Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une nouvelle initiative UDC dirigée contre les ressortissants de (...)

Une nouvelle initiative UDC dirigée contre les ressortissants de l’U.E

Comment mettre en danger une économie et promouvoir le chômage en Suisse

Stopper l’immigration massive ! Selon la bible U.D.C où comment mettre au chômage des milliers de Suisses.

 

 Une nouvelle initiative de l’Union Démocratique du Centre (extrême droite suisse) dite initiative populaire du 1er août, a vu le jour, après le vote sur le renvoi des criminels étrangers et ses conséquences, mettant la Suisse dans une situation très embarrassante face à l’Union Européenne, face aux accords bilatéraux signés par la suisse sur la libre circulation des personnes. Et dont l’application, aujourd’hui encore se trouve dans l’impasse

Le troisième volet des accords bilatéraux dit (accords bilatéraux 3) avec l’U.E au point mort, l’E.U ne voulant plus des exceptions suisses.

Voilà une nouvelle initiative qui risque bien de détériorer encore plus le climat délétère entre la Suisse et l’U.E, la teneur de cette initiative, est une nouvelle agression vis-à-vis des étrangers, jusqu’à quand l’U.E va-t-elle accepter ce genre de xénophobie gratuite et sans raisons, si ce n’est que de se faire de l’électorat en violant et ne respectant pas les accords que le gouvernement suisse a signé, le gouvernement suisse est la plume et le représentant du peuple pas celui d’une dictature.

La teneur du discours de Toni Bruder Président de l’UDC ou il stigmatise l’étranger responsable de tous nos maux en utilisant des arguments dont la pauvreté est éloquente en utilisant la peur de l’invasion étrangère on se croirait revenu à l’époque de Schwartzenbach 

 (1964 : Une commission d'experts formée par le Conseil fédéral pour étudier le problème des étrangers, rapporte que la Suisse se trouve dans l'état d'un danger de surpopulation étrangère. Suite aux chantiers des tunnels et des barrages dans les Alpes, la main d'œuvre italienne était très présente dans le secteur de la construction. Cette expertise était motivée par la peur de voir le marché du travail s'effondrer avec une hausse du chômage à cause des saisonniers.

1965 : Le parti bourgeois Demokratische Partei du canton de Zurich lance la 1re initiative contre la surpopulation étrangère. L'Assemblée fédérale la refuse massivement et elle est retirée en 1968. Le peuple ne se prononce pas sur cette question.

1968 : Schwarzenbach et son parti lancent la 2e initiative qui demande d'abaisser la population étrangère dans chaque canton à 10% de la population suisse, à l'exception du canton de Genève qui bénéficierait d'un traitement spécial. Cela signifiait le renvoi de la moitié des étrangers, soit 300 000 personnes. Les villes la refusèrent alors que les campagnes y furent favorables.

 

Un air de déjà vu

Voici la teneur du discours, prononcé par Toni Bruder : je cite « nous avons néanmoins perdus notre autodétermination dans un domaine important, la suisse a abandonné progressivement au fil des années passées le contrôle de l’immigration des étrangers et des étrangères, nous voyons et ressentons tous les jours les effets de ce développement : route bouchées, et transports publiques bondés et difficultés croissantes pour trouver un logement et, partant , prix excessifs des loyers, La concurrence sur le marché du travail est de plus en plus rudes. Les immigrants en provenance de l’U.E évincent dans plusieurs branches les ressortissants d’Etat tiers qui tombent ensuite à la charge de notre système social. La criminalité étrangère et les abus dans le droit d’asile font partie du quotidien.

Cet afflux d’étrangers n’est plus contrôlable, notamment quand il s’agit de citoyens de l’U.E.

L’initiative populaire contre l’immigration massive nous permet de stopper l’afflux incontrôlé d’étrangers « sous-entendus ressortissants de l’U.E »

Ce que l’UDC oublie de dire c’est que grâce à sa politique d’ouverture, aux différents accords signés par la Suisse, l’économie suisse a pu progresser de manière significative dans l’environnement des marchés de l’U.E, qui est très bénéfique pour l’emploi dans ce pays et de ce fait le chômage en suisse est resté à un niveau très bas, comparativement aux autre pays de la zone Euro, les exportations vers l’U.E représentent 85 % de nos produits les Etats Unis seulement 10%. Si le peuple suisse venait à accepter cette initiative dont les éléments ne sont pas clairs et restent ambigus, cela va provoquer certainement des mesures de rétorsion de la part de l’U.E et un risque de fermeture dans les négociations des futures bilatérales 3, et là le chômage, les délocalisations d’entreprises, les fermetures d’entreprises vont prendre l’ascenseur et qui va payer tout cela , le citoyen suisse bien sûr, mettre sur le dos de l’étranger de l’U.E toutes les misères de la Suisse est très facile, mettre en place des infrastructures adaptées à l’évolution de la modernité ça c’est bien plus secondaire pour l’UDC, et ne reflète en rien l’image d’une évolution constructive bien au contraire. L’Europe n’a pas besoin de la Suisse pour vivre, l’inverse surement.

Un pays de 6.5millions d’habitants face à un marché de 457 millions, c’est là que nous devons réfléchir et ne pas se laisser entrainer dans des dérives politiciennes dont nous aurons à en subir les lourdes conséquences très rapidement.

 

Philippe Frioud

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.55/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • jako jako 4 août 2011 10:36

    Merci , cela augmente aussi ici smiley.
    Je vous souhaite un bon courage pour la journée qui vient


    • Lorelei Lorelei 4 août 2011 12:40

      Que les suisses votent ils sont chez eux, apres tout ils existent la votation populaire, hé bien à eux de décider de l’avenir de leur pays.


      • Lorelei Lorelei 4 août 2011 20:27

        Mais l’ue n’a rien à dire aux suisses on n’est pas dans une dictature e c’est parce que la Suisse n’est pas une dictature que le peuple peut revenir sur les signatures de ses mandataires gouvernementaux. 


        j approuve depuis quand un peuple ne peut pas revenir sur une signature !!!!

      • dup 4 août 2011 13:10

         L’Europe n’a pas besoin de la Suisse pour vivre, l’inverse surement.

        ce n’est pas parce que l’écuereuil est plus petit que le lion que l’écureuil est l’esclave du lion.

        auteur bien connu comme champion du baissage de culottes, du défaitisme, la 5e colonne dont le but est la destruction de la Suisse. En allemand on appelle ça un Nestverscheisser.


        • Laratapinhata 4 août 2011 17:08

          Il y a des masos partout.


        • Triodus Triodus 4 août 2011 13:21

          Shengen est une cata pour la Suisse : plus un contrôle aux frontières, une vraie passoire, des cambriolages, braquages et autres ayant explosé en quelques années.

          C’est utopique ce vaste foutoir de « modèle » européen ou tout le monde irait faire ce qu’il veut où il veut, sans un minimum de contrôle et de veille au grain.

          Vivement que cette horreur d’UE cesse, point.


          • titi 4 août 2011 14:37

            « L’initiative populaire contre l’immigration massive nous permet de stopper l’afflux incontrôlé d’étrangers « sous-entendus ressortissants de l’U.E » »

             

            Vous savez que ce n’est pas tout à fait vrai... Ce ne sont pas TOUS les ressortissants de l’UE qui sont visés... seulement ceux que l’on appelle du coté de Neuch’ les « suèdois »...


            • Laratapinhata 4 août 2011 17:09

              Charbonnier est maître chez lui.


            • Laratapinhata 4 août 2011 17:07

              Franchement il faudrait être maso pour adhérer à l’UE, quand on est un pays riche...
              La Suisse veut-elle participer au repêchage de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne etc... et dilapider tout ce qu’elle a mis des siècles à gagner ?


              • OMAR 4 août 2011 18:41

                Omar 33

                Salut Phillippe.

                C’était au départ, les arabes et les muzz.
                Puis les Blacks,
                Aprés les roumains et les italiens.
                Maintenant ce sont les européens de l’U.E.
                Et demain ?

                La Suisse romanche contre la Suisse allemande ou française ?

                Et dire que le siège de la Croix-Rouge est dans ce pays !!!!


                • loire42 loire42 4 août 2011 22:33

                  @ l auteur

                  Bien venu en VRAI démocratie, ou le peuple choisie SA politique, et ou les politiciens sont au service des citoyens. Ce texte de l UDC voir l UDC tout entiere vous gène, tres bien. Mobilisez vous et votez contre cette initiative. Si les Suisses votent massivement contre toutes les votations de l UDC, ce parti disparaitra.

                  Si les gens votent pour les idées de l UDC, c est que ce parti a raison, car en démocratie, la majorité a toujours raison, et doit respecté la minorité.

                  ET NON A L UERSS


                  • gonehilare gonehilare 4 août 2011 23:32

                    @ l’auteur,

                    J’ai souvenir des années 65/70 où l’on pouvait aller passer du bon temps à Genève sans que cela coûte « un bras », taux de change avoisinant le 1 pour 1. 

                    Des temps révolus vu que depuis, et de manière constante, le taux de conversion CHF/FFR n’a cessé d’évoluer à la hausse - aujourd’hui 1 pour 6 (en Fr.Français s’il existait encore) - conséquence d’une économie qui n’a guère connu la crise en quarante ans.

                    Non, la Suisse n’a pas besoin de l’Europe pour vivre, cherchez plutôt du côté des pétro-Dollars...

                    Et s’ils devaient se conformer à un modèle de gestion économique, en matière de flux migratoires comme en d’autres, je ne pense pas que l’Europe de 2011 soit celui-là !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès