Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Yémen : la révolution continue

Yémen : la révolution continue

Le mercredi 23 novembre 2011, Ali Abdallah Saleh a signé « l'accord de transfert de pouvoir » à Riyad en présence du Roi d'Arabie Saoudite. Cet accord, élaboré par le Conseil de Coopération du Golf (CCG), prévoit la passation du pouvoir à son vice-président Abd Rabbo Mansour Hadi. Durant une période transitoire de trois mois, Ali Abdallah Saleh restera président « à titre honorifique ». Ce plan prévoit également et surtout l'immunité du despote et de ses proches. Les révolutionnaires du Yémen rejettent cet arrangement. Ils luttent non seulement pour renvoyer Ali Abdallah Saleh à la poubelle de l'histoire, à côté de Ben Ali et de Moubarak, mais aussi afin qu'il soit jugé pour les innombrables crimes qu'il a commis contre des manifestants pacifiques. Au Yémen, la révolution continue.

Les États-Unis ont applaudi l'accord et « félicitent le gouvernement yéménite et l'opposition de s'être mis d'accord pour une transition pacifique et ordonnée du pouvoir », a déclaré Mark Toner, porte- parole du département d'État. Le plan a été salué également par Ban Ki-moon et Catherine Ashton.

En revanche, le peuple du Yémen, lui, est sorti massivement dès le jeudi 24 novembre dans tout le pays pour dire non à cet « accord » préparé par le CCG dominé par l'Arabie Saoudite, fer de lance de la contre-révolution dans le monde arabe. Rien que pour cette journée, cinq manifestants sont tombés sous les balles des hommes d'Ali Saleh et viennent ainsi s'ajouter à l'interminable liste des martyrs de la révolution. Les jeunes révolutionnaires exigent la traduction devant la justice du dictateur et de ses hommes : « Nous ne quitterons pas la place du Changement jusqu'à la réalisation de tous nos objectifs, et surtout la traduction en justice de Saleh et du régime » (1).

Le vendredi 25, baptisé « notre révolution continue », des manifestations impressionnantes ont secoué tout le pays, d'Aden à Sanaa en passant par Hodeida et bien sûr Taëz où la révolution a débuté fin janvier 2011. Depuis cette date, le peuple du Yémen n'a cessé pacifiquement de lutter contre le régime despotique d'Ali Abdallah Saleh dans l'indifférence quasi générale des grands médias occidentaux.

« Liberté », « Libération »( Tahrir en arabe) ou encore « Changement » sont des noms qui fleurissent sur les murs des rues et des places des villages et des villes du Yémen. Cette magnifique et discrète révolution refuse d'oublier ses morts. « Le sang des martyrs est dans nos âmes » disent les révolutionnaires. Non seulement leurs portraits sont accrochés un peu partout, mais ils sont gravés dans la mémoire collective de ce peuple courageux. C'est peut-être pour cette raison que les révolutionnaires yéménites rejettent cet accord « fabriqué » par les pires ennemis de la démocratie et du progrès, les monarchies réactionnaires du Golfe. Le peuple du Yémen qui se bat depuis de nombreux mois, « poitrine nue » comme on dit en arabe, pour une société meilleure, se souvient que ce sont ces mêmes monarchies d'un autre âge qui ont envoyé leurs chars, sous le regard complice des bourgeoisies occidentales, pour écraser dans le sang la révolution à Bahreïn (2).

L'accord qui prévoit le départ du despote constitue déjà un grand pas vers l'effondrement du régime. Les révolutionnaires ne veulent pas s'arrêter à mi-chemin. Par leurs manifestations quotidiennes, ils veulent pousser leur révolution jusqu'à son terme : renverser un régime devenu un véritable obstacle sur le chemin de la démocratie et du progrès.

Mais les ennemis de cette formidable révolution sont nombreux et puissants. Les monarchies du Golfe, regroupées au sein du CCG, n'accepteront jamais l'installation à leur porte d'un Yémen démocratique. Cela risque de constituer un exemple à suivre pour les peuples de la région, opprimés par les dynasties d'Al Saoud, d'Al Khalifa, d'Al Sabbah etc., d'autant plus que des manifestations importantes se déroulent régulièrement notamment à Qatif dans l'Est d' Arabie pour dénoncer le régime saoudien (3). C'est ce qui explique, entre autres, cette ingérence directe de l'Arabie Saoudite dans les affaires intérieures du Yémen. Rappelons pour mémoire que c'est l'Arabie Saoudite qui a soigné Ali Saleh avant de l'envoyer au Yémen pour briser la révolution. Et c'est toujours l'Arabie Saoudite, face à la résistance du peuple du Yémen, qui a « convoqué » le même Ali Saleh à Riyad pour signer « l'accord de transfert de pouvoir » dont la cérémonie a été présidée par le roi Abdallah lui-même et par le prince héritier Nayef. C'est dire la crainte que suscite le soulèvement populaire au Yémen.

Mais c'est surtout l'impérialisme américain, en collaboration directe avec les monarchies pétrolières, qui représente le véritable danger qui guette la révolution. Il suffit de regarder la position géostratégique du Yémen pour comprendre l'intérêt que portent les États-Unis pour ce pays : Golfe d'Aden, Bāb al-Mandab, sa proximité de l'un des plus grands producteurs et exportateurs de pétrole au monde, l'Arabie Saoudite.

Les américains et les saoudiens qui n'ont pas réussi à briser la révolution yéménite, tentent aujourd'hui de sauver le régime et leurs intérêts en mettant le pouvoir entre des mains sûres quitte à « sacrifier » Ali Saleh en lui proposant un exil doré en Arabie et des soins aux États-Unis.

La révolution yéménite a traversé des étapes marquées par des flux et des reflux incessants. Mais elle se poursuit et se déploie au gré des vicissitudes d'ombres et de lumières sans jamais renoncer à son but : renverser le régime d'Ali Adallah Saleh et mettre le peuple du Yémen sur le chemin de la démocratie et du progrès.

Mohamed Belaali

http://belaali.over-blog.com/

--------------------

(1) http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/23/le-president-saleh-se-rend-a-ryad-pour-signer-l-accord-de-transfert-du-pouvoir-au-yemen_1607820_3218.html

(2) http://belaali.over-blog.com/article-l-intervention-saoudienne-a-bahrein-et-le-silence-complice-des-bourgeoisies-occidentales-69874090.html

(3) http://observers.france24.com/fr/content/20111124-qatif-tanks-roulent-manifestants-chiites-funerailles-blindes-morts-arabie-saoudite-achoura

Documents joints à cet article

 Yémen : la révolution continue

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • robin 3 décembre 2011 08:00

    quelles bandes de merdes ces saoudiens, gras comme des porcs , traitres comme judas, les pires merdes du moyen orient, ils se melent de la soi-disant passation de pouvoir alors que dans leur pays il n existe aucune loi des droits de l homme et pire pour les femmes.. tout est calcul les etats unis se felicitent bien sur un pantin a la place d un autre...j espere que l’IRAN et la Russie mettront tout le monde d’accord bientot avec quelques missiles collés aux culs des saoudiens et quatariens..


    • Robert GIL ROBERT GIL 3 décembre 2011 09:36

      Ils n’ont pas de chance, si a la tete de leur etat il y avait « un dictateur » qui soit contre la politique des etat-unis, il y a longtemps que l’Otan serait venu les liberer..........


      • latortue latortue 3 décembre 2011 18:53

        « Liberté », « Libération »( Tahrir en arabe) ou encore « Changement »c’est sur lâcher un borgne pour prendre un aveugle comme dans tous les pays Arabe on retourne a l’age de pierre avec les islamistes partout au pouvoir ,
        votre liberté c’est l’islam ????????? c’est pas ça la démocratie ,la religion doit rester de l’ordre du privé ,partout ou il passe l’islam fait reculer les liberté .
        Enfin vous avez choisis ou vous allez le faire alors bonne chance a vous ,mais ne me parlez surtout pas de printemps arabe quelle tristesse pour les femmes de ses pays qui maintenant vont être montré du doigt si elle sorte en jupe et tête nue
        vive la charia hein !!!!!!!!!!! j’en connais un qui doit claquer du fessier c’est Israel entouré d’islamiste pas bon ça pas bon


        • robin 4 décembre 2011 07:21

          et la tortue arrete de dire des betises stp ; arrete de regarder tf1 et d ecouter ton ami BHL, a t ecouter meme chez eux ils n ont pas le droit de pratiquer leur religion , t as la memoire courte il y a pas si longtemps en france le clerge avait un pouvoir considerable, le peuple choisira qui il voudra, pour le moment c est chaotique mais j espere que cela se retablira bientot, et pour ce qui est d Israel, elle va se mordre les doigts si ils touchent a l iran , la oui ca sera leur fin, car fini de se cacher derriere USA et europe (onu) , plus d argent dans les caisses, maintenant c est a la russie et a la chine d appuyer sur les boutons ......


          • latortue latortue 4 décembre 2011 16:22

            robin
            désolé de ne pas être de ton avis et arrêtez sans arrêt de revenir a l’histoire on est au XXI siècle ce qui c’est passé avant c’est du domaine de l’histoire point barre
            a m’écouter !!!!!!!!!oui mais tu as mal lu mon grand ,je parle de printemps arabe et de régression ’’pas de pratique de la religion ’’d’ailleurs si tu avais lu je dis la religion doit rester du domaine du privé et diriger un pays c’ est du domaine de la politique mélanger les deux ça pu du cul ,voila mon propos .
            partout ou ces pays se révoltent le résultat c’est qu’après les élections ce sont des partis islamique qui passent donc c’est pas un bien, et la télé et encore moins ce conn... de BHL n’on a voir la dedans .Bien sur que le peuple choisis qui il veut c’est une évidence mais cela ne m’empêche pas d’avoir un avis même si je respecte leur choix pour moi c’est une connerie et si ça te plait pas c’est pareil mon grand
            salut


          • robin 5 décembre 2011 11:38

            pour la Tortue, je n ai rien contre toi mais tes propos, j essaie de t ouvrir les yeux afin que tu comprennes que ces fameux islamistes mis au pouvoir sont des pions places, tout est strategie et calcule et manigance :::voila une personne qui a compris j ai repris sont texte :«  »" Hélas, rien de nouveau, en effet. Et personne ne bouge. On a beau répéter sans fin le même discours, la version officielle des médias reste ancrée dans le crâne des gens. J’apprenais à l’instant que l’argent du Qatar a permis l’arrivée au pouvoir du parti islamiste en Tunisie. Demain les Frères musulmans seront maîtres de la Syrie, avec la bénédiction de Sarkozy. Les peuples arabes croiront être enfin libres alors qu’ils seront toujours plumés économiquement par l’Occident (pour le plus grand profit des dirigeants arabes eux-mêmes).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles







Palmarès