Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un ange gardien pour les Roumaines victimes des proxénètes

Un ange gardien pour les Roumaines victimes des proxénètes

Iana Matei, élue femme européenne de l’année par le Reader’s Digest, vient de publier un livre choc : A vendre, Mariana, 15 ans (Oh Editions). Elle y raconte son combat pour aider les jeunes Roumaines victimes des réseaux de proxénètes et sa lutte contre ces trafiquants.

Le déclic
Tout commence en 1999. Iana Matei aide alors des enfants sans domicile qui errent dans les rues. Un soir, elle reçoit un appel de la police : « Nous avons là trois putes qui puent tellement qu’on ne peut pas les mettre dans la voiture. Pouvez-vous apporter des vêtements propres ? ».
Les « putes » en question sont trois gamines qui ont entre quatorze et seize ans. Lorsqu’Iana leur demande comment elles en sont arrivées là, elles lui répondent qu’elles ont été vendues. Elle cherche alors une organisation pour s’occuper d’elles, mais découvre qu’il n’en existe pas. En quelques jours, elle fonde l’ONG Reaching Out et loue un local à Pitesti (au Nord-Ouest de Bucarest) pour héberger ces trois premières réfugiées.
Onze années plus tard, Reaching Out existe toujours et Iana est plus que jamais engagée dans son combat. Elle a réussi à sauver 420 victimes des réseaux proxénètes en leur offrant un toit, une protection et un soutien psychologique afin qu’elles puissent se réinsérer. Ces filles lui sont envoyées par la police ou par des associations. Il est également arrivé qu’Iana risque sa vie pour les sortir de l’enfer en les enlevant à leurs tortionnaires. Elle a maintes fois été menacée de mort par ces derniers, mais elle est loin de se laisser impressionner. La nuit où quatre hommes ont tenté d’entrer dans son refuge, elle a bloqué leur voiture avec la sienne, a refermé leurs portières à coups de pied et les a fait déguerpir.
 
Esclaves au XXIème siècle
Les filles recueillies par Iana ont toutes été des esclaves sexuelles dont les histoires se ressemblent. La misère règne en Roumanie et les jeunes sont poussés très tôt à trouver un travail. Lorsque quelqu’un leur fait miroiter un emploi à l’étranger bien rémunéré, les jeunes filles pensent avoir enfin une solution pour sortir de la pauvreté. On leur raconte qu’elles seront femmes de ménage ou serveuses. Mais une fois arrivées dans leur pays de destination, leur passeport est confisqué et elles deviennent une marchandise. Comme sur les marchés des esclaves il y a deux cents ans, on les montre à des acheteurs, puis leur prix est négocié, de 50 à 2 000 euros. Un « investissement » qui sera rapidement rentabilisé car les proxénètes n’hésitent pas à forcer ces filles à enchainer jusqu’à dix clients par soir.
Selon Iana Matei : « Les femmes rapportent bien plus que la drogue et les armes : elles peuvent être vendues plusieurs fois  ». Bien sûr, certaines filles refusent de se soumettre à leur proxénète, mais ces derniers montrent alors qu’ils ont droit de vie ou de mort sur elles. «  Les trafiquants repèrent toujours celle qui a un tempérament de leader, poursuit Iana Matei. Sciemment, ils la “cassent” devant les autres, en ayant recours aux humiliations les plus viles […] pour montrer aux autres ce qu’elles risquent à oser se rebiffer. »
 
Des jeunesses détruites
Ces filles vivent dans une violence permanente  : celle de ces hommes qui passent sur leur corps chaque soir, celle de leur proxénète qui les frappe si elles ne sont pas assez aimables avec les clients. Les trafiquants leur répètent que si jamais elles s’échappent, ils les tueront, ainsi que leur famille.
Lorsqu’Iana les recueille, elles sont brisées psychologiquement et souffrent physiquement : MST, fractures, blessures de l’appareil génital... Parfois, elles sont enceintes. Il faut du temps et beaucoup d’efforts pour pouvoir reprendre une vie normale. Iana leur offre un soutien sans faille et cela paie. Les filles qui sont passées par son refuge ont soit repris leurs études, soit trouvé du travail, beaucoup ont fondé une famille.
 
Quelle justice ?
Un rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime estime qu’environ 140 000 personnes sont victimes de trafic d’êtres humains dans l’industrie du sexe en Europe, la plupart viennent d’Europe de l’Est et d’Afrique. Le revenu annuel de ses exploitants est de 3 milliards de dollars.
Iana Matei s’indigne de l’impunité des trafiquants, qui ne sont généralement condamnés qu’à deux ou trois ans de prison, faute de coopération entre la Roumanie et le reste de l’Europe. Selon elle, rien ne s’arrangera tant que les législations des pays membres de l’Union ne seront pas harmonisées. Une plus grande coopération entre la police et la justice des différents états européens serait nécessaire pour lutter plus efficacement contre ce fléau.
 
Iana, ange gardien inusable
Il y a quatre ans, Iana Matei a sauvé une jeune fille de 16 ans enceinte de jumelles. La mère s’est enfuie après leur naissance prématurée à 7 mois. Iana a alors décidé de les adopter. Sa générosité et sa rage dans son combat ne peuvent qu’inspirer le respect. Iana ne compte pas arrêter la lutte de sitôt. « J’ai l’intention de travailler jusqu’à 100 ans et de m’amuser ensuite. J’aurai une minijupe en cuir, je roulerai en Harley-Davidson et je terroriserai vos maris, alors faites bien attention ! » lance-t-elle à ses protégées en souriant.

Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 28 septembre 2010 09:31

    la faute à la Roumanie , justice du tiers monde dans un pays du tiers monde qu’on a pas fini de regretter d’avoir fait rentrer dans l’Europe ! un pays où les trafiquants peuvent vendre des jeunes filles commes esclaves sexuelles dans les pays du golfe en toute impunité ..


    • manusan 28 septembre 2010 16:29

      Si on commençait par relocaliser les usines parties en Asie vers 50% l’Europe de l’est, 50% Europe de l’ouest, une grosse partie du problème serait résolu, idem pour tous les ROM.

      Comment ? en mettant en place une taxe carbone excessive sur le transport de marchandise, c’est autorisé par l’OMC. Que fait l’UE ? que font nos gouvernements ?


    • atchoum750 9 décembre 2012 22:44

      La justice Française aussi est une justice du tiers monde : dans quel pays des violeurs sont condamnés à de la prison AVEC SURSIS ? C’est arrivé en FRANCE, le 30 novembre 2012.


    • dom y loulou dom y loulou 28 septembre 2010 12:51

      ô amour monseigneur fasse qu’au lieu d’un milliard de larbins pour une Iana on ait un milliard de lana pour un larbin.


      • La sentinelle La sentinelle 28 septembre 2010 14:49

        Bonjour

        Madame Iana Matei, je ne sais pas qui vous êtes, mais je vous aime.

        A+


        • Gérard Luçon Gerard Lucon 28 septembre 2010 17:32

          Bizarre .... nu am auzit de loc de D-na Matei ... exist ?


          • Gérard Luçon Gerard Lucon 28 septembre 2010 17:34

            quand a parler des filles ont on aurait mutilé (blessé) l’appareil génital ... c’est totalement imbécile, un proxénète ne casse pas son outil de travail !


            • saint_sebastien saint_sebastien 28 septembre 2010 18:36

              parce que voiler et tabasser , ce n’est pas casser quelqu’un ?


            • saint_sebastien saint_sebastien 28 septembre 2010 19:06

              violer pardon ...


            • La sentinelle La sentinelle 28 septembre 2010 20:04

              Bonjour

              "quand a parler des filles ont on aurait mutilé (blessé) l’appareil génital ... c’est totalement imbécile, un proxénète ne casse pas son outil de travail !« 

              Elles servent »d’exemple", faites une recherche sur Internet et vous tomberez de haut sur les abominations que subissent ces filles.

              C’est aussi vieux que la prostitution.

              Je ne voudrais par vous faire de dessin, mais une prostituée avec un appareil génital blessé peut toujours exercer son métier.

              A+


            • Gérard Luçon Gerard Lucon 29 septembre 2010 02:39

              j’ai vérifié sur les sites de presse roumains, effectivement cette personne travaille comme cela est décrit dans l’article, chapeau bas Madame !
              http://www.adevarul.ro/locale/pitesti/Pitesti-_Iana_Matei-_-Pitestiul_este_casa_mea_0_193780846.html

              @sentinelle ... j’ai travaillé avec ces filles prostituées, à Marseille et Dakar, quand j’étais Justice-PJJ, y compris avec des mineures (c’est de la structure que je dirigeais qu’a été alors lancé le programme enfants des rues dans les années 90 sur Marseille, avec comme « cible » entre autres les mineures d’origine russe nouvelles sur le marché)
               donc pas besoin de recherche sur internet pour connaître ce qu’elles endurent


              • Marc Blanchard Marc Blanchard 29 septembre 2010 06:15

                Malheureusement Ce n’est pas qu’en Europe de l’est.

                En Asie c’est pire. Au niveau mondial ce sont 24 millions chaque année de femmes et d’enfants qui sont trafiqués.
                Je confirme les mauvais traitements infligés aux plus réticentes pouvant conduire jusqu’à la mort.

                Pour info à l’auteur sur le trafic en Europe, il y a aussi des asiatiques, nous en avons rapatrié 27 de Grande Bretagne il y a peu.

                Je dis nous car je travaille pour une ONG au Vietnam qui est présente dans toute l’Asie du Sud Est.
                J’y dirige une entreprise de couture employant principalement des femmes victimes ou en situation précaire à Ho Chi Minh City.

                 Donc je connais un peu le sujet. Depuis 1997 c’est plus de 8000 jeunes femmes et enfants qui ont été sauvés. La plus jeune avait 6 ans.

                On fait à peu prés comme Lana.
                Repérage, Sauvetage, démarches administratives et politiques, hébergement, Soutien médical et psychologique, réhabilitation, formation à un métier, réinsertion dans la communauté.

                www.allianceantitrafic.org

                J’ai écrit un article sur le sujet sur AV à propos du calvaire qu’a connu une victime du trafic il y a quelque temps. Malheureusement il y en a des milliers d’autres. Si cela vous intéresse...

                 http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=63398

                 


                • VenusNewz flammesdumonde 29 septembre 2010 08:06

                  Bonjour Marc,

                  Merci pour votre commentaire. J’ai vu le site d’Alliance anti trafic et j’ai lu votre article. Bravo pour votre engagement, vous sauvez ces femmes en leur offrant une nouvelle vie. 

                  Je suis au courant de cet horrible trafic qui sévit en Asie. J’y ai été extrêmement sensibilisée en lisant le livre La Moitié du ciel de Nicholas Kristof et Sheryl Wund, qui parle notamment de ce trafic en Inde. J’imagine que lorsque l’on est sur le terrain et que l’on entend ces histoires de la part des victimes, on est encore plus révolté face à ceux qui volent les vies de ces jeunes filles pour s’enrichir.

                  Je souhaiterais parler de votre entreprise d’ici quelques temps sur mon blog www.flammesdumonde.com. Si cela vous intéresse, merci de m’écrire à flammesdumonde@yahoo.fr afin que nous puissions être en contact.

                  Encore une fois, bravo pour ce que vous faites.


                  • suumcuique suumcuique 3 octobre 2010 16:12

                    « Malheureusement Ce n’est pas qu’en Europe de l’est.

                    En Asie c’est pire. Au niveau mondial ce sont 24 millions chaque année de femmes et d’enfants qui sont trafiqués. »

                    Ou les frontieres de l’Europe de l’Ouest sont fermees hermetiquement dans les annees qui viennent, ou l’Europe de l’Ouest disparait des courants de l’histoire dans un tres proche avenir, slavisee, tiers-mondisee, emportee par un deferlement de populations aux moeurs sauvages porteuses d’influences infra-humaines.

                    Quant a Matei, son dolorisme hypocrite va lui rapporter un maximum de royalties. Hormis les orphelines, les jeunes filles sur le sort desquelles elle se lamente de page en page ont choisi leur destin. Elles ont le choix ; soit rester dans leur village, dans leur ville, dans leur region, et vivre chichement, comme beaucoup de Francais, d’Allemands, de Belges, d’Anglais, etc. de souche, soit ceder aux sirenes de l’argent facile en repondant favorablement aux annonces que passent les proxenetes (dont un nombre de plus en plus grand sont des femmes) sur Internet ou dans les journaux locaux. A quelques exceptions pres, ces « jeunes filles de 15 ans » savent ce qui les attendent. Elles prennent le risque. Elles en subissent les consequences. Toutes ne s’en sortent d’ailleurs pas mal. Certaines, apres quelques annees passees a faire le tapin, rentrent au pays en businesswomen. 

                    L’entree des femmes en politique signifie la mort du politique. Si l’on n’y prend pas garde, bientot, il y aura une majorite de femmes dans les parlements europeens (vous me direz que ce n’est pas pire que d’y voir sieger des hommes effemines). Une deputee italienne a recemment brise un tabou, un des derniers tabous, en disant tout haut ce que tout le monde pense tout bas et ce que. d’ailleurs, tout le monde sait ; a savoir que la seule maniere pour une femme d’acceder a des postes a haute responsabilite est de « coucher » ; pas seulement avec des hommes...

                    A quand un livre sur la prostitution de haut vol ?

                     


                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès