Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un chocolat qui sent mauvais

Un chocolat qui sent mauvais

En ces temps de Pâques, nous serons gavés de chocolat.

N’est-ce pas la meilleure manière de se redonner le moral, par ces temps de crise,

Et pourtant…

 

Et pourtant tout n’est pas rose au royaume du chocolat.

Ce serait même plutôt sombre, voire noir.

En haut lieu on nous rassure : Le commerce équitable est passé par-là.

Les salaires de misère, des enfants esclaves, des gros patrons qui s’en mettent plein les poches, tout çà c’est du passé, paraît-il.

Voire…

La Côte d’Ivoire, l’un des principaux producteurs, avec 40% de la production mondiale, se taille la part du lion en Afrique de l’Ouest qui elle-même en assure 60% de la production.

Ce qui représente beaucoup d’argent, on s’en doute : 1,4 milliard de dollars par an.

Dans le conflit ivoirien du début de ce millénaire, le cacao en a été un des vecteurs essentiel.

Un rapport de Global Witness publié en juin 2007 révèle que plus de 118 millions de dollars issus du commerce du cacao ont financé l’effort de guerre des deux parties dans le conflit armé ivoirien.

Les combats ont fait des milliers de morts parmi la population civile et entraîné le déplacement de centaines de milliers d’individus, enfonçant plus de 40% de la population dans la pauvreté.

La page est maintenant tournée, mais la misère est toujours là.

Il y a plus grave.

D’après l’ONG suisse « déclaration de Berne » qui milite pour le commerce équitable, plus de 250 000 enfants travaillent dans les plantations de cacao, en Afrique de l’Ouest.Lien

Si l’on se réfère à la définition du « travail des enfants » de l’OIT (organisation internationale du travail) deux tiers des enfants travaillent dans le secteur agricole.

Les heures de travail sont longues, particulièrement en période de semence et de récolte.

Mais ce travail est pourtant peu visible, car les enfants aident souvent leur parent et leur famille. Comme ce travail n’est pas formellement reconnu, et n’apparaît pas dans les statistiques, il n’est pas perceptible.

Il réduit fatalement l’accès à la scolarité des enfants, et pourtant 60% d’entre eux ont moins de 14 ans.

Ils manipulent des pesticides sans la moindre protection, et utilisent entre autres des machettes.

Pourtant les fabricants suisses de chocolat s’étaient engagés officiellement en 2001 à n’utiliser que du cacao garanti sans travail des enfants des 2005.

Mais ces promesses n’ont pas été tenues.

Voilà donc de bien mauvaises nouvelles pour ceux qui se pourléchaient d’avance les babines.

Il faut dire que le chocolat à tant de qualités :

Très énergétique, riche en glucides et en lipides, il contient des substances chimiques antioxydantes, des alcaloïdes qui provoquent une augmentation d’adrénaline, de la vitamine E, et permet d’augmenter la circulation sanguine.

Il fait baisser la pression artérielle, ce qui est bon pour soigner l’hypertension.

Il contient même de l’anandamide dont les effets peuvent être comparés à ceux du cannabis, en provoquant une levée de l’inhibition.

D’ailleurs le mot chocolat proviendrait du mot aztèque xocolat, ceux-ci associaient le chocolat à xochiquetzal, la déesse de la fertilité.

C’est l’incontournable Christophe Colomb, bien sûr qui lui fit traverser l’Atlantique.

La première fois qu’on lui avait offert des fèves de cacao, il les avait jetées à la mer, les prenant pour des crottes de chèvres.

Plus tard, Louis XIV avait fait du chocolat une des boissons préférées de sa cour.

Aujourd’hui, il fait le malheur des uns et le bonheur des autres.

Dans ces autres, on peut compter sur un des grands amis du président, Mr Bolloré en personne, dont la fortune estimée à plus de 900 millions d’euros est due en bonne partie au chocolat, et a l’exploitation de l’huile de palme pour laquelle les quasi-esclaves camerounais sont payés 53€ par mois.

C’est ce qui lui a permis de prêter son jet privé à Sarkozy pour un voyage en égypte, ou de son bronzer à Malte sur son yacht, « la paloma ».

Comme il y a une justice, le Prez vient de donner la légion d’honneur à son ami Bolloré.

Comme disait un vieil ami africain :

« Ils ne sont pas plus grand que toi, c’est seulement que tu es à genoux ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • patroc 15 avril 2009 11:38

     Un bon proverbe africain !.. Via ce chocolat très noir, une analyse de tout un système.. Bon article.. A voir aussi « le cauchemar de Darwin » sur les perches importées d’Afrique.. Idem que pour le chocolat !..


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 07:12

      patroc,

      oui, vous avez raison, mais le problème des perches du nil est un peu différente,

      il y aurait eu, semble-t-il l’idée d’aider les pecheurs africains, mais l’affaire a mal tourné, car en fait, ces fameuses perches, redoutables prédateurs, ont éliminé tous les petits poissons des bords, mettant les pécheurs à la famine,

      ceux ci n’ont pas des embarcations suffisamment fiables pour aller pêcher au large,

      l’enfer est pavé de bonnes intentions...


    • cathy30 cathy30 15 avril 2009 12:47

       Olivier, article passionnant
      Je ne suis pas certaine qu’exiger de la part de l’importateur de chocolat un effort pour la paix va l’arranger. d’une part le travail des enfants doit bien l’arranger et le conflit également. D’ailleurs comment connaitre la provenance d’un chocolat, je sais que l’amérique du sud est aussi exportateur.


      • LE CHAT LE CHAT 15 avril 2009 13:41

        @cathy30
        le président Chavez n’accepterait pas de telles conditions pour les enfants vénézueliens !

        le Chat non plus !


      • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 07:15

        Cathy30,

        bien sur, tout le chocolat ne vient pas d’Afrique, comme je l’ai écrit, mais 60% d’origine Africaine, c’est déjà beaucoup,

        il y a beaucoup d’hypocrisie dans tout çà,

        la dissimulation du travail des enfants, puisque les familles considèrent qu’ils sont juste là pour aider, sachant fort bien la pénibilité du travail, le salaire de misère, et l’employeur fait semblant de n’être pas au courant,

        pauvre monde...


      • marcel 15 avril 2009 15:22

        le travail de ces enfants « arrange » bien surtout la famile lapin qui l’a mis au monde pour mieux s’en servir pour survivre .

        Merci famille lapin qui n’est bien entendu pas responsable de ce fait et de son innombrable progéniture .vu qu’ils sont africains (version gauchiste 1)

        C’est évidemment l’horrible blanc profiteur du travail de ces gens qui est à blâmer (version gauchiste 2 ) .


        • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 07:19

          bien sûr Marcel, il y a une responsabilité de la famille,
          mais celui qui profite le mieux de la situation, c’est quand même l’employeur,
          sinon, comment voulez vous que Bolloré puisse se payer son yacht, ou son jet privé ?


        • Alain Jules 15 avril 2009 16:17

          ouin les méchants blancs profiteurs !

          tiens je vais me reprendre un pt’it oeuf LeNôtre moi.


          • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 07:22

            Alain Jules,

            à chacun sa conscience,
            dites, vous feriez pas une crise de foi ?
            sans « e’ » (de paques bien entendu)


          • Annie 15 avril 2009 21:05

            Merci Olivier pour cet article.
            Je ne cherche pas ici à défendre ou à faire le panégyrique du commerce équitable, mais il s’agit avant tout d’un mouvement de base, qui ne concerne pas vraiment les multinationales ou les grands réseaux de distribution. Au départ, ce mouvement s’appuyait et il essaye toujours de le faire (je pense à Fair Trade) sur l’organisation de coopératives de producteurs, artisans etc. en essayant de leur négocier des avantages dans les chaînes d’approvisionnement et qui concerne essentiellement, mais pas exclusivement les cultures vivrières. Le label commerce équitable est malheureusement devenu un avantage comparatif lucratif (enfin il l’était avant la crise) utilisé sans scrupules par beaucoup pour se ménager un créneau commercial.

            Il faut savoir que les conflits armés étaient principalement financés par les diamands dits de sang, mais avec le processus de Kimberley, un système volontaire qui permet de faire leur traçabilité, les marchands de morts ont dû se rabattre sur autre chose, et d’après ce que je comprends avec votre article, sur le café entre autre.

            Quant au travail des enfants, c’est un sujet tellement délicat. Il doit être aboli mais le faire sans fournir d’opportunités d’éducation ou de développement revient juste à soulager notre conscience, et rien de plus. Ces parents qui font travailler leurs enfants sont acculés.
            Aussi le commerce équitable est une initiative isolée qui ne deviendrait efficace que si elle s’inscrivait dans le cadre d’un réforme complète des échanges commerciaux. Mais c’est à ce niveau que j’ai un problème avec le commerce équitable, parce que je ne pense pas que le salut des pays en développement passe par le commerce.


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 07:43

              Annie,
              je suis d’accord avec toi,
              ce qui est en question c’est au fond le manque de moralisation dans le commerce,
              qu’il s’agisse des enfants africains, ou des enfants chinois ...liste non limitative, il y a de la part de l’OMC la volonté de ne pas faire des vagues.
              tout comme pour les paradis fiscaux, on fera des listes noires, des listes grises, sans que cela ne change grand chose sur le fond.

              tout cela pour le plus grand profit des Bolloré et autres...
              à preuve la légion d’honneur que Sarkozy a délivré récemment à ce dernier.


            • Ahlen Ahlen 15 avril 2009 22:24

              Un très bon article qui en appelle à la morale, même en consommant du chocolat !!
              Tout à fait d’accord, mais tant que les fêves de cacao ne sont pas enlevés par la force des armes ou sur un territoire colonisé (Palestine, Golan par ex.), que peuvent faire les consommateurs ?

              Personne ne pourra rien changer chez les autres si ceux-là ne changent pas eux-mêmes.


              • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 07:35

                Ahlen

                on n’est pas totalement désarmés pour lutter contre cette injustice,
                dans cette affaire, ce sont les gros producteurs de chocolat qui sont montrés du doigts par l’association suisse,
                mais la presse s’en est aussi emparé,
                nouvel obs, canard enchainé, et d’autres,
                en mettant la pression sur les fabricants (suisses pour la plupart) on devrait pouvoir espérer une réaction de ceux ci.
                mais peut etre suis-je trop naïf ?


              • bert bert 16 avril 2009 01:51

                pour l’été préféré le pain d’épice
                 :=)


                • krolik krolik 16 avril 2009 02:38

                  En fait le chocolat de Côte d’Ivoire a bien souvent « mauvais goût », ce qui a fait l’effondrement du prix du cacao de Cote d’Ivoir et la réussite d’autres pays producteurs comme l’Equateur.
                  Le ramassage des cabosses est une chose, mais le traitement ultérieur est hyperimportant.
                  Les cabosses sont écrasées et doivent fermenter, c’est à ce moment grâce à la fermentation que les fèves de cacao qui n’ont au départ que des « précurseurs de goûts » prennent leur saveur définitive.(Sans connaître la nécessité d’emploi de la fermentation, Colomb ne pouvait avoir une idée de ce qu’était le chocolat dans un premier temps).
                  Mais pour en arriver là, il faut que les fèves sèchent après la fermentation.
                  Alors si la saison est sèche, ça se fera naturellement « au soleil », mais si la saison est humide cela devra se faire à l’abris et le séchage se fera par passage d’air chaud et de fumée dans des tubes traversant le stock de fèves à sécher.
                  Et c’est là que se produit le drame régulièrement.
                  Les tubses de séchage sont fuyards, la fumée passe dans le tas de fèves.
                  La fumée s’introduit dans les fèves, comme on fume des jambons.
                  Un cacao qui prend le « goût de fumée » est fichu, c’est comme le beurre rance, c’est immangeable et irrécupérable.
                  Comme les lots sont de qualité très inégale, le prix moyen du cacao de côte d’Ivoire est dans les plus bas du monde.
                  Le bazar permanent dans ce pays fait qu’il est difficile de trouver des tubes de fumée de bonne qualité..
                  Si c’est pas cher payé, alors on fait travailler les gosses en espérant que le prix attirera le client.
                  Dans d’autres pays, il y a des gens qui profitent de la situation en Cote d’Ivoire pour développer des « crûs » de cacao qu’ils vendront 5 à 10 fois plus cher..
                  Parler de « commerce équitable » est une chose, parler de qualité en est une autre, parler de stabilité économique et politique sont encore d’autres choses...

                  @+


                  • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 07:29

                    Krolik,

                    merci de votre commentaire qui démontre la complexité de la situation,
                    en résumé, les chocolats bas de gamme, c’est à dire ceux qu’achetent en Europe les plus pauvres d’entre nous, sont complices sans le savoir du travail des enfants en Afrique.
                    et les classes favorisées dégustent des grands crus, puisque les chocolats de qualité, beaucoup plus chers, proviennent d’Amérique du sud...

                    c’est encore plus terrible.


                  • cathy30 cathy30 16 avril 2009 09:42

                    Olivier
                    Fil très interessant. Dimanche j’écoutais radio france bleue, c’était sur un grand chocolatier (pâques oblige) qui fournit notamment les hommes politiques, il disait que les plus grands crus étaient sud américain, et surtout celui de trinidad. J’étais loin de savoir ce qu’il y avait derrière le chocolat, c’est un tel plaisir. Bonne journée à vous.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 11:20

                      Cathy,
                      oui, c’est vrai...
                      on peut d’ailleurs faire un parrallele avec le café,
                      l’arabica (d’origine africaine comme son nom l’indique) est en fait surtout cultivé en Amérique du Sud, et c’est le café par excellence, pauvre en caféine, et très aromatique,
                      alors que le robusta est très riche en caféine, pas bon pour la santé, et vient généralement surtout d’Afrique.
                      ils sont facile a reconnaitre, le robusta ce sont des petits grains..au contraire de l’arabica.
                      bien sur, il ne faut pas l’acheter moulu...sinon comment le reconnaitre ?
                      et comme je dis souvent, « café moulu, café foutu »...il perd son arôme assez vite..et on n’a aucune preuve quand au contenu...
                      mais je m’égare.
                      à+


                    • Olivier 16 avril 2009 10:06

                      article bien fait et nécessaire, sauf quand vous arrivez à la partie politique et bolloré/le président. C’est souvent le défaut des articles sur agoravox, les rédacteurs font de gros raccourcis pour y glisser leurs convictions politiques.
                      Peut être pouvez vous nous éclairer sur le lien entre Bolloré (et le président) et les enfants esclaves dans les plantations de cacao ?

                      Mais plus généralement je m’étonne du fait que le label commerce équitable puisse exister. Cela veut dire que l’immense majorité des produits agricoles des pays pauvres vendus chez nous sont produits par des populations exploitées. La connerie humaine est sans limites, on en a une preuve de plus.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 16 avril 2009 11:13

                        Olivier,

                        Bolloré, comme chacun sait à fait une partie de sa fortune sur le cacao africain,
                        j’ai trouvé scandaleux que le Prez lui offre la légion d’honneur...
                        de là à penser que ce geste est un remerciement pour service rendu ?
                        chacun jugera ...
                        comme l’a relevé un des commentateurs, le chocolat haut de gamme viendrait plutot d’Amérique du sud, mais je ne suis pas certain que les conditions de travail soient de meilleures qualités ?
                        il faudrait enquêter...
                        tout ce qu’on peut espérer c’est que la pression médiatique continue, afin de mettre un terme aux agissements des esclavagistes.
                        il y a déjà pas mal d’articles parus dans la presse sur ce sujet, ces temps ci...
                        il faudrait que çà continue.
                        et merci de votre commentaire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès