Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une mort sans cadavre

Une mort sans cadavre

Dans la mesure où l'on comprend que l'argent est roi, que son système d'exploitation est le capitalisme qui fabrique de la mort et de la misère, on peut penser qu'il y a complot contre l'humanité.

Sachant que le premier utilisateur et bénéficiaire du libéralisme économique sont les USA, que ses outils principaux soient l'industrie pétrolière ses dérivés et celui de l'armement, il est logique qu'ils participent à ce complot, ce qui amènent certains à tout lui mettre sur le dos.

L'assassinat de JFK, par exemple, est encore une énigme qui renforce cette idée car on peut y voir la fragilité d'une présidence face à des intérêts particuliers qui peuvent mettre et démettre les dirigeants. Je soutiens l'idée que les présidents des pays occidentaux sont leurs créatures, ce qui explique le peu de pouvoirs qu'ils ont sur la politiques intérieure et extérieure de leurs pays. Chacun de nous peut donc penser que ce complot existe autrement que dans une théorie. Les divers bobards inventés par les USA comme celui utilisé comme prétexte à l'intervention en Irak, la fumeuse et fameuse présence d'armes de destruction massive, ne joue pas en leur faveur. Et quel crédit accorder à un pays dont l 'élite a décidé d'atomiser une ville japonaise et de réitérer le lendemain sur une autre agglomération ?

Assassinat programmé

Ben Laden était l'ennemi public N°1, créé comme "chef " d'Al Quaiada, appellation générique d'une nuée de groupes terroristes soutenus par les USA du temps de l'occupation russe de l'Afghanistan. Sa mort, d'une ou deux balles dans la tête est un assassinat politique, selon la déontologie de façade de l'ONU, mais pour tout le monde il était préférable qu'il soit tué que jugé tant il avait de choses à dire, notamment au sujet des Tours de Manhattan (attentats en grande partie inexplicables et inexpliqués). Les explications officielles de l'administration Bush prêtent flancs à critiques à d'autres donc conspirationnistes qui ont un défaut, celui de laisser cours à toutes les élucubrations. Le dernier exemple étant les conditions de la mort programmée de Ben Laden, mort, vivant ou prisonnier. alimenté par l'équipe Obama par ses silences ou contradictions.

Les photos

Jay Carney, porte parole de l'administration Obama a annoncé que Ben Laden, n'était pas armé (dernière version, il était à proximité de sa Kalachnikov AKS-74U personnelle) lorsqu'il a été tué par deux balles dans la tête pendant l'opération au cours de laquelle :"il existait une inquiétude sur le fait que Ben Laden s'opposerait à l'opération de capture, et en effet, il a résisté […] Il n'était pas armé", précise-t-il et déclare également que la photographie du cadavre est trop atroce pour être diffusée ! Parce que carnage il y a eu.

Pour couper court à toute polémique, celle qui consiste à dire qu'il serait encore vivant, il eut été préférable que la preuve de sa mort soit faite par la publication d'un seul cliché incontestable. Obama a tranché c'est non pour l'instant. Mais pourquoi ne pas nous montrer un cliché ou une vidéo, celle que visionne Obama et Clinton avant que ce mec soit déssoudé ? Et pourquoi n'avoir pas demandé à plusieurs membres de sa famille ou proches d'attester que le cadavre était bien celui du défunt. Enfin un cliché du visage n'est la seule preuve formelle de l'identité de la victime, comme tout le monde, il avait des particularités le permettant.

Il est évident que l'exécution de cet ennemi fictif ou réel de l'Occident fut plus une opération politique (avec l'accord ou non du gouvernent pakistanais) que militaire, ainsi Obama assure sa réélection.

Il est tout de même curieux que pour exécuter ce raid il a fallu si longtemps et nous pouvons penser que la date a été un choix médiatique. Les services secrets pakistanais qui ne sont pas moins efficaces que d'autres, devaient être au courant du moindre de ses déplacements. Il s'agit probablement d'un « marché » entre les USA et le régime pakistanais, qui pendant tout ce temps n'était pas à la pointe dans la recherche de Bin Ladin. Sur les circonstances précises de cette exécution punitive, nous n'en serons pas d'avantage immédiatement, le flou me semble stratégiquement entretenu pas les USA et les précisions arrivant au compte-gouttes.

Immersion

Selon la presse occidentale et la Maison Blanche, le corps du barbu a été immergé selon la tradition islamique en mer d'Oman ! John Brennan, conseiller d'Obama parle d' « enterrer le reste d’Al-Qaeda avec Ben Laden » Bévue ou lapsus ? Mon œil, son cadavre sera inhumé dans un endroit secret et il en sera fait un martyr pour les islamistes.

L’administration américaine assure qu’elle avait observé le rituel funéraire des traditions musulmanes lors d'une cérémonie à bord d'un porte-avions avant d'être jeté à la mer. Question complotiste : « est-ce que ce navire a viré de bord pour offrir à la dépuille la vue sur la Mecque ? ». Plus sérieusement, qui peut croire à cette mascarade, car rien dans le rituel musulman ne prévoit d'immersion, sauf si le décès survient sur le navire.

Je ne peux m'empêcher de trouver indécente la liesse qui s'est emparée des citoyens américains. Et l'image de l'éxecutif américain visionnant le raid et la tuerie conséquenteest d'une rare obscénité. Il ne s'agit pas ici de Western où l'on applaudit à l'arrivée de la garnison yankee avec John Wayne à sa tête, mais du d'une tuerie étant le nombre des victimes civils ou non.

Cette note est d'un rare précision. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ben-laden-ou-comment-tirer-le-93194

En ce qui me concerne et peut-être ne suis-je pas le seul, je pense que l'exécutif américain a décidé de mettre un terme à la chimère Oussama ce croquemitaine, qui aujourd'hui ne servait plus à rien. Et/ou que ce despote milliardaire est mort depuis longtemps. La rumeur la plus persistante est qu'il été vitrifié dans les grottes de Tora Bora en 2002. Une autre rumeur : Sibel Edmonds, ancienne traductrice du FBI, confirme que Ben Laden était utilisé par la CIA au moins jusqu'au 11 septembre 2001 : Son témoignage devant la commission d'enquête a été censuré !

Fantasmes ? En attendant la Royal Navy a envoyé des mercenaires pour effectuer le boulot.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Unghmar Gunnarson Unghmar Gunnarson 6 mai 2011 15:55

    Bonjour,

    Personnellement, je pense que c’est le plus mauvais James Bond jamais fait malgré son prix exorbitant et qu’ils préparent le numéro 2 avec « Al-Qaeda Strikes Back ».

     Mozinor est quand même meilleur scénariste ...


    • Ariane Walter Ariane Walter 6 mai 2011 19:39

      Oui, leurs scénars, sont d’un bidon total. 2012 à côté c’est du Proust !


    • ali8 6 mai 2011 18:51

      Oussama était dialisé, c’est Bush qui l’a dit DONC c’est vrai

      c’est le plus vieux dialisé de la planète qui vivait planqué d’hôpital en clinique depuis la grosse trouille ressentie lors des bombardements de Tora Bora

      faut-il être bête pour accepter ces versions fantaisistes obamesques

      de toutes manières le plus gd criminel du 21ème siècle court toujours


      • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 6 mai 2011 20:10

        Bientôt ils nous pondrons un film « Made in Hollywood », avec leur version à eux, édulcorée à souhait et financée par le Pentagone et la CIA....


        http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=1528

         Le public ne retiendra de cette affaire que la version cinoche, sans se poser de questions sur la véracité du scénario...

        La fin du film, on la connait déjà comme dans tous les westerns classiques, la cavalerie US, vengeresse, triomphera du vilain apache, surnommé encore ici « Géronimo » (« Jérôme »)...






        • Pyrathome Pyratomme 6 mai 2011 21:27

          Assurancetourix (xxx.xxx.xxx.33) 6 mai 19:39

          Morice, cache-t-on les oiseaux dans la glace après leurs morts afin de les décongeler pour mieux les faire décéder officiellement en temps opportun 10 ans plus tard ?


          Steve R. Pieczenik, ancien sous-secrétaire adjoint au ministère des Affaires étrangères sous trois administrations différentes, déclare être prêt à indiquer à un grand jury fédéral le nom du général de haut rang qui lui a directement révélé que le 11/9 était un attentat sous « fausse bannière ».

          Haut fonctionnaire zunien initié, le Dr Steve Pieczenik est quelqu’un qui a occupé plusieurs postes influents divers sous trois présidents différents, et qui travaille toujours pour le ministère de la Défense. Hier, à l’émission d’Alex Jones, il a révélé ce qui est un véritable scandale : Oussama Ben Laden est mort en 2001. Et il s’est dit prêt à témoigner devant un grand jury de la manière dont un général lui a directement dit que le 11/9 était un attentat sous fausse bannière monté de l’intérieur.

          Pieczenik ne peut être traité de « théoricien du complot ». Il a servi comme sous-secrétaire adjoint au ministère des Affaires étrangères sous trois administrations différentes, Nixon, Ford et Carter, tout en travaillant sous Reagan et Bush père, et travaille toujours comme consultant pour le ministère de Défense. Ancien capitaine de la marine de guerre, Pieczenik a obtenu deux prix Harry C. Salomon prestigieux à la Harvard Medical School, en terminant simultanément son doctorat au MIT.

          Recruté par Lawrence Eagleburger au poste de sous-secrétaire adjoint à la gestion du ministère des Affaires étrangères, Pieczenik est passé au développement « des principes de base de la guerre psychologique, du contre-terrorisme, des stratégies et tactiques de négociations transculturelles pour le ministère des Affaires étrangères, les communautés militaire et du renseignement, et d’autres organismes gouvernementaux de Zunie », tout en développant des stratégies de base pour le sauvetage des otages, qui ont été ensuite utilisées dans le monde.

          Pieczenik a aussi servi à titre de planificateur principal des politiques sous les ministres Henry Kissinger, Cyrus Vance, George Schultz et James Baker, et a participé à la campagne électorale de George W. Bush contre Al Gore. Ses antécédents mettent en évidence le fait qu’il est l’un des hommes les plus étroitement liés aux milieux du Renseignement depuis plus de trente ans.

          Jack Ryan, un personnage apparaissant dans de nombreux romans de Tom Clancy et aussi joué par Harrison Ford dans Jeux de guerre, un film populaire de 1992, s’inspire également de Steve Pieczenik.

          En avril 2002, plus de neuf ans auparavant, Pieczenik avait déclaré à l’émission d’Alex Jones que Ben Laden était déjà « mort depuis des mois », et que le gouvernement attendait le moment le plus propice politiquement pour étaler son cadavre. Il se pourrait bien que Pieczenik soit en situation de savoir. Il a personnellement rencontré Ben Laden et travaillé avec lui pendant la guerre par procuration contre les Soviétiques, en Afghanistan, au début des années 80.

          Pieczenik a dit qu’Oussama Ben Laden est mort en 2001, « Non pas parce que les forces spéciales l’ont tué, mais parce qu’en tant que toubib, je savais que les médecins de la CIA l’avaient soigné et qu’il était indiqué dans la liste de renseignements qu’il avait le syndrome de Marfan ». Il a ajouté que le gouvernement savait que Ben Laden était mort avant l’invasion de l’Afghanistan.

          Le syndrome de Marfan est une maladie génétique dégénérative pour laquelle il n’existe aucune rémission permanente. Cette maladie réduit considérablement la durée de vie de la victime.

          Relevant la manière dont des toubibs de la CIA avaient visité Ben Laden en juillet 2001 à l’hôpital zunien de Dubaï, Pieczenik a déclaré : « Il est mort du syndrome de Marfan ; Bush junior le savait ; la communauté du Renseignement le savait. »

          Affirmant que Ben Laden est mort dans son complexe de grotte à Tora Bora peu après le 11/9, Pieczenik a continué : « Étant déjà très affecté par le syndrome de Marfan, il était déjà mourant. C’est pourquoi, personne n’avait à le tuer. »

          Se référant aux racontars de dimanche prétendant que Ben Laden a été tué dans ses quartiers au Pakistan, Pieczenik a déclaré : « La communauté du Renseignement ou le médecin de la CIA étaient-ils au courant de sa situation, la réponse est oui, catégoriquement oui. » Se référant aux images publiées par la Maison Blanche, qui prétendent montrer Biden, Obama et Hillary Clinton regardant l’opération d’assassinat de Ben Laden en direct sur un écran de télévision, il a ajouté : « La totalité de ce scénario où vous voyez un groupe de zèbres assis là à zieuter un écran, et qui regardent comme s’ils étaient concentrés, c’est des balivernes. »

          « Il s’agit d’une tromperie intégrale faisant penser que nous sommes dans un théâtre de l’absurde à la zunienne... Pourquoi nous faire ça en plus... Cet homme était déjà mort il y a neuf ans... Pourquoi le gouvernement a-t-il menti à plusieurs reprises au peuple zunien, » a demandé Pieczenik.

          « Oussama Ben Laden étant mort de pied en cap, ils ne pouvaient donc ni l’attaquer, ni l’affronter, ni le tuer », a dit Pieczenik qui a rajouté en plaisantant que, la seule façon que cela se puisse arriver aurait été que les forces spéciales attaquent un cimetière.

          Selon Pieczenik, la décision de lancer cette mystification a été prise maintenant parce qu’Obama a atteint des abysses avec la chute de sa côte de popularité et l’affaire de son certificat de naissance bidonné qui lui saute à la gueule.

          « Il a dû démontrer qu’il était plus que Zunien... Il a dû se montrer énergique », a dit Pieczenik selon qui cette farce était aussi un truc pour isoler le Pakistan en représailles à sa vive opposition au programme de drones Predator, qui massacre des centaines des Pakistanais.

          Qualifiant cet épisode de « Plus grand mensonge jamais entendu », Pieczenik a continué, « C’était orchestré. Voilà des zèbres assis à ne rien faire regardant un sitcom, en fait le cœur opérationnel de la Maison Blanche, et un président déboulant quasiment à la manière d’un zombie vous raconte qu’ils viennent de tuer un Oussama Ben Laden qui était déjà mort il y a neuf ans. Je veux dire que c’est aberrant. »

          Rejetant l’affabulation gouvernementale de l’assassinat de Ben Laden comme un « blague d’un goût douteux »faite au peuple zunien, Pieczenik a dit : « Ils se désespèrent tellement de la viabilité d’Obama, de nier le fait qu’il ne peut pas être né ici, des questions sur ses antécédents, de toutes les irrégularités sur ses origines, de lui donner un air sûr de soi... de réélire ce président pour que les Zuniens soient dupés une fois de plus. »

          L’affirmation de Pieczenik, que Ben Laden est mort il y a environ dix ans, est reprise par de nombreux professionnels du Renseignement ainsi que par des chefs d’États à travers le monde.

          Ben Laden, « a été utilisé tout comme le 11/9 a servi à mobiliser les émotions et les sentiments du peuple pour l’entraîner dans une guerre qui devait être justifiée par un roman que Bush junior et Cheney ont imaginé à propos du monde du terrorisme », a déclaré Pieczenik.

          Hier, lors de son entretien à l’émission d’Alex Jones, Pieczenik a aussi affirmé qu’il avait été directement informé par un général de premier plan que le 11/9 était un laissez-faire (stand down) (*) et une opération sous « fausse bannière », et qu’il est prêt à aller devant un grand jury pour révéler le nom du général.

          Citant Dick Cheney, Paul Wolfowitz, Stephen Hadley, Elliott Abrams, et Condoleezza Rice, entre autres, comme directement impliqués, Pieczenik a affirmé : « Ils ont organisé les attentats. »

          Ajoutant être « furieux » et « savoir ce qui s’est passé », Pieczenik a déclaré, « C’était appelé un « stand down » (*), une opération sous « fausse bannière » visant à mobiliser l’opinion publique sous de faux prétextes... Cela m’a même été dit par le général du personnel de Wolfowitz - J’irai devant un comité fédéral et dévoilerai sous la foi du serment le nom de cet individu afin que nous puissions le forcer à avouer. »

          « J’ai enseigné le « stand down » (*) et les opérations sous "fausse bannière" au National War College, je les ai enseignés avec tous mes agents, je savais donc exactement ce qui a été monté pour le public », a-t-il ajouté.

          Pieczenik a répété qu’il était parfaitement disposé à révéler devant un tribunal fédéral le nom du général qui lui avait dit que le 11/9 était un coup monté de l’intérieur, « de sorte que nous puissions éclaircir cette affaire en toute légalité, et non pas avec la stupide Commission sur le 11/9 qui était une absurdité ».

          Pieczenik a expliqué n’être ni un libéral, ni un conservateur, ni un membre du tea party, seulement un Zunien profondément préoccupé par la direction prise pas son pays.

          (*) Ndt : Au sens militaire « stand down » signifie se démettre de son devoir. Wayne Madsen a récemment révélé que Cheney avait, juste avant les attentats, fait passer un décret présidentiel interdisant à l’aviation de défense d’intervenir contre les menaces aériennes sans son autorisation explicite. Le stand down dont il est question fait sans doute référence à la non intervention (obligée) des forces aériennes de défense contre les drones israéliens précipités sur les tours.

          Visionnez l’interview complète (en zunien) avec le Dr Pieczenik ci-dessous : 

          SUIVENT 7 VIDÉOS EN ANGLAIS

          (Par Paul Joseph Watson, le 4 mai 2011 pour PrisonPlanet.com)
          (Traduction copyleft de Pétrus Lombard pour AlterInfo.net)
          .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès