Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > USA : Obama, la force tranquille ? (1/2)

USA : Obama, la force tranquille ? (1/2)

Depuis le 3 juin 2008, Barack Obama a officiellement la majorité absolue du nombre des délégués démocrates nécessaire à sa désignation comme candidat à l’élection présidentielle américaine du 4 novembre 2008. Et maintenant, que va-t-il se passer ? Première partie.

La bataille fut longue (cinq mois), incertaine et douloureuse (notamment pour John Edwards), mais, depuis mars, Barack Obama avait de bonnes chances de devenir le candidat démocrate.


Candidat officiel

C’est désormais réalisé depuis le 3 juin 2008, date des deux dernières primaires, aux couleurs contrastées (échec au Dakota du Sud, victoire au Montana), mais, surtout, date à laquelle une cinquantaine de super-délégués ont enfin pris position en faveur d’Obama.

Fait historique que d’avoir un candidat métis présidentiable d’un grand parti gouvernemental aux États-Unis ? Pas plus que d’avoir eu, avec Ségolène Royal, une femme candidate présidentiable d’un grand parti gouvernemental en France. Le fait de dire "historique" signifie une singularité alors qu’Obama a répété à de nombreuses reprises que sa démarche n’était pas communautariste.

Barack Obama, dont la campagne va être entre autres axée sur le fait que John MacCain ne serait qu’un continuateur de la politique de George W. Bush (ce qui nécessitera beaucoup d’arguments) a reçu les félicitations… du même George W. Bush, courtoisie à laquelle le président américain s’était prêté également lors de la victoire de John MacCain sur ses concurrents républicains.

Condoleezza Rice a trouvé, elle, que les États-Unis étaient « un pays extraordinaire » pour avoir un candidat sérieux de couleur à l’élection présidentielle. Chez beaucoup de monde, "métis" signifie forcément "noir", mais, alors, comment décrire la famille maternelle d’Obama ?

Rice qui pourrait, elle aussi (malgré ses dénégations), s’impliquer dans la campagne présidentielle en étant candidate à la vice-présidence derrière John MacCain (sans doute le "ticket" le plus offensif que pourrait concevoir John MacCain).


Quelques statistiques sur ces éprouvantes primaires

Le décompte au 5 juin 2008 à 10 heures est le suivant :

Nombre minimal requis de délégués : 2 118.

Barack Obama : 2 181,5 dont 415 super-délégués.
Hillary Clinton : 1 921,5 dont 282 super-délégués.

Super-délégués encore indécis : 126.
Délégués de John Edwards encore indécis : 21.

(Les "demi-délégués" proviennent du fait que certains délégués, comme ceux du Michigan et de Floride, n’auront qu’une demi-voix à la Convention nationale démocrate de Denver).

En nombre de voix populaires, le décompte se fait ainsi :

Barack Obama : 17 535 458 voix (soit 48,1%).
Hillary Clinton : 17 493 836 voix (soit 48,0%).

41 622 voix ont donc séparé les deux rivaux, se traduisant, en nombre de délégués élus, par une différence de 127 sur un total de 3 434 (soit 3,7 % d’écart).

En prenant aussi en compte les caucus (dans l’Iowa, le Nevada, l’État de Washington et le Maine), qui n’ont pas fait appel aux votes populaires, et les États du Michigan (où il n’y avait même pas de bulletin de vote au nom d’Obama) et de Floride, les estimations sont très divergentes et vont d’un écart de 151 844 voix en faveur d’Obama à un écart de 286 687 voix en faveur d’Hillary Clinton (en fonction de différentes hypothèses).

Pour le détail État par État, voir ici.


Un combat électoral étonnant

Hillary Clinton doit digérer un échec bien réel et très inattendu encore en début janvier 2008 : capable de rassembler militants et financements, dans le clan qui contrôlait le Parti démocrate depuis près d’une vingtaine d’années, forte de son expérience de sénatrice depuis huit ans et, surtout, d’épouse du président Bill Clinton auprès de qui elle s’était occupé des affaires de santé, la candidate malheureuse avait toutes les clés pour gagner largement, sans inquiétude, d’autant plus que son vote impardonnable en faveur de la guerre en Irak ne lui a jamais vraiment été reproché.

Face à elle, un sénateur qui n’avait que trois ans d’expérience nationale au Sénat américain (alors que John Fitzgerald Kennedy avait exercé déjà quatorze ans au Congrès américain avant d’être élu président). Obama qui n’aurait que son charisme comme seul atout, mais qui a montré qu’il avait aussi une stabilité dans ses prises de position, une diplomatie à rude épreuve (pour éviter d’être qualifié de girouette) et une minutieuse efficacité dans le travail sur le terrain (électoral et militant) qui lui a permis de collecter beaucoup plus d’argent qu’Hillary Clinton.

Une analogie pourrait être faite avec Woodrow Wilson qui, en 1912, était aussi inconnu qu’Obama dans le paysage politique national.

Obama a finalement réussi à dépasser tranquillement les nombreux démocrates ambitieux qui voulaient assurer de la relève de Bill Clinton, à savoir John Edwards, Howard Dean ou encore John Kerry.


Analogie avec 1976

Certains journalistes américains ont comparé ces primaires démocrates aux primaires du Parti républicain en 1976.

À l’époque, le président sortant, Gerald Ford, qui n’avait encore jamais été élu car le président Richard Nixon et son vice-président Spiro Agnew élus en 1972 avaient démissionné pour cause de Watergate, était confronté à sa première campagne présidentielle qui très rude pendant des primaires où il affrontait Ronald Reagan.

Ce dernier finalement battu aux primaires avait refusé d’aider Gerald Ford pendant la campagne contre Jimmy Carter en participant activement à la campagne, et Carter gagna d’une courte manche (50,5 % contre 48,4 %), notamment dans les États fiefs de… Ronald Reagan. Gerald Ford aida par la suite Ronald Reagan à se faire élire en 1980.


Et maintenant ?

Ce précédent montre à l’évidence ce que Barack Obama doit absolument éviter : qu’Hillary Clinton, vaincue, s’enferme dans un mutisme jusqu’à la fin de la campagne contre John MacCain, dans le but d’envisager sa nouvelle candidature en 2012.

L’intérêt personnel d’Hillary Clinton pourrait tabler en effet sur un échec d’Obama en 2008 pour mieux assurer la relève dans l’élection suivante. Un peu la méthode de Jacques Chirac qui, en 1981, favorisa l’échec de Valéry Giscard d’Estaing afin de devenir le seul leader de l’opposition (la stratégie a mis quand même quatorze ans à réussir !).

Hillary Clinton n’est toutefois pas Jacques Chirac, et l’intérêt du Parti démocrate surpasse l’intérêt d’un de ses membres (contrairement aux partis de gouvernement en France).

C’est pourquoi, dès le 3 juin 2008 à Saint-Paul dans le Minnesota, Barack Obama n’a pas hésité à envoyer des fleurs à son ex-concurrente : « La sénatrice Clinton a fait l’histoire dans cette campagne. (…) Notre parti et notre pays sont meilleurs grâce à elle, et je suis un meilleur candidat pour avoir eu l’honneur de faire campagne contre Hillary Rodham Clinton », afin de conclure en appelant à la réunification des démocrates : « Commençons à travailler ensemble. (…) Unissons-nous dans un effort commun pour dessiner une nouvelle route pour l’Amérique. ».

Son mentor, David Axelrod, responsable de la stratégie, évoque aussi les grandes qualités d’Hillary Clinton : « Il est évident que c’est une personne incroyable. Nous le savions déjà ».


Que va faire Hillary Clinton ?

Hillary Clinton a refusé de reconnaître tout de suite sa défaite face à Obama. Sans doute par amour-propre, puisque, depuis quelques jours, il n’y a plus aucun doute.

Son désistement officiel et son soutien à Obama auront lieu le 7 juin 2008 à Washington où elle va remercier tous ses partisans.

Elle a surtout déclaré qu’elle va prendre un peu de temps et de recul : « La campagne a été longue, et je ne prendrai aucune décision ce soir ».

Cela ne l’a pas empêchée de se livrer à quelques jeux d’hypothèses et, en particulier, celle d’être sur le "ticket" d’Obama comme candidate à la vice-présidence. Bill Clinton, son époux ex-président, le lui aurait d’ailleurs susurré depuis quelques semaines.

En meeting à New York, le 3 juin 2008, Hillary Clinton a donc confirmé qu’elle était d’accord pour épauler Barack Obama si cela était nécessaire pour gagner en novembre : « Je suis déterminée à unir notre parti pour que nous puissions avancer plus fermement et je suis plus prête que jamais à décrocher la Maison-Blanche en novembre ».

Pour l’instant, Obama ne lui a fait aucune offre, mais ce serait sans doute la solution la plus efficace pour raccommoder un parti en proie aux profondes divisions entre supporters d’Obama et supporters de Clinton. Au risque de casser son message du changement en incluant dans son équipe la représentante d’un gouvernement vieux de… quinze ans (1993).

Les plus suspicieux pourraient aussi remarquer que devenir la vice-présidente d’un candidat dont on a envisagé à deux reprises (en mars 2008 et le 23 mai 2008) son éventuel assassinat pourrait être un moyen de revenir à la Maison-Blanche dans d’autres conditions qu’électoralement.


Seconde partie sur le choix du candidat à la vice-présidence et les premiers discours.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (5 juin 2008)


Pour aller plus loin :

Pourquoi Obama ?

Annonce de la victoire d’Obama aux primaires (3 juin 2008).

 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Olga Olga 5 juin 2008 11:36

    Sylvain

    Comme à l’accoutumée, vous nous brosser un tableau précis et fort intéressant (avec des rappels historiques très instructifs), de la course à la présidence américaine.

    Pour ma part, j’espère que le ticket Obama/Clinton restera au stade de l’hypothèse...Avec ce que vous précisez, ci-dessous, on pourrait s’attendre au pire, avec Hillary comme vice-présidente (dans la lignée des Johnson et des Cheney, très peu fréquentables à mon goût...). 

    "Les plus suspicieux pourraient aussi remarquer que devenir la Vice-Présidente d’un candidat dont on a envisagé à deux reprises (en mars 2008 et le 23 mai 2008) son éventuel assassinat pourrait être un moyen de revenir à la Maison Blanche dans d’autres conditions qu’électoralement."


    • Olga Olga 5 juin 2008 11:57

      Pardon pour la grosse faute à "brosser" ... Les brosses et les peignes sont des instruments que j’utilise très peu.


      • wangpi wangpi 5 juin 2008 13:06

        article et liens très intéressants, il est en effet curieux, pour le moins, qu’il ait été refusé par agoravox.

        il aurait été plus sage de censurer les commentaires antisémites qu’il aurait peut-être suscité.

         

         


      • Cug Cug 5 juin 2008 12:00

         Je trouve qu’Obama semble un peu trop l’homme providentiel pour les USA.


        • fonzibrain fonzibrain 5 juin 2008 12:21

          tout le monde bande parce que un noir PEUT etre président

          ne revez pas trop les enfants

          la wasp attitude est toujours de mise

          le reste c’est du grand spectacle

          n’oubliez pas qui a crée l’entertainment


          • Ludewic Mac Kwin De Davy 5 juin 2008 12:49

            loooooooooooooool

            Qui donc pour épauler Obama dans cette course à la Maison Blanche (bientôt métisse ?), car manifestement le dream ticket peut devenir le Hell Ticket ?


            • Dalziel 5 juin 2008 13:13

              Hillary Clinton a refusé de reconnaître tout de suite sa défaite face à Obama. Sans doute par amour-propre,

              Mais non ! C’est parce qu’elle sait pertinemment qu’Obama, donc le PD, va au massacre puisque, selon diverses études, environ 40 % de ses électeurs ne se reporteront en aucun cas sur un non-Blanc !

              Avec les divers mouvements de voix qu’on peut prévoir, McCain devrait donc l’emporter - pour une participation de 125 millions d’électeurs, et sous réserve d’une analyse plus fine du vote hispanique -, par 75 millions de voix, contre 50...


              • bof 5 juin 2008 13:28

                @l’auteur

                "Hillary Clinton n’est toutefois pas Jacques Chirac, et l’intérêt du Parti démocrate surpasse l’intérêt d’un de ses membres (contrairement aux partis de gouvernement en France)."

                Vous êtes sérieux, là ?

                Faut m’expliquer comment Hillary Clinton a préservé l’intérêt du parti démocrate en maintenant sa candidature jusqu’au tout dernier moment. Résultat, la guerre fratricide dans le PD pendant que McCain assure tranquillement sa campagne présidentielle.

                Mais ce qui m’amuse le plus, c’est ça : "Condoleezza Rice a trouvé, elle, que les États-Unis étaient « un pays extraordinaire » pour avoir un candidat sérieux de couleur à l’élection présidentielle"

                On peut toujours compter sur les américains pour affirmer qu’ils sont les meilleurs... Chez nous, on appelle ça la méthode Coué


                • Dalziel 5 juin 2008 16:43

                  Faut m’expliquer comment Hillary Clinton a préservé l’intérêt du parti démocrate en maintenant sa candidature jusqu’au tout dernier moment.

                  C’est parce qu’elle sait pertinemment qu’Obama, donc le PD, va au massacre puisque, selon diverses études, environ 40 % de ses électeurs ne se reporteront en aucun cas sur un non-Blanc !

                  Avec les divers mouvements de voix qu’on peut prévoir, McCain devrait donc l’emporter - pour une participation de 125 millions d’électeurs, et sous réserve d’une analyse plus fine du vote hispanique -, par 75 millions de voix, contre 50...


                • fonzibrain fonzibrain 5 juin 2008 14:33

                  par wangpi
                  (IP:xxx.x6.171.193) le 5 juin 2008 à 13H06

                   
                  article et liens très intéressants, il est en effet curieux, pour le moins, qu’il ait été refusé par agoravox.

                  il aurait été plus sage de censurer les commentaires antisémites qu’il aurait peut-être suscité.

                   

                   

                  entierement d’accord

                  comme tu peus le voir l’article est très neutre,pourtant....

                  mais dis moi ,toi en tant que rédacteurs,tu as du le voir,pourquoi a t_il était censuré ?

                  jamais je n’aurai imaginer qu’il soit refusé

                  que faut il en déduiire ?


                  • saint_sebastien saint_sebastien 5 juin 2008 15:07

                    c’est simple, obama n’a aucune chance de l’emporter.

                    ceux qui clament le contraire ne connaissent pas l’amérique profonde, et qui vote en masse.

                    on connait donc déja le gagnant de ses élections, mc cain.

                    je n’aime pas clinton, mais elle a beaucoup plus de chance d’être élue, parce qu’elle est blanche tout simplement.

                    j’ai passé 4 ans aux usa(texas,nevada+floride), qui est un pays encore très raciste...

                     


                    • georges94 5 juin 2008 16:19

                      Tout ceci est fort intéressant, mais il y a un détail qui me semble passer inaperçu : la façon dont on a voté pour ces primaires démocrates. En effet le nombre de délégués attribué après chaque primaire l’a été de façon proportionelle (contrairement aux républicains). Or, lors de l’élection, le candidat qui remporte un état rafle tous les grands électeurs de l’état. Je me demande donc quel aurait été le résultat des primaires si il avait ét fait comme lors de la véritable élection et si ce n’est pas là le biais qui risque de causer une fort mauvaise surprise aux démocrates.


                      • fred 5 juin 2008 16:32

                        Quel bon scénario pour la paire Bush/Mac Cain... Il est évident qu’ils n’ont pas truqué 2 élections et fomenté un attentat eux-mêmes pour s’arrêter là... Surtout puisqu’ils ont en plus Sarko, Berlu et pas mal d’autres joyeux clowns.

                        Ca me rappelle une certaine élection en France jadis avec une candidate pas si brillante que ça opposée à un menteur. je passais pour un dépressif à force d’annoncer que Sarko serait une cata. Tout le monde -même en Belgique- était enthousiaste à l’idée de voir ce comique même pas drôle au pouvoir.

                        La débandade ou quoi !!!! Je m’en bidonne encore. Que j’aimerais pouvoir répéter les joyeuses phrases débiles entendues alors. Mais ma mémoire -sélective aux représailles- me fait défaut.

                        Si les électeurs de Clinton ne se rallient pas à Obama (ce que je n’ai aucun mal à croire), Mac Cain n’a plus rien à faire. Et même s’il ne pourra jamais atteindre le niveau d’un Bush, il restera à la tête d’un pays de m... qu’il continuera à couler. Enfin, qui sait ?

                        A propos, les primaires, c’est via vote électronique aussi ?

                        Je propose qu’on érige un monument à la démocratie opur aller déposer des fleurs dessus.


                        • Cug Cug 5 juin 2008 17:06

                           Je pense qu’Obama est l’option de secours de l’oligarchie US au cas ou l’économie s’effondre. C’est trop beau pour croire que ce type tombe comme un cheveux sur la soupe .... Si le système bancaire US s’effondre et que la recession arrive le chomage explosera et il vaut mieux un métis démocrate pour tenir le pays dans ce cas (il sera plus crédible) et comme l’administration sera au prise avec l’intérieur pareil pour l’extérieur il faudra que l’uS army cède du terrain et cela passera mieux avec un métis au nom oriental.

                           Par contre si l’économie US se maintient, pas besoin d’un métis au nom oriental pour faire "cool", l’occupation de l’Irak sera maintenu et l’Iran ... Mc cain pourra poursuivre la politique des néocons.

                           "Les cours de la bourse" soit l’oligarchie financière qui choisira le président qui servira au mieux ses intérêts.


                          • Forest Ent Forest Ent 5 juin 2008 18:56

                            Je viens de lire que Murdoch soutenait Obama. C’est comme si Bouygues avait soutenu Royal.

                            J’ai une "sneaking suspicion" qui consiste à penser que l’establishment style Murdoch a besoin d’un "agneau" style Obama à sacrifier pour porter les conséquences de ses échecs patents.


                            • Cug Cug 5 juin 2008 19:06

                              Le système électotal US est une mascarade et n’a que très peu de chose à voir avec la démocratie.


                              • ZEN ZEN 5 juin 2008 19:13

                                Obama m’inquiète...

                                contreinfo.info/article.php3


                                • ZEN ZEN 5 juin 2008 19:18

                                  @ Cug

                                  "mascarade", sans doute...

                                  Je n’ai pas une sympathie extrême pour l’auteur de l’article auquel je renvoie , mais difficile de le contredire :

                                  www.alterinfo.net/Maison-Blanche-2008-un-show-anti-democratique-Entretien-avec-Thierry-Meyssan-sur-le-processus-electoral-aux-etats-unis-_a20088.html


                                • Cug Cug 5 juin 2008 19:49

                                   Joli


                                • Olga Olga 5 juin 2008 20:05

                                  On ne prend pas les mêmes, et on recommence...

                                  Same shit, different asshole !


                                • Cug Cug 5 juin 2008 19:40

                                  Dit différement .

                                  Obama est une marionette.


                                  • fourreau 6 juin 2008 01:14

                                    Juste un petit mot pour ceux qui manquent de perspicacité : Vous devez réaliser ce que cela signifie de battre les Clinton ! aux usa ! sur leurs terrains ! Après cela, vous pourriez faire des pronostics sensés.


                                    • bernard29 candidat 007 6 juin 2008 08:38

                                      Obama ouvre un nouveau chapitre de l’histoire des USA et du Monde.

                                      Quant à la France, si Obama est élu, ce que je souhaite , cela nous vaudra des discours de plus en plus alambiqués pour "l’antiaméricanisme caricatural". Ce qui sera aussi trés réjouissant, et qui est une raison de plus pour souhaiter la victoire d’OBAMA.

                                      Go OBAMA.


                                      • ZEN ZEN 6 juin 2008 09:39

                                        Obama m’’inquiète déjà....Sortira-t-il des vieilles ornières ? Je commence à en douter sérieusement...au vu de son discours récent à l’AIPAC, qu’il faut lire entièrement...

                                         

                                         

                                        Faut-il voir dans ce discours un exercice imposé,une allégeance convenue, purement préélectorale à un groupe de lobbies (qui ne font pas d’ailleurs l’unanimité des communautés juives aux USA), qui représente un groupe de pression électoral jusqu’ici incontournable ? ...ou s’agit-il de choix depuis longtemps assumés au sujet des grandes orientations de la politique US au Moyen-Orient , auquel cas , cela n’augurerait rien de bon quant aux changements attendus dans cette partie du monde, dont dépend la paix du monde ?...
                                        Wait and see ?...

                                        Barack Obama délivre à l’AIPAC son programme pour le Moyen Orient :

                                        "Point de passage obligé pour chaque candidat à la présidentielle, le discours devant l’AIPAC, la principale organisation pro-israélienne aux USA, est l’occasion pour tous les candidats de réaffirmer rituellement l’indéfectible lien unissant les deux pays. Barack Obama ne fait pas exception, et rappelle son attachement à la « sacro-sainte » cause de la sécurité d’Israël, sans jamais mentionner une seule fois la ligne verte de 1967, et en déclarant que Jérusalem sera sa capitable « indivisible ». Mais sur l’Iran, le candidat Démocrate marque sa différence en affirmant haut et fort qu’il veut entreprendre des négociations sans préalable avec Téhéran. Son intervention se conclut sur un vibrant rappel des luttes menées en commun par les Juifs et les Noirs Américains, alors unis dans le combat pour les droits civiques, qui n’est pas sans évoquer la prosodie inspirée d’un Luther King...."

                                        OBAMA : déception annoncée ?..


                                        • bernard29 candidat 007 6 juin 2008 10:53

                                          OBAMA ; déception annoncée ??? 

                                           Je ne vois pas une personne élue dans n’importe quel pays, pour qui on ne pourrait pas dire celà. On est toujours déçu par quaelque chose. Même LULA a déçu beaucoup de ses partisans. 

                                          Mais la question est ; est-ce que ça apporte quelque chose de positif si OBAMA est élu ? 

                                          oubien , vous préférez peut être Mac Cain ? oubien vous êtes déçus de la non qualification de Clinton ? 

                                           

                                           

                                           

                                           


                                          • ZEN ZEN 6 juin 2008 11:25

                                            @007

                                            Si j’étais américain, je jouerais sans hésiter la carte Obama....faute de mieux

                                            Il peut peut être nous surprendre, mais pour l’instant je me fie à ses positionnements récents , qui vont décevoir pas mal l’obamamanie de certains , qui n’ont pas réfléchi sur le système électoral us , sur ses appuis déclarés ou non ,et qui attendent un Messie à la Kennedy (dont le bilan ,d’ailleurs, mérite qu’on le démystifie)


                                          • fonzibrain fonzibrain 6 juin 2008 23:08

                                            les républicain du fameux complexe ont saisi la leçon

                                            par deux fois,ils ont du truquer les élection à l’aide de leurs machine virtuelles

                                            cette fois,ils ont fait mieux,ils sont mis un noir en face

                                            comment tous ces vieux wasp bien malsain doivent bien rigoler en ce moment

                                            et en plus,ils ont humilié le clan clinton,

                                            double rigolade


                                            • patroc 8 juin 2008 19:56

                                               Si Obama arrive en vie en Septembre, ce ne sera que pour perdre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès