Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Audiovisuel : une réforme qui tombe à point pour TF1

Audiovisuel : une réforme qui tombe à point pour TF1

 Au moment où les profits de TF1 enregistrent un recul historique de 35% l’annonce de la suppression de la publicité dans l’audiovisuel public prend des allures de bouée de sauvetage. En dépit de la forte hostilité des personnels de France Télévision et de la guérilla parlementaire de l’opposition, la réforme sortie du chapeau par Nicolas Sarkozy devrait entrer en application début 2009.

Si les débats sur la réforme de l’audiovisuel sont inscrits jusqu’au jeudi 18 décembre inclus la guérilla menée par la gauche sur les bancs de l’Assemblée Nationale devrait baisser d’intensité la semaine prochaine. Après deux semaines et 50 heures de débats, seuls 17 articles sur 56 ont été adoptés. Le PS, le PCF et les Verts ont tout fait pour faire durer les débats afin de tenter de gagner la bataille de l’opinion mais celle-ci semble relativement insensible à des enjeux qu’elle n’appréhende pas vraiment.

La majorité a beau jeu de parler d’obstruction, elle sait que l’agitation de la gauche constitue plus un baroud d’honneur qu’une véritable menace. L’essentiel du litige porte sur la suppression de la publicité et la nomination par l’Elysée des présidents de l’audiovisuel public. Un joli coup pour Nicolas Sarkozy. Le président s’attache d’un côté la reconnaissance des chaînes privées en leur offrant une manne publicitaire inespérée et de l’autre, la servilité d’un service public, pieds et poings liés au bon vouloir du pouvoir en terme de financement. Selon certaines estimations, si TF1 récupère les 2/3 des recettes publicitaires de France Télévision, le groupe verrait ses recettes augmenter de 500 millions d’euros (+18%).

Médiapart, le quotidien internet fondé par Edwy Plenel mais aussi Marianne 2 relancent la polémique en publiant le “Livre Blanc”, en fait plutôt une note , qu’aurait adressé les lobbyistes de TF1 à l’Elysée et qui aurait inspiré à Nicolas Sarkozy la suppression de la pub sur France Télévisions.

Mercredi après-midi le Président de la République recevait les députés UMP à l’Elysée. Pas pour leur souhaiter avec un peu d’anticipation de bonnes fêtes de fin d’année mais, pour procéder à un recadrage à la Sarko. « Je ne veux évidemment pas mettre la télévision à ma botte », « Martin Bouygues est mon ami depuis 30 ans, mais croyez-vous vraiment que c’est lui qui fait le Journal télévisé de TF1 ? » a lancé l’hôte de l’Elysée.

La réponse est dans la question. L’autoritarisme du Président laisse mal augurer d’une absence d’intervention sur le traitement de l’information. Le député François Baroin, ancien ministre et surtout ancien journaliste d’Europe 1 n’a pas baissé le nez et a interpellé, avec l’insolence coutumière de sa première profession, le chef de l’Etat. « En ce qui concerne France Télévision, je ne suis pas d’accord avec toi. C’est l’ancien journaliste qui te le dit, la télévision ce n’est pas EDF. Cette réforme te reviendra comme un boomerang ».

La réplique de Nicolas Sarkozy a été tout aussi directe : “C’est un procès d’intention que tu me fais sur la liberté de la presse. Tu y as été très fort, François. Je ne veux évidemment pas contrôler la presse, mais personne après moi ne reviendra sur la suppression de la publicité et sur la société unique”. Fermez le ban. Ce que le Président veut, la France aura.

Le modèle économique pour l’audiovisuel public voulu par Nicolas Sarkozy est doublement incompréhensible. Il va nécessiter la mobilisation de fonds publics importants à une période où l’Etat et les français sont désargentés et, il vise à remplacer un modèle économique qui rendait chaque année des comptes équilibrés en reposant tout à la fois sur la redevance pour 70 % des ressources et sur la publicité pour 30 %. Le risque, à travers la reprise en main annoncée, c’est de passer de l’audiovisuel public à une télévision ou une radio d’Etat. Le syndrome d’un retour à l’ORTF qui consacrerait un recul démocratique de quarante ans.


 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • 13 décembre 2008 00:04

    Dieu qu’il est amusant de constater que dans notre pays les media "via intenet" nous proposent de participer , de pouvoir laisser une reaction, un commentaire sur une info ... dieu qu’il est amusant de constater que les medias ayant une sensibilité marqué un peu plus a gauche (je parle là des grands Le M.... et le Nouv.. Ob...) pour pouvoir laisser un commentaire il faut s’abonner moyennant la modique somme de quelques piecettes en euros s’entend "sonnante et tresbuchante", nos medias au dessus de tout soupçons de plus en plus mercantiles perdent une fois encore de leur credibilité .. donc pour ce faire lorsque je suis amené a vouloir reagir sur une "Info" ... je le fais sur le site du "FIG..." ou un de ses confreres "Merci Agoravox" qui ne m’oblige pas pas à une multitupe de manipulations pour deposer qq mots...

    Ou est la dite "LIberté de la presse" tant revendiquée ... oooops pardon la liberté de la presse n’est bonne que pour les journalistes ... pour personne d’autre, c’est du moins comme cela que je le comprends ... mais assurement, pauvre de moi, je ne dois pas bien avoir compris le fonctionnement de la "democratie" ...


    • Fergus fergus 13 décembre 2008 12:57

      TF1 tirera évidemment profit de cette réforme de l’audiovisuel grâce à l’augmentation prévisible de ses ressources publicitaires. Mais l’arme utilisée n’est qu’un fusil à un coup, et TF1 continuera de subir l’érosion de ses parts de marché au profit de la TNT, et donc la dispersion des contrats publicitaires ou leur renégociation à la baisse.

      En outre, TF1 risque d’être victime de son "tunnel" de pub d’après JT alors que les programmes du soir commençeront sur le service public. A moins que Sarkozy ne réussisse (comme certains élus ont tenté de le faire) à imposer des amendements inspirés par TF1 et visant à obliger le service public à diffuser des pensums institutionnels durant la pub de la chaîne Bouygues. Mais il risquerait de se heurter à une fronde (justifiée) du public, fronde dont il porterait le chapeau !


      • barbouse, KECK Mickaël barbouse 13 décembre 2008 13:10

        bonjour

        je bosserai chez TF1 je ferai attention a la météo en même temps que les rapports médiamétries, encore une ou deux canicules....

        amicalement, barbouse, qui ne regarde plus TF1 que sous la contrainte depuis plus de 10 ans.



        • K K 13 décembre 2008 16:00

          rhoo vous etes mauvaises langues... Martin Bouygue a affirme que la nouvelle loi n’etait pas bonne pour TF1 ! Il dit que le marche de la publicite est volatile et que rien ne permet d’affirmer que ce qui est retire au public ira dans le prive...

          Bien sur, je le crois smiley


          • titi 15 décembre 2008 10:12

            Question :
            Que vont faire les téléspectateurs qui à 20h40 à la fin du journal, auront le choix entre regarder le progamme de début de soirée sur France Télévision, ou se taper 12 minutes de pub d’affilé sur TF1 ?

            La suppression de la pub sur France Télévision n’est peut être pas une si bonne affaire pour TF1.
            Qui plus est un nouvel impot a été créé qui touchera les chaines privée, illustrant parfaitement la gouvernance de la france : à problème nouveau, impot nouveau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès