Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Un retrait russe qui n’est pas une retraite

Un retrait russe qui n’est pas une retraite

La Russie de Vladimir Poutine nous a habitués à des surprises et le retrait de Syrie en est une de taille. Il est encore trop tôt pour en évaluer les conséquences mais au-delà de la surprise, on peut dire que c’est une bonne décision tout-à-fait en conformité avec la doctrine russe de refus de s’engager dans des guerres de longues durées. 

Retour de pilotes russes.

J’évoquais récemment dans un commentaire que, contrairement à ce qu’on entend généralemenet en Occident, l’URSS s’était retirée d’Afghanistan en 1989 en position de vainqueur. 

Certes, l’opération a coûté un prix excessif en vie humaine, on l’évalue à environ 12000 morts du côté soviétique et 1,2 million du côté afghan, et ce fut l’une des causes de l’effondrement de l’Union soviétique.

D’un autre côté, l’armée afghane du président Mohammad Najibullah était solide et bien équipée. Elle résista encore 3 ans et ne céda que quand l’Union soviétique cessa d’exister et qu’elle fut privée d’aide militaire, énergétique et alimentaire.

Les dissensions internes menèrent à la prise de pouvoir des moudjahidines en 1992 et l’offensive des talibans avec des brigades de djihadistes internationaux en 1996 eut finalement raison du gouvernement de Kaboul.

 

Retrait russe de Syrie en mars 2016.

Il est tentant de faire un parallèle avec le retrait soviétique d’Afghanistan. Il y a pourtant des différences essentielles.

  • La Russie n’a pas subi de perte matérielle à l’exception d’un Sukhoï-24.
  • Il n’y a pas d’opposition des Russes contre cette opération militaire présentée comme préventive contre les terroristes.
  • Un retour en Syrie en quelques jours est possible en cas de nécessité.
  • Il n’y a pas de force terrestre d’occupation à retirer. Une partie des forces spéciales restera sans doute sur le terrain.
  • La Russie a de solides alliés : Iraniens, chiites irakiens, Hezbollah, Kurdes etc.
  • La Russie a avec John Kerry un partenaire intéressé par la fin de la guerre en Syrie.
  • Vladimir Poutine n’a aucune raison d’interrompre son aide militaire au gouvernement syrien.
  • Ce sera à évaluer lors d’élections mais il semble que le président Bachar al-Assad garde l’appui de la majorité des Syriens et son armée, même affaiblie en personnel humain, n’est pas sur le point de s’effondrer.

Nous verrons dans quelques jours ou dans quelques semaines quelle est l’ampleur du retrait russe et si l’aviation russe va continuer à bombarder l’État islamique pour aider l’AAS à reprendre Palmyre et sans doute Deir ez-Zor.

 

Les résultats.

Le premier résultat est que le gouvernement syrien est renforcé. Une offensive islamiste lancée depuis la Turquie à partir de juillet 2015 avait menacé la côte syrienne et la province de Lattaquié. Cette menace n’existe plus à présent.

Sur le plan militaire, de larges zones à la périphérie des grandes villes sont sécurisées et il y a de nombreuses poches rebelles isolées.

Le trafic de pétrole et les couloirs de ravitaillement de l'Etat islamique sont coupé et cela leur crée des problèmes financiers.

La Russie a à présent une base aérienne au Moyen-Orient. Il faudra maintenant voir si elle sera permanente. Elle pourra aussi sans doute développer la base navale de Tartous dans un deuxième temps.

Base de Hmeimim.

Les négociations de paix sont relancées dans une position de force pour le gouvernement syrien. On ne peut pas anticiper les résultats des négociations mais dans l’état actuel de la situation, la Syrie ne va pas céder grand-chose.

La Russie a fait étalage de sa capacité à mener une opération militaire compliquée avec un succès incontestable. Les Occidentaux devront tenir compte de ce fait à l’avenir.

Le prestige de la Russie sort renforcé de cette opération même auprès d’une frange non négligeable de la population occidentale.

Enfin, de nouvelles armes et de nouveaux systèmes électroniques ont été testés en situation de guerre. Ce genre de test est très instructif pour leurs concepteurs car il permet d’apporter des améliorations notoires au matériel.

Du côté négatif, il y a bien sûr la détérioration des relations diplomatiques avec la Turquie mais c’est la Turquie qui y perdra le plus. La Turquie n’a par exemple pas d’alternative au gaz russe alors que la Russie peut acheter ses fruits et légumes dans bien d’autre pays et que les destinations touristiques pour les Russes ne manquent pas.

 

Les deux poids lourds sunnites sont en échec.

La Turquie est tétanisée. Elle voudrait bien lancer une offensive contre les Kurdes syriens mais sans la maitrise du ciel, c’est une opération plus que risquée. 

Une autonomie ou une indépendance des Kurdes syriens aura immanquablement un impact négatif pour la Turquie sur la résolution de la crise avec le PKK. 

L’accélération de l’adhésion à l’Europe est de la poudre aux yeux. C’est une promesse gratuite. Le versement de 6 milliards d’euros à la Turquie pour la prise en charge des réfugiés syriens est impopulaire auprès des citoyens européens et est clairement une forme de chantage turc. Cela ne résoudra de toute façon pas le problème des migrants africains qui représentent 50 % des arrivants ni celui des Irakiens et des Afghans qui arrivent aussi en masse.

Le pire sera évidement le retour des djihadistes fanatisés et assoiffés de revanche.

L’Arabie saoudite est aussi affaiblie. Elle s’est mise dans un bourbier au Yémen. Ses réserves de dollars fondent comme neige au soleil à cause d’une guerre ingagnable et une déstabilisation islamiste intérieure n’est pas exclue. 

Objectif bombardé par les Saoudiens au Yémen.

 

Tôt ou tard, l’Arabie saoudite payera la facture pour son soutien au salafisme et à ses métastases. 

 

La décision de Vladimir Poutine.

Je m’en veux de m’être laissé influencer par les articles et les commentaires dans les médias qui voyaient l’armée russe délivrer toute la Syrie ou s’enfoncer dans un bourbier de type afghan.

Vladimir Poutine avait pourtant dit depuis longtemps que l’opération prendrait fin en mars 2016.

Comment savait-il que ce serait le moment opportun pour le faire ? Si cela avait été planifié depuis le départ : chapeau !

En revanche, cette tactique de venir pour prêter main-forte à un allié pour le placer en position de force et d’ensuite se retirer avait déjà été mise au point il y a longtemps. Les Russes avaient déjà conseillé cette tactique aux Américains en 2002 en Afghanistan mais c’était tombé dans les oreilles de sourds.

La Russie a de son côté mis cela en pratique avec succès en Géorgie en 2008 et récemment en Ukraine. 

On peut être certain que cela prend l’état-major de l’OTAN de court. Il était certainement en train d’élaborer une stratégie pour nuire à la présence militaire russe en Syrie.

Cela me fait penser à d’autres choses que Vladimir Poutine a aussi dites.

  • La crise à cause des sanctions occidentales durera 2 ans. C’est en passe de se réaliser, la Russie va sortir de la crise d’ici la fin de l’année. S’il y a une croissance qui suit sans que l’Europe n’ait obtenu la moindre concession, ce sera une humiliation pour Bruxelles. On peut même extrapoler en imaginant que la Russie ne lèvera ses sanctions que quand l’Ukraine aura rempli ses obligations liées aux accords de Minsk II.
  • À partir de 2019, plus aucun m² de gaz ne transitera par l’Ukraine. Les Européens l’ont un peu oublié et ils imaginent que s’ils ont empêché la construction de nouveaux gazoducs, la Russie sera contrainte de maintenir le transit par l’Ukraine. C’est mal connaître Vladimir Poutine. En 2019, il faudra négocier de nouveaux contrats avec Gazprom vu que les anciens arriveront à échéance. La Russie peut très lien renoncer à livrer du gaz par le sud et le sud de l’Europe n’a pas d’option de remplacement. On n’imagine pas des méthaniers traversant le Bosphore pour des raisons de sécurité liées au terrorisme. Il restera l’option nord à condition que Nord Stream II se fasse.
  • La Russie va se détacher de toute dépendance de l’Occident. Les systèmes bancaires parallèles se mettent en place en coopération avec la Chine. L’utilisation des monnaies nationales russes et chinoises va favoriser le commerce avec la Chine au détriment de l’Europe.
  • Enfin, cerise sur le gâteau, la modernisation de l’armée russe sera accomplie en 2020. 70 % du matériel sera neuf et le reste complétement modernisé. Des armes de nouvelles conceptions équiperont l’armée russe. La démonstration en Syrie n’était qu’un zakouski.

Une Russie militairement faible et économiquement dépendante de l’Occident n’a pas été respectée pendant 10 ans. Les Russes se savent gré à Vladimir Poutine pour avoir redressé l’image de la Russie dans le monde. L’Union européenne et les médias n’ont pas encore compris que dorénavant la Russie rendra coup pour coup.

Rebelle avec lance-missiles.

Conclusion.

Les groupes rebelles « modérés » qui ont adhéré au cessez-le-feu devront chercher la protection de l’AAS et de l’aviation russe pour les protéger des djihadistes qui ne manqueront pas de les menacer. C’est une donnée nouvelle parce qu’avant, ils étaient alliés. Ce seront des situations à suivre de près pour voir jusqu’où les ces rebelles sont intéressés par des pourparlers de paix.

La Russie a pris les diplomaties occidentales à contrepied. Il leur faudra quelques temps avant qu’elles se repositionnent par rapport à cette nouvelle donne. Encore une fois, Vladimir Poutine a été à l’initiative.

Le départ de Bachar al-Assad a cessé d’être un préalable à l’organisation de discussion pour la paix. C’est une avancée importante mais elle vient 5 ans trop tard. Le pays est maintenant en ruines.

500 villages et villes ont été libérés des islamistes ainsi que d’importantes zones stratégiques. Des retours de réfugiés dans leurs foyers vont pouvoir être envisagés pour cet été.

Un point important qui n’a pas encore été relevé dans les divers commentaires que j’ai lu est que la Russie met ses forces à l’abri en cas d’escalade militaire venant de Turquie ou d’Arabie saoudite. En effet, il y avait un risque réel de lourdes pertes en cas d’invasion de la Syrie avec des ripostes inévitables qui aurait pu mettre le monde au bord d’une nouvelle guerre mondiale. 

Une invasion étrangère n’engagerait plus que les forces syriennes remises à niveau et soutenues par les redoutables missiles S-400 ainsi que par les complexes mobiles de guerre électronique Krassoukha-4.

Il faut reconnaître une grande habilité dans la stratégie russe ainsi qu’une constance dans le discours. Aucun responsable russe n’a jamais parlé d’une victoire militaire en Syrie bien au contraire, ils ont toujours dit qu’il est impossible pour l’un ou l’autre camp de l’emporter. 

Voilà donc la balle dans le camp occidental. C’est à eux de démontrer que eux aussi, ils veulent la paix. Il reste 9 mois de mandat à Barack Obama pour y parvenir, après tout peut arriver surtout si la reine du chaos, Hillary Clinton, devait succéder au président actuel. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

159 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 16 mars 09:15

    Poutine est un fin stratège par rapport aux autres neuneus , il a du bien calculer son coup ....


    • pierre_jc 16 mars 17:02

      @zygzornifle


      Il y a une amusante naïveté à croire que les États expliquent leurs stratégies sur Internet. Rien n’.y est dit parce que vrai, mais uniquement pour faciliter l’atteinte des buts prévus. Il est passionnant de chercher des indices et de faire des prévisions sur l’avenir du monde, mais il ne faut pas penser que la logique inhérente à la réalité cessera de s’appliquer.... et, le plus souvent, cette logique est absolument évidente. Quiconque veut batifoler dans les blogues sur la situation internationale devrait d,abord lire intégralement ce que Taiké Eilée écrit depuis des années...

      Pierre JC Allard

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 21:45

      @pierre_jc
      Vous vous trompez, Poutine a décrit très précisément les principes qui sont les siens en 2007, dans son discours de Munich, qui a fait sortir des boutons à tout Washington :
       
      « Le Nouvel Ordre Mondial conçu par Washington n’a pas d’avenir.Ce qui compte, c’est le principe consacré de la souveraineté des Etats : non alignement (sur les USA), non confrontation et non ingérence dans les affaires des autres Nations ».


    • VERITE 17 mars 13:38

      @ Francais



      ll reste encore quelques petites troupes à démollir, mais c’est l’affaire de Monsieur Assad.
       C est comme si cétait fait.


      La puissance militaire des avions russes est la plus forte du monde, ils n’ont mis que quelques semaines à bombarder les opposants armés par les USA et la France, là ou les miserables avions américains, comme des moustiques n’ont fait que bombarder des civils.

      ECHEC ET MAT POUR LES USA QUI SONT KO DANS LEUR TRANCHEES,
      Il sont créés la guerre civile en Syrie, ont fait 280 000 morts avec leurs avions.
      Ce sont des assasins.

      Evidement, les medias internationaux, aux ordres de la CIA, vont devoiler des mensonges en faisant croire que la guerre n’est pas finie là bas. Mensonges. Tout est finis. ll imcombe aux francais de lire les medias qu disent la vérité comme Sputnik.com ou Thierry Messian.

      Maintenant que la guerre est finie en Syre, GRACE A MONSIEUR POUTINE, Agoravox doit arréter d’en parler et reparler de l’Ukraine, dont les civils veulent être Russe et echapper au Nazis américans qui ont pris le pouvoir la bas.

      L’affaire est pliée. Fin de l’histoire pour la Syrie. 


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mars 19:47

      @VERITE
      Disons que c’est en bonne voie..., selon les infos russes, Daesh a perdu 20% de son territoire et 40% de ses revenus.


    • Etbendidon 16 mars 09:31

      Vous nous avez habitué à mieux Pierre
      Là ce ne sont que suppositions et interrogations
       smiley
      DAECH est toujours présent et nuisible
      Dire qu’il y en avaient sur ce site qui prétendaient qu’avec les russes tout serait terminé en 6 semaines grand max !
       smiley
      Le flot de migrants est bien lancé, la décrue n’est pas pour demain
      La RUSSIE n’est pas inondée tout comme les USA
      L’EUROPE est donc la grande perdante mais tout ça ne faisait-il pas partie du plan (destruction de la vieille europe)
       smiley


      • Pierre Pierre 16 mars 09:58

        @Etbendidon
        Désolé, mais je suis surpris comme tout le monde et j’essaie de deviner les raisons qui ont poussé Vladimir Poutine à retirer ses avions de Syrie. 

        Il doit forcement y avoir une raison objective qui m’échappe. Il craint peut-être une reprise des hostilités en Ukraine et il ne veut pas être engagé sur deux fronts ? C’est peut-être une explication.
        Ce que je voulais surtout relever dans cet article, c’est que Vladimir Poutine a des objectifs précis et pas seulement en Syrie. Certains d’entre eux nous concerne, nous Européens, et j’ai l’impression qu’on les ignorent en se disant que la Russie n’aura pas les moyens de les atteindre. Or, jusqu’à présent, Vladimir Poutine fait un sans faute et il se pourrait bien qu’il arrive à ses fins... il aura encore un quatrième mandat pour y arriver.


      • straine straine 16 mars 17:14

        @Pierre
        "Désolé, mais je suis surpris comme tout le monde et j’essaie de deviner les raisons qui ont poussé Vladimir Poutine à retirer ses avions de Syrie."

        Bonjour,
        La nature a horreur du vide, j’ai le sentiment que ce vide va attirer un nombre significatif de protagonistes dans un piège mortel ...


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 21:50

        @Pierre
        Il n’a rien retiré du tout, seulement les forces destinées à aider provisoirement l’armée syrienne.
        La Russie conserve (au grand dam de l’ OTAN) « ses bases militaires de Tartous et Lattaquié, qui continueront à opérer normalement. » 


      • Pierre Pierre 17 mars 04:33

        @straine

        Bonjour, Si la Russie retire (une partie de) ses forces, c’est que les stratèges estiment que l’armée syrienne revigorée est capable de continuer la lutte seule contre les terroristes et d’occuper le terrain. A condition que trêve avec les autres groupes rebelles tienne évidemment.

      • Pierre Pierre 17 mars 04:50

        @Fifi Brind_acier
        Bonjour Fifi, Je n’ai jamais écrit le contraire ! C’est clairement dit dans le titre de l’article. « Un retrait qui n’est pas une retraite. »


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mars 06:35

        @Pierre
        Bonjour,
        Nous sommes d’accord. Si j’en crois ce billet, la Russie intervient toujours, mais ponctuellement, y compris depuis la Mer Caspienne...« La décision parfaite ».


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mars 06:45

        @Etbendidon
        « C’est la dèche pour Daesh ! » La technique russe est le saucissonnage des zones occupées par Daesh. L’armée syrienne continue la reconquête du territoire syrien. 


        Les Kurdes contrôlent une bande de 400 kms à la frontière syrienne - turque et viennent de se prononcer pour un système fédéral, au grand dam sans doute d’ Erdogan... C’est sans doute le cadeau empoisonné de la Russie pour l’avion descendu par Erdogan ...

      • Daniel Roux Daniel Roux 16 mars 09:52

        Un article à la gloire de la Russie éternelle et de Poutine, le renard. Mais pour jouer aux échecs, il faut être deux.

        N’oublions pas les récentes hausses du prix du pétrole que beaucoup interprète comme le gage d’un dialogue enfin respectueux des US avec la Russie. Ce prix est une arme US à double tranchant contre la Russie, les autres BRICS, le Vénézuela et peut-être aussi le monde financier. Qui peut croire que l’Arabie Saoudite décide quoique ce soit contre les intérêts US ?

        Cette première hausse est déjà une victoire pour Vladimir qui doit cependant donner lui aussi un gage de bonne volonté comme un retrait partiel en Syrie par exemple.

        L’UE est à la même enseigne que l’Arabie Saoudite. Elle fait là et quand les US lui disent de faire. Elle abandonnera les sanctions contre la Russie non pas quand elle le décidera mais quand les US le décideront.

        Pourtant, l’exemple de Poutine devrait inspirer Hollande et Merkel. Les US ne connaissent que les rapports de force, la brutalité et le chantage. Tant que les européens seront tétanisés par les divisions que les US entretiennent, nous, Français, Allemands, Italiens et les autres, subiront les conséquences néfastes de notre dépendance économique, financière et législative.

        Savez-vous, par exemple, que les US exigent la communication de toutes les informations financières des banques européennes sans concéder aucune réciprocité ?

        Par ailleurs, aucune entreprise US n’a été sanctionnée par l’UE comme l’ont été BNP et Alstom. L’achat de cette dernière par General Electric (GE) n’est pas qu’un pur hasard.

         


        • Pierre Pierre 16 mars 10:36

          @Daniel Roux
          En écrivant l’article, je ne voulais pas que ce soit ni la la gloire de la Russie ni à celle de Poutine. Les faits font que c’est le président russe qui donne le tempo mais je sais qu’en face, il y a plus lourd que lui et que sa chance, c’est que ses adversaires sont divisés.

          Pour la chute et la reprise actuelle des cours du pétrole, nous sommes dans une partie à joueurs multiples dans laquelle tous les pays producteurs sont perdants. Le pétrole de schiste américain résiste mieux que prévu mais son exportations aux prix actuels du marché n’est pas rentable. Ce sont surtout les petits pays producteurs qui trinquent. 
          Je suis d’accord avec vous, la soumission des Européens est incompréhensible et on voit grâce à la Russie qu’il y a moyen de résister.



        • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 16 mars 09:53
          Un retrait stratégique de Poutine qui garde la main et montre au monde qu’il est le patron...Si seulement à l’élysée il y en avait un comme lui... ?

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 21:53

            @Le p’tit Charles
            Oui, cela ne laisse pas de nous étonner, un Chef d’Etat qui dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit..
            Et qui en plus, qui défend la souveraineté des Etats et le Droit International, Hollande, BHL et Fabius doivent en faire des cauchemars...


          • chapoutier 16 mars 09:58


            Comme personne n’est dans la tête de l’état major russe, on ne peut que spéculer sur le retrait annoncé par V. Poutine.

            Alors spéculons :

            par ce retrait, les Russes reprennent une fois de plus l’initiative sur le terrain diplomatique . Poutine passe subitement des échecs au poker en faisant une grosse relance en mettant sur la table le retrait d’une partie des troupes russes. l’ampleur du retrait n’est pas explicité clairement. Maintenant les saoudiens, turcs etc etc vont devoir décider quelle va être leur attitude.

            Et c’est là que ça devient intéressant :

            - soit les turcos saoudiens continue à pousser contre l’état légitime syrien, dans ce cas les Russes pourront pointer du doigt leur jusqu’au boutisme

            - soit ils rentrent dans le jeu et doivent trouver quelque chose qui équilibre le retrait russe

            Dans les deux cas, Poutine y regagne de la souplesse diplomatique, fait gagner du temps supplémentaire au régime syrien sans l’abandonner puisque que les bases russes resteront, sous une forme ou sous une autre, et qu’ils peuvent revenir aussi vite qu’ils partent.

            Mais à mon sens, le plus important dans cette affaire de retrait, c’est qu’il s’agit d’une réponse anticipée au plan B de l’impérialisme US dont certains nient avec véhémence l’existence.

            En annonçant le retrait russe ( et en le mettant immédiatement en application) VP coupe l’herbe sous les pieds à tous les va en guerre suniens, en gardant la possibilité de revenir à tout moment.


            • Pierre Pierre 16 mars 10:45

              @chapoutier
              Vos spéculations sont plausibles et c’est en grande partie ce que je dis dans ma conclusion : « Voilà donc la balle dans le camp occidental.  » 


            • microf 16 mars 10:56

              Quel bon article aux analyses claires et nets, cela fait du bien de lire souvent de tels bons articles, bravo á l´auteur.
              Ce que vient de faire le Président Poutine ne peut qu´être loué, il vient de placer la Communauté Internationale devant ses Responsabilités.
              Le Président Poutine est un Homme de Paix, la balle est présentement dans le camps Occidental á lui de jouer, les mois prochains vont nous le dire, le monde entier en est témoin,
              Le Président Poutine applique une des lois des arts martiaux qu´il maitrise, á savoir vaincre l´adversaire sans l´humilier, l´Occident le comprendra t-il ?, le monde a besoin de Paix, il ya trop de souffrance, pourquoi ?


              • Pierre Pierre 16 mars 11:11

                @microf
                Merci pour votre appréciation. Je retiens surtout : « ...le monde a besoin de Paix... »


              • cathy cathy 16 mars 10:59

                Poutine l’orthodoxe n’a pas encore terminé la reprise totale de la Judée de Kiev. Il faudra attendre un peu pour la distribution des cartes.


                • MAIBORODA MAIBORODA 19 mars 08:57

                  @cathy


                   ???
                  Soyez plus explicite


                • alinea alinea 16 mars 11:05

                  Affaiblir l’ennemi, couper son alimentation, le diviser en ouvrant une porte à ses alliés moins fous, récupérer des poches stratégiques et importantes pour la Syrie, et laisser faire.
                  Poutine prouve qu’il n’est pas un va-t-en-guerre, qu’il protège ses pilotes en leur donnant du repos, qu’il est insensible aux tergiversations, menaces ou calomnies.
                  De plus il a toujours dit qu’il défendait ses intérêts : protéger le Caucase d’autres invasions islamistes.
                  C’est son but qui est juste, droit et fort, lui, ne fait que le servir ! En face, pas de but, pas de justice mais incohérence et faiblesse d’hommes aux moyens énormes, alors, surtout ne pas les provoquer mais sans les ménager !


                  • Pierre Pierre 16 mars 11:20

                    @alinea
                    Merci pou votre bon commentaire. En effet, la Russie est du bon côté de l’histoire depuis le début et cela commence à payer. Je retiens un point de votre commentaire : « ...il protège ses pilotes en leur donnant du repos... » C’est un aspect des choses auquel je n’avait pas pensé.


                  • alinea alinea 16 mars 11:59

                    @Pierre
                    Je crois sincèrement que c’est quelque chose qu’il a à coeur ; transpire toujours de ses paroles son grand respect du peuple, des gens, ses collaborateurs et l’armée ; je crois que certains occidentaux ne peuvent pas comprendre cela : c’est lui qui est au service de son pays et de son peuple, c’est cela qui lui donne sa force.


                  • Pierre Pierre 16 mars 12:51

                    @alinea
                    « En vérité, Poutine, au cours de toutes nos rencontres, est scrupuleusement poli, très franc. » Même Barack Obama le dit. (lien)


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 mars 21:57

                    @alinea
                    « En face, pas de but, pas de justice mais incohérence et faiblesse d’hommes aux moyens énormes »
                    Mais si, avoir du pétrole et du gaz à des prix défiant toute concurrence pour les 7 soeurs !


                  • alinea alinea 16 mars 22:43

                    @Fifi Brind_acier
                    Dommage qu’on ne puisse plus les voir !!


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 mars 06:47

                    @alinea
                    Voir qui ? Je n’ai pas compris ton commentaire.


                  • alinea alinea 17 mars 12:59

                    @Fifi Brind_acier
                    Les vidéos !! elles sont retirées « pour droits d’auteur » !!


                  • alinea alinea 17 mars 22:05

                    @Fifi Brind_acier
                    Merci Fifi !


                  • COVADONGA722 COVADONGA722 16 mars 11:52

                    bonjour Pierre , il y a peut être un ou deux aspect plus trivialement technique a ce « retrait partiel »

                    1/la force de projection de l’aviation russe est a bout de souffle l’usure des matériels et des personnels est beaucoup plus grande en opex ,nos armées connaissent cela aussi et pourtant c’est une tradition chez nous que ces projections de forces armées .
                    2/ et ça n’est pas anodin les salopard de Ryad avec la bénédiction us viennent de doter les groupe islamiques de manpad ’ missiles AA courte portée .Un mig syrien en fait les frais le 12/03 .
                    Pour Poutine il n’était peut être pas utile d’ hypothéquer une opération globalement réussie par deux trois aéronefs au tapis.


                    asinus

                    • Pierre Pierre 16 mars 12:40

                      @COVADONGA722
                      Bonjour, Ce que vous dites est intéressant. J’ai évoqué dans l’article que de nouvelles armes ont été testées et que cela va apporter pas mal d’enseignements sur la fiabilité du matériel. Cela concerne évidement aussi les avions. Leur usure va-t-être soigneusement examinée. Si l’armée russe fait bien son boulot, elle devrait aussi étudier les effets psychologiques qu’une si longue mission aura eu sur les militaires. 

                      Presque 6 mois de mission pour les pilotes et pour le personnel au sol ! Pour avoir été absent de la maison pour de longues périodes dans ma vie, je sais que c’est à peu près la limite pour arriver à garder une famille unie. On n’a qu’à voir les dizaines de milliers de soldats qui ont fait des séjours de plus d’un an à l’étranger pour les guerres américaines et qui ne peuvent plus se réadapter à la vie civile à leur retour.
                      Pour le deuxième point, je crois que l’avion syrien a été abattu en phase atterrissage. On peut en conclure que les zones autour des aérodromes militaires sont mal sécurisées. Normalement, les avions russes ne descendent pas en dessous de 5000 mètres en mission et ils sont hors de portée de ce type de missiles. Si les Saoudiens ont livré ce type de missiles aux djihadistes, qu’ils fassent bien attention, cela pourrait un jour être utilisé contre eux... ou contre les avions occidentaux.

                    • COVADONGA722 COVADONGA722 16 mars 13:22

                      @Pierre
                       je pensais surtout aux hélicos , c’est d’ailleurs eux qui ont payés le plus lourd tribu aux missile stinger livrés

                      par les usa aux talibans en afstan .
                      les saoudiens ont perdu quelques avions et hélicos au Yemen sans foutent tant qu’ils trouveront des mercenaires a foutre dedans ....


                    • Pierre Pierre 16 mars 14:19

                      @COVADONGA722
                      C’est vrai qu’on ne pense pas souvent aux hélicos. C’est pourtant un des points les plus forts des Russes mais je ne sais pas s’ils sont souvent utilisés en Syrie avec des équipages russes. 


                    • Rincevent Rincevent 16 mars 17:55

                      @COVADONGA722

                      Pour rajouter dans le technique : si après le retrait russe, les combats reprenaient, Poutine pourrait réintervenir sans trop bouger, il en a les moyens.

                      - Les missiles Kalibr qui ont déjà fait une démonstration de frappe sur 1500 km en surprenant désagréablement l’Otan : https://fr.sputniknews.com/international/201602191021911612-kalibr-mediterranee-deploiement-permanent/ - https://fr.wikipedia.org/wiki/Kalibr_3M-54&nbsp ; Ils peuvent être tirés depuis des navires de surface ou des sous-marins.

                      - Les bombardiers à long rayon d’action : TU 160 (rayon d’action 6000 km) - SU 24 (3000 km + ravitaillement en vol)

                      Alors, négociations avec retrait (partiel) oui, mais la main sur la gâchette quand même…


                    • Rincevent Rincevent 16 mars 17:58

                      @Pierre

                      « cela pourrait un jour être utilisé contre eux... ou contre les avions occidentaux. »
                      Comme en Afghanistan, on n’a rien appris, rien retenu…


                    • Pierre Pierre 16 mars 18:28

                      @Rincevent
                      Merci pour votre commentaire mais attention à une chose. Ces joujoux coûtent très chers et leur utilisation n’est pas intéressante pour être employée contre des objectifs militaires mineurs.

                      Je pense par déduction logique que ce sera l’aviation syrienne, peut-être renforcée, qui va dorénavant faire le boulot sous la protection des systèmes antiaériens russes.

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais.

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès