Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une préhistoire de l’UNESCO

Une préhistoire de l’UNESCO

L’UNESCO doit élire son nouveau DG en septembre. Une élection à risque pour une institution porteuse d’un héritage presque centenaire. Ce premier article revient sur les fondements historiques de l’institution.

Premier article d’une série que vous pourrez suivre en septembre au sujet de l’UNESCO et de l’élection de son directeur général. Aujourd’hui, un rappel sur les fondements historiques de cette institution prestigieuse.

Si l’UNESCO a été créée officiellement en 1945, on peut remonter la datation d’une institution internationale chargée d’établir des liens culturels, éducatifs et scientifiques aux années 20. Plus précisément, la Société des Nations, l’ancêtre de l’ONU fondé en 1919 par le traité de Versailles, avait déjà mis sur pied un « International Committee on Intellectual Cooperation » (ICIC). C’est donc logiquement à Geneve, siège de la SDN, que l’ICIC sera installé en 1922. Sa mission est la même que celle de l’UNESCO : œuvrer en faveur du rapprochement intellectuel des nations, par le biais de programmes de coopération culturelle, scientifique et éducative.

A son bord, des grandes figures du début du siècle, comme le philosophe Henri Bergson, le génial physicien Albert Einstein, la chimiste Marie Curie, le compositeur Bela Bartok, l’écrivain Thomas Mann ou encore le poète Paul Valéry … Une diversité d’origines et de métiers qui reflètent bien la volonté de dépasser les clivages humains – nous sommes au sortir de la 1ère guerre mondiale qui a fait environ 10 millions de morts – mais qui, hélas n’a pas été financée à la hauteur de ses ambitions. Quelques années plus tard, c’est donc la France qui héberge le conseil exécutif de l’ICIC à Paris. Etonnamment, c’est un Japonais, Inazo Nitobe, qui deviendra le premier directeur, qui semble ainsi faire écho au rôle grandissant du Japon dans les institutions internationales : l’actuel directeur de l’UNESCO est également Japonais. Koichiro Matsuura termine son second mandat sur un bilan positif, avec à son crédit la réintégration des Etats-Unis au sein de l’UNESCO en 2004 et le maintien de l’importante contribution financière du Japon. On craint d’ailleurs que l’élection d’un candidat peu qualifié ait pour conséquence la baisse des contributions financières des Etats membres.

 

Les Etats-membres de la SDN

 


L’ICIC a été logiquement dissoute après la Seconde Guerre Mondiale, au moment de la création de l’ONU – et de l’UNESCO. Ce premier essai d’une institution internationale oeuvrant pour la « paix dans les esprits » se conclut, à l’instar de la SDN, sur un demi-succès. Si l’ICIC n’a jamais pu réellement trouver les financements et la volonté politique nécessaires à son bon fonctionnement, elle a tout de même posé les jalons de ce qu’allait être le rôle de l’UNESCO. On peut citer comme exemple son action en faveur des universités, des bibliothèques, ses réflexions sur l’évolution de la propriété intellectuelle et les médias en général.

La communauté internationale doit donc trouver en septembre un successeur digne et capable de porter l’héritage de l’UNESCO – et de l’ICIC – toujours plus loin. Et c’est le Ministre de la Culture Egyptien Farouk Hosni qui pourrait bien être ce nouveau directeur. Autant dire que nous sommes loin, très loin des idéaux de fraternité et de respect mutuel de l’UNESCO, nous reviendrons rapidement sur ce point.

Pour plus d’informations sur l’UNESCO et l’élection du mois de septembre, vous pouvez visiter notre blog.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Krokodilo Krokodilo 25 août 2009 16:40

    A noter que la SDN proposa que l’espéranto soit enseigné facultativement par tous les pays comme langue commune, première ou seconde langue étrangère, et que la France, alors au sommet de son influence linguistique, porte la lourde responsabilité d’avoir bloqué ce formidable progrès qu’aurait constitué pour l’humanité le fait de pouvoir enfin se comprendre, de disposer d’une langue véhiculaire simple, en sus de ses langues maternelles ou nationales.

    C’est le japonais Nitobe, vice secrétaire général qui fut chargé du rapport.
    Cf aussi l’article de Sat-Amikaro


    • xray 25 août 2009 18:37


      UNESCO, Le tissage des mots pour la confection du prêt-à-croire. 
      http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/29/unesco/ 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean Delaporte


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès