Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un printemps tunisien mi figue mi raisin

Un printemps tunisien mi figue mi raisin

 La Tunisie à qui mérite amplement le « copyright » Dégage et Printemps Arabe (symboles d’évènements destinés à faire date dans l’histoire du monde arabophone) vit actuellement le printemps, à la mode « mi figue, mi raisin. » Ne croyez surtout pas que sous cette appréciation qui exhalerait la désinvolture ou le doute, demeure, masqué, un pessimisme persistant. Au contraire, il dévoile un solide optimisme à travers des faits récents.

 Et ce ne sont pas les affrontements souvent très durs qui ont opposé forces sécuritaires et « salafistes » (ou supposés tels) dimanche, dans la matinée à Kairouan, et l’après midi à Tunis dans deux quartiers d’une banlieue déshéritée qui altèreront cette confiance. Certes il y a eu de part et d’autre des blessés ainsi que plusieurs interpellations dont celle du porte parole d’Ansar al Charia, la mouvance salafiste instigatrice de toutes les violences religieuses radicales commises dans le pays et…. d'Amina, la jeune femme inspirée par le mouvement Femen qui a suscité une polémique en s'exposant à moitié nue sur sa page Facebook. Elle aurait été interpellée après avoir accroché une bannière féministe au mur d'une mosquée de Kairouan et tenté de dénuder sa poitrine. Geste qui dénote une sérieuse inconscience, sinon plus, chez cette jeune fille.

 Certes, ces actes ont fait et feront encore la « une » de bien des médias ici et ailleurs qui en les stigmatisant à tous crins, attisent une inquiétude qui n’a pas lieu d’être, j’en suis convaincu. Car il est bon de souligner que, d’une part, ces « batailles » dans lesquelles les « salafistes », tous très jeunes et… imberbes, avaient plutôt l’allure et le comportement de « casseurs », que de religieux radicaux, se sont déroulées dans deux zones étroites de la Tunisie, Etat qui n’est (et ne sera jamais) « à feu et à sang ». Et que d’autre part ces fameux salafistes que le pouvoir a enfin décidé d’anéantir, avec l‘appui de la société civile, après les avoir instrumentalisé, ne représenteraient que 0,4% environ d’une population de 11 millions d’habitants.

 Pourquoi donc en ces circonstances cet optimisme que beaucoup considèreront comme béat ? Pour la bonne raison que la « figue » commence malgré tout à se retirer, à sécher face au raisin. Il faut savoir que comme l’a voulu Dame Nature, la figue vient à maturité quelques semaines, sinon un chouia plus, que son cadet le raisin qui ainsi peut se valoriser à l’extrême en profitant, en solitaire, du soleil de l’été et dont on se délecte à loisir (1) jusqu’au cœur de l’automne, bien après la disparition des…figues.

  La figue « islamique » s’étiole en Tunisie. Celle de l’obscurantisme rampant d’un parti conduit par un fieffé « faux jeton » qui a été contraint de mettre de l‘eau dans… son vin (il doit enrager, le vin étant devenu « râm », péché, dans le Coran, après y avoir figuré, par la double volonté du Prophète). Beaucoup d’eau même. Ainsi avec son leader, Ghannouchi, sombre retors, et les siens siégeant au gouvernement, il tente d’amadouer les nombreux citoyens qui commencent à le désavouer pour son incompétence à gouverner, tâche à laquelle il s’accroche avec la complicité de deux autres partis dits « laïcs » mais plus ou moins serviles. Au point que le chef de l’un des deux, Monsieur Marzouki, ex-président de la Ligue des Droits d’Homme en Tunisie et actuel Président, provisoire, de la République, a piteusement dérapé en déclarant que le niqab devait être toléré dans les Universités du pays, soulevant ainsi un tollé général. Il est vrai que ce « gentleman » n’est pas à une gaffe grossière près, fa.

 Voilà quelques semaines déjà, par exemple, que le parti majoritaire, Ennahdha, multiplie publiquement les déclarations dans lesquelles il dit se démarquer des « salafistes » qu’il avait pourtant soutenus ou instrumentalisé précédemment. Il est allé jusqu’à condamner la violence de certains de ces groupuscules et se montre très attentif aux conséquences pour le pays, de l’éventuel retour de Syrie, des tunisiens partis combattre là bas le jihad contre le pouvoir. Paradoxalement , sur ce sujet, il y a quelques jours, le groupe jihadiste tunisien Ansar Al-Chariâ, dirigé par Abou Iyadh fanatique en fuite soupçonné d’avoir organisé et conduit l’assaut contre l’Ambassade Américaine l’an dernier (quatre morts), a fait appel à ses partisans pour ne plus s’y déplacer. C’est ce même groupe qui avait manifesté sa décision de réunir ses troupes, les 18 et 19 mai, à Kairouan (quatrième ville sainte de l’Islam) pour son « congrès » sans aucune autorisation sous prétexte, dixit « … que leur rassemblement est autorisé par Allah, qu’il ne peut y avoir de demande d'autorisation aux « tawaghit » (despotes ennemis de l'islam) et qu’il n’est pas question de respecter les lois civiles, car il n'y a pas d'autre loi que celle d'Allah ». Interdit par le Ministère de l’Intérieur, ce soi-disant congrès « voulu par Allah » a eu les conséquences évoquées plus haut et dont les effets répressifs seront à court terme bénéfiques pour l’ensemble des citoyens..

 Parallèlement à ceux qui sont intervenus à Tunis et Kairouan, d’autres troupes sécuritaires qui ont reçu il y a quelques jours l’appui de la population dans une manifestation de rue, dans la capitale, essaient de déloger un groupe de terroristes dans un « djebel » (massif montagneux) proche de la frontière que la Tunisie partage, notamment avec l’Algérie qui vient d’y déployer 6000 de ses soldats. Dans le souci commun de stopper et détruire des groupuscules armés d’AQMI de retour du Mali ou nichés du côté de la Lybie. En outre, la semaine dernière, près d’Hammamet, dans le centre du pays et non loin de Kairouan, trois individus connus pour leur extrémisme religieux ont été interpellés. L’un d’eux était en possession de documents traitant de la manière de fabriquer des explosifs. Le second caché dans un site interdit, « surveillait » en uniforme militaire les exercices d’un commando de la Garde Nationale. Quant au troisième qui aurait avoué avoir voulu s’attaquer à des commissariats de police, plusieurs armes de poing et des documents relatifs à la fabrication de bombes ont été retrouvés à son domicile. Plusieurs autres extrémistes dont le identités n’ont pas été dévoilées auraient été appréhendés.

 Et puis, à l’encontre des islamistes locaux, il y a eu ce message sans ambigüités tenu voilà peu à Tunis par Laurent Fabius le Ministre Français des Affaires Etrangères « Je suis venu, a-t-il dit, en Tunisie porteur d’un message d’amitié, de confiance et de solidarité. Aucun soldat français ne participe aux opérations de traque des terroristes retranchés à Jebel Chaâmbi. Toutefois, nous considérons que la lutte contre le terrorisme est une responsabilité commune et nous allons travailler ensemble pour y faire face. » Au cours de ce bref séjour, consacré, entre autres, à préparer la visite officielle que doit faire à la Tunisie François Hollande en juillet, Laurent Fabius a eu des contacts politiques, de « courtoisie » avec les trois présidents provisoires (Assemblée, Gouvernement et République) et plus « sérieux » dit-on, avec les dirigeants des trois principaux partis d’opposition à… Ennahdha. 

 Et voilà que la figue commence à se raréfier au profit du raisin.

 Le projet de la Nouvelle Constitution présentée par une Assemblée où siègent en majorité les « élus » d’Ennhadha et leurs alliés a été retoqué à deux reprises (voir un peu plus bas) par les juristes et spécialistes en droit constitutionnel. En outre, le tribunal administratif de Tunis a décidé, sur la plainte d’un groupe d’avocats, de sursoir à l’exécution de deux arrêtés illégaux pris par le Président de la Constituante, provoquant la colère des députés religieux. Peu après que le Tribunal Correctionnel, de Tunis toujours, déboutant de leur plainte deux étudiantes porteuses du niqab qui attaquaient le doyen de leur faculté pour violence à leur égard au sein de l’Etablissement, les ait, au contraire, condamnées au motif identique, en innocentant leur supposé agresseur.

 Tandis que plusieurs sondages font apparaitre un très net recul de la popularité dont jouissait le parti religieux, précédé à présent dans l’opinion par une formation laïque, plusieurs grandes figures de la société civile du pays montent au créneau. Parmi elles, l’une des plus des plus respectées et écoutées. Yadh Ben Achour, docteur en droit et professeur émérite de la Faculté des sciences juridiques et politiques (Tunis II) et expert en droit constitutionnel, architecte des institutions de la transition en Tunisie, et qui a veillé à l'organisation des premières élections libres et transparentes dans le pays, le 23 octobre 2011. Lors d’une intervention publique sur les plateaux de la télévision il a déclaré sans ambages que les dates des prochaines élections générales, législatives et présidentielles, annoncées par le gouvernement pour l’automne prochain « étaient une grossière tromperie, une fumisterie ». Laissant entendre que le pouvoir actuel avait délibérément avancé de tels rendez-vous, afin de profiter, peut-être, du peu de crédit qu’il possédait encore, Monsieur Ben Achour a tenu à préciser qu’une telle démarche qui demande de très longues préparations, dans l’organisation et les vérifications nécessaires à leur crédibilité, ne pouvait aboutir, en aucune façon, avant des mois, vers la fin de 2014. A la condition de s’y atteler très vite et que la Nouvelle Constitution soit définitivement adoptée, ce qui est loin d’être le cas. Il n’avait d’ailleurs pas hésité de porter un réquisitoire pour le moins virulent contre les constituants en déclarant que leur projet « ne cadrait pas du tout avec le message de la Révolution, qu’il laissait les portes largement ouvertes à toute personne qui voudra établir une dictature théocratique et anéantir définitivement les droits acquis grâce à la Révolution et qu’il ne sera pas en fin de compte une constitution au service de la Nation . »

 Ce texte qui doit repasser devant les constituants a également été jugé de « pervers » par la quasi-totalité des juristes et notamment par un autre spécialiste tunisien reconnu, Abdelwahab Meddeb, enseignant la littérature à l'université Paris-X. Dans un document signé de sa main et publié dans le Monde du 30 avril dernier, les anomalies du projet, pour ne pas dire les « magouilles grossières » ou les « pièges » pleuvent, destinés à fondre l'Etat-nation dans l'utopie du califat.

 Alors que dans l’article premier, relate l’auteur, il est écrit « "la Tunisiet est un Etat libre, indépendant, souverain, l'islam est sa religion, l'arabe sa langue, la république son régime", beaucoup plus loin il est précisé, en contradiction avec le précédent, que "l'islam est la religion de l'Etat". Or, commente le professeur, s’'il dispose d'une identité religieuse déterminée, exclusive, comment l'Etat peut-il être "civil, fondé sur la citoyenneté, la volonté populaire, la transcendance du droit", comme l'affirme l'article 2 ?… Comment peut-il être "protecteur de la religion, chargé de la liberté de croyance, de la pratique des cultes... puis, plus loin dans le même article 5 l’Etat est protecteur de la religion" et non des religions supposées plus haut avec les cultes ?

 Pour Monsieur Meddeb "la liberté de croyance" est évoquée pour éluder la liberté de conscience telle qu'elle est définie dans l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme votée à l'ONU en 1948. Cet article implique la liberté d'embrasser n'importe quelle religion, de changer de religion, de sortir d'une religion et d'entrer dans une autre, et même de ne pas en avoir. D'évidence, les constituants tunisiens jouent au plus malin afin d’être fidèles aux recommandations de l'organisation des Etats islamiques qui appellent à ne pas accepter cet article 18. Dès le préambule du texte présenté … et rejeté, au deuxième paragraphe, ils ont conditionné les droits de l'homme en amont par "les principes immuables ["thawâbit"] de l'islam", et en aval par "les spécificités culturelles du peuple tunisien". Bref, face à ce refus manifeste de la liberté de conscience, le législateur se réserve le droit de recourir au commandement de la charia qui condamne l'apostat à la peine capitale. Cette ambiguïté est destinée donc à ouvrir la voie à la charia dans un texte qui ne la mentionne point. Ce qu'une main rature, une autre main le récrit sous une autre forme, travestie, déguisée. C'est ainsi que les islamistes d’Ennahdha jouent la tactique démocratique pour parvenir à instaurer l'Etat théocratique.

 Pour sûr que malgré des violences qui se transformeront en soubresauts avant de disparaitre, mais surtout avec la majorité de son peuple qui refuse l’obscurantisme, les voix et les actes de ses élites et surtout de ses femmes, les réactions salutaires de sa police et de son armée, la Tunisie est prête à voi très bientôt murir son « raisin ».

 

  1. La figue, le raisin et surtout l’olive bibliques font partie du patrimoine de la Tunisie comme dans d’autres pays qui bordent les rivages de « la mer d’entre les terres », au sud comme au nord. Alors ouvrons une parenthèse, histoire de terminer cette lecture d’une note agréable. Une figue noire et bien mûre dégustée pleine peau avec une tranche de jambon, de Parme ou Bayonne de préférence, ou mieux accompagnant, au petit déjeuner, un large beignet de pâte à la fois moelleuse dans son pourtour et craquante en son centre, frit à l’huile (le ftaïr tunisien), valent leur pesant de papilles. Tout comme une belle grappe de « fruits d’or au goût sucré » éclatant délicatement sous les dents, mêlés à du fromage frais de vache, la ricotta. Quant à l’olive et son huile, inutile d’insister. On connaît. Même croquée, étalée ou trempée, sur ou avec, du pain de seigle cuit au four d’argile, elles font fureur jusqu’au plus reculé des bleds. Toujours de bon matin.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • gordon71 gordon71 21 mai 2013 13:03

    bonjour Henri


    souhaitons aux tunisiens de trouver un équilibre entre tradition et modernité, et d’inventer une forme de régime conforme à leur diversité, respectant les aspirations du plus grand nombre

    l’analyse déjà ancienne mais à laquelle je souscris de Bernard Lugan, grand connaisseur de l’Afrique :


      • Salut Gordon 71
      • Voilà longtemps que je n’avais pas eu le plaisir de vous rencontrer. C’est fait. Sachez que depuis quelques jours l’optimisme s’est durablement installé en moi en ce qui concerne ma seconde patrie, La Tunisie. Son peuple parmi tous les autres peuples arabophones à majorité musulmane, demeure non seulement le moins belliqueux mais aussi le plus mature. Il a toujours pratiqué le malékisme (une variante tolérante du sunnisme) et continue de le pratiquer. Il a toujours refusé avec obstination l’obscurantisme des chameliers du désert et continue de le refuser.
      • Enfin par ses origines berbères et surtout par les apports culturels de toutes les invasions que son territoire, dans une très grande diversité, a vécu, ont fait de lui une entité unique qui a su dans une cohésion inimitable, mêler dans son quotidien, religion tolérante, traditions, familiales surtout, abreuvée souvent de traditions et fêtes religieuses juives (sa cuisine s’en est largement inspirée) ou catholiques (on fête Noël notamment) tout en pratiquant un arabe dialectal dans lequel mots italiens et français se côtoient sans se heurter. Dans sa grande majorité li peut s’exprimer dans un français impeccable, cette langue étant depuis plus de 60 ans, donc depuis l’indépendance, étudiée obligatoirement, dans toutes écoles dès la seconde année primaire. 
      • Et puis, Gordon il y a le « matriarcat » qui prime. Il y a la femme. Sa pugnacité et son courage. Sachez que les soi-disant salafistes qui ont manifesté dans la violence, comme on le fait ailleurs, en France par exemple au Trocadero ou dans les banlieues, recrutés dans des quartiers miséreux ou règne la voyoucratie, n’ont rien de « religieux ». Ce sont uniquement, ou presque, des casseurs, des éternels révoltés dont le seul langage citoyen est destruction. On se bat pour le foot, pour une insulte, un mauvais regard, une fille et lorsque un énergumène leur demande se battre pour un Dieu dont ils ne connaissent rien ils y vont. Ils sont très jeunes et parmi eux, les barbus dimanche se sont comptés sur les doigts de deux mains. Plus de 200 d’entre eux ont été interpellés
      • Je vais lire votre lien.
      • Amitiés

    • gordon71 gordon71 21 mai 2013 17:46

      décidément la méditerranée ne vous lâche pas


      vous avez une perception pleine de nuances de la situation Tunisienne, je vous souhaite vraiment d’y trouver la paix et la joie de vivre, pas trop loin de la mer j’imagine ?

      un de mes rêves : prendre une année sabbatique, pour faire le tour de la méditerranéeet m’arrêter dans chaque pays riverain.....

      • Mais Gordon je suis un fils de la Méditerranée. Un arrière, arrière, arrière petit-fils même. Et depuis un nid d’aigle juché dans le Cap Bon, ce promontoire si proche de l’Europe, je domine la mer, ma « mère », qui s’étale à quelques brassées seulement de moi. Mais comment ne pas aimer cette mer mythique, lorsqu’on a foulé les rivages de la Corse, d’Alicante, les calanques de Marseille et Cassis, la Valette , la Sardaigne, la Crète et la Grèce et même voyez vous ceux de la Libye où la Bible semble encore y flâner. Mais faites le ce tour auquel vous rêvez tant ! Et venez me rendre visite avant que je ne sois parti.

    • gordon71 gordon71 22 mai 2013 09:43

      alors là Henri ce serait avec grand plaisir 


      votre article est déjà passé à la trappe ?

      • Et oui Gordon il a déjà disparu. Il est vrai que sur ce site il est nécessaire pour y demeurer de provoquer une cascade ininterrompue de commentaires qui, la plupart du temps, sont des propos quelquefois injurieux que s’échangent entre eux les commentateurs. Donc des sujets bateaux, franco-français souvent, politiques ou religieux. Je connais bien la musique. Foi d’ancien journaliste.

    • Crab2 21 mai 2013 13:16

      Tunisie  : une militante des Femen arrêtée

      Sous une pluie d’insultes et de « dégage », la militante tunisienne des Femen, Amina Tyler, a été arrêtée par la police ce dimanche dans la ville sainte de Kairouan. La jeune femme de 19 ans venait de taguer le nom ( FEMEN ) du mouvement féministe ukrainien sur un muret de pierre, tout près de la mosquée Oqba-Ibn-Nafaâ


      Selon un communiqué publié sur le Facebook du ministère de l’Intérieur tunisien, la jeune femme s’apprêtait également à « exécuter un geste contraire à la pudeur. » Le mode d’action Femen consiste en effet à s’exhiber seins nus dans l’espace public.


      «  En Tunisie, même pas besoin de soulever son T-Shirt. Taguer « FEMEN » sur un mur semble déjà considéré comme un attentat à la pudeur !  », a écrit l’essayiste ( sur sa page Facebook ) Caroline Fourest

      Les religions sont la première cause des désordres publics

      «  Pourquoi la foi c’est bien  ? » - une question de Bill Maher ( maître de l’irrévérence américaine et incontesté de l’interview décapante ) dans ’’ ReLigoLo ’’, un film sorti dans les salles en 2009


      La vraie liberté ne va pas sans respect de la liberté d’autrui


      Suite :

      http://laicite-moderne.blogspot.fr/


        • Crab 2,
        • Je vous signale qu’ Amina dimanche a été d’une bêtise crasse et surtout d’une inconscience rare Elle n’avait pas à être à Kairouan en solitaire ce jour là. En outre vous devez savoir qu’elle a été inculpée d’outrages à un lieu religieux après avoir tagué ou accroché une banderole insultante sur le mur d’un cimetière et qu’elle était sur le point de s’y dépoitrailler.
        • A mon avis cette fille qu’on pouvait au début de son actin qualifier de courageuse a sombré dans la folie douce.
        • Demandez donc à Forest le sort qui est réservé, à juste titre, en France à ceux ou celles qui dégradent des tombes ou qui se dénudent sur le seuil d’une église.
        • Au sujet de la Liberté, je dirai plutôt que la Liberté s’arrête là ou elle gênera ou narguera la Liberté du voisin.

      • Crab2 21 mai 2013 19:17

        Écrire ’’ FEMEN ’’ sur un muret à proximité de la mosquée et non sur le mur d’un cimetière, ne mérite pas la prison
        Je ne considère pas que de montrer ses seins quand les hommes eux ne s’en privent pas soit répréhensible
        ....si j’étais une femme arabe je couperais les c.... à tous les salafistes


        • D’accord avec vous pour couper ce que vous dites à tous les salafistes comme à tous les intégristes religieux d’où qu’ils viennent et de n’importe lequel des dieux ils disent être les serviteurs.
        • Et j’en ferai de même aux amazones. Ceci dit je persiste, mur de mosquée ou mur de cimetière (c’est kif kif), tombe ou église (je viens d’apprendre qu’un homme s’est suicidé dans l’enceinte de Notre Dame de Paris), Amina a commis une bêtise « incommensurable ». Et malheureusement elle le paie tout en ayant discrédité à jamais - du moins en Tunisie - la cause qu’elle veut défendre. D’autant voyez-vous que dans ce petit pays, voilà plus de 60 ans que la « la femme » est libérée et qu’aujourd’hui elle demeure aux premiers rangs et en nombre, de ceux qui rejettent l’extrémisme religieux. Sans avoir à profaner un site religieux.

      • Crab2 22 mai 2013 15:03

        [ Je suis, entre-autres incroyant ]
        Ce n’est pas le cas de cette FEMEN qui ( elle ) est croyante, et n’a pas tagué ni une mosquée ni un mur de cimetière mais un muret devant ou proche d’une mosquée salafiste - quand à l’illuminé de notre dame, nous savons depuis toujours que toutes les croyances dans les arrières-mondes génèrent des pathologies


        • Crab2 22 mai 2013 15:50

          Ne pas tenir compte des guerres de religions dans cette guerre civile serait faire preuve de cécité

          La statue, d’Abou Ala al-Maaren, poète syrien du Xe, dont ses écrits sont considérés comme hérétiques, décapitée dans sa ville natale, par les djihadistes

          [ Des djihadistes de Jabhat al-Nosra sont venus de nuit dans la rue où se trouve le buste, ils l’ont descendu de son socle et lui ont tranché la tête )

          Sources : France 24 daté du 13/02/2013 ]

          Entre-autres, défenseur de la justice sociale, cet éternel pessimiste pensait qu’il ne fallait pas concevoir d’enfants pour leur épargner les douleurs de la vie


          Suite :

          http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/05/syrie.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès