Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Wiki the Leaks

Depuis qu’un quasi inconnu a décidé de balancer dans les médias des centaines d’informations destinées à rester secrètes, les gouvernements tentent avec les moyens qu’ils ont d’empêcher, en vain, leur publication.

L’affaire fait grand bruit dans le monde.

Ainsi, l’outil numérique est de plus en plus présent dans le monde des médias.

Son nom est désormais sur toutes les lèvres, il s’appelle Julian Assange.

Il se considère aujourd’hui comme le porte-parole de Wikileaks, et en 2010 a fait, selon Forbes, son entrée dans le palmarès des 68 personnes les plus puissantes du monde. lien

Il a notamment reçu le « Amnesty International Média Award 2009  » et le « Sam Adams Award 2010 » pour avoir dévoilé les méfaits de l’armée américaine en Irak. lien

En effet, c’est de liberté de la presse et de transparence qu’il s’agit avant tout.

L’histoire est simple : un homme a fait parvenir à Wikileaks des centaines de milliers de mémos d’ambassade, dévoilant les vraies pensées des gouvernements.

Cet homme s’appelle Bradley Manning.

Assange avait protégé l’informateur, mais celui-ci a été trahi par un autre hacker, Adrian Lamo,

Depuis, Manning moisit en prison sur la base de Quantico (Virginie) pour un certain temps. (Il est question de 52 ans). lien

On lui reproche d’avoir transmis à Wikileaks la vidéo de soldats américains abattant des civils irakiens comme dans un jeu, et les services américains le suspectent d’être à l’origine de la fuite des 250 000 mémos d’ambassade qui font la une des médias actuellement. lien

Avant ceux là, Wikileaks avait été destinataire de 400 000 documents confidentiels relatifs aux opérations américaines en Irak, aux circuits de corruption des dictateurs africains, ou de certaines compagnies russes.

Pourtant l’utilisation de ces mémos diplomatiques n’est pas si simple qu’il le parait.

Il faut, pour en extraire un sens compréhensible, mener d’authentiques investigations.

Le lieu d’émission du message est signalé par des longitudes, des latitudes. Les mots utilisés sont parfois codés.

Se donnant le rôle d’un « hyper rédacteur en chef  » Julian Assange a donc décidé de communiquer ces informations à seulement 5 médias mondiaux : Der Spiegel, The Guardian, El Païs, le Monde et le New york Times. lien

Il y a eu plusieurs rencontres au sommet entre des dizaines de journalistes et lui, afin de peaufiner le travail, d’en discuter la déontologie, de passer un accord avant d’en publier quelques extraits.

En effet contrairement à ce que l’on peut lire ici ou la, le patron de Wikileaks n’est donc pas un irresponsable.

Dans le souci cohérent de ne pas exposer la vie de personnes qui seraient citées dans ces « mémos de diplomates » Assange, et les 5 journaux qu’il a contacté, ont décidé d’un commun accord de ne pas utiliser les mémos qui pourraient mettre en danger des personnes évoquées, ou d’en masquer les noms.

Et c’est lorsque les premiers mémos d’ambassades ont été publiés que le scandale a commencé.

A ce jour, sur les plus de 250 000 mémos reçus, seuls environ 800 ont été utilisés, et 2000 devrait être le chiffre maximum des publications.

On oublie que Wikileaks n’est pas une nouveauté et que le site a été crée voila plus de trois ans.

Les infos que nous découvrons ces jours ci, Assange les avaient depuis longtemps.

Et puis Julian promet pour bientôt une fuite sur une grande banque américaine. lien

Alors aujourd’hui pour l’empêcher de communiquer, tout le monde s’y met, ou presque.

Interpol a lancé un avis de recherche international pour « viol et agression sexuelle présumés  ».

Or Julian a effectivement bien été accusé de viol le 21 aout 2010 par la justice suédoise, mais celle-ci avait annulé son avis de recherche quelques heures plus tard.

D’ailleurs, il est rentré en Grande Bretagne tout à fait légalement, en donnant des son arrivée ses coordonnées aux services administratifs.

Assange ayant bien compris le danger qui le menace, s’est refusé à révéler publiquement le lieu de sa résidence.

En effet, le professeur Tom Flanagan, ancien conseiller du premier ministre canadien, Stephen Harper a carrément suggéré son assassinat, réclamant « qu’Obama mette sa tête à prix et peut-être utilise un drone ». lien

D’autres menacent les sites hébergeurs de Wikileaks de représailles.

Sous la menace, Amazon a donc cédé à la pression de Joe Liberman, un sénateur américain qui a ajouté : « j’aurais aimé qu’Amazon prenne cette mesure avant  ». lien

Ce à quoi Wikileaks à répondu « serveurs de Wikileaks sur Amazon expulsés : liberté de parole au pays des hommes libres…très bien ! nos dollars vont désormais être dépensés pour employer des personnes en Europe  ».

Car pour Assange, le champ des possibilités d’hébergement est vaste, le monde numérique n’ayant par nature pas de frontières.

Wikileaks a donc choisi un autre hébergeur.

Pour l’instant, c’est OVH qui s’y colle : il est à Roubaix.

Ce qui a mis Eric Besson dans tous ses états.

Aurait-il décidé de s’arroger le droit de dire ce qui devrait être publié ou pas ?

De plus il évoque carrément « une organisation criminelle  ». lien

Pourtant, s’il était tout à fait cohérent, il pourrait s’en prendre aussi aux 5 journaux qui ont été destinataires des informations, et qui en ont publié des articles…et du coup mettre dans le même sac toute la presse, puisqu’elle aussi relaie l’information.

Aujourd’hui seul un juge du parquet Lillois pourrait intervenir.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le responsable d’OVH a pris les devants, et vient de consulter la justice à cet égard, afin de savoir s’il était répréhensible ou pas d’héberger Wikileaks. lien

En France, à l’instar d’Eric Besson, beaucoup sont dans l’excès ou dans l’incohérence, telle Catherine Ney qui, sur l’antenne d’Europe 1, affirme « Internet c’est la Stasi en pire  »…

Hubert Vedrine, l’ancien ministre des affaires étrangères de Lionel Jospin semble aussi manquer de pertinence lorsqu’il dénonce Wikileaks qu’il qualifie de « big brother électronique relevant plus du caniveau démocratique, voire d’un totalitarisme marqué » lien

Ces attaques démesurées sont manifestement sans fondement, puisqu’on sait que la parution de chaque information fait, de la part des journaux qui les publient, l’objet de la plus grande prudence.

De plus, en « victimisant » Julian Assange, ils sont en train d’en faire un authentique martyr.

L’effet Streisand fait aussi des siennes.

On se souvient que Barbara Streisand voulant cacher sa maison, avait provoqué le contraire de ce qu’elle espérait.

Et puis on peut s’interroger sur le sens de cette agitation, puisqu’aujourd’hui, les 5 médias contactés ont déjà dans leurs tiroirs largement de quoi enrichir l’actualité pendant de longs mois, même si Wikileaks était finalement empêché de communiquer.

L’émission hebdomadaire du 5 décembre 2010 « Place de la toile  » de Xavier de la Porte tentait de faire le point sur cette affaire qui fait trembler les gouvernements.

Olivier Tesquet, journaliste à Owni.fr, Romain Pigenel, (son blog Variae), Remy Ourdan, grand reporter au journal « le Monde  » et Nicolas Vanbremeersch directeur de l’agence Spintank étaient présents.

On peut réécouter l’émission sur ce lien

Pour Massimo Razzi qui s’exprime dans « Repubblica » le 28 novembre 2010 est une date historique. C’est le jour ou l’information est devenue l’apanage d’Internet. lien

« via internet, les dossiers sont entre les mains de tous. Ils étendent la médiation journalistique à des masses énormes, car n’importe qui pourra éplucher, constater, démasquer, vérifier, mettre en doute, et démonter des certitudes. Ensemble les citoyens internautes pourront même augmenter la masse de ces documents, en guider l’efficacité, faire émerger telle ou telle question internationale, nationale, ou locale. Dans le même temps, les professionnels de l’information auront le devoir de « confectionner » au mieux ces révélations, de les rendre les plus lisibles possible et par-dessus tout, par un travail de grande qualité, de fouiller dans les archives et les mémoires pour relier et expliquer les faits et les méfaits que ces dossiers renferment certainement ». lien

De Cantona à Assange, la rébellion s’est donc installée dans notre paysage.

Comment cela va-t-il finir ?

Sans pour autant lire dans le marc de café, on peut avoir le sentiment d’être au début d’un profond changement dans la manière d’informer…à moins que les puissants au pouvoir arrivent à faire taire cette voix qui dérange tant de monde.

Car comme disait mon vieil ami africain :

« Celui qui n’a jamais eu peur ne peut pas connaitre le courage »

L’image illustrant l’article provient de n’importequoi.over-blog.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 11:34

    calmos
    oui, c’etait effectivement le but de l’article.
    comme je n’y comprenais plus grand chose, et que tous les articles n’étaient que des copiés collés les uns des autres, j’avais envie de fouiller un peu plus,
    heureux que çà vous ai aidé, ...autant que moi.
     smiley


  • beneolentia beneolentia 7 décembre 2010 21:24

    je fait un copié collé d’un article d’europe1


    source :http://www.europe1.fr/International/Assange-et-le-scenario-du-sexe-par-surprise-328317/

    Selon le scénario établi par la police suédoise, il ne peut pas être accusé de viol, affirme son avocat.

    Sous le coup d’un mandat d’arrêt international délivré par la Suède,Julian Assange a été arrêté mardi par la police britannique, et s’apprête à passer sa première nuit en prison. Le fondateur de WikiLeaks est accusé de viol et d’agression sexuelle par deux femmes. Mais pour son avocat Mark Stephens, qui s’appuie sur les documents de procédure, son client devrait être accusé de « sexe par surprise », un délit reconnu par la justice suédoise, et non de viol. Retour sur les faits.

    Selon le Daily Mail , qui a eu accès aux fameux documents, Julian Assange a débarqué en Suède le 11 août 2010 pour participer à un séminaire à l’invitation du Parti social-démocrate suédois. Il restera une semaine à Stockholm, au cours de laquelle il aura des relations sexuelles avec deux femmes différentes, selon le quotidien britannique, traduit par le journaliste Patrice Thomas sur son blog.

    La première de ces « victimes » présumées n’est autre que l’une des organisatrices du séminaire. La « femme A », comme l’appellent les policiers suédois dans leurs comptes-rendus, avait offert de prêter son appartement à Julian Assange, puisqu’elle-même devait être absente. Finalement retenue à Stockholm, elle a accepté de partager son domicile avec son invité.

    Un préservatif craque

    « Puis ils sont sortis pour dîner », raconte un policier. « Quand ils sont rentrés, ils ont eu des relations sexuelles, mais il y a eu un problème avec le préservatif, qui a craqué. La plaignante a dit qu’elle pensait que Julian Assange a fait cela délibérément. Lui a insisté disant que c’était un accident. » La femme a voulu stopper leurs ébats mais Julian Assange aurait refusé. Premier grief.

    Dès le lendemain, la « femme B » faisait son apparition. C’est une jeune femme de 20 ans environ, fascinée par l’action et la personnalité du fondateur de WikiLeaks, et qui s’était débrouillée pour se faire embaucher dans le personnel d’accueil du séminaire. Lors de la prise de parole de Julian Assange, elle était assise au premier rang. Puis elle est parvenue à se faire inviter au restaurant en compagnie du groupe accompagnant le fondateur de WikiLeaks.

    Au cours du repas, et au prix d’efforts visibles, selon un participant, elle est parvenue à attirer l’attention de Julian Assange. Les deux protagonistes ont alors faussé compagnie à leurs camarades et sont allés au cinéma où, de l’aveu même de la jeune femme, ils « sont allés bien au-delà des baisers et des caresses ». Deux jours plus tard, les deux amants se sont revus, chez la jeune femme. Le couple a de nouveau eu des relations sexuelles, mais cette fois Julian Assange aurait refusé de mettre un préservatif, malgré l’insistance de sa partenaire.

    Une magistrate militante

    L’affaire aurait pu en rester là si les deux femmes ne s’étaient pas rencontrées. La première avait en effet embauché la seconde pour le séminaire, et au cours d’une conversation, elles se sont rendu compte qu’elles avaient toutes les deux eu une aventure avec le même homme. Après avoir toutes deux évoqué des rapports non protégés et leur peur d’une maladie sexuellement transmissible, elles ont décidé de porter plainte au commissariat, notamment parce que Julian Assange a refusé de se plier à un test de dépistage.

    La plainte ayant été jugée recevable, restait à définir les chefs d’accusation. Pour deux premiers procureurs, les faits ne justifient pas la qualification de viol, mais uniquement de « sexe par surprise », un délit passible en Suède de 5.000 couronnes, soit 546 euros. Mais pour une troisième, Marianne Ny, cela ne fait aucun doute. Car la magistrate milite pour une réforme des lois suédoises sur le viol, et notamment l’extension au refus de porter un préservatif.

    C’est sur cette base que Marianne Ny a relancé l’enquête pour viol et agression sexuelle et lancé un mandat d’arrêt international sur ces qualifications. Qui font peser sur Julian Assange une peine potentielle de quatre ans de prison.

    mon commentaire:c’est du grand délire cette accusation...



  • olivier cabanel olivier cabanel 8 décembre 2010 03:36

    bien sur c’est du grand délire, et cette accusation ne tiendra pas longtemps
    en attendant ovh est autorisé à héberger wikileaks, et les tentatives de cyber attaques ont échouées,
    la nouvelle adresse du site est http://213.251.145.96/
    bonne lecture
     smiley


  • JL JL 7 décembre 2010 11:11

    « De Cantona à Assange, la rébellion s’est donc installée dans notre paysage. »

    En effet, et l’on peut observer que les portes paroles officiels de l’establishment tiennent en choeur sur ce sujet, un même discours unique qu’il suffit d’inverser pour qu’il soit pertinent.

    Pas seulement sur ce sujet : je flaire quelque chose du même ordre à propos des récentes élections ivoiriennes. Mais ceci est une autre affaire.

    Cordialement.


    • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 11:36

      JL,
      oui, d’accord...
      quand à la cote d’ivoire, je pense que la France joue un double jeu,
      faisant semblant de soutenir ADO, le gouvernement doit plutot pencher du coté du dictateur...
      mais comme la communauté mondiale (à l’exception de la russie) a choisi le camp de la démocratie, la France était bien obligée de s’aligner.
      peut etre que wikileaks pourrait nous éclairer la dessus ?
       smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 7 décembre 2010 11:41

      Salut Olivier.
       J’ai bien aimé le « Wiki the Leaks ».
       « leak » est une voie d’eau
       « to leak » fuir
       Pour notre Kroll, c’est ceci
       smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:04

        Guy,
        j’aimerais bien que le Belge que tu es nous explique comment un état peut continuer à fonctionner sans le moindre gouvernement depuis un bon paquet de mois ?
         smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 7 décembre 2010 14:40

        Olivier,

        "j’aimerais bien que le Belge que tu es nous explique comment un état peut continuer à fonctionner sans le moindre gouvernement depuis un bon paquet de mois ?« 

        Je suppose que c’est de la Belgique que tu parles.
        Le gouvernement n’a pas disparu. Il est en »affaires courantes". C’est-à-dire qu’il ne peut pas prendre des initiatives et décider de choses trop importantes sur le long terme.
        Donc, cela marche pas trop mal. 2% sur cette année 2010. 1,8% prévu l’année prochaine.
        En plus, le commerce a continué à fonctionner. Pas de mesures d’austérité dans les gencives.

        Nos 6 mois de présidences à la CE n’ont pas été nulle. Les prérogatives n’étaient pas les mêmes. Ce sont des équipes qui n’avaient plus de liens directs avec le gouvernement.
        Ce matin, le gouverneur de la Banque Centrale a expliqué où nous étions. 
        Tu as tout l’interview ici.
        Cela vaut la peine de lire ou écouter.


      • olivier cabanel olivier cabanel 8 décembre 2010 03:38

        Guy,
        merci de nous avoir rassurés,
        je vais lire attentivement ce que tu proposes
        à+


      • kitamissa kitamissa 7 décembre 2010 11:48

        bof,vu qu’on est déjà dans un gigantesque bordel et que plus ça va plus ce bordel s’amplifiera,que les fausses vraies indiscrétions vont se mélanger avec les fausses bonne indiscrétions,ça va faire sensation par effet de mode passager parce que tout le monde a un côté voyeur et puis à la finale ça va finir en eau de boudin !


        • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:05

          kita
          eau de boudin ?
          bon, il est vrai que pour faire du boudin, il faut du sang.
          je ne suis pas sur que tout çà va finir en eau de boudin.
          mais, je ne lis pas dans le marc de café, même si j’ai ma petite idée sur la suite.
           smiley


        • Epiménide 7 décembre 2010 11:48

          Besçon a pulvérisé le mur.


          • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:20

            Epiménide,
            en plus, il a oublié qu’il avait changé de ministère,
            ce gouvernement prend l’eau de tous cotés, et les écrans de fumée sarkozystes avec ses contrats nucléaires n’amusent plus personne.
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 9 décembre 2010 08:56

            le mur du çon ?
             smiley


          • Clojea Clojea 7 décembre 2010 11:51

            Salut Olivier : Merci pour l’article, car cette affaire est plus claire pour moi à présent. Intéressant, mais comment départager le vrai du faux dans tout ça, et puis une question me vient à l’esprit : Quel est l’intérêt d’Assange de se mettre à dos tout le monde au risque de se faire trouer la peau ? Une intégrité incroyable ou alors quelque chose de moins sympathique derrière comme par exemple semer le trouble partout pour qu’un pays ou un groupement , en tire quelques bénéfices ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:08

              Clojea,
              comme toi, j’ai essayé de comprendre.
              je lisais tous les articles depuis quelques jours qui n’étaient que des « copié collés » des uns sur les autres, sans qu’ils aient réellement fouillé le fond.
              c’est donc en essayant de comprendre que j’ai construit cet article.
              Assange (et son équipe- ses moyens financiers- et le reste) est en train de devenir un nouveau « robin des bois »
              et nous sommes les habitants de la foret de sherwood...
              dans le chateau, ils devraient commencer à s’inquiéter.
               smiley


            • Philou017 Philou017 7 décembre 2010 11:52
              WikiLeaks : Julian Assange arrêté par la police britannique
              Julian Assange, cofondateur et porte-parole du site Wikileaks, spécialisé dans la publication de documents confidentiels, a été arrêté par la police britannique, mardi 7 décembre à 9 h 30, alors qu’il se rendait à une convocation. Il devrait être entendu aujourd’hui par un juge qui décidera de son éventuelle extradition en Suède, où une plainte pour viol à son encontre a été déposée.

              ----------
              On pouvait s’y attendre.


              • Philou017 Philou017 7 décembre 2010 12:43

                Les girouettes en action :

                Besson : « Je n’ai pas demandé l’interdiction de WikiLeaks »

                Éric Besson clarifie sa position sur WikiLeaks. Interrogé lundi soir sur France 2, lors de l’émission Mots croisés, le ministre de l’Industrie, en charge des questions numériques, a affirmé qu’« à ce stade, personne n’a demandé l’interdiction [du site], et notamment pas moi ». « Je n’ai pas fait pour l’instant de demande d’interdiction » d’héberger Wikileaks en France, a-t-il répété par la suite.
                http://www.lefigaro.fr/hightech/2010/12/07/01007-20101207ARTFIG00439


              • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 12:57

                Philou
                ce qui est amusant, c’est l’argument pris pour arreter Julian.
                si vous avez bien ouvert le lien (et je pense que oui) c’était en aout 2010, et quelques heures après la plainte, celle ci était retirée.
                il est donc logique d’imaginer que l’on se soit servi d’un argument fallacieux pour arrêter ce nouveau lanceur d’alerte qu’est Julian Assange.
                les internautes (et d’autres) l’ont compris depuis longtemps.
                voyons comment l’affaire continue.
                 smiley
                merci de votre commentaire


              • Philou017 Philou017 7 décembre 2010 13:06

                Olivier : Ce qui est ubuesque, c’est qu’il ne s’agirait pas du tout de viol. D’après certaines infos, la plainte tiendrait à la continuation d’une relation sexuelle après rupture d’un préservatif.

                On jugera l’intérêt de lancer un mandat d’arrêt international sur le vu d’une telle accusation. La classement de l’affaire paraissait justifié. Le retournent est intriguant.

                Ca n’empêche pas nos chers médias de claironner partout que Assange est accusé de viol, alors que le mandat ne vise qu’à le faire entendre par un juge Suédois. Pour l’instant, aucun chef d’accusation n’est porté contre lui à ma connaissance.

                Tout ceci est fort suspect.


              • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:10

                Philou,
                laissons Besson et ses contradictions,
                il n’est pas le seul,
                tout ceux qui sentent le danger de ces révélations allument bien sur des contrefeux,
                mais wikileaks est loin d’être mort.
                je ne serais pas surpris de nouveaux rebondissements.
                 smiley


              • Philou017 Philou017 7 décembre 2010 13:35

                Version quelque peu différente :

                Julian Assange s’est livré à la justice

                Il était l’homme le plus recherché dans le monde. Julian Assange a été arrêté mardi matin par la police britannique, après s’être présenté de lui-même dans un commissariat londonien. Selon ses avocats, le fondateur de WikiLeakss’est rendu « de son plein gré », afin de faire valoir son innocence.
                http://www.europe1.fr/International/Julian-Assange-s-est-livre-a-la-justice-327689/


              • Philou017 Philou017 7 décembre 2010 15:19

                En fait les choses ont évolué depuis hier, concernant les chefs d’accusations :

                Le 18 novembre, la justice suédoise avait lancé un ordre d’arrestation à l’encontre de l’Australien de 39 ans afin de l’interroger « pour des suspicions raisonnables de viol, agression sexuelle et coercition » pour des faits remontant au mois d’août.
                http://www.leparisien.fr/wikileaks-tempete-sur-la-diplomatie-americaine

                Mais :

                Il est accusé dans un cas de viol, et dans un autre de « sexe par surprise », c’est-à-dire d’un rapport sexuel consentant, mais que le droit suédois assimile au viol dès lors qu’il y a un rapport sexuel sans préservatif, contre l’avis de sa partenaire. C’est un délit qui existe en Suède mais pas dans la plupart des autres pays d’Europe. Assange dément ces accusations.

                Selon la BBC, la police britannique a reçu lundi un nouveau mandat d’arrêt international émis par la justice suédoise à l’encontre d’Assange, pour des affaires de « viol, d’agression sexuelle et de coercition » à l’encontre de deux femmes, des faits survenus en août.

                Le juge devra notamment décider dès mardi s’il maintient Julian Assange en détention ou s’il le libère sous caution en attendant une audience plus complète. Dans ce dernier cas, le porte-parole de WikiLeaks devra s’acquitter d’une somme de 100 000 à 200 000 livres sterling (120 000 à 240 000 euros), et présenter six garants. Or, plusieurs de ses comptes ont été bloqués ou fermés ces derniers jours, dont le compte Paypal de l’organisation

                http://www.rue89.com/node/179667

                Bon article aussi sur rue89 (ci-dessus).


              • Philou017 Philou017 7 décembre 2010 19:44

                Des précisions : Le scénario du « sexe par surprise » !!!

                http://www.europe1.fr/International/Assange-et-le-scenario-du-sexe-par-surprise-328317/

                Pitoyable. De plus, on apprend que la deuxième femme s’est fait embaucher par l’organisation, était fascinée par Assange et l’a dragué ouvertement. La première n’a pensé à porter plainte qu’après un conversation avec la deuxième. Comme c’est bizarre....


              • olivier cabanel olivier cabanel 8 décembre 2010 03:39

                philou
                quelques nouvelles en provenance de wikileaks
                http://213.251.145.96/cablegate.html
                bonne lecture
                 smiley


              • Marina Mars Marina Mars 7 décembre 2010 12:04

                Bonjour il vient de se faire arrêter !


                • Marina Mars Marina Mars 7 décembre 2010 12:13

                  En plus il avait dit, qu’il y aurait des révélations sur une banque, au point que celle ci risquait l’effondrement !


                • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:02

                  Marina,
                  j’ai entendu aussi cette info.
                  comme je l’ai écris à Philou, c’était prévisible,
                  on l’arrete pour une affaire qui était classée sans suite,
                  il y a donc la volonté politique de l’empecher de communiquer, et rien d’autre,
                  mais l’affaire ne fait que commencer.
                  c’est la résistance qui s’organise.
                  de la manif devant les galeries lafayettes, à l’action contre les banksters, et les initiatives de Wikileaks, le monde est en train de changer,
                  et nombreux sont ceux qui l’ont compris.
                  meme si les pouvoirs en place préfèrent condamner les « voleurs d’orange », et laisser en liberté les corrompus de tout bord : l’affaire bettencourt-woerth-sarkozy le prouve, il y a de l’eau dans le gaz,
                  dans cette affaire, je déplore que le PS joue une carte discutable.
                  merci de votre commentaire.
                   smiley
                  merci de votre commentaire.


                • L'enfoiré L’enfoiré 7 décembre 2010 12:10

                  Ce serait intéressant de savoir pourquoi Daniel Schmitt ; le second, a claqué la porte à Wikileaks, malgré ses discours.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:03

                    Guy,
                    si tu peux nous éclairer ?
                     smiley


                  • Pyrathome pyralene 7 décembre 2010 12:12

                    Excellent Olivier !
                    Le mec qui balance des vérités est menacé, en ces temps troublés, dire la vérité est un acte de courage face à l’empire du mensonge !...
                    Prochaines révélations sur les banques en janvier, avec ou sans Assange...ça va chauffer smiley
                    Il prétend aussi détenir des infos sur les ovnis......qui seront publiés prochainement !


                    • iris 7 décembre 2010 12:33

                      ça c’est interessant


                    • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:13

                      Pyra,
                      ils ont des infos de première bourre,
                      si tu as bien lu, il y a aussi les dictateurs africains en première ligne,
                      les maffias russes,
                      et à mon avis, des tas d’autres choses,
                      Assange, très intelligemment a travaillé avec 5 grands médias, et ils ont déjà dans leurs tiroirs des éléments dont nous allons entendre parler sous peu.
                      quel feuilleton !
                      l’affaire béttencour n’est pas close, meme si la mère et la fille se sont rabibochées,
                      le financement de la campagne de sarkozy reste au premier plan,
                      celle de karachi aussi,
                      et tant d’autres mensonges qui ne pourront être dissimulés plus longtemps.
                      le meilleur est devant nous.
                       smiley


                    • Fergus Fergus 7 décembre 2010 17:57

                      Bonjour, Pyralène et Olivier.

                      « Il a dit la vérité, il doit être exécuté » chantait naguère Guy Béart.
                      Cela reste d’actualité !


                    • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 19:47

                      Fergus,
                      c’est marrant, j’ai faillit mettre en lien la chanson de Béart...
                      donc j’aurais du.
                       smiley


                    • beneolentia beneolentia 7 décembre 2010 21:21

                      je fait un copié collé d’un article d’europe1


                      source :http://www.europe1.fr/International/Assange-et-le-scenario-du-sexe-par-surprise-328317/

                      Selon le scénario établi par la police suédoise, il ne peut pas être accusé de viol, affirme son avocat.

                      Sous le coup d’un mandat d’arrêt international délivré par la Suède,Julian Assange a été arrêté mardi par la police britannique, et s’apprête à passer sa première nuit en prison. Le fondateur de WikiLeaks est accusé de viol et d’agression sexuelle par deux femmes. Mais pour son avocat Mark Stephens, qui s’appuie sur les documents de procédure, son client devrait être accusé de « sexe par surprise », un délit reconnu par la justice suédoise, et non de viol. Retour sur les faits.

                      Selon le Daily Mail , qui a eu accès aux fameux documents, Julian Assange a débarqué en Suède le 11 août 2010 pour participer à un séminaire à l’invitation du Parti social-démocrate suédois. Il restera une semaine à Stockholm, au cours de laquelle il aura des relations sexuelles avec deux femmes différentes, selon le quotidien britannique, traduit par le journaliste Patrice Thomas sur son blog.

                      La première de ces « victimes » présumées n’est autre que l’une des organisatrices du séminaire. La « femme A », comme l’appellent les policiers suédois dans leurs comptes-rendus, avait offert de prêter son appartement à Julian Assange, puisqu’elle-même devait être absente. Finalement retenue à Stockholm, elle a accepté de partager son domicile avec son invité.

                      Un préservatif craque

                      « Puis ils sont sortis pour dîner », raconte un policier. « Quand ils sont rentrés, ils ont eu des relations sexuelles, mais il y a eu un problème avec le préservatif, qui a craqué. La plaignante a dit qu’elle pensait que Julian Assange a fait cela délibérément. Lui a insisté disant que c’était un accident. » La femme a voulu stopper leurs ébats mais Julian Assange aurait refusé. Premier grief.

                      Dès le lendemain, la « femme B » faisait son apparition. C’est une jeune femme de 20 ans environ, fascinée par l’action et la personnalité du fondateur de WikiLeaks, et qui s’était débrouillée pour se faire embaucher dans le personnel d’accueil du séminaire. Lors de la prise de parole de Julian Assange, elle était assise au premier rang. Puis elle est parvenue à se faire inviter au restaurant en compagnie du groupe accompagnant le fondateur de WikiLeaks.

                      Au cours du repas, et au prix d’efforts visibles, selon un participant, elle est parvenue à attirer l’attention de Julian Assange. Les deux protagonistes ont alors faussé compagnie à leurs camarades et sont allés au cinéma où, de l’aveu même de la jeune femme, ils « sont allés bien au-delà des baisers et des caresses ». Deux jours plus tard, les deux amants se sont revus, chez la jeune femme. Le couple a de nouveau eu des relations sexuelles, mais cette fois Julian Assange aurait refusé de mettre un préservatif, malgré l’insistance de sa partenaire.

                      Une magistrate militante

                      L’affaire aurait pu en rester là si les deux femmes ne s’étaient pas rencontrées. La première avait en effet embauché la seconde pour le séminaire, et au cours d’une conversation, elles se sont rendu compte qu’elles avaient toutes les deux eu une aventure avec le même homme. Après avoir toutes deux évoqué des rapports non protégés et leur peur d’une maladie sexuellement transmissible, elles ont décidé de porter plainte au commissariat, notamment parce que Julian Assange a refusé de se plier à un test de dépistage.

                      La plainte ayant été jugée recevable, restait à définir les chefs d’accusation. Pour deux premiers procureurs, les faits ne justifient pas la qualification de viol, mais uniquement de « sexe par surprise », un délit passible en Suède de 5.000 couronnes, soit 546 euros. Mais pour une troisième, Marianne Ny, cela ne fait aucun doute. Car la magistrate milite pour une réforme des lois suédoises sur le viol, et notamment l’extension au refus de porter un préservatif.

                      C’est sur cette base que Marianne Ny a relancé l’enquête pour viol et agression sexuelle et lancé un mandat d’arrêt international sur ces qualifications. Qui font peser sur Julian Assange une peine potentielle de quatre ans de prison.

                      mon commentaire:c’est du grand délire.



                    • katalizeur 7 décembre 2010 12:16

                      @ l’auteur....

                      bonjour olivier Cabanel et bonjour a tous.....

                      moi aussi j’ai demandé a un vieil ami africain ce qu’il pense de cette imposture wikilies :

                      sa reponse en quelques lignes :....http://www.oulala.net/Portail/spip.php?article4838.....

                      a mon humble avis le meilleur article ecrit sur cette mascarade, ce scenario faiblare monté par la cia......


                      • olivier cabanel olivier cabanel 7 décembre 2010 13:15

                        katalizeur,
                        je crois que cette affaire va beaucoup plus loin que nous l’imaginons.
                        il faut se souvenir que les 5 médias et wikileaks ont décidé d’un commun accord de ne pas mettre la vie de personnes en danger,
                        par contre, ils détiennent des infos de premier plan, et nous pouvons nous attendre à de tres jolies révélations.
                         smiley


                      • non666 non666 7 décembre 2010 12:43

                        Bonjour olivier.

                        Je suis plus méfiant que vous sur ce sujet.

                        Je ne crois tout simplement pas qu’on puisse etre CONTRE le systeme et ses moyens de communications ET soutenu et autand promu par lui au statu de martyr, de diseur de vérité.

                        Ma conviction est qu’on cherche a mesurer le « complotisme » ambiant en nous fournissant LE site ou il suffit de s’inscrire pour avoir accès à la vérité...
                        Ensuite une Hadopi ou une Davdi vous privera de votre connection au mauvais moment....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès