Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Agora Vox Populi ?

Agora Vox Populi ?

AgoraVox, le « journal citoyen » présente de louables intentions. Cependant, à y voir de plus près, on peut légitimement se demander s’il n’a pas les mêmes défauts que la presse généraliste, les qualités en moins.

LE CONSTAT
Dans un premier temps, il suffit de regarder l’article mis en valeur ces derniers jours pour constater qu’il relate un fait jugé inquiétant (le moustique réunionnais, l’état des prisons, les décharges publiques, la directive Bolkenstein, danger de l’aspartam...) et qu’il ne fait pas exception à la fameuse règle : "Une bonne nouvelle n’est pas une nouvelle".

De plus, les principaux dossiers du site collent de très près aux modes journalistiques : affaire "Outreau", affaire "caricatures", affaire "grippe aviaire"...- en proposant phléthore d’articles eux - mêmes submergés de commentaires parfois affligeants. Là aussi, le réflexe d’adhérence, seconde nature journalistique, se manifeste avec entrain. La profusion des rédacteurs - plus de 2000 - laisse rêveur, et l’ensemble ressemble à un forum d’expression personnelle - très en vogue - où tout un chacun pense avoir un avis original et intéressant à formuler, selon le grand mythe égalitaire.

Ainsi, on flatte les ego, on entretient l’illusion, on lustre la figure mythique de Narcisse. On place côte à côte, avec une pointe de démagogisme, Joël de Rosnay et un anonyme, ravi d’être en si flatteuse compagnie. D’ailleurs, nombre de rédacteurs attirent l’internaute sur leur site personnel, faisant ainsi preuve de leur nombrilisme et souvent, au vu du contenu de leur blog, de l’inanité de leur discours. En parcourant les sommaires quotidiens, on est frappé par l’absence de cohérence de l’ensemble. On saute du coq à l’âne - sans mauvais jeux de mots, du sérieux à l’humoristique, de l’important au frivole, du compétent à l’inepte. Nous obtenons logiquement un fourre-tout déstructuré, qui participe au caractère chaotique et inintelligible du monde qui nous entoure, compte tenu que chacun d’entre nous, plongé dans son égotisme aussi démesuré que vide, se situe nécessairement au centre.

Dans cette cacophonie moderne, où l’information est surabondante, dépressive, désabusée, fragmentaire, soumise aux modes et à la médiocrité, Agora Vox pourrait assurément faire entendre "une voix citoyenne" plus exigeante et pertinente.

QUELQUES PISTES
Il serait bénéfique de réduire le nombre de rédacteurs, et de leur demander d’écrire dans des domaines où leur champ de compétences est le plus affirmé. Les sélectionneurs doivent avoir un haut niveau d’exigence, car de leurs choix dépend l’intérêt d’Agora Vox. Autour d’une équipe de " rédacteurs " de qualité, toujours ouverte à de nouvelles plumes, Agora Vox gagnerait en intérêt, à condition ne pas avoir peur de refuser une grande quantité des articles qu’on peut lire actuellement sur le site.

Vous pourriez aussi proposer une hiérarchie des articles - l’aspartam article principal de une ? - selon des critères rigoureux, en rapport avec l’importance objective de l’événement et la pertinence du regard porté, ou l’épaisseur de l’argumentation. Car il est démagogique de simuler une pseudo- égalité idéologique qui ne tend qu’à niveler les valeurs individuelles, qu’à entretenir le dénigrement de l’intelligence et de la culture au profit d’une paupérisation intellectuelle de masse. Ne serait-il donc plus permis de demander une vigueur de l’esprit à nos concitoyens, sans passer pour un imbuvable élitiste ?

Le citoyen n’est en rien l’incarnation de la vertu, contrairement à son concept philosophique. Mais c’est un autre débat. Les rédacteurs sélectionnés pourraient aussi s’engager à écrire un certain nombre d’articles par semaine, ce qui permettrait de programmer à moyen terme le contenu du journal.

La périodicité d’Agora Vox devrait plutôt être heddomadaire, pour lui donner une structure plus affirmée et une plus grande lisibilité. "Cette permanence du changement ", pour paraphraser A. Finkielkraut, fragilise les individus, brise les répères, trouble les identités, et nous renforce dans notre propension à nous auto-centrer sur un moi de plus en plus friable. Moins de précipitation, mais davantage de maturation ne pourraient qu’améliorer le contenant et le contenu du site.

Votre politique éditoriale, pour offrir une information d’une autre nature - mais peut-être n’est-ce pas votre but - doit se fixer des objectifs clairs, soutenue par une volonté inflexible : sélectionner plus et mieux, renoncer aux modes, favoriser l’intelligible et le lien entre les évènements, hiérarchiser objectivement l’information, supplanter le nihilisme ambiant et l’addiction au sordide par une vue réaliste et équilibrée du monde. En somme, dessiner une approche intellectuelle qui s’apparenterait à une forme de résistance citoyenne au grand maelström médiatique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • L'équipe AgoraVox Carlo Revelli 22 février 2006 11:58

    En principe, nous ne publions jamais les articles qui font des éloges d’AgoraVox. C’est normal, notre but n’est pas de nous lancer des fleurs même si cela serait parfois très agréable... Pour cette raison, nous avons refusé de publier cet article qui nous a été soumis la veille du votre.

    Votre vision des choses a la mérite de nous faire réfléchir et progresser même si je ne suis pas d’accord avec toutes vos affirmations. AgoraVox est un média nouveau et en évolution permanente. Comme tout le monde, nous faisons des erreurs mais nous essayons de nous améliorer tous les jours notamment au travers de critiques comme les vôtres. Il suffit de voir tous les changements qui ont eu lieu depuis le lancement en mai dernier.

    De plus, la presse citoyenne est extrêmement récente. Là où les journaux classiques ont plus d’un siècle de recul, Agoravox existe depuis moins d’un an. Il faut laisser le temps à ce nouveau media de trouver son individualité et de sortir des sentiers dressés par ses modèles. Cela viendra naturellement et nous ne pensons pas forcément que la contrainte et la modération à l’excès soient la solution pour faire avancer positivement la ligne éditoriale.

    Cependant, certaines de vos remarques et suggestions sont pertinentes et méritent qu’on en discute et qu’on y réfléchisse calmement. Je vous remercie de nous fournir l’occasion de le faire avec nos lecteurs, nos rédacteurs et nos modérateurs.

    Votre chapeau, en revanche, est peut-être injustement dur. Vous clamez tout de suite haut et fort qu’Agoravox a les « mêmes défauts que la presse généraliste, les qualités en moins » même si ensuite vous nuancez vos propos.... C’est ce qu’on appelle une accroche journalistique pour attirer le lecteur... Auriez-vous vous aussi les mêmes travers que les journaux classiques... ?  smiley


    • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 16:15

      Monsieur

      Puisque vous acceptez de lancer le débat sur la politique édittoriale d’Agora Vox, ce dont je vous remercie, je voudrais apporter quelques précisions. Tout d’abord, votre extrait est trop bref. Il est écrit dans l’article : « ... et l’on peut se demander si Agora Vox n’a pas les mêmes défauts que la presse généraliste, les qualités en moins. ». Cependant, le titre « Agora Vox populi ? » est accrocheur, je le reconnais.

      Ma crainte, vous l’avez compris, concerne l’utilisation qui va être faite d’Agora Vox. Lorsque certains commentaires me conseillent de lire les grands quotidiens, ils se trompent d’analyse. Agora Vox peut être un média hors-norme , ou le dernier avatar communicationnel à la mode. Ce sera selon l’orientation prise. En sombrant un peu dans la caricature - excusez - moi, mais c’est à la mode -, j’en vois deux :

      - la première orientation consiste à tendre vers l’excellence, à moins de considérer qu’un journal citoyen ne la mérite pas, pour ne pas être taxé d’élitisme, insulte suprême de nos jours. Le rôle des modérateurs est donc crucial, et ils ne doivent pas, à mes yeux, se soumettre au diktat du droit à la libre publication de tout et pour tous, même si cela froisse les égos. C’est une condition nécessaire d’exigence qui permet à chacun d’entre nous de progresser dans sa reflexion et d’être enrichi dans sa lecture d’Agora Vox sans se perdre dans la profusion rédactionnelle.

      - la seconde orientation, que je redoute, valoriserait le quantitatif au détriment du qualitatif, l’opinion à l’analyse, le sensationnel au réfléchi, la mode à l’essentiel, le chaos à l’équilibre.

      Il faut profiter de l’indépendance économique d’Agora Vox pour ne pas tomber dans les travers des mass - médias - le J.T en tête - qui engluent nos consciences. Vous avez raison, Agora Vox n’a que six mois. C’est un jeune enfant. Sera t - il un adulte mature ? Cordialement. Didier


    • L'équipe AgoraVox Carlo Revelli 22 février 2006 23:00

      Vous êtes très exigeant et vous avez raison. Qui ne voudrait pas tendre vers l’excellence ? Mais un processus d’intelligence collective ne se met pas en place du jour au lendemain. Pour prendre un exemple connu par tous, combien d’année a mis la wikipedia pour atteindre le niveau actuel ? Sans compter qu’encore aujourd’hui elle trouve pas mal de détracteurs...


    • Guillaume Ribeaucourt Guillaume Ribeaucourt 22 février 2006 12:36

      monsieur,

      je vous trouve bien dur avec AgoraVox ...

      oui, je partage votre point de vue d’une certaine manière, ... lorsque vous dites qu’AgoraVox participe de ce mouvement nombriliste actuel, fait de « brics et de blogs ».

      mais ... personnellement, (oops, j’ai dit « personnellement ») ... oui, ... personnellement, je considère cela tout à fait positif et permet d’organiser dans une certaine mesure, un flux impressionnant d’informations glânées par les citoyens et publiées chaque jour n’importe où et n’importe comment(sauvagement bien souvent).

      que les sujets collent à l’actualité et soient pour la plupart des sujets sensibles et difficiles, de type journalistiques, ... je ne vois pas où se trouve le problème ? au contraire, je m’enthousiasme à la lecture de certains articles quand je prends conscience qu’ils sont rédigés par des gens dont la profession n’est pas d’écrire.

      une publication hebdomadaire ? ... mais pourquoi donc, cher monsieur, se priver d’un quotidien ? là, je ne comprends pas ... pensez-vous qu’une publication hebdomadaire augmenterait la qualité des articles ???? d’autant qu’il est bon de noter que le net nous permet de publier quotidiennement, voire à toute heure de la journée, c’est ce qui fait la force de ce média.

      et puis enfin, en ce qui concerne les commmentaires parfois afligeants dites-vous ... sur les forums ... ... d’accord, d’accord, ils sont parfois afligeants, comme vous dites... heureusement que vous dites « parfois ». Personnellement, je ne vois pas de problème au fait d’avoir quelques commentaires afligeants (souvent si pas « toujours », recadrés par l’auteur de l’article) ... la vie (si je peux me permettre cette digression, si cela en est une) ... la vie donc, ... est souvent chaotique, (oui oui... c’est comme ça).. .et souvent (pas toujours, ouf), afligeante ... c’est plutôt plaisant, non ? agoravox, à l’image de la réalité, ... amusante, frivole, lourde, dépressogène, sale, dégoulinante de sueur, mignonne, ... etc.

      très cordialement,

      Guillaume


      • Sylvain Le Bon (---.---.2.20) 22 février 2006 12:54

        Le principe de la liberté d’expression, c’est de laisser tout le monde s’exprimer. Il me semble qu’AgoraVox n’a pas le même objectif qu’un journal professionnel. Si vous voulez une rédaction très triée, un style hautement professionnel, et une hiérarchie rigoureuse, alors allez sur le site de libération ou du figaro, c’est leur métier.

        Ce qui fait la force d’AgoraVox, c’est que tout le monde peut donner son avis. Evidemment, certains disent des stupidités, mais c’est le principe d’un débat. A la fin il permet normalement d’arriver à faire triompher l’avis le plus acceptable. Si on filtre la publication d’AgoraVox plus que nécessaire, alors il deviendra un journal normal, et en moins bon, puisque moins exérimenté.

        Si je peux publier cet avis, c’est que la liberté d’expression est là. C’est peut-être un avis idiot, mais au moins il est la preuve qu’il ne s’agit pas d’un débat entre journalistes, mais d’un débat populaire. Internet nous apporte la démocratie dans nos salon ; la mettre à la porte serait de la pure réaction.


        • Yaarg (---.---.11.162) 22 février 2006 13:25

          Sylvain Le Bon nous dit que « Le principe de la liberté d’expression, c’est de laisser tout le monde s’exprimer. »

          Vaste débat ! Néanmoins rien n’est moins sûr que ce soit ça la liberté d’expression. Bien sûr que tout le monde doit avoir librement le droit de s’exprimer, on appelle ça un « droit ».

          Mais le droit ne saurait exister sans sa contrepartie qui est le devoir.

          Passons en mode sarcastique.

          « J’ai une déclaration à faire : je souhaite m’exprimer publiquement pour vous dire que je suis très fier de pouvoir m’exprimer librement. Voilà, c’est ce que je voulais dire ».

          Fin de mode sarcastique.

          Or qu’est-ce que le devoir en matière de liberté d’expression ? C’est de ne pas en abuser pour raconter n’importe quoi, notamment des conneries, des inepties et des choses qui n’intéressent personne.

          Ah, j’ai le droit de m’exprimer, bon je vais employer mon temps de parole. Je n’ai rien à dire, ou bien ce que j’ai à dire a déjà été dit, mais je veux parler quand même.

          Résultat de cette exacerbation de l’égotisme, de l’individualisme ? Le bordel, la pagaille. Trop de bavardage, et résultat, trop de temps perdu, sans compter l’énergie gaspillée en heures passées avec un ordinateur allumé, dans une époque qui conseillerait plutôt la modération et les économies d’énergie.

          Temps et énergies perdus pour quoi faire ? Si au moins cela contribuait à mieux vivre...


        • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 20:15

          Monsieur

          Ce ne peut être un journal normal, puisqu’il est rédigé par des non - professionnels. Pour ce qui est de donner un avis, il y a déjà une multitude de forum ou les blogs. Agora Vox doit être à mon sens d’une autre teneur, avec une ambition autre.


        • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 20:29

          Monsieur

          je l’écris une dernière fois : il y a sur Internet tout ce qu’il faut pour s’exprimer libremant - forums, blogs...-. Est la mission que s’est fixée Agora Vox ? Dans ce cas, appelons le « Forum citoyen », et le malentendu se dissipera.


        • Yaarg (---.---.11.162) 22 février 2006 13:12

          Je suis content de lire un article réaliste sur la situation déplorable du contenu rédactionnel d’AgoraVox. Et j’avais même envisagé de rédiger un article similaire. Vous l’avez fait avant moi, bravo et tant mieux !

          Je regrette en effet la légèreté avec laquelle des « rédacteurs en herbe » écrivent sur des sujets qu’ils ne maîtrisent absolument pas, et la légèreté aussi avec laquelle leurs articles truffés d’erreurs, de lacunes ou de contre-vérités sont accepté ou publiés par AgoraVox.

          Ce à quoi, comme on peut le lire ci-dessus, AgoraVox répond « nous sommes jeunes, nous débutons ».

          Oui, certes, vous êtes jeunes, vous débutez, d’accord, mais cela ne devrait pas vous empêcher d’utiliser l’expérience acquise du journalisme d’investigation : s’assurer au minimum qu’un article ne raconte pas de conneries.

          Or, je me range aux côtés de l’auteur du présent article, Didier, quant à la pauvreté désarmante de pas mal d’articles publiés dans AgoraVox depuis quelques semaines. C’est vrai que cette formule de tribune libre est séduisante, malheureusement elle attire plus de bavards en mal d’expression et qui n’ont rien à dire, que ceux qui ont vraiment la maîtrise du sujet qu’ils veulent développer.

          Je sais qu’il est difficile d’être impartial, et je suis sûr que d’une certaine manière, on cherche à ne se fâcher avec personne. Donc on passe des articles médiocres, sans intérêt ou, comme dit Didier, qu’on peut lire aussi ailleurs et qui n’apportent rien.

          L’exemple le plus regrettable, c’est l’invasion d’Agoravox par un chapelet d’articles sur l’affaire des caricatures, eux-mêmes pollués par des centaines de commentaires (intéressants ou stupides, trop c’est trop). Alors je me pose une question : qui a pris la peine de les lire ces commentaires, de tous les lires ? Quand j’ai vu que l’affaire des caricatures devenait un brouhaha interminable, j’ai jeté l’éponge. J’ai zappé.

          Et j’ai perdu beaucoup de mon intérêt initial pour AgoraVox. Un peu déçu en somme. Car ce qui ressort du constat de Didier, je l’ai constaté aussi : il y a beaucoup plus d’internautes qui veulent écrire quelque chose que ceux qui sont disposés à simplement lire et s’informer.

          Lorsque tout le monde parle en même temps, qui prend encore la peine d’écouter ?

          A part ça, c’est vrai que lorsqu’un article raconte des conneries, en principe les réactions ne tardent pas. Récemment ce fut le cas de l’article sur la révolution énergétique « d’en bas » tentant de réactualiser quelques vieux phantasmes éculés de la pseudo-science (le moteur à eau par exemple). Et franchement, de trouver un article pareil dans AgoraVox, ça décrédibilise.

          En tout cas, j’adhère à la proposition de Didier pour réduire le nombre des rédacteurs, s’assurer de leurs réelles aptitudes à traiter d’un sujet particulier, et augmenter le niveau de ceux qui sont censé filtrer les demandes de publication. je pense aussi qu’il faut limiter et filtrer les commentaires, notamment lorsque ceux-ci n’apportent rien.

          Le but ? Qu’AgoraVox soit un quotidien électronique crédible, réalisé par des gens sérieux et que, dans la mesure de ce qui est humainement possible (personne n’est à l’abri d’un erreur), ce journal citoyen ne devienne pas un déversoir de conneries comme il est en train de devenir aujourd’hui.


          • dom (---.---.205.76) 22 février 2006 13:24

            un déversoir à conneries... ? ...vous écrivez donc des conneries ? Ou faut-il être d’accord avec vous pour que vous consentiez au dialogue... ce serait un monologue et vous n’avez pas besoin d’AGORAVOX pour ça, prenez un miroir et si toutefois l’avis des autres vous intéresse descendez de votre pied d’estale et embrassez la tolérance, sinon ce n’est pas la peine de venir vous exprimer ici. Qui êtes-vous pour croire pouvoir établir ce qui est qualitatif de ce qui ne l’est pas ? Bien pensant, va. Quand à moi je me réjouis des avis aussi divers et qu’ils puissent s’échanger. Refuser celà ou en être outré comme vous semblez l’être que l’écriture ne soit pas réservée à une élite... comment on appelle celà déjà ? Totalitaire ?


          • Jojo (---.---.158.64) 22 février 2006 14:04

            Les commentaires sont souvent plus intéressants que l’article. Et si l’article est une andouillerie, il est souvent vite recadré par la discussion. Mr Reboul, voir plus bas, a raison. La dialectique, il n’y a que ça de vrai.


          • Erik (---.---.95.21) 22 février 2006 14:11

            Bonjour,

            citation : « L’exemple le plus regrettable, c’est l’invasion d’Agoravox par un chapelet d’articles sur l’affaire des caricatures, eux-mêmes pollués par des centaines de commentaires (intéressants ou stupides, trop c’est trop). Alors je me pose une question : qui a pris la peine de les lire ces commentaires, de tous les lires ? Quand j’ai vu que l’affaire des caricatures devenait un brouhaha interminable, j’ai jeté l’éponge. J’ai zappé. »

            ... paresse quand tu nous tiens !!!

            L’enrichissement vient de la diversité... mais tout le monde n’est pas près à « évacuer » ses préjugés.


          • Antoine (---.---.123.29) 22 février 2006 14:40

            Yaarg,

            Quand je vois le « fiel » que vous déversez sur la plupart des auteurs de ce site depuis des semaines je me demande pourquoi vous passez autant de temps sur AgoraVox... Il suffit de voir le ton agressif et méprisant, à la limite de la politesse, que vous adoptez dans la plupart de vos dizaines de commentaires. Il suffit d’utiliser le moteur de recherche avec votre pseudo pour s’en rendre compte...

            Et quand vous êtes particulièrement aigri vous surenchérissez avec un nouveau pseudo (Khalaza)...

            Heureusement que les IP sont lisibles... Et puis ça donne des leçons aux autres... Pas très éthique tout ça... Et ça fait pas mal « Troll »... A quand votre premier article sur AgoraVox ?

            Antoine


          • Gimmygimmycheak (---.---.4.4) 22 février 2006 15:15

            Merci Antoine. Celà illustre parfaitement ce que je voulais dire plus bas...


          • Erik (---.---.95.21) 22 février 2006 17:41

            Antoine : Vous devez confondre, je n’ai posté que quelques commentaires et pas plusieurs dizaines.

            Si vous le souhaitez vous pouvez faire une recherche sur le pseudo Epsilon, c’est celui que j’utilises la plupart du temps . Et qu’est ce que vous rends aussi agressif, le fait que je ne sois pas d’accord avec l’auteur ? Dommage, mais c’est mon droit ? De plus, je n’ai jamais était aussi insultant envers un auteurs que vous l’êtes envers moi... sans chercher à comprendre d’ailleurs. Quand a mon premier article, il est en cours de préparation... mais si il faut se « heurter » à des gens aussi agressif que vous, je doutes qu’il soit jamais publier...

            Cordialement


          • Antoine (---.---.123.29) 22 février 2006 18:34

            Erik,

            Tu as mal lu. Je m’adressais pas du tout à toi mais à Yaarg qui était très agressif. Je suis d’accord avec ton analyse.


          • Erik (---.---.16.247) 22 février 2006 18:51

            Désolé... la meprise vient du fait que ton commentaire est en dessous du mien ! Mea Culpa...

            Je comprends mieux ta réaction... qui m’avait au premier abord un peu énervé, je dois dire !!!


          • Georges Abitbol (---.---.110.3) 23 février 2006 11:36

            Pour compléter votre propos, je mentionnerais aussi les « gens du métier » en manque de reconnaissance.

            J’ai parfois l’impression que certains essayent de se (re)lancer dans le journalisme. Et que leur Cv est plus important que le contenu de leur article ...


          • Poupoune (---.---.110.3) 23 février 2006 12:06

            J’ai souvent ressenti un malaise face aux articles d’Agora Vox.

            On sent chez certains l’envie de jouer au journaliste (bienvenue dans la société téléréalité ?). Et ça revient à produire du sous-journalisme : propos approximatifs et style pompeux pompé sur les « grands » media.


          • Lornet (---.---.143.32) 9 mars 2006 17:41

            Ca y est ! Voilà les petits caporaux de l’élite et de la censure qui pointent le bout de leur nez ! Et va-z-y que je veux te limiter les rédacteurs, et va-z-y que je veux te filtrer les commentaires ! Désolé de ne pas être d’accord avec vous, messieurs, mais depuis que je suis tombé sur Agoravox, je suis en ce qui me concerne plutôt satisfait dans l’ensemble. Ce site n’est peut-être pas parfait, et n’a pas forcément la prétention de l’être, mais il m’a permis au moins de trouver des infos dont on ne parlait pas ailleurs. Bien sûr, tout doit toujours être pris avec des pincettes, mais je pense que les internautes qui s’expriment ici ont l’air de le faire avec un minimum de soin et de vérification de l’info. S’il y a tromperie sur la marchandise, les visiteurs seront là pour le lui faire savoir à travers leurs commentaires. Ne vous en déplaise, je trouve cette expérience tout à fait intéressante. Pourquoi descendre en flèche une initiative qui en est encore à ses débuts ? Ne croyez-vous pas qu’il est peut-être un peu tôt pour dresser un tel constat ? A vous entendre, on croirait que la presse « professionnelle » est le must en matière d’information ? Je ne suis pas sûr d’avoir envie de faire davantage confiance à des médias détenus à 70 % ( !) par Lagardère ou Dassault, les deux principaux marchands d’armement français !!! Vous avez entendu parler des « nouveaux chiens de garde » ? A l’exception du Monde diplomatique, Politis, le Canard enchaîné, et quelques rares autres, il n’y a à vrai dire guère de journaux (je ne parle même pas des infos télévisées !!!) à qui j’accorde une réelle confiance. Pour finir, je vous propose de créer vous-même le site dont vous rêver. Vous êtes déjà au moins deux. Vous ne devriez pas avoir trop de mal à recruter. Des comme vous, le monde en est plein. Bon, je ne sais pas si j’aurais envie de visiter votre site, en sachant par avance que je risque une mise à l’index de votre part.


          • C Assayag (---.---.45.60) 22 février 2006 13:15

            Je pense que l’auteur de l’article exprime son mécontentement quant à la presse traditionnelle mais que fondamentalement cela reste le schéma (tri des articles, spécialisation des rédacteurs, hiérarchisation) qui l’intéresse (et cela est tout à fait légitime). Agoravox me semble-t-il procéde d’une démarche différente. Il est évident que certaines choses peuvent être améliorées, corrigées, et c’est normal car le projet est jeune ; mais il serait illusoire de vouloir gommer certains défauts qui sont inhérents à la philosophie même d’Agoravox et aux avantages/inconvénients du média Internet, Cordialement,


            • Stéphane(pas Stéphanie..) (---.---.198.109) 22 février 2006 13:18

              Je crois qu’il y a une autre question importante qu’il faut se poser et je m’étonne que votre article ne l’aborde pas.

              Comment se fait-il que la très grande majorité des rédacteurs ( mais encore plus en ce qui concerne les intervenants)soient MASCULINS ?

              Je ne suis pas en faveur de quotas ou d’une « discrimination positive » mais le constat est là !!

              AGoravox est en train de reproduire un schéma archi connu et il serait dommage que cette innovation extraordinaire tombe dans ce travèrs.


              • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 21:18

                Monsieur

                Effectivement, vous avez raison. L’investissement est masculin. A méditer.


              • Henry Moreigne HM 22 février 2006 13:36

                On peut aussi regretter que tout citoyen ait le droit de vote notamment lorsque la voix d’un idiot pèse le même poids que celle d’un intello !! La démocratie c’est la confrontation du pire et du meilleur. En quoi est-il choquant de compter 2000 rédacteurs à Agoravox hormis le fait de penser que sa propre personne vaut beaucoup mieux que les 1999 restantes ? Au nom des 1999 laissez-nous user de notre liberté d’expression fusse-telle jugé par vos soins (en bon pédagoque) comme sans intérêt.


                • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 20:26

                  Monsieur

                  Un « intello », comme vous dites dédaigneusement, est un citoyen. Vous êtes un citoyen, je suis un citoyen. Le principe d’un journal - et non forum - citoyen est une très bonne chose, je ne le remets pas en cause. Je redoute seulement la dérive « forum ». Pour que tout un chacun s’exprime sur Internet, il y a déjà tout ce qu’il faut. Agora Vox doit - il suivre la même voie ? Et quelle doit être son niveau d’exigence ?


                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 22 février 2006 13:46

                  Je trouve votre analyse trop sévère sur un point qui fait toute la différence : agoravox est un média interactif intantané qui permet à chacun non pas d’être génial (qui l’est ?) mais de faire l’effort de dialoguer rationnellement quand il le veut et sur des sujets qui lui tiennent à coeur. Le résultat n’est pas toujours à la hauteur de vos exigences « académiques », mais ce n’est pas le but qu’un tel média, me semble-t-il, recherche. Son « avantage comparatif » réside justement dans la possibilité qu’il offre à chacun de voir son point de vue, aussi discutable soit-il, plus ou moins sérieusement discuté et de developper une réflexion plus personnelle qui ne soit pas le simple reflet des propos des faiseurs d’opinion, dont Finkelkraut fait entièrement partie, quelle que soit la « posture cléricale et franchement élitiste » (pour ne pas dire franchement franco-franchouillarde et républicaniste) qu’il se donne. Celle-ci, aussi stimulante soit-elle, n’est pas, en effet, un modèle de recherche critique et auto-critique démocratique dès lors qu’elle a la prétention de hiérarchiser a priori les positions sur une vérité révélée de la culture qui serait fondatrice et qu’il prétend avoir reçu -on ne sait par qui- la mission de transmettre et/ou de rétablir dans ses droits éternels..

                  Il est loin le temps, si tant qu’il ait jamais existé, où les citoyens n’étaient reconnus comme authentiques que s’ils suivaient plus ou moins passivement une élite intellectuelle et morale de spécialistes autoproclamés indiscutables.

                  Ce qui me semble devoir être amélioré -et sur ce point vous avez raison- c’est le suivi thématique des articles par des liens internes efficaces et constamment mis à jour.

                  Je trouve particulièrement important que les intervenants fassent connaître leur site ou les textes qu’ils ont produits ; cela n’a rien à voir avec un narcissisme stérile mais tout avec un narcissisme fécond qui se met en dialogue . Il est toujours trop facile de dénoncer le narcissisme des autres, pour prétendre s’en abstraire, alors même que cette dénonciation elle-même, dès lors qu’elle est signée, en fait partie intégrante. Le droit à l’expression est à tous et dans les limites légales requises, doit non seulement le rester en théorie, mais être, en pratique, offert à tous.

                  C’est à mon avis la leçon que nous a légué Socrate : à savoir, par ces dialogues philosophiques avec n’importe lequel de ses concitoyens athéniens et/ou étrangers, avoir mis en « lumière » ce que pouvait et devait être l’importance de ce lieu de parole qu’était l’Agora à Athènes. Sans l’Agora, en effet, pas de philosophie et de pensée vivantes et pas de démocratie citoyenne rationnelle possibles. Revenir sur cette liberté au nom du savoir des élites c’est rejeter ce progrès décisif de la pensée occidentale. Agoravox peut devenir une des Agora(s) des temps modernes.

                  Le rasoir philosophique


                  • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 20:18

                    Monsieur

                    Votre caricature d’A. Finkielkraut est révélatrice. On peut être en désaccord avec lui, fort heureusement, mais de là à le discréditer ainsi, cela laisse perplexe.


                  • nico 22 février 2006 13:49

                    Bonjour, votre article est raffraichissant. Cependant, vos principales objections pourraient être légitimes si les objectifs d’Agoravox n’étaient pas explicitement d’être un (contre)-média populaire et réactif. Si vous lisez la politique éditoriale, vous constatez que ce que vous reprochez est complètement assumé par Agoravox, corrigez-moi si je me trompe : donner une tribune à un maximum de personnes, obtenir des informations de première main, des réflexions et des analyses personnelles qui sont étoffées ou validées ou corrigées par les commentaires. Si bien que la somme article+commentaires tend vers une information fiable et mesurée, même si je trouve aussi que la lisibilité des commentaires y nuit parfois. Mais l’idée est bien là.

                    D’une part restreindre le nombre de rédacteurs, les évaluer préalablement sur leurs compétences et leur demander de s’engager pour un certain nombre d’articles, et d’autre part rendre la publication hebdomadaire, va à l’encontre de l’idée même de ce média, en brisant son aspect populaire et participatif et sa réactivité.

                    nicolas


                    • Peper (---.---.39.106) 22 février 2006 13:55

                      En bref vous nous proposer de sélectionner, éliminer, formater, classer... C’est très bien mais il manque un petit détail : Qui fait la sélection et sur base de quel critère ???

                      Toute la richesse de ce cite provient l’absence de barrières subjectifs, morales ou immorales, qui empêchent les gens de s’exprimer dans d’autres médias.

                      Loin du conformisme, du formatage et du prêt-à-penser des journaux traditionnels, les idées apparaissent brutes et sans filet. Il faut pouvoir les trier mais quelle richesse !


                      • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 21:05

                        Monsieur

                        Vous vous trompez. Lisez la politique éditoriale du site. il y a une censure et des sélectionneurs joliment appelés modérateurs.


                      • Gimmygimmycheak (---.---.4.4) 22 février 2006 14:49

                        C’est intéressant parce que je suis totalement d’accord avec certains de vos arguments et en même temps en total désaccord avec ce que vous en déduisez.

                        Effectivement, je trouve également que certains articles manquent cruellement de qualité, tant au niveau de l’écriture qu’au niveau de la réflexion. Oui, les commentaires tendent régulièrement vers le n’importe quoi, ils dérivent souvent dans un brouhaha inintelligible, certains sont juste là pour écrire des inepties dans le seul but d’exciter les foules sur des sujets qui divisent (dans le jargon on appelle ça un troll). Il est évident que beaucoups sont là pour parler uniquement et pas également pour écouter.

                        Mais c’est le prix à payer. A partir du moment où l’information, les rédacteurs, les idées (...) seront triés tout l’intérêt du site sera perdu. Ce ne sera alors plus qu’un journal en ligne parmis d’autres. Agovarox est victime de son succès, certainement, je suis obligé de faire beaucoup plus de tri ces derniers temps, mais c’est également grace à cette ouverture à tout un chacun que vous avez pu apporter votre avis par votre propre article.

                        « Agoravox - le média citoyen » met en évidence ce que sont les citoyens dans leur ensemble : une masse d’individus dans laquelle chacun est potentiellement le Con de quelqu’un, et c’est ici qu’ils peuvent venir s’afficher. Ne vous leurrez pas, c’est également votre cas pour d’autres, tout comme le mien. Le tout est d’en avoir conscience et de savoir faire son auto-critique.

                        Cordialement.


                        • Amenis (---.---.218.193) 22 février 2006 14:52

                          J’espère quand même que vous avez un système de modération. En tout cas, j’ai noté un certain nombre d’intervenant très perspicaces, il serait dommage que ceux-ci soient noyés dans de trop nombreux articles dénoués d’intérêts. Peut être un système de note sur les auteurs serait souhaitable. Un système qui permette de hiérarchiser l’information par article, par intérêt, par auteur ...


                          • Goldy Goldy 22 février 2006 14:52

                            Pour moi, Agoravox n’est pas un « monde » ou un libé" en puissance. Ce que vous décrivez, c’est transformer ce site en un journal avec une rédaction traditionnelle, des journalistes qualifiés avec carte de presse à dégainer, etc. AgoraVox se veut certainement être aux antipodes de ce model, donc je ne saurais trop vous conseiller, si ce model ne vous convient pas, de vous tourner vers la presse traditionnelle faite par des gens suffisement intelligents pour parler du monde dans lequel chacun d’entre nous vie.


                            • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 21:20

                              Monsieur

                              Si vous voulez vous exprimer librement, je ne saurai vous conseiller la multitude de forums et de blogs existants sur internet.


                            • fishlord (---.---.3.77) 22 février 2006 14:55

                              A yaarg et didier.

                              Vous avez mille fois raison, malheureusement. La bienveillance de la réponse de Carlo Revelli est certes louable ; mais elle traspire l’exercice de communication poli pour faire comprendre que le fond de l’affaire, à savoir l’incompétence et l’inanité du discours de nombreux rédacteurs, ne sera pas abordé. Agora Vox présente des avantages sur les médias traditionnels, mais aussi de graves défauts. Le plus grave, celui de laisser tout un chacun dire (presque) n’importe quoi, est malheureusement le gage du succès grandissant d’Agora Vox : l’idée de liberté d’expression totale. Rien ne prouve d’ailleurs que cela engendre plus de compréhension et d’échange que de radicalisation. L’évolution tendue de notre société « sur-communicante » semble même remettre en cause cette idée très communément répandue.

                              Je voudrais tant que l’avenir me donne tort ; mais le mode de pensée inhérent à notre époque et à ces nouveaux médias en expansion laisse peu d’espoir. Si la croissance d’Agora Vox passe par la transformation de ces journaux en foire d’empoigne et en tribune libre accordée aux opinions toutes faites, infondées, non documentées et irrespectueuses, alors la déontologie et le sérieux seront sacrifiées sur l’autel de la croissance.

                              Un site voulant mettre en principe intangible la volonté de donner une information sérieuse et crédible sera obligé de limiter sa « croissance » de rédacteurs, voire même sa croissance tout court. Quelque soit le domaine que l’on considère, la logique de croissance s’oppose toujours à un moment ou un autre, à la logique qualitative.

                              Ici, la réponse de Carlo Revelli à vos interrogations sur des défauts déjà majeurs après 6 mois de fonctionnement est malheureusement claire : Il n’y a pas de volonté de s’attaquer à ce genre de problème, car il fait le succès de cette start-up de la com, comme celui d’Expression-Publique , qui commence à faire passer l’idée que les opinions des internautes sont équivalentes à celles de l’opinion publique française dans son ensemble. C’est exactement de l’amalgame (clin d’oeil à Mr Hertoghe, pourfendeur des amalgames). Non seulement la volonté manque, mais en plus, les défenseurs du verbiage tous azimuts sont déjà légion, plus nombreux que nous peut-être.

                              J’en suis désolé mais bien sûr, je respecterai la volonté de cette majorité potentielle. Mais c’est pour cela que je ne me fais aucune illusion sur ce qu’AgoraVox va devenir : Un instrument de cacophonie supplémentaire. Je ne placerai donc aucun espoir de renouveau démocratique ni de « réservoir à idées » dans ce moyen de communication. Seules, l’action sur le terrain et l’utilisation de médias qui ne soient pas des forums ouverts à tous vents, contiennent une part d’utilité.

                              Bien à vous,

                              Fishlord


                              • L'équipe AgoraVox Carlo Revelli 22 février 2006 23:42

                                Ce qui est bien avec votre commentaire c’est qu’on trouve des interrogations, des réponses à vos questionnements ainsi qu’une interprétation de ma pensée et de notre mode opératoire avec au passage une critique pour tous les autres (rédacteurs ou commentateurs) qui eux, selon votre analyse, s’écouteraient parler...

                                Vous avez beaucoup de certitudes. Tant mieux pour vous. Nous allons continuer à essayer d’améliorer les choses et le niveau qualitatif du journal. Par ailleurs, s’il était si mauvais que vous le pensez, il n’aurait pas été élu blog journalistique 2005 par la chaîne allemande Deutche Welle et n’aurait pas été sélectionné par Yahoo pour côtoyer les principaux médias français au sein du premier portail de news française (Yahoo News). Encore une fois, je suis conscient des limites actuelles d’AgoraVox, on s’efforce de les améliorer mais essayons d’être constructifs en faisant des propositions. Sinon, vous allez tomber dans le travers que vous dénoncez.


                              • BB (---.---.251.206) 22 février 2006 15:19

                                Difficile de sélectionner les articles, les rédacteurs et les contributions (ou peut-être les contributeurs ?) comme l’industrie agroalimentaire le fait avec les légumes pour obtenir une information d’une grande tenue intellectuelle et génétiquement lavée de toute souillure populaire.

                                Il me semble que vous confondez Agoravox n’a pas pour vocation de fabriquer de l’information mais de débattre et d’échanger, de réfléchir sur des thèmes d’actualité ou pas.

                                Même si la forme, article + fil de discutions, est la même, Agoravox n’est pas un journal d’information mais bien une libre tribune populaire.

                                Pour


                                • Olivier FRIGOUT Olivier FRIGOUT 22 février 2006 15:49

                                  Je suis navré que mon article sur l’aspartam ne vous est pas intéressé. Cet édulcorant, qui a rapporté des milliards d’euros au laboratoire qui l’a mis sur le marché, dans des conditoins troubles, sur le marché, a pourtant fait l’objet il y a peu d’interrogations quant à son innocuité de la part des organismes en charge de la santé publique en Europe comme au USA.

                                  Certes, cette nouvelle n’est pas capitale, elle n’est pas « bonne », elle ne concerne que les consommateurs d’édulcorants, mais je pense qu’elle avait sa place sur AgoraVox. Quant à la mettre à la Une, cela ne regarde que qu’AgoraVox.

                                  Autre point : parfois, ce média est le seul qui accepte de passer des sujets boudés par d’autres supports plus « professionnels ». Ces supports sont souvent pieds et points liés par leurs actionnaires ou leurs annonceurs. Il m’a été personnellement très agréable de voir le sujet sur la décharge publique et l’incinérateur de Florac passer, et passer en Une d’ailleurs et ceci pour une raison simple : les responsables de cette situation n’ont aucune considération pour les habitants qui s’en plaignent, mais sont beaucoup plus sensibles à la « mauvaise pub » que peut leur faire ce genre de papiers. Alors, même si ce n’est qu’AgoraVox, cela a permis à Greenpeace de découvrir ce cas et de relayer à son tour l’info. C’est peut-être ça aussi, un média citoyen.


                                  • Stéphane (---.---.74.241) 22 février 2006 18:18

                                    Cher Olivier,

                                    L’intérêt d’Agoravox est justement de publier autre chose que ce que l’on trouve dans les media habituels. Je me souviens de votre article.Pour un ensemble de raisons il m’a intéressé. Il est vrai qu’il n’est pas dans « l’air du temps »comme les caricatures ou autres.Mais justement il contribue à sortir de ce cycle d’irréalité ( je me réfère à l’article récent de J.CL.Guillebaud dans le téléobs)qui est constitué d’info’s (ou de réactions) « du moment » et qui forcément manquent de profondeur de vision.

                                    Parler de l’aspartam en pleine cabbale des caricatures ou du nucléaire Iranien est peut être plus « réel » qu’il n’y parait !!

                                    Cordialement


                                  • didier (---.---.98.92) 22 février 2006 21:21

                                    Monsieur

                                    J’ai apprécié votre article, mais ce n’était pas mon propos. je parlais du choix systématique de Une dépressive.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès