Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une affaire Dreyfus « anti-chinoise » en plein Limousin ?

Une affaire Dreyfus « anti-chinoise » en plein Limousin ?

Cela fait longtemps que l'état de droit en France subit des coups terribles dus à des dérives dont la racine essentielle est l'absence d'indépendance absolue entre les sphères politique et judiciaire, sans parler des connivences de tous types entre des magistrats et des puissants du moment et/ou du lieu.

Depuis 2007, les observateurs internationaux du droit constatent tous pour la France une dégradation de ce point de vue, qui, jusqu'ici, touchait d'abord les simples citoyens français, et, derrière eux, des ressortissants d'Etats africains et asiatiques pauvres appelés communément «  sans papiers ». Plus récemment, le phénomène a frappé aussi des citoyens de pays de l'Union européenne ( notamment les Roms venus de Roumanie).

Il semble qu'une nouvelle étape soit franchie avec une apparente petite affaire locale en Limousin, affaire qui pourrait devenir emblématique de ces dérives jamais corrigées par aucun gouvernement, mais touchant cette fois le monde chinois, soit près de 25% de la population mondiale....Ceci à un moment où ce monde prend conscience de sa puissance sur la scène internationale, donc du respect qui lui est dû.

Une étude attentive du cas montre que des ingrédients divers se préparent à composer un mélange explosif pour l'image (et surtout les relations extérieures de tous genres) de la France.

Contexte et génèse d'une affaire «  délicate  »

Le Limousin est une petite région de la France rurale et semi-rurale qui comprend 3 départements : la Creuse, la Corrèze et la Haute Vienne. Voici peu, le Président de région (PS) s'était fait remarquer pour avoir voulu s'attaquer, par le canal de la Justice administrative, à la laïcité telle que définie par la loi du 9 décembre 1905.

Sur ce, une forte mobilisation citoyenne, la réaction forte des instances de son parti politique et les pressions amicales de ses amis francs-maçons du GODF (Grand Orient de France), nombreux dans la région et influents de longue date, avaient abouti à ce qu'il retire sa fameuse « Question Prioritaire de Constitutionnalité » contre la loi de 1905, loi portée par son parti historique (la SFIO d'alors, alliée aux radicaux à ce moment), tous deux fortement appuyés par un GODF sincèrement laïque et républicain à l'époque.

Cette affaire où on a vu avec stupéfaction un responsable PS s'attaquer ouvertement à la loi du 9 décembre 1905 avec les fonds publics du Conseil Régional était-elle indicatrice d'autres dérives graves à l'œuvre dans la région ? La question pouvait se poser alors au vu de ce que certains n'ont pas hésité à qualifier de «  coup de folie  ».

Voici maintenant qu'une affaire- que le Parquet de Limoges voudrait dorénavant minimiser après l'avoir créée de toutes pièces avec un acharnement que d'aucuns, en Europe et en Asie, jugent très suspect- menace d'exploser dans cette même région, avec de potentielles dommageables conséquences pour la renommée de la France dans le monde asiatique.

Suivons-en les étapes afin de bien en comprendre les racines et la sève qui l'irrigue cette intrigue.

 

Acte 1 : comment faire régresser l'économie d'une région en attaquant les investisseurs et acheteurs étrangers ?

 

Résumons les faits avérés, même si à cette heure, la Justice locale s'acharne, par un silence gêné, à ne pas les reconnaître :

Une citoyenne taïwanaise, par ailleurs très connue dans son pays et issue d'une famille brassant les affaires dans le monde entier- Mme L, achète en avril 2009 dans la région une vieille grange paysanne en pierres sèches qu'elle entend restaurer de son labeur, par ses mains, par amour des vieilles demeures limousines et par attachement à la culture française dont elle est éprise.

Parlant quelques mots de français, mais désireuse d'apprendre toutes les techniques de la restauration-rénovation d'un bâtiment ancien (1756), elle réussit à trouver localement un ouvrier capable de lui enseigner son savoir-faire afin de progresser dans son projet. Elle est une excellente élève qui rattrape vite le maître et surprend ce dernier par la rapidité de son apprentissage.

Pendant ce temps, il s'avère que le maire (divers droite, ancien UMP) de la commune où elle s'est installée, avait soudain demandé 1500 euros pour une PRE (Participation au Raccordement à l'Egout- article L 1331-7 du Code de la Santé Publique) à tous les habitants du village où elle a acheté sa résidence secondaire. La jeune femme sinophone, sociable et révoltée par les injustices, parlant aussi anglais, aide et soutient ses voisins français avec une rare efficacité contre cette décision illégale.

Après quelques mois d'escarmouches administratives tragi-comiques, le maire est obligé, face à l'intervention- certes très tardive !- de la Préfecture de Limoges, d'admettre, lors d'une réunion publique sur ce thème tenue le 5 février 2011, une «  erreur  » (alors qu'il présentait auparavant par écrit ses décisions comme justes et appuyées par des juristes spécialisés).

Le même jour, il déclare vouloir demander aux mêmes habitants ayant ainsi échappé à cette PRE de 1500 euros DEUX PFRE (Participation aux Frais de Raccordement à l'Egout- article L 1331-2 du Code de la Santé Publique), une de 550 euros, la seconde de 500 euros, dont le contexte juridique (on ne peut exiger deux PFRE pour un même travail !) fera rire aux éclats tous les juristes en droit de l'urbanisme de France, mais aussi tous les fiscalistes. On ne parlera même pas ici des délibérations, l'une de 2007 qui n'a rien à voir avec une PFRE, l'autre POSTERIEURE, puisque votée le 21 février 2011 pour un projet déclaré clos administrativement le.....7 juillet 2009 !!!

Derechef, la touriste sinophone aide les habitants à faire valoir leurs droits légitimes ! En plus de cette attitude que certains jugent naturellement odieuse, cette voyageuse, entre deux déplacements internationaux pour ses affaires, achète beaucoup dans la région et fait même acheter par ses compatriotes, ce qui soulage- un peu- l'économie limousine en fort mauvais état.

Pendant des mois, les les services de l'Etat en Haute Vienne confirment – ce qui est très bizarre- une acceptation tacite, mais écrite, de ces deux PFRE abracadabrantes via la sous-préfecture de Rochechouart, acceptation contraire à toute la doctrine administrative française. A croire que le Limousin ferait ses propres lois contraires à celles de la République.....

Le 11 août 2011, c'est le choc pour le maire et la sous-préfecture précitée : une lettre officielle du Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement indique à l'édile qu'il avait tout faux, tout au moins sur la première de ses curieuses participations, laquelle fondait juridiquement la seconde !!! Et dire que, sans cette étrangère, vu du point de vue de la mairie concernée, tout cela aurait pu être avalé par les habitants sans broncher.....

Bref, cette étrangère empêche sans cesse le maire du cru, visiblement mal conseillé en droit, de prélever tranquillement de l'argent sur ses voisins Cette situation serait-elle inacceptable, intolérable, insupportable pour certains ?

Bien sûr, seuls des esprits malveillants verront dans la suite des évènements que nous relatons plus bas un lien entre ce qui précède et la mobilisation soudaine de la Justice, via la gendarmerie locale, contre cette ressortissante, empêcheuse de «  taxer  » tranquillement ses voisins français, des gens simples peu rompus aux choses du droit, des agriculteurs, des retraités, des ouvriers et des chômeurs..

Peut-on penser qu'il urgeait, pour certains intérêts, de faire taire «  la Chinoise », de la déconsidérer, voire de l'empêcher de revenir en touriste dans la commune où les simples gens l'apprécient beaucoup pour sa gentillesse, sa douceur et ses produits de médecine chinoise traditionnelle ?

 

Acte 2 : Comment « monter » une affaire judiciaire sur du vide pouvant dégénérer en scandale international ?

 

Il advient alors curieusement que des ennuis- bien étranges sur tous les plans- s'abattirent soudainement sur la touriste taïwanaise qui faisait capoter les projets de « taxation » tous azimuts du maire, appelé maintenant « Monsieur Erreur  ».

Premier signal venant du maire bien ennuyé de devoir admettre devant ses administrés ses «  erreurs  » à leur encontre : il fait envoyer le 25 mars 2011 par le Centre des Finances Publiques un Titre de Recette Exécutoire pour une PRE de 1500 euros à la ressortissante taïwanaise, sur le fondement d'une délibération prise le 6 juillet 2009 alors que son Certificat d'Urbanisme, valable 18 mois, a été délivré 5 mois avant, le 20 février 2009 !!!

Le maire ignore visiblement, ce faisant, les règles du Code de l'Urbanisme en matière de PRE postérieure à un Certificat d'Urbanisme. Son action est encore illégale !

Décidément, « Monsieur Erreur  » mérite bien son surnom. Cette nouvelle bourde lui est expliquée très clairement par les services du Ministère en charge du Logement par la lettre officielle en date du 11 août 2011 !!!

Comme disent les enfants du village en riant :«  caramba, encore raté  »

Deuxième signal : les gendarmes sont appelés par un individu anonyme «  bien informé  », et bien intentionné, lequel anonyme courageux dénonce spontanément- cela va de soi- aux pandores la ressortissante taïwanaise ..... comme «  employeuse illégale » ! Voilà enfin une délation qu'il faut suivre séance tenante avec vigilance et à grands renforts de moyens gendarmesques.....

Troisième signal : suite à cet appel anonyme, tous ensemble, gendarmerie et Procureur de la République près du TGI de Limoges- EN PERSONNE(! !!)- se mobilisent sur cette affaire d'une gravité exceptionnelle- chacun en conviendra- pour la loi et l'ordre public en Limousin, en France, en Europe et dans le monde !.

La ressortissante taïwanaise, qui ne comprend pas et ne lit pas le français, est invitée en septembre 2010 par un gendarme à signer un procès-verbal en français, document qu'elle ne peut donc pas comprendre ! L'étau se resserre autour de la «  mauvaise cane  », même si les amoureux du droit et de la justice s'interrogent sur la valeur légale d'un document signé par une personne qui ne comprend rien à ce qu'on lui a demandé de signer.

Puis, le Procureur déjà cité, EN PERSONNE, l'informe, toujours en français qu'elle ne comprend pas, qu'il entend la poursuivre pour «  emploi illégal », bien que touriste étrangère non-francophone, le tout en fournissant à l'appui de son accusation un procès-verbal signé par un homme réputé dans toute la région comme « proche de la gendarmerie  »....Il n'y a visiblement pas qu'à Lyon et Grenoble qu'existent des «  indics  », rétribués ou non sur fonds publics !

Avançant alors sans peur et sans reproche avec ces éléments plus que friables, le Procureur EN PERSONNE écrit à cette touriste sinophone, à sa résidence secondaire et non pas à son adresse permanente à Taïwan, toujours en français qu'elle ne peut comprendre, qu'elle est convoquée à une audience du TGI de Limoges le 27 mai 2011 à 11h30 !

Et dire que certains trouvent parfois la Justice française trop lente et précautionneuse.....

Comme la citoyenne taïwanaise ne peut se défendre en ne comprenant pas ce qui lui est reproché, ni les lois citées et qu'elle ne peut parler français, voici cette touriste étrangère non-résidente permanente en France condamnée en son absence, sans débat contradictoire, sans possibilité de défense, en violation parfaite de l'article 6 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits Fondamentaux, lequel prescrit précisément que, s'agissant d'une personne étrangère accusée, les charges et accusations doivent lui être notifiées dans une langue qu'elle puisse comprendre, ceci afin d'assurer en toute équité sa défense.

Mais, quand la Justice court vite pour un cause si évidemment essentielle à la sécurité du pays, pourquoi s'ennuierait-elle alors avec le respect des droits inaliénables constitutionnels de la défense des personnes ?

Visiblement, le Procureur de la République près du TGI de Limoges, dans ce dossier, a oublié ce texte européen pourtant passé en droit français, texte connu de lui, lui qui aime à reprocher le possible non-respect des lois françaises à des gens qui ne peuvent les connaître du fait de leur langue maternelle !

A moins que ses services ne disposent pas d'un traducteur en mandarin traditionnel.....ou qu'il ait pensé que cette infraction aux textes internationaux des droits fondamentaux ne serait pas vue par la victime visée parce que de culture chinoise, ni par l'opinion publique sinophone !

Là, il a fait erreur......une grosse erreur !

 

Acte 3 : le scandale se prépare à exploser contre ses créateurs

 

On peut à ce stade de l'affaire poser quelques questions générales de bon sens commun :

1- Sur quelles bases juridiques un Procureur de la République française EN PERSONNE peut-il poursuivre une personne simple touriste en France, donc non-résidente permanente en France, en adressant à celle-ci des courriers dans une langue qu'il sait que la personne destinataire ne pourra pas comprendre, le tout à l'adresse d'une résidence secondaire où elle habite de temps à autre, pour ses vacances ? Depuis quand la Justice française envoie-t-elle des courriers d'accusations officielles à une adresse de résidence secondaire et non au domicile permanent d'une personne poursuivie ?

2- Comment et pourquoi un Procureur de la République française, garant de l'ordre public et des droits civiques, a-t-il si ouvertement ignoré l'article 6 d'une Convention Internationale signée par la France et donc l'obligeant à son scrupuleux respect ?

3- Comment le Procureur de la République près du TGI de Limoges peut-il, a priori, valider la véracité d'un procès-verbal en français ( n° 850/2011 de la brigade concernée), signé par une personne qui ne comprend pas cette langue ? A-t-il cru que Taïwan est une colonie ou ancienne colonie française dont les habitants sont tous francophones de naissance ?

4- Pourquoi le Procureur de la République près du TGI de Limoges a-t-il ajouté foi à une dénonciation anonyme soudaine, appuyée par un citoyen dont la parole n'est vérifiée par aucun fait matériel avéré ? Pourquoi a-t-il refusé d'ordonner les vérifications matérielles élémentaires par une enquête, même sommaire, notamment sur l'aspect financier présumé ainsi que via une vérification de moralité sur la supposée coupable par avance ?

La parole d'un citoyen connu comme «  proche de services de l'Etat  » vaudrait-elle plus que celle d'une ressortissante de culture chinoise réputée, dans son pays et en France, pour sa scrupuleuse honnêteté et son soutien à ses voisins contre les actes illégaux d'un élu accumulant les erreurs ? Sur ce point de l'honnêteté, tous les témoignages recueillis par nos soins auprès de ses voisins ou d'entreprises du secteur en Limousin et en Asie, sont tous unanimes. On se demande donc pourquoi la Justice n'a pas vérifié cette réputation générale avant de porter des accusations sans aucune base sérieuse.

5- Pourquoi le Procureur de la République près du TGI de Limoges, s'il s'agissait bien de vérifier une accusation de «  travail dissimulé », n'a t-il pas simplement transmis la dénonciation anonyme à l'Inspection du Travail, s'agissant d'un particulier, au lieu de s'y impliquer EN PERSONNE avec la gendarmerie ? Pourquoi cette soudaine mobilisation judiciaire et de gendarmerie pour un délit potentiel d'une importance vraiment mineure, relevant éventuellement d'un constat de l'Inspection du Travail et d'une possible amende ? Ces questions soulèvent des suspicions troublantes sur les origines de cette affaire.

6- Sur le plan strictement juridique, sur quelles bases légales un Procureur de la République française pourrait-il accuser une touriste étrangère, en visite en France, non-francophone, d'avoir enfreint volontairement une loi qu'elle ne peut pas connaître puisqu'elle ne peut lire la langue dans laquelle est rédigée cette loi ?

Mieux encore, à Taïwan, la règle veut que quand un particulier emploie un autre particulier, il appartient à l'intervenant, s'il veut cotiser pour ses droits sociaux, de payer lui-même ses charges avec une fraction du paiement global de son travail. Il en est de même dans de nombreux pays du monde dans un tel rapport de droit privé. Donc, pour tout ressortissant sinophone, de nationalité taïwanaise ou chinoise, employer un particulier se pratique dans ces conditions. Si l'intervenant français ne lui explique pas les lois françaises en sa faveur, qui donc doit lui apprendre, dans sa langue, ces textes, puisque l'Etat français n'a pas encore publié le Code du Travail en mandarin ?

7- Dernier point- et celui qui résume bien le fond très étrange de cette affaire choquante et dangereuse pour l'image internationale de la France-, l'homme qui dénonce cette ressortissante taïwanaise, SEUL à affirmer ce qu'il a expliqué aux gendarmes et dans le contexte décrit plus haut, affirme n'avoir jamais reçu de paiement en échange de son travail de la touriste étrangère.

Celle-ci soutient qu'elle a payé son délateur, à sa demande insistante, en argent liquide et que, de plus, le travail a été très mal fait. Pourquoi le Parquet de Limoges croit-il d'office, SANS VERIFIER LES FAITS MATERIELS, un délateur qui aurait donc enfreint, sans aucune sanction, les lois de son PROPRE PAYS en toute conscience ( la preuve en est apportée dans sa délation même) plutôt qu'une touriste sinophone connue pour son intégrité et sans lien aucun avec «  les services de l'Etat  » ? Comment un Parquet peut-il prendre parti, sans même s'intéresser au passé connu, public, vérifiable, des deux parties ?

Le Procureur de la République près du TGI de Limoges a-t-il été trompé à l'insu de sa pleine conscience et contre son amour de la Justice, du droit et de la vérité des faits ?

Ignore-t-il qu'une citoyenne de Taïwan n'est pas francophone, mais sinophone ?

Estime-t-il que le monde entier connaît, par essence, les lois françaises, même non-traduites dans d'autres langues ?

On relèvera, sur le plan de la crédibilité des dires, que la citoyenne taïwanaise bénéficie d'une réputation intègre pérenne dans de nombreux pays, y compris en Europe. Mais, curieusement, le Parquet de Limoges n'a pas cherché à interroger des témoins publics de moralité. Apparemment, les dires d'un seul homme, qui ne connaissait pas la touriste en question, suffisaient à forger sa conviction.....Quel manque étrange de curiosité !

Tout le dossier que nous avons lu et traduit en mandarin semble orienté vers la « présomption acquise par avance de culpabilité  »de la ressortissante asiatique, comme ce fut le cas naguère dans la célèbre affaire Dreyfus contre un capitaine qui, lui, avait en effet le défaut, pour ses accusateurs, d'être....Juif ! Serions-nous ici face à un cas similaire, moins bien monté, contre une ressortissante asiatique parce qu'asiatique OU parce qu'une personne qui intervient au profit de ses voisins français ? La question est posée en Asie. Elle sera donc aussi posée en France.

 

Une « petite affaire Dreyfus » qui pourrait enflammer le monde chinois au moment du 100ème anniversaire de la Révolution de 1911 contre les humiliations étrangères

 

Il ressort de tout cela un goût malsain de «  petite nouvelle affaire Dreyfus  », bien mal ficelée, mais susceptible de créer une légitime et puissante colère dans le monde chinois, surtout en ces temps d'anniversaire de la Révolution contre le colonialisme européen qui opprima et humilia la Chine et ses peuples si longtemps.

On n'oubliera pas, dans ce contexte, que Sun Yat Sen, le père de la révolution de 1911, honorée de tout le monde sinophone, était de même origine hakka que la ressortissante dont nous narrons la vie récente et qu'il a toute sa vie combattu pour la dignité des peuples de langue chinoise.

Dans le monde sinophone, la question va inévitablement se poser dès que l'affaire sera médiatisé ( ce qui est en cours) :

la coupable présumée désignée comme telle serait-elle vue ainsi parce qu'elle est asiatique, de culture chinoise et non-francophone ? Ou ces poursuites judiciaires sans base juridique, ni matérielle obéissent-elles à d'autres raisons inavouées à cette heure ? Et pourquoi un Procureur de la République EN PERSONNE a-t-il pesé et agi ouvertement dans ce dossier brûlant ?

La citoyenne taïwanaise serait-elle coupable par avance en France parce qu'elle est, dans son pays et partout dans le monde, une femme connue, appréciée, intègre, célèbre pour ses activités humanitaires et son sens inné de la solidarité, une tradition forte qui caractérise l'ethnie hakka dont elle est membre ?

Sachant que cette ethnie occupe une place dirigeante dans les structures politiques, économiques, financières et commerciales en Chine, à Taïwan et dans l'ensemble du monde de culture chinoise, il est aisé de comprendre que son histoire limousine, médiatisée largement, peut générer -spontanément et légitimement-une vive émotion populaire et donc de graves retombées de diverses natures pour les intérêts français, surtout dans le contexte du 100ème anniversaire de la révolution chinoise.

Cette femme asiatique serait-elle aussi coupable présumée d'office parce qu'elle a contredit avec justesse un élu qui accumule les fautes (de son propre aveu public), mais qui se vante un peu partout oralement de faire partie de la même obédience maçonnique que le Procureur de la République près du TGI de Limoges, le Grand Orient de France (GODF) ?

Et le GODF, acceptera-t-il d'être mouillé dans un vaste scandale qui nuirait à son vieux prestige d'association républicaine, laïque, porteuse de valeurs de progrès humanistes et universalistes ?

Serait-ce tous ces motifs en même temps ?

Cette affaire est encore, pour le moment, d'importance relativement locale.....pour peu de temps !

En effet, vu que la ressortissante de culture chinoise et d'ethnie hakka refuse l'injustice- comme Sun Yat Sen naguère- dans le traitement très particulier que lui inflige, à l'évidence des faits relatés, le Parquet de Limoges, lui-même très mal à l'aise sur le sujet comme le manifestent des courriers signés de la main du Procureur de la République EN PERSONNE- ce qui étonne pour un dossier aussi mineur-, cette affaire « régionale  » est en passe de faire du bruit dans tout le monde chinois, donc par effet boomerang, en France.

Car, malheureusement pour le Parquet de Limoges, et pour les initiateurs de cette affaire dont la gestion bafoue ouvertement le droit français, européen et international comme elle menace les intérêts immédiats de la France dans le monde sinophone, la victime n'est pas prête, comme Alfred Dreyfus, à se laisser sacrifier.

Loin, très loin de là, elle refuse l'injustice et le fait savoir largement.

Il est encore temps- mais un temps compté- pour la Justice de Limoges de s'éviter, ainsi qu'aux autorités françaises, une honte nouvelle, mais il faudra réagir vite car, comme le rappelait sagement Sun Yat Sen :

«  L'humiliation continue d'un peuple conduit nécessairement celui-ci à l'indispensable révolte ».

 

*Article traduit du mandarin en français, rédigé en collaboration avec des journalistes taïwanais et chinois pour le public francophone- Libre de tout droit de diffusion et traduction en toutes langues


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • Tarouilan Tarouilan 11 octobre 2011 16:18

    Les lettres anonymes....... envoyées au procureur, sont effectivement parfois la mise en état de complots....... montés par des « réseaux » qui pourrissent les corps régaliens de l’hexagone ; ... qui sont ces réseaux.... dans cet article on semble l’avoir compris !

    Les :. ont totalement phagocytés les rouages des la justice et aussi de la police en France ! 

     


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 17:42

      Cher Tarouilan,

      Je comprends ce que vous souhaitez indiquer, mais le problème réel est ici multiforme.

      D’un côté, un processus national et général en France où l’état de droit est sans cesse remis en cause, notamment par celles et ceux qui devraient en être les meilleurs garants.

      Quand aux dérives particulières, les associations franc-maçonnes en connaissent aussi, de tous côtés : plaintes, scandales, soupçons de malversations financières.

      Cependant, il importe de ne pas confondre les membres intègres attachés à la République et à ses principes dans ces associations avec ceux des leurs qui se servent de leur appartenance à une collectivité pour des objectifs très privés, voire privés et nauséabonds.

       Dans le cas présent, des amitiés associatives se sont à l’évidence manifestées dans un cadre qui les interdit. C’est là que se situe la frontière entre appartenance légitime à un groupe et respect absolu comme citoyen de l’intérêt collectif, des lois et de ses principes.

      Bien cordialement,


    • Tarouilan Tarouilan 11 octobre 2011 18:22

      C’est ce que m’a dit, une de mes connaissances...... qui est un des leurs... « ils ne passeraient jamais du coté obscur de la force... » mais j’ai des doutes.... la nature humaine étant ce qu’elle est ! ... en fait, sérieusement, il était bien conscient, que cela existait... et il feignait avec beaucoup de conviction de le regretter.. !


    • Gnagnagna 12 octobre 2011 12:14

      @ l’auteur
      Merci pour cet éclairage de la pourriture qui nous envahit. La citation de fin va s’appliquer aussi à notre pays...
      Néanmoins... je vous cite : "Cependant, il importe de ne pas confondre les membres intègres attachés à la République et à ses principes dans ces associations avec ceux des leurs qui se servent de leur appartenance à une collectivité pour des objectifs très privés, voire privés et nauséabonds.« 

      Non ! Dans cette démarche, il ne sera jamais possible de séparer le bon grain de l’ivraie.
      Il faut faire l’amalgame. C’est au groupe salit par ses brebis galeuses de faire le ménage en son sein.
      Faire l’amalgame est le seul moyen efficace de pousser ceux qui sont honorables dans un groupe à mettre hors d’état de nuire les voyous du groupe qui les entrainent dans l’opprobre. En effet, les membres du groupe se connaissent bien et connaissent leurs principes moraux et déontologiques et sont donc les mieux placés pour détecter les brebis galeuses. Exemple d’actualité qui parlera mieux aux lecteurs : est-ce qu’un non musulman est le mieux placé pour savoir qui est un »bon« musulman et qui en est un »mauvais" ? Non. C’est donc aux musulmans de faire le ménage parmi eux. C’est la même chose pour n’importe quel groupe, y compris pour les Francs Maçons.
      De toute manière, l’amalgame est une démarche intellectuelle naturelle et des affirmations comme la vôtre n’ont aucun effet autre que la confusion des esprits et leur paralysie : elles ne sont le produit que d’une idéologie qui, comme toute idéologie, ne repose sur aucune base naturelle et n’a pour résultat que d’apporter la confusion intellectuelle et empêcher de vivre sereinement en pleine clarté psychologique et sociale.


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 14 octobre 2011 10:12

      Cher Gnagnagna,

      Votre commentaire sur la manière de débarrasser les associations franc-maçonnes (et donc la société dans son ensemble) de membres gangrenés est intéressante.

      Vous posez le problème d’une stratégie qui est par nature sujet à débat pour chacun ;

      A priori, je pencherais pour suivre votre raisonnement (valable pour toute association au demeurant), mais tactiquement, il me paraît plus judicieux de dénoncer et mettre en lumière les membres gangrenés afin de les faire chasser par les honnêtes gens, ceci afin de protéger leur réputation publique.

      Au final, les objectifs se rejoignent, mais la tactique de la séparation évite de donner aux corrompus et affairistes la possibilité de pousser l’ensemble de leurs associations à faire corps avec eux au motif que l’on agresse l’ensemble du groupe.

      On voit d’ailleurs que ces tactiques peuvent à terme payer en suivant ce lien et le blog en entier :
      http ://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/

      L’essentiel aussi est que les membres des associations franc-maçonniques ne confondent pas la République avec une propriété privée particulière ou l’intérêt public avec ceux de leurs frères pas toujours honnêtes et attachés aux vertus qu’ils prônent en interne.

      Bien cordialement,


    • Tarouilan Tarouilan 11 octobre 2011 17:07

      Les télévisions chinoises risquent de tourner casaque, limoges et sa région bientôt blacklistés : http://ici.france3.fr/limousin/video/LIMO_1477388_300820111040_F3/?webtv_rubrique=39

       


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 18:12

        Cher Tarouilan,

        je note que vous faites de l’ironie amusée sur les espoirs de certains élus et chefs d’entreprise limousins sur la Chine et l’Asie.

        Sachez aussi que la majorité écrasante de ce qui est nommé et vendu sous l’appellation « porcelaine de Limoges » est fabriquée.....en Chine !!!

        C’est la raison pour laquelle, récemment, une femme d’affaires chinoise de passage en Limousin, alors qu’on lui proposait d’acheter dans un luxueux magasin de la cité de Limoges des objets onéreux en porcelaine de Limoges, a répondu à la commerçante : « Merci, c’est mon mari qui produit cela en Chine et il m’en offre régulièrement ».

        Ainsi, l’activité phare de Limoges est délocalisée depuis belle lurette loin, très loin du Limousin.

        Bien cordialement,


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 12 octobre 2011 20:47

        Cher Tarouilan,

        Pour ceux qui ne savaient pas la réalité quelque peu parfois ennuyeuse sur la porcelaine de Limoges, la lecture de la fin de cet article Wikipedia rédigé en partenariat entre la ville de Limoges et des sociétés de luxe est édifiante pour qui comprend bien le langage volontairement tortueux

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Porcelaine_de_Limoges

        Apparemment, les mensonges de certains sur l’origine de leurs produits « made in France » quand ils sont produits en Chine posent des problèmes et génèrent des indignations de clients floués sur leur information reçue.

        Qu’en termes galants est annoncée la quasi-mort de la porcelaine de Limoges, comme marque réelle et référence commerciale.

        Ainsi, quand Taïwan a voulu rapprocher ses producteurs célèbres de porcelaine de Yinge de ceux de Limoges, les responsables taïwanais se sont aperçus qu’il n’existait plus de véritable usine de porcelaine à Limoges, mais que les produits venaient de Chine.

        De là date pour nous à Taïwan la découverte du pot aux roses sur le lieu de fabrication de la porcelaine de Limoges.

        Quant aux commerçants locaux qui ne le savent pas, ou ils ne lisent pas les médias, ou ils ferment les yeux.

        Bien cordialement,


      • easy easy 11 octobre 2011 17:33

        Il y a deux biais possibles pour défendre cette Chinoise. Le biais du droit et le biais de la pression (médiatique, politique, économique)

        En mélangeant vous-même ou vous aussi ces deux biais, vous affaiblissez votre rhétorique.

        C’est comparable à ce que je lis souvent du genre « Monsieur Untel, professeur émérite, très apprécié de son village, subit toutes sortes de tracasseries de la part du maire »
        Ce n’est pas parce que Monsieur Untel est émérite et bien apprécié par ses voisins qu’il est exactement dans son bon droit administratif. Et à contrario, un triste sbire, moche et puant peut très bien être dans son bon droit administratif.


        Ce procédé visant à attirer la bienveillance d’un public qu’on prend à partie en souligant les mérites d’une personne m’agace car il en découle qu’une femme de mauvaise réputation serait alors automatiquement condamnée ou abandonnée à son sort.

        Alors choisissez, le droit ou la pression, mais pas les deux à la fois.



        ( Cette dame n’est pas une idiote. Elle sait qu’en payant un travail en espèces sans déclaration officielle, elle met le doigt dans un procédé illégal, quand bien même ce serait -preuve à l’appui- à la demande du travailleur )

        ( Si j’achète une résidence secondaire à Taïwan, je ne m’attendrais pas à ce que l’administration de l’île s’adresse à moi en français ni qu’elle m’écrive en France sinon via mon consulat )

        ( Concernant le volet médecine chinoise qu’elle exerce, c’est encore un excellent moyen de s’attirer des ennuis et elle le sait forcément )


        ( Laissez Dreyfus se reposer un peu )


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 17:55

          Cher easy,

          Vos remarques sont intéressantes, bien que j’ignorais que, dans un état de droit, le droit justement pouvait être opposé à l’information publique.

          Si certaines de ces observations relèvent de sentiments légitimes de votre point de vue, sachez par exemple que :

          1- les documents administratifs relatifs aux résidences secondaires, en France et dans le monde, sont adressés aux domiciles réguliers, donc permanents, des propriétaires.

          2- Comme vous semblez ne pas l’avoir compris, les relations de travail entre particuliers en France sont une exception française, que le monde n’es pas censé connaître, ni encore moins comprendre dans son fonctionnement.

          3- Quant aux plantes médicinales en France, elles sont en vente un peu partout et des millions de gens les utilisent en toute sécurité.

          En 5000 ans d’expérience acquise, cette médecine n’a jamais eu d’affaire du sang contaminé, ni de dossier Mediator.

          Par contre, Taïwan est en pointe dans la recherche sur le cancer et la maladie d’Alzheimer, sans parler des traitements efficaces contre les hépatites.

          Vous trouverez en français ces informations OFFICIELLES et PUBLIQUES sur le site Taiwan.info.

          Ce qui permettra une meilleure compréhension de l’intérêt de populations du monde à cette médecine qui ne tue pas en soignant, mais guérit, cherche et trouve avec des moyens humains et financiers PUBLICS qui laisse la France dans une position de pays du Tiers-Monde.

          Bien cordialement,

          Bien cordialement,


        • easy easy 11 octobre 2011 18:16

          Vous ne rendez pas service à cette Chinoise en procédant de mauvaise foi.

          Vous savez très bien qu’on peut informer les gens d’un problème particulier mais que pour le faire, il existe différents biais. Comme très souvent en pareil cas, les « avocats » font feu de tout bois, traitant à la fois du droit et de la pression donc du chantage.


          Dreyfus, cher « Zola », c’était trahison d’état, dégradation, prison à vie voire mise à mort.
          Votre Chinoise, c’est 1000€ . A mettre en rapport à ce que lui coûtent ses multiples AR.
          Vous prenez vos auditeurs pour des cons. Et je vous redit que vous seriez correct en laissant Dreyfus se reposer un peu.


          La travail déclaré est une exception française ?
          Très bien. Elle le sait désormais. Pour peu qu’elle soit capable de prouver que notre exception est exceptionnelle, les juges seront cléments. Ce qui les agace c’est la mauvaise foi.

          La médecine par les plantes, ça soigne ?
          Nous le savons tous. Economisez votre salive. Mais dites bien à votre Chinoise que le jour où ça lui prendra, le Conseil de l’Ordre lui cherchera des noises. Qu’elle ne nous la joue pas « Bin je savais pas »

          Je ne suis pas du tout en train de la juger. Je dis que la France adore son Organe de Justice et que beaucoup en vivent.


        • Tarouilan Tarouilan 11 octobre 2011 18:44

          Easy, à bouffé du lion, aujourd’hui....... et oui, le justiciable en France, doit réfléchir avant de respirer, marcher, adresser une parole badine à son prochain ...et quand c’est un citoyen étranger...... cela devient homérique à l’extrême..... !.. pendant que nos « maires » prennent toute liberté avec le droit public, le droit privé et le droit pénal......... il faudra qu’un jour ici, je vous parle du règne d’un certain maire à Sarcelles.... Sarcelles.....une contrée très proche du far-ouest américain d’autrefois, sur le plan de la vie administrative.... !


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 19:42

          Cher easy,

          Il est toujours intéressant de savoir qu’il existe des lecteurs, qui, n’ayant rien compris à ce qu’ils lisent, tiennent cependant à apporter leurs sentiments personnels, fussent-ils déconnectés des faits.

          Votre défense de la Justice en France est significative d’un angle de vue très particulier. Mais, vouloir jouer au vice-Vychinski est un jeu qui ne génère pas la sympathie, et encore moins la compréhension

          Il est vrai que les mêmes réseaux secrets qui ont abouti, de secret-défense en ennuis pour les juges de leur pays, à faire payer 1 milliard de dollars à leurs compatriotes sont la preuve qu’en France, la Justice est vraiment libre, indépendante et souveraine.

          Vous qui parlez aux autres avec la grossièreté morale e le cynisme sénile d’un Roland Dumas devriez apprendre plus sur les choses et regarder les autres cultures avant d’écrire des inepties vides de sens commun, doublées de propos d’une insigne mauvaise foi.

          Je serais intéressé à lire vos propos si un Français était condamné dans de telles conditions en Asie. Peut-être alors votre « conscience » de Zola refoulée pour le moment pourrait enfin trouver à s’exprimer.

          Pour l’heure, vos propos sont risibles et il convient de les regarder avec une compassion que la culture chinoise enseigne pour les gens sans réflexion.

          Bien cordialement,


        • easy easy 11 octobre 2011 20:53

          Et je sors Dreyfus de sa tombe et je convoque le fantôme de Sun Yat Sen et je mets la Révolution de 1911 sur la table et je crie au racisme et je convoque carrément le monde chinois. Tout ça pour une affaire à 1000€ et ensuite je dédaigne « il est toujours intéressant de savoir qu’il existe des lecteurs, qui, n’ayant rien compris à ce qu’ils lisent, tiennent cependant à apporter leurs sentiments personnels, fussent-ils déconnectés des faits »

          Ouh la la, je n’aimerais pas être à la place de votre protégée !


          Vous avez écrit
          « , la victime n’est pas prête, comme Alfred Dreyfus, à se laisser sacrifier. »

          Elle connaît l’affaire Dreyfus cette Chinoise ?



          Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes. Pour une affaire de 1000 balles à débourser pour un raccordement vous avez attiré le chaland en faisant d’une souris une montagne, vous multipliez les affirmations en Franc-maçonnerie et ensuite vous reprochez à vos lecteurs d’être déconnectés des faits. 
          Des faits ou de vos enflures ? 




          Afin d’être mieux connecté, quel est donc le nom de cette commune sur laquelle 25% de la population mondiale devrait avoir ou a déjà les yeux rivés ?





        • easy easy 11 octobre 2011 21:03

          @ Tarouilan,

          Les maires, je connais et de très près.

          Il n’est pas impossible ni incongru de faire le procès de l’un d’entre eux à distance, ici, et sur la foi d’un témoignage. C’est d’ailleurs ce que fait notre Zola du jour.

          Mais du doigt et de la Lune, j’ai toujours considéré que la Lune bof (faut vraiment être con pour avoir besoin qu’on nous la montre) alors que le doigt en dit toujours long, très long sur celui qui le pointe. Je ne regarde donc que les doigts qui pointent.
          Et ici, j’en tiens un sacré de pointeur du doigt. 

          Il n’est pas le premier des pétitionneurs-mobilisateurs à avoir cru qu’il pouvait mobiliser sans fatigue, par la plume. Lui comme les autres, il se retrouve marri, dépité que son fantasme fasse pschitt !

          100% des Zola à la petite semaine ne supportent pas la moindre contradiction. Il faudrait que sur la foi de leurs dires, tels des moutons qui n’attendaient qu’eux pour bêler, 100% de leurs lecteurs coagulassent « Oué, tatroréson ! »

          Tout juste s’attendent-ils qu’il y ait des indifférents. Mais des contrariants ah non alors. Pas deux échanges avec un rétif que déjà ils virent rouge et insultent. Vexés comme des poux, ils frapperaient s’ils le pouvaient.

          Je tremble que ces individus se retrouvent un jour dans la position de maire ou de juge.



        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 21:30

          Cher Easy,

          La lecture de votre prose est hautement comique. Et vos préjugés sur le monde que vous ne connaissez pas très anciens.

          Je vous rassure : l’affaire Dreyfus est connue en Asie, par des films et des livres, car l’histoire de France intéresse. Les traductions des articles de Zola et d’autres militants de la cause de la République en France ont nourri, fécondé, le combat des révolutionnaires, en Chine, et dans d’autres pays d’Asie, contre les régimes corrompus d’une aristocratie vermoulue.

          1911n’était en effet pas loin en cette fin de 19ème siècle.

          Vous faites beaucoup pour vous ridiculiser, c’est admirable.

          Quant aux médias sinophones, ils ont le droit de suivre, promouvoir et évoquer favorablement les combats qui leur semblent intéressants et peuvent attirer l’attention de leurs publics.

          Cependant, n’en faites pas trop dans la honte immonde : être ignorant et avoir l’esprit fermé est un droit, mais ce n’est pour aucun être humain une clé pour un avenir sain, ni pour assurer la concorde entre les peuples.

          Bien cordialement,


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 21:33

          Cher Tarouilan,

          Le maire de Sarcelles que vous citez, est-ce l’ancien revenu de Washington ou le nouveau qui a apparemment de graves accusations qui l’ennuient ?

          Bien cordialement,


        • easy easy 11 octobre 2011 21:55

          Parfait, cette chinoise connaît donc l’affaire Dreyfus et elle choisit d’acheter une maison en France. Très bien.
          (Et on imagine sans peine qu’elle a eu tous les documents d’acquisition rédigés en mandarin)

          Mais elle ignore l’exception exceptionnelle de la France où le travail non déclaré est illégal.

          Wharfff !

          C’est tout ce que vous avez trouvé pour éviter de répondre à la question du nom de cette commune ?


        • Tarouilan Tarouilan 11 octobre 2011 22:16

          Ce que les médias, ont rapportés jusqu’à présent n’est que l’affleurement discret en surface d’un système étonnant, avec une pérennité dans le temps ... couvrant plusieurs époques municipales ... mais dont les administrés semblent singulièrement se satisfaire !


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 22:17

          Cher easy,

          L’affaire qui vous a été expliquée sans que vous sembliez en comprendre les caractéristiques les plus intéressantes pour un large public, en France et à l’étranger, n’a pas à voir en tant que telle- directement- avec la commune.

          Cependant, vous devriez lire les mots en français avec plus de soin : l’affaire Dreyfus est une affaire qui est très connue, ai-je écrit à votre intention de lecteur peu habitué au fait que les autres peuples soient aussi (ou plus) cultivés que vous, par le grand public en Asie.

          Vous aurez donc noté que je ne personnalise pas comme vous le faites, mais généralise une donnée culturelle mondiale.

          Quant à la notion de travail illégal (expression malheureuse car fort imprécise), il n’échappera pas à votre sagacité de lecteur attentif aux plus infimes détails que le problème exposé est autre.

          Comme le résumait pour le Procureur de Limoges un hebdomadaire de langue chinoise :
          « voila des gens qui croient que leurs lois sont celles de tous les pays de la planète et que tous doivent les connaître, alors que la France est, derrière l’Italie, le pays européen qui pratique le plus les emplois dits »au noir« . N’est-ce pas présomptueux et ridicule ? »

          La question appelle la réponse.

          Quant au maire qui aime les erreurs répétées, il en est question sur Internet. Mais, là n’est pas le propos de l’article sinophone traduit en français pour vous instruire.

          Pour s’amuser un peu de votre grandiloquence petite, voire pathétique : la Bank of China a cessé récemment ses concours financiers aux banques françaises, alors qu’elle prête encore aux banques grecques, italiennes et espagnoles.

          Le problème est que, parfois, les amis nombreux d’une personne sont aux postes de commande de médias, de banques, de ministères, qui ont, vu l’état de la France, de ses finances et de son économie en ruine, toute latitude de faire payer de manière démultipliée à un Etat les fautes graves de certains de ses agents.

          Je vous fais un croquis sur les rapports de force entre les pays en question et la France ?

          Et, quand en plus, les agents de cet Etat ont agi à tort et ont causé des ennuis à cet Etat, essayez de deviner ce qui se passe quand les exigences tombent et que les sollicités n’ont pas les moyens, juridiques, politiques, économiques et financiers, de refuser ce qui leur est exigé.....

          C’était un petit cours pour vous sur des réalités qui paraissent vous échapper, mais qui n’échappent pas aux médias ailleurs, ni aux responsables politiques qui ont un peu de sens commun.

          Bien cordialement et sereinement vôtre,


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 22:27

          Cher Tarouilan,

          Merci pour les informations sur le système particulier qui a pris Sarcelles dans ses rets.

          Votre conclusion me rappelle un ami médecin, homme d’humour et de sérénité qui expliquait en parlant d’une autre commune de France qui eut un maire très « spécial », mais viré depuis par les électeurs :

          « le jeu politique officiel ressemble parfois à un toucher rectal de recherche de cancer de la prostate. Parfois, le geste médical est sensible, parfois non. Tout dépend du doigté du politicien, mais aussi de l’ampleur aussi du cancer recherché. Petit, on ne le sent et ne le voit pas. Grand, c’est trop tard et très douloureux. C’est pour cela qu’il faut des bons médecins pour la santé publique et des citoyens déterminés dans la vie publique ».

          L’image est savoureuse, et vraie aussi, semble-t-il.

          Bien cordialement,


        • franor 11 octobre 2011 17:38

          Les procs sont aux ordres des politiques dans notre pays et c’est bien ce que nous reproche les autres pays. Maintenant il est impossible qu’un magistrat du siège est pu condamner cette femme avec le dossier que vous décrivez, ou alors les services de l’Etat ont fabriqué des faux afin de faire croire que c’était sont adresse en France et que lors de ses auditions elle était toujours accompagné d’un traducteur auprès de la cour d’appel. Vive nos amis les francs mac


          • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 18:06

            Cher Franor,

            Oui, effectivement, une audience a été organisée et tenue sans la personne concernée, alors que l’acte d’accusation devait être remis en français à une ressortissante sinophone qui réside à Taïwan !!!

            Pour une raison encore inexpliquée, le Parquet n’a pas dû noter qu’une personne de langue chinoise pouvait ne pas parler, lire et comprendre la langue juridique française.

            A ce jour, le Procureur en question n’a pas expliqué cette anomalie de procédure et cette infraction aux règles du droit français et européen.

            Il semble que des juges n’aient rien trouvé, le 27 mai 2011 à Limoges, à toutes ces anomalies juridiques graves.

            Ainsi, un avocat de la cité limousine, Me P..... me déclarait (mais il n’est pas « frère » de quiconque) que, souvent, dans sa carrière, comme naguère à Nice, il avait été témoin de choses bien particulières en droit.

            Alors, dans ce contexte, un Parquet qui voit comme habitante permanente en France une étrangère munie de billets d’avion aller et retour, à qui on écrit en français en sachant bien qu’elle ne peut le lire, cela peut sembler anodin en Limousin, selon lui, et avec un brin d’ironie ;

            Il faut dire que j’ai aussi vu sur place des avocats plaider contre le droit administratif le plus clair et le plus établi....en ne cillant pas les yeux !

            L’avocat cité me disait aussi qu’il serait heureux qu’un Eric de Montgolfier puisse venir à Limoges faire ce qu’il a si bien fait au Parquet de Nice. Un souhait partagé par des justiciables souvent désorientés par des décisions qu’ils ont du mal à mettre en rapport avec le droit français....

            Bien cordialement,


          • Serpico Serpico 11 octobre 2011 18:44

            Ce village et ceux qui ont voté contre cet article sont l’illustration -à la limite de la caricature- de ce que j’appelle « la conciergerie française ».

            La France est le royaume des concierges. Malgré toutes les études que certains ont poursuivies, les diplômes qu’ils ont obtenus et les fonctions qu’ils exercent, leur âme et leur esprit resteront petits, petits, petits, petits...

            C’est ce racisme « naturel », racisme réflexe, noyé dans la suffisance française, l’arrogance héritée du colonialisme et du mépris de l’indigène qui ressurgissent de temps en temps pour rappeler que le français est et restera un concierge éternel.


            • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 21:39

              Cher Orion,

              Une partie de l’ancienne bourgeoisie de Limoges a vécu et s’est enrichie sur la renommée de la porcelaine de la cité.

              Il n’en reste pas moins qu’en 2011, l’appellation qui reste ne reflète pas vraiment la réalité de la fabrication, et surtout pas de ses lieux de production.

              Ce qui est cocasse, d’un certain point de vue, est que, si les métiers ouvriers liés à la porcelaine ont quasi-disparu en Limousin, en Chine, cette production bâtit des fortunes et génère des emplois.

              C’est donc en effet assez instructif de voir une région qui vit sur un passé révolue qui n’a plus de continuité réelle dans le présent et qui va disparaître dans un proche avenir.

              Cela résume assez bien les rapports de force entre la Chine et la France : la Chine produit et assimile les technologies, la France les perd et ne fait qu’en parler.

              Bien cordialement,


            • amipb amipb 11 octobre 2011 22:31

              J’ai voté pour l’article, car il est bien construit et documenté.

              Reste que je rejoins la position d’easy. Si la justice française a été phagocytée depuis un moment par la sphère politique, l’affaire ici exposée me semble bien loin de celle de Dreyfus et, de plus, tomber parfaitement sous le coup de la législation.

              Ce n’est pas parce que la justice se trompe parfois (et même à l’insu de son plein gré) qu’elle a toujours tort.


              • amipb amipb 11 octobre 2011 22:34

                J’ajouterai que ce n’est pas parce que l’on fait partie des « 25% de la population mondiale » que cela nous met au-dessus des lois. Même le dernier australopithèque voire même le Yeti en passe d’être découvert, doit avoir le même traitement que n’importe quel autre être humain.

                Sinon, vous justifiez une certaine forme d’avantage tout en critiquant celui des politiques sur la justice de notre pays...


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 octobre 2011 22:48

                Cher amiph,

                L’affaire exposée semble d’une clarté juridique imparable, concernant les droits bafoués de la défense, l’inégalité éclatante de traitement et, la présomption de culpabilité sur simple dénonciation non vérifiée par aucune enquête.

                C’est pour ces motifs qu’il serait souhaitable que les droits de 25% de la population soient égaux à ceux des autres , ni moins, ni plus, mais égaux en tous points.

                Comme par exemple l’accès aux accusations dans la langue des personnes poursuivies, l’envoi de convocations à l’adresse permanente des individus et le droit à un traitement équitable sur tous les plans.

                Dans cette affaire, on est loin, très loin de cet objectif qui doit être celui d’un état de droit.

                On présumé de la culpabilité d’une personne connue dans son pays sur simple dénonciation..... Heureusement, 2011 n’est pas 1942, mais le fond des choses a un parfum de passé nauséeux et dangereux, et le montage de l’affaire ressemble par certains côtés à l’affaire Dreyfus, ici visant une personne de culture chinoise.

                Bien cordialement,


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 12 octobre 2011 10:45

                Cher Androméde,

                Côté République bananière de l’image internationale de la France, le mal est fait et s’aggrave chaque jour, y compris selon les ONG en charge de mesurer la réalité de l’état de droit dans chaque pays.

                Ceci étant dit, il est en effet difficile de traiter ainsi des touristes étrangers et ensuite de solliciter de leurs autorités, avec qui souvent ces touristes ont des contacts étroits par essence, des contrats et des avantages pour les nationaux du pays.

                Ce que les autorités de nombreux pays ont compris, qui peuvent de plus critiquer le cas échéant les régimes politiques tout en exportant énormément alors que la position hypocrite consistant à mépriser les ressortissants d’un pays chez soi pour ensuite s’agenouiller devant les autorités sur place ne conduit qu’à des déboires répétés.

                Le respect se gagne tant à l’intérieur qu’à l’extérieur dans un monde où les informations de ce type circulent à des vitesses que certains n’ont pas encore mesurées.

                Bien cordialement,


              • tiloo87 tiloo87 12 octobre 2011 09:52

                La cause que vous défendez est peut être juste, mais votre exposé des faits dégouline de mauvaise foi, d’incohérences et de contradictions : ça ressemble plus à une plaidoirie devant un tribunal, qu’à un article pour agoravox..
                Dommage pour votre cliente.
                L’agressivité des réponses que vous faites à ceux qui expriment un avis différent confirme l’impression première.

                ps : bien que la porcelaine de Limoges n’y soit plus fabriquée à 100% depuis longtemps, vos « porcelaines de Limoges » soit disant fabriquées en Chine sont une pure invention, en tout cas ne sont pas en vente à Limoges. Inventer des anecdotes pour étayer une argumentation, c’est comme le bluff au Poker, : essayer de faire croire que vous avez 4 As, à celui qui posséde un As vous couvre de ridicule.
                 


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 12 octobre 2011 11:00

                  Chet Tiloo87,

                  Il est réconfortant de lire votre comemntaire. Tant sur la forme que sur les faits car cela reprend les éléments de langage d’autres commentateurs qui enfourchent spontanément les mêmes arguments. Un réseau de communication interne ? Ou une petite discussion préalable entre amis ?

                  Votre information sur la porcelaine de Limoges produite en Chine, et non vendue à Limoges va faire beaucoup rire dans la province de Fujian.

                  Les entreprises chinoises qui produisent cette porcelaine vont elles aussi s’étrangler de rire en vous lisant : soit vous êtes ignorant des réalités, soit vous voulez protéger la marque contre une possible mauvaise appréciation du public.

                  La dernière délégation commerciale chinoise venue à Limoges a beaucoup plaisanté sur ce sujet, à savoir que l’appellation officielle ne correspondait plus à la réalité exacte.

                  Mais, comme vous reconnaissez vous-même à mots prudents les faits, il est maladroit ensuite de nier les évidences que tout un chacun peut vérifier ;

                  Pour votre culture, la fabrication de la porcelaine de QUALITE est une vieille tradition chinoise ; Une ville de Chine en est d’ailleurs la matrice.

                  sachant que vous avez le goût du pari, sans poker, vous allez trouver le nom de cette cité, qui est aussi connue par des entrepreneurs et élus du Limousin qui s’y sont rendus en visite officielle.....

                  Vous parliez de pure inventon ? Selon les écrits de la mairie de Limoges elle-même, la porcelaine issue de cette ville chinoise est d’une rare qualité.

                  Ce qui est vrai est que le coût de fabrication de cette porcelaine de Limoges en Chine est plus faible qu’en Limousin. L’amour du profit n’a pas de patrie.

                  Bien cordialement,


                • tiloo87 tiloo87 12 octobre 2011 11:59

                  "Vous parliez de pure invention ? Selon les écrits de la mairie de Limoges elle-même, la porcelaine issue de cette ville chinoise est d’une rare qualité.« 

                  Vous étalez votre ignorance et votre méthode d’argumentation biaisée :

                  -Que la mairie de Limoges reconnaisse la qualité de la porcelaine issue de Chine ne prouve en rien qu’elle soit vendue à Limoges comme »porcelaine de Limoges« , mais plutôt que les échanges de savoir et le respect mutuel caractérisent les deux poles.

                  -Les Limougeauds apprennent depuis tout petits que la porcelaine est une invention chinoise, et que l’art développé à Limoges n’a jamais voulu ni copier ni concurrencer celui de Chine.
                  Les contrefaçons que vous évoquez si vaguement, se font malgré et au détriment des producteurs locaux.(et sont illégales)

                  -Et finalement, le seul embryon de vérité sur cette histoire (comme dans tout ce que vous racontez ?) est que certains industriels importent de la porcelaine (d’Afrique du nord, et non de chine !) avant de la décorrer et de l’estampiller »décorée à Limoges«  : c’est la »loi du marché« , hélas, de ne pouvoir empêcher l’arrivée de ces rapaces, mais vous ne trouverez pas leur production dans non magasins sur place (et oui..dommage pour le bluff : j’y habite et je connais bien le sujet !)

                  -Allez, pour rire, donnez moi vos sources pour : »La dernière délégation commerciale chinoise venue à Limoges a beaucoup plaisanté sur ce sujet, à savoir que l’appellation officielle ne correspondait plus à la réalité exacte." : vous êtes un bluffeur et un menteur. je crains que toute votre histoire soit du même tonneau !


                • chuppa 12 octobre 2011 09:56

                  RESIDANT ETRANGER.
                  je vis dans une jolie commune française, rien ni personne ne m’oblige à m’inscrire dans une quelconque fichier communal, départemental ou autre.
                  Donc si une procédure doit être entamée contre moi, la SEULE adresse des intervenants français serait ma résidence en France.
                  AUCUN lien officiel ou autre ne me lie à mon ancien pays.
                  Votre petite protégée a donc reçu ces documents à sa résidence française tout normalement.
                  Comment voulez en plus que les pouvoirs publics français soient au courant de ma langue d’origine.......Mais votre théorie des langues étrangères devraient donner du boulot à quelques milliers de traducteurs : belle mesure contre le chomage.
                  Tout ceci n’excuse bien sûr pas la connerie du maire.


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 12 octobre 2011 11:17

                    Cher Chuppa,

                    Vous avez mis le doigt sur un problème de fond que l’article relève : la personne visée n’est pas résidente étrangère permanente en France, elle y a acheté une propriété pour ses loisirs et déplacements en Europe.

                    Comme tout étranger ayant une résidence secondaire en France, l’adresse de contact administratif est le domicile permanent dans le pays de résidence pérenne. Il en va ainsi pour les Anglais, Hollandais, Allemands, et autres étrangers qui possèdent des résidences secondaires en France. Le fisc leur adresse ses courriers dans leur pays, là où ils vivent la majorité du temps, sauf vacances et déplacements.

                    Ainsi, dans ce cas comme pour un acquéreur de bien de nationalité étrangère non-résident en France, l’adresse administrative est celle du domicile permanent de la personne.

                    Il semble que vous ayez mal compris les choses expliquées avec clarté.

                    Ainsi, en France, un étranger peut bénéficier d’un titre de résidence renouvelable chaque année sans y vivre à plein temps. Il dispose du titre pour aller et venir entre le monde et la France, le document de séjour mentionnant l’adresse de son bien en France, qui n’est pas donc son domicile permanent.

                    Voici pourquoi vous avez probablement confondu entre droit à résidence en France (qui n’implique pas d’y vivre à temps plein) et résidence permanente dans son pays.

                    D’ailleurs, le fisc connaît bien la problématique pour l’expédition des contraventions pour excès de vitesse à l’adresse des conducteurs étrangers flashés en France.

                    En serait-il autrement pour l’administration de la Justice que le fisc, agences du même Etat, un et indivisible ?

                    Je vous remercie de votre commentaire car il permettra aux médias sinophones de mieux expliquer en détail les points que le public pourrait mal apprécier ou comprendre pour le suivi de ce dossier.

                    Toute critique est donc utile et positive ;

                    Bien cordialement,


                  •  C BARRATIER C BARRATIER 12 octobre 2011 11:07

                    L’auteur qui joue les juristes rigoureux ne l’est pourtant pas dès son titre : Depuis quand TAIWAN est il la Chine ? La Chine, la vraie, la grande a sa capitale à PEKIN et n’a rien à voir avec le refuge des descendants de contre révolutionnaires soutenus par les pays colonialistes de l’époque, refuge qui est une petite île sans incidence sur l’économie planétaire. La taiwanaise est étonnante : elle ne comprend le Français que pour la juste défense des habitants ses voisins. Pas de souci, si elle a raison, elle sera innocentée et rigolera encore un bon coup.


                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 12 octobre 2011 11:30

                      Cher C Barratier,

                      Voilà un commentaire plaisant et amusant.

                      Taïwan et la Chine ne sont pas des pays de langue mandarine ? Est-ce une plaisanterie ?

                      D’ailleurs, les deux Etats ont tellement de liens qu’ils ont signé un accord dit ECFA entre eux pour s’appuyer mutuellement sur le plan économique puisque partageant la même langue, avec des différences d’écriture, je vous le concède avec plaisir ;

                      Taïwan, une île sans influence planétaire ? C’est aussi une blague pour rire ?

                      C’’est une des plus hauts PIB par habitant d’Asie et la 21ème économie mondiale. Son PIB par tête dépasse celui de la France.... Quant aux sociétés Evergreen, HTC, Asus et Acer, qui les ignore ? Et qui ignore quel pays fabrique les produits de la marque Apple ?

                      Quant à la saillie de bon goût sur la communication d’une citoyenne sinophone avec ses voisins français, elle a l’anglais et sa volonté de tenter de parler la langue française.

                      A votre place, je m’informerais mieux sur l’Asie, la place respective de la Chine et Taïwan dans le monde actuel.

                      Une dernière information qui pourrait intéresser les non-juristes, vertueux ou non, qui ne veulent pas que des affaires ineptes viennent percuter des intérêts nationaux bien compris : la majorité des capitaux en Chine est.....de nationalité taïwanaise !

                      Et, avec l’ECFA, Taïwan est le seul tremplin accrédité et Etat de droit offrant des garanties solides aux sociétés du monde, donc françaises, pour pénétrer le marché chinois !

                      Comme le dirait une chanson célèbre : à part cela, Madame la Marquise, tout ce que vous avez écrit est juste et vrai.

                      Bien cordialement,


                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 12 octobre 2011 15:03

                      Cher Kerjean,

                      Il est réjouissant de lire une réponse aussi brillant, sage et réfléchie.

                      Pour vous mettre en forme et que vous puissiez éructer encore plus contre les gens venus d’Asie essayer de sauver ce qui peut encore l’être de la désastreuse image mondiale de la France, voici deux liens en mandarin qui évoquent le fait que Taïwan vient juste de déposer contre la France une 3ème procédure afin de récupérer quelques centaines de millions d’euros de rétrocommissions illégales sur le contrat de 60 Mirage 2000 vendus au pays.

                      Surtout, gardez votre calme : il est évident que ces procédures n’ont aucun rapport, mais alors aucun avec les manières de faire de certaines autorités françaises contre les ressortissants du pays.

                      http://www.bcc.com.tw/news/newsview.asp?cde=1609774

                      http://iservice.libertytimes.com.tw/liveNews/news.php?no=553801&type=%E6%94%BF%E6%B2%BB

                      Cela vient de sortir ce jour.

                      Heureusement que de bons commentateurs vont aider à ce que la France puisse encore payer plus cher pour quelques corrompus qui ne cessent de voler leur propre peuple.

                      Bien cordialement,


                    • JL JL1 12 octobre 2011 15:20

                      Philippe Vassé,

                      vous dites : "Taïwan vient juste de déposer contre la France une 3ème procédure afin de récupérer quelques centaines de millions d’euros de rétrocommissions illégales sur le contrat de 60 Mirage 2000 vendus au pays."

                      Sauf erreur, les rétrocommissions - illégales ! - sont payées par les contribuables français. Je ne vois pas comment Taïwan peut en réclamer le montant, sinon en se déclarant complice et lésé !

                      Vous pouvez m’expliquer ?


                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 12 octobre 2011 17:13

                      Cher JL1,

                      Votre remarque est à la fois vraie et inexacte selon le moment.

                      Oui, les commissions (légales) ont été avancées par les contribuables français, puis remboursées dans le prix des contrats. Et celui inclut évidemment les rétrocommissions (illégales).

                      Dans le cas des contrats Bravo et Tango (frégates et Mirage 2000), les autorités de Taïwan exigent le remboursement par la France des sommes illégales revenues en France et réparties entre des personnes privées et des partis politiques.

                      Donc, au final, les contribuables français vont payer encore pour des corrompus que la Justice n’a pas eu le droit de rechercher et d’identifier, avec l’accord et le soutien de tous les gouvernements depuis 1989 !!!

                      Payer deux fois pour des corrompus protégés par un système opaque, voilà le destin des contribuables français. A cela s’ajoute aussi les probables rétrocommissions du contrat des sous-marins pakistanais....

                      De l’avantage d’avoir une Justice qui ne s’occupe que des grandes affaires.....

                      Bien cordialement,


                    • tiloo87 tiloo87 12 octobre 2011 12:15

                      Cher pauvre menteur démasqué,

                      « Derechef, la touriste sinophone aide les habitants à faire valoir leurs droits légitimes » :

                      connaissant donc mieux la législation concernant les « PERE » que ces voisins (des pauvres ploucs, pour vous, sans doute), que le maire (pauvre plouc lui aussi ?), et même que les services de la préfecture (que des ploucs, puisque provinciaux ?)...par contre, elle ne sait pas qu’il faut faire une déclaration lorsqu’on veut employer quelqu’un ??
                      Elle ne se renseigne même pas ???
                      Vous pensez qu’il reste combien sur un SMIC s’il doit payer les charges liées (y compris les patronales ) ?

                      Plus vous vous dévoilez, plus votre histoire de gentille vieille dame millionnaire et désintéressée parait louche : aucune référence, aucune source, tout repose sur votre « bonne foi », malheureusement mise à mal sur les qq détails que je peux vérifier (la porcelaine, ha ha ha !)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès