Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Zimbabwe : l’embargo, une arme fatale pour le président (...)

Zimbabwe : l’embargo, une arme fatale pour le président Mugabe

Les chaînes de télévision occidentales habituées à diffuser et relater les calamités plutôt que les merveilles d’Afrique, ne ratent pas l’occasion de relater la descente aux enfers et l’image de fin de règne de Mugabe, président du Zimbabwe, autrefois considéré comme l’un des leaders du Mouvement non-aligné et figure emblématique de la libération du Mouvement noir en Afrique. Régulièrement, les chaînes occidentales présentent une situation économique du Zimbabwe plus que désastreuse : une inflation qui frôle les 150000 %, une fuite régulière des cerveaux, une émigration journalière de plus de 1500 personnes à la recherche de quoi manger ; et la tendance est loin de s’estomper. Les télévisions occidentales ne cessent de montrer régulièrement la file d’attente de la population zimbabwéenne devant la distribution de rations alimentaires effectuée par le Programme alimentaire mondial et diverses Organisations non gouvernementales.

Un pays autrefois grenier de l’Afrique est maintenant montré dans toutes les chaînes occidentales comme le pays sans vie et où, sans le concours des organismes internationaux, il n’y aurait personne en vie.

Mais Mugabe ferme les yeux et refuse de voir la réalité en face. Il s’entête, à tort ou à raison, c’est discutable. A force de toujours considérer les Occidentaux, appelés communément "White Men", comme boucs émissaires, cela commence à lui coûter très cher. Le Zimbabwe, un pays sans véritable enjeu stratégique majeur pour les Occidentaux, ne tenait sa renommée que de la présence d’une minorité de Zimbabwéens de race blanche, qui, avec la spoliation de leur terre et la publicité faite par les média anglo-saxons, avaient fait que la population occidentale s’en intéresse.

Le bruit, tapage et jeux des mots lancés par Mugabe à l’ex-Premier Ministre britannique Tony Blair et vice versa, a permis aussi à la majorité des pays occidentaux de connaître ce pays. Le sommet France-Afrique, où Mugabe l’anglophone participait, lui a permis aussi d’accroître sa renommée dans le monde occidental, plus son intervention dans la guerre du Congo.

Cependant, à force de considérer les Occidentaux comme boucs émissaires et de se mettre à dos les opposants qu’il accuse de servir de marionnettes aux "blancs", il s’est éloigné de la réalité du pays. Un héros de l’indépendance, qui fût proche des blancs, fait semblant de ne rien comprendre. L’embargo que lui ont imposé ces blancs est devenu comme une maladie cancéreuse. Elle ronge le pays petit à petit jusqu’à sa disparition. Ce président refuse de lire l’histoire des présidents qui ont difficilement survécu à l’embargo. Il devrait se souvenir du feu président Mobutu du Zaïre, que l’embargo international, précisément occidental, a privé de toute manœuvre pour contrer la descente aux enfers de son pays.

La guerre du Congo ne viendra que chasser un homme déjà affaibli par plusieurs années d’embargo économique et militaire. Malgré sa renommée et la confiance que la population porte en lui, il fut chassé du pouvoir comme une mouche par feu Kabila, autrefois présenté comme un petit trafiquant d’or venu de la Tanzanie. Mobutu, un personnage adulé et respecté dans le monde occidental, vit son règne s’effondrer comme un château des cartes. Et l’embargo ne fut pas étranger à son éviction rapide du pouvoir.

Au Burundi, le pouvoir longtemps dominé par une minorité tutsi depuis 1972 et qui refusait d’accepter d’ouvrir les négociations avec la rébellion hutu considérée comme incapable de gérer le pays, n’a fini par accepter les négociations qu’après l’embargo fixé par les pays de la région d’Afrique australe avec la bénédiction des Américains. Heureusement, le président Buyoya de l’époque eut la sagesse d’accepter le fait accompli et d’ouvrir les négociations avec la rébellion, actuellement au pouvoir. Il a jusqu’à présent survécu à son pouvoir et, par sagesse, s’est maintenant reconverti dans le privé. Le gouvernement génocidaire du Rwanda en 1994, ne savait pas que pour gagner la guerre, le nombre ne suffisait pas, mais plutôt la bonne stratégie de guerre de ses combattants. Malgré une formation reçue des pays occidentaux, l’armée de feu Habyarimana ne parvint pas à contrer les assauts de la rébellion tutsi. Si les massacres dont fut accusée cette armée ne leur servirent d’aucun soutien occidental, l’embargo occidental aussi sur les armées leur fut fatal et provoqua leur fuite vers les pays voisins. La Libye de Kadhafi a eu de la chance ; si le régime de Kadhafi a survécu à l’embargo occidental, il devrait remercier la nature qui lui a octroyé des ressources pétrolières, élément essentiel qui divise souvent la politique étrangère des pays occidentaux.

En dehors de l’Afrique, les exemples ne manquent pas des pouvoirs qui n’ont pas survécu à l’embargo. Le régime irakien croyait qu’avec ses immenses ressources pétrolières, il parviendrait à diviser et à affaiblir la mobilisation occidentale contre lui. Il y parvint à court terme, mais à long terme cette stratégie ne réussit pas, puisque les Anglo-saxons savaient se montrer patients et attendre leur heure. L’embargo contre le régime de Saddam Hussein a non seulement transformé un pays autrefois exportateur de produits alimentaires en importateurs rationnés, mais le tissu économique et social s’effondra au compte-gouttes. Et par son entêtement et son aversion au pouvoir, il ne parviendra pas à comprendre que l’heure des Occidentaux viendra où il n’aura même pas le temps de résister. La guerre de l’Irak fut une guerre-éclair. Un régime considéré comme un des plus forts de la région fut facilement déchu. Comme les Anglo-saxons refusent de voir quelqu’un survivre à leurs yeux, Saddam Hussein fut exécuté par pendaison.

Est-ce que le président Robert Mugabe n’a jamais pensé que ce qui est arrivé à ses compères peut aussi lui arriver ? Cet embargo qui vient de mettre tout un pays à genoux ne risque-t-il pas de balayer ce président sénile au risque de plonger son pays dans le chaos, même après sa mort ?

Un président jadis considéré comme héros et dieu vivant dans la communauté noire sud-africaine, commence à agacer ces mêmes populations noires quand elles voient leurs voisins zimbabwéens quémander dans les quartiers chics sud-africains de la nourriture.

Fini le héros des indépendances et de la lutte contre la domination blanche en Afrique australe. Tout ce que veut la majorité des zimbabwéens et des autres populations de la région est que cet homme de plus de quatre-vingt ans s’efface, en espérant que la population zimbabwéenne pourra retrouver la dignité d’autrefois.

Mugabe, avec son âge, est peut-être en train de se dire qu’il n’a rien à perdre et qu’il a déjà fait son temps. A ses successeurs de se débrouiller avec les Occidentaux. Et nous espérons que la disparition de Mugabe ne plongera pas ce pays dans une guerre civile à l’instar, autrefois, d’autres pays comme le Congo, le Rwanda, Burundi et l’Irak.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 27 août 2007 11:38

    80 ans est un age sénile et il aurait du partir depuis des années du pouvoir.

    Il semble qu’il aura « tué » aussi tous les nouvelles générations d’hommes politiques dans son pays.

    Une vrai faillite


    • tvargentine.com lerma 27 août 2007 11:39

      80 ans est un age sénile et il aurait du partir depuis des années du pouvoir.

      Il semble qu’il aura « tué » aussi tous les nouvelles générations d’hommes politiques dans son pays.

      Une vrai faillite


      • swakk 27 août 2007 13:28

        c est toujours rageant de voir l’entetement d’un homme condamner son peuple au pire... surtout quand ce meme homme n’a pas a souffrir des consequence de ses actes quid de l’irresponsabilité des chefs d’état ?? chez nous et ailleurs ... le pays mettra surement tres longtemps a s’en remettre


        • Captain Cap 27 août 2007 15:14

          Pour en savoir et plus et mieux : sokwanele.com


          • Esteban Manchego Esteban Manchego 28 août 2007 11:06

            Votre article est intéressant et il semble que tout le monde, quel que soit son bord, soit maintenant plus ou moins d’accord sur une chose : Mugabe doit partir.

            Pour ce qui est de l’efficacité de l’embargo, on peut vous opposer un contre-exemple de taille : Cuba qui, il est vrai, a toujours bénéficié d’alliés qui permettaient à son économie de survivre (URSS et maintenant le Vénézuéla). Mais Le Zimbabwe peut lui aussi compter sur l’appui de la Chine, pour qui travailler avec des dirigeants tyranniques ne pose pas de problème. On pourrait aussi parler de l’Afrique du Sud de l’apartheid qui a très bien survécu sous embargo international et qui s’est ouverte plus pour des raisons idéologiques qu’économiques.

            Ceci dit, je souhaite que cette arme soit efficace mais son côté « imparable » est à nuancer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès