Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > USA : la Sécu, dernière étape avant la Justice

USA : la Sécu, dernière étape avant la Justice

La bataille pour la couverture médicale universelle fait rage outre-Atlantique. Barack Obama prend des risques considérables à pousser une réforme certes annoncée et indispensable mais politiquement très casse gueule : personne n’a oublié comment Bill et Hillary Clinton avaient perdu la majorité Démocrate aux élections de 1994, et certainement pas les Républicains, qui sortent le gros calibre pour refaire le coup en 2010.

En parallèle, une intense campagne de lobbying est menée par les grands groupes pharmaceutiques US, principaux bénéficiaires des dysfonctionnements du système. A en croire leurs publicités, tout fonctionne à merveille et ce sont les réformes qui jetteraient de l’argent par les fenêtres. Or 46 millions d’Américains ne sont pas couverts, et pourtant la santé pèse 16% du PNB aux USA, cinq points de plus qu’en France et deux fois plus qu’au Royaume Uni, un pays où la densité de médecins, d’infirmières, ou de lits d’hopitaux est identique, mais la mortalité infantile inférieure de 30%. Où va l’argent ? On en retrouve une partie dans ces campagnes, et les lobbies actionnent leurs relais habituels dans les media et au congrès... pas joli-joli, mais rien que du très classique.

Ce qui rend l’atmosphère encore plus irrespirable qu’aux pires moments de la campagne présidentielle de l’an dernier, c’est la campagne de dénigrement mille fois plus violente et pernicieuse menée par des officines ultra-radicales. Ce n’est plus seulement de "socialisme" qu’il est question mais de "soviétisation" voire de "Nazification" : une rumeur totalement infondée de "death panels" lancée par les habituels media d’extrême droite a été prolongée par des portraits d’Obama sous les traits d’Hitler. La haîne se déchaîne à tous les niveaux et les adversaires de la réforme font preuve d’une impressionnante détermination pour torpiller toute tentative de rapprochement bi-partisan. Comme s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort.

De fait, certains jouent très très gros dans l’affaire. Mais pour eux, l’avenir du système de santé américain est bien le dernier de leurs soucis...

Selon Karl Rove*, le Président Obama serait en état de "campagne permanente". De la part d’un homme qui a commencé la campagne présidentielle 2004 de George W. Bush sitôt volé le scrutin de 2000, ça ne manque pas d’air. D’autant plus que cet homme est toujours en campagne à l’heure qu’il est : en faveur de sa fameuse "Bush Legacy" ("L’Héritage Bush"), le point de vue d’un révisionniste sur l’une des périodes les plus sombres de l’histoire des Etats-Unis.

Selon Karl Rove, "transformer des critiques en ennemis n’est pas présidentiel". De la part d’un homme qui a fait virer des juges parce qu’ils étaient incapables d’inventer des preuves contre les critiques de l’administration Bush-Cheney**, ça ne manque pas d’air. Vous vous souvenez de ces gars qui ne cessaient de donner du "us vs them" ? C’était "présidentiel", peut-être, d’appeler "l’axe des fouines" des amis qui vous conseillent de ne pas envahir illégalement un pays parce que vous risquez de renforcer le terrorisme international au lieu de l’affaiblir ? C’était "présidentiel", peut-être, d’appeler "non-Américain" des patriotes osant émettre l’hypothèse qu’institutionnaliser la torture, et pas seulement contre des innocents, n’était peut-être pas cohérent avec les valeurs américaines ?

Pourquoi diable Karl Christian Rove***, cet individu qui a érigé en art l’état de "campagne permanente" et la "transformation de critiques en ennemis", s’acharne-t-il à se ridiculiser en public ?

Pour la faire simple, cet homme a la trouille.

Comme d’autres, il sait que l’heure de la disgrâce va enfin sonner. Avec peut-être même de la prison au bout du compte.

Karl Rove s’époumonne à diaboliser l’"Obama(s)care" parce qu’il sait pertinement qu’une fois ce dernier effort bipartisan terminé, Eric Holder et la justice auront les mains libres pour accélérer le solde pour tous comptes de l’ère Bush-Cheney.

"Healthscare" est l’ultime avatar de la politique de la peur caractéristique des années Bush. Mais cette fois-ci, la peur a changé de camp. Ce n’est plus à une administration corrompue de décider qui est coupable en shuntant le circuit normal à travers une caricature de justice, mais à la vraie justice d’oeuvrer en toute indépendance, sous la protection d’un gouvernement sain et respectueux de la répartition des pouvoirs dans une démocratie. Une fois de plus, Barack Obama ne pointe personne du doigt : il indique simplement la direction pour la Justice ****.

Beaucoup pensent qu’Obama est fou de s’attaquer à la réforme de la santé maintenant, mais il n’a pas vraiment le choix : c’est maintenant ou jamais. Impossible de mobiliser la nation sur un projet aussi structurant au milieu d’une "reprise" en L ou en W. Et le Président a besoin de rassembler le plus largement possible au sein du Congrès.

Si vous avez le moindre doute sur le sens des priorités de Barack Obama, rappelez vous simplement les mots les plus importants de son discours inaugural ("We reject as false the choice between our safety and our ideals"), et de sa première décision en tant que Président (ordonner la fermeture de Guantanamo).

"Change is coming", et les adversaires les plus acharnés de cette réforme sont ceux qui ont le plus à craindre de la justice.

Ce n’est pas du "socialisme" qu’ils ont peur, mais de la Justice.

La Justice contre une administration fascisante, sa propagande, sa politique de terreur, sa promotion de la torture...

La Justice contre les criminels qui ont délibérément cherché à détruire les fondements de la démocratie américaine.

L’heure est venue d’en finir avec les pires ennemis de l’Amérique : ceux qui la détruisent de l’intérieur.

So with hope, we reject as false the choice between our social security and our ideals.

SM

* voir "Obama and the Permanent Campaign" (WSJ - 20090813)
** voir "E-Mail Reveals Rove’s Key Role in ’06 Dismissals" (NYT - 20090811)
*** ne vous laissez pas attendrir par son petit nom : Karl est plutôt de la variété Médiévale / Croisades que dans la tradition "peace and love".
**** revoir "’Insects placed in a confinement box’ (Welcome on Waterboard)"


— -
initialement publié sur blogules en V.O. puis blogules en V.F.

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 17 août 2009 11:38

    Encore plus que nous, les USA sont aux mains des lobbys : Banquiers, marchands de canons, pétroliers, agroalimentaire..etc... Ici l’industrie pharmaceutique, qui craint pour ses profits, finance une formidable campagne de dénigrement, totalement outrancière .
    Accuser Obama de vouloir, à l’aide de cette réforme, pratiquer l’eugénisme, afin d’éliminer vieillards et handicapés, le comparer à Hitler ... devrait enlever toute crédibilité aux accusateurs. Or, il n’en est rien.

    Je ne comprends pas encore Obama. Est il de bonne foi ? Ou plus surement , une marionnette de wall street ?
    L’avenir le dira, mais ses réformes seront de toutes façons bien difficiles à mener à bien.


    • stephanemot stephanemot 17 août 2009 11:53

      Si Obama n’est pas totalement impermeable aux lobbies, comme on a pu le voir pendant sa campagne (ex soutient de la fameuse imposture du « clean coal »), il marque clairement une rupture. On est encore loin du compte mais il fait des efforts considerables.

      Ici, il s’attaque a un enorme morceau.

      Mais il est devenu la cible bien au-dela de sa reforme (exemple encore ce soir <a href="http://www.nydailynews.com/news/politics/2009/08/17/2009-08-17_its_obama_theyre_after.html">ce papier sur le NY Daily News</a>).


    • fonzibrain fonzibrain 17 août 2009 12:54

      mensonge cet article les tribunaux de la mort sont une réalité

      renseigne toi mieux mon coco


      • Forest Ent Forest Ent 17 août 2009 13:16

        Il me semble que cet article est obsolète depuis hier :

        Quote : President Barack Obama’s administration signaled Sunday it is ready to abandon the idea of giving Americans the option of government-run insurance as part of a new health care system.

        http://finance.yahoo.com/news/White-House-appears-ready-to-apf-4212278095.html?x=0&.v=15


        • wesson wesson 17 août 2009 15:02

          Bonjour l’auteur, Bonjour Forest,

          Effectivement, si Obama arrive a passer cette réforme, les priorités de l’administration Américaine vont changer je pense. Un certain nombre de dépenses devraient migrer du militaire vers la sécurité sociale, et ça ne serait rien de moins qu’une révolution là bas.

          Finalement, ça n’est pas éloigné des discussions qu’il y a pu avoir pour la création de la sécurité sociale Française, qui faut-il le rappeler fut créée dans un contexte assez particulier.
          C’était juste après la guerre, ou 78 départements avaient servi de champ de bataille. Beaucoup de grandes villes avaient subi des destructions majeures. Économiquement, la France avait été pillée par l’Allemagne nazie au titre de l’effort de guerre. La seule industrie qu’elle possédait encore était celle qui s’était spontanément mise au service du Furher. Ne parlons même pas de la valeur du franc, ou de la dette qui était bien pire en proportion qu’actuellement. Et c’est dans ce contexte là qu’il a été décidé de donner une sécurité sociale à tout Français. Et n’allez pas croire que cela s’est imposé d’évidence, il aura fallu une bataille archarnée du CNR contre les libéraux de l’époque. Et finalement ça s’est fait car les opposants les plus féroces s’étaient déjà largement décrédibilisés de par leur comportement sous l’occupation. Transposé à l’époque actuelle, nous avons les tenants de la politique Bush qui rament un peu pour en trouver un coté positif.

          Bref, ça va pas être simple mais peut-être ça peut passer la conjoncture exceptionnelle y est favorable. Quoiqu’il en soit, seul l’avenir le dira.

          à Forest, bien vu, mais il me semble que dans le cadre d’une lutte acharnée contre cette réforme sociale, l’utilisation de rumeurs ou de fausses informations en vue de publication sur la presse internationale fait partie des méthodes que nous avons largement eu l’occasion de voir à l’oeuvre sous l’administration bush. Il faut prendre donc à mon sens ce genre de déclaration avec des pincettes.


        • Forest Ent Forest Ent 17 août 2009 15:17

          C’est sûr que la désinformation ne manque pas, mais l’AP irait-elle jusqu’à inventer une déclaration d’Obama ?

          Et puis sa proposition de remplacer la sécu qu’il souhaite par un système mutualiste type « association à but non lucratif » ne semble pas aberrante dans le contexte ?


        • wesson wesson 17 août 2009 17:03

          @Forest,

          « C’est sûr que la désinformation ne manque pas, mais l’AP irait-elle jusqu’à inventer une déclaration d’Obama ? »

          En fait, j’ai une échelle. Je considère la fiole d’anthrax à l’onu comme une référence à peu près insurpassable en matière de désinformation. Lorsque l’on a vu ça, à peu près tout le reste devient envisageable.

          En la matière de fait, il ne s’agit plus d’inventer une fausse information : il suffit de ne pas trop la vérifier ou d’attirer l’attention sur une citation sortie de son contexte et notre compte y est.

          Là ou j’abonde dans votre sens, c’est que cette bataille d’Obama sera rude, très rude et que tout sera tenté pour que cela échoue. Toute vieille peur à réveiller, tout chiffon rouge à agiter le sera, car des réformes de cette portée sont à même de définir le sens politique du pays pour les 50 prochaines années.

          J’ai aussi des gros doutes sur l’éventuelle acceptation de cette réforme mais pour en revenir à mon exemple historique : Qui pouvait dire 2 ans avant que la sécurité sociale allait être créée en France ? Qui pouvait le dire en 1943 qu’une réforme d’inspiration communiste d’une telle ampleur allait être faite, alors que M. Pétain jouissait à ce moment d’une extraordinaire popularité dans une France presque totalement occupée. Qui pouvait le dire ?

          C’est pourquoi, même improbable, cette réforme reste possible aux USA. En tout cas, c’est une hypothèse à laquelle je me raccroche sans quoi les Américains risqueraient de se retrouver d’ici à quelques mois dans une guerre civile ou dans un conflit généralisé.


        • Forest Ent Forest Ent 17 août 2009 17:27

          Le système mutualiste serait peut-être un compromis acceptable ? Après tout, CalPers est bien une caisse de retraite publique.

          Pour la France, et le « modèle français », qui a amha très bien fonctionné pendant 50 ans jusqu’à ce que l’UMP décide de le démanteler pour faire comme tout le monde, il est en partie dû au seul hasard. De Gaulle et le PC ont été obligés de trouver un compromis pour éviter que les US n’administrent directement le pays. Pour le PC, on voit bien pourquoi. Pour de Gaulle, c’est parce que les US ne l’aimaient pas, ne lui faisaient pas confiance, et avaient préféré Giraud (que de Gaulle a fini par évincer, paraît-il pendant que Giraud allait se cultiver aux US).


        • Gelone 17 août 2009 18:30

          « ...des réformes de cette portée sont à même de définir le sens politique du pays pour les 50 prochaines années. »

           Si l’on considère l’entier du territoire, dans cinquante ans, les Blancs seront largement et définitivement minoritaires. Savez vous par exemple qu’ils ne représentent déjà plus qu’un gros tiers de la population de la Californie - d’où l’un des premiers facteurs de sa faillite. 

          Vers 2060, les Etats-Unis seront donc un pays du tiers-monde, avec de larges franges de la population qui seront à la charge des services sociaux nationaux, régionaux et locaux.

          La principale incertitude ressortit à l’attitude de WASP, et assimilé, qui ne vont pas se laisser dépouiller de leur Amérique dont ils ont hérité des leurs aïeux, certainement pas dans le but de l’abandonner à des populations qui la transformeront en pittoresque appendice de l’Amérique latine…

          Patrick J. Buchanan a déjà annoncé la… couleur : « ce sont les Blancs, les Anglo-Américains, qui ont fait les Etats-Unis, qui ont écrit la Constitution, qui ont fait la Guerre de Sécession, qui ont bâti la puissance américaniste, qui se sont battus majoritairement durant les guerres extérieures, etc. ; il leur sera infiniment difficile, sinon impossible d’accepter d’être une “communauté” parmi d’autres. »

          Une nouvelle sécession est donc loin d’être exclue et avec beaucoup plus de chances que la précédente de réussir.


        • stephanemot stephanemot 18 août 2009 02:52

          mon papier date de vendredi, et Sebelius puis Obama ont effectivement laisse entendre que la « public option » n’etait pas si importante que cela finalement, soulevant un tolle de la part des « liberals » Democrates.

          cela demontre qu’Obama veut en finir avec cette reforme au plus tot, et de preference avec l’adhesion d’une partie des Republicains...
           
          ... quitte a compromettre l’esprit de sa loi... et la loi elle-meme.

          mais si les lobbies recuperent et le bebe et l’eau du bain, la loi a une chance de passer.

          il faut s’attendre a des contreparties - ca risque d’etre assez rock n roll...


        • stephanemot stephanemot 18 août 2009 03:31

          @ wesson

          difficile d’oublier le coup de la fiole d’anthrax. mais par egard pour le pauvre Powell (qui sera hante jusqu’a sa mort par cette mascarade), je prefere retenir comme sommet de la desinformation de l’ere Bush-Cheney le placard que l’on a vu colle sur tous les ecrans au moment de l’invasion de l’Irak : « war on terror ».

          alors qu’il s’agissait au contraire d’une « war in favor of terror »


        • wesson wesson 18 août 2009 23:40

          @Stephanemot,

          Bonsoir Stephanemot,

          héhéhé, je crois que vous avez terriblement raison. Ceci dit, mon exemple est « plus vendeur ». Pas besoin de traduire, on comprends tout et tout de suite. Cette photo est bien un étalon de désinformation universel, de classe internationale ! smiley))

          hélas !


        • Sophronius 18 août 2009 23:59

          Wesson qui s’y connait en fausse information puisqu’il prétend que avoir trouvé la phrase « massacrez les ... » dans l’épitre à Timothée !


        • wesson wesson 19 août 2009 00:16

          Bonsoir MCM,

          Timothée 2.19 pour être plus précis. Et je parle de la phrase originale en Latin, « Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt eius. », pas de la traduction archi consensuelle à laquelle vous faites probablement référence.


        • Sophronius 19 août 2009 00:37

          Et vous persistez et signez votre bobard ou votre inculture, la phrase : « Caedite eos. Novit enim Dominus qui sunt eius. » est un proverbe latin qui ne figure aucunement dans le nouveau testament :

          2 Timothée 2:19 :

          Louis Segond (1910)
          Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent ; et : Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité.

          Darby (1859 / 1880)
          Toutefois le solide fondement de Dieu demeure, ayant ce sceau : Le Seigneur connaît ceux qui sont siens, et : Qu’il se retire de l’iniquité, quiconque prononce le nom du Seigneur.

          Osterveld (1744)
          Toutefois, le solide fondement de Dieu demeure, ayant ce sceau : Le Seigneur connaît ceux qui sont à lui ; et : Quiconque invoque le nom de Christ, qu’il se détourne de l’iniquité.

          Martin (1744)
          Toutefois le fondement de Dieu demeure ferme, ayant ce sceau : le Seigneur connaît ceux qui sont siens ; et, quiconque invoque le nom de Christ, qu’il se retire de l’iniquité.


        • wesson wesson 19 août 2009 00:46

          MCM,

          je me grasse

          « Et je parle de la phrase originale en Latin [...], pas de la traduction »

          Quel mot vous n’avez pas compris dans cette phrase ?


        • Sophronius 19 août 2009 01:47

          Voici 2 timothée 2:19 en latin (la vulgate) :
          sed firmum fundamentum Dei stetit habens signaculum hoc cognovit Dominus qui sunt eius et discedat ab iniquitate omnis qui nominat nomen Domini

          Toujours rien à voir avec votre proverbe en latin qui date du moyen âge.


        • stephanemot stephanemot 19 août 2009 02:35

          desole d’interrompre votre debat de linguistes distingues mais je ne vois pas le rapport avec le sujet.

          a moins que vous ne parliez d’echanges epistolaires entre Timothy et George Bush, remontant au XIXe siecle... et encore ! 


        • wesson wesson 19 août 2009 03:20

          @Stephanemot,

          Désolé, c’est plus fort que moi.

          @MCM,

          vous trouverez l’explication qui vous fait défaut dans le livre de Jacques BERLIOZ, « Tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens » : La croisade contres des Albigeois vue par Césaire de Heisterbach. Editions Loubatières, Toulouse, 1994. Il s’agit d’une passionnante étude sur cette citation apocryphe, probablement la plus exhaustive sur le sujet. Vous y trouverez entre autre comment est établie la référence à la deuxième épitre à timothée (Cognovit Dominus qui sunt ejus). Mais je ne vous en dit pas plus pour ne point déflorer ce récit passionnant.

          Quel dommage que vos petits copains de Bivouac-Id ne vous aient pas tuyautés sur cet ouvrage érudit, peut-être parce que on ne peut le trouver à partir de Google ?

          Dommage que vos amis de


        • Gelone 17 août 2009 16:36

          Quoi qu’il en soit de l’indifférent devenir d’une couverture médicale universelle dont l’Europe et la France n’ont rien à cirer, les options de ce pitre angélique induisent, à court terme, la fin des Etats-Unis en tant que première puissance mondiale.

          Si l’Europe était dirigée par de vrais hommes politiques capables d’une vision d’avenir à long terme, il y aurait une formidable opportunité à saisir, et qui sait si, dans les vingt ans qui viennent ?

          Parce que la tiers-mondisation des States durera bien quatre ou cinq présidences, toutes arbitrées, comme il se doit, par des minorités raciales et ethniques de moins en moins minoritaires.


          • stephanemot stephanemot 18 août 2009 02:58

            j’ai bien compris que vous avez du mal a accepter la realite en face : la richesse vient de la diversite, et nous sommes tous de la meme race, d’origine africaine (les humains).

            si les States se « tiers-mondisent », c’est que 62% des faillites personnelles s’expliquent par la faiblesse de la couverture sociale.

            et si les States sont devenus la premiere puissance mondiale, c’est parce qu’ils ont su donner leur chance aux immigrants.


          • Gelone 18 août 2009 16:36

            « ...si les States sont devenus la premiere puissance mondiale, c’est parce qu’ils ont su donner leur chance aux immigrants. »

            Et ça va continuer. A condition que les Mexicains, ça soit pareil que les Anglais, les Nicaraguayens, pareil que les Allemands, les Caraïbes pareil que les Italiens, les Brésiliens pareil que les Irlandais et les Panaméens pareil que les Suédois...

            Ca fait beaucoup de « si »... Et il reste à expliquer comment il se pourrait se faire que des gens qui sont les acteurs de la stagnation de leur pays d’origine pourrait être les acteurs de la prospérité de leur pays d’accueil...


          • stephanemot stephanemot 19 août 2009 02:28

            @gelone

            visiblement, ce commentaire ci, il est vrai edulcore par rapport a ceux que j’ai vu passer sur ma boite mail, n’a pas ete censure.

            j’en profite pour vous dire que je ne suis pour rien dans ces « suppressions de posts ».

            ... ce qui ne m’empeche pas de ne pas partager vos opinions. le racisme est le refus de sa propre humanite et bien souvent, le raciste a a la source un probleme a assumer sa propre identite.


          • stephanemot stephanemot 19 août 2009 10:46

            je me demande sous quel(s) pseudo(s) je vous ai deja croise.

            celui-ci est tout nouveau et ne fera vraisemblablement pas de vieux os, mais il me semble avoir toujours affaire aux memes desequilibres.


          • Gelone 17 août 2009 16:48

            C’est aussi, il faut le dire, le dixième article qui annonce ce que fera le président Oblabla une fois qu’il aura fini de faire... Un discours, ça c’est sûr mais pour la suite..., à part d’autres discours...


            • fonzibrain fonzibrain 17 août 2009 19:37

              excellent wesson

              En fait, j’ai une échelle. Je considère la fiole d’anthrax à l’onu comme une référence à peu près insurpassable en matière de désinformation. Lorsque l’on a vu ça, à peu près tout le reste devient envisageable.

              tu m’ettones et si il n’y avait que ça !!!!!

              • P. PICARD 17 août 2009 21:47

                Ce n’est pas parce que Bush était un monstre qu’il faut prendre Obama pour un ange.

                La proposition de loi sur la santé d’Obama met en avant la création de l’IMAC (Independent Medical Advisory Council), dont le rôle est de dire quels seront les soins qui seront accordés et ceux qui ne le seront pas en fonction des personnes (et en particulier de leur age). C’est cela que certains appellent le « death panel ». Une autre disposition de la loi d’Obama (section 1233) consiste à proposer aux plus de 65 ans ... l’euthanasie !

                Donc d’une part on refusera des soins aux gens, et d’autre part on leur proposera l’euthanasie comme « solution ». Cette loi a été qualifiée de nazi pour la simple et bonne raison qu’elle a été copiée sur la « réforme » de la santé d’Hitler passée en 1939 et dont le but était de se débarrasser des « vies inutiles ».

                Evidemment cela fait gros scandale aux Etats-Unis, et il y a de quoi. Le but affiché de la loi d’Obama est d’économiser 1000 milliards de dollars sur 10 ans), évidemment pour « vendre » sa réforme il insiste beaucoup plus sur le fait qu’elle est une couverture médicale universelle. Mais c’est une arnaque, les américain l’ont compris et ils ne l’accepteront jamais et la situation là-bas et quasi-révolutionnaire.

                Après avoir renfloué Wall Street à hauteur de plusieurs trillions de dollars, la pilule est un peu dure à avaler pour les américains.

                Si vous voulez être un peu mieux informés sur la situation aux Etats-Unis, je conseille la lecture de ces sites :
                http://larouchepac.com/
                http://www.solidariteetprogres.org/


                • stephanemot stephanemot 18 août 2009 03:26

                  « Ce n’est pas parce que Bush était un monstre qu’il faut prendre Obama pour un ange. »
                  Certes, mais de la a prendre Lyndon LaRouche comme reference !!!

                  « Si vous voulez etre un peu mieux informe », je vous recommande plutot la lecture de la section 1233 elle-meme (cf plus bas).

                  Il ne s’agit pas du texte definitif, mais meme certains groupes cathos ont ete forces de reconnaitre qu’il n’y avait la aucune invitation a l’euthanasie, simplement une saine et necessaire discussion sur les options possibles, en particulier dans le cadre de traitements penibles de maladies incurables (ex a un certain stade, beaucoup preferent que l’on privilegie la lutte contre la douleur a la lutte contre la maladie elle-meme, qui affaiblit encore plus).

                  Quant a « la pilule un peu dure a avaler pour les Americains », c’est le cout de l’obesite : 147 milliards par an (78.5 en 1998).

                  15 SEC. 1233. ADVANCE CARE PLANNING CONSULTATION.

                  16 (a) MEDICARE.—
                  17 (1) IN GENERAL.—Section 1861 of the Social
                  18 Security Act (42 U.S.C. 1 395x) is amended—

                  4 “(E) An explanation by the practitioner of the
                  5 continuum of end-of-life services and supports avail-
                  6 able, including palliative care and hospice, and bene
                  7 fits for such services and supports that are available
                  8 under this title.
                  9 “(F) (i) Subject to clause (ii), an explanation of
                  10 orders regarding life sustaining treatment or similar
                  11 orders, which shall include—
                  12 “(I) the reasons why the development of
                  13 such an order is beneficial to the individual and
                  14 the individual’s family and the reasons why
                  15 such an order should be updated periodically as
                  16 the health of the individual changes ;
                  17 “(II) the information needed for an indi
                  18 vidual or legal surrogate to make informed deci
                  19 sions regarding the completion of such an
                  20 order ; and
                  21 “(III) the identification of resources that
                  22 an individual may use to determine the require-
                  23 ments of the State in which such individual re-
                  24 sides so that the treatment wishes of that indi
                  25 vidual will be carried out if the individual is un
                  1 able to communicate those wishes, including re-
                  2 quirements regarding the designation of a sur
                  3 rogate decisionmaker (also known as a health
                  4 care proxy).
                  5 “(ii) The Secretary shall limit the requirement
                  6 for explanations under clause (i) to consultations
                  7 furnished in a State—
                  8 “(I) in which all legal barriers have been
                  9 addressed for enabling orders for life sustaining
                  10 treatment to constitute a set of medical orders
                  11 respected across all care settings ; and
                  12 “(II) that has in effect a program for or-
                  13 ders for life sustaining treatment described in
                  14 clause (iii).
                  15 “(iii) A program for orders for life sustaining
                  16 treatment for a States described in this clause is a
                  17 program that—
                  18 “(I) ensures such orders are standardized
                  19 and uniquely identifiable throughout the State ;
                  20 “(II) distributes or makes accessible such
                  21 orders to physicians and other health profes
                  22 sionals that (acting within the scope of the pro-
                  23 fessional’s authority under State law) may sign
                  24 orders for life sustaining treatment ;
                  1 “(III) provides training for health care
                  2 professionals across the continuum of care
                  3 about the goals and use of orders for life sus-
                  4 taining treatment ; and
                  5 “(IV) is guided by a coalition of stake-
                  6 holders includes representatives from emergency
                  7 medical services, emergency department physi
                  8 cians or nurses, state long-term care associa
                  9 tion, state medical association, state surveyors,
                  10 agency responsible for senior services, state de-
                  11 partment of health, state hospital association,
                  12 home health association, state bar association,
                  13 and state hospice association.
                  1 “(B) An advance care planning consultation with re-
                  2 spect to an individual may be conducted more frequently
                  3 than provided under paragraph (1) if there is a significant
                  4 change in the health condition of the individual, including
                  5 diagnosis of a chronic, progressive, life-limiting disease, a
                  6 life-threatening or terminal diagnosis or life-threatening
                  7 injury, or upon admission to a skilled nursing facility, a
                  8 long-term care facility (as defined by the Secretary), or
                  9 a hospice program.
                  10 “(4) A consultation under this subsection may in-
                  11 clude the formulation of an order regarding life sustaining
                  12 treatment or a similar order.
                  13 “(5)(A) For purposes of this section, the term ‘order
                  14 regarding life sustaining treatment’ means, with respect
                  15 to an individual, an actionable medical order relating to
                  16 the treatment of that individual that—
                  17 “(i) is signed and dated by a physician (as de-
                  18 fined in subsection (r)(1)) or another health care
                  19 professional (as specified by the Secretary and who
                  20 is acting within the scope of the professional’s au-
                  21 thority under State law in signing such an order, in-
                  22 cluding a nurse practitioner or physician assistant)
                  23 and is in a form that permits it to stay with the in-
                  24 dividual and be followed by health care professionals
                  25 and providers across the continuum of care ;

                  1 “(ii) effectively communicates the individual’s
                  2 preferences regarding life sustaining treatment, in-
                  3 cluding an indication of the treatment and care de-
                  4 sired by the individual ;
                  5 “(iii) is uniquely identifiable and standardized
                  6 within a given locality, region, or State (as identified
                  7 by the Secretary) ; and
                  8 “(iv) may incorporate any advance directive (as
                  9 defined in section 1866(f) (3)) if executed by the in-
                  10 dividual.
                  11 “(B) The level of treatment indicated under subpara
                  12 graph (A)(ii) may range from an indication for full treat-
                  13 ment to an indication to limit some or all or specified
                  14 interventions. Such indicated levels of treatment may in-
                  15 clude indications respecting, among other items—
                  16 “(i) the intensity of medical intervention if the
                  17 patient is pulse less, apneic, or has serious cardiac
                  18 or pulmonary problems ;
                  19 “(ii) the individual’s desire regarding transfer
                  20 to a hospital or remaining at the current care set-
                  21 ting ;
                  22 “(iii) the use of antibiotics ; and
                  23 “(iv) the use of artificially administered nutri
                  24 tion and hydration.”.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès