Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Bayrou à la conquête des blogs ?

Bayrou à la conquête des blogs ?

Johnny et Doc Gynéco, ça fait chic dans un meeting politique. Bayrou et Voynet dans une réunion de blogueurs, ça en jette aussi pas mal. À tous les coups, ça attire nos amis journalistes comme des mouches.

Hier soir se tenait à Paris la deuxième soirée blogs et politique. À côté de Dominique Voynet, auto-invitée comme les autres blogueurs, se trouvait François Bayrou. Il ne nous a pas imposé sa présence, parce que le matin même je l’avais invité.

Mais pourquoi a-t-il accepté cette invitation ? Sans doute pas pour mes beaux yeux. Avant d’imaginer les raisons de Bayrou, je vais revenir sur notre entretien du matin et sur l’invitation elle-même.

Au siège de l’UDF

En préparation de mon prochain livre, je rencontre diverses personnalités politiques ou médiatiques. Lundi, j’ai discuté avec Daniel Schneidermann puis avec Loïc Le Meur, mardi avec Éric Walter, responsable Internet à l’UMP, hier matin avec François Bayrou, et cet après-midi, je rencontre le sénateur Alain Lambert. La semaine dernière, j’ai passé deux heures au téléphone avec l’eurodéputé Vert Alain Lipietz, j’ai échangé des mails avec le socialiste Alain Rousset, et j’ai préparé d’autres rencontres.

Je ne suis pas en train d’écrire un livre d’entretiens, mais un essai au sujet du cinquième pouvoir. Le cinquième pouvoir, c’est nous, les citoyens fédérés par les nouvelles technologies. Nous sommes en train de réinventer la démocratie, et je veux savoir ce qu’en pensent les politiciens. À leurs yeux, le cinquième pouvoir existe-t-il ? Va-t-il peser dans la vie politique ? N’est-il pas une chimère née dans la tête de quelques technophiles dont je suis ?

Avec ces questions en tête, j’arrive donc hier matin, rue de l’Université, au siège de l’UDF. Il se trouve en face des bureaux de MSN. Ça m’a amusé. Le pouvoir traditionnel face au promoteur d’un des outils phare du cinquième pouvoir. Est-ce un signe ?

J’ai traversé une cour, franchi un portail, puis une seconde cour ensoleillée, avant d’entrer dans l’immeuble coquet de l’UDF. La réceptionniste m’a demandé de monter au second, l’assistante de Bayrou m’a installé dans un fauteuil, j’ai rêvassé quelques minutes. Une réunion se préparait. Tout le monde se pressait devant la machine à café. J’avais l’impression d’être dans une entreprise comme une autre. La politique est-elle une entreprise comme une autre ?

Bayrou est enfin sorti, il m’a serré la main, s’est éloigné un moment puis nous sommes entrés dans son bureau tapissé de livres. Je lui ai expliqué qui j’étais et pourquoi je voulais le rencontrer. Il a commencé par me parler de l’émergence du peuple d’Internet. « C’est un peuple qui accède à toute l’information » et « C’est un peuple créatif et coopératif. Je considère que les logiciels libres et les wikis sont deux choses fantastiques pour l’humanité. »

Tout ça, c’est évident pour moi. Bayrou le sait. Mais il sait aussi que c’est important que je l’entende, que j’entende qu’il appartient lui-même à ce peuple d’Internet, peuple que j’appelle Le peuple des connecteurs car il dépasse de loin le cadre d’Internet.

Bayrou a dit une chose essentielle, je crois. « Tu as une chanson, j’ai une chanson, nous l’échangeons, nous avons deux chansons. » J’ai traduit en disant que c’était une stratégie gagnant-gagnant (oubliant le côté scabreux que peut avoir un tel exemple pour l’industrie du disque). Je crois que Bayrou a saisi cette nouveauté fondamentale. Nous ne sommes plus dans une logique où l’un perd et l’autre gagne, mais où tout le monde gagne. Si nous n’adoptons pas cette stratégie, nous ne nous en tirerons pas en tant qu’espèce sur notre planète. C’est simple, il me semble. Ce discours doit être repris par tous les politiciens. Il dépasse la droite et la gauche, il les transcende. « Tout ça va changer le monde, a dit Bayrou. Je suis absolument pénétré de cette idée. »

L’entretien s’est poursuivi, j’ai bientôt fini par parler autant que Bayrou, et nous avons comparé nos points de vue. Tout ce que Bayrou m’a dit sur Internet m’a convaincu qu’il savait intimement de quoi il parlait. C’est un utilisateur averti. Il pratique depuis des années et, comme nous tous, il s’est fait peu à peu contaminer par la philosophie Internet, l’esprit open source et bien d’autres choses, dont je parlerai dans mon prochain livre.

Je trouve ça fondamental, pour un futur candidat à la présidence. J’aimerais que tous aient cette compréhension intime. J’aimerais que l’usage d’Internet et sa maîtrise aient contribué à changer leur vision du monde, et donc leur façon de faire de la politique. J’ai presque envie de dire peu importe comment ils vont mettre en application leurs nouvelles idées, l’important est qu’elles aient germé en eux. Je crois que c’est le cas chez Bayrou. J’espère discuter, avec la même liberté, du même sujet avec tous ses adversaires.

Comme la veille avec Éric Walter à l’UMP, nous avons aussi parlé stratégie Web et marketing viral. Bayrou m’a entraîné vers une salle de réunion pour pouvoir m’expliquer sa vision sur un tableau. La salle était occupée. Pendant que Bayrou s’excusait auprès de ses collègues, l’idée de l’inviter à la soirée blogs et politique m’est venue.

L’invitation

Après coup, je peux essayer de comprendre pourquoi j’ai fait ça. En mai dernier, avec Loïc Le Meur, nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire pour agir. Nous étions fatigués de dire que la France est un pays de merde. Nous n’avions pas envie de fuir une nouvelle fois à l’étranger pour nous extraire de la morosité. Il était temps d’agir. Comme nous avons découvert une façon de vivre qui nous paraît plus harmonieuse que celle que nous avons pu connaître dans le passé, nous nous sommes dit que nous devions partager nos recettes.

Loïc a choisi la stratégie droit au but. Pour changer les choses, il faut avoir le pouvoir. Le plus simple est de se rapprocher d’un des favoris à la course au pouvoir et d’essayer de changer les choses de l’intérieur. Pour ma part, je crois qu’il faut agir de l’extérieur, sur de nouvelles bases, je crois que le véritable pouvoir appartient déjà au cinquième pouvoir.

Loïc est d’accord avec moi, mais veut des résultats tout de suite. Nous avons parlé de ça lundi, autour d’un verre. Il pense que mon approche peut aboutir, mais dans dix ans, et il juge qu’il y a urgence. Sur ce point, il a raison. Je suis toutefois persuadé que nous ne pouvons pas changer le monde en usant des méthodes qui ont plongé le monde dans l’état dans lequel il se trouve aujourd’hui (perturbations climatiques, pauvreté, malaise généralisé...). Il faut innover, en politique comme dans le business. Loïc joue le cheval favori, je joue les outsiders. Il pousse dans la direction attendue, j’essaie avec mes petits moyens de pousser d’autres voix.

En me retrouvant un instant seul devant la photocopieuse du siège de l’UDF, je me suis dit qu’inviter Bayrou à notre soirée blogs et politique allait dans le bon sens. C’était une façon de mettre en avant une autre voix, surtout de lui donner un autre éclairage.

Finalement, je me suis planté. Toute la presse était là aussi. Personne n’a pu parler de rien. Bayrou s’est retrouvé non entre les mains du cinquième pouvoir, mais entre celles du bon vieux quatrième pouvoir, envers lequel il est si critique en ce moment. Et je me suis éclipsé pour refaire le monde entre blogueurs, parlant d’une l’idée qui m’était venue le matin même et qui me paraissait plus importante que tout battage médiatique.

Alors, pourquoi Bayrou est-il venu ?

Je peux essayer maintenant de répondre à cette question en inventoriant des hypothèses que vous allez sans doute multiplier avec plaisir.

1/ Bayrou appartient effectivement au peuple des connecteurs. Pour lui notre société passe de la pyramide au réseau, la connexion est fondamentale, non seulement avec les sympathisants mais avec toutes les énergies de bonne volonté. Venir à la soirée, c’est établir de nouvelles connexions. Il s’est présenté au Pavillon Baltard près de la Bourse de commerce pour les mêmes raisons que chacun d’entre nous.

2/ Le cinquième pouvoir existe, il n’est pas une illusion. Mon offre était celle d’un membre anonyme d’une puissance face à un représentant d’une autre puissance. Une sorte d’invitation aux pourparlers. Bayrou ne pouvait pas refuser, il ne pouvait pas manquer cette chance.

3/ Bayrou se doutait que tous les médias seraient là. Nous autres, blogueurs politiques, sommes depuis quelque temps l’attraction. Personne ne sait trop s’il faut ou non nous prendre au sérieux, mais on vient nous voir, un peu comme au zoo. C’est super agréable.

4/ Bayrou a compris l’essence du marketing viral. Il sait qu’en venant, nous allons parler de lui, que son geste va être interprété sans fin. Et chaque billet dans les blogs, positif ou négatif, sera une graine qui ne demandera qu’à devenir un arbre. Plutôt que de s’imposer à tous les Français par le haut, une possibilité unique se présente dans l’histoire de s’imposer par le bas.

5/ Bayrou est un opportuniste et il n’y a pas de petite opportunité (et moi aussi, je suis un opportuniste). Mais le simple fait qu’être invité à une soirée blog devienne une opportunité, c’est une victoire en soi pour le cinquième pouvoir.

Une chose est sûre. Après mon invitation, Bayrou n’a pas tergiversé. Sa réponse a été franche et spontanée. Il n’a pas calculé. Comment aurait-il pu le faire, car il ne savait même pas que se déroulait cette réunion... Bayrou est venu parce qu’il fallait venir, parce que, comme il me la dit, « Tout ça va changer le monde. »

Lors de la prochaine réunion, je renouvellerai l’expérience, si Versac, l’organisateur, en accepte l’idée. Je viendrai avec un invité, mais cette fois nous n’en parlerons à personne. Ce sera une surprise, une exclusivité du cinquième pouvoir. Avis aux volontaires.


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (298 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 28 septembre 2006 11:41

    Dommage en effet que tant de journalistes aient été présents lors de cette soirée, cela a dû restreindre les possibilités de dialogue.

    Néanmoins, il faut reconnaître à François Bayrou un certain talent de visionnaire ; c’est d’ailleurs assez étonnant de la part d’un homme pétri de formations, voire de traditions classiques, mais il a, avant la plupart des responsables politiques, vu les transformations de notre société, les demandes nouvelles et les raz le bol des français, et su proposer des solutions assez iconoclastes, souvent copiées quelques mois ou années après par les autres.

    Hélas les visionnaires sont rarement prophètes en leur pays, mais il faut souhaiter que ce type d’homme politique ne disparaîtra pas à cause d’un trop mauvais score lors d’une élection.


    • Anaxagore (---.---.41.187) 29 septembre 2006 16:17

      Assez étonnante votre manière de voirles choses. La tradition classique est quelque chose qui se perd, mais je crois , contrairement à ce que vous pensez, qu’au contraire elle donne d’autant plus la faculté d’anticiper. Vous seriez étonnés de savoir combien les amateurs d’humanités classiques sont des grands lecteurs de SF.


    • Franck (---.---.18.106) 30 septembre 2006 14:07

      Je ne vois pas en quoi le fait d’être « pétri de formation classique » change quelque chose à l’affaire. Le cinquième pouvoir dont il est question ici est-il autre chose justement que cette République des esprits dont a rêvé l’époque classique, c’est-à-dire les XVII et XVIIIème siècles ? Il me semble Voltaire que vous êtes bien placé pour le savoir. Non, les enjeux de nos sociétés, des bouleversements qui les traversent, des métamorphoses qui les remodèlent demandent qu’on laisse tomber aussi cette opposition, qui n’est qu’une rangaine, des anciens et des modernes. Alors on comprendra peut-être que l’idéal qui est au devant de nous n’est rien d’autre que l’actualisation d’une conviction ancienne : entendez les Lumières.


    • Lui (---.---.178.61) 28 septembre 2006 12:10

      Pour ma part je crois que Bayrou a compris qu’il ne gagnerait pas contre les mass médias traditionnels. Et peut-etre en a -t-il marre d ’etre relegué au rang d’outsider éternel.

      Il cherche donc naturellement d’autres moyens par lesquels il puisse être en contact avec un electorat potentiel.

      C’est à dire nous. Il semble que çà marche apparemment même si les usagers d’agoravox sont loin d’etre représentatif du panel des français.

      En tout cas son intervention sur les médias était très judicieuse, espérons que ce ne soit pas qu’un coup d’éclat. Car le débat qu’il a introduit dépasse largement sa cause personnelle. C’est la démocratie qui est en jeu.

      Je voterai pour Bayrou quand il n’utilisera pas la cause à des fins personnelles mais quand il deviendra la cause en elle même.

      C’est à celà qu’on reconnait les GRANDS HOMMES. Et celà demande du courage. A-t-il donc réellement compris les enjeux actuels ? Et en est-il à la hauteur ? Il doit nous le prouver sur la longueur.


      • faxtronic (---.---.127.45) 28 septembre 2006 12:16

        Bayrou, je vais voter pour lui, assurement :

        - Il est europeen sans etre atlantiste
        - Il est liberal, sans etre entisocial
        - Il n’est ni nationaliste, ni anti-francais
        - Il est un pur laique
        - Il est imaginatif, relativement jeune, ouvert
        - Il est dynamique

        Il a malheureusement un petit parti, peu sexy, et peu de chance d’etre elu, mais je voterais pour lui.

        J’avais vote pour lui en 2002, et suite au probleme que tout le monde connait, je m’etais dis en 2007 je voterais pour un grand parti pour eviter le borgne. Mais helas Sarko me debecte, et Sego un peu moins mais aussi.

        Donc Bayrou


        • Marsupilami (---.---.52.238) 28 septembre 2006 12:19

          @ Faxtronic

          Tout à fait d’accord avec toi. Mon vote du 1er tour lui est acquis.


        • Pascal (---.---.201.240) 28 septembre 2006 19:08

          Idem : j’ai fait la même démarche et non seulement je voterai pour lui dès le 1er tour (c’est un choix définitif pour ma part), mais je crois (je suis sûr) que pour la première fois de ma vie je vais m’ENGAGER et faire campagne auprès de mes proches, amis, famille, collègues de bureau, etc pour les mobiliser en sa faveur. Oui, j’apprécie de +en+ cet homme et je voterai aussi pour lui au 1er tour.


        • zz (---.---.200.155) 28 septembre 2006 19:52

          Pareil, je le trouve de plus en plus crédible, et je rajouterai qu’il s’est engagé pour le logiciel libre et contre la loi DADVSI


        • Marsupilami (---.---.52.238) 28 septembre 2006 12:17

          C’est un article d’autopromotion de Crouzet ou un article sur Bayrou ? Je n’ai pas bien saisi.


          • ZEN zen 28 septembre 2006 12:20

            « Bayrou appartient effectivement au peuple des connecteurs. Pour lui notre société passe de la pyramide au réseau, la connexion est fondamentale, non seulement avec les sympathisants mais avec toutes les énergies de bonne volonté. Venir à la soirée, c’est établir de nouvelles connexions. »

            ça alors, je n’en reviens pas !..L’article est d’un ridicule consommé...« Les connecteurs au pouvoir !... »


            • machinchose (---.---.129.40) 28 septembre 2006 12:22

              et voilà. Flattez le bloggeur politique, persuadez le de sa grande importance et hop vous aurez un journaliste servile comme un autre qui, comme n’importe quel journaliste de presse regionale nous dira qu’il ne se situe pas et qu’il est objectif et bla et bla bla bla.

              Le net se normalise. Le net est un média comme les autres. Le mieux est encore de refuser tout court la rencontre et de rester dans l’analyse plutôt que de jouer aux grands qu’avec des prises de positions aussi rebelle qu’une analyse de Duhamel vous finirez bien par devenir.

              Entre M. Crouzet et sa mollesse toute udfienne et Lemeur qui nous fait le coup du sarkozysme le plus consternant nous retrouvons sur le net ce que nous fuyions dans une certaine presse.

              quelque part c’est rassurant. L’essence de l’independance dans la presse (le canard) comme sur le net reste la même, le courage, l’isolement volontaire etc.


              • Pas l’oie, pas pris (---.---.79.7) 28 septembre 2006 12:31

                « Franchement, je trouve si amusant qu’on découvre à nouveau la rhétorique au XXIè siècle »

                Le sophisme vous va si mal.....en matière de rhétorique vous semblez également en connaître « un rayon »..par contre au niveau argumentaire, votre rhétorique est des plus pauvres...un peu short chèr ami , vos asticots vont bien ?


                • machinchose (---.---.129.40) 28 septembre 2006 12:33

                  on pourrait aussi faire une petite étude lexicale de cet article (le nombre de « je » de « m’ » etc.). L’article c’est MOI je vous dis ce qu’il M’est arrivé à MOI en rencontrant quelqu’un d’important qui M’ a parlé à MOI et que JE vais analyser (vaguement). Le fait que ce que le monsieur important n’ait sorti que des banalités et le fait que M. crouzet explique que le peuple iternet a accés à toute l’info et qu’il soit la preuve vivante de la vanité de tout cela (si on en croit la pauvreté de ses visions politique et sa méconnaissance de bases évidentes, notre ami n’a probablement pas le temps de faire le tour de toutes ces infos, comme tout le monde) n’empêche pas cet article d’être en une. Le fameux effet audimat : quand un sujet sur l’audimat explose l’audimat ou quand la presse fait sa une sur la presse ; le net aussi a un nombril.

                  ça n’apporte rien, ça n’a aucun interet, c’est creux mais ça fait la une.


                  • Cratyle (---.---.37.13) 30 septembre 2006 22:12

                    Je vous laisse jouer les trolls à votre aise, c’est vous que votre message dessert. Cependant, une remarque : le jour où ce que dit Bayrou sera devenu une banalité en France n’est pas encore arrivé, malheureusement ; j’aimerais bien que ce ne soit pas dans trente ans, et je ne compte pas pour rien le fait d’avoir pour président quelqu’un qui a compris l’intérêt théorique et pratique d’internet et des blogs, comme d’ailleurs du logiciel libre, et sait voir les évolutions sociales qui suivront assez à l’avance, penser le monde à venir : on en est loin chez les deux candidats favoris des média, entre autres.


                  • T.B. (---.---.21.162) 1er octobre 2006 12:23

                    Cratyle, Ce que dit et dénonce Bayrou (collusion grands groupes/grands medias) est désormais connu de tous et ceux qui le savaient déjà n’ont pas attendu Bayrou pour le savoir.

                    Par contre, ce que ne sait pas encore la majorité des français, c’est que Bayrou François lui-même est à l’origine du puissant renforcement, par de nouvelles lois 15 years ago, de cette collusion. A l’époque il était soit député de la majorité, soit ministre. Lors de ces décisions il n’a ni ouvert sa gueule, ni démissionné.

                    Son interventien télévisuelle face à Chazal était donc uniquement tactique (il n’avait pas trop le choix que d’avancer ce pion là) et va se retourner une fois de plus contre nos leadeurs politiques, députés et ministres de tous bords (tant mieux !)comme je l’ai déjà dit.


                  • 3p (---.---.102.41) 28 septembre 2006 12:37

                    Il le sait, Bayrou, que Thierry Crouzet l’utilise comme alibi pour promouvoir ses propres oeuvres ?

                    Ses articles sont toujours truffés de liens vers ses bouquins. Je croyais que :

                    « tout contenu diffamatoire, injurieux, COMMERCIAL, raciste » devait être supprimé dans les plus brefs délais.

                    Avec des amis tels que Thierry Crouzet, François Bayrou n’a pas besoin d’ennemis politiques.


                    • Stravos (---.---.132.162) 28 septembre 2006 18:21

                      Il reste néanmoins que Crouzet fait de la pub pour des bouquins qu’il s’est donné la peine d’écrire lui-même, et non pour une boite tel que Caca-Cola, cher au coeur de Le Lay. Faut-il lui en vouloir pour celà ? J’ajouterai aussi que ces mêmes bouquins expriment une certaine vision du monde, propre à leur auteur. Ils n’ont pas été écrits dans un but commercial, et il me paraît absurde de déduire un tel but du seul succés qu’ils ont rencontré. Et puis, surtout, Crouzet a une bonne plume, ce qui est plûtot rare dans les milieux technophiles ( ou alors je suis un vieux con pourri de préjugés technophobes !). Enfin, vous l’avez tous deviné : le grand partial que je suis a lu un des bouquins de Crouzet - mais, je précise, lesdit bouquin acheté d’occase chez Gilbert-Truc, en fouinant, car ce type de comportement existe encore en nos sociétés presse-boutons. Donc : désolé pour vos droits d’auteur, Mr Crouzet, la prochaine fois j’essayerais de faire un effort du coté de mes bourses sonnantes et trébuchantes. Mais n’abusez pas, hein !


                    • Remy (---.---.29.19) 28 septembre 2006 12:41

                      Machinchose, la Blogosphere ne peut être comparée à « une certaine presse » en cela que TOI tu interviens sur cette forme de nouvelle presse. Comme le dit Bayrou, en prenant maladroitement l’exemple de la musique, « tu as une info, moi j’ai une info, nous avons deux infos, et cela change tout ! Libre à toi de ne pas croire que cela accélère grandement et de façon exponentielle l’information du cybercitoyen que nous serons tous un jour. Je pense que cette »ouverture« de communication de l’info, d’une nouvelle vitesse d’échange entre les premiers concernés par des faits ou des lois (et souvent les derniers avertis !) évitera (peut-être ) à l’avenir que nous soyons pris pour »des veaux" comme disait De Gaule des Français...


                      • kyf (---.---.224.41) 28 septembre 2006 12:42

                        En effet Bayrou est très fort... en communication ! Qu’il est bon de s’aimer, surtout en toute modestie car quel est le but de cet article sinon afficher son narcissisme et son amour de Bayrou ? smiley


                        • Bob (---.---.67.173) 29 septembre 2006 02:25

                          Si seulement ça pouvait être plus que tierce Monsieur West, j’en ai ma claque de ces deux guignols et de leur bipartisme.


                        • candidat007 (---.---.122.128) 28 septembre 2006 12:58

                          Enfin du vrai journalisme citoyen. !!

                          Une investigation de terrain, des références, ( bon d’accord ce sont exclusivement celles de Mr Crouzet, mais enfin il y an a), des contacts originaux, des faits véritables, rencontres annoncées la veille et mails envoyés aux papes de la peuplade connectable, un apport informationnel important et inédit (Bayrou cet inconnu et visite guidée des couloirs de l’Udf), tout cela pour une profonde analyse en plein dans la politique éditoriale d’Agoravox.

                          On n’a même pas besoin d’en redemander, ; c’est prévu et en plus avec du suspense !! qui sera le prochain invité à la Versac-partie ?? C’est du net-feuilleton citoyen, outil essentiel du cinquième pouvoir de l’auteur.

                          Serait-ce un huitième Art ? Encore un effort, et les arbres pousseront sur la toile d’araignée du réseau. Bayrou n’a pas pu faire son schéma sur le tableau noir. Grosse déception et amertume des connecteurs. La prochaine fois, il faudra un plan, ce sera plus vivant.


                          • Stravos (---.---.132.162) 28 septembre 2006 17:15

                            Vous avez raison de mettre un bémol à la sévérité envers T.Crouzet : ce papier nous change des habituelles dissertations que l’on appelle improprement « articles ». Dissertations qui sont vraiment le point faible d’Aggaravox. J’avoue que sans votre intervention j’aurai bêtement suivi l’avis général, tant on s’habitue aisément à des choses qui, au bout du compte, se révèlent peu satisfaisantes.


                          • T.B. (---.---.21.162) 28 septembre 2006 13:01

                            Absolument pas d’accord. Ce n’est pas en adoptant les mêmes réflexes panurgiques que le monde va changer.

                            L’impact du Net sur l’opinion des citoyens en attente d’une autre vision du monde et de sa représentation, la parole libérée et surtout une prise de conscience cette fois-ci panoramique et non réduite aux champs de visions étriqués ne datent pas d’hier. Le net et ses blogs de vrai démocratie participative spontanée effrait tous les « politiques », toute la classe politique de droite à gauche. Pourquoi les DADVSI ont-ils été votés de toute urgence, sans même concertation en 2ème lecture, au moment des grandes vacances et du matraquage footballistiqsue, d’après vous ?

                            Bayrou tente de récupérer les manoeuvres bipolaires de Mougeotte et Lelay en accord avec De Carolis (on oublie de la préciser) simplement et uniquement parcequ’il est écarté de cette bipolarité. Bayrou ne change rien, ne modifie rien : il est simplement bien placé, en ce moment, une fois encore comme le font les autres chefs de partis, pour s’adresser aux moutons. Rien de plus.

                            La seule chose qui terrorise l’oligarchie entière et bien encrée dans toutes les institutions de notre 5ème République ce sont les cyber-appels à pétitions initiés par n’importe quel citoyen jusqu’à présent bäillonné. Oui les appels à pétition ! lorsque les signataires de toutes les pétitions qui explosent sur le Net en auront marre de constater que leurs initiatives populaires sont autant de coups d’épées dans l’eau dans une pseudo démocratie squattée par des opportunistes carriéristes ... alors le monde changera. Pas avant.

                            Français, françaises, boycottez les élections, arrêtez de « choisir » parmi des représentants qui réfléchissent à votre place. Exigez, par tous les moyens, la démocratie directe. Elle est ici l’union droite/gauche. Ne nous divisons pas une fois de plus pour engraisser des carriéristes au discours bien rôdés, pas comme le mien. Allons droit au but : votons nous-mêmes, n’importe quand et choisissons nous-mêmes par référendums d’initiatives populaires, nos propres lois. Sous le couvert d’une sécurité juridique bien évidemment car il ne faut pas faire n’importe quoi.


                            • T.B. (---.---.21.162) 28 septembre 2006 13:12

                              Je répondais à Voltaire (1er commentaire) et à Thierry Crouzet auteur de l’article.


                            • FrédéricLN (---.---.54.169) 28 septembre 2006 13:30

                              « boycottez les élections, ... Exigez, par tous les moyens, la démocratie directe. .... Ne nous divisons pas une fois de plus pour engraisser des carriéristes au discours bien rôdés, pas comme le mien. ... votons nous-mêmes, n’importe quand et choisissons nous-mêmes par référendums d’initiatives populaires, nos propres lois. Sous le couvert d’une sécurité juridique bien évidemment car il ne faut pas faire n’importe quoi. »

                              les derniers mots donnnent toute sa saveur au commentaire.


                            • T.B. (---.---.21.162) 28 septembre 2006 13:55

                              Ceux qui font n’importe quoi, mon cher mouton de Frédéric (mouton ou adhérent UDF ce qui revient au même) ce sont nos députés que le bon peuple bien docile élit. Nos chers parlementaires s’amusent avec le Code Civil ... de l’aveu même de Pierre Mazeaud Président actuel du Conseil Constitutionnel. Il dénonce une infation législative galopante, totalement inepte et ... souffrant de la quasi absence de sécurité juridique.

                              Vas te mesurer à lui plutôt que de rester collé au sol, le nez dans le néant.


                            • T.B. (---.---.21.162) 28 septembre 2006 14:05

                              Souffrant du MANQUE de sécurité juridique ! voilà qui est rectifié.

                              Mon discours n’est pas bien rödé, j’avais bien fait de le préciser ...


                            • Cratyle (---.---.37.13) 30 septembre 2006 22:28

                              Ce que je trouve particulièrement savoureux, moi, c’est de faire remarquer que Bayrou ne change rien (mais moi qui ai écouté et lu ce qu’il propose précisément, je sais que s’il est élu il changera vraiment quelque chose !) pour ensuite conseiller l’abstention comme moyen de changer tout. Or l’abstention comme le vote extrême (on l’a bien vu en 2002), ne peuvent que renforcer le duo PS-UMP, Royal-Sarkozy, en leur permettant d’obtenir la majorité avec 15% des inscrits votant pour eux : l’abstention en acceptant passivement le résultat, le vote extrême en étant leur allié objectif. C’est parce que les 70% d’inscrits qui restent choisissent de ne pas protester efficacement que le numéro à deux continue. Comme, cette fois-ci, il y a un candidat qui justement peut tout changer (et d’ailleurs un seul), François Bayrou, encourager les électeurs à l’abstention est criminel. Je suggère à ceux qui se demandent s’il est exact que Bayrou romprait avec les pratiques PS-UMP d’aller le lire, l’écouter sur le site de l’UDF (www.udf.org) pour éviter les déformations journalistiques (en restant poli avec les journalistes).


                            • Cratyle (---.---.37.13) 30 septembre 2006 22:34

                              Je vous suggère, au lieu d’accuser tous les députés qui ne le méritent pas, d’aller voir LESQUELS des députés font n’importe quoi au juste et LESQUELS ne le font pas. Tant que vous confondrez les votes débiles, je le reconnais, de CERTAINS et les oppositions débiles de CERTAINS autres, avec le travail sérieux de CERTAINS sous une condamnation générale, vous ne comprendrez sans doute rien à la raison pour laquelle des gens comme moi sont attachés à l’UDF - et pas au PS ou à l’UMP. Mieux : à l’UDF tous les députés ont la liberté de vote sur tous les textes (et c’est le seul parti à avoir choisi ce principe), donc il est possible de tester vraiment les députés un par un.


                            • T.B. (---.---.21.162) 1er octobre 2006 01:14

                              Mon cher Cratyle,

                              « d’aller voir LESQUELS des députés font n’importe quoi » 1ère réponse exacte : il s’agissait de Jean Lassalle. Lui, c’est vraiment du n’importe quoi. Désirez-vous que je vous en donne les détails ?

                              Il en reste donc, si j’ai bien compté, trente-deux. Je vais donc essayer d’en savoir un peu plus sur le parcours citoyen, et bien sûr bénévole, de chacun d’eux. D’en savoir un peu plus grâce au web. Vous pouvez, à ce propos internautique, m’aider en m’indiquant le pourcentage de députés UDF qui ont votés CONTRE la liberticide DADVSI.

                              Quant au mot « boycot » son interprétation est libre. Personnellement le programme de Mourguy me plait, pas un peu, beaucoup. J’en suis même étonné ! Donc je voterai pour lui ou ... blanc pour la première fois de ma vie. Mais je voterai. A défaut de pouvoir m’exprimer citoyennement de façons plus conséquentes.

                              A +


                            • T.B. (---.---.21.162) 1er octobre 2006 02:53

                              La situation que François Bayrou dénonce (à juste titre)

                              « Les grands média ont orchestré pour les français, un choix dicté à l’avance. L’argent et la politique doivent être séparées ; notamment lorsque des puissances économiques détiennent de puissants média,(...) c’est un problème républicain. »

                              « Il y a des puissances très importantes qui, en particulier, ont des intérêts dans les médias, et qui poussent à ce choix tout fait : Nicolas Sarkozy d’un côté, Ségolène Royal de l’autre. »

                              découle de la loi Léotard (du 30 septembre 1986 ; initiant la déréglementation du secteur des télécommunications françaises), de la privatisation de TF1 et de la loi Carignon (du 1 février 1994 ; loi autorisant un même groupe à détenir jusqu’à 49% du capital d’une chaîne nationale hertzienne de télévision) ; décisions ayant été votées alors que François Bayrou fut député de la majorité ou ministre.

                              On dit merci qui ? merci wikipédia.

                              Par ailleurs, Bayrou est catholique pratiquant. Et cela, moi qui suis athée et pire ... libre penseur imberbe, je vois ça d’un très mauvais oeil car si Bayrou est « élu » il ne manquera pas d’ajouter sa touche personnelle soubirienne à celle d’une autre bernadette, Bernadette C. et son superpote DeCarolis. Et là moi je dis : ça suffat comme çi. Le pape, le foot et autres écrans de fumées aux JT, basta cosi. Dans des sphères privées ok mais pas dans les JT.

                              A +


                            • Don JakchiraK (---.---.228.76) 16 octobre 2006 18:15

                              Si tu ne veux pas engraisser des pros du mandats, signe la pétition contre le cumul des mandats et renouvelable 1 fois, ça pourra rajeunir la classe politique et ouvrir les portes à la société civile......http://www.changez2007.org/


                            • minijack minijack 28 septembre 2006 13:01

                              Pourquoi est-il venu ? Ben parce que vous l’aviez invité, non ?

                              Cela dit, la prochaine fois invitez moi donc aussi, je tâcherai de vous éviter de dire des âneries comme celle-ci : « Tu as une chanson, j’ai une chanson, nous l’échangeons, nous avons deux chansons. » J’ai traduit en disant que c’était une stratégie gagnant-gagnant (oubliant le côté scabreux que peut avoir un tel exemple pour l’industrie du disque). Je crois que Bayrou a saisi cette nouveauté fondamentale. Nous ne sommes plus dans une logique où l’un perd et l’autre gagne, mais où tout le monde gagne."

                              Dans cet échange croisé, tout le monde ne gagne pas, et surtout pas les auteurs.

                              Ses opposants, avec raison, critiquent DADVSI à propos de son rôle exclusivement défensif des intérêts industriels des majors. C’est vrai. Les échanges sont devenus faciles sur le Net et l’industrie risque gros parce qu’on n’a effectivement plus besoin de leurs galettes plastiques, et pas davantage de verrous DRM MTI. Mais c’est oublier un peu vite que l’industrie n’est pas l’artiste et le CD n’est pas l’oeuvre. Or, ce sont les oeuvres que l’on échange sans autorisation de l’auteur.

                              Ce n’est pas à l’industrie musicale d’autoriser ou d’interdire la copie, encore moins l’échange sur réseau P2P. C’est aux AUTEURS de le faire. Donc en théorie à la Sacem. Mais la Sacem est phagocytée depuis 85 par les majors qui y font la pluie et le beau temps sur la répartition. Tout le monde s’en fout ! Bayrou pas plus qu’un autre n’a percuté sur ce point au moment du vote de DADVSI. Il s’est simplement abstenu quand il aurait dû voter CONTRE s’il avait bien compris le danger comme ses collègues P. Bloche (PS) et Ch. Boutin (UMP) ou encore Ch. Paul et quelques autres.

                              Temporiser un désastre inéluctable pour l’industrie du disque, c’est une chose. Bien que ça relève de l’interventionnisme de l’Etat dans un domaine commercial purement privé, on pourrait encore comprendre le souci d’éviter les chocs trop violents. Mais que l’on fasse un texte visant uniquement à préserver par coercition des bénéfices commerciaux, c’est une atteinte caractérisée aux libertés individuelles, d’autant plus injustifiée que le prétexte avancé de « défense du Droit d’Auteur » n’est pas atteint. En aucun cas, cette loi ne permettra aux auteurs d’éviter le type d’échanges croisés dont vous faites mention comme d’une gloire nouvelle. Moi, auteur, je m’en fous que les majors se convertissent dans l’urgence à Internet ou fassent faillite. C’est leur problème. Ce que je ne veux pas c’est, Majors ou pas, qu’on utilise mes textes sans payer un minimum de droits.

                              Ségolène Royal s’est prononcée pour l’abrogation de DADVSI et pour la Licence Globale. C’est une solution « à parfaire » certes, mais c’est un palliatif au pire c’est-à-dire à rien. Qu’en pense Bayrou ? On ne sait pas.

                              .


                              • Cratyle (---.---.37.13) 30 septembre 2006 22:51

                                Vous semblez mal informé, monsieur. D’une part, Bayrou a voté contre la Dadvsi. Ensuite, dès le début, défendre un équilibre entre les droits d’auteur des artistes et les logiques de liberté du logiciel a été le but des parlementaires des deux chambres. C’est la doctrine de l’UDF d’ailleurs. Le discours à la tribune de l’assemblée de Bayrou est instructif quant à sa position, comme les positions de l’UDF, comme les interviews et tribunes sur le sujet des parlementaires et de Bayrou : voir le site de l’UDF pour tout cela. Je pourrais y ajouter que les parlementaires en charge de la question ont nettement attaqué Stallmann quand cet été, à l’université d’été, après avoir défendu le logiciel libre (ce qui a plu à tout le monde, mais n’avait pas d’enjeu politique à l’UDF), il s’est mis à défendre la suppression totale du droit d’auteur des artistes (les musiciens n’ayant qu’à vivre de leurs concerts seulement, je cite). Vraiment pas d’ambiguïté là-dedans quant à la défense d’un droit d’auteur équilibré. J’ajouterais que l’UDF, au Parlement européen, avait soutenu la directive sur le droit d’auteur, modérée contrairement à la transposition plus que monstrueuse (ou plutôt vivendiesque) faite par le gouvernement français.


                              • Cratyle (---.---.37.13) 30 septembre 2006 22:54

                                1) L’abrogation de la Dadvsi est au programme de l’UDF. 2) Ne sont corrompus que ceux qui veulent bien se laisser corrompre par le pouvoir. Une bonne solution, c’est de choisir quelqu’un qui est fait d’un bon alliage, résistant à la corruption, voilà pourquoi Bayrou est une bonne solution sur ce point. 3) Le « tous pourris », merci, on a déjà donné.


                              • Internaute (---.---.87.196) 28 septembre 2006 13:19

                                Bayrou connaît-il la différence entre le ServicePack2 de Windows XP et le 1. Si ce n’est pas le cas je pense qu’il est cuit comme président de la république smiley


                                • Cratyle (---.---.37.13) 30 septembre 2006 22:56

                                  Je crois qu’il n’utilise pas Windows du tout... Un bon point, non ?


                                • ohlala (---.---.124.230) 28 septembre 2006 13:36

                                  Que de questions graves... Oui, pourquoi Bayrou est-il venu ? Parce-qu’il est en campagne. Pourquoi Crouzet fait-il un papier ? Parce-qu’il écrit un livre et il aimerait bien que ça se sache.

                                  « ...mais on vient nous voir, un peu comme au zoo. C’est super agréable. »

                                  Tu l’as dit bouffi. L’ auteur (alias « Moi-Je ») semble être un adepte de ce « marketing viral » qui le fascine. Bon exemple d’article qui s’autodétruit. Ecologique. Pas de trace. Va falloir ramer pour le bouquin.


                                  • Zéro pour cent de matière grise 28 septembre 2006 13:43

                                    Se faire courtiser par des politiciens et en rosir de plaisir... A vous lire, on comprend que le « cinquième pouvoir » s’éloigne de plus en plus et à grands pas de ce qu’il prétend être, c’est-à-dire un véritable contre-pouvoir.

                                    Gageons que le « cinquième pouvoir » connaîtra bien vite le sort du quatrième...


                                    • (---.---.176.166) 28 septembre 2006 14:03

                                      Membre de la Trilatérale jusqu’à récemment, habituel du Siècle, vétéran des gouvernements Balladur-Juppé... Bayrou est une marionnette des grands capitalistes, de même que les candidats potentiels du PS et de l’UMP. Il n’y a aucune différence réelle.

                                      Le reste, c’est la comédie normale en période électorale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès