Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Venezuela : hypocrisies électorales

Venezuela : hypocrisies électorales

La revue anglaise Index on Censorship dédiée à exposer la censure où que ce soit dans le monde continue sa surveillance sur les méthodes de censure au Venezuela. Ce nouvel article au sujet de la campagne électorale pour le scrutin référendaire du 2 décembre au Venezuela a été commandé à l’auteur qui le traduit et l’adapte légèrement pour Agoravox (comme pour un article précèdent).

Le 2 décembre, le Venezuela a tenu un référendum pour modifier 69 articles de sa constitution. L’objectif était de donner au président Chavez les moyens de rester en fonction aussi longtemps qu’il puisse se le permettre. Mais l’étroite victoire du Non a donné à l’administration Chavez une date d’expiration : 2013. Le processus de réforme a été dominé par le secret et la désinformation. Tout a commencé au début de 2007, avec la nomination d’une commission spéciale sous serment de garder le secret dans ses débats.

Le 15 août, le président lui-même lut les 33 premiers articles ciblés. Le débat public a été court. La campagne électorale ne fit que confondre davantage. Lorsque les premiers sondages montrèrent une certaine appréhension au sujet de la "réforma", le chavisme [
partis pro-Chavez ] décida de faire du vote un plébiscite sur Chavez, avec toutes les conséquences sous-entendues dans un pays où l’Etat a mis en place un écrasant système médiatique à son service.

Depuis la fermeture de RCTV en mai dernier, il n’y a pas de réseau de télévision à fréquence libre couvrant l’ensemble du pays qui transmette les préoccupations de l’opposition : Venevision et Televen se sont volontairement mis en sourdine sur de nombreuses questions politiques d’importance. Les seuls réseaux critiques sont RCTV trouvé uniquement sur le câble (auquel moins de 30 % des Vénézuéliens ont accès) et Globovision dont le signal ouvert couvre uniquement Caracas et Valencia.



Entre-temps, le gouvernement dispose de Vive et de VTV à fréquence libre d’accès pour une couverture nationale. Il contrôle également le seul réseau radio qui couvre tout le pays, RNV. Il y a aussi l’appoint de ANTV, Telesur et de nombreuses stations de radio et de télévision locales (YVKE). TVes, construit à partir de la saisie des fréquences de RCTV, n’a pas offert le service public promis gratuit et sans politique partisane. Tous sont positifs au sujet de la propagande gouvernementale.

Cette fois-ci, exempt d’observateurs électoraux internationaux, le gouvernement s’est résolument engagé dans une propagande 24 heures sur 24. Une étude menée par l’UCAB et l’université de Goteborg a découvert que lors de leur suivi de trois semaines de campagne à VTV le camp du Non n’a reçu pratiquement aucune couverture. Cependant Globovision, ouvertement en campagne pour le Non, consacra environ 25 % de son temps d’antenne à des sujets liés à l’option du Oui. Un moment démonstratif vint lors d’un rallye contre la réforme organisé sur l’avenue Bolivar par le mouvement étudiant contestataire. Ce fut un grand succès qui atteignit la première page du New York Times. Mais, en regardant VTV on ne l’aurait jamais su. Le lendemain Globovision montrait la plupart du discours de Chavez sur l’avenue Bolivar pendant le rallye pour le Oui.

Le conseil électoral vénézuélien, CNE, a été actif dans la campagne de censure de la publicité, le plus souvent celle d’opposition. La plus pernicieuse censure a été l’interdiction des sondages d’opinion, une semaine avant le vote, dans les médias et journaux. Ce qui, évidemment, n’a pas empêché leur circulation. Mais le pire des cas a été le vendredi 30 lorsque Chavez, lors de son dernier rallye de campagne, a mentionné des sondages sans recevoir de sanctions du CNE, alors que ceci forçait Globovision à interrompre sa couverture de peur que le CNE sanctionne Globovision ! Les doubles normes du CNE sur la censure créent des précédents dangereux pour les futures élections.

Le plus scandaleux mélange de censure et de mensonges éhontés vint le jour des élections. Quoique la publication de tout sondage à la sortie des bureaux soit strictement interdite, l’agence Reuters a reçu les résultats de trois enquêteurs pro-Chavez à travers des responsables gouvernementaux, et dans une course folle pour le scoop a annoncé que le Oui avait gagné jusqu’à 6 % d’avance. Le billet de Reuters, rapidement repris par de nombreux journaux, créa une crise au Venezuela, alors que le CNE vainement retardait l’annonce des résultats jusqu’à huit heures après la fermeture des bureaux, une incroyable situation pour un système de vote automatisé. A la fin Reuters a été placée dans la situation pénible de reconnaître avoir commis une erreur.

Enfin, les secrètes « négociations » pendant la nuit de l’élection alors que le gouvernement a apparemment réfléchi au bien-fondé de reconnaître les résultats ont été révélées. Cela, à son tour, suscita un grand scandale pendant la semaine lorsqu’un visiblement forcené Chavez essayait de contrer, sans succès, à travers une conférence de presse où le camp du Non fut comparé à des excréments. Il est extrêmement inquiétant de voir les commandants des armées et le président de la République attaquer des journalistes tels que Hernán Lugo Galicia, du journal El Nacional, pour faire leur travail de rapport, tout en refusant d’expliquer les inexcusables retards dans la publication des résultats, et encore moins de reconnaître les extraordinaires abus commis par le gouvernement durant la campagne électorale.

Même si la victoire du Non momentanément limite de pires restrictions aux libertés d’expression et d’information, celles-ci demeurent une préoccupation au Venezuela. Pendant la campagne Globovision a été sévèrement attaqué et accusé d’incitation à la violence, sans aucune preuve. Les conséquences se sont fait sentir la semaine dernière quand un autre travailleur de Globovision a été roué de coups par le corps de police de Caracas. Comme cela a été le cas pour d’autres réseaux, les attaques contre Globovision ont pour but de créer un climat d’autocensure de l’intérieur de ce réseau, tout comme il se passe maintenant à Venevision, Televen, et dans bien des télévisions et radios régionales et certains journaux. Il s’agit d’une forme de censure subtile, mais très efficace et qui aura un effet délétère sur le discours démocratique. Et bien sûr cette forme de censure n’exclut pas une action plus directe.

Le Venezuela a besoin d’être suivi de près, maintenant que l’administration Chavez, inhabituellement à la défensive, pourrait être tentée de renforcer ses tendances à la censure. C’est un hommage à la vocation démocratique du peuple vénézuélien d’avoir su résister à la propagande du Oui en dépit de tous les avantages médiatiques et les pressions gouvernementaux.


Les réactions les plus appréciées

  • etonne (---.---.---.68) 17 décembre 2007 12:46

    comme vous êtes convaincu que le ciel est rouge, alors que tout le monde le voit bleu (quand il n’y a pas de nuages !)restez avec vos convictions. Tant pis pour vous

    question :

    dans quel pays, la loi du 3 avril 1955, modifiée par celle du 7 août 1955 et par l’ordonnance du 15 avril 1960 prévoit, notamment, en son article 11 d’ « habiliter les mêmes autorités [gouvernement] à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales » ?

    réponse la France

    Il en est de même pour la limitation des mandats qui n’existe pas en France

  • Zalka (---.---.---.7) 17 décembre 2007 13:29
    Zalka

    « il n’y a pas de réseau de télévision à fréquence libre couvrant l’ensemble du pays qui transmette les préoccupations de l’opposition »

    Mensonge éhonté, l’opposition a tout ce qu’il faut pour s’exprimer. Pour RCTV, et bien il fallait réfléchir avant d’appeller au meurtre du président légitime (oui oui, légitime : c’est comme cela qu’on dit lorsqu’une personne gagne des élections libres).

    Je ne cherche pas spécialement à défendre Chavez, mais il faut arrêter la parano. Populiste, oui, dictateur, non.

  • Michel Maugis (---.---.---.244) 17 décembre 2007 14:56
    Michel Maugis

    @ TOUS

    L’ordure Duquenal continue de débiter ses calomnies. Il se prend pour une autorité morale avec cet énoncé ordurier :

    « L’objectif était de donner au président Chavez les moyens de rester en fonction aussi longtemps qu’il puisse se le permettre. »

    L’objectif était de donner encore plus de pouvoir au peuple et pour ce de permettre à Chavez de rester en fonction aussi longtemps que LE PEUPLE le souhaite. Michel Maugis

  • candidat 007 (---.---.---.215) 17 décembre 2007 17:27
    bernard29

    Chavez est un militaire, hâbleur, fier et gonflé de lui-même, populiste etc... Il y a tout à craindre d’une réaction négative de la part d’un militaire qui a vu son autorité contestée. Espérons qu’il sera le vrai démocrate et le vrai défenseur des pauvres qu’il se prétend être !!. En tout cas, ce référendum et son résultat prouvent la maturité démocratique du pays.

    Personnellement j’ai une quasi impossibilité à faire confiance aux militaires pour diriger un pays.


Réagissez à l'article

86 réactions à cet article

  • Kabyle d’Espagne (---.---.---.46) 17 décembre 2007 12:08
    del Toro

    Vivant en Espagne, je ne peux trouver qu’un vif intérêt à votre article.

    C’est drôle comme l’Algérie et le Venezuela tentent de monter leurs peuples comme un seul homme (et surtout derrière un seul homme/parti) contre les anciennes « puissances coloniales ».

    Bémol tiers-mondiste : jamais en Algérie nous aurions eu un tel score pour un référendum. De quoi envier le scrutin vénézuélien ...

    • Napakatbra (---.---.---.15) 17 décembre 2007 16:55
      Napakatbra

      Je pensais que le Venezuela possédait deux chaines d’opposition. C’est bien le cas mais l’article résume cette situation en une phrase : « Venevision et Televen se sont volontairement mis en sourdine sur de nombreuses questions politiques d’importance ». Le reste, c’est du parti pris et des manipulations politiques de bas étage, comme on peut en voir régulièrement aux US, en Italie...

      Ca m’étonne car justement, en faisant le tour des éditos de ces deux chaînes en 2002, la seule comparaison, plus proche de nous, que j’avais pu trouver était « fox news ». Autant, la chaîne de propagande par excellence. Elles se seraient mises en sourdine. Peut-être.

      Mise en sourdine... un peu comme dans la campagne présidentielle française où aucune chaîne n’a parlé de la prise illégale d’intérêt de Sarkozy ? Ou bien en ce moment où personne ne relaie l’avancée de la commission parlementaire sur la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien, qui montre que Sarkozy a menti ? Ou encore, quand aucun JT ne parle de la remise en cause totale du droit du travail en France ? Ou que les médias français au moment du référendum européen, et d’ailleurs aussi en ce moment sur le traité européen ? etc...

      Bon, en tous cas, y a du boulot, mais pas que chez les autres !

      http://lesmots.freelatitude.net

    • marc (---.---.---.18) 17 décembre 2007 23:55

      Kabyle

      J’apprends avec intérêt que le Venezuela a été colonisé par les USA !!

    • Kabyle d’Espagne (---.---.---.46) 18 décembre 2007 03:12
      del Toro

      Heu ... je parlais de l’image que cultivait certains gouvernements latino-américains au sujet de l’Espagne.

      Fallait pas sécher tes cours d’histoire-géo mon Marco smiley

  • Dégueuloir (---.---.---.248) 17 décembre 2007 12:13
    Dégueuloir

    comme d’hab !! le sieur duquenal continu sa propagande ordurière à la botte de la CIA pour déverser des torrents de mensonges sur Chavez,les mouches à merde ne se fatiguent jamais......lui,au moins il organise des réferendums sur la constitution,à contrario de notre petit bonhomme qui passe en force à Lisbonne.....duquenal vient gerber sur une leçon de démocratie,si Chavez était un dictateur,déjà il n’aurait pas fait de référendum ou au pire en aurait fraudé le scrutin.....hors ce n’est pas le cas et tous les observateurs sont là pour en témoigner,il faudra avoir plus d’imagination ,mrs duquenal,la prochaine fois,racontez-nous donc comment Chavez mange les petits enfants .......

    • patdonmail (---.---.---.46) 26 décembre 2007 16:04

      Il est curieux de constater chez certains partisans inconditionnels de Chavez cette la tendance que leur guide à utiliser des comparaisons scatologiques... Il est dommage aussi de constater qu’il y aura toujours des supporters pour les dictateurs, il ne manque plus maintenant que le language habituel pour discréditer ceux qui essayent d’ouvrir les yeux du monde sur les vrais intentions de ce caudillo en herbe, « vipère lubrique, fasciste, suppot de l’impérialisme,... ». Comme au bon vieux temps du père des peuples ou du grand timonier.

  • Kabyle d’Espagne (---.---.---.46) 17 décembre 2007 12:42
    del Toro

    Ne force pas trop sur le Diplo, Dég, parfois c’est mauvais pour la mémoire smiley

  • etonne (---.---.---.68) 17 décembre 2007 12:46

    comme vous êtes convaincu que le ciel est rouge, alors que tout le monde le voit bleu (quand il n’y a pas de nuages !)restez avec vos convictions. Tant pis pour vous

    question :

    dans quel pays, la loi du 3 avril 1955, modifiée par celle du 7 août 1955 et par l’ordonnance du 15 avril 1960 prévoit, notamment, en son article 11 d’ « habiliter les mêmes autorités [gouvernement] à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales » ?

    réponse la France

    Il en est de même pour la limitation des mandats qui n’existe pas en France

  • Zalka (---.---.---.7) 17 décembre 2007 13:29
    Zalka

    « il n’y a pas de réseau de télévision à fréquence libre couvrant l’ensemble du pays qui transmette les préoccupations de l’opposition »

    Mensonge éhonté, l’opposition a tout ce qu’il faut pour s’exprimer. Pour RCTV, et bien il fallait réfléchir avant d’appeller au meurtre du président légitime (oui oui, légitime : c’est comme cela qu’on dit lorsqu’une personne gagne des élections libres).

    Je ne cherche pas spécialement à défendre Chavez, mais il faut arrêter la parano. Populiste, oui, dictateur, non.

    • Daniel Duquenal (---.---.---.125) 17 décembre 2007 19:06
      Daniel Duquenal

      Zalka

      Expliquez pourquoi ceci est un mensonge. Ne cherchez pas les excuses de coup d’état et autres tactiques d’évasion. Mon article, vérifié par les éditeurs d’une revue reconnue, de centre gauche, avec plein d’écrivains reconnus y participant, contient en plus suffisamment de liens divers pour que le lecteur puisse vérifier de lui même. Cet article parle de la situation PENDANT la campagne électorale, non pas de 2002 ou 2004 ou même 2006. Mettez vous à jour avant d’accuser les gens de menteurs.

    • Alin Tranca (---.---.---.208) 18 décembre 2007 23:29

      Monsieur Duquenal,

      Je ne vais pas entrer dans une polémique sur Chavez avec vous. Je suis pro-chaviste et vous êtes contre ; vous avez tout à fait le droit et je ne tenterai pas de vous faire changer d’avis, c’est ce qui fait la richesse de ce monde, la diversité.

      Toutefois, je trouve regrettable de constater que votre anti-chavisme est étalé dans ce que vous aimez appeler un « article », sans argumentation. Pire encore, quand vous essayez d’argumenter, en participant aux commentaires, vous vous enfoncez davantage et votre style est plus que pénible. Au lieu de chercher la force de vos arguments en vous-même et parler avec conviction, vous avez besoin de vous appuyer sur l’autorité des autres pour montrer que vous avez - ô combien ! - raison. Vous dites : « Mon article, vérifié par les éditeurs d’une revue reconnue, de centre gauche, avec plein d’écrivains reconnus y participant ». Avez-vous besoin, à tel point, d’indiquer dans la même phrase que la revue est reconnue, qu’elle est de centre-gauche (c’est pour vous racheter une conscience, pour dire que la gauche vous écoute ?) et que pleeeeein d’écrivains reconnuuuuuus y participent ? Allons, Monsieur Duquenal, soyez raisonnable, pourquoi ce besoin de tant de justifications ?

      Maintenant, puisque nous avons abordé la forme, passons au contenu. Et je vais vous donner moi des réponses à la question que vous adressez à M. ou Mme Zalka : « Expliquez pourquoi ceci est un mensonge ». Car quand vous dites que « il n’y a pas de réseau de télévision à fréquence libre couvrant l’ensemble du pays qui transmette les préoccupations de l’opposition », c’est un mensonge. C’est un mensonge non pas pour des raisons techniques, car en effet, les autres chaines de télé n’ont pas de couverture hertzienne nationale. Le mensonge réside dans le fait d’associer la non couverture hertzienne nationale par une seule chaine à elle toute seule à la censure. Pour être plus clair, vous dites que ces chaines ont du mal à transmettre l’information et que le peuple a du mal à accéder à cette information car elles ne peuvent pas émettre partout mais seulement dans des périmètres limités". Mais ce que vous oubliez de dire, M. Duquenal c’est que ces chaines sont très très nombreuses et qu’elles couvrent le territoire entier. Les médias vénézuéliens appartiennent à 80% au privé et la plupart ne sont pas tendres avec Chavez et le gouvernement en place. Donc, même si ces chaines ne couvrent pas le territoire national comme le faisait RCTV, vu que pour la plupart appartiennent aux mêmes groupes de presse, ils ont la même ligne éditoriale, anti-chavez et couvrent ainsi tout le territoire. Arrêtez donc de nous parler de censure et de main mise de Chavez sur la presse vénézuélienne. L’opposition a très bien pu faire campagne pour le « non » à travers la presse privée et les résultats en sont là.

      Maintenant, je vais revenir encore sur quelques sujets de vos articles ou que vous abordez en discutant avec certaines personnes par le biais de ces messages.

      Vous pleurez sur le sort de la RCTV qui s’est vue supprimer la licence pour la fréquence hertzienne. C’est votre droit de préférer une chaine privée. D’autres préfèrent une chaine publique. Mais quoi qu’il en soit, dites-nous une chose : le spectre hertzien appartient à qui ? A l’Etat ? Ou à une société privée ? Si on concède une licence pour une période de 20 ans, vous comprenez que c’est à vie ? Quand ils ont signé la première fois, ils se sont lancés dans un projet de 20 ans. Puis, encore 20 ans. Mais ils savaient très bien qu’un jour ça peut aussi s’arrêter, car ce n’est pas un don, un cadeau, un droit. Maintenant c’est une chaine publique qui a la fréquence, dans 20 ans ce sera peut-être une chaine privée. Arrêtez de penser que le paysage audio-visuel est figé, il peut changer et les preuves sont nombreuses. Que dites vous de la chaine belge RTL-TVI qui depuis 15 ans essaie d’obtenir une licence pour une fréquence hertzienne et qu’on ne la lui accorde pas ? Pourtant, c’est la première chaine de télé francophone en Belgique. Je sais, vous n’êtes pas belge, ça ne vous intéresse pas. Mais si vous défendez tellement la presse, venez manifester alors devant le palais du roi à Bruxelles...

      Vous dites aussi : « Avec la fermeture de RCTV, peut-être 70 % de Vénézuéliens n’ont pour information rien d’autre qu’un déluge de propagande gouvernementale. » Sans blague ? D’abord, pensez vous que l’information se transmet uniquement par la télévision ? Pensez-vous que la radio et la presse écrite n’est utilisée que par 30 % de la population ? Et en supposant que vous pouvez penser une telle aberration, laissez-moi vous poser une question : RCTV représentait tant que ça au niveau du paysage audio-visuel, même si elle couvrait tout le pays ? Que faites vous des autres chaines de télé privée ? Elles sont toutes, par dizaines, à la botte du gouvernement ? Allons, M. Duquenal, regardez un peu plus la télé, svp, vous verrez le contraire. Car des chaines privées il y en a, ces dernières années. Permettez moi de vous citez un extrait d’un article écrit par Salim Lamrani : « Pour la bande VHF, en 2000, il y avait 19 chaînes de télévision privées et 1 publique. En 2006, le chiffre est passé à 20 chaînes privées contre une seule chaîne publique. Depuis le 28 mai 2007, il y a 19 chaînes privées et deux chaînes publiques, Venezolana de Televisión et TVes qui remplace RCTV sur les ondes hertziennes. Pour la bande UHF, en 2000, il y avait 28 chaînes privées et deux chaînes publiques. En 2006, il y avait 44 chaînes privées et 6 publiques. Au niveau des radios, pour les ondes AM, en 2000 et 2006, il y avait 36 radios publiques contre 143 radios privées. Pour les ondes FM, il y avait 3 radios publiques contre 365 radios privées en 2000. En 2006, le chiffre est passé à 440 radios privées et 10 radios publiques ».

      Vous êtes aussi scandalisé par le fait que le non renouvellement de la licence « a permis à l’Etat d’employer toutes les stations de relais de RCTV sans compensation. De cette façon, non seulement RCTV a perdu ses longueurs d’onde, elle a également été dessaisie de tout son équipement de transmission. » . Alors là, vous y allez fort dans la désinformation ! Céder son matériel d’émission (transmetteurs, relais, etc.) faisait partie du contrat que la RCTV avait signé 20 ans auparavant avec les autorités de l’époque, qui étaient loin d’être chavistes. Ceci est tout à fait normal, c’était une clause qui permettait à la nouvelle chaine qui aurait repris la fréquence d’émettre sans qu’il y ait une interruption. Ne mettez quand même pas tout sur le dos de Chavez tout de même. Si vous n’êtes pas d’accord avec ce genre de clause, prenez-vous en au gouvernement de droite de l’époque !

      Jusqu’où êtes-vous prêt d’aller pour nous faire croire que les médias d’opposition ont disparu au Venezuela ? Ou qu’elles sont réduites au silence ?

      Voila ce qu’il en est de la liberté d’expression au Veneuela, M. Duquenal. Si vous désirez répondre à mon message, je recevrai votre réponse avec plaisir. Puis-je espérer à un minimum d’argumentation ?

    • Daniel Duquenal (---.---.---.125) 19 décembre 2007 14:33
      Daniel Duquenal

      Alin Tranca

      Non, je ne vais pas répondre a tout car pour commencer vous mélangez les billets.

      Je répète ce que j’ai dit je ne sais plus dans quel commentaire : cet article traduit a été écrit avec las situation venezuelienne telle quelle était au moment de la campagne électorale pour le référendum du 2 décembre. La plupart de vos « contre arguments » se rapportent à des évènements de mai juin que j’ai adressé longuement dans mes articles précédents et auxquels j’ai répondu a ce moment. Je n’aime pas me répéter, surtout lorsque votre message est un peu hors sujet.

      Quand a mon manque d’argumentation : je compte dans cet article une douzaine de liens. Quelques uns sont en rapport entre eux peut être. Donc disons qu’il y a au moins 7-8 liens indépendants qui étayent mon dossier. Vous ne vous adressez a aucun de ces liens. Savez vous ouvrir des liens HTLM ? On pourrait se le demander. En d’autre mots mon article et suffisamment documenté et vous me faites un faux procès. Démontrez donc que vous avez effectivement bien lus ces liens et apportez moi des raisons pour vous répondre sur le sujet d’aujourd’hui.

      Pour établir ma bonne foi je vais quand même établir que vous êtes très mal informé sur la réalité des médias du Venezuela. A moi de vous demander au moins un lien sur tous ce que vous avancez sans le moindre fondement dans votre réponse.

      Tout d’abord les médias ne se mesurent pas au nombre de chaines privées ou d’état qui existent dans un pays. C’est un faux débat. Les médias s’étudient sur le marché qu’elles peuvent couvrir. Si l’opposition venezuelienne disposait de 99% de chaines privées cela ne changerait rien a mon argument si ces chaines au total ne couvrait que la moitié du pays.

      Ensuite, vous ne connaissez pas du tout la base publicitaire sur laquelle survient les petits émetteurs regionales au Venezuela. Cette base repose largement, très largement souvent sur les annonces que l’administration locale leur passe. Il n’est nul besoin d’avoir Enstein pour son petit nom pour comprendre que si vous deplaisez au potentat chaviste local vous ne risquez pas de joindre les deux bouts à la fin du mois. C’est de la que vient l’autocensure. Encore une fois, renseignez vous mieux sur la réalité du Venezuela. Moi j’y habite ET DANS LA PROVINCE. Ce que je vous dis je le vois tous les jours, je n’ai pas besoin d’être payé par la CIA pour le dire et c’est pour cela que mon blog est recherché, car il publie en anglais ce que l’on ne trouve pas ailleurs de la part de journalistes qui pensent que passer trois jours a Caracas est largement suffisant pour comprendre le pays. D’ailleurs la CIA serait bien incapable de rédiger le genre de rapports que je rédige, la CIA ne sortant guerre plus de Caracas que ne le fait Ramonet.

    • Alin Tranca (---.---.---.208) 20 décembre 2007 10:45

      Le fais que je mélange vos billets (je fais du suivi, comme vous dites le faire aussi) semble vous fatiguer et vous compliquer le processus intellectuel au point de vous pousser à ne pas vouloir me répondre.

      Je passe sur des attaques personnelles du genre « je doute que vous soyez capable d’ouvrir un lien HTML », etc. Je vais vous poser une question simple et une seule pour commencer : quand vous dites que les deux grandes chaînes privées se sont mis volontairement en sourdine, qu’entendez vous par « se mettre en sourdine » ? Expliquez-nous, pour nous éclairer, ce que vous avez observé en regardant ces deux chaînes pour arriver à cette conclusion. Et svp, ne noyez pas le poisson, dites-nous ce que vous avez remarqué comme comportement de la part de ces deux chaînes. Vu qu’on ne vit pas au Venezuela comme vous, ça pourrait nous aider à mieux comprendre les fait. J’attends.

    • Daniel Duquenal (---.---.---.138) 21 décembre 2007 04:20
      Daniel Duquenal

      Alin Tranca

      Vous vous moquez ?

      D’abord je n’ai pas écrit ceci : « je doute que vous soyez capable d’ouvrir un lien HTML ». Ce que j’ai écrit c’est : « Savez vous ouvrir des liens HTLM ? On pourrait se le demander. » Ce n’est certainement pas flatteur pour vous, mais certainement pas une attaque personnelle, et signifie en bon français que vos mots me permettent de me le demander mais néanmoins je sais que vous pouvez les ouvrir. Après tout, vous êtes bien arrivé sur ce billet, non ?. Si vous en voulez une d’attaque, et bien je vais vous la faire : vous n’ouvrez pas les liens, ne savez pas les ouvrir. Avez vous été capable d’ouvrir le lien de l’étude des média de UCAB/Goteborg ? Mais si vous ne parlez pas espagnol, il y a un graphe qui se comprend très bien si vous avez lu, ET compris, mon billet. NOTEZ : je ne vous demande pas d’approuver mais de comprendre.

      Si j’insiste sur ce lien c’est parce qu’il contient déjà une partie de la réponse. Le fait que cet étude se centre sur Globovison est déjà en soi une reconnaissance que Venevision et Televen sont beaucoup plus neutres que GLobovision. Non ?

      Mais ce qui me surprend encore plus c’est qu’après avoir écrit que je prouve rein du tout, que ce en sont que des idées minoritaires et personnelles à moi, que je n’argumente pas mes articles, MAINTENANT vous me demandez mon expérience personnelle sur Venvision et Telven. Vous rendez vous compte de l’incohérence de vos discours ? C’est moi maintenant qui me sent attaqué par vous. C’est moi qui suit en droit de me demander si votre objectif et de me couler ou de discuter en bonne et due forme.

      Heureusement avec 5 ans de blog je suis habitué a votre espèce ; bon enfant je vous réponds quand même.

      Venevision. Cette chaine avait un de programme d’opinion des plus forts et les plus critiques envers Chaevz, avec Napoleon Bravo. Non seulement il a été viré fin 2004, mais maintenant il est en procès politique. Depuis Venevision a tout simplement laisse tomber tout programme d’opinion. Ses nouvelles sont imbuvables, Venevision le dit clairement : un pour Chavez et un pour l’opposition. Sauf que les pour l’opposition correspondent la plupart du temps a des détails insignifiants qui ne prennent pas plus de 30 secondes sur Globovision qui pourtant fait du news 24 heures sur 24. DE nos jours le seul réseau privé Venezuelien reçu par Chavez quand il fait des interviews c’est Venevision. Et bien sur je ne vous rappelle pas les rencontres entre le propriétaire de Venevision et Chavez.

      Televen maintenant. Ses deux programmes d’opinion forts furent éliminés en 2004-2005. Il en reste un troisième, sorte de tele du matin ou a l’occasion chaviste et anti chaviste partagent la scène. Ce qui se dit, et bien c’est ce qui s’y dit. Les news ne sont pas terribles maintenant mais au moins elle sont plus complètes que Venevision et de loin. Si Televen reste quand même légèrement critique de Chavez, ou plutôt de ses sous culs, ils se gardent bien de promouvoir l’opposition et de leur donner autant de couverture que le chavisme. Pour terminer, ils ont repris l’ex vice président Rangel qui maintenant fait un entretien tous les dimanche matin. Autant que je sache, les people-mètres lisent bas car même les chavistes préfèrent cuver leur samedi soir que de regarder Rangel. Nous arrivons au paradoxe qu’a Caracas souvent la plus haute audience est avec Globovision !!!! Televen et Venvision ne battant Globovison que lors des « novelas » de 9 a 11. Les infos les plus vues sont maintenant celles de Globovision. Comme vous voyez, les venzueliens ne sont peut être pas si cons que l’on croit dans certains quartiers. Ou pourquoi croyez vous que Chavez a menace copieusement Globoviosn de fermeture pendant la campagne ? Il les connait lui les numéros de l’audience.

      C’est bon ? Assez d’infos ? Évidemment je sais très bien que vous en avez que faire et que vous devez déjà chercher n’importe quelle excuse pour essayer de me coincer. mais je vous remercie de l’occasion pour illustrer d’autre lecteurs plus sincèrement avides d’info que vous.

    • Alin Tranca (---.---.---.208) 21 décembre 2007 09:22

      Eh ben voilà, M. Duquenal, ce n’était pas difficile de nous raconter un peu l’impression que vous laisse ces deux chaînes. Arrêtez de tout prendre comme une attaque, je ne vous pousse pas à vous justifier, mais à argumenter. Je ne suis pas d’accord avec vous sur ces arguments, mais j’apprecie qu’il y ait plus d’infos comme ça venant de vous.

      Là où je ne suis pas d’accord c’est que vous avez l’air de dire que si une chaîne de télé devient plus équilibrée, si elle fait un « meilleur » journalisme (je ne peux pas juger de leur qualité), si elle donne le même temps de parole aux deux parties ou si elle utilise un autre langage qu’un langage injurieux ou qu’elle ne crache sans cesse son venin, qu’elle n’est plus une chaîne d’opposition dans le sens que le message de l’opposition n’est plus véhiculé comme il faut.

      Vous comprenez ce que je vous dis ou vous vous sentez à nouveau agréssé ? Si je ne suis pas clair, je reformulerai.

    • Daniel Duquenal (---.---.---.138) 22 décembre 2007 01:25
      Daniel Duquenal

      Ah ! Mes opinions personnelles ont maintenant de la valeur !

      Comme vous le dites, la qualité compte au moins autant que l’équilibre. Je suis très content que vous soyez tracassé par les chaines vociferantes. Vous saurez que les plus vociferantes du tas sont les chaines d’état sous contrôle chaviste. Ou alors la mon opinion ne compte plus ?

    • Alin Tranca (---.---.---.208) 23 décembre 2007 19:58

      Haha, arrêtez de me faire rire comme ça, svp smiley

      Vos opinions personnelles n’ont pas pris de valeur, hélas. Je vous demandais d’argumenter, ce que vous commencez à faire un peu, maladroitement (je vous l’accorde, l’argumentation n’est pas votre point fort, mais on vous aide).

      « Comme vous le dites, la qualité compte au moins autant que l’équilibre. » - Et vous, M. Duquenal, vous le pensez aussi ?

    • Daniel Duquenal (---.---.---.138) 25 décembre 2007 20:46
      Daniel Duquenal

      alin tranca

      Je vous suis de moins en moins dans vos textes, votre but étant plutôt changeant.

      Peu importe de toutes façons : le lecteur dispose devant lui ou elle de mes « arguments » et de vos « arguments ». Le lecteur saura tirer ses propres conclusions.

  • Emmanuel W (---.---.---.250) 17 décembre 2007 14:08

    « a découvert que lors de leur suivi de trois semaines de campagne le camp du Non n’a reçu pratiquement aucune couverture »

    ça me rappelle quelque chose...

  • Michel Maugis (---.---.---.244) 17 décembre 2007 14:56
    Michel Maugis

    @ TOUS

    L’ordure Duquenal continue de débiter ses calomnies. Il se prend pour une autorité morale avec cet énoncé ordurier :

    « L’objectif était de donner au président Chavez les moyens de rester en fonction aussi longtemps qu’il puisse se le permettre. »

    L’objectif était de donner encore plus de pouvoir au peuple et pour ce de permettre à Chavez de rester en fonction aussi longtemps que LE PEUPLE le souhaite. Michel Maugis

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès