Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un an après le cyclone Nargis...

Un an après le cyclone Nargis...

Mai 2008 : le cyclone Nargis balaie le sud-ouest de la Birmanie. Bilan : près de 140 000 morts. Un an après, deux reportages -passés inaperçus sur le Web- révèlent l’existence de « villages témoins », qui servent de décor à des opérations de propagande télévisée du régime birman.

   Alors que la junte birmane juge à huis clos l’opposante et prix Nobel de la paix An Suu Kyi, accusée d’avoir hébergé un américain, le régime Birman aura réussit à s’épargner le nécessaire bilan de l’aide accordée aux rescapés. Faut-il s’en étonner ? Quelques jours après la catastrophe, quand le nombre de disparus se comptait encore en dizaine de milliers, le ministre des affaires étrangères birman faisait savoir que « la Birmanie n’est pas prête à recevoir des équipes de recherche et de secours, ainsi que des équipes de journalistes de pays étrangers ».

 Situation critique en Birmanie

   Aujourd’hui, loin des caméras, la situation des rescapés est jugée dramatique par deux journalistes qui se sont rendus dans la vallée du Delta. Pour Pauline Blisthène, du site internet Fisheye, l’indifférence du pouvoir à l’égard des populations civiles n’est pas étrangère au fait que l’Irrawady reste une « zone traditionnellement rebelle, peuplée de Karens et de musulmans, hostiles à la junte. »  Dans le premier village de la vallée visitée par la journaliste (les noms de lieux et de personnes ont été modifiés pour éviter toutes représailles), 170 personnes sur 300 habitants ont été tuées par les « vagues de trois mètres qui ont submergé le village ».

 Les paysans privés de leurs terres

    Entre les abris de fortune, les paysans racontent le manque de moyens pour cultiver à nouveau leurs terres : « la terre est devenue salée, raconte un rescapé. Nous navons ni outil ni bétail pour recommencer à cultiver. »

     En se rapprochant de l’embouchure de l’Irrawady, la journaliste tombe sur « une rue parfaitement entretenue » au milieu d’un paysage dévasté et jonché de débris. Sur les clichés pris par la journaliste, on découvre en pleine région du Délta un véritable village pavillonnaire digne dune série américaine à… 100 mètres dun village sinistré, livré à son propre sort .

 Un "village vitrine" dans un coin dévasté de la Birmanie

 « Le gouvernement birman a financé la reconstruction de 220 abris, une école, des purificateurs deau et la restauration de la pagode. Parfaitement alignées, ces maisons possèdent même un carré de terre en guise de jardin »souligne la journaliste française. Un village qui selon les témoignages recueillis sur place aurait servi de décor à des reportages glorifiant l’effort de reconstruction entrepris par le gouvernement Birman.

Un décor destiné à la propagande

Une découverte accréditée par l’Irrawady News – journal d’opposition à la junte birmane animé par des exilés- à Thayet Thone Bin, à quelques kilomètres de Rangoon. Selon les témoignages recueillis auprès dune habitante, son village « s’est (…) transformé en studio de cinéma. On a offert des vêtements flambant neufs aux gens filmés dans les reportages pour qu’ils les mettent devant les caméras. On a posté des soldats ici. On les filme en train de nous aider dans les champs. On nous filme même en train de lire dans la nouvelle bibliothèque et de regarder la télévision communale”.

Et si on reversait l’argent de Total directement aux populations ?

Alors que l’Union Européenne vient de maintenir ses sanctions contre les dirigeant birmans –gel des avoirs à l’étranger et interdiction de voyager des dirigeants – ne fallait-il pas plutôt durcir ces sanctions et rompre avec le « business as usual » dont profite Total ?

La solution du compte séquestre prévue par l’ONU, permettrait de reverser directement les revenus gaziers que Total verse à la junte, sur un compte géré par la communauté internationale, qui se chargerait de venir en aide à la population du pays.

 

Sources :

 

Reportage et photos des villages birmans sur fisheye

Reportage et témoignages sur The Irrawady Covering Burma and South Asia

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • tonio 26 mai 2009 20:42

    On se focalise beaucoup sur le procès de l’opposante qui est certes important mais on parle peu de la population... Que font les journalistes ? En tout cas personne ne dit que l’UE a reconduit ses sanctions, apparemment, il aurait fallut sévir ou changer de stratégie. Même embarras des médias sur cet américain qui serait venu visiter Aung Su Kyii pour tester « sa résilience »... bravo, vive les cas psychiatriques, si les américains viennent s’inviter chez tous les défenseurs de la liberté opprimée pour faire leur thérapie, on est pas sortit d’affaire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

tonio


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès