Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une mondialisation curieuse

Une mondialisation curieuse

Au milieu du mois d’aout les affaires financières internationales sont en général plus calmes. Cet été ne fait pas exception à la règle.

Pourtant c’est un calme qui prépare potentiellement de nombreuses tempêtes.
Lorsque la FED maintient ses taux directeurs a 0,75%, cela revient en tenant compte de l’inflation, à se faire payer pour emprunter : Serge Bank (ce nom-là ou un autre) emprunte 100.000 euros ou $130,000 à la FED et reçoit en échange un dividende de 2.000 euros ou $2,600 au lieu de payer un intérêt.

C’est une situation étrange mais à époque étrange, solutions étranges pourrait-on dire…

Cependant, ce n’est pas seulement étrange mais c’est idiot car en général on paie un intérêt sur de l’argent emprunté comme un paie un service ou une marchandise : le boulanger ne nous paie jamais pour acheter son pain. Et il a raison.

Aujourd’hui la Serge Bank reçoit de l’argent de la FED (Federal Reserve Bank, presque équivalente à une banque centrale du type BCE, Banque Centrale Européenne) mais ne le prête pas à ses clients.

Pourquoi ? Parce qu’un client représente un risque (maladie, accident, insolvabilité, faillite, ou autres catastrophes) et donc une perte potentielle du capital. Certes, mais c’est ce que l’intérêt payé par le client et les assurances qui sont incluses dans les intérêts ou sont facturés de manière séparée et additionnelle sont chargés de couvrir.

C’est comme cela, bien avant Laws, bien avant les Assignats que la banque fonctionne depuis l’Antiquité.

C’est là où le système se grippe : malgré la couverture du risque qui est un facteur inhérent à la pratique du métier de banque, la Serge Bank place auprès d’autres banques ou des Hedge Funds les fonds prêtés par la FED avec l’argent financé lui-même par de la dette internationale (Chnoise notamment, mais pas seulement) pour des montants gigantesques et aussi par de la création monétaire génératrice d’inflation.

Quand le banquier devient épargnant avec de l’argent emprunté, ce n’est pas que le système est grippé, c’est qu’il n’y a plus de système.
Essayons tout de même de terminer cet été sereinement.

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • ELCHETORIX 20 août 2010 20:50

    en d’autres termes les plus grands escrocs sont les banquiers avec l’aval des « autorités » !
    L’inversion des valeurs : le travail , une hérésie , la fainéantise une qualité , la bêtise une valeur hautement principale , le savoir de l’embrouille et tout à l’avenant !
    Oui une mondialisation stupéfiante !
    RA .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès