Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > US 2008 : pour en finir avec quelques idées reçues

US 2008 : pour en finir avec quelques idées reçues

« Les idées reçues sont des maladies contagieuses. » (Esther Rochon, romancière québécoise née en 1948)

Les citoyens des États-Unis votent pour leur nouveau président. Quelques modestes éléments pour appréhender un peu mieux l’événement (ou ce qui est considéré comme tel).


I. Sur l’élection du 4 novembre 2008.


1. Les sondages au niveau national ne servent à rien.

EXACT : Le système électoral complexe impose une analyse détaillée des sondages État par État. Ce qui aboutit à ce que la campagne électorale se concentre uniquement sur les « Swing States » (les États tangents ou États-clés) qui peuvent balancer d’un côté ou de l’autre, ce qui leur donne une importance politique plus grande que leur réalité économique, démographique, culturelle, etc.


2. Le président des États-Unis est élu au suffrage universel.

EXACT : Il est élu au suffrage universel, mais indirect, par des grands électeurs élus dans chaque État, généralement au scrutin majoritaire, ce qui signifie que le candidat arrivé en tête dans l’État remporte l’ensemble de sa liste de grands électeurs dans cet État. À noter qu’il n’est donc pas nécessaire d’avoir la majorité absolue pour remporter ces grands électeurs, mais seulement la majorité relative.


3. Les Américains ne s’intéressent pas à leurs élections car le taux d’abstention est habituellement très fort.

FAUX : Si le taux d’abstention est de l’ordre de 50 %, c’est parce que dans beaucoup d’États où l’un des candidats a plus de 10 % d’écart par rapport à l’autre dans les sondages, l’enjeu est quasiment nul. Mais les primaires au Parti démocrate ont montré une inscription massive de nouveaux électeurs (plutôt en faveur de Barack Obama), ce qui montre un intérêt sensible de la population pour cette élection. D’ailleurs, les journalistes américains pensent que le taux de participation de 2008 serait probablement le plus haut depuis plusieurs décennies, peut-être depuis 1945.


4. Il faut attendre le 4 novembre 2008 pour envisager l’issue du scrutin.

OUI ET NON : Dans beaucoup d’État, depuis plusieurs jours, beaucoup d’électeurs ont déjà voté (dans certains États, près d’un quart des inscrits ont déjà voté). Les procédures électorales sont plutôt bizarres et peu homogènes sur tout le territoire des États-Unis (qui rassemble plusieurs fuseaux horaires) et chaque État fait un peu n’importe quoi pour encadrer les conditions de votes. L’issue du scrutin est très incertaine car les sondages ont mesuré beaucoup de fluctuations de dernières minutes dans les États-clés.


5. Les États-Unis sont dans un régime régi par le bipartisme.

OUI ET NON : Il existe en effet deux grands partis, démocrate et républicain, qui se disputent le pouvoir politique. Mais de nombreux autres partis existent, des libertariens, des écologistes, des socialistes, des communistes aussi, mais ils sont ultra-minoritaires. Cependant, en 1992, beaucoup estiment que Bush père (38 %) a perdu l’élection face à Bill Clinton (43 %) en raison de la présence de Henry Ross Perot (19 %) qui fit perdre beaucoup de grands électeurs à Bush père dans beaucoup d’États.


6. Il y aura beaucoup de risques de fraudes dans les urnes pour favoriser McCain.

PEUT-ÊTRE MAIS... : Le déroulement de l’élection le confirmera ou l’infirmera. Mais ce qui est sûr, c’est que d’une part, il peut y avoir de la fraude aussi en faveur d’Obama (les malhonnêtes ne sont pas tous du même camp) et, d’autre part, pour favoriser McCain efficacement, il faudrait des fraudes massives dans de nombreux États, notamment l’Ohio, le Colorado, le Nevada, la Virginie, le Nouveau-Mexique, la Pennsylvanie, l’Iowa, la Floride, la Caroline du Nord et même l’Arizona n’est pas assuré pour McCain dont il est pourtant sénateur.


7. Sarah Palin est la première femme candidate dans un ticket présidentiel pouvant gagner.

FAUX : Geraldine Ferraro a été candidate elle aussi à la vice-présidence sur le ticket démocrate de Walter Mondale (ancien vice-président de Jimmy Carter) face à Ronald Reagan en 1984.


II. Sur les États-Unis.


8. Les Américains veulent être les maîtres du monde.

OUI ET NON : Les Américains sont surtout des isolationnistes. Les présidents qui regardent trop à l’extérieur et ne s’occupent pas assez des problèmes quotidiens des Américains sont rejetés (comme Bush père en 1992). Ce sentiment favorise d’ailleurs la candidature d’Obama qui ne cesse de dire que la guerre en Irak est une erreur stratégique (qui n’a rien à voir avec la lutte contre Al-Qaïda) et qui coûte très cher aux citoyens, à leur système de santé, d’éducation, etc.


9. Les Américains sont ceci, les Américains font cela, etc.

ABSURDE : Il est absurde de faire des généralités sur ce que pensent les Américains dans la mesure où les États-Unis sont un pays très diversifié, au moins autant que l’ensemble de l’Union européenne est diversifiée. Les contrastes sont très forts entre une côte Est où se situent l’élite américaine, l’intelligentsia, la Californie, terre d’innovation et de challenges technologiques, la région des Grands Lacs, le nord-ouest industriel, les États du Sud, l’Amérique profonde du Midwest, les terres hostiles de l’Alaska, etc.


10. La religion est entrée dans la politique américaine depuis Bush Jr voire depuis Reagan.

FAUX : La religion a toujours été associée à la vie politique américaine. Pas un président américain, qu’il soit républicain ou démocrate, n’oublie de terminer ses allocutions par un « God bless America » ou un truc du genre, ce qui peut être effectivement très choquant en France dont le principe de séparation de l’Église et de l’État est une donnée majeure depuis plus d’un siècle.


11. Les Européens ressentent des impressions antipathiques contre les Américains.

FAUX : Malgré les graves différents entre la « vieille Europe » (et en particulier le France) et les États-Unis, cette antipathie semble s’estomper avec la campagne présidentielle aux États-Unis depuis près d’une année avec un intérêt toujours soutenu pour son issue (et un soutien largement majoritaire en faveur d’Obama). Cet espoir suscité pendant ces quelques mois montre un renouveau de la sympathie dans les relations entre ces deux entités occidentales qui ne pourrait que se renforcer en cas d’élection d’Obama. Une trop grand attente engendrait cependant bien des déceptions.


12. Les personnalités politiques américaines veulent avoir des responsabilités électives parce qu’ils sont vénaux.

FAUX : Aux États-Unis, au contraire peut-être de la France, ceux qui veulent s’enrichir n’ont aucune raison de faire de la politique où ils seraient moins bien rémunérés et plus surveillés que dans une entreprise privée. D’ailleurs, la décision d’Al Gore de jeter l’éponge alors qu’il venait d’obtenir le prix Nobel de la paix et qu’il était populaire montre que ses préoccupations étaient plus pécuniaires que politiques et qu’elles étaient peu compatibles.


III. Sur le président des États-Unis.


13. Le président des États-Unis est l’homme le plus puissant du monde.

FAUX : Si effectivement il dirige l’État le plus puissant du monde en termes économiques, militaires et culturels, le président des États-Unis a des pouvoirs constitutionnels très limités par une réelle séparation des pouvoirs. Ces limites se montrent notamment au Congrès où même lorsque le Parti présidentiel est majoritaire (ce qui n’est pas le cas en ce moment), il y a encore beaucoup des négociations pour rédiger les lois. Les difficultés de l’adoption du plan Paulson (seulement à la seconde tentative à la Chambre des représentants) illustrent ce partage des pouvoirs. Le président de la République française a bien plus de pouvoirs (hors période de cohabitation) et peut imposer seul à la majorité parlementaire de nombreuses lois sans écouter les arguments contradictoires.


14. Le président des États-Unis est manipulé par des lobbies.

ABSURDE : Si le président des États-Unis était une marionnette, il ne serait pas non plus l’homme le plus puissant du monde ! La France a du mal à comprendre la réalité des lobbies (qui existent aussi en France) et qui ont une action corporatiste évidente, mais peuvent aussi aboutir à des décisions intéressantes (en termes de normalisation, par exemple). Le fait que les lobbies soient très actifs aux États-Unis ne signifie pas que le pouvoir central leur donne raison systématiquement. Cela n’empêche évidemment pas des affaires de corruption ou d’autres scandales.


15. Il n’y a aucune différence entre un Obama élu et un McCain élu.

ABSURDE : Dans le raisonnement d’un président américain marionnette, quelle que soit la marionnette, cela reviendrait au même, logique. Oui, mais il suffit de raisonner par contraposition (ou par uchronie) : si Al Gore avait été réellement élu en 2000 (en tout cas, reconnu comme tel), y aurait-il eu les mêmes conséquences des attentats du 11 septembre 2001 qu’avec George W. Bush ? Évidemment non, car les analyses auraient été sans doute différentes. Même Bush père était contre la destitution de Saddam Hussein. Par ailleurs, si idéologiquement, il y a en effet peu de différences entre les républicains et les démocrates, ce qui compte chez un président des États-Unis, c’est sa personnalité et ses collaborateurs, et ce sont là des différences considérables entre Obama, posé et entouré des plus grands experts, et McCain, colérique et électron libre (donc, peu enclin à s’entourer). Cela dit, rien ne dit que, après et malgré une analyse approfondie de la situation, un Obama devenu le cas échéant président n’engagerait pas les États-Unis dans une guerre au Pakistan encore plus sordide qu’en Irak. Seul l’avenir le dira.


IV. Sur le choix des candidats.


16. Si Obama perdait l’élection, il y aurait des risques d’émeutes de la « communauté noire » américaine.

ABSURDE : C’est quasiment une menace pour imposer le vote Obama. Ségolène Royal et ses partisans l’avaient propagée juste avant le 6 mai 2007 (en cas d’élection de Nicolas Sarkozy, les banlieues se révolteraient comme en novembre 2005), et finalement, non seulement cela n’a pas eu lieu (heureusement), mais cela n’a pas beaucoup influé sur le choix électoral (heureusement aussi). D’ailleurs, les mêmes risques d’émeutes pourraient avoir lieu aussi en cas d’élection d’Obama, toujours provenant de la « communauté noire » dans le but de prendre leur revanche sur la « communauté blanche ».


17. Barack Obama est contre la peine de mort, contre la circulation des armes à feu, etc.

FAUX : Obama ne se distingue pas de son adversaire républicain sur des sujets de société qui font généralement un fort consensus dans la population américaine, et notamment au sujet de la peine de mort (la seule discussion est de savoir si les condamnés à mort sont bien coupables des crimes qui leur sont imputés) ou de la vente d’armes à feu à des particuliers. Il en est de même sur l’avortement (Obama disant lors d’un débat présidentiel qu’ils sont tous les deux d’accord sur le sujet) ou sur le mariage des homosexuels. Obama a d’ailleurs insisté pour vouloir « tuer » le terroriste Ben Laden, ce qui reprend la volonté de Bush Jr de retrouver Ben Laden « mort ou vif ».


18. Les démocrates sont des « gentils » et les républicains sont des « méchants ».

ABSURDE : Ce sont les démocrates qui ont exploité le plus massivement les esclaves. Et les présidents Abraham Lincoln et son successeur Andrew Johnson qui abolirent l’esclavage (13e amendement) furent républicains. Ce qui explique la forte tradition des Noirs des États du Sud à voter pour des candidats républicains et pas démocrates.


19. Pour les Européens, il vaut mieux que le président des États-Unis connaisse bien l’Europe.

OUI ET NON : Un président américain qui connaît bien l’Europe pourrait éviter de faire des gaffes diplomatiques, mais n’agirait pas forcément en faveur de l’Europe si les intérêts des États-Unis sont antagonistes. Bill Clinton, qui était étudiant en Europe, a su intervenir en ex-Yougoslavie, mais tout montre que si Obama était élu, il agirait uniquement en fonction des intérêts américains.


20. La campagne électorale s’est focalisée sur la question raciale à cause de la présence d’Obama.

FAUX : C’est sans doute là une profonde évolution des États-Unis. Malgré l’origine métisse de Barack Obama, la campagne a très rarement mis le thème racial sur le devant de l’actualité. À cela, deux raisons : d’une part, John McCain a toujours montré une aversion pour ce genre d’attaques racistes contre son concurrent, qui se seraient sans doute retournées contre lui, et lorsqu’il était en cause pour ses liens trop proches avec un pasteur noir très communautariste, Barack Obama en a profité pour mettre les points sur les i sur ce sujet dans son discours mémorable de Philadelphie du 18 mars 2008.


21. S’il était élu, Barack Obama serait le premier président noir des États-Unis.

FAUX : Obama est métis, de mère américaine blanche et de père kenyan noir. Il a été ensuite élevé par sa mère en Indonésie puis par ses grands-parents blancs à Honolulu. Il ne représente pas du tout la « communauté noire » dite « afro-américaine ». Il n’est pas un descendant d’esclave. Au début de sa campagne, il était même rejeté par les représentants de la « communauté noire » qui le voyaient presque comme un « usurpateur » de représentation. On pourrait surtout dire que, s’il était élu, Obama serait le premier président de la mondialisation et du multiculturalisme.


22. L’élection d’Obama serait une révolution et tout serait transformé en bien.

FAUX : Évidemment qu’Obama ne va pas bouleverser l’ordre actuel. Même si, aujourd’hui, des républicains l’accusent de « socialisme », Barack Obama a toujours été considéré comme un « centriste » (comme McCain du reste) et s’est montré beaucoup moins ambitieux socialement que Hillary Clinton pour son projet d’assurance de santé. En revanche, ce qui changerait très rapidement en cas d’élection d’Obama, ce serait l’image des États-Unis dans le monde. L’écoute et la volonté de comprendre d’Obama auraient tendance à le freiner à prendre des décisions unilatérales très contestées de ses principaux alliés comme ce fut le cas avec Bush Jr pour l’invasion américaine en Irak.


23. Il y aurait plus de risques d’une nouvelle guerre avec McCain qu’avec Obama.

FAUX : Les militaires qui ont connu personnellement la guerre savent à quel point la guerre est atroce et chercheraient, en position de pouvoir, plutôt à l’éviter. C’est le cas de McCain qui a été parmi les premiers parlementaires (tous partis confondus) à s’indigner des tortures commises en Irak. Les déclarations imprudentes de Barack Obama sur des interventions américaines sur sol pakistanais ou celles de son colistier Joe Biden sur les conséquences de leur éventuelle élection ne sont pas plus rassurantes (pour la préservation de la paix) que celles de John McCain sur l’Iran ou celles de Sarah Palin sur le risque d’un conflit avec la Russie.


24. Barack Obama a le soutien de tous les démocrates.

VRAI : Tous les caciques du Parti démocrate sont derrière Obama, et même le couple Clinton malgré les nombreuses attaques de Bill Clinton contre Obama pendant les primaires. Al Gore, Howard Dean, John Edward, Ted Kennedy (qui est très malade), etc. ont apporté leur soutien à Obama.


25. John McCain a le soutien de tous les républicains.

FAUX : Beaucoup de républicains qui connaissent la personnalité de McCain sont inquiets en cas d’élection en raison du caractère très capricieux. Un ancien haut responsable du Pentagone sous Ford et sous Reagan, considéré comme un « faucon » républicain a annoncé qu’il voterait Obama. Colin Powell, Républicain pourtant bien docile pour justifier la guerre en Irak, a lui aussi annoncé son soutien à Obama. Quant aux membres du gouvernement Bush Jr, ils doivent rester discrets pour ne pas handicaper McCain qui souhaite se distinguer des deux mandats de Bush Jr.


26. Obama et McCain incarnent tous les deux le « rêve américain ».

VRAI : Chacun de sa façon est l’incarnation du « rêve américain ». Obama, issu d’une famille peu aisée, d’un père Kenyan qui a choisi les États-Unis, qui a bénéficié d’aides sociales, qui a finalement réussi de très brillantes études (Harvard) et qui maintenant est en position de favori pour la présidentielle, présente un parcours presque romanesque qui peut séduire les Américains. Le côté « self-made-man » qui rassure ses concitoyens : même en partant de la base, on peut réussir. McCain, fils de militaire, militaire lui-même, a montré son courage physique au Vietnam, puis s’est consacré aux affaires publiques de son pays avec dévouement et sincérité. C’est une autre partie du « rêve américain » qu’il incarne. Les deux candidats peuvent donc être légitiment pris comme des « exemples » d’existence, contrairement à George W. Bush, Al Gore ou John Kerry.


27. Les colistiers sont des boulets pour les candidats.

OUI ET NON : Chacun des candidats à la vice-présidence a aidé son candidat. Joe Biden, malgré ses nombreuses gaffes (il est réputé pour cela) et un très faible charisme, a apporté à Barack Obama sa grande expérience de politique étrangère et donc sa crédibilité dans sa capacité à gouverner. Quant à Sarah Palin, qui est elle aussi très critiquée pour ses gaffes et pour ses interventions simplificatrices, a apporté à John McCain la jeunesse, la féminité, les valeurs familiales et religieuses, un exemple de « l’Amérique d’en bas », son charisme et aussi une cohérence sur le thème de la lutte contre la corruption et les lobbies. Si beaucoup de républicains ont regretté la désignation de Sarah Palin, celle-ci a cependant permis de relancer la candidature de McCain juste après la Convention républicaine.


V. Sur les sondages et l’élection.


28. Les sondages se trompent toujours.

FAUX : Les sondages ne se trompent pas si on sait les lire correctement. Comme toute estimation, ils ont un intervalle d’incertitude de l’ordre de 2 à 3 %. Même en France, l’arrivée de Jospin en tête du premier tour en 1995 ou de Le Pen en deuxième du premier tour en 2002 étaient plausibles à partir des sondages. Par ailleurs, ils indiquent une tendance instantanée, comme une photographie de l’opinion et, si celle-ci évolue, cette évolution ne peut être enregistrée.


29. Il est impossible de déterminer le vainqueur du 4 novembre 2008 à partir des sondages actuels.

OUI ET NON : Tant que les résultats des urnes ne sont pas connus, tout pronostic s’avère évidemment douteux et la plus grande prudence s’impose. Cependant, les derniers sondages pris États par États laissent peu de doute quant au futur vainqueur. Les grands électeurs des États-clés seraient majoritairement attribués au candidat démocrate. Au 3 novembre 2008, Obama jouirait d’une avance de plus de 4 % dans l’Ohio, le Colorado, le Nevada, le Nouveau-Mexique, la Pennsylvanie, le New Hampshire, l’Iowa et en Floride. Les sondages ces derniers jours ont montré toutefois des fluctuations de 3 à 4 % dans un sens comme dans l’autre qui montrent que beaucoup d’électeurs restent indécis et McCain a beaucoup progressé dans l’Indiana, la Virginie, la Géorgie et la Pennsylvanie.


30. Les républicains vont organiser un événement juste avant les élections pour les favoriser.

FAUX : C’est déjà trop tard. Aucun événement susceptible de modifier les tendances actuelles n’a été constaté : retour de Ben Laden dans l’actualité, attentat ou menaces d’attentat sur le territoire américain, invasion de l’Iran, etc. Par ailleurs, des risques supplémentaires pour la sécurité des États-Unis ne favoriseraient pas forcément McCain. La crédibilité d’Obama sur la guerre en Irak a même dépassé celle de McCain, il y a deux semaines.


31. Les Européens et, en particulier, les Français, ne sont pas concernés par les élections américaines car ils ne votent pas.

ABSURDE : Bien sûr que les citoyens européens ne votent pas pour une élection se déroulant dans un pays étranger. En revanche, chacun sait que l’identité du nouveau locataire de la Maison-Blanche aura des conséquences décisives dans les relations entre les pays européens et les États-Unis et même sur la destinée de bien des Européens. Il suffit, pour s’en rendre compte, de constater par exemple l’implication des Français (entre autres) à la guerre en Afghanistan et ses corollaires terribles. L’influence politique, militaire, économique, financière, culturelle… des États-Unis fait qu’aucun État du monde ne peut être indifférent à l’élection du nouveau président des États-Unis et que, souvent, beaucoup de problèmes nationaux ont une origine américaine (c’est flagrant avec la crise financière).


32. L’issue des élections du 4 novembre 2008 sera connue rapidement.

PROBABLEMENT : Les fortes mobilisations des sympathisants au cours des meetings électoraux (surtout dans le camp démocrate où plus de cent mille personnes étaient parfois présentes) laissent entendre que, malgré l’indécision, un camp serait nettement en tête. Les médias laissent entendre que les enjeux de 2008 seraient beaucoup importants que lors de bien d’autres élections et pourraient encourager les citoyens à aller voter. Cependant, l’AFP a fait très fort puisque dès le 2 novembre 2008 à 6 heures 25 du matin, l’agence a annoncé la victoire d’Obama deux jours avant le jour des élections !


Chuuut ! Je me tais.

Maintenant, les Américains votent…
Et les Européens vont observer.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (3 novembre 2008)


Pour aller plus loin :

Sondages au jour le jour.

Les débats présidentiels de 2008.

The Amazing Race (Washington Post du 2 novembre 2008).

Forte participation électorale à prévoir aux États-Unis.

Interview d’Obama par CNN.

50 raisons de ne pas voter pour Obama.

Obama a déjà gagné deux jours avant l’élection !

Agenda des manifestations françaises pour les élections américaines.




Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 3 novembre 2008 12:18

    On verra..Mais des voix se font entendre aux uSA , qui sont loin de l’euphorie convenue...

    Au-delà du mythe...
    Qu’attendre vraiment d’Obama ?

    Des progressistes américains s’inquiètent :

    "Ces dernières semaines, le candidat démocrate est revenu sur plusieurs de ses promesses pour mieux se rapprocher du centre. Une dérive alarmante", estime The New York Times.

    Bien sûr, avec McCain, ce serait pire, mais cela interdit-il de s’interroger ?
    N’est-ce pas le système électoral qui est surtout en cause ?
    La démocratie américaine n’est-elle pas mal en point ?
    Pourquoi ne parle-t-on pas des nombreux "petits candidats" ?

    "A gauche, les défenseurs d’Obama se rassurent à l’idée qu’il "fallait qu’il dise ça pour être élu". C’est faux. Après huit ans de Bush, les Américains sont prêts à réévaluer le rôle impérial de leur pays. Obama préfère ignorer cette occasion"(A.C.)


    - "Obama : colombe ou faucon ?Comme l’écrit joliment le journaliste Nicholas Lemann, dans le New Yorker, après avoir interrogé les principaux acteurs de l’entourage de politique étrangère du candidat démocrate : « Sa campagne est comme un orchestre symphonique : les cordes jouent la partition de la coopération internationale, les cuivres celle de l’action agressive. Les deux sections jouent toujours ensemble mais, selon les moments, il y en a une qui joue plus fort que l’autre. » Difficile, donc, de prévoir qui jouera le plus fort et quand, si Obama arrive au pouvoir"(MP)

    ÉTATS-UNIS • Barack Obama, ce réactionnaire :

    Le coup de gueule d’Alexander Cockburn, l’un des chroniqueurs vedettes de la presse progressiste américaine...
    Puisse-t-il faire une erreur d’analyse  !


    • ZEN ZEN 3 novembre 2008 12:21

      Et cette information , qui n’est pas de bonne augure...


    • Dr. Larsen Mr Hyde 3 novembre 2008 12:30

      Très bon article, comme toujours.

      Pour ma part, je dirai que rien n’ est joué d’ avance !

      Mc Cain peut encore l’ emporter, les sondages peuvent se tromper.

      Remember 2002 : Chirac - Le Pen


      • finael finael 3 novembre 2008 12:49

        Enfin quelqu’un qui remet les idées en place !

        Pour ce qui est de l’anti-américanisme des français, il suffit de rappeler quelle est la musique qu’ils préfèrent, la mode, le cinéma, et même l’alimentation ...


        • Calito 3 novembre 2008 13:29

          Article qui fait honneur à AV. Je reviens sur un point, bcp de frappas dingues ont annoncés que les républicains allaient sortir ben laden de nulle part pour gagner les elections (je pense entre autre à un auteur antisémite qui publie sur ce site). Résultat : Ils se sont trompés. smiley


          • Zalka Zalka 3 novembre 2008 13:43

            Bravo Sylvain.


            • Gilles Gilles 3 novembre 2008 14:42

              Et ben dis donc.....parlez d’idée reçues et dire autant de bêtises, approximations, voir conneries. Juste quelques points à préciser ou rectifier (parmi beaucoup d’autres) Vouloir écirre beaucoup d’articles, c’est bien, mais faites preuve d’un peu plus ed rigueur


              1. Les sondages au niveau national ne servent à rien.

              EXACT :


              Idem en France pour les législatives ou le scrutin est majoritaire et ou le vainqueur remporte le tout



              "À noter qu’il n’est donc pas nécessaire d’avoir la majorité absolue pour remporter ces grands électeurs, mais seulement la majorité relative

              Précisez aussi que : Un président, tel Bush, peut même être en minorité sur l’ensemble du suffrage et remporter le plus de grands électeurs (c’est arrivé 2 ou 3 fois déjà)


              D’ailleurs, la décision d’Al Gore de jeter l’éponge alors qu’il venait d’obtenir le Prix Nobel de la Paix et qu’il était populaire montre que ses préoccupations étaient plus pécuniaires que politiques et qu’elles étaient peu compatibles"

              Ah bon, c’est ce que vous pensez, mais ça ne vaut pas tripette à moins que vous ayez des éléments supplémentaires. Belle preuve de sophisme en tout cas


              5. Les États-Unis sont dans un régime régi par le bipartisme.
              OUI ET NON : Il existe en effet deux grands partis, démocrate et républicain, qui se disputent le pouvoir politique. Mais de nombreux autres partis existent, des libertariens, des écologistes, des socialistes, des communistes aussi, mais ils sont ultra-minoritaires. Cependant, en 1992, beaucoup estiment que Bush père (38%) a perdu l’élection face à Bill Clinton (43%) en raison de la présence de Henry Ross Perot (19%) qui fit perdre beaucoup de grands électeurs à Bush père dans beaucoup d’États.


              L’influence des partis politiques, leur couverture médiatique dépend surtout de l’ARGENT qu’ils arrivent à récolter auprés des individus & entreprises et de leur réseau d’influence. Normal que les nom membres du gotha ne puissent pas se faire connaitre, ils sont à sec !. D’ailleurs Pérot, un milliardaire, a obtenu 19 % car il avait investit sur ses deniers des dizaines de millions de dollars histoire de montrer sa troncche partout


              18. Les Démocrates sont des "gentils" et les Républicains sont des "méchants".
              ABSURDE : Ce sont les Démocrates qui ont exploité le plus massivement les esclaves. Et les Présidents Abraham Lincoln et son successeur Andrew Johnson qui abolirent l’esclavage (13e amendement) furent républicains. Ce qui explique la forte tradition des Noirs des États du Sud à voter pour des candidats républicains et pas démocrates.


              CONNERIE. C’était il y a un siécle que les démocrates étaient les réactionnaires et les républicains le plus progressistes. Lincoln est mort voici 150 ans. Depuis beaucoup d’eau a passé sous les ponts et l’extrême majorité des noirs votent dorénavant démocrates (je crois à 95 ou 98% pour Obama)


              Il en est de même sur l’avortement (Obama disant lors d’un débat présidentiel qu’ils sont tous les deux d’accord sur le sujet) ou sur le mariage des homosexuels.

              Obama soutient une sorte d’union civile entre gay, accepte les gays dans l’armée et serait favorable à l’adoption. McCain ne veut pas entenendre parler d’aucun de ces points


              21. S’il était élu, Barack Obama serait le premier Président noir des États-Unis.
              FAUX : Obama est métis, de mère américaine blanche et de père kenyan noir.


              On s’en fout ! Obama est noir pour ceux qui veulent le voir ainsi. Du temps de l’esclavage, une suele goutte de sang noir (à 1%) vous faisez considérer comme noir et force est de constater qu’avoir des traits négroïdes visibles vous place dans cette catégorie. L’histoire du métis est juste pour rassurer les blancs, et d’ailleur la plus grande partie des noirs US sont en fait des métis





              • Gilles Gilles 3 novembre 2008 14:50

                16. Si Obama perdait l’élection, il aurait des risques d’émeutes de la "communauté noire" américaine.
                ABSURDE : C’est quasiment une menace pour imposer le vote Obama. Ségolène Royal et ses partisans l’avaient propagée juste avant le 6 mai 2007 (en cas d’élection de Nicolas Sarkozy, les banlieues se révolteraient comme en novembre 2005), et finalement, non seulement cela n’a pas eu lieu (heureusement), mais cela n’a pas beaucoup influé sur le choix électoral (heureusement aussi). D’ailleurs, les mêmes risques d’émeutes pourraient avoir lieu aussi en cas d’élection d’Obama, toujours provenant de la "communauté noire" dans le but de prendre leur revanche sur la "communauté blanche".


                heu, ça c’est encore de votre crû, pas pour remettre les idées en place. Il me semble débile et criminel de placer sur le même plan deux risques d’émeutes qui n’ont rien à voir, hormis que se seraient les noirs les acteurs :

                1- par des partisans politisés et vis à vis d’une élection qu’ils perdent et dont ils se sentent légitimement floué (trucage comme en 2000). Je verrais plus manifestation, même musclée, plutôt qu’émeute. Emeute si la police réagit trés violement

                2- mettre sur le dos de la communauté noire, qui une fois ayant UN de ce sreprésentant en haut, aurait d’un coup, comme ça, une envie profonde et meutrière de vengeance pour les souffrances endurées pendant 3 siècles. Si ce cas ridicule et débile se passe, se seraient surement les moins politisés et les délinquants qui participeraient avec pillage opportuniste à la clé, plus que des revendications politiques


              • Gilles Gilles 3 novembre 2008 15:01

                23. Il y aurait plus de risques d’une nouvelle guerre avec MacCain qu’avec Obama.
                FAUX : Les militaires qui ont connu personnellement la guerre savent à quel point la guerre est atroce et chercheraient, en position de pouvoir, plutôt à l’éviter.


                Rien de tel qu’une bonne guerre, pour vous dégoûter de la guerre ? On peut vous trouver des milliers d’exemples contraires......en Allemagne, aux USA, en France !

                maintenant, je me tais.....


              • Calito 3 novembre 2008 15:38

                "maintenant, je me tais..... "
                merci.


              • ZEN ZEN 3 novembre 2008 19:40

                @Gilles
                Pertinentes mises au point


              • herodote herodote 3 novembre 2008 19:19

                Bonsoir à toutes et tous,

                Vraiment pas simple de se faire des idées justes sur cette nation US

                Moi j’ai beaucoup appris en lisant Howard Zinn

                "Une histoire populaire des Etats Unis..."

                "Nous peuple des Etats Unis...."

                Cordialement 


                • ZEN ZEN 3 novembre 2008 19:43

                  @ Herodote
                  Merci pour la référence
                  Thucydide


                • Internaute Internaute 3 novembre 2008 21:15

                  La liste est amusante mais politiquement trop correcte. On ne peut pas dire que les lobbies n’ont pas de poids comme vous le précisez au point 14. C’est vrai que ni Obama ni Mc Caïn ne sont allés visiter le lobby des métallurgistes mais comme par hasard ils sont allés tous les deux faire serment d’allégence au lobby juif (AIPAC) et garantir leur plein soutien à la politique sioniste. Quand on voit qui compose les néo-conservateurs et comment le JINSA revendique la co-paternité de la théorie "Schock and Awe" qui a servi a massacrer les irakiens on ne peut que constater l’évidence. Un lobby au moins se porte bien et tire quelques bonnes ficelles à la Maison Blanche.


                  • manusan 4 novembre 2008 03:58

                    trés bon article, rien à ajouter.

                    un "euro-français" actuellement au US.


                    • deejay 4 novembre 2008 04:52

                      Niveau idée reçue

                      J’en retiens qu’un passage une : l’Abolition de l’esclavage.

                      L’esclavage a été abolie au nord pour avoir de la main d’oeuvre bon marchée en plus grand nombre et mobile. L’abolition au nord avait comme première raison : l’économie et l’usage de l’outil-machine et qui nécessitait d’avoir des gens très actifs et pouvant se déplacer facilement pour faire vivre l’économie protectionniste qui s’industrialisait.

                      Le Sud vivait d’exportation des produits comme le coton vers l’étranger et même vers d’autres états de la fédération, il avait besoin de gens sur place, non mobile : de la force de travail pure, pas besoin de machine couteuses et dures/chères à entretenir

                      Cette histoire de guerre pour mettre fin à l’esclavage est un cache - sexe. c’est l’économie qui était l’objectif #1

                      Le nord voulaient vendre des machines au sud et à l’ouest, et c’était impossible tant que le sud avait une économie basé sur l’export et l’emploi de bras disponible pas cher et donc n’avait pas besoin d’acheter des machines.

                      Le sud et le nord voulaient donc s’assurer chacune le soutient de l’ouest.

                      Le nord mis donc la pression grace à des tarif douaniers désaventageux pour les produits venant du sud et empêcher que l’esclavage soit adapté de la même manière à l’ouest car sinon s’était l’asphixie.

                      A la première embrouille, le nord avait son prétexte : l’esclavage ce n’est pas bien blablabla alors que tous connaissons la suite avec la ségrégation du nord au sud du territoire...

                      Il y a ni gentils, ni méchants. Que des intérêts. Business first.

                      Je me permet donc de reprendre la citation :

                      « Les idées reçues sont des maladies contagieuses. » (Esther Rochon, romancière québécoise née en 1948)


                      • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 4 novembre 2008 08:46

                        Merci, je n’avais pas l’intention d’approfondir chaque thème abordé. Je ne parlais que des faits, pas des motivations (généralement bien connues de ceux qui s’intéressent à l’histoire des Etats-Unis, mais merci de l’avoir précisé aux lecteurs).

                        Il n’y a pas de gentils ni de méchants, effectivement, c’est ce que je dis justement.

                        La plupart des évolutions se font souvent dans le sens d’un intérêt économique (les motivations restent individuelles) et c’est sans doute le problème principal pour l’environnement, rendre compatible intérêt économique et intérêt de la planète.

                        Cordialement.


                      • arturh 4 novembre 2008 11:04

                        La remarque de deejay rappelle ce que disait Althusser : le marxisme n’est pas un humanisme.

                        Cette remarque signe l’échec du marxisme, qui a toujours refusé l’humain dans toute sa complexité pour le réduire à une simple quantité comptable. Malheureusement, cet "économisme", ce cancer de la pensée de gauche est encore virulent en France.

                        Car il faut le rappeler, dès la création des USA, la question de l’abolition de l’esclavage s’est posée. Et ce ne sont pas les forces économiques mais les forces de l’humanisme qui ont permis d’y mettre fin. Comme ce sont les forces de l’humanisme qui ont permis de mettre fin à la ségragation.

                        Ces soit disant "théories économiques" qui veulent démontrer "scientifiquement" que l’abolition de l’sclavage n’était que le simple produit de mesures purement économiques ne sert qu’à nier le rôle de laboutissement de l’humanisme : la Démocratie.

                        C’est la Démocratie (symbolisée par l’élection de Lincoln) qui a mis fin à l’ esclavage.


                      • arturh 4 novembre 2008 10:41

                        Oubli ? Déni ?

                        Oubli ? Pourquoi l’auteur semble avoir peur de commenter la réalité. Pourquoi ne dit-il pas franchement la réalité : que cette élection est le triomphe absolu des USA parce qu’ils sont en tain de nous donner une fantastique leçon de ce qu’est la Démocratie ?

                        Déni ? Les français, les européens concernés par ces élections ? Pourquoi l’auteur ne développe pas la réalité dans son point 31 ?

                        En réalité, si on veut mesurer la réalité du pouvoir politique, que ce soit en Europe, à Cuba, en Iran, au Vénézuéla ou aux USA, il suffit de trouver qui commande l’armée.

                        Cette élection est extrêmement importante pour les européens, comme chaque élection américaine depuis 1945, parce que va être élu de Commandant Suprême des seules forces armées véritablement opérationnelles en UE :
                        http://www.eucom.mil/english/index.asp
                        http://www.nato.int/

                        Citoyens de seconde zone, nous devons assister en simple spectateurs à l’élection du commandant des seules forces armées capable de nous défendre.


                        • jack mandon jack mandon 4 novembre 2008 10:58

                          Le grand sujet qui évacue même la crise...à croire qu’Obama, qui sera élu massivement, représente pour certain le messie, pour d’autre la providence, une chance pour l’Amérique, et peut être pour le monde, dans tous les cas de figure, un être humain brillant, d’une nouvelle ère, qui a fait une campagne fulgurante, efficace et intelligente. Ce n’est pourtant qu’un être humain, qui va porter sur ses épaules une grande partie du monde.


                          • Golden Ratio Golden Ratio 4 novembre 2008 11:48

                            un article splendide sur l’envers du décor que je conseille à tous : "De qui Obama et Mc Cain sont-ils les cons ?" http://culturalgangbang.blogspot.com/2008/11/de-qui-obama-et-mc-cain-sont-ils-les.html


                            • canardQuantique 9 novembre 2008 18:17

                              Un peu de distraction... http://vioxx.labrute.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès