Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Uruguay : Montevideo, nouveau Amsterdam des fumeurs de joints (...)

Uruguay : Montevideo, nouveau Amsterdam des fumeurs de joints ?

L’Uruguay, un des plus petits pays d’Amérique Latine, est aussi un des plus libérales. En effet, il se donne pour ambition de lutter contre la consommation de drogues en empruntant un chemin tout à la fois inexploré, prometteur et dangereux : la légalisation.

Il y a mois, le Parlement uruguayen votait à 50 voix contre 46 la légalisation de la vente et de la production de cannabis. En attendant d’être présenté au Sénat, ce projet impulsé par le président Mujica soulève bien des débats.

Le projet Mujica

Pionnière dans cette partie du Monde minée par l’influence des narcotrafiquants qu’est l’Amérique Latine, l’expérience uruguayenne est un réel test afin de savoir si la légalisation peut être élargie au reste de la zone. Le projet prévoit un encadrement strict par l’Etat de ce nouveau marché. En outre, comme en Espagne ou dans plusieurs autres pays du monde, la production pour usage personnel sera autorisée. L’objectif est de créer un cadre législatif étatique pour un marché exclusivement uruguayen et ainsi limiter, voire annihiler, les flux clandestins venant du Paraguay notamment ; tout cela avec pour finalité de lutter contre la dépendance au cannabis et contre les dangers du narcotrafic. Le texte adopté par 50 des 96 députés présents au Parlement (total de 99 élus) après un long débat devrait être ratifié par le Sénat courant Septembre-Octobre.

Pour ou contre ? Les enjeux du débat

 Afin d’appuyer sa proposition, Mujica apporte des éléments quantitatifs et déclare “Le narcotrafic est un commerce florissant. Si on met dans la balance l’argent gaspillé pour le contrarier et les retombées effectives, cela donne envie de pleurer. C’est l’entreprise la plus désastreuse au monde » (voir article avec les chiffres détaillés ici : http://www.elobservador.com.uy/noticia/256727/mujica-evalua-impulsar-referendum-sobre-marihuana/). Pour lui et les défenseurs du projet de loi, « mieux vaut donner des garanties aux consommateurs que de les laisser se risquer au marché noir ». De plus, les recherches scientifiques sur les dangers du Cannabis sont très contradictoires. Par exemple ci-joint à l'article, voici un tableau récapitulatif des dangers des différentes drogues proposé par l’Université de Médecine de Nantes (France) à ses élèves. SI l’on en croit les indications, il apparaît que le cannabis est moins dangereux que l’alcool ou le tabac...

Toutefois, d’autres enquêtes démontrent la toxicité relativement élevée de la marijuana. Mais plus que sa toxicité, les opposants à sa légalisation soulignent que cette drogue serait une porte d’entrée vers des produits plus dangereux, tels que la cocaïne. Selon eux, la pénalisation doit continuer et est le seul et unique moyen pour régler le problème.

La population uruguayenne, contrairement à ses dirigeants, est pour l’instant récalcitrante dans ses deux tiers au projet de loi impulsé par la Gauche au pouvoir. Pourtant il semblerait bien que dés Octobre l’expérience de tous les périls et de tous les espoirs commence en Uruguay avec un Sénat de Gauche qui devrait suivre les députés et le président.

Quelles réactions internationales ?

 Ce projet de loi va à l’encontre des principes de la Convention de Vienne, que tous les pays des Nations Unies ont signé. Toutefois, aucun exemple de peine concrète pour violation de ce traité n’est à dénombrer. De plus, la communauté internationale a tout à gagner de cette nouvelle expérience qui se déroulera à échelle réduite (estimation de seulement 120.000 fumeurs de cannabis en Uruguay). Il est donc très peu probable que des sanctions économiques soient prises.

 Quand aux Etats-Unis, pays à l’origine de la politique intransigeante appliquée à l’encontre de la production de drogues en Amérique Latine, la mise en place de ce projet l’affecterait. C’est un nouveau coup dur à son influence en perdition dans la zone. En effet, le Los Angeles Time souligne que Barack Obama a souvent répété que “La légalisation n’est pas la réponse” et que Gil Kerlikowske, le « Tsar de le Drogue » aux Etats Unis, directeur de l’Office of National Drug Control Policy, s’y est toujours opposé.

 Moins attendu est la prise de position du pape François. Durant les JMJs au Brésil, il a déclaré : « Ce n’est pas la légalisation qui pourra réduire la propagation et l’influence de le dépendance chimique » ; « La plaie du narcotrafic, qui favorise la violence et sème la douleur et la mort, requiert un acte de courage de toute la société ».

 Enfin il est intéressant de se pencher sur l’opinion paraguayenne, premier état producteur de marijuana en Amérique Latine, second au Monde. Le secrétaire National Antidrogue du pays affirme : « Je crois que c’est une réelle utopie ». Pour lui, « la situation ne changera pas » et, alors que l’objectif de Mujica est de développer un marché uniquement uruguayen, la drogue continuerait de transiter, grâce à l’économie parallèle, de son pays vers l’Uruguay, en passant par l’Argentine.

“Un apport à l’humanité”

 Quant à Mujica, il est prêt à défendre bec et ongles son projet qu’il définit comme « un apport pour l’humanité ». Néanmoins, suite aux critiques, il a concédé dans les journaux du pays que si l’expérience échoue, il n’hésitera pas à faire marche arrière. La question est de savoir si cela sera possible... En attendant, les fumeurs de Marijuana du monde entier ont leurs yeux rivés vers ce petit bout de terre, où l’on peut même trouver dans les journaux un article intitulé « Como se cultiva la marihuana », soit littéralement « Comment se cultive la Marijuana ».

JPEG - 77.2 ko
Tableau Fac de Medecine de Nantes
Comparaison des effets néfastes de différentes drogues.

Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 12 septembre 2013 09:30

    "Toutefois, d’autres enquêtes démontrent la toxicité relativement élevée de la marijuana. Mais plus que sa toxicité, les opposants à sa légalisation soulignent que cette drogue serait une porte d’entrée vers des produits plus dangereux, tels que la cocaïne.« 

    Toutes ces »études" ont été fait de manière tendancieuse afin d’appuyer la propagande. Manque de rigueur scientifique et les résultats écrits à l’avance, pour ne pas froisser les pauvres mafieux qui, en cas de légalisation, se retrouveraient sur la paille. C’est que ces gens là sont souvent très proches du pouvoir (on n’abandonne pas ses amis d’enfance, comme a dit José Anigo).

    L’expérience hollandaise dure depuis des décennies et les oiseaux de mauvaise augure qui espéraient un désastre sont de moins en moins crédibles. Au contraire, le Pays-Bas semble moins empêtré dans les problèmes de drogue que bien d’autres pays européens, comme la France, qui dans certains banlieues connait pratiquement une guerre civile ; en effet, le mélange mafia - Islam radical est proprement explosif. Hélas, le plus raisonnable des politiciens est encore très loin d’avoir le courage à lutter contre ce trafic mafieux par la seule mesure efficace, en plus d’être extrêmement rentable pour l’Etat : la légalisation. On dirait que le président Mujica, dont la gouvernance atypique énerve les corrompus du monde entier, a décidé de prendre les taureau par les cornes.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 septembre 2013 16:43

      L’exemple des PB est au contraire à mettre en valeur : devant les menaces pesant sur le tourisme, le gouvernement a baissé la culotte et est revenu sur l’interdiction de vente aux étrangers. 


      Les municipalités qui ont imposé cette restriction ont vu les dealers revenir aussi vite qu’ils avaient disparus : la légalisation du cannabis n’a donc pas éradiqué le trafic, aidé par une législation permissive.

      On peut donc dire que la Hollande ne s’appartient plus et que les dealers font les lois désormais. Beau résultat.

    • xael 12 septembre 2013 09:45

      « est aussi un des plus libérales » vous vouliez sans doute dire « un des plus libéraux ».


      • Justeuneréflexion 12 septembre 2013 11:26

        effectivement ;)
        Merci de m’avoir corrigé


      • zozoter 13 septembre 2013 07:00

         « est aussi un des plus libéral », je trouve çà pas mal non plus.

        Et nouvel Amsterdam va bien aussi


      • xael 12 septembre 2013 09:58

        barack obama, Gil Kerlikowske, et le pape François ont-ils prévu à plus ou moins long terme de lutter contre la dépendance chimique au hamburger, chips, coca, et a la télévision ?


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 septembre 2013 16:44

          Bah la dépendance au gros rouge qui tâche c’est pas mal non plus.


        • luluberlu luluberlu 12 septembre 2013 09:59

          Uruguay me voilà.....


          • Pierre Lair 12 septembre 2013 10:42

            Pépé Mujica vient d’ouvrir une porte qui ne se refermera pas !
            Si vous ne supportez pas le cannabis l’avenir risque de vous décevoir !


            • bakerstreet bakerstreet 12 septembre 2013 11:06

              Drogués de toute espèce, vous alimentez les résaux mafieux, que vous faites vivre et prospérer.

              Les politique, qui préfèrent avoir des zombies hilares que des types clairvoyants et contestataires. 
              On ne conteste pas avec un joint, man mais avec toute sa tête !
              La cool attitude te coule. 
              Faut bien faire vivre la banlieue, les parrains, et les flics de la bac qui se tiennent par la barbichette. 
              Sans attendre la permission et l’élan des gouvernements, pour prendre la chose en main, la traiter à sa façon, en élisant un monsieur météo des joints.

              Il suffirait d’arrêter tout ça, 
              de faire la grève du briquet
               pour que le monde commence à bouger !

              • Deneb Deneb 12 septembre 2013 17:19

                C’est ça, Bakerstreet, je te savais intégriste bio-nazi, mais à ce point ! C’est ça, interdisons toutes les substances enivrantes pour que le monde devient raisonnable. Voulez-vous faire grimper le taux des suicides ? Ah, c’est vrai, ton idéologie favorise une sélection « naturelle », les drogués, ils n’ont qu’à se suicider, ça fera de la place pour les autres, n’est-ce pas ?


              • bakerstreet bakerstreet 12 septembre 2013 18:53

                Deneb


                Je souris en lisant vos propos provocateurs et simplistes. 

                Bof....Vous me rappelez les propos de ces ados qui se sont fait minables, et qui se massacrent à coups de joints dans le sens du poil, s’ennervant, près à pêter les plombs, dés qu’on leur met en face de leur dérive. 

                Tous les moyens de défense sont bons : Rires, amalgame « sale nazi » « pauvre naze », « bourgeois ».......

                Je travaille depuis plus de trente ans dans le secteur de la psychiatrie, c’est peu dire que ce genre de propos me passe par dessus la tête. Je vous laisse vous énnerver tout seul.

                Trente ans que je suis aux premières loges pour voir le résutat de toute cette dérive dédramatisée, où il a été si longtemps de bon ton de jouer au décoincé, en fumant pour certains avec leurs gamins....

                Combien d’entre eux ne faisant même pas de bruit, enfermés dans leur chambre, ayant décroché insidieusement des études, accrochés à leur fumette. 
                Avant parfois de finir par se balancer, un jour de déprime, de froide réalité, où ils se regardent dans la glace, leurs copains ayant disparu du décor, leurs parents n’en pouvant plus.

                Fumette qui n’aurait sans doute pas dérangé les nazis ! 

                Ils auraient préféré ce genre de types aux résistants, des gens qui avaient besoin d’avoir les idées claires et pas l’esprit embrumé, irriitable, incapable de se concentrer, rétifsà l’effort et à l’engagement. 

                Nous voilà le pays d’europe avec le plus gros bataillon de consammateurs. 
                Alors bien sûr les avis de ceux prêt à s’extasier sur les vertues du joint, et à me moinsser, je les prend pour ce qu’ils valent, c’est à dire l’avis de gens sous dépendance, ayant abandonné leur esprit critique,et leur liberté, pour de pauvres illusions qui les mettent mauviettes, dans le meilleur des cas. 

                Je ne parle pas de cette lèpre concomitente, de cette immense mafia plus ou moins tolérée par le pouvoir pour ce dédouaner et donner de l’espoir en millions d’euros à ces types qui ne rêvent "que d’en avoir ! 
                Il ne faut pas désespérer le 9-2 !
                Légaliser serait la pire connerie. (Pour mon compte je suis pour la légalisation, pas en sympathie avec le cannabis, mais simplement pour couper la branche du traffic, ce qui résoudrait tout de même la moitié du problème....)

                Car ce traffic de banlieue finit tout de même par poser problème, quand les morts deviennent légions pour le conrole des cités, et qu’on ne sait pas trop comment cette pieuvre totalitaire va continuer sa course.

                Certains, comme pour toutes les addictions, parviennent tout de même à controler. 
                Le malheur vient que tous parviennent à le croire. 
                Comme pour l’alcool, le jeu.....

                Pour certains, à cette age de fragilité psyschologique, avec une fragilité personnelle, le cannabis les fera avancer à grands pas vers la psychose.
                Bon, je vous laisse à votre joint, et vive la révolution de salon, et les oeillères de cheveaux, pour continuer à voir et à deviner dans la fumée ce qui vous arrange !


              • tf1Goupie 12 septembre 2013 19:02

                Bakerstreet doit marcher au Xanax ou Tranxene, ces produits légaux principalement consommés par les anciens qui se croient alors beaucoup plus propres que les fumeurs de joint


              • Deneb Deneb 12 septembre 2013 21:00

                tf1 : je ne te dis pas ce que ça fait planer, un petit cocktail benzodiazépine-sérotoninérgique, si on rajoute un agoniste, c’est le nirvana. Notre ami travaille en psychiatrie (à mon avis il est plutôt baraqué), pour ça, c’est le paradis. J’ai un ami psy, un crac absolu de la pharmacopée, Vidal par coeur et tout, il me donne des tuyaux pour les bons plans high, mais à l’instar de l’alcool, ça ensuque pas mal, ces saloperies, je préfère un bon petit pétard pour combattre mon mal de vivre, ça a beaucoup moins d’effets secondaires .


              • bakerstreet bakerstreet 12 septembre 2013 21:42

                Ouai, défense habituelle sur fonds de ricannements. 

                Ca va pas bien loin dans la rhétorique tout ça !. 

                Que vous fumiez ou non, je me contrefouts comme de mon premier joint..
                .Ce genre de truc n’a jamais rendu personne vraiment génial, et ça se voit au premier coup d’oeil.
                Mon voyage a moi et mes convictions ont commencé dans les années 70. 

                Un an passé à 20 ans sur la route des indes, a cotoyé de pauvres illuminés restant jour et nuit dans leur chambre d’hotel à Kaboul et Katmandu 
                « Trop cool man », se comportant comme de sales colons dans leur petite cour intérieur, assurant de retour au pays que leur voyage aura été géniale alors qu’ils n’avaient vu et tiré profit de leur voyage, bien moins que l’honnête touriste pêchant le crabe à Palavas les flots.

                C’était donc ça le shit, cette merde, ces ricannements, cette assurance de sectaires persuadés que leurs pauvres visions avaient un sens, et une direction ?
                Moi, vite, j’ai dégagé de cette foutue route des indes, pressés de prendre la tangeante avec cette triste faune, dans des endroits moins médiatiques que kaboul, katmandu ou goa, dans de petit villages du sud de l’inde, où le voyage prenait tout son sens. 
                Bon, j’avais dans mon sac les illuminations, celle d’arthur, qui m’aidaient à me hisser un peu sur la pointe des pieds. 
                Moins facilement qu’avec un turbo réacteur, mais néanmoins, je controlais la direction. 

                Depuis, les addictions ne m’ont plus quitté. 
                je me défonce sur mon vélo, à pied, dans la peinture....
                Les hormones libérées par l’effort ont un effet neuro stimulants qui n’ont aucun effet secondaire. 
                L’art et la création sont un raccourci vers les étoiles, que l’on connait depuis le nuit des temps, et dont Shopenhauer a reconnu l’excellence, et le seul dérivatif véritable à la vie, en vrai pessimiste qui se donne les moyens.

                A l’hopital, je recycle beaucoup de mes livres, une fois que je les ai lu. 
                Quelqu’un qui a retrouvé le gout de la lecture, voir de l’écriture est sur le chemin de l’amélioration. 
                Il est capable de se concentrer, de récréer un monde fantasmatique, sans l’utilisation de prothéses qui lui couperont tous ses moyens. 
                Rien ne me satisfait plus qu’un malade qui me demande un autre bouquin !

                Quand aux médocs, je connais aussi votre chanson, et vos phantasmes sur la psychiatrie. 
                Les Benzo, neuroletpiques ,et autres antidépresseurs n’ont jamais rendus personne heureux !
                Si ce sont des médicaments utiles, ils peuvent évidemment devenir une drogue comme les autres....
                Tout est question de sens, de dosage, et de limite, encore une fois. 
                N’importe quelles substance peut créer une accoutumance, par voix de paresse et d’oubli de soi même !
                Que ce soit au niveau médical ou au niveau du patient
                Une sorte de facilité ronronante !

                Les français tiennent néanmoins à leur ordonnance, et sont là aussi bien souvent incapables de comprendre qu’avec la volonté, et des moyens naturels, tels que je viens de les citer, ils peuvent raisonnablement espérer se sentir mieux, après quelques temps d’effort, voir d’accompagnement. 

                Rien ne vient du jour au lendemain. 
                Les vendeurs d’illusions, de toxiques et de médocs en tout genre, tenteront de vous persuader du contraire. 
                De la pilule du bonheur, et des voies de la félicité, et de leurs voix patentés, que chacun fasse au fond ce qui lui semble bon de faire,, mais sans vouloir abuser les autres, autant sur le fond que sur la forme. 

                La lecture de Pinochio, ce chef d’oeuvre absolu, ( et que l’on croit à tort réservé aux enfants) traitant du mensonge, de la manipulation, des vendeurs d’illusion, et de la rédemption, serait toujours d’un grand profit à beaucoup ! 
                                                      

                      Signé, Le nazi,, « selon Deb », 
                        ou, celui qui tente de rester en équilibre sur le toit de sa niche

              • bakerstreet bakerstreet 12 septembre 2013 21:50

                Autre pseudo qui me flatte, toujours selon Deneb, et ses phantasmes du journal "minute sur la psychiatrie......LE BARRAQUE !


                 Mes 63 kilos sur la balance se trémoussent d’aise !

                C’’est bien que certains prennent les Beagle pour de pitt bull !
                Rapport au respect !

              • Deneb Deneb 12 septembre 2013 22:41

                C’est un handicap. Mon pote psy s’est fait déjà salement amocher par un malade qui a soudainement devenu violent. Dans ce métier, il vaut mieux être dans les poids lourds.


              • bakerstreet bakerstreet 13 septembre 2013 01:15

                Beaucoup d’agressivité, de bétise, et de provocation !

                 Apparament les gaz de shit ne parviennent pas à vous détendre !
                Songez à autre chose, vous n’êtez plus apparament un gamin, pourtant !


              • Deneb Deneb 13 septembre 2013 06:33

                Tiens, je voudrais bien savoir où tu trouves de l’agressivité dans mes 2 derniers messages. Je croyais que tu cherchais le dialogue, vu la longueur de tes monologues, mais tu ne lis apparemment pas les contributions, tu rumines juste tes rancunes. Faut arrêter les benzos, mon vieux, fume plutôt du chichon, ça rend plus communicatif.


              • Deneb Deneb 13 septembre 2013 07:02

                Puis tu vois, j’ai été en Inde à cette époque, moi aussi. J’y suis resté 6 mois, c’était plein de jeunes qui faisaient la fête, plutôt cool. Il y en avait qui se prenaient un peu trop au sérieux, les illuminés qui étaient dans des sectes style Rajneesh, Hari Krishna, Aurobindo... , mais la plupart étaient là pour la fête, c’était super. En dehors de ça, j’ai appris le Hindi, le Tamoul, j’ai étudié la Gita en Sanscrit, accompagné de commentaires et explications linguistique du texte en anglais par Mahatma Gandhi, j’ai eu beaucoup de contacts avec la population, surtout les démunis. A 20 ans, j’ai eu du mal à comprendre l’absence de l’athéisme dans ce pays. Mais je me suis rendu compte que c’était justement l’incapacité de concevoir un monde autrement que par le prisme de la religion, qui maintenait le pays dans une misère noire. Le fait de fumer un chillum avec les locaux a fait rompre la glace, ça provoque un rire très communicatif en général, en dehors de son rôle rituel c’est un pont entre 2 cultures.


              • Deneb Deneb 13 septembre 2013 12:14

                cogno2 : j’ai déjà dit à mes enfants de m’euthanasier quand je deviens acariâtre comme toi.


              • bakerstreet bakerstreet 13 septembre 2013 13:28

                Deneb, vous êtes dans le jeu, c’est votre source de satisfaction : Tenter de déstabiliser votre interlocuteur, j’allais dire votre adversaire.

                 A vous tout seul, vous faitez l’’équipe des deux flics, celui qui tente le dialogue, et l’autre qui vous fout des coups de poing dans les côtes ; c’est un invariable chez vous. 

                Le débat n’est juste qu’un prétexte à trouver un lapin sur lequel vous lancer, afin de vous faire les crocs et donner de la voix.

                « Faut arrêter les benzos, mon vieux, fume plutôt du chichon, ça rend plus communicatif ».
                Voilà l’exemple type de gros chiffon rouge brandi sous les yeux du lambda moyen. 

                Voilà une de vos petites productions perverses, un bon gros chiffon rouge agité devant les yeux du lambda moyen afin de tenter de l’énnerver. 
                Ensuite, vous conclurez, en lui disant : « Calmos, t’as vu comment tu es......

                Et de transformer le débat en partie de fléchettes débiles. La satisfaction vient de là où la trouve. J’espère tout de même que ce mode de rapport n’est qu’épistolaire, et n’est pas votre dynamique dans la vie. 

                Quand à la fumette, chacun son expérience, mais vous comprendrez que je n’en ferais pas la promotion, au vue de la mienne, et des tragédies concomitentes que j’ai pu voir. Les médias peuvent dédramatiser, banaliser, je sais ce que je sais, ce que j’ai vu, dans les pavillons des hopitaux, ce qu’on cache au public, ce qu’on tait. 

                Et encore, combien de gens dont on ne s’occupe pas, qu’on laisse dans leur misère, avec leur joint misérable au lèvre. 

                Le joint n’est pas un problème dans cette société, il est devenu même une solution pour certains, qui font semblant de se désoler, mais qui supporte mieux cette jeunesse misérable, juste préocupé par le traffic, d’un coté ou de l’autre du joint 

                Voilà que je me relance comme vous dites dans un de mes monologues. 
                Je sais, une fois lancé, mes doigts partent tout seul, j’ai la frappe facile, j’ai même commencé dans la vie par une formation dans l’administration. 
                J’avais cru que l’écrit est partout intéressant, bon, fausse route.....Celle des indes m’a appris pas mal de truc à cet age tendre, où l’on peut tomber d’un coté ou d’un autre....D’un certain coté j’ai eu beaucoup de chance, au vu des rencontres, de ces démagogues habillés d’un sourire hilare, et de frusques baba cool. 
                Parti au départ pour la Grèce, puis poussé plus loin.....
                Aller et retour par la route.
                Le retour, en plein hiver, avec vingt dollars en poche, fut une autre affaire. 
                Moins trente en afghanistan., un mètre de neige et des traineaux là où j’étais passé dans a rocaille et le désert...Avec de petits pantalons de toiles indiennes...
                La gentillisse des autochtones m’a plus sauvé la mise que les babas cools qui ont tenté plus d’une fois de me dévaliser.

                 Les loups trempent leur patte dans la farine, c’est une vieille histoire. 
                Au mont Ararat, une camioneur Bulgare m’a pris dans son camion, ou tous les soirs, il m’apprenait l’alphabet syrillique, avec les nouilles en forme de lettre que j’avais envie d’avaler d’un trait....( Un type qui avait pris beaucoup de risque, car évidemment dans le régime de l’époque, il n’avait absolument pas le droit de prendre en stop un de ces farfelus...)

                Ah ! Il faut avoir faim un jour, pour enfin se connaitre, et avoir l’estomac dans les talons, pour sentir enfin l’illumination, du moins le vrai sens de la gravitation. 
                D’une certaine façon, ce fut le vai voyage, celui qui m’apprit vraiment beaucoup sur moi et sur les autres. 

                Des souvenirs passés à fumer , avec quelques compères hilares, sur les toits de Dehli, je n’ai pas gardé vraiment grand chose, et même un cauchemar, entourés d’anglais défoncés, qui tout à coup commencèrent à déconner grave, m’accusant d’être un sale froggys, un voleur, un bouffeur de camembert, tout ce vieux fond raciste issu du »Sun".
                Tout cela aurait vraiment pu mal finir...La dangerosité ne vient pas forcément des situations qu’on croit périlleuses. 

                Tenez par exemple , pour la psy : Voilà que vous croyez vous aussi que votre poids et vos muscles peuvent vous protéger, et que tous les patiens sont dangereux....Deux erreurs pour le prix d’une.....Trop de muscles vous donnent cette assurance débile des rambo, croyant que rien ne peut leur arriver....Outre que la légéreté est un argument quand onmonte un col en vélo dans les alpes, elle vous obligera à entretenir et à développer des rapports en harmonie avec vos moyens. Voilà pourquoi les néantherdaliens ont été liquidé par les cro magon, qu’ils prenaient à tort pour des trop mignons.

                Je mégare, une fois de plus, touts les dégressions après tout sont intéressantes. On ne se trouve que quand on se perd un peu, mais tout en gardant le controle....Me revoilà sur mon toit à Dehli, avec un shilom.....Ces anglais agressifs, aux cheveux longs, n’étaient au fond pas vraiment pas différents de leurs père en costard, à la chambre des lords, car il y avait parmi eux, m’avait dit Allan, un vieux copain ecossais, un hériter de la couronne.....

                Beaucoup d’ennui aussi sur cette route, et d’incompréhension. je n’avais pas tous les codes, une sorte de candide..Eberlué à mon retour d’entendre et de lire des récits grotesques...Les anciens combattants s’inventent souvent des mythes, où ils se donnent les bons roles. 
                C’est comme ça que les britanniques sont restés aux indes deux siècles.

                Pourquoi je raconte tout ça, pour les uns et pour les autres, et toujours pour moi aussi bien sûr. 
                Selon que l’on range les mots dans un sens où un autre, on retrouve certaines sensation,un air de sa jeunesse. Il vaut mieux tout de même avoir connu Goa que Verdun tout de même, et s’inventer soi même ses batailles. 
                Etre acteur plutot que victime !




              • Deneb Deneb 13 septembre 2013 13:53

                « Il faut avoir faim un jour... »

                Je connais, merci. J’ai jeuné pendant une semaine afin de me faire réformer et de gagner 18 mois de ma vie, de ma jeunesse. 1 semaine à faire semblant de ne pouvoir manger jusqu’à ce qu’on me libère de cet enfer militaire, de l’armée qui a, quelques années plus tard, attaqué mon pays natal. Pendant que tu voyageais librement, moi je subissais la dictature, douce pour celui qui n’avait rien à dire, mais impitoyable dés que l’on s’exprimait un peu. Alors cesse un peu de faire ta victime, on sait que t’a beaucoup souffert et que ça t’a forgé un caractère. En tout cas, ça n’a pas ébranlé tes certitudes, mais j’imagine que ce n’était nullement le but.


              • bakerstreet bakerstreet 13 septembre 2013 15:00

                Deneb


                De la souffrance, comme mode d’emploi et comme fin, ou faim, on ’apprend beaucoup tout de même d’un voyage aux indes, ou ailleurs, mais celui des indes c’est vrai vous ébranlera sans doute plus qu’un autre.
                Quand on regarde sur les cotés. 
                La souffrance est aussi une notion personnelle. 
                Le livre « Mars »de Fritz Zorn, nous révèle qu’un fleuve de larmes peut couler même dans une vallée de miel.

                Et arthur ?
                Qu’en était il de lui avec sa pauvre jambe en moins, de retour de la saison en enfer.
                « Les femmes aiment ces féroces infirmes au retour de pays chaud »
                D’accord. 
                Mais elles aiment aussi avoir affaire à un bon bricoleur.
                 La raison au fond l’emporte souvent sur la folie. 

              • Deneb Deneb 13 septembre 2013 15:30

                Fritz Zorn, oui, il a bien démontré dans que état d’esprit il faut être pour attraper un cancer.


              • howahkan Buddha 12 septembre 2013 11:13

                 Bonjours il est dit ceci : L’Uruguay, un des plus petits pays d’Amérique Latine, est aussi un des plus libéral . En effet, il se donne pour ambition de lutter contre la consommation de drogues en empruntant un chemin tout à la fois inexploré, prometteur et dangereux : la légalisation.

                Ben oui comme chez nous il y a même de grosses promos de boone vieille drogues chez aldi en ce moment.....

                Mais sans vue d’ensemble, prendre à part un sujet comme cela n’a aucun sens pour moi..en effet la guerre qui est légale tue des millions de gens,genre 120 millions en un siècle.....la pollution chimique combien etc etc....prendre chaque problème séparément de l’ensemble ne mènera jamais à rien d’intelligent...mais au centre de tout cela et qui n’est jamais remis en question forcement on trouve cet humain mur pour l’Alzheimer géant qui se précise.......


                • Alf38 12 septembre 2013 11:58

                  Ce que l’article oublie de dire, c’est que seuls les résidents Uruguayens auront accès à ce marché. La comparaison avec Amsterdam est donc complètement fausse.


                  L’objectif de Pépé, c’est de mettre un terme au trafic de la Pasta Base, un dérivé de la cocaïne bon marché et aux effets destructeurs.
                  J’habite à Montevideo, et je peux vous assurer que quand vous croisez un type shooté à la pasta base, ça n’a pas grand chose à voir avec celui qui fume un joint.

                  Est-ce que le rédacteur pourrait un peu mieux se renseigner et corriger son article ?

                  • Justeuneréflexion 12 septembre 2013 23:30

                    Bonjour Alf38,

                    Votre commentaire aurait pu être intéressant si seulement vous aviez eu une lecture attentive de l’article.

                    Si vous regardez attentivement, le titre comporte un point d’interrogation. Ceci est donc une question, enfin je crois qu’un point d’interrogation à la fin d’une phrase transforme cette dernière en question si je ne m’abuse. La comparaison avec Amsterdam est donc juste supposée, c’est un a priori qui permet d’entrer dans le sujet, une accroche. 

                    Dans la suite de l’article, je cite « Le projet prévoit un encadrement strict par l’Etat de ce nouveau marché. » et « L’objectif est de créer un cadre législatif étatique pour un marché exclusivement uruguayen ». Comprenez vous le mot « exclusivement » ? Grâce à ces 2 phrases, je répond à mon titre par la négative (implicitement bien sûr, mais je pense que mes lecteurs sont dotés d’assez d’intelligence pour le comprendre. J’ai eu tort dans votre cas, je m’en excuse).

                    Cet article a pour but d’informer, j’essaye de donner un aperçu global en un nombre relativement restreint de caractères pour ne pas ennuyer le lecteur. Néanmoins, je concède que j’aurais peut être pu être plus clair sur ce point. Votre commentaire aurait donc pu être pertinent s’il n’y avait pas cette part de rejet méprisant sans réflexion.

                    Enfin, au niveau de la pasta base, vous m’éclairez sur un aspect du sujet que la lecture des versions Web des journaux uruguayens n’avait pas pu mettre en évidence. Peut être avez vous raison, encore faut il que vous alimentiez vos propos grâce à des sources pour m’aider à mieux comprendre la situation, pas seulement avec votre impression personnel. Je suis avide d’informations alors donnez moi des liens que je puisse m’instruire, grand résident uruguyaen.


                  • Alf38 13 septembre 2013 00:38

                    La question reste en suspend : Pourriez-vous corriger ou compléter votre article ?


                    La pasta base, c’est un fléau très très répandu en Amérique du sud, Google devrait vous permettre de largement vous instruire sur le sujet.
                    Sinon, il y a wikipédia, c’est bien aussi : http://es.wikipedia.org/wiki/Paco_(droga)
                    C’est un sujet grave et sérieux.

                    Désolé d’avoir froissé votre égo, mais quand on écrit sur un sujet aussi sensible, on se renseigne complètement et on évite les amalgames racoleurs. Je reconnais que sans ce titre très mal venu (même avec le point d’interrogation), je ne l’aurai sans doute jamais lu et encore moins réagi.

                    PS : Un petit tuyau d’un grand résident comme vous dites, faites gaffe quand vous citez El Observador, ce journal est rattaché à l’Opus Dei.

                  • Justeuneréflexion 13 septembre 2013 05:57

                    De même, ma demande reste en suspens.

                    Je sais ce qu’est la Pasta Base, merci. Pour aller sur votre terrain, je suis un heureux résident du Pérou, premier producteur de coca au monde. Ce que je vous ai demandé ce sont des articles qui disent que Mujica veut légaliser le cannabis pour cette raison, à cause de la Pasta Base, car je n’en ai pas rencontré. Documentez et je mettrai à jour ;) On finira peut être par s’entendre.


                  • Alf38 13 septembre 2013 11:55

                    Ici : http://www.infobae.com/2012/07/19/1054759-la-marihuana-es-benigna-frente-la-pasta-base


                    La criminalité est en forte aussi en Uruguay. C’est un phénomène très récent dans ce pays réputé comme l’un des plus sûrs d’Amérique latine.
                    Cette hausse de la criminalité (souvent enfantine, c’est nouveau ici de voir des gamins braquer des restos ou des magasins avec des flingues) est associée à la forte hausse de consommation de pasta base. Les quartiers nord de la ville sont très touchés. Si vous avez déjà croisé un type shooté à ça, vous changez de trottoir, c’est une vraie saloperie (la drogue, pas le type, hein ?). Le type est capable de vous tuer pour les quelques pesos que coutent une dose.

                    C’est surtout le titre racoleur qui me choque, on n’est pas sur TF1, VSD ou Paris Match ! smiley
                    Comparer Montevideo à Amsterdam me parait idiot, puisque la problématique est très différente. Voilà.
                    Le sujet est sérieux, on n’a pas besoin que l’opinion publique soit trompée. Non, Montevideo ne deviendra pas la Mecque de tous les fumeurs de joints de la planète, le président essaie simplement de régler un problème grave en explorant une piste nouvelle : Détourner les consommateurs de Pasta Base vers de la Marijuana bon marché (moins chère que la Pasta Base) et vendue par le gouvernement plutôt que par des narco-trafficants. Ce sont moins les fumeurs de joints du monde entier que les dirigeants des autres pays qui ne s’en sortent pas avec ce problème qui vont avoir les yeux tournés vers l’Uruguay.

                    Z"inquiétez-pas, on va finir par s’entendre.

                  • bakerstreet bakerstreet 13 septembre 2013 13:46

                    Au suet d’amsterdam


                    Se rappeler que les Bataves sont depuis la nuit des temps, de vrais et bons négociants, et que le commerce exclut pour eux les états d’ames, surtout quand les acheteurs, vont se faire pendre ailleurs !

                  • Deneb Deneb 13 septembre 2013 15:14

                    Tiens, quelle sagesse ! Tu as pompé un discours nazi et t’a remplacé « juif » par « batave ». Je suis très impressionné par ta grande culture germanique .


                  • bakerstreet bakerstreet 13 septembre 2013 15:26

                    Tiens revoilà le poux sauteur !


                    Aucun parapoux n’y pourra rien !

                    Deneb, même si la provocation semble vous apporter une réelle satisfaction de potache
                    Je doute qu’elle vous aide à construire sur le mode relationnel.

                  • Deneb Deneb 13 septembre 2013 15:39

                    C’est vrai, j’ai du mal à avoir des relations normales avec des sectaires anti-bataves. Je les côtoie dés ma tendre jeunesse, c’est une valeur sûre. Si, sur la route, vous voyez un hollandais s’arrêter, c’est qu’il y a quelque chose d’intéressant à voir, ces gens ont du nez !


                  • bakerstreet bakerstreet 13 septembre 2013 18:18

                    Pour une fois vous avez raison :

                     Ces gens ont souvent bon gout, et ont du nez.
                    Aussi je doute qu’ils s’arrêtent devant votre porte !

                  • Deneb Deneb 13 septembre 2013 19:56

                    Encore raté, il y en a deux qui habitent dans mon immeuble.


                  • Sylvain Godoc 15 septembre 2013 01:45

                    J’ai cherché à modifier/éditer mon article mais j’ai l’impression que c’est impossible. Le bon lecteur va jusqu’aux commentaires alors il verra cette précision de la pasta. Je ne peux pas faire mieux.

                    Je prends en compte tes remarques pour mon prochain article Alf ;)


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 septembre 2013 14:15

                    Bonjour,

                    tout est dit dans cette phrase : « tout cela avec pour finalité de lutter contre la dépendance au chanvre ET contre les dangers du narcotrafic.  » AMALGAME GROTESQUE A L’ORIGINE du système de PROHIBITION. Le but d’un tel nœud est d’embrouiller l’esprit des débats circoncis et censurés par le dictat législator.

                    Bien sur qu’il y a une dépendance au chanvre indien, puisque c’est lui qui assure le feu dans l’âtre de la cheminée pour toute la famille l’hiver venu, aux longues heures des veillées, pendant que les femmes tressent les paniers et les hommes fument la pipe, puis plus tard à l’envers au fond des draps...mais celui ci, cultivé à la source, est le premier maillon de la chaine de la vie campagnarde autonome et autarcique, c’est à dire tout le contraire du produit lui même amalgamé en deux branches distinctes de la coca pure distribué à l"armée et l’élite, ou l’alourdie hyper trafiquée et toxique vendue dans les banlieues pour les fils et filles de beaux quartiers.. 

                    La légalisation d’un plant naturel de balcon est la seule manière efficace de rompre la grande chaine encore extensible des produits hyper toxiques, merci.


                    • Stof Stof 12 septembre 2013 20:24

                      La prohibition du cannabis a été initiée par les industriels américains du coton, qui voulaient casser l’industrie du chanvre. Tout est dit, le reste n’est que propagande plus ou moins volontaire.

                      Ceci dit, je ne comprend pas vraiment les partisans de la légalisations. La prohibition permet justement de créer un système spontané de marché noir qui permet d’obtenir sa weed sans AUCUNE TAXE.
                      Regardez les taxes sur le tabac ! Il sera bientôt plus économique de se rouler des petits pétards que de se griller une blonde.
                      En y réfléchissant, il faudrait étendre la prohibition à l’essence aussi. Ben oui quoi, le réchauffement de la planète, tout ça :->

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Thomas


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès