Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > USA : Michele Bachmann remporte le Straw Poll d’Ames en (...)

USA : Michele Bachmann remporte le Straw Poll d’Ames en Iowa

Par Benoît Toussaint — Michelle Bachmann, égérie du Tea Party, s’est vue confortée dans ses efforts. Elle a remporté, samedi 13 août, le scrutin informel d’Ames, en Iowa. Toutefois, l’absence à ce scrutin de Mick Romney et de Rick Perry, dernier candidat déclaré, réduit l’importance de ce succès pour les futures échéances politique aux Etats-Unis.

La bataille finale pour l’investiture républicaine à la prochaine élection présidentielle se précise. Samedi 13 août, plusieurs milliers de sympathisants du parti républicain ont porté la représentante du Minnesota Michelle Bachmann au triomphe, à l’issue du fameux straw poll ou vote de paille, à Ames en Iowa. Cette élection était certes informelle, mais elle permet traditionnellement aux candidats d’éprouver leur popularité parmi les électeurs du GOP, et surtout, elle constitue l’un des grands rendez-vous du parti avant les premiers votes officiels pour l’investiture, lors du caucus de l’Iowa qui se tiendra le 6 février prochain.

En dépit d’un débat rugueux avec Tim Pawlenty qui l’accusait d’inexpérience, Michelle Bachmann a remporté une incontestable victoire avec 28,55% des suffrages (4.823 voix). Elle était suivie de près par le texan Ron Paul qui a atteint 27,65% des votes (4.671 voix). « T-Paw », quant à lui, n’a pu se placer qu’en troisième position avec 13,57% des voix (2.293 voix), après une accumulation d’erreurs. Il a finalement annoncé son retrait de la compétition peu après l’annonce des résultats. Pour la représentante du Minnesota, cette victoire constitue une étape importante, d’autant plus qu’elle s’est lancée dans la compétition plus tardivement que ses compétiteurs. Et le « straw poll » représentait le premier vrai défi de la campagne.

Quelle importance accorder au scrutin ?

Ces résultats confirment l’enracinement durable du Tea Party dans la vie politique américaine, Michelle Bachmann et Ron Paul étant tous deux intimement liés à ce mouvement. Devant ses supporters, la nouvelle reine du mouvement conservateur n’a pas boudé son plaisir et a déclaré, à l’issue du scrutin, que cette victoire constituait un « acompte pour récupérer notre pays  » et faire de Barack Obama « le président d’un seul mandat ».

Certains commentateurs et les opposants au camp Bachmann ont toutefois fait remarquer qu’à huit mois du premier caucus, il ne fallait pas accorder trop d’importance à ce vote. Toby Harnden, rédacteur en chef du Telegraph, écrivait le 14 août dernier sur son blog que « le scrutin d’Ames permet de cimenter quelques tendance, mais ne change pas la dynamique de la compétition. Il faut mettre un peu de distance avec la signification des 16.892 votes exprimés  ». Surtout, d’autres faisaient remarquer que les électeurs avaient dû financer eux-mêmes leur voyage jusqu’à Ames et payer 30$ pour avoir le droit de prendre part au scrutin — le caractère démocratique de ce vote devenant alors contestable.

Et pourtant, si l’on en croit les calculs de Nate Silver pour le New York Times, le week-end à Ames constitue une prédiction très fiable de ce que sera le résultat de la primaire républicaine. Depuis 1979, date du premier straw poll, le candidat qui a remporté le caucus d’Iowa s’est toujours classé 1er ou 2e à Ames. Un succès illustre particulièrement cette tendance : celui de George Bush senior, en 1979, qui a remporté le scrutin d’Ames, alors qu’il ne recueillait que 1% dans certains sondages, et qui a également remporté le caucus d’Iowa. Bien sûr, il y a également eu de grandes déconvenues, mais force est de constater, selon Nate Silver, que les résultats d’Ames confirment les résultats du caucus d’Iowa dans 58% des cas.

Quand Mick et Rick jouent aux abonnés absents

Deux grains de sable pourraient cependant venir gripper ce processus bien huilé. Il s’agit de Mick Romney et de Rick Perry, ce dernier ayant annoncé sa candidature samedi 13 août… jour du scrutin d’Ames. Les deux prétendants au titre n’ont pas participé au vote, et ils ont tout de même recueilli respectivement 4,3 et 3,4% des scrutins. Bien qu’absents du scrutin, des sympathisants ont inscrit leur nom sur les write-in, ces bulletins sur lesquels les électeurs peuvent écrire le nom de leur favori ou favorite. Pour Mick Romney, ancien gouverneur du Massachussets, il s’agissait d’un choix hautement stratégique. Il a choisi de ne pas participer à un scrutin qu’il aurait sans doute perdu et dont il peut aujourd’hui minimiser l’importance. De plus, il avait sans doute encore en mémoire l’édition 2007 qu’il avait remporté face à ses compétiteurs, pour ensuite échouer lors du caucus de l’Iowa. Une manière de conjurer le sort.

Quant à Rick Perry, gouverneur du Texas, son lancement de campagne, samedi, a fait grand bruit. Lors du straw poll d’Ames, il s’est même payé le luxe de se placer devant Mick Romney, favori des sondages jusqu’à présent. Depuis, la cote du nouveau candidat a grimpé en flèche. Selon une étude réalisée par l’institut de sondage Rasmussen, il recueillerait 29% d’opinions favorables parmi les électeurs américains, loin devant Mick Romney (18%) et Michelle Bachmann (13%), et surtout, très loin devant Ron Paul (9%).

Le scrutin d’Ames ne suffit certes pas pour connaître le nom du futur candidat républicain qui affrontera Barack Obama en 2012. Toutefois, il donne un aperçu de ce que pourrait être le podium final de l’investiture du GOP : Romney, Perry ou Bachmann. Aux électeurs désormais de décerner les médailles et de désigner leur champion.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


    • TOHT 19 août 2011 09:45

      @Morice, même si cette article n’apporte strictement rien sur le personnage et le mouvement populaire, il nous faut rester à l’écoute de impact politique probable de ce qui se passe outre-atlantique. « La politique US interne est beaucoup trop dangereuse pour être laissé au seul soin des Etats Uniens », ou « le Tea party est leur mouvement politique mais notre problème » etc...


    • Jean-paul 19 août 2011 17:33

      @Thot
      Votez vous aux USA ?


    • morice morice 19 août 2011 12:30

       « le personnage et le mouvement populaire », 


      Marine le Pen aussi, hélas : et Hitler également était « populairé »

      vous confondez poujadisme et popularité là.
      à ce rythme là vous allez confondre Sarah Palin avec Albert Einstein

      • LaEr LaEr 19 août 2011 14:53

        Apprenons le vocabulaire avec Morice :
        le peuple aime et Morice aime = populaire
        le peuple aime et Morice n’aime pas= poujadisme

        Après cette leçon de français, passons au mathématiques :
        Si X est différent de Morice, alors X est fasciste
        Si Y trouve que X n’est pas fasciste, alors Y est nazi
        Si X et Y ne sont ni affiliés au PS, ni au Front de Gauche, NPA, ou EELV, alors X et Y sont à l’extrême droite de l’axe des ordonnées. Ce qui les rapprochent irrémédiablement du point « facho-nazi » d’abscisse « nauséabond » et d’ordonnée « les heures les plus sombres de notre histoire ».

        Demain, nous étudierons l’histoire : comment l’immonde nation fasciste US a profité de la libération du monde par l’URSS, en 1945, pour s’implanter en Europe et imposer son hégémonie libérale liberticide.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès