Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Venezuela : l’opposition a désigné son candidat

Venezuela : l’opposition a désigné son candidat

Dimanche dernier 12 février, se sont déroulées les élections primaires pour désigner le candidat unique de l'opposition à l'élection présidentielle du 7 octobre prochain. En clair, la personne qui aura la tâche d'affronter Hugo Chávez à cette date.

JPEG - 82.6 ko
Élections primaires de l’opposition
Un militaire vérifie l’identité des votants

Avec un peu plus de trois millions de votes (soit quelque 17 % du corps électoral total), l'opposition a fait plutôt bonne figure. Elle devra cependant obtenir pratiquement trois fois plus d'électeurs pour que son candidat l'emporte en octobre. Le pari n'est donc pas encore gagné, face à un Chávez toujours tonitruant et (apparemment) en bonne forme, mais il reste dans l'ordre du possible.

Les meilleures chances

JPEG - 28.9 ko
Henrique Capriles Radonski

En élisant Henrique Capriles Radonski avec une confortable majorité (64,2 %), l'opposition –un assemblage hétéroclite de partis s'échelonnant du centre-gauche à l'extrême droite– s'est pourtant dotée du candidat ayant les meilleures chances parmi les cinq personnalités qui se présentaient. Henrique Capriles Radonski pratique en effet un discours modéré et rassembleur, aux antipodes des diatribes agressives d'une María Corina Machado, par exemple.

Il fait régulièrement référence à Lula comme modèle de bonne pratique politique et reconnaît même quelques mérites à l'actuel gouvernement dans le domaine social. Jeune, dynamique, il fait partie de cette nouvelle génération d'hommes politiques qui a le potentiel d'attirer les jeunes (ainsi que les femmes, car il a un physique plutôt attractif et, de plus, est célibataire...).

Il devra toutefois travailler dur s'il veut l'emporter le 7 octobre. Il cumule en effet un certain nombre de désavantages par rapport à Hugo Chávez :

  • Son bassin naturel d'électeurs (la haute bourgeoisie –2 % de la population– et la classe moyenne –30 %) est nettement plus réduit que le bassin naturel de Chávez (les classes pauvres urbaines –40 %– et rurales –25 %). Il devra donc faire un effort particulier pour rompre le schéma de classes et s'attirer un nombre suffisant de membres non seulement de la classe moyenne inférieure, mais aussi des classes pauvres. Il est vrai qu'il existe parmi ceux-ci un nombre indéterminé de déçus du chavisme, surtout en milieu urbain, mais le défi consistera à les faire changer de bord par un discours et des promesses crédibles dans le domaine du social.
  • Il lui sera difficile de cacher ou surpasser son origine sociale, la grande bourgeoisie de Caracas. Sa famille possède des intérêts directs dans le secteur entrepreneurial et productif du pays, notamment dans les moyens de communication (Cadena Capriles), la distribution cinématographique (Cinex) et les services immobiliers. Il aura de la peine à se détacher de son image de sifrino (fils à papa) qui a fait des études dorées. En face de lui, Hugo Chávez –d'origine modeste, lui– n'aura aucune peine à le désigner comme le représentant de l'oligarchie.
  • Il lui faudra faire oublier l'épisode de l'attaque contre l'ambassade de Cuba, au lendemain du coup d'état contre Chávez , le 12 avril 2002. Même s'il a été acquitté lors du procès qui s'est ensuivi, son attitude ambiguë lors de cet évènement, en tant que maire, a laissé des traces dans l'imaginaire collectif des sympathisants de Chávez.
  • Enfin, il lui faudra laisser dans l'ombre un certains nombre d'alliés encombrants : ceux qui flirtent avec une droite ultra-libérale à la George W. Bush et ceux qui sont partisans de la méthode dure face à Chávez (et n'hésitent pas, à l'occasion, à prôner le coup d'État ou l'assassinat). Si ces derniers, liés à une extrême-droite qui ne veut pas dire son nom, marquent leur présence dans la campagne qui s'ouvre, il feront le lit de Chávez et c'en sera fini des chances de l'opposition de remporter l'élection.

Discours conciliateur

JPEG - 54.8 ko
Populaire parmi les jeunes

En définitive, une victoire de l'opposition en octobre 2012 reste possible à condition que Henrique Capriles Radonski sache faire oublier qui il est et surtout qui l'appuie. Pour ce faire, il devra adopter un discours social et conciliateur plutôt qu'un discours militant, jouer de subtilité pour reconnaître les avancées sociales obtenues par le chavisme, indiquer comment les améliorer plutôt qu'annoncer leur destruction. En d'autres termes, montrer qu'une voie nouvelle est possible, et qu'elle n'est ni chaviste, ni un retour aux vieilles pratiques populistes et corrompues de la 4e république. La voie est étroite.

En toute hypothèse, attaquer de front le chavisme le desservirait. En effet, c'est à lui qu'il revient de gagner des franges de la population qui ne lui sont pas a priori favorables, alors que l'actuel président pourra se contenter de l'objectif de conserver au maximum son électorat existant.

Par ailleurs, Henrique Capriles Radonski devra aussi s'imposer comme un interlocuteur solide, capable de tenir tête à la forte personnalité de Chávez, qui domine la politique nationale depuis 13 ans. En face d'une telle "bête politique", il n'est pas simple de se faire valoir et de trouver pour ce faire le ton qui convient. Cela fait beaucoup de "mais" pour l'opposition, alors que, de son côté, Hugo Chávez, lui, n'en a qu'un, mais de taille : il doit se maintenir en parfaite santé et en pleine forme d'ici au mois d'octobre. Malgré les cassandres qui jurent que son cancer n'est pas guéri et qu'il n'en a plus que pour quelques mois, force est de constater que jusqu'à présent, il tient parfaitement la route. Le doute, cependant, persiste.

Organisé par le gouvernement

Un autre élément est passé inaperçu à l'occasion de ces élections primaires. On en a surtout retenu le taux élevé de participation et les résultats. Mais on n'a pas souligné que, aussi étrange que cela puisse paraître, le processus électoral n'a pas été organisé par l'opposition elle-même, mais bien par le gouvernement !

JPEG - 40.4 ko
Le Plan República en action

Comme s'il s'agissait d'élections nationales, le Plan República, c'est-à-dire la mobilisation de l'armée pour les tâches d'organisation et de maintien de l'ordre, a été mis en marche. Ainsi qu'on peut le voir sur la photo ci-dessus, ce sont des soldats qui vérifiaient l'identité des votants. Par ailleurs, c'est le Consejo Nacional Electoral [Conseil national électoral, CNE] qui a organisé le scrutin, utilisant pour ce faire sa technologie (les machines à voter et le système de transmission des données) ainsi que les lieux habituels de votation, comme les écoles publiques.

Une telle situation pourrait paraître quelque peu surréaliste dans un pays divisé depuis des années en deux camps irréconciliables : en effet, jusqu'ici, l'opposition avait largement accusé Hugo Chávez d'instrumentaliser l'armée (en en faisant une "armée bolivarienne" chargée de défendre la révolution) et d'avoir soumis le CNE à ses projets politiques, voire personnels. Or voici que ces deux institutions participent activement à l'organisation des primaires de l'opposition.

Jeu tactique

Quelque chose est-il donc en train de changer dans le Venezuela ? Peut-être. Mais gageons qu'il s'agit surtout d'un jeu tactique entre les deux grandes forces politiques du pays. Et force est de constater que sur ce point, c'est Chávez qui a subtilement gagné : il a réussi à faire reconnaître par l'opposition le travail du CNE, jusqu'alors décrié. Cette dernière serait donc bien en peine de contester les résultats du 7 octobre ! Par la même occasion, Chávez a réaffirmé son appui à la démocratie, allant jusqu'à "aider" l'opposition pour l'organisation de ses primaires.

Voici donc, grâce à ces élections, l'opposition un peu plus intégrée au système. Un bon coup pour Chávez, sans aucun doute, mais aussi pour Henrique Capriles Radonski. Ce dernier a en effet tout intérêt à se différencier des dinosaures de sa coalition et à accepter de jouer le jeu de l'intégration démocratique. Histoire de montrer que, comme le dit son slogan, Hay un camino [Il y a une voie], une espèce de troisième voie entre la démocratie usée et frelatée du passé et le socialisme du XXIe siècle.

À lui, maintenant, d'en convaincre une majorité de Vénézuéliens.


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 21 février 2012 11:19

    chez nous aussi Sarko ne represente que 2% des plus riches !

    Mais il est elu avec 53% ...cherchez l’erreur ?


    • Marc Blanchard Marc Blanchard 21 février 2012 18:48

      Si Radonski est là c’est parceque il a été choisi par la bourgeoisie dont il fait partie.

      Chavez montre encore que c’est un grand homme en permettant et en aidant les autres partis à organiser leur primaire. D’ailleurs tous les partis de l’opposition se sont réunis pour attaquer la bête.
      Pas demain la veille que l’on verra cela en France. 
      Viva Chavez !

      • Proudhon Proudhon 21 février 2012 19:19

        Je me pose toujours la question sur les cancers à répétitions touchant les chefs d’Etat Latino-américains.

        D’autant plus que je viens de finir le livre de T Jean-Pierre sur les Frégates de Taïwan où il explique s’agissant du cancer foudroyant d’un cadre de Thomson que dans les milieus dits autorisés on parlait d’un produit radioactif placé sous son siège. Tout ceci nous rappelle aussi en mémoire Jean-Claude Méry (et sa cassette) et son cancer foudroyant venant bien à propos.

        Les Borgias et autres Médicis sont de petits complotistes face à nos dirigeants actuels.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès