Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Analyse des invités de France inter en avril 2012

Analyse des invités de France inter en avril 2012

Nous (le Site Enquête&Débat) poursuivons notre contrôle citoyen des invitations lancées par les médias de service public afin de constater si le service public est neutre ou non. Nous sommes pour l’instant les seuls à effectuer ce travail, si vous voulez nous aider contactez-nous. Après l’analyse des invités de France Culture en avril 2012, voici le même genre d’analyse pour France Inter.

La couleur politique et idéologique de France Inter est légèrement moins de gauche que celle de France Culture, par exemple quelques journalistes de médias classés à droite, comme le Figaro, des Echos, Atlantico ou Valeurs actuelles, ont parfois droit de cité sur France Inter, alors qu’ils sont totalement bannis des ondes de France Culture. Ils restent malgré tout ultra-minoritaires, par rapport aux représentants de Technikart, Marianne, Nouvel Observateur, Rue89, Inrockuptibles, Politis, etc. Surtout, les plus gros émissions sont dirigées par des personnalités ayant une sensibilité de gauche ou d’extrême-gauche : Daniel Mermet (déjà étudié), Pascal Clarke, Audrey Pulvar, etc. Notons d’ailleurs qu’avec la nomination d’Arnaud Montebourg (son compagnon) au gouvernement de François Hollande, Audrey Pulvar arrête son émission sur France Inter.

N’oublions pas non plus que cette radio a longtemps compté en son sein deux humoristes qui se classent eux-mêmes à gauche : Stéphane Guillon et Didier Porte. Ils ont été tous deux licenciés par Philippe Val et Jean-Luc Hees, respectivement directeur de France Inter et Président du groupe Radio France. Philippe Val avait, à l’occasion de ces deux licenciements, été qualifié de “sarkozyste” par les défenseurs de Porte et Guillon, sans voir qu’il avait passé toute sa carrière à défendre des idées de gauche, en tant que chansonnier ou à la tête de Charlie Hebdo. Didier Porte est resté 10 ans à France Inter, et Stéphane Guillon plus de 6 ans, et on cherche encore le moindre humoriste d’une sensibilité de droite sur la radio publique (donc payée par tous, faut-il le rappeler ?).

Nous avons analysé les invités d’avril 2012 des 52 émissions de France inter qui en reçoivent : 3D, le journal 5 mn avec, 5/7 du week-end, L’actu dans le rétro, 7-9, Le 7/9 du Week-end, Les affranchis, L’Afrique enchantée, L’Atelier, C’est du classique mais c’est pas grave, Ça ne peut pas faire de mal, Carnets de campagne, Chantons sous la nuit, C02 mon amour, Comme on nous parle, Conduite accompagnée, Cosmopolitaine, Downtown, Eclektik, Les femmes, toute une histoire, Le grand entretien, L’humeur vagabonde, Interceptions, Un jour tout neuf, Là-bas si j’y suis, Les liaisons heureuses, La librairie francophone, La marche de l’histoire, Le masque et la plume, Noctiluque, Nous autres, On aura tout vu, On n’arrête pas l’éco, On va déguster, Ouvert la nuit, Partir avec Partout ailleurs, Les p’tits bateaux, Le pont des artistes, Pop etc., La prochaine fois je vous le chanterai, Quand la musique donne, Radio France Politique, Les savanturiers, Service public, Sous les étoiles exactement, Studio Théâtre, Summertime, Suspend ton vol, Le téléphone sonne, La tête au carré, Vivre avec les bêtes.

La personnalité la plus invitée a été Marceline Loridan-Ivens(photo), cinéaste française à qui 5 émissions du “Grand entretien” ont été consacrées. Comme elle avait 5 émissions d’ “A voie nue” qui lui avaient aussi été consacrées en avril 2012 sur France Culture, cela commence à faire beaucoup, quelle que soit la qualité de l’invitée par ailleurs. On se demande bien pourquoi les deux chaînes publiques ont décidé de lui consacrer une semaine spéciale, en même temps, sans la moindre actualité qui le justifia, puisque son livre date de 2006 et son film de fiction date de 2003. En fait, ces quelques 10 heures d’émissions sont un “devoir de mémoire” sur la Shoah, puis Marceline Loridan-Ivens, née Marceline Rosenberg, a été déportée à Auschwitz dans le même convoi que Simone Veil. Au début de la première des 5 parties de son Grand entretien sur France Inter, elle déclare à François Busnel : “Je suis né gauchère et devenue gauchiste.” Puis elle ajoute “c’est de moins en moins vrai avec le temps”.
L’autre personnalité la plus invitée sur France inter en avril 2012 est le journaliste Thomas Legrand, qui est journaliste sur … France Inter. Il a été invité 5 fois dont 4 fois dans Comme on nous parle de Pascale Clarke, et une fois au téléphone sonne d’Alain Bédouet. Il faut dire que Thomas Legrand est un cumulard des médias : “il collabore également au site internet Slate.fr, depuis septembre 2010 il est également responsable des pages politiques du magazine Les Inrockuptibles dont il signe l’éditorial, et il participe régulièrement au club de la presse du vendredi du Grand Journal sur Canal+.” selon wikipedia. Heureusement, il n’a pas été invité sur France Culture ce mois-là.
Le troisième sur la marche du podium est Bertrand Burgalat, invité 4 fois ce mois d’avril, dans 4 émissions différentes : Ouvert la nuit, Quand la musique donne, Le pont des artistes et Sous les étoiles exactement. Il peut ajouter à son compteur 2 invitations sur France Culture le même mois, à Chanson boum et Le rendez-vous, soit 6 invitations en tout. Pas mal du tout pour ce “membre, dans les années 1980, du mouvement d’extrême-droite Troisième voie”, selon le journaliste René Monzat. Depuis il serait devenu de gauche, donc à lui on peut pardonner ses errements de jeunesse en l’invitant tant et plus sur les radios de service public. Par contre ceux qui ont eu le même passé mais qui sont restés à droite restent des fachos et ne sont pas autant invités sur les ondes publiques, et c’est bien normal pas vrai ?

En tout 933 invitations ont été lancées, et 753 invités ne l’ont été qu’une seule fois, ce qui est un excellent ratio, en attendant la comparaison sur plusieurs mois évidemment. Il faut féliciter la programmation de plusieurs émissions donnant la parole à de parfaits inconnus, la palme revenant à l’émission Carnets de campagne.

Toutefois notons également que les animateurs de la radio publique s’invitent parfois entre eux : Jean-Noël Jeanneney, animateur de Concordance des Temps sur France Culture, invité le 29 avril dans 3D, le journal de Stéphane Paoli ; ou encore Jacques Vendroux, journaliste sur France Info et invité le 27 avril 2012 de “5 minutes avec” de Pascale Clark. De même, le comte de Bouderbala qui a une chronique sur France Inter a aussi été l’invité de L’actu dans le rétro le 4 avril 2012.

D’autres ont eu droit aux honneurs de la radio 2 fois au mois d’avril, dans des émissions différentes, comme Michel Onfray, Chloé Delaume ou encore Jean d’Ormesson.

Quant au nombre de personnes invitées ce même mois d’avril à la fois sur France Culture et France Inter, elles sont au nombre de 40, la crème de la crème donc.
Outre Marceline Loridan-Ivens et Bertrand Burgalat déjà cités, voici ceux qui ont été invités sur le Site d'Enquête&Débat.


Moyenne des avis sur cet article :  1.89/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • pruliere pruliere 19 mai 2012 07:28

    je note dans votre analyse de France Culture ce petit bout de phrase : « les anti-sarkozystes primaires de Médiapart ».......

    mouais....cela ne sent pas vraiment l’analyse neutre et indépendante !


    • volpa volpa 19 mai 2012 09:36

      Dans les soi disant débats télévisuels avec des pseudo experts comme l’autre avec les bretelles et l’accent anglais.
      Nous ne sommes pas sortis de la subjectivité.


      • leypanou 19 mai 2012 11:07

        Quand on regarde vos partenaires, on se rend compte tout de suite pour qui vous roulez. Ayez l’honneteté de le dire ouvertement pour que le forumeur n’aie pas à chercher.

        D’autre part, je ne vois pas tellement la pertinence d’étudier sur le même pied d’égalité des émissions comme Vivre avec les bêtes et Là-bas si j’y suis.

        En outre, inviter un homme/femme politique et inviter un écrivain ne sont pas pareils, inviter dans une émission de culture ou ce qu’on appelle infotainment pareil.

        L’association Acrimed étudie aussi les médias, mais pas tout et n’importe quoi comme vous. Je pense que leurs études sont plus pertinentes.


        • jacques jacques 19 mai 2012 11:53

          Votre exemple de Philippe Val est caractéristique de votre jugement Classé à droite par beaucoup vous le reclassez d’office à gauche car il avait défendu des idées de gauche(marque d’infamie ? ) .Pour Carla Bruni Sarkozy qui a souvent été classé à gauche avant 2007 ,vous faites quoi ?
          Il aurait été plus « intelligent » de faire une étude sur la pertinence des invités et étudier une émission avec plein de gauchistes comme « c’est dans l’air » sur France 5.


          • paul 19 mai 2012 12:25

             France Inter : écoutez la dépendance, ou : écoutez l’indifférence .

            JL.Hees, pdg de Radio France, nommé par un petit chef de bande ( Joé Dalton ) .
             Hees a donc nommé les directeurs des 7 stations, dont Val sur France Inter, autant de gauche
            que son amie Carla . Hees, Val, Clark (une sous- Fogiel) ,se ressemblent et s’assemblent .
            Il suffit de s’informer sérieusement, par exemple sur Acrimed, pour savoir le boxson organisé .


            • alberto alberto 19 mai 2012 15:32

               L’auteur :
              Si l’écoute des chaines publiques vous donne de l’urticaire, passez sur BFM, ou Europe, ou celle que vous voulez (elles sont toutes à droite) vous ne serez pas déçu et ça vous réconfortera...


              • norbert gabriel norbert gabriel 19 mai 2012 16:59

                Un premier détail me surprend, « Pascal Clarke » et plus loin « Pascale ClarkE » ... au lieu de Clark, pour des experts, ça manque de sérieux... Pour le reste, il y a quelque chose de vicié dans votre « analyse » en quoi le fait d’inviter Marceline Loridan dont vous précisez que le livre est sorti en 2006, est une aberration ? S’il ne faut inviter en radio que les gens qui ont une actu de ce matin, on ne parlera donc plus jamais de Picasso, de Mozart, ou de Léonard de Vinci.
                Pour avoir suivi avec beaucoup d’intéret la semaine consacrée à Marceline Loridan, il me semble que ça se justifiait totalement, et en faire un ’digest" de 40 ou 45 mn aurait été très réducteur tant son parcours de vie est riche, et contrasté. Avec des sujets qu’on ne peut pas évacuer en 10 secondes.. Le role d’une radio de service public n’est pas de se calquer sur les formats hachés des radios commerciales, où même une chanson de 3 mn devient trop longue parfois.
                Et dans lesquelles on demande un entretien d’une heure à un invité pour en faire un sujet de 2 ou 3 minutes. (Exemple réel)
                J’ai lu votre article, attentivement en 2 fois, et comment dire ? c’est un peu fourre-tout qui ne démontre rien.


                • norbert gabriel norbert gabriel 19 mai 2012 22:23

                  «  »En fait, ces quelques 10 heures d’émissions sont un “devoir de mémoire” sur la Shoah, puis Marceline Loridan-Ivens, née Marceline Rosenberg, a été déportée à Auschwitz dans le même convoi que Simone Veil.« 

                  Si vous aviez écouté cette série, vous sauriez qu’une partie des émissions de France Inter concernait son parcours dans la Résistance, et que le devoir de mémoire portait aussi sur cette partie de l »histoire de la guerre.


                  • norbert gabriel norbert gabriel 19 mai 2012 22:33

                    de plus, après l’épisode camp de concentration, c’est toute une vie d’engagements très divers, en plus de son travail cinématographique..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès