La république fédérale a pour capitale Djouba. Cette ancienne province, auparavant nommée Sud-Soudan, a pris son indépendance de la République du Soudan le 9 juillet 2011. Cette dernière l'a aussitôt reconnue, mais des litiges subsistent quant au tracé de la frontière. 

Le Soudan du Sud, bien que très jeune en tant qu’État, a été dès le départ promis à un avenir radieux. En effet, avec des régions fertiles grâce aux nombreux cours d'eau qui la traversent et un sous-sol très riche en hydrocarbures, le pays, bien qu'enclavé, a de nombreux atouts pour un développement économique rapide. Cependant, après toutes ces années de guerre civile et plus de deux millions de morts ces vingt dernières années, les égocentrismes ont beaucoup de mal à s'effacer. Ainsi, après six mois de préparation, qui ont notamment permis de s'accorder sur les modalités du partage de la manne pétrolière avec Khartoum (les hydrocarbures sont au Sud, mais toutes les infrastructures sont au Nord), et six mois de mise à l'épreuve du président Salva Kiir Mayardit et de son gouvernement, le bilan reste mitigé. Bien que le désarmement des milices soit en cours, il reste toujours des éléments non satisfaits de la récupération du pouvoir par le parti du président. Le mécontentement n'est pas un crime en soi, mais chaque "incident" engendre plusieurs dizaines de morts, tant chez les civils que chez les "rebelles", et l'ONU et d'autres programmes de déminage de la région indiquent une augmentation de ces munitions depuis maintenant un an.

JPEG - 65.2 ko

A cela viennent également s'ajouter les incidents basés sur des rivalités ethniques. En effet, le Soudan du Sud est un État à part entière depuis plus de six mois, mais n'est pas encore une nation. Récemment, de véritables échauffourées ont éclaté, notamment dans l'Est du pays, entre deux ethnies différentes à propos de vol de bétail. Certaines organisations non gouvernementales parlent d'ores et déjà de plus de 3.000 morts en quelques jours. Ainsi, après des années et des années de guerre civile et une indépendance toute fraîche, les rivalités ethniques revêtent encore une importance particulière car elles viennent s'ajouter au reste des violences qui sont à endiguer. Malgré cela, la population garde espoir et reste très motivée pour donner toutes ses chances au pays. Le "oui" au référendum pour l'indépendance de la région avait très fortement mobilisé et recueilli plus de 98% des suffrages...


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Georges Yang 21 janvier 2012 09:43

    Le Sud Soudan est mal parti

    Pillage des ressources naturelles et des recettes par les chefs de guerre

    Népotisme et prévarication du pouvoir

    Rivalités ethniques entre Dinkas Nuers et Murle, sur fond de querelles concernant le bétail

    Armée régulière indisciplinée, bandes armées quasi incontrôlées

    Main mise sur les terres, les concessions minières par des compagnies étrangères avec la complicité (arrosée) des hommes de pouvoir et de l’administration à chaque échelon

    Cette indépendance mal préparée ne laisse rien augurer de bon, malgré les recettes pétrolières et l’aide internationale souvent détournée. Certains s’enrichissent impunément et investissent en dehors du pays, les populations ne profitent pas de cette manne

    Tant que le droit civil et foncier ne sera pas établi et appliqué ce sera le chaos, malgré l’optimisme béat de la communauté internationale


    • OMAR 21 janvier 2012 18:21

      Omar 33

      Bonjour Céline

      L’Occident et les institutions chrétiennes ont menées une véritable guerre pour que le sud du Soudan soit indépendant du nord à majorité musulmane. 

      Et tous les moyens humains et materiels ont ete utilisés, même les plus ignobles pour aboutir à la scission du Soudan...

      Aujourd’hui le Sud-Soudan est indépendant, et paradoxalement, la guerre ne s’est pas arrétée..

      Et comme par miracle, l’Occident et ses medias ne soufflent des atrocités qui y sont commises. 

      Eh oui, on s’en fout que des sud-soudanais soient amssacrés, maintenant que le pétrole est aux mains des sociétés occidentales.

       


      • paul 21 janvier 2012 19:22

        On estime à 2500 morts le bilan des affrontements au Sud Soudan en 2011 .
        Mais l’Occident a les yeux braqués sur la Syrie , cette info n’intéresse pas les médias .

        Des intérêts géostratégiques et économiques ( le pétrole ) des Occidentaux et d’Israël ont favorisé cette partition . Richesses au Sud et infrastructures au Nord, la coopération s’annonce difficile entre les soudanais .
        L’ONG Norwégian People’s Aid chiffre à 10 % la surface du nouvel État cédée à des investisseurs étrangers . Une indépendance peut être au prix d’un dépeçage ....

         http://www.geopolintel.fr/article379.html&nbsp ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès