Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Vers un printemps taliban ?

Vers un printemps taliban ?

L'hiver passé a été relativement calme en Afghanistan. On dit que le froid aurait dissuadé les "sorties" talibanes. Les actions des forces spéciales américaines sur leurs lignes logistiques et les frappes aériennes sur la frontière afghano-pakistanaise, véritable refuge des insurgés, a aussi affaibli le pouvoir de nuisance des talibans, du moins à court terme.

Cependant, l'accalmie devrait être de courte durée. En effet, la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), qui regroupe les troupes de l'OTAN engagées en Afghanistan, prévoit une recrudescence prochaine des actions armées insurgées. Ce printemps commence donc dans un climat de crainte, même si ce n'est pas tant une offensive des talibans qui est attendue qu'une recrudescence des attentats suicides et des assassinats. Un scénario qui a d'ailleurs été confirmé par l'ambassadeur des États-Unis en Afghanistan, Karl Eikenberry.

Premiers trophées de ce printemps taliban, une série d'attentats suicides depuis avril. Le 16 avril dernier, quatre soldats afghans et cinq de l'ISAF ont été tués lors d'un attentat suicide visant le quartier général de l'armée nationale afghane en charge de l'est du territoire. Plus récemment, un insurgé est parvenu à s'introduire dans le ministère de la Défense en plein Kaboul tandis qu'un autre pénétrait dans le quartier général de la police afghane à Kandahar et parvenait à tuer le chef de la police de la province ainsi que ses gardes du corps.

La doctrine de contre-insurrection déployée par les États-Unis parvient difficilement à relever les défis militaires posés par les insurgés. La doctrine américaine fait de l'obtention du soutien de la population un axe central de son action, ce qui suppose la mise en oeuvre d'une vaste gamme d'actions allant de l'aide humanitaire au soutien économique en passant par la modernisation des infrastructures et la médiation politique. Néanmois, il semble difficile d'agir contre les talibans autrement que par l'usage de la force, une réalité que la doctrine de contre-insurrection américaine semble avoir un peu oublié ces dernières années.

Plus généralement, le transfert de responsabilité des opérations de l'ISAF aux forces afghanes prévu l'été prochain dans plusieurs zones inquiète Washington. Insuffisamment équipées, déficitaires en compétences tactiques et divisées par les clivages tribaux internes au pays, les forces de sécurité afghanes qui réunissent l'armée et la police devraient faire face à des actions militaires qu'elles auront du mal à repousser.

La faiblesse de l'armée nationale afghane reste un frein majeur à l'amélioration des conditions sécuritaires. Sa montée en puissance est lente et pourra très difficilement se substituer aux 100 000 soldats américains déployés dans le pays.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 22 avril 2011 11:22

    petite retrospective de l’histoire alfghane de 1960 a 2001.....

    http://2ccr.unblog.fr/2010/10/18/afghanistan-terre-des-talibans/


    • dédé 22 avril 2011 21:40

      le printemps est en SYRIE actuellement...faudrait voir de suivre l’actualité !
      le monde arabo - musulman s’écroule

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Peyiba

Peyiba
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès