Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un petit Turc qui cloche

Un petit Turc qui cloche

Du contentieux frontalier entre la Turquie et l’Arménie

Encore une fois, l’adjectif historique résonne. Mais ceux qui l’utilisent évoquent généralement l’histoire comme une vague toile de fond. La connaissent-ils ? Au cours du week-end du 10 et 11 octobre dernier, les représentants de deux pays frontaliers sans relations diplomatiques se sont donnés rendez-vous à Zurich. Turcs et Arméniens ont en effet résolu de régler leur contentieux. La reconnaissance du génocide arménien reste la pierre d’achoppement des discussions. D’autres litiges ont aussi empêché les uns et les autres de s’entendre, en particulier la question de l’enclave azérie du Haut-Karabakh. La pacification des relations internationales et le développement des échanges au sud du Caucase s’inscrivent aujourd’hui dans le cadre du dialogue entre les Occidentaux et les Russes. Pour les dirigeants américains et européens, la levée des frontières orientales de la Turquie préfigure l’édification d’un oléoduc [Nabucco] reliant les champs pétrolifères de la mer Caspienne à la Méditerranée.

Dans Le Monde, Gaïdz Minassian explique les limites de ce genre d’accords médiatisés, obtenus sous le parrainage des grandes puissances, au premier rang desquelles les Etats-Unis, représentés par Mme Clinton. Je retiens en particulier l’allusion à l’isolement iranien qui se renforce à l’occasion d’un rapprochement diplomatique - même modeste - entre Erevan et Ankara. « Jusqu’à maintenant, l’Arménie incarnait le ventre mou mais incontournable du partenariat russo-iranien. Une Arménie avec le Haut-Karabakh et en froid avec la Turquie servait les intérêts de l’Iran et de la Russie. En cas de normalisation turco-arménienne, l’Iran verrait son flanc septentrional affaibli car les Iraniens voient dans la poussée turque au Caucase le bras de l’oncle Sam. »

Concernant l’enclave du Haut-Karabakh, Gaïdz Minassian ne note aucune avancée depuis la fin des hostilités en mai 1994. « Depuis un peu plus d’un an, les présidents Aliev et Sarkissian ont multiplié les rencontres – le dernier face-à-face a eu lieu le 9 octobre à Kichinev (Moldavie) – et ont rapproché leurs positions autour des principes de Madrid, supervisés par la présidence du Groupe de Minsk (France, Etats-Unis et Russie, dont les ministres des affaires étrangères ont parrainé l’accord du samedi 10 octobre en Suisse). » Le journaliste se trompe en revanche en associant l’ouverture frontalière entre la Turquie et l’Arménie à une recrudescence du crime organisé. Les frontières hermétiques produisent rigoureusement l’effet inverse. De la même façon, il dit espérer une plus grande mobilité pour les Kurdes, sans démontrer que ce gain indirect incontestable soit vraiment recherché par les autorités turques. Les mesures récentes en faveur d’une valorisation de la culture et de la langue kurde leurrent sans doute le journaliste.

Guillaume Perrier, l’envoyé spécial du Monde aux confins des deux pays, donne une autre impression... Son récit décrit une région où le temps s’écoule lentement, un désert humain oublié du monde. « En dépit des apparences, la porte d’Alican, près de la ville turque d’Igdir, pourrait rouvrir, aux alentours de la fin de l’année selon le gouvernement turc, et ouvrir ainsi une brèche dans la frontière entre la Turquie et l’Arménie, hermétique depuis 1993. Le point de passage permettrait de ressusciter cet ancien axe de communication et de désenclaver les régions de l’ouest de l’Arménie. » Il décrit l’échec du nationalisme turc, avec son monument pathétique dédié aux victimes des Arméniens (...), son musée minable dans lequel se cotoient les morts dans les combats entre les armées ottomanes et russes en 1918, et les victimes de l’Asala (organisation terroriste arménienne). Les Azéris réfugiés du Karabakh disent leur opposition à l’ouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie. Elle signifierait certes l’oubli de leur cause. En attendant, l’isolement de la région bloque toute perspective de développement.

« Le petit village rural de Halikisli croupit au bord de la rivière Araxe qui marque la frontière, dans une zone militaire interdite aux étrangers. En face, un village arménien subit le même sort. Coupés l’un de l’autre depuis seize ans, les deux hameaux sont reliés par un téléphérique bricolé par les habitants, mais réservé aux officiels. Une ou deux fois l’an, les militaires et les fonctionnaires se retrouvent sur l’une des rives de l’Araxe, raconte le maire, un paysan bourru. A Kars, le revenu par habitant est inférieur de cinq fois à la moyenne du pays et le taux de chômage dépasse les 50 %. Une unique usine produit du sucre et dans les boutiques on ne vend quasiment que les produits locaux : pommes, fromage et miel. Kars pourrait revivre avec l’ouverture de la frontière.

’Ici 90 % des gens sont favorables. Le chemin de fer entre Kars et Gumri de l’autre côté pourrait être remis en service et nous ouvrir la route de l’Asie centrale, jusqu’en Sibérie, note Alican Alibeyoglu, un homme d’affaires et militant local du dialogue. Au moins 6 millions de tonnes de marchandises pourraient transiter dès 2010. Le tourisme va se développer car Kars et les ruines d’Ani - une ancienne capitale arménienne - , comptent parmi les sites les plus importants pour les Arméniens’. Dans cette ville, les initiatives favorisant le rapprochement culturel se sont multipliées. En 2004, 50 000 habitants ont signé une pétition pour l’ouverture. L’ancien maire avait également organisé un festival caucasien, avec la participation d’artistes arméniens, et fait construire une sculpture monumentale à flanc de montagne, représentant deux mains serrées en signe d’amitié. Inachevée, elle pourrait cependant être détruite par son successeur. » [Le Monde]

Quelques heures après l’accord de Zurich, le premier ministre turc a tenu à en atténuer la portée. Il a indiqué - en pensant probablement aux députés à la Chambre - que la question de l’enclave du Haut-Karabakh envenimera encore longtemps les relations entre la Turquie et l’Arménie. Mr Erdogan ne tient manifestement pas à se couper de sa base électorale. J’en déduis que les autorités si attentives à la mémoire d’Atatürk ne tiennent toujours pas à solder les comptes du passé récent. Au moment du soixante-dixième anniversaire de la mort de Mustapha Kemal (le 30 novembre 1938), un documentaire en forme de biographie a déclenché une campagne de presse virulente en Turquie [Le Monde]

Les autorités turques réclament l’intégration de leur pays dans l’Union Européenne au nom de leurs deux cents kilomètres de frontière avec la Bulgarie et la Grèce. Dans le même temps, elles maintiennent fermées la frontière entre l’Arménie et la Turquie, qui mesure un peu plus de cent kilomètres, l’équivalent d’un dixième des frontières terrestres turques. Malgré les discours sur l’amitié entre peuples turcophones et sur la nécessaire solidarité avec les azéris du Haut-Karabakh, les autorités bloquent la principale route terrestre reliant la Turquie à l’Azerbaïdjan. Entre 1961 et 1993, Turcs et Soviétiques ont largement utilisé cet axe pour le transport de marchandises. Tout le monde y trouvait alors son compte [1].

Il serait cependant un peu facile de conclure qu’une Turquie moderne et ouverte se développe à Istanbul, et tourne le dos à un pays intérieur, archaïque, viscéralement hostile aux Arméniens. En réalité, la reconnaissance du génocide compte moins que sa conséquence, la naissance d’une diaspora arménienne. La question dépasse la querelle d’historiens sur les responsables du massacre de 1915. Il y a plus important. Non seulement le gouvernement turc pourrait obtenir une ouverture de l’une de ses frontières (et le développement des échanges commerciaux), mais il pourrait aussi intéresser les Arméniens de l’extérieur comme investisseurs et comme touristes. Des milliers d’entre eux vivent depuis trois ou quatre générations dans des pays développés : en Russie - Ukraine (1,2 million), en France (400.000), aux Etats-Unis (400.000), en Pologne (100.000), ou ailleurs... [source]

Redoute t-on à Ankara un retour de la diaspora ? Une région montagnarde et isolée comme celle-là ne risque pas d’attirer beaucoup de candidats à la sédentarisation. Il faudrait finalement accepter l’héritage ottoman, et ne pas se crisper sur le petit Turc qui cloche. Le rapprochement turco-arménien pourrait même servir de publicité pour Ankara : la Turquie, pont entre l’Europe et le Caucase chrétien (Arménie et Géorgie), voilà qui peut séduire ! Cela étant, les petits pas embarrassés de la diplomatie turque ressemblent fort à ceux de la diplomatie européenne vis-à-vis de la Turquie [Geographedumonde], sourcilleuse sur la question arménienne [L’Arménie, sur les ruines de l’empire ottoman], ou sur les migrations et trafics en mer Egée [Les evzones de mer], mais plus floue sur les échéances pour une éventuelle intégration de la Turquie dans l’Union !

PS./ Geographedumonde sur la Turquie : Eviter la tête de Turc, mais tomber dans le panneau, Au pays déraciné, Illogisme incohérent contre cohérence schizophrène, Le barbare avait de l’humour, Benoît et Bartholomée sur les bords du Bosphore, et Ironiser à Nicosie.

[1] Courrier International met en ligne le 10 octobre 2009 un article de Ruben Grdzelian, tiré du journal russophone Golos Armenii. « Le 11 octobre 1961, les gouvernements soviétique et turc avaient conclu un accord sur les liaisons ferroviaires directes entre l’URSS et la Turquie. C’est alors qu’avait démarré l’expansion d’Akhourik. La quantité d’embranchements était montée à dix, et la longueur des voies avait atteint 14 kilomètres. ’Nous étions 45 à être affectés ici, mais la gare faisait bien travailler une centaine de personnes’, explique Martin Guevorguian. A l’époque, l’URSS exportait du ciment, des matériaux de construction, des engrais et de grandes quantités de peaux brutes. Jusqu’en 1980, elle importait des bovins qui allaient directement, par wagons entiers, aux abattoirs de Leninakan, nom de Gumri en ce temps-là. De novembre 1992 à avril 1993, c’est du blé canadien qui est arrivé par cette voie. ’Au cours de ces cinq mois, je ne suis pas rentré plus de trois fois à la maison, le pays manquait de pain. Le soir, à toute allure, par des températures de – 32 °C, nous déchargions le blé, qui se retrouvait dans les boulangeries de toute la république sous forme de pain dès le matin suivant’, ajoute-t-il.

Les dernières années pendant lesquelles la frontière a été ouverte, le nombre de passagers s’est accru. Au début, il y avait un wagon pour le courrier et les bagages, et un pour les voyageurs, mais, après le tremblement de terre [dit ’de Spitak’, en décembre 1988, extrêmement destructeur et meurtrier], les passagers se sont faits plus nombreux. On leur a attribué deux wagons, pour finir à cinq ou six. Les gens partaient faire du commerce ou en congés ; certains allaient même jusqu’en Grèce. De Kars, ils rapportaient de petites choses : de la bière, du chocolat, des vêtements… Le tonnage annuel qui transitait par la gare, dans les deux sens, a culminé à 180 000 tonnes en 1989. Martin Guevorguian se souvient, entre autres, d’un important chargement d’aide humanitaire destiné à l’Afghanistan. En 1991 [disparition de l’URSS], les chiffres ont chuté pour atteindre 42 000 tonnes au premier semestre 1993. Aujourd’hui, si la frontière fonctionnait normalement, notre chef de gare est persuadé que le trafic monterait à 200 000 tonnes. »

Incrustation : Sourire à Mustafa Kemal, L’Internaute.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • benoit benoit 16 octobre 2009 12:00

    Bonjour,

    l’histoire de l’hostilté des Turcs envers les Arméniens ne date pas de 1915 mais de 1064 !

    A l’époque les Arméniens vivait dans une relative indépendance entre l’hostilité de Constantinople et de Bagdad.

    Subitement, encouragés par les Sunnistes contre les Chiites d’Egypte , les Turcs ont déferlés avec une violence barbare contre les Arméniens allant jusqu’à détruire le Saint-Sépulcre.

    Le résultat a été le premier grand exode des Arméniens de la Patrie historique.
    La panique a été telle que beaucoup se sont réfugiés en térritoire Egyptien pensant échapper à la violence de ces Tribus Turcs à peine civilisées.
    Moi même je suis issu de cette histoire Arménienne et je peux vous dire que le ressentiment envers les Turcs est innéffaçable.

    Quant à la Turquie moderne elle ne pourra se construire tant qu’elle n’assumera pas toute son identité Musulmane mais aussi Chrétienne et Arménienne:qu’elle reconnaisse d’abord ce patrimoine et ensuite elle reconnaîtra naturellement les torts qu’elle a causé et les dégâts sur la Turquie d’aujourd’hui.


    • Nometon Nometon 16 octobre 2009 13:14

      L’auteur de cet article documenté et intelligent souligne l’importance des intérêts cachés (locaux ou lointains) dans la diplomatie du Caucase.

      C’est un jeu complexe, comme l’est l’histoire de la région. C’est plutôt la géographie (passage naturel entre l’Occident et l’Orient et entre deux mers) qui explique les coupables silences des grandes capitales, Londres et Washington D.C. en tête, sur le passé le plus noir et le plus terrible de la Turquie.

      Pour ce qui est de la diaspora arménienne, sa principale demande est la reconnaissance par la Turquie du génocide des Arméniens perpétré en 1915. Le premier génocide du XXe siècle où furent employés des moyens moderne de mort et au terme duquel, 1,5 million d’arméniens ont péri. Femmes, enfants, vieillards, aussi bien que leurs hommes. Ce génocide qui inspira Hitler dans les années 30 et le conforta dans l’ignominie de son projet (« Qui se souvient des Arméniens ? »).

      En France et dans d’autres pays, la négation du génocide des Arméniens est punie par la loi. Les négationnismes se nourrissent entre eux. Le législateur a parfaitement compris qu’il y avait une cause commune avec la Shoah : le but des négationnistes est de conduire jusqu’à un terme sordide la logique du génocide, c’est-à-dire, après avoir « effacé » un peuple, effacer la réalité historique de son existence et de son extermination tragique . Le faire disparaître totalement. Le négationnisme est la perpétuation du génocide. Il procède de la même finalité.

      La Turquie moderne continue pourtant de professer et de soutenir, finances à l’appui, les thèses négationnistes (que l’on imagine l’Allemagne d’aujourd’hui faire de même ! Odieux et impossible, heureusement ! Hélas pas en Turquie). On a même vu ici des négationnistes avérés ne pas craindre de déverser leurs litanies insupportables.

      Il est évident que l’amélioration des relations entre l’Arménie actuelle (ancienne République soviétique d’Arménie) et la Turquie ne peut être que profitable aux deux peuples.
      Mais la reconnaissance du génocide des Arméniens ne pourra jamais être un point de « détail ». C’est une condition indispensable et incontournable de la marche de la Turquie vers un Etat de droit.

      Espérons que le chemin ne soit pas encore long.


      • plancherDesVaches 16 octobre 2009 13:41

        Si je peux me permettre de compléter :
        http://www.dedefensa.org/article-pourquoi_pas_un_modele_turc__14_10_2009.html

        Les Turcs ont anticipé la chute des US. Tout simplement. C’est pas un petit pays des soit-disant « droits de l’homme » qui oserait... trop d’intérêts en jeu...


          • non666 non666 16 octobre 2009 17:22

            La Turquie ne peut qu’evoluer.

            La Fin de la guerre froide lui a fait perdre son role de porte avion des etats unis vers l’Asie centrale qui lui permettait d’etre pardonnée de tout ses crimes précédent par des etats unis qui avaient finalement accompli les memes sur « leur » sol envers les indiens.
            D’autres Etats ont en effet été candidat a ce role depuis (Khazakstan) meme s’il le regrette aujourd’hui.

            De plus la Turquie sait que le role des etats unis est remis en cause de toute part et les consequences du 11/09 et le role peu credible d’une organisation occulte islamique (Al Quaida) dans cette affaire , renforce l’Autre piste ....
            La partialité des etats unis envers Israel, l’hostilité des europeens echauffés par le genocide des armeniens (chrétiens, il faut le rappeler) ne plaide pas en leur faveur alors qu’ils pretendent rejoindre une Europe de la meme religion dominante.....
            De plus les dossiers de Chypre sont toujours sur la table et ne militent pas non plus pour leur intégration europeenne , pas plus que leur colonisation du sud de l’Europe (Thrace)
            Ces éléments etaient jusqu’a présent tus car les anglo-saxons avaient soutenu l’invasion de la Turquie a Chypre (VIeme flotte en couverture...).
             
            De plus les anglais profitaient du fait que cette invasion lmeur permettait de continuer a occuper les deux bases geantes du sid de l’ile sans payer (désolé nous ne savons auquels des deux gouvernement nous devons payer....) sans renogociation de cette occupation militaire.
            Les etats unis eux, y ont des instalations d’ecoute (Echelon) et de radar startégique pour leur controle de la region.

            Bref tout cela ne tenait au final qu’au statut de « protégé » des etats unis.
            Mais la suprématie US risque de s’effondrer avec le dollar , avec les vérités sur le 11/09 , avec les révélations sur leur soutien inconditionnel d’israel malgrès toutes les promesses. Et surtout le risque de voir une vraie Europe se lever, hors du controle anglo-saxon. Les Putains protégées ont peur de voir leur mauereau dechoir et de se trouver seules face aux hostilités qu’elles ont provoquées localment.

            Pour la Turquie, il n’y a pas un seul e ses voisins qui n’ait de contetieux avec elle.
            La Question de la Thrace(les possessions europeenne de la Turquie) et de Chypre pose problème aux europeens authentiques.
            La Question du kurdistan (Tout le quart sud est) est soulevé aussi bien chez les arabes qu’en Europe
            La Question de l’Arménie occupée (tout le quart Nord-est du pays)
            La Question de l’Eau intéresse un Irak qui a été maltraité sur ce sujet depuis 10 ans(confiscation unilatérale et non négocié de l’eau du Tigre et de l’Euphrate pour remplir les barage a lusage exclusif des turcs ...sur des terres kurdes nettoyées ethniquement)

            Si les etats unis chutent , nous risquons d’etre un certain nombre à leur tomber dessus....
            Leur politique de negociation actuelle trahis cette peur d’etre isolé.
            Leur distanciation avec Israel est tout aussi claire.


            • SysATI 17 octobre 2009 00:02

              « La Question de la Thrace (les possessions europeenne de la Turquie) et de Chypre pose problème aux europeens authentiques.
              La Question du kurdistan (Tout le quart sud est) est soulevé aussi bien chez les arabes qu’en Europe
              La Question de l’Arménie occupée (tout le quart Nord-est du pays)

              Si les etats unis chutent , nous risquons d’etre un certain nombre à leur tomber dessus.... »


              Si vous avez des envies de « leur tomber dessus » qui vous démangent, faites le, mais ne racontez pas de conneries pour vous justifier SVP...

              Qu’est ce qui pose problème aux européens authentiques déjà ?

              Cette carte à l’air de monter que tous les territoires qui vous « posent problème » ont été intégrés dans l’Empire Ottoman il y a quelques 500 ans...

              Quant à Chypre, vous oubliez de préciser que l’invasion Turque a été une réponse au coup d’état militaire provoqué par les colonels Grecs...
              Et que la Turquie était parfaitement dans son rôle lors de cette intervention puisque signataire du traité de Zurich en 1960.

              Si vous avez besoin de rappels historiques...
              http://en.wikipedia.org/wiki/Zürich_and_London_Agreement

              Pendant que vous y êtes, vous devriez même demander la restitution de Constantinople à son propriétaire légitime, l’Empire Romain, pardon l’Italie, re-pardon la Grèce, enfin, je sais plus trop qui... Puisque que Mehmet ne l’a conquise qu’en 1453...

            • non666 non666 17 octobre 2009 09:27

              Oui les Ottomans ont envahis l’Europe il y a 500 ans.
              Comme le monde arabe en entier.
              Pourtant , dès la fin de la première guerre mondiale, les arabes ont été liberé du joug ottomans par les anbglo-saxons, contre le mo,opole d’exploitation des pétroles aux 5 grandes compagnies anglo-saxonnes.

              Mais les europeens du sud, qui n’avaient pas de sous sol a piller ont été laissé aux envahisseurs turques. Les europeens ont du decoloniser leurs empires africains et asiates mais les turcs n’ont jamais du evacuer leur colonies europeennes ....
              Droit des peuple a disposer d’eux memes a geometrie variable ?

              De plus comme voussembler l’oublié l’accord est en realité un accord du fort au faible.
              Les deux envahisseurs (Turquie et Grande Bratagne s’entendent avec leur victime pour qu’elle reconnaisse l’etat de fait de l’occupation.
              Pour les anglais ce sont les deux ports du sud de l’ile, pour les turcs c’est tout le nord de l’ile....

              Aucune autre puissance civilisée ne signe....
              Ce traité ce fait entre des europeens victimes (Grece , Chypre) et les envahisseurs exterieurs (Grande Bretagne et Turquie).

              L’Europe n’est pas completement créée tant que la Reconquista de son sol ne sera pas opéré...
               Mais puisque vous aimez et croyez en wikipdia, lisez donc le chapitre sur Chypre ou il est etabli que les primo-habitant sont des europeens...
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Chypre


            • plancherDesVaches 18 octobre 2009 14:47

              Non666, vous avez tellement raison que chacun ne peut que reconnaître son coté prédateur. Tu t’étonnes que les religions disent : « aimez-vous les uns les autres et interdit de tuer, sinon, enfer. »
              Sinon, tuer quelqu’un d’une autre religion n’est pas si mauvais que ça, coté concurrence.

              Le souci est que perdu dans une jungle de 7 milliards de doll... Humains, on va très vite avoir envie de sauver notre propre peau de personnellement moi je.

              Manque plus que n’arrive une petite guerre mondiale de derrière les fagots...
              Avec un bon dictateur et son discours populiste, ça devrait le faire.


            • Gazi BORAT 19 octobre 2009 07:37

              @ NON666

              Un peu curieux votre assimilation de la Thrace à une « colonie » turque.
               
              Dans le même état d’esprit, l’Alsace Moselle devrait être considérée comme une colonisation française de territoires allemands et la Savoie l’occupation d’un territoire italien..

              On peut trouver, aux marges de nombreux territoires nationaux des régions revendicables par le voisin..

              gAZi bORAt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès