Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Vers une coopération économique et scientifique Russie-Myanmar

Vers une coopération économique et scientifique Russie-Myanmar

Un officier birman de haut rang, le général Maung Aye, numéro deux de la junte militaire du Myanmar, (ex-Birmanie), était attendu le 2 avril 2006 à Moscou, a annoncé l’agence russe Novosti, en soulignant l’importance de premier plan qu’il est appelé à occuper dans les relations russo-birmanes.

Les égards avec lesquels un des chefs de la dictature la plus ancienne et la plus impitoyable du Sud-Est asiatique est reçu au Kremlin constituent une indication de l’importance attribuée par le gouvernement de Moscou à cette visite. Le général Maung Aye est accompagné par une délégation significative de membres de la junte : des diplomates, des experts agricoles, des économistes, administrateurs des pêcheries, des experts et des scientifiques secteurs de l’énergie.

Cette rencontre se produit au moment même où la Birmanie est mise au banc des pays occidentaux, soumise à un embargo quasi total de la part des Etats-Unis et vivement critiquée par le Japon et les nations de l’Asean, dans le Sud-Est asiatique. La Birmanie tout entière vit sous le joug d’une junte militaire depuis mars 1962, il y a exactement quarante-trois ans depuis le jour où le général Ne-Win, à la tête d’une armée forte alors de 250 000 hommes, a renversé le président U Nu ancien secrétaire général des Nations unies qui avait été élu à la tête d’une république parlementaire, pour la première fois de toute son histoire.

Les généraux au pouvoir ont étatisé tout le secteur tertiaire en s’emparant des banques locales et étrangères, micro et macro-commerce, celui du riz, des rizeries et du produit fini, négoce des bois rares comme le teck, propriété et directions exploitation de la flotte civile marchande. Je les ai vus, alors que j’étais le seul correspondant occidental à Rangoon, s’emparer en quelques mois, par décrets, de tous les moyens de production agricoles, industriels et miniers d’un pays connu pour être un des plus importants producteurs de riz du Sud-Est asiatique et le plus riche en pierres précieuses, comme les rubis, les saphirs et jade de la région de Mogok. Dans le même temps, ils ont fait table rase de toute vie politique et réduit à l’impuissance le mouvement politico-religieux suscité par le monde bouddhiste encadré par plusieurs centaines de milliers de moines en toge ocre jaune du « petit véhicule  ». Dès les débuts de leur dictature, ils n’ont pas hésité à imposer leur volonté par la force. C’est ainsi qu’ils ont réprimé dans le sang, à l’Université de Rangoon, une manifestation d’étudiants qui déjà protestaient contre le régime de Ne Win, qui vécut tellement âgé que les Birmans, profondément superstitieux, avaient fini par croire qu’il était devenu immortel. À la suite de ce premier massacre, une délégation de moines venus de la pagode d’or Shwe Dagon, la plus importante de Rangoon et du monde bouddhiste, s’était rendue sur les lieux pendant une neuvaine, avec des offrandes de fruits et de riz, à l’intention des disparus, empilés tête-bêche et emportés dans plusieurs dizaines de camions tellement ils avaient été nombreux à être tués. À aucun prix il ne fallait que toutes ces âmes condamnées à l’errance, après avoir été dissociées de leur corps par une mort violente, se mettent à nuire à la population, faute d’avoir été apaisées selon les rites prescrits. En quatre décennies, les militaires ont maintenu leur pouvoir par tous les moyens de leurs forces armées. Ils n’ont pas cessé de combattre, en vain, les rebellions des peuples composant l’Union birmane, les Shan, les Karen et entre autres, les Kachin. Le trouvant trop vieux, ils ont contraint général Ne Win à démissionner en 1988. Ils ont neutralisé la naissante Ligue pour la démocratie et la paix, inspirée par U Nu, l’ancien Premier ministre qui ne parvint pas à demeurer plus de neuf jours ( du 9 au 18 septembre 1988) à la tête d’un gouvernement provisoire ; il fut renversé au prix d’émeutes sanglantes, 342 morts, et plus d’un millier d’arrestations par le général Sauw Laung qui forma, avec dix-huit officiers fidèles au général Ne Win, une nouvelle junte militaire sous le nom de Conseil d’Etat pour la restauration de l’ordre et de la loi ( en anglais : State Law and Order Restauration Council - SLORG , devenu en en novembre 1997 State Peace and Development Council - SPDC ( Conseil pour la paix et le développement). La même année, deux mois à peine après s’être de nouveau emparée du pouvoir, la junte, désirant adopter un nouveau profil, annonce "un code des investissements étrangers". Et comme l’argent n’a pas d’odeur, si ce n’est celle des hydrocarbures et du gaz qui imprègne l’atmosphère des relations diplomatiques, on assiste à un nouvel afflux d’entreprises qui viennent s’investir en Birmanie, où l’on compte actuellement plus de 470 sociétés et compagnies étrangères de tous les pays de la planète. J’ai pu constater, au cours du séjour de deux années que j’ai effectué à Rangoon, la souplesse, la compréhension, l’indulgence que manifestaient à l’égard de militaires les représentants des missions diplomatiques des pays venus des quatre points cardinaux. Pour autant, la répression politique ne cède pas un pouce de terrain. Selon les Nations unies, on estime à au moins trente mille les prisonniers politiques. Parmi eux se trouve en résidence surveillée, Aung San Suu Kyi, fille d’un des pères de l’indépendance birmane, prix Nobel de la paix et présidente de la Ligue nationale pour la démocratie fondée en 1988. Depuis l’apparition de ce mouvement, elle a été placée en résidence forcée dix ans sur seize de 1989 à 2006. Selon les Nations unies, au moins huit cent mille personnes sont soumises au travail forcé dont profitent - obligatoirement par contingents - un certain nombre de sociétés pétrolières. Il est un fait que les généraux - avec la complicité des pays industriels du monde extérieur des affaires - a fait passer le PNB du pays de 162 $ par habitant à 1845 $ en 2003. Le taux de croissance a été estimé à 5,2 pour cent en 2004 avec une légère baisse en 2004. Pourtant, la situation dans ce pays devient ubuesque, si l’on en croit les nombreux témoignages en provenance du Sud-Est asiatique. Parmi une des décisions originales prises par la junte, la plus spectaculaire, et aussi la plus inattendue, est le choix de la nouvelle capitale de l’Union birmane, à mi-chemin entre Mandalay et Rangoon, sur les contreforts des monts Pegu, dans le massif de Pynmana, sous prétexte que l’administration centrale du pays se trouvera ainsi à égale distance de toutes les provinces. Les généraux l’ont installée, comme dans un nid d’aigle asiatique, protégés par de solides unités d’une armée forte aujourd’hui de 400 000 hommes. Ils en ont fait, selon des sources citées par la presse sud-asiatique, une sorte de camp retranché entouré, ce qui est peine croyable, de champs de mines. Pendant ce temps, depuis plus d’un mois, la chasse aux Karen, qualifiés de rebelles, est ouverte. On en compte quelque 8 millions, dont plus de cinq cent mille ont trouvé refuge en Thaïlande. Des milliers de personnes appartenant à ce peuple refluent vers la frontière thaïlandaise. Il y a des morts, des blessés, dont on ne peut préciser le nombre.

Ce n’est pas la première fois que de telles opérations ont lieu. Elles viennent d’être confirmées, à Paris par l’organisation Médecins sans frontière, qui a pris la décision de retirer ses équipes, faute de pouvoir les mener à bien en raison des interdictions et des entraves créées par le gouvernement militaire. « Depuis 2001, nous avons mis en place des activités médicales dans les Etats Mon et Karen, avec une attention particulière pour la prise en charge du paludisme », a expliqué le Dr Hervé Isambert, médecin et responsable de ce programme. « Nous voulions travailler dans ces régions en proie à un conflit entre l’armée birmane et des groupes rebelles, (Karen) parce que, de notre point de vue d’organisation humanitaire, c’est là que vivent des populations particulièrement exposées à des violences et privées d’accès aux soins. Dans ces régions, le paludisme est l’une des principales causes de mortalité ». « Nous nous sommes rendus à l’évidence : les autorités birmanes ne veulent pas d’organisations étrangères et indépendantes auprès de populations qu’elles veulent contrôler. Elles ne veulent pas de témoins gênants, notamment lorsqu’elles organisent des déplacements forcés de populations, des incendies de villages, des opérations de recrutement forcé, etc. » « Le constat que nous faisons est que l’aide en faveur des populations vivant dans ces zones de conflit n’est pas possible aux conditions qu’exige une action humanitaire indépendante  : nos équipes n’étaient pas libres de leurs mouvements, les contacts avec les personnes qu’elles voulaient secourir étaient de plus en plus rares, les activités de terrain ne pouvaient plus être suivies correctement, etc. » « Entre novembre 2004 et février 2005, pratiquement toutes nos activités dans l’Etat Karen ont été empêchées. À la fin, il devenait même impossible d’échanger des données médicales sur certaines situations épidémiques avec les autorités sanitaires locales, tant celles-ci subissent la pression des militaires qui interdisent la diffusion de toute information ». Les critiques dont fait l’objet le gouvernement birman et sa politique totalitaire, de la part des nations d’Amérique du Nord et d’Occident, ou celles de l’ASEAN, ne paraissent pas émouvoir les généraux birmans. Ce sont certainement des hommes brutaux , impitoyables, dont les principes n’ont rien de commun avec ceux des autres gouvernements occidentaux, mais qui sont intuitifs et d’une vive intelligence comme, très souvent , nombre de leurs compatriotes. La découverte le 11 janvier 2005 d’immenses réserves de gaz exploitables en off shore sur la côte nord-occidentale du pays va leur ouvrir, l’ont-ils bien compris, des perspectives inouïes de richesse et de développement. Cette découverte a constitué une date historique pour la junte : le groupe coréen Daewo avait annoncé ce jour-là qu’il avait repéré un substantiel gisement de gaz, en ajoutant qu’il faudrait encore un an, au moins, pour en faire une description plus précise. Les médias ont parlé d’une découverte massive. Les Coréens, plus discrets, ont cité le rapport d’un consultant en matière d’hydrocarbures, Ryder Scott Co. Cet organisme a estimé que ce gisement repéré pourrait produire de 2,9 and 3,5 quintillions, (10 18) de pieds cubes de gaz, soit l’équivalent d’environ 600 milliards de barils de pétrole brut. La Birmanie / Myanmar est devenue ainsi un important fournisseur potentiel de gaz naturel pour les pays d’Asie les plus riches. Cette découverte va faire de ce pays un fournisseur incontournable pour les pays les plus riches d’Asie. "L’exploitation de ces nouvelles ressources va être de nature à prolonger la durée de l’emprise militaire", a écrit Ian Bremmer dans le Daily Star, un quotidien de Dakha, au Bangladesh. Avec ces nouvelles ressources, les militaires birmans vont détenir une arme semblable à celle des Iraniens : les hydrocarbures. Ils disposeront désormais de capitaux suffisants pour lancer des recherches à long terme, dont ils avaient rêvé en signant en 1992 avec la Russie un accord de coopération et d’assistance dans le domaine de la recherche nucléaire. Faute de revenus du côté birman, cet accord n’avait pas pu être mis en application. Le projet désormais peut être désormais réalisable. Sans risque d’erreur, il est possible de prévoir que ce sujet fera partie des échanges de vue que vont avoir, à Moscou, le président Poutine , le général Maung Aye, numéro deux de la junte militaire et sa délégation de haut rang. Car dans un proche avenir, avec les gains produits par l’exploitation de son gisement et la vente de sa production gazière et pétrolière à la Chine et également aux autres pays les plus riches d’Asie, la Birmanie sera capable de se payer la technologie nucléaire dont elle estime avoir besoin. Par ailleurs la Russie est prête à coopérer avec la Birmanie, comme cela se faisait du temps de l’URSS. La fédération de Russie a confirmé cette intention dans le cadre des accords signés entre les deux pays en l’an 2000.

Les espoirs birmans de recherche et développement nucléaires sont fondés sur l’aide déjà promise par la Russie et sur celles qu’elle est en train de négocier discrètement avec la Corée du Nord, avec la bénédiction de la Chine, sa vieille amie. Encadrée par la Fédération de Russie qui éprouve le besoin de planter ses pions au sud des quinze cents kilomètres de frontière commune de la Birmanie avec la Chine, « protégée » par la Chine elle-même qui, ayant un besoin croissant d’hydrocarbures et de gaz, deviendra à court terme son principal client, la dictature des militaires aura encore de beaux jours devant elle. Il est probable qu’elle pourra compter sur l’appui diplomatique de ses puissants amis ; le Conseil de sécurité évoquera les prétentions nucléaires du Myanmar, comme il le fait des prétentions nucléaires de l’Iran.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Xavier (---.---.148.35) 3 avril 2006 20:17

    Merci pour ce très bon article. On ignore trop, en France, ce qui se passe en Birmanie, notamment à cause d’une entreprise qui ne nous est pas étrangère (Total) et qui achètes des armes pour la junte tandis que cette dernière met à disposition des travailleurs forcés (des esclaves, quoi !) pour construire les oléoducs.

    Interpellons nos élus pour qu’ils intercèdent afin que la Russie renonce à une coopération avec ce régime.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès