Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Vers la troisième guerre mondiale ?

Vers la troisième guerre mondiale ?

Ceux qui me lisent depuis longtemps savent que je me garde habituellement de tout sensationnalisme ou catastrophisme. Mais de plus en plus d’événements et de déclarations d’hommes politiques de différents pays pointent vers ce danger majeur. Ce qui rend les choses graves, à mon avis, c’est que, du côté américain, les voix les plus agressives sont celles qui ont le meilleur accès aux médias de masse.

Nous avons passé il y a quelques années déjà, un cap important : les nouveaux dirigeants des principaux pays de ce qu’il est convenu d’appeler « l’Occident » n’ont pas connu la deuxième guerre mondiale, ils ne savent pas au plus profond d’eux-mêmes, comme le savaient leurs prédécesseurs, les ravages d’une guerre. Ils n’ont pas connu l’accumulation des morts, des morts le plus souvent pour rien, simplement pour aboutir à un accord que l’on aurait pu atteindre en faisant l’économie de cette guerre. Les morts n’ont servi, le plus souvent, qu’à faire accepter ce qui semblait inacceptable avant le déclenchement de la guerre. Ceux qui n’ont pas connu la guerre ne savent pas. Ils ont bien une connaissance « intellectuelle » du drame que constitue une guerre, pour ceux, au moins, qui ont des connaissances historiques, ce qui n’est malheureusement pas le cas de tous. Mais seule une connaissance « émotionnelle » peut empêcher des dirigeants de commettre l’irréparable.

Aux Etats-Unis la majorité des dirigeants actuels n’ont connu que des guerres lointaines auxquelles ils n’ont pas participé, mais ils font preuve d’une incapacité quasi pathologique à prendre le passé en compte dans leurs raisonnements. C’est pourquoi ils sont capables de commettre les mêmes erreurs, poursuivre les mêmes politiques qui n’ont pas fonctionné dans l’espoir vain que « plus de tout » finira par donner les résultats escomptés.

L’armée américaine présente un peu partout dans le monde n’a pas gagné une seule guerre depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Elle a cependant réussit à semer le chaos dans un grand nombre de régions, en particulier au Moyen Orient. Cela n’empêche pas Barak Obama de proclamer, comme, d’ailleurs, son prédécesseur que les Etats-Unis sont le « pays élu » qui doit veiller sur l’ordre du monde et que l’armée américaine est « la meilleure force de combat que le monde ait connu » (« The finest fighting force in the history of the world »). Que des citoyens américains aient ce genre de pensées me semble parfaitement normal. Mais que ceux qui sont supposés diriger un pays qui est un de ceux dont dépend le futur, voir l’existence même du monde a quelque chose d’effrayant.

C’est d’autant plus effrayant que bon nombre de politiques américains n’ont pas abandonné leur rêve de changement de régime en Russie. Les résultats obtenus dans d’autres pays[1], bien plus petits, bien moins importants, bien moins armés ne les font apparemment pas réfléchir. Ils poursuivent donc leur politique agressive, la diabolisation du président russe, l’extension de l’Otan toujours plus près des frontières russes, les sanctions économiques qui ne font souffrir que les Européens, les provocations en Ukraine après la Géorgie et maintenant en Syrie avec l’aide d’un président turc qu’ils croient manipuler mais qui ne joue que son propre jeu.

Au mois de janvier dernier, on a pu croire à la possibilité d’une coopération dans la lutte contre l’Etat Islamique. Les espoirs ont été vite déçus et il y a quelques jours, le secrétaire d’état Ashton Carter a déclaré que la Russie était l’ennemi principal des Etats-Unis, avant la Chine, avant le Corée du Nord, avant l’Etat Islamique !

Deux des plus grands hommes d’état américains, d’après Stephen Cohen, se sont élevés contre cette politique. Tout d’abord Henri Kissinger qui était à Moscou la semaine dernière. Kissinger connaît bien Vladimir Poutine, il l’a rencontré pour la première fois au début des années 90 quand Vladimir Poutine travaillait à la mairie de Saint-Pétersbourg avec le maire de l’époque Anatoly Sobtchak et ils ont continué à se rencontre tous les ans. Le second de ces vrais homme d’état au sens que Winston Churchill donnait aussi à ce terme, William Perry, ancien secrétaire d’état à la défense de William Clinton déclarait récemment : « Le danger d’une catastrophe nucléaire est aujourd’hui, à mon avis, plus grand qu’il ne l’a été pendant la Guerre Froide… et pourtant, notre politique ne tient pas compte de ces dangers » (“The danger of a nuclear catastrophe today, in my judgment, is greater than it was during the Cold War…and yet our policies simply do not reflect those dangers,” said Perry[2], who is a faculty member at Stanford’s Center for International Security and Cooperation).

Pour Stephen Cohen qui s’exprimait ainsi dans l’émission de John Bachelor[3] reprise par le magazine américain « The Nation » (« The John Bachelor show »), les hommes politiques américains ne sont pas à la hauteur de la situation. Les provocations vis à vis de la Russie se poursuivent, montrant qu’à Washington, un certain nombre de politiciens n’ont pas abandonné leur rêve de changement de régime en Russie.

Ainsi, le président ukrainien déclarait récemment qu’il avait décidé de ne pas appliquer les accords de Minsk, pourtant garantis par l’Allemagne et la France, à côté de la Russie, sans déclencher de réaction ni du côté européen, ni du côté américain. De leur côté, les Etats-Unis annonçaient leur intention de quadrupler les dépenses militaires de l’Otan en Europe. C’est la première fois qu’autant de forces de l’Otan se massent à la frontière russe. La Russie répond en déplaçant ses forces nucléaires vers l’ouest du pays. Elle organise également des manœuvres de grande ampleur dans le sud ouest du pays et un responsable militaire russe annonce qu’il s’agit aussi d’un signal en direction de la Turquie !

Car c’est du côté de la Syrie que vient le réel danger aujourd’hui. Les Etats-Unis ont abandonné le dossier ukrainien à l’Union Européenne qui, elle, a autre chose à faire qu’à s’occuper de ce dossier pourtant si important pour l’avenir de l’Union Européenne et de ses relations avec la Russie.

En Syrie, deux acteurs commencent à s’agiter dangereusement, la Turquie et l’Arabie Saoudite. Les deux ont mentionné la possibilité d’une intervention militaire sur le terrain et c’est cette intervention qui pourrait déclencher l’irréparable. N’oublions pas que la Russie a actuellement quelques vingt mille soldats sur le territoire syrien. Que fera-t-elle pour les protéger en cas d’invasion par ces deux pays. Seule les Etats-Unis ont le pouvoir d’empêcher leurs deux alliés de mettre ces projets à exécution. Mais ce pouvoir est-il encore réel ? Du côté turc, Recep Tayyip Erdogan semble prêt à tout pour défier la Russie comme il l’a montré en faisant abattre le bombardier russe au dessus de la Syrie. Il se croit protégé par son appartenance à l’Otan. Cette protection a des limites, mais en est-il conscient ? Le lui a-t-on expliqué ? L’article 5 du traité de l’Atlantique Nord prévoit qu’en « cas d’attaque d’un des pays membres, les autres pays prendront les mesures qu’ils jugeront nécessaires, y compris (mais donc pas nécessairement) l’usage de la force armée pour rétablir et maintenir la sécurité de la zone de l’Atlantique Nord[4] ». On connaît la réticence des Etats-Unis à signer des accords qui les entraineraient de façon automatique dans des actions extérieures.

Peut-on faire confiance au dirigeant turc dont les accès de mégalomanie et le mépris des lois de son propre pays est notoire.

La partie saoudienne n’est guère plus rassurante. L’inexpérience et l’agressivité du Prince Mohammad bin Salman, fils du roi Salman et ministre de la défense du royaume ne porte pas à l’optimisme. On en revient donc à Barak Obama et à l’évaluation de sa capacité à retenir les dirigeants des deux pays.

Dans un article paru sur son site, le journaliste d’investigation américain Robert Parry[5] ne semble pas convaincu que le président américain ait la volonté de s’opposer à l’Arabie Saoudite et à la Turquie. Et il semblerait qu’il ne soit pas le seul dans son cas. D’autres personnes doutent de la volonté d’Obama et c’est pourquoi certaines des sources de Robert Parry lui donnent des informations classées. Ainsi, Parry peut-il écrire : « Une source proche du président Vladimir Poutine m’a dit que la Russie avait prévenu Erdogan qu’elle était prête, en cas de besoin, à utiliser des armes nucléaires tactiques pour protéger ses troupes face à une attaque turque ou saoudienne ». (« A source close to Russian President Vladimir Putin told me that the Russians have warned Turkish President Recep Tayyip Erdogan that Moscow is prepared to use tactical nuclear weapons if necessary to save their troops in the face of a Turkish-Saudi onslaught.”). Jusqu’à présent, et cela fait de nombreuses années que je lis les articles de Robert Parry, il n’a jamais mentionné de sources « proches de Vladimir Poutine ». En revanche, il mentionne souvent des sources internes aux services de sécurité américains. Je pense donc que l’information lui a été fournie par une de ces sources qui lui a parlé afin que la nouvelle soit rendue publique pour faire pression sur Barak Obama. Quant aux services américains, ils tiennent certainement la nouvelle de la Russie elle-même qui aura prévenu les Etats-Unis et l’Otan de ses intentions comme elle le fait régulièrement.

Ce qui amène Robert Parry à poser la question suivante : « Allons-nous risquer une guerre nucléaire pour AlQaïda ? » Barak Obama a cherché et cherche à calmer son dangereux allié Erdogan, mais il ne semble pas, pour l’instant au moins, décidé à interdire directement toute intervention au sol en Syrie. Le dilemme, pour lui, est que des alliés traditionnels des Etats-Unis comme la Turquie, l’Arabie Saoudite ou le Qatar sont les principaux soutiens et « banquiers » de divers groupes terroristes sunnites comme le Front Al Nusra, un allié d’Al Qaïda et dans une moindre mesure, de l’Etat Islamique.

Cette situation ne date évidemment pas d’hier et comme le mentionne Robert Parry dans son article, un rapport de la DIA (Defense Intelligence Agency) daté d’août 2012 faisait état du danger que représentait la montée en puissance d’Al Qaïda et d’autres groupes djihadistes sunnites en Syrie qui pourrait amener la création d’un « état islamique » dont les membres pourraient ensuite retourner en Irak d’où la plupart d’entre eux venait. Malgré tout, les Etats-Unis ont continué à soutenir ces mouvements prétendant qu’il s’agissait d’une « opposition modérée », opposition qui présentait, pour les mouvement plus violent, la possibilité de recevoir des approvisionnements en armes et munitions américaines.

Aux Etats-Unis mêmes, Barack Obama est soumis à une intense pression du parti de la guerre dont le porte parole, le quotidien « The Washington Post » déplore l’action « sauvage » de la Russie en Syrie[6], contre l’opposition modérée, dans laquelle l’éditorialiste semble ranger le Front Al Nusra !

Robert Parry va jusqu’à envisager, dans la conclusion de son article la possibilité que les Etats-Unis fassent cause commune avec la Turquie et l’Arabie Saoudite dans l’invasion de la Syrie. Non pas officiellement, bien sûr. Il pense que l’opération pourrait être présentée comme une sorte de « mission humanitaire ».

Pourtant, la Russie l’a dit clairement, « toute intervention au sol sans l’aval officiel de Damas sera considéré comme une déclaration de guerre ». Evidemment s’il juge la détermination russe à l’aune de sa propre détermination, ce qui serait logique, Obama peut penser que la Russie a tracé là une « ligne rouge » qu’elle ne défendra pas, comme lui même l’avait fait avec l’utilisation d’armes chimiques. Mais le président russe n’est pas de la même trempe. Il prévient sans vraiment menacer et agit ensuite suivant ce qu’il avait annoncé. C’est vrai qu’il est peut-être le seul à se comporter de la sorte aujourd’hui, mais il faudrait tout de même y réfléchir, les enjeux n’ont jamais été aussi élevés !

La Russie n’a fait que deux déclarations à propos d’une éventuelle invasion : la première « si des troupes d’une quelconque nation entrent en Syrie sans la permission de Damas, ce sera considéré comme une déclaration de guerre » et la deuxième, « les Américains, le président américain et nos partenaires arabes doivent se demander s’ils souhaitent une guerre permanente ».

Certains états arabes se comportent encore comme s’ils se disaient « les Russes n’oseront pas ». Après ce qui s’est passé en Lybie, je ne parierais pas grand chose là dessus !

Le dernier attentat qui a tué au moins vingt huit personnes à Ankara n’a certainement pas arrangé la situation. Les autorité turques ont accusé les Kurdes. Erdogan est resté plus vague, selon un article du Wall Street Journal, il aurait déclaré : « Ceux qui pensent pouvoir détourner notre pays de ses objectifs en utilisant le terrorisme vont voir qu’ils ont échoué ». A qui pense-t-il en disant cela, les Kurdes, l’Iran, la Russie ?

 

[1] Irak, Afghanistan, Libye, Yémen… Ukraine.


Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 20 février 08:32

    « C’est d’autant plus effrayant que bon nombre de politiques américains n’ont pas abandonné leur rêve de changement de régime en Russie. »

    Imparfait certes, le régime a changé en passant de l’URSS à la Russie depuis la chute du Mur de Berlin, celle du Rideau de Fer, les disparitions de l’URSS et du Pacte de Varsovie.
    Depuis 1989, les USA se sont mis hors de l’Histoire en continuant de considérer la Russie comme un ennemi.

    Géopolitique & Géostratégie : Europe, Russie & USA

    http://www.sincerites.org/article-geopolitique-geostrategie-europe-russie-usa-101129499.html

    Discours historique et géopolitique que François Hollande ne prononça pas en Normandie lors du 70ème anniversaire du Débarquement

    http://www.sincerites.org/2014/06/discours-historique-et-geopolitique-que-francois-hollande-ne-prononca-pas-en-normandie-lors-du-70eme-anniversaire-du-debarquement.ht


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 20 février 10:03

      Depuis l’écrasement des nazis et Yalta, ça doit être la 395 021 000ème fois qu’un mec vachement intelligent prédit la troisième guerre mondiale...


      • Pyrathome Pyrathome 20 février 14:12

        @M de Sourcessure
         Ah mon pauvre monsieur, m’en parlez pas !!
        En 1938, on avait les mêmes....


      • colere48 colere48 20 février 15:15

        @M de Sourcessure

        395 021 000ème fois qu’un mec vachement intelligent prédit la troisième guerre mondiale...

        Depuis que j’observe plus ou moins attentivement vos intervention sur ce site, ce dernier post, est probablement le plus con qu’il m’ait été donné de lire !


      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 20 février 16:20

        @colere48
        venant de votre part, j’apprécie cette remarque, car comme vous le savez, rien n’est plus délicieux que d’être traité de con par des gens comme vous !


      • Shawford Shawford 20 février 18:45

        @Fier atome

         —
         ----------
        -------------------
         ----------
         ---------------

        Une comme ça t’ira en attendant qu’on peaufine le design ? smiley smiley


      • Shawford Shawford 20 février 18:46

        @M de Sourcessure

        Papy moujon, tes neurones m’empêchent de dessiner une soucoupe volante toute moche à pyra, ça va barder smiley smiley


      • Pie 3,14 20 février 19:28

        @M de Sourcessure

        Comment osez-vous remettre en question cet article de fond basé sur une analyse géopolitique sérieuse et des pronostics aussi subtils que nuancés ?

        Vous avez suscité la colère de colère48 qui comme son pseudo l’indique en est déjà à sa 48ème guerre mondiale et c’est bien compréhensible.

        Tenez-vous le pour dit : ici c’est la guerre, ça ne rigole pas.



      • Hank 21 février 13:47

        @M de Sourcessure Je dénote de l’arrogance et en soi cela ne peut que confirmer qu’une guerre majeure est inévitable. Vous devriez faire le décompte du nombre de secondes depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, car est ce possible que vous entendiez cette ce genre de proposition dans votre sommeil également. 


      • gogoRat gogoRat 22 février 14:22

         Très malins tous ces grands fûtés qui en sont encore à chercher qui a la plus grosse !

         Merde ! Combien faudra-t-il encore de ’der des der’  ?
         - http://pluzz.francetv.fr/videos/apocalypse_verdun.html
         - https://fr.wikipedia.org/wiki/Bilan_de_la_Seconde_Guerre_mondiale
         ... pour se rendre compte que dès aujourd’hui, eux mêmes n’en ont rien à f..... de déterminer qui avait la plus grosse entre les belligérants du passé !
         

         Si un mérite est a accorder a ceux qui ont pris des risques, notons que pour être honnêtes, les seuls dont on soit assurés qu’ils ont effectivement pris des risques, sont ... les morts et les éclopés, victimes des incitations et des ordres qu’ils ont suivis !

         Ce devrait être l’inverse d’un honneur pour les instigateurs, bonimenteurs, puissances de l’ombre, stratèges en herbe, en costard ou en uniforme, et donneurs d’ordres ou de conseils (de guerre) !


      • filo... 20 février 11:59

        Les américains se frottent les mains ; ils ont réussis. Après avoir ratés, grâce à inintelligence des russes, leurs coup avec la pseudo crise ukrainienne ici en Syrie ils ont trouvés en Erdogan et les saouds des imbéciles de services prêts à tout.
        Erdogan le malade mentale, le psychopathe criminel qui sous prétexte de vouloir réaliser le rêve turc de retrouver l’empire d’antan, trafique le pétrole et les armes et raquette UE avec les hordes des réfugiés manipulé à sa guise.
        Amérique est contente car elle va réussir à provoquer un conflit de grand ampleur mais encore une fois de plus hors de son territoire. Vraiment ?

        Ils ont peut être oubliés ou pas bien entendus quand les russes ont dits au débuts de cette escalade en Ukraine, qu’en cas de prochaine guerre mondiale elle se fera aussi et pour la première fois dans l’histoire, sur le sol américain.
        Et ce que les russes disent ils le font !

        En Syrie la machine de propagande de guerre occidentale monte en puissance :

        Obama a tél. hier soir à Erdogan pour lui dire qu’il comprend et trouve légitime sa position concernant les kurdes après ces derniers attentats. Cela s’appelle, c’est bien connu : ajouter de l’huile....

        Auparavant ce même Obama avait déclaré qu’il trouve sympathique l’idée saoudienne de former une coalition pour intervenir en Syrie.

        F. Hollande, fidèle et serviable pion américain a déclaré aussi hieri sur France Inter que la guerre entre la Russie et la Turquie est probable.

        La Roussie a proposée une résolution ce soir au Conseil de Sécurité de l’ONU. Cette résolution est immédiatement rejetée par la France.

        https://francais.rt.com/international/15991-paris-rejette-resolution-russe-syrie

        Hollande a demandé que la Russie arête les bombardements en Syrie et aussi de soutenir Bachar el-Assad qui doit, selon lui, quitter le pouvoir.

        USA, Grand Bretagne et la France ont mis leurs veto à la résolution russe concernant la Syrie.

        http://fr.sputniknews.com/international/20160220/1021935192/resolution-onu-syrie-russie.html

        Très décevante cette France là !

        Donc F. Hollande continue de caresser les saouds dans le sans des poils et de vouer aux américains une soumissions sans limites.

        Sous peu les choses deviendront irréversibles...
        Quelle conneries la guerre...


        • goc goc 21 février 03:10

          @filo...
          Je suis entièrement d’accord avec vous (et avec l’article).

          J’ajouterais un autre élément important qu’on oublie un peu trop vite, c’est l’arrêt de l’embargo US sur Cuba. Pour moi, c’est là qu’on saura que la guerre est proche. En effet les dirigeant américains congénitalement anticommunistes, ont deux peurs : les russes et les cubains. Cette dernière peur étant entretenue par les ex-cubains en mal de revanche.

          Car les américains n’ont pas oublié qu’a une époque, il y avait des missiles russes à moins de 500km de leur territoire. Et ils ne veulent surtout pas que ça recommence.

          Donc pour moi, la mise en scène des mamours d’Obama envers les Castro est un leurre, destiné dans un premier temps, à remettre les pieds à La Havane, pour, dans un deuxième temps, via des ONG, y installer une nouvelle révolution de couleur « démocratique », puis virer les communistes et y mettre des anti-castristes purs et durs du gabarit des fachos ukrainiens, et tout ça afin de se mettre à l’abri de rampes de lancement russes.

          Bref je suis certain que les américains vont attendre la prise de contrôle de Cuba pour déclencher la guerre


        • volpa volpa 21 février 15:39

          @goc
          La Russie de l’Est est proche des usa.


        • goc goc 21 février 18:20

          @volpa

          certes !

          Mais c’est entre la Russie et l’Alaska,
          et puis cet état n’a aucun intérêt stratégique ou militaire, donc même les ricains s’en foutent (et encore plus les russes).

          en fait entre le détroit de Béring et Seattle, il y a 3500 km, alors qu’entre La Havane et Miami, il y a à peine 500km

          donc autant, les ricains auront le temps de réagir face à un tir de missile depuis là-haut, autant un tir depuis Cuba sera trop rapide pour pouvoir se défendre


        • porcinet 21 février 22:37

          @goc
          Bien sûr que la soudaine « amitié » des yankees envers Cuba est on ne peut plus louche, surtout quand Hollande en rajoute une couche, c’est qu’il y a une terrible embrouille qui se prépare pour certains pays latinos amis et frères de Cuba : Venezuela, Equateur, Bolivie et Argentine de façon détournée. Hollande et sa clique sont dans tous les plans sinistres atlantistes et son voyage actuel dans le Pacifique est de tout aussi mauvais augure. Quand les vautours cherchent une nouvelle villégiature il faut se poser des questions sur ce qui se passera à l’endroit choisi par ces volatiles.

           Les USA font semblant de vouloir le bien de l’île de Castro, de la rumba et du rhum, mais ils ont l’ambition de la soumettre aux lois crapuleuses du (de leur) marché et de la drogue, d’en faire un lupanar géant. De plus ils ont l’intention d’y créer une énorme base militaire pour leurs projets latino-américains, dès que les cubains seront endormis. C’est tellement évident que même le pape en a pleinement conscience, c’est dire....


        • volpa volpa 22 février 08:16

          @goc
          Je pense que la frontière Est de la Russie possède les moyens de toucher les USA là où il y a de la population.
          En revanche côté Russe il n’y a pas de très grandes villes.


        • sophie 24 février 13:08

          @volpa
          vous tous semblez oublier que l’essentiel des engins nucléaires sont embarqués , notamment dans des sous-marins.


        • fred.foyn Le p’tit Charles 20 février 12:12

          Peut probable il me semble, mais des conflits ciblés pour faire tourner les usines à canons et permettre à l’économie de garder une ligne évitant l’effondrement des nations...


          • meslier meslier 20 février 12:27

            Les marchands d’armes , de canons , d’avions etc... ne veulent pas de guerre mondiale nucléaire ,
            c’est pas rentable pour eux , ils veulent des conflits permanents ....


            • jacques 20 février 12:30

              @meslier
              tout à fait , un conflit majeur détruirait tout et surtout internet , hors c’est la colonne vertébrale du système, donc rien à craindre de ce côté, par contre il va y avoir un développement des conflits mineurs qui permettent aux marchands de faire un max de blé, observez la bourse, c’est très intéressant.  smiley


            • keiser keiser 20 février 12:55

              @meslier

              Exactement, les loobys n’ont aucun intérêts à ce que les conflits soient à leur porte.
              C’est toujours mieux chez les autres.

              Cependant, l’auteur à raison de dire que quand ceux qui ont connu la 2° guerre mondiale auront disparus.
              Il n’y aura plus le frein de la mémoire de l’horreur.


            • alinea alinea 20 février 12:51

              Si c’en est au point que vous dîtes, il nous faut absolument descendre dans la rue et intimer l’ordre à Hollande de se retirer du bazar et sortir de l’OTAN.
              Parce que, même pour les égoïstes, nous ne sommes peut-être pas aux premières loges, mais bien placés au parterre devant la scène !


              • filo... 20 février 13:08

                @alinea
                Votre président fait tout le contraire de bon sans que vous affirmez. Il montre à Obama qu’il est en parfaite symbiose avec les américains.
                Il fait preuve d’un incroyable illettrisme politique et totale absence des visions politiques. Comble de médiocrité

                Très décevante cette France là !


              • alinea alinea 20 février 21:32

                @filo...
                Oui mais sous prétexte « d’urgence » les gens se disent que c’est interdit de s’exprimer ! Si personne ne contre le pouvoir, il va où il veut, c’est-à-dire toujours trop loin !


              • filo... 20 février 23:19

                @alinea
                Au faite l’enjeu « d’urgence » c’est élection présidentiel de 2017. Le but caché et inavoué est de la repousser au calendes grecs.
                En France vous êtes en route pour une dictature.
                Sur mesure et avec accord tacite de l’opposition actuelle.

                Réveillez vous avant qu’il ne soit trop tard !
                Agissez...


              • alinea alinea 21 février 22:21

                @filo...
                Je suis réveillée, mais impuissante. Certains ont des oeillères, certains ronflent, d’autres ne veulent pas y croire, d’autre ne peuvent pas y croire ; alors, ça viendra.


              • porcinet 21 février 22:51

                @filo...
                Hollande a été biberonné à la soupe atlantiste depuis son enfance comme tout son entourage et tous ses supporters, il en redemande chaque jour ! plus il pourra donner de preuves à ses maîtres étatsuniens et israéliens qu’il est du bon côté de la force, plus il sera rassuré et plus il ira confiant dans le mur. Cet idiot congénital est une vraie catastrophe pour le pays qu’il précipite dans des conflits à venir dont il n’a même pas idée. Ceux qu’il a sur les bras actuellement sont déjà d’une gravité exceptionnelle, il n’a surtout pas conscience d’en être l’un des principaux fauteurs.

                Mon Dieu délivrez notre pays des criminels qui le ravagent !!! 


              • filo... 21 février 23:41

                @alinea
                Pourvu qu’il ne soit pas trop tard ?


              • Shawford Shawford 22 février 00:50

                @filo... Il est jamais trop tard... sauf pour l’amour et l’amitié. Pour ma part je me fais iech veugra en l’absence des deux au moment présent !


              • Laurent 47 20 février 13:12

                Les américains sont tellement matraqués de slogans guerriers qui leur font croire que les Etats-Unis sont invincibles, qu’ils ne s’imaginent même pas qu’il puisse exister d’autres pays qui égalent, voire dépassent le leur en puissance !
                Ils n’y a que les états-majors des armées qui savent exactement à quoi s’en tenir, et qui se sont rendus compte que le comportement agressif de Washington depuis 1945 avait conduit la Chine, la Russie, et l’Inde entre autres, à moderniser leurs matériels militaires en tous genres, au point de surpasser largement celui des Etats-Unis !
                Aucune batterie anti-missile américaine n’est capable de faire face aux missiles de croisière russes, et même les F-22 Raptor ne feraient pas le poids face aux Sukhoï Su-35 !
                Sans parler des missiles tirés de sous-marins quasi indétectables ( 16 missiles équipés de 8 têtes nucléaires chacun ), et de tout l’arsenal atomique que la Russie a recréé, après avoir vu que les Etats-Unis ne jouaient pas le jeu de la réduction des armes nucléaires.
                Du temps de l’URSS, de nombreux abris anti-atomiques ont été construit, et ils sont toujours opérationnels ( comme par exemple le métro de Moscou, situé à 170 m sous terre ), et je ne pense pas que ce soit le cas aux Etats-Unis !
                La faille de San Andrea et la caldera du parc yosemite, pourraient modifier sensiblement la géographie américaine si elles étaient prises pour cibles !
                Même pas besoin de bombarder les villes !
                Alors messieurs les cowboys, arrêtez de jouer aux cons ! Vous risquez de perdre !
                Maintenant, si vous voulez absolument la guerre chez vous...les autres sont prêts !


                • thomas abarnou 20 février 13:44

                  Je ne suis pas d’accord sur votre analyse de la politique américaine. Autant je suis très critique sur l’ère Bush et son axe du mal qui avait conduit les américains à envahir l’Irak pour de mauvaises raisons et surtout à échouer à instaurer un état stable par la suite. Les américains croyaient bien faire - je n’en doute pas - en instaurant une démocratie. Mais ils ont pris un leader chiite, martyrisé par Hussein autrefois. Grave erreur. Les chiites se sont vengés sur les sunnites et Daech s’est renforcé de cette colère jusqu’à aujourd’hui. 


                  Mais Obama est bien plus prudent. Il refuse de venir s’ingérer davantage dans le conflit, se contentant de frappes assez sporadiques, qui tendent à se multiplier car le front s’élargit. Mais au fond il laisse faire ses alliées turcs, saoudiens etc. Vous constaterez cependant qu’en Syrie peu d’armées étrangères s’aventurent. Personne même. Il y a Assad et des tas de milices qui s’entretuent. L’issu est si incertaine que personne n’y va, voilà la vérité. Israel pourrait régler ça, la Turquie en a également les moyens. Mais tout le monde se contente d’un soutien logistique. Cela a pour but d’éviter l’embrasement du conflit justement. On laisse faire. On le maintient à l’échelle locale. De plus la guerre est devenue trop coûteuse pour les USA. régler cette histoire c’est perdre bien plus que gagner quelques barilles. Il faut arrêter de voir tout via le prisme du pétrole. C’est réducteur. Le pétrole les USA n’en ont plus besoin. Le prix est extrêmemt bas. Bref, aucun enjeu pour les USA au fond dans la région. Donc on n’y va pas. Obama est prudent, il sait qu’il échouera à imposer une issue au conflit alors il laisse faire. 

                  Tout le monde veut éviter en réalité le conflit mondial. Aucun pays n’est capable de résoudre la guerre seuls, que ce soit les russes ou les USA. On soutient et on attend. 

                  • Pyrathome Pyrathome 20 février 14:07

                    @thomas abarnou
                    Il faut arrêter de voir tout via le prisme du pétrole. C’est réducteur. Le pétrole les USA n’en ont plus besoin. Le prix est extrêmemt bas.
                    .
                    Vous racontez n’importe quoi, comme d’habitude...( Normal, on vous paye pour ça..)
                    Après avoir honteusement massacré l’environnement les compagnies de schiste US sont en faillite , c’est plus de mille milliards de plus en souffrance, une nouvelle bombe à retardement dans le secteur financier au bord de l’apocalypse......


                  • thomas abarnou 20 février 14:13

                    @Pyrathome En effet ils ont du schiste à gogo. D’où justement le fait qu’ils n’ont pas besoin d’un pétrole syrien, important mais minime par rapport à leur propre réserve et à celle des saoudiens. Si le schiste échoue, ils auront toujours les Saoudiens. La question du choc financier est une autre question. 


                  • tf1Groupie 20 février 14:15

                    @Pyrathome

                    Mais tu sais alors que le premier producteur mondial de petrole c’est aujourd’hui les USA.

                    ça doit être pour ça qu’ils sont envahis par les mexicains : pour le petrole ! smiley


                  • Pyrathome Pyrathome 20 février 14:43

                    @tf1Groupie
                     Pauvre énergumène, avec la moitié des compagnies en faillite ?
                    Propagande de miteux, ça s’arrange pas chez toi.... smiley
                    Idiot du village.....


                  • Shawford Shawford 20 février 14:48

                    @thomas abarnou/la railla

                    Bon, il reste effectivement mon as en sœur et mon as en frère, mais sinon ?


                  • Laurent 47 22 février 14:12

                    @tf1Groupie
                    Alors comment expliquer que toutes les compagnies qui se sont lancées dans l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste ( le nouvel Eldorado américain), sont en train de virer leurs salariés à touts de bras, et de plier boutique ?
                    Le coût d’exploitation de ces gisements est pratiquement le double de celui du gaz russe ou du pétrole saoudien, et ça n’est pas demain la veille que ça va changer !
                    Quant au Mexique, les gisements offshore du golfe du Mexique lui suffisent largement, au point de pouvoir en exporter. Après la nationalisation de 1932, ça a été la Pemex ( pétroles mexicains ) qui a géré la production !


                  • Pyrathome Pyrathome 20 février 13:56
                    Vers la troisième guerre mondiale ?

                    .

                    Nous y sommes déjà au vu des conflits actuels dans le monde ( sans compter ceux qui risquent de devenir une réalité, hélas..) et des nombreux protagonistes engagés, le champ de bataille se situant en Afrique et surtout au proche-orient...

                    Vous voulez exprimer le fait que cle champ de bataille pourrait se rapprocher de l’Europe ?

                    C’est une possibilité en effet que l’on vient de constater, mais il ne faut pas sous évaluer non-plus le risque de guerres civiles larvées ou pas, en Afrique, en Turquie, en Europe, en Asie et même surtout aux US....

                    Mais rien n’est une fatalité, il peut aussi se passer des événements que l’on ne soupçonne même pas capables de changer radicalement la donne.....


                    • microf 20 février 14:02

                      « Lorsque la guerre est inévitable, il faut être le premier á frapper ».
                      Chacun de nous sait qui a dit cette citation, c´est á dire que celui lá est prêt et frappera le premier si cela devient inévitable.
                      L´Occident ferait mieux de s´asseoir avec la Russie pour parler de PAIX et trouver une soulution.
                      Mais si l´Occident s´entête et veut aller jusqu´au bout de sa logique guerrière, l´Occident perdra.
                      C´est sur la route de DAMAS que SAUL qui deviendra Saint PAUL après sa convertion a été terrassé par Le Seigneur.
                      SAUL était en route vers DAMAS pour arrêter et persécuter les Chrétiens.
                      C´est sur même route vers DAMAS pour faire tomber le Président ASSAD et tuer tous les chrétiens, que la coalition barbare est entrain d´échouer, car DAMAS ne tombera jamais, c´est l´un des berceaux de la Chrétienneté, et ne tombera jamais.
                      Il ya un film que je recommande toujours de visionner á youtube, « Attila le Hun » qui commence par ce génerique« Malgré la décadence et la corruption, affaiblis par rivalités politiques et les guerres, l´Empire Romain était toujours la plus grande puissance sur la terre.
                      Puis un nouveau peuple les Huns, fiers et indépendants, arriva par les terres de l´Est.
                      Une ancienne prophétie racontait qu´un jour, un homme unirait les tributs et disputerait á Rome le droit de règner sur le monde ».
                      D´après le film, cela arriva. Du peuple Hun surgit cet homme Attila qui disputa sérieusement á Rome le droit de règner seul sur le monde.
                      D´après le film, á la mort d´Attila, l´Empire romain en moins d´une décénnie s´effondra, ce fut la période la sombre que connu l´Occident.
                      L´Occident d´aujourd´hui ressemble beaucoup á cet empire romain d´hier.
                      Du peuple venu de l´Est ( la Russie ) surgit cet homme ( Poutine ) qui est entrain d´unir d´autres peuples pour disputer á l´Occident le droit de règner seul sur le monde avec succès, allons nous assister comme dans le film la repétition de cette histoire ?, il semblerait que OUI lorsqu´on voit ce qui se passe aujourd´hui dans le monde.
                      Toutefois, il n´est jamais trop tard, l´Occident devrait engager le Dialogue avec la Russie pour trouver une voie de sortie, le monde a besoin de PAIX pour le bien de tous.


                      • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 21 février 12:41

                        @microf

                        L’occident, donc les US, l’UE, l’OTAN, ça fait du monde au balcon seraient bienvenus de réfléchir à deux fois à ne pas trop taquiner le gros ours de l’Oural. Cependant, si Clinton et sa clique sont élus aux US, alors, elle n’hésitera pas à aller à s’aventurer dans la taïga. Franchement je souhaite que ce genre de walkyrie soit renvoyée dans ses bureaux, ou à la retraite et vite... Je crains que la paix du monde ne tienne qu’au fil ténu de l’hystérie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Virgile Thomas


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès