Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une économie mondiale planifiée

Une économie mondiale planifiée

L’humanité à un moment décisif – 3e partie

« La race humaine est en train de devenir trop pour elle-même et trop pour le monde. » – William Saroyan, citation provenant du livre Mankind at the Turning Point (1974)

Le Club de Rome est un groupe de réflexion de premier plan composé d’environ 100 membres, dont des scientifiques, des philosophes, des conseillers politiques et de nombreux autres personnages qui se cachent dans l’ombre du pouvoir. Cette série d’articles décrit les principales conclusions du livre publié en 1974 : Mankind at the Turning Point : The Second Report to The Club of Rome [1]. La première partie décrit leur désir pour le développement d’un système mondial totalitaire présenté sous l’euphémisme d’une société « organique ». La deuxième partie décrit la nécessité de créer un nouveau système de valeurs pour assurer l’acceptation du gouvernement mondial à venir. Ce nouveau système de valeurs sera basé sur « une conscience du monde ».

Mankind at the Turning Point a utilisé un modèle informatique absurde basé sur des facteurs exponentiels du système mondial dans une tentative de cacher leurs conclusions prédéterminées derrière le voile de la science. L’un des principaux scénarios élaborés par le modèle fut une analyse des prix du pétrole. Ce fut un choix évident en raison de l’importance du pétrole pour l’économie mondiale et de la crise du pétrole du Moyen-Orient qui a débuté l’année précédente (1973). La conclusion de cette analyse est qu’un prix optimal existe pour le pétrole. Un prix trop élevé favoriserait le développement d’alternatives et entraînerait des pertes à long terme pour les pays exportateurs. Un prix trop bas encouragerait l’utilisation abusive et l’épuisement des ressources qui se traduirait par des pertes à long terme du pays importateurs qui n’auraient pas suffisamment de temps pour développer des alternatives. Par conséquent, il existerait un prix « optimal » du pétrole et la seule façon de l’obtenir serait par la coopération. Naturellement, un prix optimal pourrait exister pour tous les produits et la seule façon d’obtenir ces prix passerait par une économie mondiale planifiée. Après tout, une économie planifiée fonctionnait si bien dans l’Union soviétique, pourquoi ne pas l’étendre au reste du monde ?

Tiré de Mankind at the Turning Point :

« La conclusion ne s’applique pas uniquement au pétrole, mais à l’ensemble des ressources limitées – la nourriture, les engrais, le cuivre et ainsi de suite. La gamme de prix « la plus bénéfique » et le taux d’augmentation appropriée diffèrent pour chaque produit, mais un niveau optimal existe pour tous et doit être déterminé, puis à l’échelle globale, maintenu par tous les participants du système mondial – si nous voulons éviter les crises économiques récurrentes dues à des contraintes de ressources. » [Souligné par l’auteur] – 100

« En effet, rien de moins qu’une intégration complète de toutes les couches, à partir des valeurs individuelles en passant par l’écologie et les ressources minérales – et ce, à l’échelle mondiale – suffira pour apporter une solution aux crises alimentaires mondiales … » [Souligné par l’auteur] – 87

La redistribution de l’Industrie

Insatisfait de la maîtrise des prix des ressources, le rapport souligne également la nécessité d’une redistribution planifiée de l’industrie à travers le monde, en particulier en Asie du Sud.

« Le cinquième scénario – le seul moyen pour éviter une catastrophe sans précédent en Asie du Sud – requiert l’émergence d’un nouvel ordre économique mondial. La diversification industrielle devra être mondiale et soigneusement planifiée avec une attention particulière à la spécificité régionale. L’utilisation la plus efficace du travail et du capital, ainsi que la disponibilité des ressources, devront être évaluées sur une base globale et à long terme. Un tel système ne peut pas être laissée à la merci des intérêts nationaux étroits, mais doit s’appuyer sur des arrangements économiques mondiaux de longue portée… Mais la pression exercée sur la capacité de production alimentaire mondiale serait moindre si les habitudes alimentaires dans la partie riche du monde changeaient, en gaspillant moins. » [Souligné par l’auteur] – 127

Système mondial d’allocation des ressources

Une économie planifiée entraînerait un gouvernement central puissant avec le pouvoir d’affecter des ressources à des régions qu’il décrèterait les plus méritants.

« Le moment est venu d’élaborer un plan directeur pour une croissance organique durable et le développement mondial fondé sur la répartition globale de l’ensemble des ressources limitées et d’un nouveau système économique mondial. Dans dix ou vingt ans d’ici, il sera probablement trop tard… »[Souligné par l’auteur] – 69

« La solution de ces crises ne peut être développée que dans un contexte mondial, avec une reconnaissance complète et explicite du système mondial émergeant et sur une base à long terme. Cela nécessiterait, entre autres changements, un nouvel ordre économique mondial et un système d’allocation des ressources mondiales. » [Souligné par l’auteur] – 143

Les horreurs de ce système proposé devrait être évidentes pour quiconque, mais pour ceux qui ne peuvent imaginer, voici une citation de L’impact des sciences sur la société (The Impact of Science on Society [2]) écrit par Bertrand Russell, qui était également un partisan d’un gouvernement mondial. La citation ci-dessous met en évidence l’un des avantages – selon Russell – d’un tel système d’allocation mondial.

« Pour faire face à ce problème [croissance de la population et diminution de l’approvisionnement alimentaire], il sera nécessaire de trouver des moyens de prévenir une augmentation de la population mondiale. Si cela doit être fait autrement que par des guerres, la peste et les famines, cela demandera une autorité internationale puissante. Cette autorité devrait distribuer la nourriture mondiale aux diverses nations en proportion de leur population au moment de la mise en place de l’autorité en question. Si par la suite une nation augmente sa population, elle ne devrait pas recevoir plus de nourriture. Le motif de ne pas augmenter la population serait donc très convaincant. La méthode préférée d’empêcher une augmentation devrait être laissée à la discrétion de chaque État. » – 124

[1] Citation de Mihajlo Mesarovic et Eduard Pestel, Mankind at the Turning Point : The Second Report to The Club of Rome (1974). ISBN 0-525-03945-7

[2] Citation de Bertrand Russell, The Impact of Science on Society (1952). ISBN 0-415-10906-X

* Texte basé sur le matériel original de Brent Jessop : « Mankind at the Turning Point, Part 3 – A Planned World Economy »

Traduction par François Marginean


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • François M. 28 août 2010 05:16

    Source originale : Une économie mondiale planifiée / Les 7 du Québec


    • plancherDesVaches 28 août 2010 10:58

      "Si par la suite une nation augmente sa population, elle ne devrait pas recevoir plus de nourriture. Le motif de ne pas augmenter la population serait donc très convaincant."
      Mais non, ce n’est pas de la famine, mais non...

      Raisonnement comme toujours en faveur d’un monde occidental vieillissant fait par des gens qui n’ont jamais crevé de faim.

      Sinon, merci à l’auteur de nous indiquer que ce genre de réflexion existe.
      Certainement le pas suivant après avoir supprimé la Démocratie...


      • zototo 28 août 2010 17:08

        Ce n’est rien d’autre que ce nouvel ordre mondial...


      • DG. DG. 28 août 2010 12:35

        ce genre de réflexion a au moins le mérîte de nous montrer l’ambition générale de l’« élite » mondialiste.
        cependant, il convient de montrer qu’elle est fondée sur des axiomes bidons. prenons par exemple, la raréfaction des ressources qui est un faux problème, car fondé sur l’idée de la conservation des positions dominante.
        Si les technologies dites en déserrance, étaient appliquées au niveau industriel et de manière quasi systématique, il n’y aurait pratiquement plus de problème.


        • fonzibrain fonzibrain 28 août 2010 13:49

          merci encore pour cette série de 3 articles extrèmement important.



          • herbe herbe 28 août 2010 15:52

            Oui en effet !

            Mais heureusement peut-être un questionnement apparait :

            « La “bonne gestion” n’est-elle pas la pire ? »

            Source : http://www.internetactu.net/2010/08/26/la-fin-du-management/



            • François M. 28 août 2010 16:17

              À votre service !


              • Kalki Kalki 28 août 2010 18:22

                QUe vous le vouliez ou non : nous ne sommes plus dans une économie capitaliste, il n’y a plus de travail, et de vecteur travail, et plus de relation capital travail : l’économie capitaliste c’est terminée

                POINT

                La chose que vous devez défendre : c’est votre LIBERTE

                http://bit.ly/9Z1L3i


                • Kalki Kalki 28 août 2010 18:25

                  Donc arettez de vous tourner vers le passé,

                  Tournez vous vers l’avenir

                  Imaginez, Créez, et défendez

                  vous n’êtes pas seuls


                • rastapopulo rastapopulo 28 août 2010 18:49

                  C’est vrai quoi ! Oublions les mesures qui empêchaient les crises financières (et donc les dictatures) mise en place en 45 par le CNR sur les principes de Roosevelt (Glass Steagall, crédit publique sans intérêts pour le productif non-inflationiste, le droit au travail,...) et qui ont donné les 30 glorieuses avec une finance au pat ???

                  Ce n’est peut être pas dans un esprit 68tard gogo « oublions ce qui est sérieux » que la phrase est prononcé mais ça y ressemble furieusement. 


                • Kalki Kalki 28 août 2010 19:43

                  Prend mon avertissement au mot près : tout absolument tout peut être fait avec des machines

                  Ton travail, et celui de ta famille, de tes amis, de toute personne dans la société , toute classe confondu , de l’employé, a la classe dirigeante en passant par le médecin, l’économiste, l’armée, et la justice

                  TOUT

                  Tout absolument TOUT

                  Soyez pour la paix,

                  ne me croyez pas faites vos recherches, et comprenez quelque soit vos capacités d’ouvertures :

                  C’est terminé, on ne joue pas avec le feu, ou alors on se brule


                • herbe herbe 28 août 2010 20:34

                  Kalki,
                  A suivre...

                  on peut en tout cas y voir une ressemblance avec la guerre civile aux Etats-Unis où la révolution de la mécanisation portée par le Nord a accompagnée la victoire éthique sur le Sud esclavagiste.
                  Le boulot des esclaves pouvait désormais être fait par les machines.

                  Mais ironie de l’histoire pour le modèle machiniste qui a suivi, nous sommes devenu accrocs au pétrole et à cet équivalent énergétique qui nous fournit l’équivalent esclave :

                  http://www.maxisciences.com/d%E9croissance/jancovici-la-fin-du-petrole-et-des-esclaves-energetiques_vid1415551.html

                  http://www.manicore.com/documentation/esclaves.html

                  c’est pour ça que je dis à suivre, il faudra « tunner » le modèle suivant avec une dose de décroissance sur ce qu’on veut tirer (en attendant une(des) nouvelle source d’énergie pour prendre le relais, allo Tesla ?) ça c’est pour le volet rareté, tout en pariant sur le volet abondance car il y a des choses sur lesquelles paradoxalement certains voudraient mettre des verrous (libertés des échanges, liberté de savoir, liberté de s’informer, liberté de circuler ...), ce sont d’ailleurs les mêmes qui veulent gérer des biens communs et universels dans un mode rareté qui vous expliquent que l’on devraient gérer des ressources finies en mode infini (comble du comble ...)

                  PS : ça date d’aujourd’hui : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/parenthese/index.php?id=94574


                • rastapopulo rastapopulo 28 août 2010 20:42

                  1° quelle rapport avec oubliez les fondamentaux et la culture (rien que sur l’économie un retour à List et Leibnitz est nécessaire pour la primauté du productif).

                  2° les machines demandent beaucoup d’attention humaine.

                  3° les 2 ensemble n’ont pas de sens. 


                • silversamourai silversamourai 29 août 2010 09:59

                  Bonjour Kalki,

                  toute ma vie professionnelle a consisté à jouer avec le feu et des couteaux .....

                  Ce qui m’a permis d’élaborer des repas souvent appréciés par des convives dont le palais (éduqué)

                  n’aurait pas eu le même plaisir s’ils avaient ingurgité de l’alimentation machinisée !!!

                  Si vous n’aimez pas travailler, tant pis pour vous ! (ne pas confondre travail(responsable) et
                  emploi(anonyme)).

                  Quand à votre fantasme de tout faire produire par des machines, la littérature de S.F.
                  en a fait le tour !

                  En ce qui concerne MA liberté , je n’ai,surtout, pas besoin de gourou .


                • non667 28 août 2010 22:32

                   à françois
                  ++++rien à retrancher
                  j’ajoute ce n’est pas récent
                   un jour de 1987 un ami au sortir d’une réunion du pc (je n’y étais pas ) me dit << ça y est ,ils se sont partagés le monde ,a l’Allemagne la mécanique ,au japon l’électronique , a l’amérique l’arme alimentaire : l’agriculture >><<et nous ? je dis >> nous on doit être le bronze cul de l’Europe
                  23 ans après constat :
                   l’Allemagne a un excédent commercial du a la mécanique faramineux .
                  le japon doit son succès a l’électronique
                  l’amérique a mis a genoux l’URSS avec l’arme alimentaire en menaçant la Russie(toujours importatrice ) de famine en ne l’approvisionnant plus en céréale une année de mauvaise production .
                  la france a l’aide de l’europe a liquidé les 3/4 de ses petits paysans , les gros n’étant que des « franchisés »« métayer »de général food et monsanto .
                  la france s’est vu implanter le 1° et plus grand eurodisney (comique les menace de l’implanter dans un autre pays si la france et la régions ne payait pas les infrastructures (routes rer etc...) la décision était prise depuis longtemps )
                   pour l’avenir 
                  nous ne savons pas les derniers avancements de leurs projets et ils ne vont pas nous les dévoiler on en est donc réduit a chercher des indices et émettre des hypothèses (là je ais me faire traiter de complotiste ,mais j’assume !
                  observations ; : les millions d’années qui ont précédées 1800 le progrès technique et médical ont montré que l’équilibre naturel renouvelable de la population mondiale : humaine ,animale ,végetale se situait vers 2 milliards d’humains
                  cela les élites mondiales du N.O.M. le savent très bien et prennent dès a présent des mesures pour amener la population mondiale a moins de 2 milliards et même très en dessous (en zigouiller + de 5 milliard )
                   sachant que les élites se comptent une vingtaines de millions qu’ils ont besoins de 2 millions d’esclaves pour conduire les millions de robots /machines nécessaires a leurs vie de pachas tout le restes de l’humanité sont des bouches inutiles et même trop consommatrices des matières non renouvelables ce qui diminue leur durée d’existence tranquille
                  solution possible :hypothèse de complotiste .
                  1° essai = sida = virus animal génétiquement modifiés pour être transmis à l’homme
                   echec : le docteur montagné a cru être le 1° a le découvrir alors que le docteur diallo l’avait crée (bien sur il ne peu pas le dire (ironie de l’histoire ) )
                   2° essai  : création d’un virus mortel qui épargnerait les personnes porteuse d’un gène particulier possédé par l’élite . gène inné ( exemple yeux bleus ) ou acquis (technique O.G.M. vrai but des recherches actuelles .
                   2 °essai clonage 
                   

                  à suivre


                  • herbe herbe 28 août 2010 23:16

                    non667,

                    Vous pointez un danger réel mais surtout réel dans la subjectivité.

                    Quand on dit il y a trop de ... certains pourrait être effectivement tentés de dire trop d’humains, le plus souvent en effet ce sont ceux qui, en plus comme dit Aries, se sont en plus appropriés les plus grosses parts du gâteaux (il y a trop de ceux là smiley ...)

                    Il y a objectivement trop de ceux qui ont un type de comportement type gaspi : trop d’automobilistes, trop de riches (de plus en plus donc trop de pauvres ...).
                    Aries comme Jancovici montrent simplement qu’objectivement en étant toujours aussi nombreux on peux y arriver sans retourner à la bougie avec des comportement soutenables..

                    J’ai déjà été trop long et je laisse découvrir au travers des liens que j’ai donné la pensée des auteurs (puis google), un autre lien sur Aries (antiproductiviste optimiste !) pour creuser :

                    http://philoscience.over-blog.com/article-paularies-la-simplicite-volontaire-55254452.html


                  • herbe herbe 28 août 2010 23:29

                    j’ajoute un extrait du dernier article donné que même en étant optimiste, il faut être lucide et vigilant sur la question démographique (donnée objective sujet de plusieurs visions un peu plus subjectives) :

                    "De même, dans un tout autre domaine, la question de la démographie ne pourra être évitée. Nous pensons que, contrairement à ce que pensent les démographes bien pensants, rien ne permet d’affirmer que la supposée transition démographique permettra partout de stabiliser les naissances. Avec la destruction des structures sociales et la remontée des fondamentalismes en résultant, dues aux crises à venir, rien ne permet d’affirmer que la natalité ne va pas reprendre partout, au sein de populations soumises à des réflexes hérités de survie propres à toutes les espèces en danger"


                  • non667 29 août 2010 23:18

                    à herbe
                    tout à fait d’accord avec ariès
                     pour faire diminuer la consommation des 1 milliard de goinfres (dont je fais parti )
                    mais le problème est a une toute autre échelle .
                     il y a 6 milliards de crève la faim qui attendent pour devenir des goinfres 
                     or il n’y a pas assez d’engrais (phosphate sarahoui non renouvelable par exp ) , de poissons , d’herbe à vaches pour nourrir éternellement 7 milliards de mini mini goinfres
                    il faudra bien arriver un jour a équilibrer population / niveau de vie et ressource naturelle renouvelable ! comma expliqué par l’auteur .
                    si on ne fait rien , que seul les blancs prennent la pilule et avortent la terre sera hindou et chinoise et c’est eux qui auront à résoudre le pb . ils n’auront d’ailleurs , pas a le résoudre la nature le résoudra naturellement par la famine  darwin faisant sa sélection naturelle .

                    .


                  • François M. 30 août 2010 04:58

                    Cessez de vous en faire avec la population. Nous avons suffisamment de ressource sur Terre pour nourrir tout le monde. Il suffirait en premier de cesser tout le gaspille de nourriture dans les pays riches. Deuxièmement, il a été amplement compris et démontré en analysant toutes les statistiques des pays du monde que lorsque les standards de la qualité de vie des gens augmente, que leur nombre d’enfants diminue. Bref, la population se stabilise d’elle-même en augmentant la qualité de vie des gens. C’est ce qui s’est produit dans tous les pays dits « riches ». La natalité a baissé entre 1.5 et 2 enfants par famille. Il ne suffit donc que d’améliorer les conditions de vie de tous les être humains sur Terre pour stabiliser la natalité et donc la population.

                    Cette préoccupation de la population mondiale nous provient majoritairement d’eugénistes/darwinistes sociaux.


                    • non667 30 août 2010 12:36

                       a françois m
                      vous n’êtes pas cohérent
                      1°" Il suffirait en premier de cesser tout le gaspille de nourriture dans les pays riches.« 
                       ok 1 milliard de goinfres actuel cessent de gaspiller mais cela ne résoud pas le problème des ressources épuisables sur lesquelles nous vivons ( exp : les phosphates qui permettent de cultiver des tomates en hollande ! ) économie ou pas un jours il n’y en aura plus vous le niez

                       2° »suffit donc que d’améliorer les conditions de vie de tous les être humains sur Terre pour stabiliser la natalité "
                      d’après vous il faut faire des 6 milliards de pauvres des goinfres pour qu’ils stabilisent leur natalités ce qui est en contradiction avec le 1°


                    • François M. 30 août 2010 13:09

                      @non667

                      Vous interprétez mal ce que je veux dire. Je clarifie :

                      Il y a véritablement des ressources excessivement dont il va falloir se résigner à utiliser bien moins ou plus du tout. D’autres ne sont pas rares, mais seulement bien mal réparties. Les goinfres ne le sont pas tous. Certains sont très économes, d’autres de vrais gaspilleurs sans lendemain. Sachons faire la part des deux. Avec l’intelligence et la créativité des humains, nous pouvons trouver des alternatives aux ressources rares ou en voie de disparition. Suffit qu’on cesse d’utiliser ces milles milliards de dollars dans le militaire pour le concentrer sur des solutions de l’avenir pour y arriver. Nous sommes bien mal orientés.

                      Les phosphates sont dans le besoin dans le cadre de l’agriculture moderne chimique, alors qu’en cultivant de façon biologique, la permaculture, compostage, etc nous permet d’y arriver en enrichissant les sols avec du vivant et de façon durable au lieu d’endommager les sols et les appauvrir avec des fertilisants et adjuvants chimiques.

                      Jamais je n’ai dit de faire des 6 milliards de pauvres des goinfres, vous me mettez les mots dans la bouche de façon tendancieuse. Augmenter leur niveau de vie ne veut pas dire d’en faire des gaspilleurs, mais bien de les sortir de la pauvreté abjecte. Il est clair que ce faisant, la natalité baisse. C’est une constante dans tous les pays « développés » du monde. Il ne sont pas pauvres par magie, c’est les pays occidentaux qui les maintiennent là, dans la misère, avec l’aide des dictateurs locaux qui ont vendu leur peuple et leurs ressources au plus offrant. Pour produire un kilo de viande, ça prend l’équivalent en fourrage et en eau de ce qui pourrait nourrir des dizaines de personnes. Nous avons amplement de ressources pour nourrir convenablement tous les humains sur Terre.

                      En travaillant sur tout ces fronts, on peut facilement arriver à vivre en équilibre avec notre environnement et les ressources disponibles. Il n’y a pas de contradiction nul part. Seulement qu’un équilibrage des choses à faire.

                      De toute façon, je vois mal comment vous allez pouvoir imposer la « one child policy » de la Chine au reste de la planète. À moins que vous ne soyez un eugéniste prêt à stéréliser une partie de la population ou d’en éliminer une bonne quantité !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

François M.


Voir ses articles







Palmarès