Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > 11 septembre : faites entrer le journalisme !

11 septembre : faites entrer le journalisme !

Après la démesure médiatique consacrée aux commémorations du 11 septembre, un documentaire inattendu et courageux s'adresse à nos neurones avant nos tripes. Son titre ? « Épouvantails, autruches et perroquets - Dix ans de journalisme sur le 11 septembre  ». Ou la remise en questions du traitement médiatique de l'évènement terroriste ayant façonné notre entrée dans le 21ème siècle. Percutant et didactique, le film d'Olivier Taymans est un ovni journalistique made in Belgium. Sans autre diffusion que celle du net. Percutera-t-il les dirigeants d'une profession en crise, répugnant à l'introspection critique ?

« A partir du moment où une vérité est martelée par presque l'intégralité de tous ceux qui ont la parole dans une agora déterminée, on en vient à se taire, à ne plus oser prendre la parole à contre-courant parce qu'on risque d'être stigmatisé comme fou, inconséquent ou déviant  ». Ces mots du professeur de journalisme, Jean-Jacques Jespers (ULB), plantent le décor ou plutôt la pression sociale liée au film d'Olivier Taymans (1). « Épouvantails, autruches et perroquets  » s'attaque en effet à la plus violente controverse mondiale de ces dix dernières années. Par le biais d'un angle original : l'examen de la couverture des médias sur la décennie de développements qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001. Une entreprise aussi risquée qu'indispensable ...

Pourtant, rappelle Taymans, il n'en fût pas toujours ainsi. Le jour des attentats comme les mois suivants, la parole était libre, la critique permise, le questionnement encouragé. En direct de Manhattan le matin du 11 septembre 2001, le journaliste d'ABC, Don Dahler, reformule ce qui lui vient spontanément à l'esprit : « Le second building à avoir été frappé par un avion vient de s'effondrer complètement ! L'immeuble entier s'est écroulé comme si une équipe de démolition ... comme lorsqu'on voit des démolitions de bâtiments anciens. Il s'est replié sur lui-même et n'est plus là ! ».

De l'autre côté de l'Atlantique, c'est « L'effroyable imposture » de Thierry Meyssan qui conteste la version officielle de l'attentat du Pentagone. Sans que cela ne cabrent les médias francophones, souligne Taymans : « Après la publication de son livre, Thierry Meyssan bénéficie d'un traitement journalistique normal. Il est invité sur plusieurs plateaux de télévision pour des débats aujourd'hui impensables lors desquels on discute calmement des qualités et des défauts de son livre ».

Diabolisation et propagande

Très vite, le ton change ! Le journalisme fait place à l'injonction propagandiste. Comme dans la sinistre émission concoctée par Daniel Leconte (Arte) en 2004 : « Que s'est-il passé pour que tant de gens basculent dans la bêtise ? Que s'est-il passé surtout, pour que des médias de masse leur offre une tribune royale qui leur permet de toucher le grand public ? Retour sur ce naufrage de l'intelligence. Regardez ! » ... Devenu « l'homme à abattre », Thierry Meyssan est diabolisé et exclu des médias traditionnels. « Sans jamais contredire sur le fond ses thèses  », précise Taymans. Interrogé sur CNN, Guillaume Dasquié ose un « postulat sociologique » sorti de nulle part : les lecteurs de Meyssan « sont d'un très faible niveau social, la majorité n'est jamais allée à l'école et ils ont également un très faible niveau culturel ».

Le film décortique ensuite la « déontologie » de Leconte, grand prêtre de la diabolisation médiatique des sceptiques envers la version officielle. « Ce qui compte à leur yeux, c'est une vision a priori du monde  », lance Leconte face caméra. « Un bricolage idéologique où se mélange pêle-mêle une détestation de l'univers démocratique, une conception policière de l'histoire et une culture systématique de l'excuse au bénéfice de tous les dictateurs de la planète qui ont déclaré la guerre à l'Occident. Eh bien, c'est ce phénomène étrange que nous avons tenté de suivre à la trace. Voici ' Le grand complot ' ! C'est un film Docs en stock pour Arte, signé Antoine Vitkine et Barbara Necek  » ... 

Problème : dans sa quête visant à tirer les téléspectateurs vers le haut, Arte a « oublié » de les informer d'un détail que révèle Olivier Taymans. La plupart des intervenants - dans les documentaires diffusés comme lors du « débat » en plateau - sont membres du Cercle de l'Oratoire. « Un cercle de réflexion qui rassemble des intellectuels médiatiques (André Gluksmann, Pascal Bruckner, Nicole Bacharan), des journalistes (Antoine Vitkine, Elizabeth Schemla), des chercheurs (Antoine Basbous, Pierre-André Taguieff) qui se sont mobilisés après le 11 septembre pour soutenir l'entrée en guerre des Etats-Unis contre l'Irak et réagir à un anti-américanisme qu'ils ressentent omniprésent. Justement les principaux sujets qui ont été abordés  » lors de ce Thema diffusé sur Arte.

En fin d'émission, Leconte promotionne avec enthousiasme un ouvrage écrit sous la direction de Michel Taubmann (« Irak, an I – Un autre regard sur un monde en guerre »). Mais les téléspectateurs ignorent qu'à l'époque le Responsable de l'info à Arte-Paris, Michel Taubmann, est également le fondateur du Cercle de l'Oratoire ! Et le rédacteur en chef du meilleur des mondes, la revue du think tank néo-conservateur ... « où l'on retrouve Brukner, Bacharan et Vitkine  », conclut Taymans.

Ajoutons qu'il est amusant de retrouver à la barre de cette manœuvre « anti-complotistes », le même Taubmann qui, sept ans plus tard, défend sans sourciller « la thèse du complot  » dans l'affaire Strauss-Khan-Diallo (2) ... Selon que vous traitiez de puissants ou de misérables, « l'argument » du complot vous sera ou non favorable.

Cinq doutes majeurs

Pour Olivier Taymans, l’auteur de référence sur les incohérences de la version officielle n’est autre que David Ray Griffin. Cet universitaire retraité, ex-professeur de théologie, est l'auteur d’une dizaine d’ouvrages sur le 11 septembre. Sain d'esprit, Américain et patriote, il rejette « la théorie officielle du complot que nous ont servie le gouvernement et la Commission d'enquête et qui a été utilisée pour justifier les activités qui ont suivi le 11/09/01 ». Dans les médias francophones, Griffin a royalement décroché 37 secondes d’interview (portant sur des sujets annexes à son travail). Contre plus de 300 entretiens (portant sur ses ouvrages) réalisés par divers médias alternatifs dans le monde ...

Quels sont ces doutes qui ont conduit Griffin à écrire ses livres et que n'abordent jamais les médias traditionnels ? Le film en répertorie cinq. Un : les terroristes. Ou les noms des 19 pirates de l'air communiqués par le FBI trois jours après les faits ; doublé de la fumeuse histoire du passeport d'un des terroristes retrouvé intact dans les décombres des Tours. Des « infos » officielles qui provoquent ce commentaire acide chez l'ex-parlementaire belge, Paul Lannoye : « Il faut déjà être très naïf pour croire à des choses comme ça » ...

Deux : les explosions. Ou les centaines de témoins qui affirment avoir entendu des explosions juste avant l'effondrement de chaque Tour. Ainsi que ceux qui affirment la même chose pour le bâtiment n°7 ; ce troisième gratte-ciel qui s'est écroulé, dans l'après-midi du 11 septembre 2001, sans avoir été percuté par un avion. Trois : les délits d'initiés. Au sujet desquels Paul Lannoye évoque ceci : « Il y a eu une sorte de délits d'initiés concernant les compagnies d'aviation. Que des gens aient réalisé que quelque chose allait se passer me paraissait mériter une investigation. Lorsque j'ai posé la question au Parlement, personne n'a relevé, personne n'a répondu, on a fait semblant que je n'avais rien dit ...  ».

Quatre : la diversité de la contestation. Ou les différentes catégories de professionnels qui ont fondé des associations exigeant une enquête véritablement indépendante sur le 11 septembre. « Il y a 'les vétérans pour la vérité sur le 11/9' avec de nombreux ex-officiers militaires dont certains de haut rang », explique David Ray Griffin. « 'Les pilotes pour la vérité sur le 11/9' et une nouvelle organisation : 'les architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11/9' qui compte plus de 500 membres. Il y a aussi plusieurs anciens officiers de la CIA et du Renseignement. Oui, nous avons maintenant des gens d'une grande crédibilité ».

Ces personnes et associations ne sont pas interrogées par les médias traditionnels francophones lorsque ceux-ci traitent du 11 septembre (3). A contre-courant, Taymans a interviewé Richard Gage, le fondateur d' « architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11/9 ». Au sujet de l'absence totale de visibilité médiatique concernant l'objet de son association, l'homme se montre sans équivoque : « C'est clair qu'il s'agit d'un tabou. Les journalistes savent qu'ils ne peuvent pas en parler. Ils n'enquêtent pas sur le sujet. Je suis sûr qu'on leur a dit que cela n'avait aucun intérêt. Ceux qui ont essayé ont trouvé porte close partout lorsqu'ils ont tenté de publier sur ce sujet  ». 

Cinq : les films contestant la version officielle. Le plus célèbre : Loose change. Dans sa dernière version (2008), ce documentaire demeure, selon Taymans, « le film le plus complet sur toutes les incohérences de la version officielle des attentats ». Vient ensuite 9/11 press for truth qui retrace le combat d'un groupe de veuves américaines ayant contribué à la création de la Commission d'enquête sur le 11 septembre (2004). Entaché d'omissions cruciales et d'un manque flagrant d'indépendance, le rapport de cette Commission n'est plus pris au sérieux par grand-monde. Selon Taymans, le film est aussi une « réflexion intéressante sur le rôle des médias américains au sujet du 11 septembre  ». Côté européen, la seule réalisation se nomme Zéro enquête sur le 11 septembre (2007), signée par l'ex-député européen Giulietto Chiesa. Un film-enquête salué par le quotidien italien Il Corriere della Sera comme « un ensemble de contradictions, de lacunes et d'omissions d'une gravité impressionnante. Confirmant que la version officielle prend de plus en plus l'eau de toute part  » ... 

A quand le vrai débat ?

Jusqu'à aujourd'hui, chacun a pu constater que les conditions d'un vrai débat contradictoire sur le 11 septembre n'ont pas été favorisées par les médias traditionnels francophones. Exceptées certaines émissions, sur France Télévisions (2009), opposant les doutes de stars du show-business (Mathieu Kassovitz, Jean-Marie Bigard) aux certitudes agressives de journalistes non spécialisés, rien de sérieux n'a été mis en place. Depuis près de dix ans, aucun débat n'a été médiatisé entre des acteurs légitimes et reconnus de chaque pan de la controverse. Que ce soit en radio, en télé et en presse écrite. Pour quelles raisons ?

Dans le film de Taymans, Jean-Jacques Jespers tente de répondre à cette question : « Pour l'instant, c'est un sujet tabou parce que les éléments troublants ou de remise en question découverts sont diffusés avec une extension qui n'a pas atteint le niveau au-delà duquel ça devient un évènement médiatique, relayé par les grands médias. Toute la question est de savoir si ce seuil est ou sera un jour atteint ? Et cela n'a rien avoir avec la vérité ou le sérieux de ceux qui font les enquêtes. Cela a avoir avec le système d'élaboration de la crédibilité en matière médiatique  ». 

En Norvège, ce « seuil  » est dépassé depuis juillet 2006. Notamment grâce à l'éditeur et journaliste, Truls Lie. Il y a cinq ans, cet ancien directeur de l'édition norvégienne du Monde diplomatique a publié une série d'articles traitant des remises en cause de la version officielle des attentats. Articles interdits de diffusion française par le directeur du « Diplo » de l'époque, Maurice Lemoine. Malgré les tentatives de Taymans, l'actuelle direction du Monde Diplomatique « n'a pas souhaité s'exprimer sur cette affaire  » ... Commentaire de Truls Lie : « Pour moi, si on veut être un esprit critique et indépendant, avoir une réflexion autonome, on se doit de traiter ce sujet. C'est l'évènement le plus important de ces dernières années et il a entièrement modifié l'ordre politique ».

Son de cloche analogue chez un vétéran du journalisme norvégien, Sven Egil Omdal. Auteur d'une chronique hebdomadaire sur les médias, Omdal a signé un papier retentissant sur la controverse du 11/9. Repris dans quatre journaux norvégiens, celui-ci a touché plus d'un million de lecteurs. A mille lieues des sophismes d'un Guillaume Dasquié ou d'un Philippe Val, Omdal relate face caméra son raisonnement journalistique : « J'ai écris cette chronique pour dire : il y a un énorme débat en cours, il y a des médias alternatifs que nous ne pouvons pas ignorer, il y a peut-être des allumés ou des fous parmi eux, mais il y a aussi trop de gens instruits et trop de gens qui prennent réellement des risques en s'engageant dans ce débat pour que nous le laissions de côté  »... 

Concerné à double titre - professionnel et citoyen - par le film d'Olivier Taymans, il m'a paru essentiel de réaliser son interview ainsi que celle de notre confrère Bruno Clément. Editeur et présentateur de l'émission d'investigations Questions à la Une (RTBF), le journaliste du Service public a vertement remballé le réalisateur indépendant. Un épisode qui apparaît dans le film : Clément a été enregistré à son insu par Taymans via la technique du micro caché. Une pratique également utilisée par les journalistes de Questions à la Une afin de réaliser certaines enquêtes « difficiles » ... 

Répugnant à toute introspection critique, a fortiori sur leur traitement de sujets sensibles, les dirigeants de médias francophones feront-ils les « autruches » face à l'existence du film de Taymans ? Ou désigneront-ils ce journaliste comme un nouvel « épouvantail  » du négationnisme et de l'antisémitisme ? A ces questions d'une actualité francophone brûlante résonnent les mots du norvégien Sven Egil Omdal : « On ne devrait jamais reprocher à un journaliste de poser des questions. On peut nous critiquer pour avoir donner des réponses idiotes, mais jamais pour avoir poser des questions. C'est l'essence même de notre métier  ».

Olivier Mukuna

(1) Le film est visible en cliquant sur le lien ci-dessous.

(2) http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Michel-Taubmann-le-justicier-de-DSK-crie-au-complot-328597/

(3) A l'exception de ce reportage, diffusé sur France 3, le 8 septembre 2011, qui - pour la première fois dans un JT francophone - aborde sérieusement certaines zones d'ombre du 11 septembre : http://www.dailymotion.com/video/xkzfsb_les-zones-d-ombres-du-11-septembre-2001-france3_news?start=4#from=embediframe


 


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • robin 4 octobre 2011 10:18

    Ce n’est pas un naufrage de l’intelligence c’est au contraire un penchant assumé pour la collaboration, le mauvais penchant qu’a hélàs toujours eu l’élite française de se mettre du service servile du plus fort. Il y a dans cette forfaiture toute l’explication de la possibilité toujours présente en France (mais pas uniquement) du retour d’un gouvernement faschiste comme Vichy en ce sens les médias ne sont comme à l’époque que les toutous obeissants de très puissants pouvoirs politico-économiques dictatoriaux transnationaux particulièrement actifs d’outre atlantique.


    • robin 4 octobre 2011 10:23

      La série culte du prisonnier de Patrick Mac Gohan et le film matrix sont l’exact reflet ce que sont les médias actuels dans l’affaire du 11 septembre comme dans tant d’autres. Des outils de propagande qu’une masse de petits chefs relaient de façon assumée et qui s’efforcent de jouer la comédie à tout les étages pour sauvegarder l’intégrité de la matrice et en bas de l’échelle la grande masse qui y croient encore (mais commence à basculer) poussés à se rebeller par des révoltés de plus en plus nombreux qui n’ont pas vendu leur temps de cerveau disponible à TF1.


      • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 4 octobre 2011 10:39

        Entièrement d’accord avec l’auteur.


        La controverse du 9-11 reste taboue en France tant côté journalistique que dans le milieu historien...

        Il est interdit de mettre en doute la parole officielle US.

        Presse et Médias aux ordres ? 

        Ou savants imbéciles qui n’admettent pas le doute ?

        Cela nous rappelle la sombre période de l’Inquisition papale et royale contre les hérétiques...





        • robin 4 octobre 2011 11:14

          Vous vous doutez bien que si nos bons collabos de médias osaient avouer ça, il s’exposeraient à une complicité de crimes contre l’humanité avec à la clé des dizaines de rédacteurs en chefs et de patrons de presse en prison pour de longues années .......ça n’arrivera jamais, leurs maîtres préféreront déclencher une 3e boucherie mondiale plutôt que de les acculer à ça.


        • DSKprésident 4 octobre 2011 15:10

          oui presse et médias aux ordres du Sionisme :
          la presse n’est pas libre, et est détenue soit par :
          - des fonds US (Carlyle...)
          - des agents sionistes (Lévy pour C+, BFM, iTélé...)
          - des patrons du complexe militaro-indus (Lagardere, Dassault).

          Donc, presse aux ordres : les mots d’ordres sont entre-autres :
          - 11-sept : privilégier la VO
          - choc des civilisation (occident / musulmans) : justification des guerres en Lybie et Syrie
          - propagande merdiatique sur les guerres en Lybie, Syrie, Iran...
          - les Nationalistes sont des facistes
          - Omerta sur le génocide du peuple Palestinien
          - la Shoah le plus souvent possible pour rappeler au peuple français sa faute impardonnable.
          - le métissage pour tous (sauf pour les juifs)
          - l’anti-racisme...et l’immigration massive


        • Vista Vista 5 octobre 2011 03:10

          « Presse et Médias aux ordres ? » : Comment pouvez-vous en douter encore ?

          « Il est interdit de mettre en doute la parole officielle US » : Plutôt la parole sioniste mais c’est un pléonasme.

          La vérité est que nos médias sont totalement noyautés et asservis par les grands groupes de presse judéo-maçonniques.
           
          Le fait même que toute contradiction soit immédiatement punie est un aveux de faiblesse de leur part et ne fait que les renforcer les idées alternatives.

          Ils ont la trouille et savent très bien qu’ils mentent. De même pour d’autres tabous. 
          Ils sont forcé de vivre avec leurs mensonges ad vitam eternam.


        • Robert GIL ROBERT GIL 4 octobre 2011 11:22

          Tout cela a justifié des interventions militaires, pour défendre des intérêts
          stratégiques, financiers et économiques. Cela a aussi permis au nom de la guerre
          contre le terrorisme de développer la surveillance des citoyens au nom de la sécurité et
          de la liberté. Comme pour l’assassinat de Kennedy, l’on ne saura peut-être jamais la
          vérité, mais de nombreuses zones d’ombres demeurent. Comme dans toute enquête il
          faut répondre à la question : à qui profite le crime ? Lire :
          http://2ccr.unblog.fr/2011/02/15/vous-avez-dit-11-septembre/


          • révolQé révolté 4 octobre 2011 12:26

            « Cela a aussi permis au nom de la guerre
            contre le terrorisme de développer la surveillance des citoyens au nom de la sécurité et
            de la liberté. »

            + 100... !!!

            Quel ennemi pratique qu’est le terrorisme...

            Anonyme et si pratique pour ficher les gens et faire les pires exactions tout autour du monde en son nom.


            • Crazy Horse Crazy Horse 4 octobre 2011 12:32

              Ben je suis content de plus avoir la télé moi !

              Est-ce que ces gens s’entendent parler ? On est sensé avoir une confiance aveugle dans nos élites, c’est ça ? Les abus sexuels, les frégates, les rétrocommissions, etc. Tout ça n’est pas sensé nous mettre la puce à l’oreille ?

              Il faut ouvrir les livres d’histoire bon sang ! Aujourd’hui on a même la possibilité d’avoir accès à des documents inédits, issus de sources multiples. Le recoupement permet de se faire une idée.

              Et puis, comme je le dis souvent : « Trouvez-moi une personne qui démonte un à un les arguments d’un Laurent, ou d’un Griffin. Je ne demande que ça ! Qui préfèrerait un monde dirigé par d’infâmes crapules à une authentique démocratie ? »

              Le problème c’est que les chiens de garde ne font que s’attaquer aux personnes, sans jamais argumenter. Dans la vraie vie, notre petite vie, lorsque qu’on a d’un côté une personne sensée qui développe ses arguments sans jamais attaquer personnellement quelqu’un et de l’autre une personne qui gesticule en crachant des insultes, laquelle prenons-nous le plus au sérieux ?


              • babadjinew babadjinew 4 octobre 2011 13:01

                Merci pour ce lien.


                Pour le contenu, il me semble que malheureusement, il n’est plus grand chose à espérer de l’être humain lobotomisé et aux ordres. Il se moque et des principes de démocratie, et des horreurs engendrés aux noms de ces même principes.

                La conscience de l’animal humain ce limitant malheureusement aujourd’hui à juste AVOIR de plus en plus de "Choses matérielles illusoires......

                Triste monde......


                 

                • Jean Jolly Jean Jolly 4 octobre 2011 13:28

                  Il y a au moins un évènement positif qui ressort des destructions des tours en ce mardi 11 septembre 2001, malgré toutes les horreurs qui en ont découlé, c’est que d’après les scientifiques du NIST et de la commission d’enquête il n’y aurait plus besoin d’explosifs pour effectuer une démolition contrôlée, désormais une simple allumette suffit pour faire écrouler un bâtiment à structure d’acier. En revanche, les spécialistes en démolition contrôlée vont devoir pointer au chômage puisque n’importe quel couillon est capable de craquer une allumette.

                  On n’arrête pas le progrès !


                  • minidou 4 octobre 2011 14:32

                    Une allumette...Et une feuille de papier alluminium, selon les dernières nouvelles !


                  • Jean Jolly Jean Jolly 4 octobre 2011 14:40

                    @ minidou

                    Diantre, ça doit coûter une fortune s’il faut en plus rajouter une feuille d’aluminium.  smiley


                    • minidou 4 octobre 2011 15:14

                      @JJ, si t’es pas cap d’aller au supermarché, t’es pas prêt de changer le cours de l’Histoire ! ( elle est pas belle ma sentence ?)


                    • Julien Julien 4 octobre 2011 20:53

                      C’est ça, Alchimie.

                      Avec vous, le module d’Young et le coefficient de Poisson n’existerait pas, ça c’est sûr !
                      Retournez à vos études !

                    • philouie 4 octobre 2011 20:40

                      Salam,

                      une petite anecdote qui m’a fait sourire :

                      lors des commémorations du 10ème aniversaire du 11/09, France Inter est à New York et propose des interviews d’ acteurs du 11/09 . Parmi eux, ils interviewent un type qui est présenté comme un héros du 11/09, un certain William Rodriguez. On y apprend que ce gars est la dernière personne à être sortie vivante des ruines, on apprend que c’est un héros, qu’il n’est plus concièrge et qu’il vit maintenant en donnant des conférences sur le WTC en particulier qu’il essaie de transmettre son sens de héros.

                      En tout cas, il y a une seule chose qu’on n’apprend pas de ce type, c’est que les conférences qu’il donne, c’est pour contester la version officielle.

                      Mais bon, z’ont pas du avoir le temps d’aller au bout du sujet.

                      philouie


                      • Jean Jolly Jean Jolly 4 octobre 2011 21:27

                        @ minidou.

                        Sans compter les cutters en plastoc qui sont hors de prix chez Castorama... décidément, nous sommes bien obligés d’en conclure qu’il faut disposer d’un budget conséquent pour faire effondrer, sur leurs bases, trois immeubles.

                        En même temps, il ne faut pas omettre de signaler que Oussama Ben Laden est l’un des fils du « Bouygues Saoudien »... ça doit forcément aider dans l’élaboration de la nouvelle technique de démolition contrôlée.

                        Comme quoi les arabes n’ont pas fait qu’inventer les chiffres et diverses avancées pour l’humanité, ils ont aussi découvert qu’un bâtiment à structure d’acier pouvait être « pull-ité » avec seulement une allumette, une feuille d’aluminium et quelques cutters « trop cher mon fils ».


                        • Gonzague Gonzague 5 octobre 2011 06:45

                          "Pourtant, rappelle Taymans, il n’en fût pas toujours ainsi. Le jour des attentats comme les mois suivants, la parole était libre, la critique permise, le questionnement encouragé."

                          De l’autre côté de l’Atlantique, c’est « L’effroyable imposture » de Thierry Meyssan qui conteste la version officielle de l’attentat du Pentagone. Sans que cela ne cabrent les médias francophones, souligne Taymans : « Après la publication de son livre, Thierry Meyssan bénéficie d’un traitement journalistique normal. Il est invité sur plusieurs plateaux de télévision pour des débats aujourd’hui impensables lors desquels on discute calmement des qualités et des défauts de son livre ».

                          Très vite, le ton change ! Le journalisme fait place à l’injonction propagandiste. Comme dans la sinistre émission concoctée par Daniel Leconte (Arte) en 2004  :

                          Autrement dit, et c’est l’auteur lui-même qui nous l’apprend, les théories farfelues autour du 11 septembre ont eu le droit de cité pendant au moins deux ans et trois mois en France. C’est très long.
                          Par la suite, s’apercevant de l’inanité des thèses et du peu de finesse de ceux qui les propageaient, remarquant surtout qu’ils se décrédibilisaient totalement en donnant la parole à des mous du bulbes et leurs lubies, les journalistes cessent de mentionner ces histoires sans queue ni tête. Ce que les conspirationnistes décident de nommer « omerta » mais qui s’apparente davantage à de la honte d’avoir cautionné ce genre de bêtises.


                          • files_walker 5 octobre 2011 10:37

                            « les théories farfelues autour du 11 septembre  »

                            « inanité des thèses et du peu de finesse de ceux qui les propageaient »

                            Quiconque s’intéresse au 11/9 s’aperçoit rapidement que c’est exactement l’opposé.

                            Vous pouvez toujours l’affirmer mais cela ne suffit pas a en faire une vérité. Ceux qui disent que la VO est impossible s’appuie sur les faits (ils ont têtus les faits).

                          • agent orange agent orange 5 octobre 2011 10:16

                            André Gluksman, Pascal Brukner, Nicole BacharanAntoine Vitkine, Elizabeth Schemla Antoine Basbous, Pierre-André Taguieff, Michel Taubmann

                            Il est intéressant de noter que ces personnalités qui défendent bec et ongles la VO en qualifiant les « truthers » d’antisémites voir de révisionnistes ou de négationnistes, sont aussi très proches du mouvement sioniste. Un hasard ou faut il voir un autre lien entre le 11/9 et Israël ?


                            • agent orange agent orange 5 octobre 2011 10:25

                              Sur le sujet du 11/9 et les médias, lire l’excellent article de William Castel
                              Kassovitz : Faurisson du 11 septembre - Ils ont ose


                              • tchoo 5 octobre 2011 13:00

                                Ce doc est très intéressant.
                                La compilation des traitements journalistiques de cet évènements remet en mémoire la méfiance pour pas dire plus que l’on peut entretenir vis à vis des médias de presse.
                                Un tel conformisme, l’absence de recul de réflexion personnelle et un tant soit peu intelligente, m’amène à penser, puisque ceux-là même en parle beaucoup, que dans une situation tel que celle de la solution finale mise en place par les nazis en 1940, ces acteurs, de la sphère journalistique n’aurait-il pas trouver une justification à cette politique pour peu que le pouvoir qui les régit leur est imposée celle-ci.
                                Soudain, cela fait peur, beaucoup plus que les interrogations que l’on peut avoir sur le pourquoi des attentats du 11/09 si l’on ne croit pas ou si peu à la théorie officielle.


                                • Jean Jolly Jean Jolly 5 octobre 2011 15:02

                                  Les débiles qui défendent la V.O ne comprennent toujours pas que la science est basée sur des expériences reproductibles à l’infini, c’est ce qui établi un fait scientifique, si une expérience est impossible à reproduire elle ne sera pas considérée comme étant scientifique, tout au plus comme une possibilité ou une théorie non expérimentée.

                                  Or il s’avère que les « scientifiques » du NIST et de la commission d’enquête affirment que les trois tours du WTC se sont effondrées sur leurs bases par l’effet de la chaleur, il n’est donc pas compliqué de reproduire cette « certitude » sur de vieux bâtiments destinés à la destruction, jusqu’à ce que cette théorie s’applique conformément à leurs travaux... c’est de la logique même.

                                  De plus, une telle découverte ferait faire d’énormes économies comparée aux traditionnelles démolitions contrôlées qui utilisent des tonnes d’explosifs et demandent plusieurs semaines de préparatifs par de nombreux spécialistes.

                                  Un scientifique qui refuse de prouver sa théorie, pourtant simpliste, n’est pas un scientifique mais un charlatan.


                                  • Gonzague Gonzague 5 octobre 2011 16:05

                                    Ne reste plus à Griffin, Jones, Gage, Harrit et aux autres à trouver un bâtiment à structure exclusivement métallique de 110 étages et de 400 mètres de haut, de demander à des dizaines (centaines ?) d’ouvriers d’y placer discrètement -j’y tiens, il faut absolument que personne ne les voie- des charges explosives/thermite/nanothermite/C4/thermate ou jenesaisquoi et démontrer ainsi la plausibilité de la manoeuvre.

                                    Ceci fait, nous pourrons observer si la discrète mise à feu des tonnes d’explosifs présentes dans le bâtiment produit les mêmes résultats que ceux observés en cette charmante matinée de septembre 2001.


                                  • agent orange agent orange 5 octobre 2011 17:08

                                    @ Gonzague

                                    Cela fait un moment que je pense à un scénario similaire...
                                    Trouver un bâtiment identique aux tours jumelles du WTC ; le faire percuter par un boeing identique avec un plein de kérosène et télécommandé (oui, oui, la technologie existe).

                                    Ceci fait, nous pourrons observer si l’impact et les feux dans ce bâtiment produit les mêmes résultats que ceux observés en cette charmante matinée de septembre 2001.


                                  • Gonzague Gonzague 5 octobre 2011 17:25

                                    @AgentOrange (quel nom charmant. Y a du Monsanto chez vous ?)

                                    Une expérience avec kérosène mais sans impact a été réalisée il y a peu sur des poutres en acier équivalentes à celles utilisées dans les WTC. Tout s’est cassé la gueule, sans impact donc, après quelques minutes à peine.
                                    Mais ce n’était pas à l’échelle, alors les conspirationnistes ne prennent pas en compte les résultats...
                                    Etonnant, non ?


                                  • agent orange agent orange 5 octobre 2011 17:43

                                    Un lien pour confirmer vos dires ?


                                  • agent orange agent orange 5 octobre 2011 17:45

                                    Non pas de Mossanto chez moi, mais du Guantanamo...


                                  • agent orange agent orange 6 octobre 2011 11:12

                                    C’est quoi ce site bidon ? Zavez pas plus sérieux que ce site commercial où il faut télécharger leur merde ?


                                  • Jean Jolly Jean Jolly 5 octobre 2011 16:35

                                    @ Gonzague.

                                    Ah bon ! La tour 7 faisait 110 étages et 400 mètres de haut ?

                                    Encore qui ne connait pas l’affaire et persévère dans la stupidité à défaut d’arguments. A ce que je sache, ce n’est ni Griffin, Jones, Gage ou Harrit qui affirment que ces trois bâtiments se sont écroulés par effet de chaleur mais les pseudos scientifiques du NIST et de la Commission d’enquête, c’est donc à eux de prouver leur débile théorie... ou alors qu’ils ne se présentent pas comme scientifiques mais plutôt comme des bons à rien.

                                    Sinon, Griffin, Jones, Gage ou Harrit, eux, peuvent prouver que l’on peut descendre un immeuble grâce à des explosifs... il suffit au gouvernement étasunien de fournir le matos qu’ils demandent. Je rassure tout de suite les contribuables américains que les frais seront sans commune mesure avec ceux alloués pour la fellation qu’aura subit Clinton (pauvre homme).

                                    Pour info, un peu plus de 50 millions de dollars pour découvrir si le grand Bill s’était véritablement fait épongé contre une quinzaine de millions destinés à l’enquête sur le 11 septembre dont nous connaissons tous les horreurs qui s’en sont suivis.

                                    Il y a des fois ou les priorités sont difficiles à cerner !


                                    • Gonzague Gonzague 5 octobre 2011 17:19

                                      Ne reste plus à Griffin, Jones, Gage, Harrit et aux autres qu’à trouver un bâtiment à structure exclusivement métallique de 47 étages et de 146, mètres de haut, de demander à des dizaines (centaines ?) d’ouvriers d’y placer discrètement -j’y tiens, il faut absolument que personne ne les voie, je serais donc pour que des employés, nous dirons 5000, y travaillent en permanence de 08:00 à 18:30, donc sans heures supplémentaires- des charges explosives/thermite/nanothermite/C4/thermate ou jenesaisquoi et démontrer ainsi la plausibilité de la manoeuvre.

                                      Ceci fait, nous pourrons observer si la discrète (et silencieuse) mise à feu des tonnes d’explosifs présentes dans le bâtiment produit les mêmes résultats que ceux observés en cette charmante matinée de septembre 2001.

                                      (PS : Vous avez gagné un point Atta, à savoir un point détournement. Je vous parle d’une chose, vous embrayez sur une autre. Classique, mais peu efficace)


                                    • Jean Jolly Jean Jolly 5 octobre 2011 17:53

                                      @ Gonzague.

                                      Je vous parle d’une chose, vous embrayez sur une autre. Classique, mais peu efficace

                                      Qui retourne la situation contre qui ?

                                      Je demande tout simplement aux pseudos scientifiques du NIST et de la Commission d’enquête de reproduire leur stupide théorie ( base de la science) et tu me parles de prouver s’il est possible d’abattre un immeuble avec des explosifs. Je te répond donc que oui et t’affirme que c’est reproductible à volonté...

                                      Je repose donc la question à laquelle tu te débines. Peut-on abattre un bâtiment sur ses bases en y mettant le feu ? Si oui, ce serait un formidable investissement que de creuser cette nouvelle technique de démolition contrôlée, qui, par des variantes, pourrait s’appliquer à différents types de constructions.

                                      Je m’étonne donc de ce peu d’intérêt concernant cette avancée « scientifique ».


                                      • Gonzague Gonzague 6 octobre 2011 09:35

                                        Je ne vous demande pas de me démontrer s’il est possible ou non de ruiner par DC un bâtiment de la taille du WTC ; c’est bien sûr possible, même si, à ma connaissance, jamais une telle entreprise n’a été réalisée sur un tel building, à structure purement métallique.

                                        Je vous demande simplement de démontrer qu’il est possible "à des dizaines (centaines ?) d’ouvriers d’y placer discrètementt- j’y tiens, il faut absolument que personne ne les voie, je serais donc pour que des employés, nous dirons 5000, y travaillent en permanence de 08:00 à 18:30, donc sans heures supplémentaires- des charges explosives/thermite/nanothermite/C4/thermate ou jenesaisquoi et mettre ainsi à jour la plausibilité de la manœuvre". Je suis curieux.


                                        L’histoire du Watergate est assez parlante ce concernant : 5 types de la CIA tentent, la nuit tombée, de placer au siège du parti démocrate des micros. 5 espions, 1 agent de sécurité. 2 ans plus tard, Nixon démissionne.

                                        Apparemment, dans les mois ou années précédant le 11 septembre, des dizaines (centaines ?) d’ouvriers auraient placé discrètement des tonnes d’explosifs /thermite/nanothermite/C4/thermate ou jenesaisquoi dans trois tours qui accueillaient alors à elles trois 75 000 employés. Non seulement ces ouvriers n’ont jamais parlé, n’ont jamais eu mauvaise conscience d’être à l’origine de la mort de 3000 de leurs concitoyens, mais les 75 000 employés non plus.


                                        Vous n’êtes pas obligé, quand vous ne comprenez pas un phénomène (ici la chute des tours), d’inventer des scénarii farfelus tel que celui plus haut mentionné. La chute des tours a été expliquée. Elle me convient parfaitement.

                                        Si elle ne vous convient pas, en revanche, cherchez des explications valables, et scientifiques. Ça me fait penser à ces chevaliers de l’apocalypse qui, voyant une recrudescence de phénomènes météorologiques ou sismiques selon eux incompréhensibles (alors qu’en fait c’est leur présence dans les média qui est plus importante et non leur apparition en soi) et qui nous invente Niribu, la planète invisible qui perturbe le champ magnéto-sismique de la terre et revient tous les 1524 ans, je le sais, les Mayas me l’ont dit, et les Anunakis également.

                                        Quant au point Atta, je vous le remets avec mention. Je vous parle des deux tours principales, vous me parlez de la tour 7. Cela me rappelle le bon vieux temps où j’essayais de me concentrer sur le Pentagone avec certains de vos collègues, collègues qui, dès qu’ils sentaient le vent tourner, me demandaient ce que je pensais du passeport retrouvé dans la rue avant la chute de la première tour. Rester concentré sur un point ne semblait pas leur fort.


                                      • doctorix doctorix 6 octobre 2011 17:21

                                        @Gonzague
                                        300.000 personnes ont travaillé 4 ans je crois sur le projet Manhattan, et aucun bruit n’a filé.
                                        Alors oui : c’est possible.
                                        Pour les tours, des étages entiers ont été l’objet de travaux, vidés de leur contenu, dans les semaines précédant l’attentat.
                                        Alors oui : c’est possible.
                                        Les alarmes ont été désactivées, il y a eu des coupures d’électricité, les équipes de chiens de détecteurs d’explosifs à la niche, et d’énormes bruits on tété entendus dans ces étages, des tas de graviers et poussières dégringolant le long des fenêtres vers les étages inférieurs.
                                        Alors oui : c’est possible.
                                        Qu’est-ce, d’après vous, qui est impossible à la CIA et à l’Armée américaine ?


                                      • doctorix doctorix 6 octobre 2011 17:30

                                        Il y a le moyen, il y a d’excellentes raisons, il y a l’absence absolue de scrupules, et on peut penser qu’il y a une forte motivation pour le faire, côté USA. Quatre raisons de penser qu’ils l’ont sans doute fait.
                                        Et si on ajoute les éléments objectifs dont nous disposons, on peut facilement enlever le « sans doute » et le remplacer par « sans aucun doute ».
                                        Côté terroristes, on ne trouve pas du tout les mêmes éléments. Surtout en ce qui concerne les moyens. A qui ce crime a-t-il profité ? Sûrement pas à leur cause.


                                      • Jean Jolly Jean Jolly 6 octobre 2011 11:10

                                        @ Gonzague.

                                        C’ est quand même terrible d’être borné à ce point.

                                        Personne ne te demande de te justifier personnellement, on demande juste aux scientifiques d’appliquer les lois qu’ils imposent... ce n’est tout de même pas sorcier.

                                        Si trois bâtiments s’effondrent sur leurs bases dans la même journée et que les « spécialistes » décident que c’est à cause du feu, il est normal et non moins logique que l’on se questionne sur leurs méthodes d’appréciation... Non ? Et de leur demander s’ils sont capables d’appliquer cette nouvelle découverte.

                                        Ou alors il faut reconsidérer la définition de la science.


                                        • robin 10 octobre 2011 09:11

                                          Gonzague n’est pas borné c’est tout simplement un collabo.

                                          Il fait partie de ces gens qui nous pondent un nouveau paradigme lyssenkiste de la science, un version atlantisto politiquement correcte de la science.


                                        • robin 6 octobre 2011 17:13

                                          Kassovitz vient de passer au tribunal en tant que plaignant après avoir été insulté par la meute journalistiques pour avoir osé exprimé son doute de la version officielle des attentats du 11/09/2001 et comment l’AFP présente t’elle l’affaire, je vous le donne en mille :

                                          Ca été soit -disant à Kassovitz de s’expliquer sur son doute (on attendait peut être même qu’il abjure comme du temps de l’inquisition au point où on est ?)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès