• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Venezuela : la majorité des victimes tuées dans les violences de (...)

Venezuela : la majorité des victimes tuées dans les violences de l’opposition !

Dans un odieux article, le Monde, plutôt que de reconnaitre la solide mobilisation populaire avec le soutien massif de plus de 8 millions d’électeurs au Venezuela bolivarien, démontrant que l’opposition soutenu par Washington demeure minoritaire dans le pays, ose qualifier les élections pour l’assemblée constituante de sanglantes. Rien d’étonnant de la part du quotidien vespéral des Marchés qui, pour ne citer que cet exemple s’est adjoint les services du sulfureux Paulo Paranagua pour diffuser sa propagande haineuse contre l’Amérique latine libre et faire chorus avec les pires faucons américains.

Si les élections de l’Assemblée Constitutante ont été éclaboussées de sang, ce n’est pas de celui des opposants pro USA, mais de celui des deux candidats délégués à l’Assemblée Constituante assassinés par balles, ainsi que des policiers protégeant les bureaux de votes attaqués par des émeutiers, et même visés par un attentat à la bombe à Caracas.

source

Qui sont les morts causés par les manifestations de l’extrême droite au Venezuela

 

VENEZUELA : WHO ARE THE VICTIMS OFOPPOSITION PROTEST VIOLENCE ?
Infogram

Au 30 juillet 2017, 123 personnes ont trouvé la mort à cause des manifestations de l’extrême droite au Venezuela. La quasi totalité des médias français, qu’ils soient contrôles directement par le gouvernement ou détenus par les principaux milliardaires du pays utilisent ce chiffre de 123 morts pour accréditer leur propagande visant à faire passer le gouvernement du président légitimement élu pour autoritaire et violent. Pourtant ce chiffre de 123 morts est surtout le tragique bilan des violences de la tentative de renversement par la force de l’ordre démocratique au Venezuela par l’opposition emmenée par les putschistes de 2002 tel que Lopez et Capriles avec le soutien actif de la maison blanche et de la commission européenne. Ce que les propagandistes officiant pour les médias de Dassault, Lagardère, Bolloré, Niel et Cie ne disent pas c’est que parmis ces 123 morts on dénombre :

  • 13 militants chavistes assassinés
  • 5 policiers tués
  • 30 passants tués par les émeutiers
  • 48 morts par balles et 13 assassinats durant les émeutes
  • 10 personnes mortes sur des barricades
  • 5 personnes tués par la police.

L’ensemble de ces morts font l’objet d’enquête de la part de la justice venezuelienne. Plusieurs policiers ont d’ores et déjà été suspendus dans le cadre de ses enquêtes. Faut-il rappeler qu’en France, il n’y a toujours pas eu de procès pour les gendarmes responsables de la mort de Rémi Fraisse. Et que ceux impliqués dans la mort d’Adama Traoré n’ont toujours pas été entendus par une justice aux ordres qui avait diffusé des informations erronées lors de la mort du jeune homme détenus par les forces de l’ordre.

6 avril

  1. Jairo Ortiz : Le jeune homme de 19 ans a été abattu par l’officier de police de la route Rohenluis Leonel Mata dans l’état def Miranda. Il a été immédiatement arrêté par la police venezuelienne et placé en détention, Mata est inculpé pour crime.

10 avril

  1. Daniel Queliz : étudiant à l’université de Carabobo de 19 ans abattu par la police durant une émeute de l’opposition.
  2. Ricarda de Lourdes : cette vieille dame de 83 ans est morte chez elle à Caracas d’un hydrocéphalie parce qu’elle n’a pas pu être transportée à l’hopital tout proche en raison des blocage de l’opposition interdisant l’accès des ambulances à son quartier.

11 avril

  1. Yey Amaro : policier de 37 ans dans l’état de Lara écrasé par un véhicule conduit par des manifestants de l’opposition alors qu’il conduisait une médiation auprès des manifestants.
  2. Miguel Colmenares : cette militante de l’opposition de 36 ans est morte des multiples blessures causées par l’explosion d’un engin explosif artisanal à Barquisimeto, dans l’état de Lara
  3. Gruseny Canelon : militante de 32 ans de l’opposition, morte après avoir été blessée par balle durant une manifestation de l’opposition. 15 membres de la garde nationale ont été arrêtés.
  4. Oliver Villa : Patron de 29 ans d’une entreprise de marketing digital a été abattu par des hommes à moto non identifiés à Caracas alors qu’il tentait d’échapper à une barricade de l’opposition dans le quartier de El Paraiso

12 avril

  1. Brayan Principal : adolescent de 14 ans, résident de la cité socialiste Ali Primera abattu par des manifestants de l’opposition après qu’ils aient forcé la principale entrée de la citée.
  2. Carlos Moreno : Lycéen de 17 ans abattu d’une balle dans la tête à Caracas. Sa famille réfute qu’il soit impliqué dans une manifestation et indique qu’il a été assassinée par des assassins qui lui ont volé sa moto.

19 avril

  1. Niumar Sanclemente : Sergent de 29 ans de la Garde National tué par balle par un sniper dans le quartier de Los Teques, état de Merida.
  2. Paola Ramirez : étudient à l’université de 23 ans à Tachira, abattue en croisant une manifestation de l’opposition. Un militant d’un groupe d’extrême droite de l’opposition (Vente Venezuela) est poursuivi pour ce meurtre.

20 avril

  1. Kevin Leon : boulanger de 19 ans dans le quartier El Valle de Caracas, abattu par des manifestant de l’opposition qui détruisaient sa boutique
  2. Ramon Martinez : cuisinier de 28 ans travaillant dans la même boutique que Kevin Leon, lui aussi assassiné alors qu’il tentait de protéger son magasin contre les émeutiers de l’opposition.
  3. Francisco Gonzalez : 34 ans, assassiné durant l’attaque de la boulangerie de El Valle
  4. Elio Manuel Pacheco Perez : 20 ans, mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  5. Jairo Ramírez : 47 ans, mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  6. Robert Joel Centeno Briceño : 29 ans mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  7. William Heriberto Marrero Rebolledo : 33 ans mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  8. Jonathan Meneses : 27 ans mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  9. Stivenson Zamora : 21 ans mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  10. Kenyer Alexander Aranguren Pérez : 20 ans mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  11. Yorgeiber Rafael Barrena Bolívar : 15 ans mort électrocuté durant la mise à sac de la boulangerie de El Valle.
  12. Mervin Guitan : 26 ans, travaillant pour le bureau du maire de Sucre, abattu par des hommes armés non identifiés alors qu’il marchait à coté d’une manifestation.
  13. Alberto Rodriguez : 16 ans, mort de suffocation en raison des gaz lacrymogènes utilisés pour disperser une émeute à El Valle. Caracas..
  14. Eyker Daniel Rojas Gil : abattu à Barquisimeto alors qu’il passait à coté d’une manifestation de l’opposition pour rentrer chez lui.

23 avril

  1. Almelina Carrillo : femme de 47 ans tuée par un jet d’une bouteille d’eau congelée depuis un immeuble surplombant une avenue où se déroulé une manifestation de soutien au gouvernement à Caracas (19 avril)

24 avril

  1. Jesus Sulbaran : étudiant en criminologie de 41 ans et officier auprès du bureau du gouverneur de Merida assassiné alors qu’il participait à une manifestation de soutien au gouvernement
  2. Renzo Rodriguez : 54 ans, assassiné d’une balle dans la poitrine dans l’état de Barinas alors qu’il se trouvait devant le bureau du maire de la ville de Barinas.
  3. Orlando Jhosep : 23 ans, décédé d’une suite d’une blessure par balle durant une manifestation dans la ville de El Tocuyo (état de Lara)
  4. Daniel Infante : Ouvrier des transports de 25 ans assassiné alors qu’il participait à une manifestation de soutien au gouvernement
  5. Luis Marquez : 52 ans assassinés alors qu’il participait à une manifestation de soutien au gouvernement dans la capitale de l’état de Merida

25 avril

  1. Efrain Sierra : tué d’une balle dans l’estomac reçu le 24 avril alors qu’il résistait à la tentative de vol de sa moto au passage d’une barricade de l’opposition. Plusieurs homicide attirent l’attention à cette date en raison d’indices les reliant à des assassinats ciblés et des activités des paramilitaires.
  2. Christian Humberto Ochoa Soriano : étudiant de 22 ans à l’université de Carbobo abattu par la police alors qu’il participait à une manifestation de l’opposition.

26 avril

  1. Juan Pablo Pernalete Llovera : 20 ans, morts des suites des blessures causées par une grenade lacrymogène, Chacao.

2 mai

  1. Angel Enrique Moreira Gonzalez : 28 ans, mort dans un accident causé par un barrage de l’opposition sur une autoroute de l’état de Miranda, sa moto ayant percuté une autre voiture.
  2. Ana Victoria Colmenarez de Hernandez : 43 ans, morte dans un accident de bus causé lorsque son bus a tenté de franchir une barricade de l’opposition. . l’opposition avait appelé à bloquer l’ensemble des accès des villes par des barricades sauvages.
  3. Maria de los Angeles Guanipa : 38 ans, morte dans le même accident de bus de que Ana Victoria Colmenarez de Hernandez
  4. Yonathan Quintero : 21 ans, tué par le propriétaire d’un magasin se défendant du groupe de pilleurs attaquant son magasin dans l’état de Carabobo.
  5. Carlos Eduardo Aranguren Salcedo : tué lors d’une émeute de l’opposition dans la ville de Puente Baloathe alors qu’il était sorti acheté le petit déjeuner pour ses frères..

3 mai

  1. Armando Cañizales : 18 ans, mort d’une blessure par balle dans le cou durant une manifestation de l’opposition bloquant la principale autoroute de Caracas.

4 mai

  1. Gerardo Barrera : policier de 38 ans abattu durant une manifestation dans la ville de La Pradera (état de Carabobo)
  2. Juan Bautista Lopez Manjarrez : étudient de 33 ans, responsable du PSUV (le parti de Maduro) abattu à l’université polytechnique de Anzoategui par un tueur non identifié le lendemain de l’annonce de son soutien à l’élection de l’Assemblée Constituante lors d’une conférence de presse.

5 mai

  1. Hecder Lugo : 20 ans, mort d’une blessure par balle à la tête durant une manifestation à Valencia
  2. Miguel ‘Mike’ Joseph Medina Romero : 20 ans, mort d’une blessure par balle au ventre durant une manifestation de l’opposition le 3 mai dans l’état de Zulia.

7 mai

  1. Cesar Guzman : 22 ans abattu d’une balle dans la tête après avoir participé à une assemblée étudiente à El Tigre dans la région de Anzoategui

10 mai

  1. Miguel Castillo : 27 ans, mort durant une manifestation de l’opposition dans le quartier de Las Mercedes à Caracas.
  2. Anderson Dugarte : Tué d’une balle dans la tête alors qu’il croisait à moto une manifestation de l’opposition.

May 12

  1. Carlos Enrique Hernandez : 30 ans, mort d’un accident de moto, en percutant une barricade sauvage de l’opposition.
  2. Jose Muñoz Alcoholado : abattu par deux manifestants de l’opposition alors qu’il participait dans un restaurant à une manifestation de soutien à Maduro à Caracas. Il était un ancien membre du Mouvement Révolutionnaire de Gauche, un groupe chilien marxiste léniniste de résistance à la dictature de Pinochet.

15 mai

  1. Luis Alviarez : 17 ans, aurait été abattu durant une manifestation à Palmira (Etat de Tachira), une enquête est ouverte sur les causes de sa mort..
  2. Javier Antonio Velazquez Cardenas : propriétaire d’un commerce de 42 ans, abattu de 3 balles alors qu’il se trouvait à coté d’une station service durant une émeute de l’opposition
  3. Isabel Torrealba : 54 ans morte d’une attaque alors qu’elle était prise dans une manifestation de l’opposition contre la garde nationale.

16 mai

  1. Diego Hernandez : 33 ans, militant du PSUV, chauffeur de taxi tué d’une balle dans la poitrine durant une manifestation de l’opposition dans l’état de Tachira. La police de Tachira est impliqué dans sa mort 
  2. Diego Fernando Arellano : biologiste de 32 ans mort des suites de ses blessures après une manifestation dans la ville de San Antonio de los Altos, une banlieue de la classe moyenne de Caracas.
  3. Yeison Mora Castillo : 17 ans, mort des suites de ses blessures dans l’état de Barinas, Une enquête est en cours.

17 mai

  1. Jose Francisco Guerrero : 15 ans, abattu alors qu’il faisait ses courses à proximité d’une manifestation de l’opposition. Sa famille indique qu’il ne participait pas à la manifestation de l’opposition.
  2. Manuel Castellanos : 46 ans, abattu alors qu’il se rendait dans un magasin de Tachira. Sa mort n’a aucun lien avec les manifestations de l’opposition.

18 mai

  1. Pedro Josue Carrillo : 20 ans, trouvé mort de blessures par balle dans l’état de Lara après avoir été enlevé plusieurs jours plus tôt. Il était l’un des leaders du PSUV de sa ville et de la commune socialiste Guerrera Ana Soto faisant partie de la mission Chavez et Bolivar.
  2. Daniel Rodriguez : étudient de 18 ans abattu par des inconnus à moto dans le quartier de Cordoba à Tachira.
  3. Paul Moreno : étudient de 24 ans renversé par une camionnette sur une barricade dans la ville de Zulia.

19 mai

  1. Jorge Escandon : policier de 37 ans abattu par des manifestants de l’opposition à l’aide d’un canon artisanal dans le quartier de Naguanagua dans l’état de Carabobo

20 mai

  1. Edy Alejandro Teran Aguilar : 23 ans, abattu durant une manifestation dans le district El Murachi de la ville de Valera. Des personnes armées ont ouvert le feu contre des manifestants, touchant Teran à la poitrine et blessant deux autres personnes.
  2. Orlando Jose Figuera Esparragoza : 20 ans, tué à Miranda alors qu’il se rendait à la maison de son oncle après son travail. Il a été attrapé par un groupe de manifestants et lynché à mort.

22 mai

  1. Yorman Ali Bervecia Cabeza : t 18 ans, abattu dans la ville de Barinas après que des manifestants de l’opposition ont attaqué la Garde Nationale. Les circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête par le procureur de l’état de Barinas.
  2. Elvis Adonis Montilla Pérez : 20 ans abattu dans la ville de Barinas . Les circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête par le procureur de l’état de Barinas.
  3. Alfredo José Briceño Carrizales : 25 ans abattu dans la ville de Barinas. Les circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête par le procureur de l’état de Barinas.
  4. Miguel Ángel Bravo Ramírez : 25 ans abattu dans la ville de Antonio José de Sucre à Barinas.
  5. Freiber Darío Pérez Vielma : 21 ans abattus à Dominga Ortiz de Páez parish durant une manifestation. Les circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête par le procureur de l’état de Barinas.

23 mai

  1. Juan Sánchez :21 ans, abattu durant une manifestation à Barinas. TLes circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête par le procureur de l’état de Barinas.
  2. Erick Molina : 35 ans tué par balle durant une manifestation à Barinas. Les circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête par le procureur de l’état de Barinas.
  3. Mauro Javier Rodriguez Rodriguez : 60 ans, père de quatre enfants, chauffeur de camion de la PDVSA mort en raison de l’impossibilité de recevoir les soins médicaux à causes des barrages violents de l’opposition dans la ville de Barinas.

24 mai

  1. Augusto Pugas : 22 ans, étudiant tué d’une balle dans la tête lors d’une manifestation à proximité de l’université Ciudad Bolivar.
  2. Adrian Jose Duque Bravo : 23 ans, tué lors d’une manifestation de l’opposition à Zulia
  3. Augusto Sergio Puga Velasquez : Etudiant en médecine de 22 ans, tué d’une balle dans la tête alors qu’il croisait une violente manifestation de l’opposition à Bolivar.

25 mai

  1. Manuel Alejandro Sosa Aponte : 33 ans, ouvrier dans l’agroalimentaire, abattu d’une balle dans le dos lors d’une manifestation de l’opposition à Lara

27 mai

  1. Cesar David Pereira Villegas : 20 ans, mort par armes à feu à proximité d’une manifestation à Anzoategui
  2. Danny Jose Subero : 34 ans, ancien membre de la Garde nationale, assassiné à proximité d’un cortège funéraire de l’opposition à Lara. Il a été attaqué par un groupe d’assaillants à moto qui l’on abattu, fait sauter sa voiture et l’on dépouillé

31 mai

  1. Nelson Antonio Moncada Gomez : Juge de 37 ans en charge de la supervision du procès criminel du leader de l’opposition Leopoldo Lopez, abattu alors qu’il tentait de passer un barrage de l’opposition à Caracas. Identifié par un manifestant inconnu qui l’a abattu et l’a dépouillé.

1 juin

  1. Maria Estefania Rodriguez : 45 ans, serveuse, tuée de plusieurs balles alors qu’elle croisait une manifestation de l’opposition à Lara.

3 juin

  1. Yoinier Javier Peña Hernandez : 28 ans, mort à l’hôpital central universitaire des suites de ses blessures après avoir été abattu par plusieurs tueurs à proximité d’une manifestation de l’opposition à Lara le 10 avril.
  2. Luis Miguel Gutierrez Molina : 20 ans, mors des suites de ses blessures à l’hôpital universitaire de Los Andes après avoir été abattu le 17 mai en croisant une manifestation à Merida.

13 juin

  1. Douglas Acevedo Sanchez : 42 ans, policier abattu d’une balle dans la nuque lors d’une violente manifestation de l’opposition à Merida, deux étudiants et un autre officier de police ont été grièvement blessés.

15 juin

  1. Luis Enrique Vera : 20 ans, mort lors d’une manifestation à l’université Rafael Belloso Chacin University dans le nord de Maracaibo dans la région de Zulia, après avoir été écrasé et emporté par un camion que les manifestants de l’opposition tentaient de voler..

16 juin

  1. Nelson Daniel Arevalo Avendaño : étudiant de 24 ans, mort à Barquisimeto, dans la région de Lara de plusieurs blessures graves par explosion de mortier. . Tirs de mortiers lancés par les manifestants armés.

19 juin

  1. Fabian Urbina : 17 ans, participant à une manifestation sur l’autoroute Francisco Fajardo dans la ville de Chacao, région de Miranda, où il a été blessé d’un tir à la poitrine, décédé à l’hopital. Deux officier de la Garde National sont en détention pour usage inapproprié de leurs armes.

22 juin

  1. David Vallenilla : 22 ans, tué durant une violente manifestation de l’opposition à Altamira (Caracas), la justice enquête sur sa mort que l’opposition attribue aux forces de l’ordre.

27 juin 

  1. Ronny Parra : 27 ans, policier de la Garde Nationale, assassiné à Maracay, Aragua

28 juin

  1. Luigin Paz : chauffeur de 20 ans, brulé vif par des manifestants de l’opposition dans la ville de Zulia qui ont jeté des cocktails Molotov sur son véhicule. Paz a tenté d’échapper à un blocus de l’opposition mais il a été attaqué après être entré en collision Son passager de 33 ans Jose bravo a été brulé au troisième degré sur 95% de son corps.

29 juin

  1. Alfredo Figuera : 18 ans, tué d’une balle dan la tête alors qu’il croisait une émeute anti gouvernementale dan l’état d’Aragua

30 juin

  1. Eduardo Jose Marquez Albarran : Etudiant de 10 mors de blessures par balles reçues lors d’une manifestation de l’opposition le 13 juin à Merida,

1er Juillet

  1. Ramses Martinez : 20 ans, étudiant, organisateur du Front de Francisco de Miranda, mort de blessure par balles reçues un jour plus tôt à Barquisimeto. Il avait été abattu par des manifestants d’extrême droite alors qu’il nettoyait la rue des débris d’un barrage de manifestants de l’opposition.
  2. Fernando Rojas : 49 ans, mort de ses blessures après une manifestation le 30 juin à Lara.
  3. Jose Gregorio Mendoza : 44 ans, mort de ses blessures après une manifestation le 30 juin à Lara.
  4. Ruben Morillo : 33 ans, mort de ses blessures après une manifestation le 30 juin à Lara.

4 juillet

  1. Engler Alexander Duque : 24 ans, mort des suites d’une explosion en manipulant des bombes artisanale lors d’une manifestation de l’opposition dans la ville de Tariab (Tachira)

10 juillet

  1. Jose Luis Rivas Aranguren : 41 ans, candidat de l’Assemblée Nationale Constituante, abattu durant un meeting de campagne à Girardot, dans la région d’Aragua
  2. Manuel Angel Villalobos Urdaneta : 22 ans, étudiant, mort dans un accident de voiture à Maracaibo (Zulia) en percutant un camion de transport de bois en tentant d’éviter un barrage de l’opposition

11 juillet

  1. Yanet Angulo Parra : professeur retraité de 55 ans, abattu à proximité du’ne manifestation de l’opposition à El Tocuyo, (Lara)

12 juillet

  1. Argenis Herrera : 17 ans, étudiant, tué sur le trajet de l’université Orient dans l’état de Bolivar. Les circonstances de sa mort font toujours l’objet d’une enquête.

18 juillet

  1. Hector Anuel : brulé vif à Anzoategui par un groupe de manifestants de l’opposition qui ont tiré sur lui avec un mortier artisanal. Avant d’être brulé vif, Anuel a été lynché à coup de pierres et de débris d’un barrage de l’opposition. Des sites internet de l’opposition le dénonçait comme un soutien du gouvernement.

20 juillet

  1. Rooney Eloy Tejera Soler : 24 ans, étudiant, abattu à Guaicaipuro, durant une manifestation de l’opposition.
  2. Andres Jose Uzcategui Avila : 23 ans, mort des suites de ses blessures causées en tentant de lancer des explosifs sur les officiers de la Garde National à Valencia, Carabobo.
  3. Victor Manuel Marquez Luengo : 34 ans, manifestant de l’opposition mort en sautant à l’extérieur de l’immeuble du ministère du logement à Maracaibo (Zulia). marquez était l’un des manifestants qui tentaient d’empêcher les fonctionnaires de travailler lors d’un appel à une soit disant grève de l’opposition. Après avoir mis le feu au bâtiment lorsque les fonctionnaires ont refusé de cesser le travail, il s’est trouvé encerclé par les flammes.
  4. Eury Rafael Hurtado : 34 ans, mort de blessures par armes à feu lors d’un affrontement entre manifestants de l’opposition et la police à Guaicaipuro, (Miranda)
  5. Yamileth Margarita Vasquez : 51 ans, electrocuté dans un supermarché de Maracaibo lors d’un pillage lancé par l’opposition. Les circonstances de sa mort sont en cours de détermination par une enquête.

26 juillet

  1. Rafael Antonio Vergara : 30 ans, abattu lors d’une manifestation à Ejida (Merida)
  2. Jean Carlos Aponte : 16 ans, étudiant, mort de blessure par balles lors d’une manifestation de l’opposition à Petare (Miranda)

27 juillet

  1. Enderson Calderas : 20 ans, étudiant, mort de blessure par balles lors d’une manifestation de l’opposition à Timotes, (Merida).
  2. Leonardo Gonzalez Barreto : 48 ans mort de blessure par balles durant une manifestation de l’opposition à Valencia Carabobo, les circonstances de sa mort sont en cours d’investigation.
  3. Gilimbert Teran : 16 ans, mort de blessure par balles alors qu’il s’est trouvé pris au milieu d’une manifestation de l’oppositin à El Paraiso à Caracas.
  4. Rafael Canache : 29 ans, tué par balles durant une manifestation de l’opposition à El Jabillote, (Anzoategui)
  5. Jose Miguel Pestano Canelon : the 23-year-old died from gunshot wounds received during an opposition protest in Cabudare, Lara state.

28 juillet

  1. Oneiver Johan Quiñones Ramirez : the 30-year-old police officer died from gunshot wounds received a day prior while trying to clear an opposition roadblock in Campo Lias, Merida state.
  2. Gustavo Villamiza : the 18-year-old was shot in the head in San Cristobal, Tachira state. Opposition lawmakers claim police were responsible for his death. Government officials are still investigating the circumstances of his death.

29 juillet

  1. José Félix Pineda : 39 ans, candidat à l’assemblée nationale constituante, assassiné devant sa famille dans l’état de Bolivar.
  2. Marcel Pereira : 39 ans, tué par balles à proximité d’une manifestation de la MUD à Merida lorsque des hommes armés ont ouvert le feu Les circonstances de sa mort sont en cours d’investigation par une enquête.

30 juillet

  1. Ricardo Campos : 30 ans, tué sur l’avenue Bolivar à Sucre. Militant du parti Action Démocratique, il n’est pas clair qu’il participait à une manifestation de l’opposition.
  2. Angel Yordano Méndez : 28 ans. Alors qu’il tentait de détruire du matériel électoral dans une école à Mérida, les militaires sont accusé de lui avoir tiré dessus, mais le ministère de la défense dément formellement l’implication de militaires dans cet incident. Les circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête en cours.
  3. Eduardo Olav : 39 ans, Alors qu’il tentait de détruire du matériel électoral dans une école à Mérida, les militaires sont accusé de lui avoir tiré dessus, mais le ministère de la défense dément formellement l’implication de militaires dans cet incident. Les circonstances de sa mort font l’objet d’une enquête en cours.
  4. Luis Zambrano : 43 ans, il ne participait à aucune manifestation lorsqu’il a été tué à Lara. Le ministère public est en charge de l’enquête.
  5. Ronald Ramírez Rosales : Le ministère de la justice indique que la victime participait à un assaut contre le collège militairee de Tachira tandis que le procureur déclare qu’il manifestait autour de l’école. L’homme a été blessé mortellement à l’oeil par un tir d’arme à feu durant l’attaque contre les militaires. Le procureur de l’état de Tachira enquête sur cette mort.
  6. Luis Ortíz : 17 ans, tué dans des affrontement lors d’une manifestation de l’opposition à Tachira. Une enquête du ministère public est en cours.
  7. Adrián Rodríguez : 13 ans, mort à proximité d’une manifestation anti gouvernementale, il n’est pas établi qu’il faisait parti des manifestants. the 13-year-old was in the vicinity of an anti-government demonstration, but it is not clear if he was demonstrating. Une enquête du ministère public est en cours.

Il faut également citer deux cas qui ne sont pas directement lié à des manifestations, mais sont clairement des assassinats politiques.

23 avril

Esmin Ramirez : syndicaliste venezuelien assassiné dans l’état de Bolivar après avoir été enlevé. Ramirez était membre du Mouvement 21 syndicat du Ferrominera et militant du PSUVA à Cahamay. il a été tué près de El Rincocito à Guyana City, sur les rives de l’Orénoque.

Jackeline Ortega : assassiné à Santa Lucia del Tuy. Ortega était un militant du PSUV et leader d’un CLAP, comité local de distribution faisant parti du programme de lutte contre les pénuries organisées par le patronat au Venezuela.

Traduit depuis l’anglais par JBC pour www.initiative-communiste.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • chapoutier 3 août 09:33

    bonjour taktak
    juste une info que tu pourra peut-être utiliser ;
    le gouvernement macron a interdit informatiquement l’accès à Sputnik depuis un ordinateur de bureau pour les fonctionnaires.


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 3 août 09:36

      @chapoutier

      Juste une question !
      T’en connais beaucoup des fonctionnaires qui ont besoin de Sputnik dans le cadre de leur boulot ?


    • chapoutier 3 août 09:43

      @Robert Lavigue
      c’est drole mais ils ont toujours accès au figaro
      tu crois qu’ils en ont besoin dans le cadre de leur boulot ?
       smiley  smiley


    • Pere Plexe Pere Plexe 3 août 09:54

      @chapoutier
      Je ne sais pas d’ou vous tenez ça mais de toute façon ce genre d’interdiction serait totalement idiote.

      Sputnik ,comme les autres, est disponible sur n’importe quel smartphone...
      Pour répondre à Lavigue il est absolument exceptionnel d’interdire l’accés à un site fût il parfaitement inutile professionnellement.Si l’info était avéré elle poserai question : pourquoi interdire Sputnik et pas I24news ou le Monde ?

    • chapoutier 3 août 10:01

      @Pere Plexe
      l’info est vérifié par moi même se matin au bureau...
      sputnik est depuis ce matin un site ’’malveillant’’


    • V_Parlier V_Parlier 3 août 14:32

      @chapoutier
      Chez moi, depuis le boulot (même dans une entreprise privée) : Connexion refusée par le proxy, alors que tout ce qui est underground / alternatif passe toujours par ailleurs. Je suis donc tenté de confirmer le dit blocage intentionnel et généralisé.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 août 04:51

      @Pere Plexe


      « Ce genre d’interdiction serait totalement idiote.... »  En effet. Je ne puis croire que le régime Macron - qui m’impressionne par son habileté - poserait un tel geste. On a ici un billard a deux ou trois bandes. A) Quelqu’in le fait pour en faire accuser le régime Macron .... ou B) les amis de Macron l’ont faire en sous-main pour accuser quelqu’un d’avoir vous les en faire accuser.  Ca me rappelle cet avion abattu en Ukraine alors que personne n’avait intérêt à l’abattre....

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 août 04:55

      @Pierre JC Allard


      Corriger la coquille : ’des amis de Macron l’ont fait faire en sous-main pour accuser quelqu’un d’avoir voulu les en faire accuser.’

      PJCA


    • owen meany 3 août 09:56

      Merci taktak,

      La vérité commence avec des faits.

      La comparaison avec la mort de Rémi Fraisse sur l’attitude avec la répression policière est tout à fait justifiée : la France n’a pas de leçon à donner au Vénézuela.


      • Pere Plexe Pere Plexe 4 août 20:31

        @owen meany
        La comparaison n’est pas pertinente.

        Au Venezuela l’assemblée constituante est soumise au Président.
        Il se murmure que les élus étaient contraints de lui signer un acte d’allégeance 

        Rien à voir avec notre grand pays démocratique qu’est la France !


      • owen meany 5 août 09:30

        @Pere Plexe

        En France, la comparaison Malik Oussékine en 1986 et Rémi Fraisse, montre une forte dégradation du maintien de l’ordre. Oussékine = démission du ministre, excuses publiques du 1er ministre et visite du président chez les parents. Fraisse = « Ah bah, il y a eu un mort, les flics ont fait leur boulot, il n’y a pas eu de bavure ». Et si les zadistes étaient chiants, collants, envahissants, ils étaient moins agressifs, par exemple que les étudiants de mai 68 (pas de morts).

        La stratégie des manifestants au Vénézuela : n’est pas contestation, mais la violence meurtrière. Ce que montrent les faits transmis par taktak. Ils attachent des fils de fer à hauteur d’homme en travers des routes, tirent au bazooka bricolé ou à balle réelle de pistolet, ils ont brûlé 29 personnes dont celui filmé en vidéo, qui est mort il y a quelques heures. Les flics qui tuent = bavures : ils sont jugés et condamnés. Peut-être pas tous, difficile de juger comment s’est passée telle ou telle échauffourée, mais c’est l’attitude effective qui prévaut du gouvernement Maduro.

        Donc non, la France n’a pas de leçon à donner là dessus. notre grand pays démocratique qu’est la France : justement, quelle belle imposture, beau prétexte à mépriser les autres. L’Assemblée Nationale a soutenu la guerre de Sarkozy en Libye (482 voix pour, 27 contre, 7 abstentions). Quand la « démocratie » a pour fait d’aller détruire d’autres pays (et la Syrie, et les armes à l’AS contre le Yemen, et l’Ukraine...) eh ben on ramène pas sa frime, on la ferme. 


      • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 3 août 10:15

        Merci pour cet article qui remet les pendules à l’heure. Mais pas à celle du Monde et des autres me(r)dias...


        • Pere Plexe Pere Plexe 4 août 15:00

          @VICTOR Ayoli
          Qui peut croire que les violences serait le fait d’un seul camp ?

          Comment ce fait il que systématiquement soit passé sous silence le contexte ?
          Notamment le fait que les USA depuis au moins quinze ans essaye de virer les Chavistes 
          Pourquoi ne s’intéresse t ils pas à la personnalité des leaders de l’opposition ?
          Et à leurs actions ? 
          Comment les mêmes qui ont applaudi le coup d’état de Al Sissi peuvent ils jouer les vierges effarouchées ?
          Pourquoi les accusations de Maduro sont elles rejetées sans la moindre investigations ?
          Pourquoi la propagande de ces adversaires est elle reprises sans plus d’investigations ?
          Pourquoi le supposé manque de démocratie pose problème au Venezuella mais pas chez les Saoudiens ?

        • Buzzcocks 3 août 10:25

          Avec Taktak, les situations sont toujours simples, il y a les gentils et les méchants.
          Donc, les gentils, ce sont les chavistes, et bien entendu, les méchants sont forcement d’extrême droite manipulés par les USA qui tirent les ficelles.

          Mais jamais taktak ne pointera les dérives de Chavez/Maduro qui ont fait économiquement n’importe quoi. Quand un gouvernement ne fait que du clientélisme, en demandant à la compagnie pétrolière d’employer tous les Chavistes, on aboutit à la situation actuelle. Le Vénézuéla est atteint des mêmes maux que la Hollande dans les années 60, l’Algérie, et tous les pays qui ont basé leur économie sur une seule ressource. Il n’y a que la Norvège qui a bien géré sa rente pétrolière en finançant un fond souverain pour les générations futures. Mais pas en embauchant les copains qui ont adhéré au parti.
          Aucun investissement n’a été fait pour diversifier l’économie, et quand ils ont perdu le contrôle de la situation, ils ont appuyé sur l’accélérateur vers le ravin.

          Exemple, ces imbéciles ont voulu réglementer le prix du pain de base... du coup, les boulangers estimant la production de pains de base peu rentable, ont arrêté d’en produire pour se tourner vers des pains plus élaborés plus chers.
          Donc, inflation illico. En voulant réglementer le prix du pain, ces crétins ont obtenu l’effet inverse...


          • V_Parlier V_Parlier 3 août 14:36

            @Buzzcocks
            "Quand un gouvernement ne fait que du clientélisme, en demandant à la compagnie pétrolière d’employer tous les Chavistes, on aboutit à la situation actuelle. Le Vénézuéla est atteint des mêmes maux que la Hollande dans les années 60, l’Algérie, et tous les pays qui ont basé leur économie sur une seule ressource"

            Vous démontrez vous même que ça n’a rien à voir avec le fait d’être à gauche ou à droite. Ca existe même autant chez les souverainistes que les mondialistes, et il semble que vous ignorez à quel point le réseautage gangrène la France depuis des décennies. Ca ne justifie pourtant pas un coup d’Etat perpétré par une minorité.


          • Buzzcocks 3 août 14:45

            @V_Parlier
            Maduro est discrédité, il a conduit son peuple à la pauvreté totale. Chez nous, on vire nos présidents tous les 5 ans alors qu’ils n’ont pas perpétré le dixième des âneries économiques faites par cette bande de corrompus chavistes.
            Faudra m’expliquer pourquoi en Islande, ils ont renversé les mecs qui les ont conduit dans le mur, et au Vénézuela, étrangement, le peuple en redemande. (peut être parce que la clique de Maduro est une junte qui n’a nulle intention de partir du pouvoir).


          • Pascal L 3 août 12:11

            Qu’il est rassurant et intellectuellement confortable de pouvoir haïr quelqu’un !

            Mais la haine ne conduit qu’à la haine. Il faut des personnes d’une autre trempe pour pouvoir rétablir la paix.

            • Lugsama Lugsama 3 août 14:00

              Toujours drôle ces petits révolutionnaires occidentaux qui croient mieux connaitre ce qui se passe que les peuples sur place.

              Votre liste mensongère viens de site de propagande comme albaciudad.. wouahouu

              Pas un mot sur l’echec total de la constituante et de la fraude général associé ? Ah oui on en parle pas sur vos site marxiste smiley

              • joelim joelim 3 août 14:42

                @Lugsama
                Quelle fraude ? 


                Etonné qu’une entreprise privée dénonce ainsi ses clients – fait exceptionnel, en général les bénéfices passent d’abord –, j’ai passé 20 secondes à me renseigner et en fait le patron de cette boîte est un vieil associé de Soros qui a pondu un bouquin sur la globalisation et le gouvernement mondial.

                Le mec fiable quoi. smiley Normal que les médiapourris propulsent son opinion comme une sainte relique. smiley

                Preuves :


              • Lugsama Lugsama 3 août 15:47

                @joelim

                Vous pouvez vous rassurez comme vous voulez, il y a eu une fraude géante, sinon pourquoi le gouvernement aurait interdit toute observateur sinon ?

              • V_Parlier V_Parlier 3 août 15:56

                @Lugsama
                Peut-être que c’est le cas, mais alors pourquoi en Europe ne lance-t-on pas de procédures pour destituer des gouvernements comme c’est à la mode en Amérique du Sud ?.. Ah ce n’est pas possible chez nous ? Et bien voila, c’est ça la solution plus démocratique : J’y suis j’y reste point barre. (Personnellement je n’ai rien contre le principe mais alors qu’on n’aille pas discuter de la validité de la constituante au Venezuela en situation de pré-putsch).


              • Lugsama Lugsama 3 août 15:59

                @joelim

                En plus je viens de vérifiier ce n’est même pas la bonne personne.... le patron et auteur de la révélation de la triche est Antonio Mugicala.

              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 3 août 16:37


                @Lugsama

                echec total de la constituante et de la fraude général associé

                Vos sources ?



              • sls0 sls0 3 août 17:29

                @Lugsama
                Les petits révolutionnaires résident au même endroit que le p’tit réactionnaire lugsama.

                En quoi le réationnaire serait plus au courant que les révolutionnaires.
                Déjà le mot révolutionnaire est il indiqué ? Ne pas se laissé influencer par la doxa atlantiste est ce révolutionnaire ?
                Tout au plus de l’autodéfense intellectuelle, de l’hygiène mentale ce qui est peut être rare de nos jour mais pas révolutionnaire.
                Franchement ça vous fait chier cette liste de noms, même si l’on a des doutes il est facile d’avoir les différents sons de cloche en tapant leurs noms sur internet.
                Ce n’est pas vraiment le style propagande, rien que des noms et des causes qui dans l’ensemble me paraissent assez factuels.

                Dans l’article il y a des arguments sérieux, à vous de trouver des arguments sérieux.
                Essayer d’imiter le style Porochenko ce n’est pas très sérieux, c’est du discour à raz des paquerettes plutôt que de l’argument.




              • Lugsama Lugsama 3 août 17:34

                @Nicole Cheverney

                Source, l’entreprise qui gèrent les machines de votent depuis des décénnies..

              • Lugsama Lugsama 3 août 17:38

                @sls0


                Vous ignorez la liste ?

                Vous défendez une dictature narco-militaire, pourquoi mentir sur les victimes ? 

                Ou sont les arguments sérieux ; smiley

              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 3 août 17:41

                @Lugsama

                Antonio Mugicala : PDG de la Sté Smartmatic, société basée à Londres !

                Londres ! Tu m’en diras tant !



              • Lugsama Lugsama 3 août 17:58

                @Lugsama

                Soros la réponse a tout, bizarre Chavez lui faisait confiance pour toutes les élections et le jours ou le pouvoir fait une constituante rejeté par 80% de l’opinion, ou elle interdit aux journalistes de filmer les centres vides, a toutes observateurs de contrôler, les machines remontent des irrégularités... quel coïncidence incroyable.

                La fraude est incontestable, tout comme la répression militaire et le bilan économique du chavisme.
                Vous êtes des zombis adorateur de dictateurs à l’esprit totalement soumis. 

                Ensuite votre lien ne prouvent rien a par des bouffés délirantes de complotistes, il est vide de fond.


              • sls0 sls0 3 août 18:09

                @Lugsama
                Soros, Soros.

                Ben oui il revient souvent sur la table et vous n’êtes pas étranger à cette présence, pas mal de vos liens quand on gratte un peu coté média ou journaliste on tombe sur open society ou la NED qui sont liés à Soros.
                Vous tendez le bâton pour vous faire taper dessus c’est le moins que l’on puisse dire.
                33°, le soleil à la vertical, il est midi heure de Caracas, il ne reste que le ventilateur et lire vos conneries comme occupation.

              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 3 août 18:34

                @Lugsama

                La fraude est incontestable,

                Elle ne sera incontestable que lorsque les allégations de Antonion Mugicala seront prouvées.

                D’autre part votre lien n’est absolument pas fiable un instant.

                 En effet, Runrunes, est un journal d’opposition depuis des années contre Hugo Chavez et plus tard Maduro.

                 Il est dirigé par un journaliste Nelson Bocaranda, qui s’oppose frontalement aux Socialistes au pouvoir. Son journal a une position éditoriale conservatrice, plutôt axée sur les entreprises, libéral.
                Le 13 avril 2002, après la tentative de Coup d’Etat contre Chavez, Runrunes titre :

                « El Paso Adelante » - traduction : "En avant !

                On pourrait traduire également : En marche ! smiley


              • sls0 sls0 3 août 19:06

                @Lugsama
                Je n’ignore pas la liste c’est à peu près la même de l’article, il y a de jolies photos pour l’émotionnel, il faut qu’on puisse mettre un visage sur une victime.

                A peut près la même liste, bon ils allaient quand même pas mettre les gens pro constitution ça aurait fait désordre.

                Bien entendu c’est en espagnol langue que tout les lecteurs maitrisent.
                Un modèle de variante les morts de la boulangerie :
                Dans le lien c’est des victimes de maduro, ensuite on explique la cause de la mort, on oublie de préciser que c’était lors d’un pillage de l’opposition.
                Mort du patron et de son employé par les opposants et morts d’opposants dont une bonne partie électrocutée lors du pillage.

                L’information est un peu biaisée, non ?
                Comme d’habitude il faut 5 minutes pour faire le lien du site avec Soros. Après venez vous plaindre qu’il revient souvent sur la table ce bon Soros. Vous prenez les gens pour des lapins de 6 semaines en les croyant incapable de réflexion, c’est un peu votre faute.
                Sun tseu à dit :
                Si tu te connais et que tu connais l’ennemi il y a de grande chances de victoire.
                Si tu te connais mais que tu ne connais pas l’ennemi les chances sont mitigées.
                Si tu ne te connais pas et que tu ne connais pas l’ennemi c’est la défaite.
                Vous vous croyez au dessus des autres et vous les prenez pour des lapins de 6 semaines, j’ai bien peur quand niveau dialectique vous alliez de défaite en défaite.
                Je l’ai déjà écrit, vous êtes franchement contre productif vis à vis de la cause que vous voulez défendre pour le plus grand bénefice des autres qui n’ont pas la même cause.
                Vous devriez changer de nom, l’idiot utile de Maduro vous irait comme un gant.

              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 3 août 19:21

                @Lugsama

                Je ne dis pas que Soros a la réponse à tout, je dirais même le contraire, il est un mystère à lui seul resté sans réponse. Car les néo-conservateurs, les ultra-libéraux, ont besoin des milliardaires assez idéologues pour servir les intérêts du capitalisme. C’est ainsi que des vieillards peuvent rester frais comme des gardons, tel Soros pour plomber à coups de milliards toutes tentatives des peuples à se libérer de la dictature du capitalisme. Les néo-cons l’ont fait en Russie, où ils ont mis un pantin alcoolique, beurré du matin au soir à la Vodka au poivre, ils ont ré-édité l’expérience avec un chocolatier ulra-libéral ukrainien, en créant le fameux Maïdan, bref, les exemples ne manquent pas, Pourquoi voudriez-vous que Soros cet obligé des très officiels dirigeants des USA, ne concentre pas à nouveau son énergie - peut-être le peu qu’il lui reste avant de rejoindre la mer de la Tranquillité, vu son grand âge, avec le Vénézuela ? Caramba ! On en a vu de bien belles depuis, de ces agitations fomentées de l’extérieur. Souvenez-vous... ah non ! vous êtes trop jeune, Zorro ! Avec l’histoire de la Californie qui voulait être indépendante à coup de dollars contre l’Espagne. Zorro ! Soros ! Vous voyez, il faut si peu à un homme pour se révéler exceptionnel dans ses actes.
                Zorro avec chapeau, Soros avec des biffetons smiley Ainsi va la vie....


              • joelim joelim 3 août 20:36

                @Lugsama

                En plus je viens de vérifiier ce n’est même pas la bonne personne.... le patron et auteur de la révélation de la triche est Antonio Mugicala.

                OK, le chairman, soit un des dirigeants, est un Lord anglais associé depuis longtemps avec Soros.

                Et la boîte, contre toute logique commerciale, dénonce l’Etat vénézuélien.

                Vous y voyez un hasard ?

                A t’elle produit les preuves ?

                Quant à l’absence d’observateurs il me parait évident que des gens qui boycottent une élection ne vont pas servir la soupe en se proposant comme observateurs. De plus, que vous en fassiez une preuve de triche démontre l’absence de rigueur de vos raisonnements [sur le Venézuela tout du moins]. 

              • joelim joelim 3 août 20:38

                Que ce ne soit pas le vieil ami de Soros qui produise lui-même cette dénonciation est-il étonnant ?


              • Lugsama Lugsama 3 août 22:42

                @joelim

                Sauf que c’est la personne choisit par Chavez pour organiser jusqu’au vote de sa destitution. Jamais un problème et le jour ou les observateurs sont interdit, des milliers de bureau de vote vides, et une participation statistiquement impossible la dernière heures : fraude, comme par hasard.

                Et même avec les chiffres officiels les la participation est un bide monumental, surtout avec les menaces de licencient et de non rationnement..

                De toutes façon personnes ne doutent de la fraude à part quelque lobotomisés marxistes, même le pouvoir s’est retrouvé sonné par les révélations.. c’est dire.

              • Lugsama Lugsama 3 août 23:11

                @Nicole Cheverney


                Vous faites une fixation sur Soros qui est un milliardaire fait des dons à quantités d’association et entreprises qui se disent démocrate, je comprend que pour un fachiste ce ne soit pas votre tasse de thé mais qu’est-ce que ça peux bien faire dans le débat, quel est l’argument ?

                Moi j’en ait rien a taper de Soros, Trump ou je ne sait quoi. C’est juste que je vois une bande de cons lobotomisés tenter de défendre une dictature ou vis ma belle famille et souffre.

                De plus rien n’est défendable dans ce régime militaire, vous n’avez d’ailleurs jamais aucuns autres argument que « Soros » « Payés par les américains » « Goebeels » « pipi »caca" dès qu’on vous donne le bilan le plus objectif possible de l’expérience chaviste.

                Politiquement : répression, non respect du processus démocratique, censure des médias, narcotraffique, corruption etc...
                Économiquement : ruine la plus honteuse de l’Histoire, la faim, plus de médicament, plus de papier toilette, inflation de rpesque 1000%, une monnaie inférieur a la monnaie virtuel du jeu world of warcraft...

                Bref, une grande réussite.


              • Pere Plexe Pere Plexe 4 août 15:18

                @Lugsama
                Au moins cette liste existe avec des noms des dates des lieux.

                Si c’est faux ce sera un jeu d’enfant à démontrer.
                Je ne doute pas que l’opposition s’en régale rapidement.
                A moins que...

              • Buzzcocks 3 août 16:10

                Il faut peut être rappeler que les législatives de 2015 ont mis en minorité les chavistes mais que la « justice » a invalidé l’élection.
                Bref, le pouvoir en place n’a pas trop aimé le résultat.

                Si en France, après une élection nettement remportée par un camp, la justice invalidait le résultat, il y aurait aussi un peu de monde dans les rues et le climat ne serait pas des plus sains.

                Bref, Maduro a perdu en 2015, il aurait du laisser la place. C’est comme ça que ça marche normalement....

                Ensuite l’opposition du MUD rassemble un large spectre de la vie politique vénézuélienne avec des conservateurs, des libéraux, des sociaux démocrates dont effectivement la priorité est de dégager la mafia au pouvoir depuis 99.
                C’est donc un peu facile de dire que toute cette coalition est d’extrême droite pilotée par les USA.

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès