Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un Mur qui exclut les droits de l’homme

Un Mur qui exclut les droits de l’homme

Cet épisode ne se passe pas dans un pays lointain dont nous connaissons mal les coutumes. Il se passe actuellement en Israël, un pays moderne, démocratique, dont les habitants sont instruits et civilisés.

Un reportage de Gideon Levy, traduction de Michel Ghys

Les membres de la famille Al-Qa’abneh ont toujours su qu’ils vivaient dans les Territoires palestiniens, jusqu’à ce que la construction du Mur de séparation les laisse du côté israélien, avec seulement une porte étroite leur permettant de se rendre aux écoles et aux lieux de travail du village. En septembre 2007, Israël a fermé la porte. La population est en état de siège.

Nous sommes assis à l’ombre d’un figuier. Le bruit de l’usine de béton voisine couvre les cris des bébés qui montent des cahutes en tôles, mais couvrant tout, il y a le Mur dressé à quelques dizaines de mètres, portant une ombre lourde et accablante. Des ouvriers palestiniens ont travaillé dur pour achever la route de sécurité qui serpente le long du Mur de béton. Huit mètres de haut.

Du côté palestinien du Mur en béton, on voit dépasser les toits des maisons de Bir-Naballa, des citernes d’eau et des antennes aussi. C’est là-bas, au-delà du Mur, que se trouve le centre de la vie de nos hôtes, un groupe d’hommes bédouins, notables au regard sombre. L’école de leurs enfants, les maisons de leurs proches et leurs sources de revenus. Il y a quelques jours, ils pouvaient encore se rendre là-bas, à une centaine de mètres, par une brèche dans le Mur, gardée par un soldat. Mais maintenant, la dernière ouverture a été fermée, bouchée par du béton et le passage leur est barré.

Les membres de la famille Al-Qa’abneh sont en état de siège. Pour se rendre à l’école qui se trouve derrière le Mur, les enfants doivent parcourir un long chemin compliqué. Pour rentrer à la maison, ils doivent s’équiper chaque jour d’une nouvelle attestation. Pour acheter un sac de nourriture pour le bétail, il faut faire un parcours comparable, une à deux heures à pied et en voiture. Les malades et les femmes enceintes ? Par chance, depuis que le blocus a été instauré, la situation ne s’est pas encore présentée.

D’après leurs cartes d’identité vertes, ce sont des habitants des Territoires, mais le sort a décidé de les laisser du côté israélien du Mur, là où il est interdit à un habitant des Territoires de se déplacer sans un permis en poche. Un groupe de bergers paisibles : leur univers s’est effondré sur eux et ils crient à l’aide.

Leur avocat, Shlomo Laker, a déjà déposé plainte auprès de la Cour suprême, mais le moulin de la justice tourne lentement : la prochaine audience est fixée en janvier, la juge Myriam Naour n’a pas trouvé bon de lancer une ordonnance et, en attendant, les enfants et leurs parents sont jetés sur des chemins tortueux, dépensant de fortes sommes et perdant un temps précieux pour se rendre à l’école ou à l’épicerie. Les voilà emprisonnés dans leurs maisons et même, là, ils sont considérés comme en séjour illégal. « Nous demandons à toute instance ou organisation d’agir et de venir à notre rescousse », dit le moukhtar, Moussa Qa’abneh, « Ce ne sont pas des dons que nous sollicitons, mais seulement que quelqu’un se range à nos côtés dans notre combat pour une vie normale ».

Ils sont ici depuis 1967 à la limite Est de Bir-Naballa, à quelques centaines de mètres du barrage de Kalandiya, au nord de Jérusalem. Jusqu’en 1948, ils vivaient dans le Néguev dont ils ont été chassés ou qu’ils ont fui vers la Cisjordanie. Après la guerre des Six jours, ils ont pris à bail des terres appartenant à des habitants de Beit Hanina tout proche et qui a été annexé à Jérusalem, et ils ont commencé à y cultiver et à y garder leurs troupeaux.

Ils sont aujourd’hui 63 âmes, appartenant à six familles, 14 en âge scolaire dont 7 sont les enfants de Mahmoud Al-Qa’abneh qui a été le directeur d’une école bédouine près de Jéricho et qui est maintenant retraité. Ces dernières semaines, il a fait office de parent accompagnateur pour les enfants du lieu, sur leur chemin tortueux jusqu’à l’école de Bir-Naballa. Seize constructions temporaires, cahutes de tôle ou de toile, plantées au seuil d’un oued dans lequel l’usine israélienne de béton de la zone industrielle d’Atarot déverse régulièrement ses eaux usées. La nuit, au lieu de chiens, c’est une troupe d’oies qui veille sur eux : leurs cris avertissent de l’approche de tout étranger.

L’électricité et l’eau, ils les font venir par des lignes improvisées qui passent par l’ouverture de drainage aménagée sous le Mur de séparation construit ici il y a un an et demi environ et qui porte le nom impeccablement lessivé d’ « enveloppe de Jérusalem ». Mais ce Mur n’enveloppe personne ici, il étrangle seulement. Lorsque quelqu’un veut se laver ou préparer une tasse de thé, il téléphone à des proches qui vivent à Bir-Naballa, de l’autre côté du Mur, et leur demande de leur ouvrir le robinet.

Jusqu’en 1994, ils vivaient à 500 mètres plus à l’Est du figuier sous lequel nous sommes assis. C’est alors que sont arrivés les délégués des autorités qui leur ont expliqué que leurs cahutes en tôle se trouvaient sur le territoire de la municipalité de Jérusalem et qu’ils devaient le quitter - 500 mètres en tout. Leur site à eux a été détruit et ils ont été amenés là où ils sont maintenant. Les délégués des autorités leur ont expliqué que, dorénavant, ils habitaient dans les Territoires. Leur vie s’est poursuivie dans la quiétude bédouine, jusqu’en mai 2006, quand le Mur de séparation a surgi. Ils se sont tout à coup retrouvés du côté israélien. Plus de Territoires.

Lorsque les travaux du Mur ont commencé, les délégués des autorités ont reparu pour leur expliquer que l’endroit vers lequel ils avaient été évacués plus de dix ans plus tôt n’était pas non plus dans les Territoires et que, dès lors, ils y habitaient encore toujours d’une manière illégale. Les habitants se sont empressés d’engager les services d’un avocat, Shlomo Laker, qui, depuis lors, s’occupe infatigablement de leur affaire.

Quand le Mur a été achevé, un étroit passage leur y a été laissé, afin qu’ils puissent continuer à subsister d’une manière ou d’une autre. Le garde-frontière de faction à cette entrée permettait à leurs enfants d’aller à l’école à Bir-Naballa, et eux-mêmes transportaient à dos d’âne les produits de première nécessité. Une fois, un des membres de la famille, Houssam, a été frappé alors qu’il essayait de faire passer par cette porte un sac d’aliment pour les bêtes. Il y a deux mois et demi, même ce riche filon s’est arrêté.

Le 12 septembre, sans la moindre notification préalable, l’Administration civile a envoyé une bétonnière qui est arrivée et a déversé son contenu dans l’étroit passage. La dernière porte leur a été fermée et scellée. Les voilà devenus des résidents en séjour illégal, dans leurs maisons. Shlomo Laker, l’avocat, explique qu’il y a encore des milliers d’habitants qui vivent en bordure de la capitale unifiée et qui se trouvent dans des situations semblables. Lui-même représente un millier d’entre eux dont la vie a été détruite à cause du Mur. Le fait est que, contrairement à d’autres cas, dans le cas des Qa’abneh, le tribunal n’a même pas émis d’ordonnance avant faire droit, qu’il a décrété que le sort des enfants se poursuivrait à travers les épreuves du chemin de l’école - qui sait jusqu’à quand ? Sans carte d’identité israélienne, et même sans autorisation permanente de passage pour permettre aux enfants d’aller étudier.

Les premiers jours qui ont suivi la fermeture du passage, on était en période de fêtes en Israël, les Territoires étaient bouclés et les enfants étaient forcés de rester chez eux. Ensuite, une partie des enfants est allée habiter chez des proches à Bir-Naballa, de l’autre côté du Mur, coupés de leurs parents, pour pouvoir se rendre à l’école tous les jours. Ici, les études sont quasiment une valeur suprême. « Ce fut une semaine douloureuse », dit le directeur d’école à la retraite, « Ce fut le Ramadan le plus dur que nous ayons jamais eu. Nous ne pouvions pas rendre visite à nos proches et eux n’ont pas pu venir chez nous. Tous nos proches se trouvent en Cisjordanie et, nous, nous sommes ici ».

Les fêtes terminées, on pensait que le problème serait résolu. Israël n’arrête pas de déclarer que le « cadre de vie » des Palestiniens ne sera pas affecté par le Mur de séparation. Les paroles d’un côté, les actes de l’autre. Les fêtes se sont achevées, mais pas les tourments. Le 18 septembre, les enfants sont restés coincés de l’autre côté du Mur, sans aucune possibilité de rentrer à la maison. Mahmoud a filé à Bir-Naballa et les enfants ont réussi à grimper sur le Mur en passant par un bâtiment adjacent, et à descendre avec des cordes pour pouvoir retourner chez eux. Les grands aidant les petits.

Le lendemain, Mahmoud a emmené le groupe des élèves à l’école en passant par le barrage de Kalandiya. Entrer dans les Territoires, cela ils peuvent le faire, mais revenir : seulement avec un permis d’entrer en Israël, permis qu’ils n’ont pas. « Le choix était difficile », explique Mahmoud, « Soit ne pas aller à l’école, soit y aller et prendre le risque qu’ils ne puissent pas en revenir ».

Au barrage de Kalandiya, ils prennent un taxi spécial qui les emmène à l’école, 14 livres israéliennes (deux euros) par enfant et par jour, ce qui représente une somme élevée pour eux. Au moins une heure de trajet. Mahmoud Qa’abneh possède un permis pour aller travailler à Ramallah et revenir chez lui tranquillement, mais pas ses enfants.

Chaque jour, Mahmoud et les enfants contactent B’Tselem ainsi que le centre humanitaire de l’administration civile, afin d’obtenir une autorisation de revenir des Territoires en Israël, chez eux. Cela prend du temps. Un jour, l’autorisation n’est arrivée que le soir déjà tombé, et avec lui l’heure du repas de rupture du jeûne ; alors ils ont décidé de rester sur le lopin devant une des maisons. Sous la voûte du ciel, ils ont planté une tente où ils ont passé l’après-midi et la nuit, avec leurs parents de l’autre côté.

La vue qui s’est révélée aux yeux de l’enquêteur de B’Tselem, Karim Joubran, l’a ébahi. Chaque enfant s’était pelotonné dans un coin et préparait ses devoirs, par terre. « Chez moi, si ma femme ne pousse pas les enfants à faire leurs devoirs, il n’y a aucune chance qu’ils soient faits. Ici, sans parents, chacun dans son coin, plongé dans ses leçons », a-t-il dit. Ils ont passé la nuit là.

La procédure se répète. Les enfants partent à six heures du matin pour arriver à temps à l’école. Sur le chemin du retour, ils téléphonent à B’Tselem et après une heure ou deux d’attente, ils traversent le barrage. Personne n’est prêt à leur donner un permis de passage permanent, l’affaire est en instance, ce qui constitue aussi pour le porte-parole de l’Administration civile, le capitaine Tzadki Maman, un excellent prétexte pour répondre à Antigone Ashker, de B’Tselem, qui s’était adressée à lui dans une lettre urgente : « L’affaire se retrouve au tribunal, à la faveur d’une requête qui a été introduite à ce propos. Il ne nous est dès lors pas possible de répondre, en ce moment », a écrit le porte-parole. D’ici que « ce moment » soit passé, l’hiver viendra, les journées se feront plus courtes et la pluie tombera. Qu’en sera-t-il des enfants ?

Ils dépendent maintenant complètement des bénévoles de B’Tselem et de l’Administration civile. Parfois l’officier de l’Administration ne répond pas au téléphone et les enfants attendent. On ne voit pas bien pourquoi l’Administration refuse de procurer, même aux enfants, des permis de passer permanents.

« Nous sommes satisfaits de notre vie dans nos cabanes, même si elle est dure », dit Moussa, le moukhtar, « Nous demandons seulement à toute personne qui a, dans le cœur, un peu d’humanité et de compassion, qu’elle nous tende la main et nous aide. Nos enfants sont brillants aux études. Cette situation les pousse à rester à la maison avec les moutons et à ne pas aller à l’école. Nous avons dressé cette tente pour accueillir des hôtes, mais elle reste vide. Qu’avons-nous fait pour recevoir cette punition ? »

Ils étaient prêts à passer de l’autre côté de la clôture, mais seulement s’ils recevaient une terre à la place des 300 dounams qu’ils ont ici. Et Mahmoud ajoute : « Si l’on nous enferme comme ça, il faut nous donner des conditions minimales pour vivre dignement. Ils sont en train de nous étrangler. Nous, Bédouins, sommes par nature, sensibles. Nous ne pouvons pas vivre sous pression et humiliés. Nous avons besoin d’espaces ouverts ». Il a dit cela, puis il a porté son regard vers le Mur.

Que faisons-nous ?

La France assiste impuissante à ce déni des droits de l’homme. La situation des Palestiniens est exposée chaque semaine par Gideon Levy, dans le quotidien de gauche israélien Ha’aretz. Très critique de l’occupation israélienne, il tient une chronique hebdomadaire des violations commises contre les Palestiniens sous le titre Twilight Zone. Au fil des ans, il est devenu pour la droite israélienne une icône du « gauchiste pro-palestinien » et un alibi-repoussoir pour les autres. « Comment pourrions-nous ne pas être une démocratie ? Nous laissons écrire Gideon Levy ! », a coutume de dire le ministre de la Défense, Shaul Moffaz.

http://www.palestine-solidarite.org/debat.Gideon_Levy.sommaire.htm


Moyenne des avis sur cet article :  3.62/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 20 décembre 2007 11:44

    Il bizarre qu’un peuple qui se prend pour la lumière du monde commette les mêmes erreurs historiques que les autres. Les murs de la honte sont faits pour tomber, comme les barbelés d’Auchwitz, comme la ligne Maginot et comme celui de Berlin.

    La seule solution viable pour la Palestine est celle proposée par le Colonel Kadafi ; un seul Etat englobant les deux communautés.


    • Black Ader 20 décembre 2007 15:07

      « un seul Etat englobant les deux communautés. »

      Z’avez deja vu un seul Etats multi racial qui ne sombre pas dans la guerre civil, vous ???

      Non, la seule solution, c’est la Guerre, mais la vraie, pas des conneries « d’incurtion » et autre « occupation ». Mais bon, à notre époque de tapettes...


    • Internaute Internaute 20 décembre 2007 18:58

      Il me semble qu’un seul Etat multiracial est ce que nous propose le PS et l’UMP pour la France. Alors je ne vois pas ce qu’il y a d’incongru à cette proposition pour l’Israël.


    • dom y loulou dom 20 décembre 2007 22:37

      @black Adler

      il n’y a aucun état qui ne soit pas multiethnique hormis Israel et la guerre civile ne les ravage pas tous, à moins que vous affirmiez que la guerre fait rage partout ce qi serait une bien curieuse manière de se souhaiter l’humanité. smiley


    • ZEN ZEN 20 décembre 2007 12:31

      Merci , Céphale , de rappeler que, même en Israël, certains s’inquiètent du caractère suicidaire de la politique instaurée pas Sharon.

      Quand on regarde une carte de la Cisjordanie, on se dit que la situation coloniale est quasi-irréversible, malgré le rideau de fumée d’Annapolis...


      • Internaute Internaute 20 décembre 2007 19:01

        De toute façon, ce Moyen-Orient rend fou. Je viens de lire un article du Figaro où l’on explique que des juifs sont condamnés en Israël pour racisme et anti-sémitisme, si si ! Ce ne sont pas encore des néo-nazis mais presque.


      • ZEN ZEN 20 décembre 2007 13:13

        Oh Là ! le Betar a encore frappé...

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Betar


        • HELIOS HELIOS 20 décembre 2007 13:37

          Darwin, vous connaissez ?

          A force d’arracher les grillages, les murs ont poussés.

          Les KSam qui continuent quotidiennement a tomber sur Israël, même si ici nos médias si prompt à dénoncer une « incursion » israëlienne dans les territoires sont parfaitement muets sur le sujet.

          Cette histoire, si bien racontée, est lamentable, mais ce n’est qu’un petit rien face aux enjeux de la survie d’Israël.

          Je vous rapelle les 300 M€ d’avance sur tresorerie (il y a ni date ni conditions de remboursement) pourraient eventuellements servir à l’autorité palestinienne pour offrir une terre, de l’autre coté, a ces pauvres bédoins.

          Quand aux murs, il y en a partout, des physiques et des non-physiques. Les Israëliens en ont construit un « en dur », les arabes de palestine l’ont eux, dans la tête. lequel sera le plus facile à demonter à votre avis ?

          Ce n’est pas la peine de voter en négatif, je me mets tout de suite les -20 que les lecteurs m’attribuent déjà.


          • drzz drzz 20 décembre 2007 15:02

            N’IMPORTE QUOI

            Les palestiniens mettent des bombes dans les bus scolaires et ont massacré près de 400 Israéliens entre 2000 et 2002. smiley

            Et des idiots comme l’auteur de cet article demandent aux Israéliens d’enlever un mur de PROTECTION face aux fanatiques !!! smiley

            J’en ai marre des blaireaux qui ne sortent jamais de chez eux et qui ne vont pas voir la REALITE SUR PLACE : http://leblogdrzz.over-blog.com/article-11389119.html

            Allez donc dans le pays et vous verrez si vous ne serez pas content qu’il existe un mur pour empêcher des malades mentaux de poster une bombe dans le restaurant où vous êtes.

            Le crétin qui a fait cet article mériterait deux gifles. smiley


            • drzz drzz 20 décembre 2007 15:07

              Mais c’est bien normal que les Français, ces pauvres crétins pétainistes, soutiennent ceux qui tuent des Juifs, à savoir les Palestiniens : http://leblogdrzz.over-blog.com/article-14331859.html

              Les petits collabos de 40 n’ont pas changé d’avis, ô que non, ils ont juste fait des enfants aussi cons qu’ils l’étaient à l’époque. smiley


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 15:13

              Et si ce mur coupe les habitants de Cisjordanie des simples moyens de subsitance, et que ça vole une partie du territoire des Palestiniens, c’est pas bien grave, j’imagine.

              Et quand Israél fait de « l’antiterrorisme » en bombardant et en utilisant des armes à sous-munitions, c’est pas du terrorisme, ça ? Mais ça ne tue que des enfants palestiniens, donc ça ne vous dérange pas, j’imagine !


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 15:15

              Ce mur de la honte créé un township palestinien, une prison à ciel ouvert. Un mouroir.


            • drzz drzz 20 décembre 2007 15:17

              La grande différence entre vous et moi, c’est que j’ai été sur place.

              Les médias arabes sont les champions toutes catégories dans la désinformation, aidé en ceci par l’AFP : http://leblogdrzz.over-blog.com/article-11815663.html

              Les Palestiniens encouragent leurs propres gosses à commettre des attentats suicides et les tarés de ce pays de malades mentaux qu’on appelle la France les félicitent.

              Non, vraiment, Vichy n’était pas un accident. La France est réellement fascinée par l’horreur. smiley


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 15:24

              Non, la grande différence entre vous et moi, c’est que pour vous il y a des bons et des mauvais morts, et pas pour moi.


            • drzz drzz 20 décembre 2007 15:25

              Il y a des innocents et des coupables. Les Palestiniens à 80% veulent le meurtre de Juifs. Ils méritent ce mur.


            • Black Ader 20 décembre 2007 15:29

              « Non, la grande différence entre vous et moi, c’est que pour vous il y a des bons et des mauvais morts, et pas pour moi. »

              Pourtant, un bon communiste est un communiste mort, et ca, personne ne peut le nier, de même que pour les NAZI. Dés lors, c’est refuser de prendre parti, donc être complice du MAL.


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 15:31

              Je vous laisse la responsabilité de vos propos.


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 15:32

              @brzz : « Les Palestiniens à 80% veulent le meurtre de Juifs »

              D’où sortez-vous vos chiffres ? Citez vos sources !


            • Black Ader 20 décembre 2007 15:43

              « @brzz : »Les Palestiniens à 80% veulent le meurtre de Juifs"

              D’où sortez-vous vos chiffres ? Citez vos sources !"

              Suffit de voir leur lecture (Mein Kampf et autre Protocole des Sage de Sion...) et puis, ils ne sont pas civilisé, vous savez.


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 15:50

              Maintenant, vous affirmez que les Palestiniens lisent à 80% le Protocole des Sages de Sion ou Mein Kampf ??? On sombre dans l’absurdité. Quand à vos remarques racistes, elles montrent bien votre nature.


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 15:52

              Ce qui me frappe, ce sont les gens qui comme vous, haïssent les Palestiniens, mais qui semblent experts quant aux lectures ou aux habitudes qu’ils peuvent avoir. Avez-vous vu ne serait-ce qu’une seule fois un Palestinien lire Mein Kampf ?


            • Black Ader 20 décembre 2007 15:58

              ? ? La civilisation n’est pas inscrite dans la race, au derniére nouvelles. Ou alors ont parle dethnie, peut être ?

              Enfin bon, on sais tous que ce sont des sauvages, inutile de se cacher deriére son petit doigt. Sur l’échelle de l’Evolution et du Progrés, ils sont en bas. Et oui, leur lectures pus, et leur livres scolaire n’ont rien à envier aux livres de propagande Nazi. C’est ainsi. Ce n’est pas parce que les Israéliens leur cassent (vaguement)la gueule qu’ils sont innocents !

              Dés lors, une protection hermétique contre ces miasmes nauséabonds que sont l’antisémitisme et la barbarie sont justifiés. Aprés tout, on ne voit pas pourquoi ils devraient aller en Israel : est ce qu’ils vont en Egypte ou en Jordannie ?


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 16:04

              Vos propos sont tellement outranciers qu’ils ne méritent même pas de réponse.


            • Black Ader 20 décembre 2007 16:04

              « Ce qui me frappe, ce sont les gens qui comme vous, haïssent les Palestiniens, mais qui semblent experts quant aux lectures ou aux habitudes qu’ils peuvent avoir. Avez-vous vu ne serait-ce qu’une seule fois un Palestinien lire Mein Kampf ? »

              « Haissent » ??? Pourquoi voulez vous que je haisse des gens insignifiants ???

              Sinon, je vous signal que MK et le Protocole sont des méga succé de librairie la bas. Alors, peut être que c’est juste pour décorer, qu’ils ne savent pas lire, que c’est pour les images, mais j’ai un doute..


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 16:05

              Vos propos sont tellement outranciers qu’ils ne méritent même pas de réponse.


            • Black Ader 20 décembre 2007 16:08

              « Vos propos sont tellement outranciers qu’ils ne méritent même pas de réponse. »

              Pfff, vous ne croyez pas au Progrés, voila tout. Apprenez que chaques peuples est à un niveau différent sur l’échelle de la Civilisation, c’est ainsi. Les Palestiniens et les arabes ne général ont énormément à apprendre pour pouvoir nous égaler un jour (s’ils y arrivent jamais !). Est-ce ma faute s’ils sont retardé ? Bein non. Pourquoi chercher alors à me culpabiliser ?


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 16:16

              Progrès ? Traitez tout un peuple de « sauvage » comme le premier général Custer venu ne constitue en aucune manière un progrès ! C’est *votre* réthorique qui se rapproche de celle des nazis !


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 16:21

              Je vous signale au passage que le terme de « race » n’a pas de fondement quand on parle d’êtres humains. Il peut parfaitement y avoir plus de différence sur le plan génétique entre une personne blonde et une personne brune (ou gauchère et droitière, petite et grande, avec ou sans calvitie, etc) qu’entre un Maori et un Norvégien.


            • Black Ader 20 décembre 2007 16:27

              « Progrès ? Traitez tout un peuple de »sauvage« comme le premier général Custer venu ne constitue en aucune manière un progrès ! »

              Et ? Qu’est ce que ca peut faire, nous sommes entre nous. Et puis la Vérité, c’est la Vérité, et le politiquement correct, la lacheté n’y change rien ; car au fond, vous êtes un lâche, voila tout. Il est normal qu’un supérieur juge les inférieurs pour ce qu’ils sont, et leur montre la voie pour qu’il parviennent jusqu’à la Civilisation (car cette voie, il l’a déja parcouru). Ne pas assumer ce qu’on est, c’est de la lâcheté. Est-ce que vous saviez que l’Espagne traduit chaques année plus de livres que n’en ont traduit au cour de toute leur histoire les arabes ? Et aprés, vous allez me dire que ce ne sont pas des barbares ? Vous me direz, ca leur évite d’avoir à les bruler..

              « C’est *votre* réthorique qui se rapproche de celle des nazis ! »

              Je ne vois pas trop. Civiliser « les races inférieurs », c’est la mission que s’est confié Blum, et Ferry, et Jaures, et ce ne sont pas des Nazi au derniére nouvelle.


            • Traroth Traroth 20 décembre 2007 16:42

              Ah, vous êtes un troll, en fait. Fallait le dire tout de suite, je ne me serait pas fatigué à vous répondre.


            • Marsupilami Marsupilami 20 décembre 2007 18:25

              @ Tous

              Attention, l’horrible troll NPM (ex-Adolphos, ex-Nicolas) est de retour sous le nouveau pseudo de Black Ader. DON’T FEED THE TROLL !!!


            • Marsupilami Marsupilami 20 décembre 2007 18:29

              @ Céphale

              Bon article humaniste... Mais comment se défendre contre une religion dont les pays où elle prédomine ont refusé de ratifier la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ?


            • Dégueuloir Dégueuloir 20 décembre 2007 20:37

              La déclaration des droits de l’homme est incomplète,ce devrait être « la déclaration des droits du vivant » ce qui inclut la faune et la flore(dont l’homme fait partie intégrante),les droits de l’homme sont une évidence même, mais utilisés tels que, fausse le concept et apparait égocentrique.

              La nature n’a point besoin de l’homme pour survivre,bien au contraire !par contre l’homme est totalement dépendant de son environnement...qu’il s’évertut à détruire à petit feu....au nom de la croissance......et métaphoriquement ,en dressant des murs et des moulins à vent...


            • dom y loulou dom 20 décembre 2007 22:54

              c’est imbuvable ce que vous écrivez Black Adler


            • Francesco 21 décembre 2007 11:09

              Ils sont largement plus civilisés que vous... et de loin !


            • caramico 22 décembre 2007 11:33

              Pour t’égaler en connerie, ça va être difficile...


            • Black Ader 20 décembre 2007 15:08

              Mouais, nous aussi on aurait bien besoin d’un mur, contre les cinglés des Cités...


              • Dégueuloir Dégueuloir 20 décembre 2007 20:41

                c’est toi qu’on devrait emmurer..... smiley ex ntm....


              • ZEN ZEN 20 décembre 2007 15:31

                Il faut écouter Olmert, qui parfois se laisse aller...

                Annapolis : une chance historique d’échouer ?...

                Un nouveau mirage, une nouvelle manière de gagner du temps, de donner le change, probablement....alors que la colonisation de la Cisjordanie, jamais interrompue, s’intensifie, créant une situation irréversible et rendant la création d’un Etat palestinien quasiment impossible.Il suffit de regarder une carte pour le comprendre.Le retrait de Gaza était un alibi commode donnant les mains libres en Cisjordanie pour instaurer un fait accompli , qui ne pourrait être mis en question sans drames.Politique coloniale à courte vue et suicidaire d’Israël... Lundi, plusieurs milliers de colons israëliens se sont réunis devant le Mur des Lamentations , afin de prier pour l’échec de cette conférence. Que va faire Yaweh , alors que d’autres prient pour le résultat inverse ?...Négotiations de la dernière chance en tous cas ; si elles échouent, le camp modéré palestinien sera anéanti et les chances de créer un Etat palestiniens deviendront nulles. S’il n’y a pas de vives pressions des USA sur Israël, il y a peu de chances d’aboutissement. Mais qu’attendre de Bush, qui a avalisé en 2004, l’annexion future par Israël des blocs de colonies les plus importantes de Cisjordanie ?...En paroles, Bush est un sage(ou un opportuniste) :« ...Le désespoir est un terreau sur lequel propèrent extrèmistes et radicaux... », vient-il d’affirmer. (zen)

                « Bush est en train de se faire une bonne image en faisant croire qu’il veut la paix entre Israel et les Palestiniens (avec un état Juif et les palestiniens dehors... bien sûr). On peut supposer sans trop s’avancer que de l’argent sera distribué. Il n’est en effet pas possible d’ouvrir un front avec l’Iran tant que la poudrière palestinienne menace Israel. Par ailleurs cela assoit le role de protecteur des US vis-à-vis de l’opinion internationale. Israel prépare ses frappes (justifiées pour Bush & co) vers l’Iran, et le protecteur US se tiens prêt à intervenir si nécessaire. C’est de l’avis de beaucoup le scénario le plus vraisemblable... »(commentaire de Hermès sur Agoravox)

                Olmert, dans un moment de lucidité ::« Si nous ne faisons rien,nous perdrons l’occasion de voir coexister deux Etas. Nous serons alors devenus un Etat d’apertheid et les organisations juives américaines seront les premières à contester notre existence » ( declaration à Yedioth Ahronoth)

                http://www.liberation.fr/actualite/monde/293019.FR.php?rss http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/cisjordaniedpl2000

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès