Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Bayrou, qu’est-ce qui vous différencie de #Barbarin ?

Bayrou, qu’est-ce qui vous différencie de #Barbarin ?

 Ministre de l'Éducation Nationale sous les gouvernements Balladur et Juppé, François Bayrou avait couvert un scandale pédophile, avec des conséquences dramatiques pour la famille des victimes, et fait capoter un projet de circulaire remis par les services de l'inspection censé endiguer ce problème endémique. Le mobile : ne pas froisser les syndicats (laïcs), suite aux remous qu'avait provoqué sa tentative de réforme (1993) de la Loi Falloux. Source : L'omertà française, de Sylvie Coignard et alia au Chapitre 3 intitulé « Le club des étouffeurs », repris dans un billet de Agoravox intitulé « Enseignants pédocriminels : Bayrou avait-il été mou », que nous remettons au (dé-)goût du jour suite au « scandale Barbarin », et la réaction de Bayrou, parfaitement dans le rôle que lui prête Houellebecq dans son livre Soumission : « animal politique tout juste bon à prendre des postures avantageuses dans les médias. »

Omertà des médias, un petit échantillon :

2009, dans un débat télévisé, Cohn Bendit lance à Bayrou « tu ne seras jamais président de la République ». Piqué au vif, Bayrou le taxe d'« ignominie » pour sa pédophilie alléguée (en référence à quelques lignes dans un livre qu'il a publié en 1975, le Grand Bazar). Le Nouvel obs rapporte l'évènement, et les remords de Cohn Bendit, mais ne dit mot sur le silence de Bayrou face au problème (aujourd'hui officiellement endémique, point à suivre) de la pédophilie dans l'ÉN. Et celui-ci d'enfoncer le clou, « J'ai été père de famille jeune, l'enfance m'est très importante », relate Libération, qui se tait également sur son hypocrisie.

2015, Pédophilie : L'Éducation Nationale et la justice font leur méa culpa titre, titre le Figaro, sous les plumes de Caroline Beyer et Paule Gonzales. Toujours rien sur François Bayrou, qui songe déjà à cette époque à sa quatrième candidature à la présidentielle , parce qu'« en politique on est jamais mort », la petite phrase de Juppé-le-condamné-pour-malversation, qui en fait, selon Europe 1, le politique le plus marrant l'année. Très drôle en effet, d'accoutumer ces déjà désespérément veules d'électeurs français à la corruption.

2016, le scandale Barbarin éclate. « Étonnante désinvolture » du cardinal, face à de nouvelles allégations de non-dénonciation de pédo-crimes commis par des membres du clergé, s'émeut Marianne, sous la plume de Thomas Vampouille. Étonnante, vraiment ? Et la passivité de Bayrou, quand il a eu affaire au même problème, et qui présente pour la quatrième fois en troisième homme de la présidentielle, tout en se défendant d'avoir des prétentions mégalomanes, elle est pas étonnante ?! L'intéressé n'a pas de mots assez forts pour condamner ces dérives dans l'église, qu'il avait lui même couvertes par intérêt politique. Au concours d'indignation, il devance même Dupont Aignan, cet autre bon père de famille catholique opposé au mariage homosexuel, fait remarquer Les Échos, sous la plume de Gabriel Nedelec :

Nicolas Dupont Aignan,[...] souhaite lui aussi «  que la vérité l’emporte, car on ne peut jamais mettre ses drames sous le tapis  ». Mais il souhaite en même temps ne pas «  salir toute l’Eglise de France  ». [...] « Pour sa part, François Bayrou n’est pas sur la même longueur d’onde. Le président du Modem n’a «  aucune sorte d’indulgence à l’égard de ceux qui couvrent ou acceptent ce genre de dérive  » et, pour lui, cette affaire se résume au fait que «  la pédophilie est un crime  ». Selon lui, l’affaire est avant tout une affaire de justice qui doit prendre le pas sur le religieux. «  J’espère que l’Eglise prend ses responsabilités et que la justice est là pour l’obliger à les prendre. Comme toute institution. C’est une loi juridique, c’est une loi pénale et c’est de manière encore plus importante une loi morale.  »

L'omertà dans la justice :

En 2001, le père d'une victime d'actes pédo-criminels avait accusé la justice niçoise (repère de franc-macs qui avaient presque réussi à faire virer le nouvellement installé comme procureur Eric De Montogoflier, en 2002, pour avoir eu l'outrequidance de vouloir y rétablir l'ordre républicain), de protéger un réseau de pédophiles, avait obtenu le statut de réfugié aux É.U. En 2003, plusieurs organisations, dont les Nations Unies, avaient dénoncé l'obstruction de dossiers de pédocriminalité (exemple, le fichier Zanvoort).


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Langlemort Langlemort 26 mars 18:27

    Au sujet de « fait capoter un projet de circulaire remis par les services de l’inspection censé endiguer ce problème endémique. », voici le passage pertinent de l’Omertà française :

    « Le fameux rapport de l’Inspection générale circule maintenant dans Pentourage du ministre. L’un de ses conseillers, alerté par une autre affaire dans les Yvelines, où les droits de la victime ont été bafoués et l’enseignant simplement déplacé, met un jour en garde François Bayrou : « Attention avec ces histoires de pédophilie. Il faut faire quelque chose. » Et le ministre, ce centriste chrétien qui déclare volontiers que sa génération doit pratiquer la politique autrement, de louvoyer : « je ne vois vraiment pas l`intérêt de salir l’Éducation nationale. Et puis, tu imagines la réaction des syndicats. Non, je t’assure : il y a des moments où il faut savoir se taire. » François Bayrou essaiera finalement de se protéger : il ne faut pas que l’on puisse l`accuser d’inertie ou de mauvaise volonté. Dans l’urgence le voilà qui signe une- très timide - circulaire où le terme de pédophilie ne figure même pas. Cela se passe entre les deux tours des législatives de 1997. Mais il est trop tard pour prétendre que l’honneur est sauf. Pratiquant avec une telle obstination cette politique de l’autruche, l’ancien ministre mérite une place de choix au « club des étouffeurs ». Un club très informel, dont les différents membres, actifs ou honoraires, ne se connaissent pas forcément. Un club qui, contrairement aux préjugés, ne compte pas que de « gros bonnets ».

    Note de bas de page :

    1. Contacté par téléphone par l’intermédiaire d`un de ses collaborateurs proches et de son assistante et, à trois reprises, par fax les 25 mai, 24 juin et 2juillet 1999, François Bayrou n’a pas souhaité rencontrer les auteurs pour leur donner son point de vue. »


    • Langlemort Langlemort 26 mars 18:40

      « ...qui en fait, selon Europe 1, le politique le plus marrant l’année. Très drôle en effet, ... »

      Le lien : http://www.europe1.fr/politique/en-politique-le-plus-marrant-de-l-annee-c-est-juppe-2245183

      @Langlemort


    • Langlemort Langlemort 26 avril 21:16

      Dans un récent entretien donné à la revue politique ’Charles’ (késako ?!), François Bayrou bat son propre record de modestie avec cette déclaration : « Je ne suis pas fasciné par le pouvoir », tout en s’identifiant à Henri IV.

      « En vérité, tout choix politique qui dure est d’abord un idéal. L’opportunisme ne dure pas. Le centre est une vision du monde et de l’histoire, qui a ses racines dans la pensée de Pascal, de Montaigne, de Montesquieu, et se rattache à de grands choix historiques comme celui que conduisit Henri iv avec l’édit de Nantes. Pascal, parce qu’il a défini avec sa thèse de la « distinction des ordres », une société qui ne peut plus être soumise à un pouvoir unique : ni le seul pouvoir religieux, ni le seul pouvoir politique, ni le seul pouvoir scientifique. Ainsi l’être humain n’est plus soumis à une autorité totale, il retrouve sa liberté de penser, de croire, sa liberté civique. Montaigne, parce qu’il refuse d’être entraîné dans les sectarismes, dans la guerre des clans, et qu’il cultive la modération. Montesquieu, parce qu’il sape les fondations du pouvoir absolu. Et Henri IV parce qu’il fait entrer tout cela dans la réalité de la vie d’un peuple, en arrachant la France aux guerres de religion, et en affirmant qu’on peut avoir les mêmes droits, même si l’on n’a pas la même religion. »

      http://revuecharles.fr/francois-bayrou-je-ne-suis-pas-fascine-par-le-pouvoir/

      @Langlemort


    • njama njama 26 mars 18:55

      L’Église essaie je pense de conserver sa structure, dès qu’il est question de sexe, elle veille à ce que cela n’affecte pas sa position sur le célibat des prêtres qui ne date rappelons-le que du moyen-âge et n’a rien du tout de consubstantiel aux Évangiles, pas plus qu’il n’est un dogme.

      L’homosexualité lui pose moins problème.

      La pédophilie est certes marginale (enfin j’’espère), mais dans cette marginalité pourquoi faudrait-il exclure l’hypothèse que le célibat porterait une part de responsabilité de cette pédophilie des prêtres  ? puisque par exemple certains modes de vie - non-mixtes - suscitent des relations homosexuelles.

      Il n’est pas seulement question que de gestes déplacés, d’attouchements, il y a des petites filles violées aussi.
      A la base il y a quelque chose de très malsain d’imposer le célibat, contre nature. C’est d’ailleurs un moine bénédictin qui devint le pape Grégoire VII qui l’imposa. Idéal sacerdotal diront certains, ou sombre histoire d’argent (Querelle des investitures) ?

      simonie : « Dès le IXe siècle, de nombreux abbés et évêques entrèrent dans le système féodo-vassalique. Les seigneurs considéraient alors les églises et leurs biens comme leur propre patrimoine. Les princes donnaient l’investiture épiscopale, les seigneurs celle des desservants des paroisses rurales. Ainsi, prirent-ils l’habitude de nommer les curés dans les paroisses et de s’attribuer une partie de plus en plus importante des dîmes et denrées agricoles livrés par les paysans pour la subsistance du clergé. »

       


      • Langlemort Langlemort 26 mars 19:01

        Et la duplicité de Bayrou, vous en pensez quoi, @njama ?


      • njama njama 26 mars 22:01

        @Langlemort

        A priori, quand il était au gouvernement, il était au cœur du système, c’est le cas de le dire, un système qu’il faut éviter de mettre en danger, et couvrir ...

        Barbarin est aujourd’hui exactement dans son cas
        et Bayrou a aujourd’hui les mains plus libres, c’est le cas de le dire.

        L’analogie Bayrou / Barbarin me paraît pertinente.


      • Langlemort Langlemort 26 mars 22:22

        Vous ne parlez pas pour ne rien dire, c’est le cas de le dire. @njama


      • Abou Antoun Abou Antoun 26 mars 20:55

        Bayrou a passé la moitié de son temps au Ministère de l’E.N. à écrire des bouquins et l’autre à copiner avec Monique Vuaillat. La troisième moitié étant entièrement consacrée à son élevage de chevaux.
        Bayrou n’est pas Mr Propre !


        • njama njama 27 mars 12:44

          @ Langlemort

          Culturellement la société fonctionne sur le principe de la sanction-punition en cherchant un fusible, ou un bouc-émissaire dès qu’il y a des dysfonctionnements. C’est vrai dans tous les domaines, gouvernement, justice, armée (la grande muette), police, hôpitaux (la tombe), entreprises, ... souvent l’omerta est la règle d’or pour ne pas écorner la réputation de ces institutions.
          sauf un, dans l’aéronautique.
          Le principe de la sanction-punition, de désigner un coupable, pour solde de tout compte ou presque, évite de décortiquer trop avant les problèmes, de bien décrypter dans la chaîne de causes et d’effets à quel(s) niveau(x) se situent le début de l’engrenage des dysfonctionnements qui a abouti à l’erreur fatale. Bref, c’est bien pratique pour glisser les problèmes sous la carpette, surtout si l’on a des choses à dissimuler, et on en parle plus, l’affaire est vite classée ou se termine pas un non-lieu. Les enquêtes officielles sur le 9/11, assez superficielles il faut le dire, seraient un parfait exemple d’illustration.

          Dans l’aéronautique, les principes de sécurité avaient été établis à l’origine par les pilotes eux-mêmes et non par une hiérarchie, ni par les compagnies aérienne. Faut dire que le risque qu’un incident soit fatal est très très élevé en avion, et les pilotes sont les premiers concernés. Ils tiennent à leur peau. Donc, e aéronautique cela fonctionne sur le principe que l’erreur est humaine, et il n’y a ni sanction, ni punition. Dans les statuts mêmes des salariés des Cie, les sanctions professionnelles n’existent pas dans ce domaine de sécurité.
          Dès qu’un incident survient, ou est signalé, tous les intervenants sans exception dans la chaîne de causes et d’effets sont convoqués, et tout doit être mis à plat d A à Z, le but étant que l’erreur ne se reproduise plus, jamais si possible. Ainsi un peu à la fois tous les correctifs sont intégrés, les procédures revues, ... ce qui fait que dans le monde du travail, les normes de sécurité aérienne sont les plus élevées et exigeantes qui soient au monde. Ce système a l’incalculable avantage de libérer la parole, car il n’y a pas crainte de la sanction, puisqu’elle n’existe pas.

          A contrario, dans le système sanction-punition c’est l’inverse qui se produit, les moindres incidents sont dissimulés,(exemples erreurs médicales) par craintes de sanctions, d’un préjudice dans une carrière, voire de licenciement.

          Si la société arrivait petit à petit à se libérer culturellement de la sanction-punition le monde devrait mieux fonctionner.


          • njama njama 27 mars 13:40

            @ Langlemort

            Barabbas ou Barbarin ? smiley

            Croyez-vous que la démission de Mgr Barbarin ferait avancer d’un iota la question de la pédophilie dans l’Église ?

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.

Auteur de l'article

Langlemort

Langlemort
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès