Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un G2 qui s’affirme

Un G2 qui s’affirme

Jamais lors d’un G20, l’importance du duo Etats-Unis-Chine n’avait été autant soulignée que lors de celui qui s’était déroulé à Séoul en novembre 2010. La guerre des monnaies était en effet au centre des débats ce qui avait eu pour double conséquence, à la fois d’intensifier les mésententes sino-américaines mais aussi d’attirer l’attention sur ces deux pays. Ils étaient les principaux acteurs de cette réunion et la rencontre qu’ils ont organisé avant le début du G20 le montre bien. Les journalistes n’ont pas mis longtemps pour s’en rendre compte et préférer un terme plus juste pour qualifier ce nouveau groupe : G2.

Une expression qui prend tout son sens lorsque l’on suit, jour après jour, la rencontre entre le président Obama et son homologue chinois accueillit très solennellement. Les deux présidents se sont entretenus à plusieurs reprises depuis le 18 janvier sur de multiples sujets aussi bien économiques que diplomatiques et politiques. Obama ne s’est pas embarrassé des tabous habituels en abordant plusieurs points chauds. Après avoir demandé à la Chine un « ajustement » de la valeur de sa monnaie, le Yuan, Il a en effet mis un point d’honneur à réclamer des progrès en matière de droits de l’Homme, de liberté de la presse et de liberté d’expression notamment. Ainsi, il aurait, entre autres, évoqué le cas de Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix toujours emprisonné en Chine mais aussi le problème du Tibet, invitant son homologue au dialogue avec le Dalaï Lama.

Une avancée importante a été remarquée dans ce domaine à la suite de ce dialogue entre les deux chefs d’Etats :

Barack Obama : « En tant qu’Américains nous avons des principes essentiels sur l’universalité de certains droits comme la liberté d’expression, la liberté de religion […] et j’en ai parlé ouvertement avec le président. »

Hu Jintao : « La Chine agit pour la protection et la promotion des droits de l’Homme, elle a toujours faits des progrès dans ce domaine […] qui sont reconnus par l’ensemble du monde mais beaucoup reste à faire en Chine en terme de droit de l’Homme.

(Voir la vidéo du journal télévisée de France 2 - lien en fin d’article)

La fermeté affichée dans les propos du président Obama au sujet de thèmes aussi épineux, montre un certain courage et en tout cas une volonté d’affirmer son pays comme le premier interlocuteur de la Chine. Finit la brouille de 2010 au sujet des monnaies. Obama veut montrer que d’autres problèmes le préoccupent aussi.

La réplique que lui fait son homologue chinois semble par ailleurs montrer qu’un tel déterminisme peut parfois payer. S’il n’y a là aucuns engagements concrets, c’est tout de même la première fois que le président chinois admet que « beaucoup reste à faire ». Cette phrase inhabituelle sonne pour tout le monde comme un espoir de changements et constitue l’une des plus grandes avancées dans le domaine. Il faut cependant se méfier car, comme le montrait Alan de Chalvron au 20H de France 2 du 20 janvier, cette phrase paraissait avant tout adresser aux Etats-Unis et aux pays occidentaux plutôt qu’à la Chine elle-même. En effet, selon ce journaliste, ces propos n’étaient visibles dans aucuns journaux nationaux… 

Le bilan de cette rencontre sino-américaine contraste énormément avec celle que le chef d’Etat Chinois avait effectué en novembre dernier en France. Dans le pays des droits de l’Homme, Nicolas Sarkozy s’était réjouis des gros contrats signés grâce, si l’on peut dire, à l’effacement du chef de l’Etat sur les sujets qu’a réussi à aborder Obama. Tous avait été fait pour s’assurer que la Chine reste un allié économique si bien que le président avait jugé bon de ne pas parler de que sont censés être les principes par excellence de la France. On peut s’interroger et remettre en cause cette décision sur un plan éthique. On peut aussi constater que cela n’a apparemment pas peser sur les accords économiques prévus entre la Chine et les Etats-Unis puisqu’un contrat de 45 milliards de dollars, en partie composé de commandes de Boeing, a été signé.

Les Etats-Unis ne sont cependant pas la France et c’est bien là que se fait toute la différence. Aujourd’hui, si un pays peut se permettre de tenir tête à la future première puissance mondiale c’est bien celui de l’Oncle Sam. Le pays du laisser-faire a clairement supplanté celui des droits de l’Homme dans ses revendications traditionnelles. La dissidence mondiale ne s’affirme donc plus dans le G20 ni dans le G8 mais plus que jamais dans le Groupe des Deux : la Chine et les Etats-Unis.

lien video : http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/a-washington-hu-jintao-manie-le-langage-de-la-fermete-sur-taiwan-le-tibet-2028082/#read-2028207


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 21 janvier 2011 21:29

    @L’auteur,

    Vous vous intéressé au journalisme, c’est à la recherche des faits et leur commentaire, ou le vedettaria à la Pernault et compaginie. Si c’est le premier, votre article n’a rien d’investigation sur les faits. C’est plutôt un commentaire de texte, (les phrases dites par les deux présidents en question).
    Comment pouvez-vous parler encore de droits de l’homme pour ces deux Etats ? Ce n’est plus crédibles du moins depuis le 11/09. L’un avec son guantanamo, des lois liberticides, ses guerres en Irak, l’Afghanistan et le soutien inconditionnel d’Israel. L’autre, où l’asservissement de plus d’un milliard d’individus par une oligarchie ne retient plus l’attention tellement vous et les autres journaleux êtes obssédés par les chiffres de la croissance,

    mais la croissance pour qui et pourquoi faire, si la majorité n’en bénéficie pas ???? 


    • stanac 21 janvier 2011 22:05

      J’ai spécifié au moment de publier l’article qu’il s’agissait d’un article d’opinion et non relatant des faits. J’ai voulu, avec cet article, donner mon ressentis sur l’évènement et pas rechercher des faits nouveaux. C’est donc un avis personnel qui forcément ne plait pas à tout le monde.

      Vous dites que parler des droits de l’homme n’est plus crédible depuis le 11/09. La diplomatie est toujours assez cynique, la langue de bois est en permanence utilisée (pour preuve tous les exemples que vous avez cité). Est-ce pour cela qu’il ne faudrait plus croire dans les droits de l’homme ? Même si ce n’est pas crédible, admettons que cette phrase arrive dans les oreilles des chinois par internet par exemple. Même si le président n’est pas crédible dans ses propos, ce qu’il a dit aura forcément une répercussion sur la population.


    • stanac 21 janvier 2011 22:06

      "vous et les autres journaleux êtes obssédés par les chiffres de la croissance,

      mais la croissance pour qui et pourquoi faire, si la majorité n’en bénéficie pas ????"

      Ce sont des accusations que je trouve un peu abusives. Jamais dans l’article je n’ai parlé de croissance ni de la situation économique de la Chine (même si j’ai abordé le contrat de 45 milliards de dollars mais pour d’autres raisons).

      Comme vous avez dû le voir dans ma description je m’intéresse au journalisme. Cependant, je suis loin d’être un « journaleux ». Pour tout vous dire, je suis assez jeune et c’est peut-être pour cela que mes propos vous paraissent naïfs. Agora Vox me permet justement de me faire une idée des exigences de la rédaction d’articles. Je recherche des sujets qui m’intéressent et j’essaye de les traiter selon mon point de vue ou par rapport à mes connaissances.

      Même si je trouve ce message un peu agressif, j’essayerai d’en tirer profits dans la rédaction de mes futurs essais. Si vous le voulez vous pouvez me donner des conseils sur mon blog par exemple (les commentaires d’agora vox ne servant pas à cela). Je suis preneur !


      • FRIDA FRIDA 21 janvier 2011 23:35

        @Stanac

        Je suis assez franche dans mes critiques et mes commentaires. Je dis ce que je pense ou je m’abstiens pour ne pas déborder. Cela peut être pris comme une agression, en tous cas ce n’était pas mon intention vous concernant. Le terme de journaleux concerne plutôt Pernault, pujadas et des pimbêche genre Ferrari.
        Vous, j’ai plutôt critiqué votre commentaire de texte, plus exactement votre commentaire des phrases. Parce que vous souhaitez faire du journalisme que je vous ai invité (je l’avoue d’une mainière abrupte), même si vous ne vous êtes pas penché sur les faits, au moins vous auriez pu être logique et coherent dans vos opinions avec le comportement et la politique des acteurs au lieu de réciter ce qu’ils disent agissant, malgrè vous, en agent de propagande.

        Vous ne croyez pas qu’il y a assez de répétitions dans les médias, y compris les gratuits que l’on ne peut s’empêcher de lire, tellement ils sont littérallement sous nous yeux rien que par l’effet des autres (qui les lisent dans le metro par ex).

        Depuis la chute du mur de Berlin, tout est présenté comme unique, exceptionnel, historique etc. Le tsunamie, les rencontres bilatérales, le G20, l’Europe, les pays émergents, la Crise et Bla bla bla.
        Mais les vraies transformations sont tues, ou dites bien plutard, en les présentant comme maintenant trop tard pour s’en indigner ou protester, c’est fait.

        Alors, vous voulez faire oeuvre personnelle, une opinion personnelle, d’abord dispensez-vous de citer Alan de Chalvron ou tout autre journaliste pour vous donnez du crédit, surtout si vous le faites sur votre propre blog ou un autre blog, osez exprimer votre opinion personnelle sans personnalité « d’autorité ». On peut citer queqlqu’un qui a rapporté un fait. Mais une opinion ?!

        Je prends des citations de votre article lesquelles m’ont incitée à intervenir,
        « Les journalistes n’ont pas mis longtemps pour s’en rendre compte et préférer un terme plus juste pour qualifier ce nouveau groupe : G2 »
        C’est le genre de commentaire qui fait diversion, comme ceux qui aiment écouter leur voix ou quand on parle par peur du silence, juste parler. Mais dans ces cas, croient-ils qu’ils donnent de l’information. Elle est où quand j’entends G2 ou G20 ?? Vous pensez que les gens ne savent pas faire la part des choses, il faut traduire ce qui est visible par des abréviations qui donnent à ceux qui les prononcent l’air « sachant ».Mais quid des tenants et aboutissant de la situation ?? Vous parlez de la guerre des monnaies, n’est-ce pas pardoxal avec une mondialstion et des relations diplomatiques etc ? si Les EUA et la Chine sont en guerre économique ou monétaire qui sont leurs alliés ??? Sommes nous au début, au milieux ou à la fin de la guerre. Qu’en est-il des enjeux ??? J’aimerai bien savoir et connaître des points de vue des uns et des autres. Les journaleux, pardon les journalistes monopolisent l’espace médiatique, par le divertissement informatique, en invitant des analystes peu compétents ou tendancieux. ils sont comme des perroquets, mais attirés par le sensationnel et le scoup.

        « La fermeté affichée dans les propos du président Obama au sujet de thèmes aussi épineux, montre un certain courage et en tout cas une volonté d’affirmer son pays comme le premier interlocuteur de la Chine. Finit la brouille de 2010 au sujet des monnaies. Obama veut montrer que d’autres problèmes le préoccupent aussi. »

        C’est un paragraphe qui n’apporte aucune information et encore aucune analyse. Que veut dire « fermeté » même si on lui accole le mot « affiché ». Obama courageux ???? ou obligé ??? Que veut dire « le premier interlocuteur de la Chine » ???? En quoi consisitait cette brouille de 2010 au sujet des monnaies ??? Ce n’est là que des item numbers des films de bollywood pour rendre des trames trop sordides et cyniques plus attrayantes et détourner l’attention. C’est nous faire avalez une pillule bien amère tout simplement.C’est de ce paragraphe que j’ai déduit le thème sur la croissance. Bien sûr vous ne l’avez pas aborder directement.

        Encore une fois, je ne souhaitais pas vous agresser, et je m’en excuse. Simplement j’ai essayé de vous dire que vous avez la possibilté d’être libre dans vos opinions en vous exprimant différemment des autres qui ont le monopole de la parole publique.
        Enfin, que vous soyez proaméricain ou prochinois ou non ne change rien, l’essentiel réside dans vos convictions personnelles.


      • The Blog Beginner 23 janvier 2011 11:20

        Je comprends mieux ce que vous avez voulu me dire maintenant.

        - moins de répétition

        - pas d’appropriation des idées des autres quand on veut exprimer une opinion personnelle

        - plus de précision, d’explications

        - pas de généralités (les journalistes disent...)

        Merci à vous. N’hésitez pas à me redonner votre avis la prochaine fois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès