Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Blogs, réseaux sociaux : un grand marché de dupes pour la découverte

Blogs, réseaux sociaux : un grand marché de dupes pour la découverte

Mais où sont donc passés les blogueurs d’antan ?
Dans une époque pas si reculée, il était possible pour le public de se construire une culture originale, décalée, faisant la part belle à l’underground. La consultation de blogs et d’informations échangées permettait aux esprits curieux, et à tous ceux qui voulaient consommer de la culture différemment, d’élargir leurs horizons. 

Une proximité avec les créateurs de toute sorte était possible. On était peut-être cinq dans cette salle de théâtre, pas assez nombreux pour que la pièce se joue. Mais on allait boire un verre avec les acteurs et c’était fort sympathique. On pouvait leur poser plein de questions en direct, sans être modéré. On était deux à avoir lu le livre de cet écrivain qui publiait en autoédition. Pas grave et aucun besoin d'informer la Terre entière. On avait adoré son livre et on remerciait chaleureusement le petit post du blog qui nous avait permis d’échanger avec l’auteur. On était dans un autre rapport à l’autre, à l’information, à l’art.

Combien d’expositions, d’évènements passés sous silence par les médias traditionnels étaient relayés sur la Toile ? Sufisamment pour qu'on soit content d'être au courant. Hélas, aucun phénomène n’échappe à l’entropie (pardon, je parle comme les blogueurs branchés, je veux dire : c’était le début de la fin).

Désormais, harmonisation des informations : on retrouve partout la même chose, la même information (doit-on dire publicité ?), déjà relayée, précédemment médiatisée. A l’écran, rien de nouveau.

Pire, sur des sites qui ont vocation de mettre en avant l’échange autour des goûts du public il n’y a que des disques de majors, des films de grands studios, des livres de maison d’édition ayant pignon sur rue. Aujourd’hui, pour un artiste underground, il est même parfois plus dur d’être chroniqué sur un réseau social que dans la presse traditionnelle.

J’aime à me rappeler l’ère bénie. Quand le bloggeur n’avait pas encore chopé le melon, qu’il n’était pas persuadé d’avoir la science infuse. Quand il n’était pas obsédé par ses sponsors, son audience et ses partenariats. Quand il avait compris que son rôle était l’échange, le partage, la découverte de l’information. De tout type d’information. Quand il n’avait pas l’indécence de se poser en prescripteur. 

En 2015, est-il encore possible de consommer de la culture différemment ? Mieux : de la vivre, d’en vivre, de la partager sur Internet sans arrière-pensée pécuniaire ou égotique ?

C’est faux de dire que le public n’est pas curieux, qu’il suit comme un mouton toutes les tendances. Le public comme notre époque est prisonnier du manque d’audace, de l’absence déprimante de prises de risque, du manque de défricheurs, et surtout de fraternité et de bienveillance.

Pour mener à bien cette mission, cela suppose d’être humble et de proposer du contenu original qu’on ne trouve pas ailleurs. Cela induit donc un état d’esprit et du travail, de ne pas s’ériger en censeur, d’aller vers l’autre, de ravaler son égo. 
La récupération commerciale des réseaux sociaux n’est pas nouvelle, cela fait belle lurette que la mutation a eu lieu. Mais parfois il est bon de rappeler qu’il n’y a pas de honte, au contraire, à être simple passeur d’assiettes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


    • Plummetis Plummetis 16 juillet 2015 11:59

      @Christian Deschamps
      Pas mal mais article date de 2011. Ce qui m’interpellait c’était actuellement, trop de mainstream dans les blogs et réseaux sociaux. Quelqu’un sorti de nulle part à t il une chance ? 


    • Philippe Stephan Christian Deschamps 16 juillet 2015 16:08

      @Plummetis
      Quelqu’un sorti de nulle part à t il une chance ?
      certainement beaucoup plus que dans les années 80/2000
      a cette époque c’était pour les peintres en tout cas proche de zéro
      la porte de sortie c’était l’hôpital psy la clochardisation le suicide
      héroïne, l’alcool.
      un ami a moi.
      une réussite non.. smiley
      http://www.dailymotion.com/video/x5bmba_la-vibration-du-silence-par-alain-r_fun
      http://www.dailymotion.com/video/x2r507_alain-rault-raconte_creation
      .
      art et déchirure avait fait une expo de sa maladie mental (artistique)


    • L'enfoiré L’enfoiré 20 juillet 2015 20:22

      @Plummetis,

      « Quelqu’un sorti de nulle part à t il une chance ? »

      Une chance pour quoi ?
      Pour gagner de l’argent de son blog ?
      Il y en a très peu si ce n’est peut-être aux Etats Unis...
       


    • zygzornifle zygzornifle 16 juillet 2015 15:21

      Notre NSA Franchouillarde se fait un plaisir de regarder tout ça histoire de chercher le terroriste naissant ou le partant pour la Syrie .....


      • Plummetis Plummetis 16 juillet 2015 15:40

        @zygzornifle
        mdr, c’est sur, voilà au moins des activités où les débutants ont leur chance...ok je sors smiley


      • ppazer ppazer 16 juillet 2015 16:43

        Bah voyons, c’était mieux avant ! Évidemment !
        Comme d’habitude...


        • zygzornifle zygzornifle 17 juillet 2015 08:55

          le grand marché de dupes c’est ceux qui ont votés pour Hollande ......


          • zygzornifle zygzornifle 18 juillet 2015 07:10

            un marché de dupes en plus comme le sera le traité transatlantique qui sera signé par ceux qui auront touché d’énormes pots de vin des multinationales américaines qui regardent l’Europe comme un chien un gigot ......


            • izarn 19 juillet 2015 12:55

              Réseau sociaux ?
              On se demande à quoi ça sert.
              Quand un politicien, un « VIP » a envie de dire un truc, en général complétement débile, il ne passe plus par la presse, les journalistes, mais par un « tweet ». La les journaleux sont obligés de reporter la ligne insipide du mec qui a réagi sur le vif...Sans aucun recul : C’est de la propagande !
              Le journaleux passe son temps à ausculter les tweets, au lieu de s’informer par des voies plus objectives. On voit meme que c’est organisé par le Système, US en particulier :
              Les réseaux sociaux sont pris pour des preuves ! Voir sur l’ Ukraine...Délirant !
              Les résaux sociaux, c’est pas de l’info c’est de la merde.
              Un tweet ? Poubelle !


              • lsga lsga 19 juillet 2015 12:59

                « Parfois, les ouvriers triomphent ; mais c’est un triomphe éphémère. Le résultat véritable de leurs luttes est moins le succès immédiat que l’union grandissante des travailleurs Cette union est facilitée par l’accroissement des moyens de communication qui sont créés par une grande industrie et qui permettent aux ouvriers de localités différentes de prendre contact. Or, il suffit de cette prise de contact pour centraliser les nombreuses luttes locales, qui partout revêtent le même caractère, en une lutte nationale, en une lutte de classes. Mais toute lutte de classes est une lutte politique, et l’union que les bourgeois du moyen âge mettaient des siècles à établir avec leurs chemins vicinaux, les prolétaires modernes la réalisent en quelques années grâce à Twitter et à FaceBook. »


              • L'enfoiré L’enfoiré 20 juillet 2015 09:58

                @izarn,

                 A quoi servent les réseaux sociaux ?
                 Bonne question.
                 A faire semblant que l’on existe, qu’on a des amis ...
                 C’est comme vous dites, une poubelle de l’esprit de l’immédiateté sans aucune fondation.
                 Nous sommes dans le monde de l’irrationnel...
                 Non, mais allô quoi, Fakebook, tu es est la plus grande usine à l’imagination conditionnée, et préformatée.
                 On y vient pour présenter sa nouvelle gueule.
                 « Qu’est-ce qu’elle a ma gueule », chantait quelqu’un.
                 
                 


              • Vipère Vipère 19 juillet 2015 14:33

                Bonjour Plumetis, je fais le même constat, peu ou quasiment pas de blogs originaux, drôles, ou carrément loufoques, ! à part peut être de rares auteurs ...

                Toute opinion qui sort des sentiers battues est immédiatement combattue, tant les auteurs cherchent plutôt à conforter leurs propres opinions, cultivant davantage leur propre melon que l’ouverture au partage et à la fraternité.

                D’ailleurs, la fraternité est presque devenu un mot grossier qu’il faut murmurer à voix basse, proscrire du vocabulaire courant et des blogs, l’encoller sur des rubans tue-mouches, définitivement, sous peine de passer pour une diseuse de fraternité de foire du trône. On ne relève pas plus fraternellement les mouches à merde engluées au plafond que les humains tombés dans la mouise. 

                Où sont les jardinières de fraternité ? au couvent. Exposer ouvertement de bons sentiments, en dehors des murs protégés du monde peut vous valoir de graves sanctions. Le SDF est à la rue, pour rappeler que la règle N° 1 est de payer. De toujours payer. Faillir cause un trouble à l’ordre public et vous ne vaudrez guère mieux que les mouches à merde.

                Et les pionnières et défricheuses de terrains littéraires inconnues ? au père Lachaise, à servir de plat de résistance aux asticots.

                 Quid, des spéléologues de la mal-pensance ? a déféquer à distance sur Facebook entre amis aussi imaginaires que nombreux, sous l’œil bienveillant de l’ami Mark Zuckerberg et de ses collecteurs recueillant soigneusement les étrons pour les transformer en or. 


                • L'enfoiré L’enfoiré 20 juillet 2015 09:35

                  Bonjour Plumettis,

                  Où sont-ils passés ?
                  Mais ils sont toujours là.
                  Cette année je fêtais mon dixième anniversaire de blogueur.
                  Pas triste du tout. C’est loin d’être fini.
                  Combien de fois n’ai-je pas entendu mais de quoi pourrais-je parler dans un blog ?
                  Le problème, c’est l’enthousiasme s’émousse.
                  Le besoin d’avoir de recevoir des commentaires les préoccupe.
                  Ils écrivent pour les autres alors qu’en premier, ils devraient écrire pour eux.
                  Alors ils crayonnent des papiers et des papiers quotidiennement et s’épuisent.
                  Ils suivent l’actualité au plus part comme des petits moutons qui suivent les journalistes qui doivent écrire leurs papiers pour en recevoir le retour financier.
                  Un blogueur, ce n’est pas cela.
                  Il prend du recul, analyse, ce que ne peut pas faire un journaliste.
                  Vous voulez vous amuser ?
                  Lisez cela, c’est le petit dernier.

                  @+
                   smiley


                  • L'enfoiré L’enfoiré 20 juillet 2015 13:29

                    Quand je lis
                    « Cela induit donc un état d’esprit et du travail, de ne pas s’ériger en censeur, d’aller vers l’autre, de ravaler son égo », j’ai des craintes que cela va faire que s’accentuer.
                    Je ne parle pas du travail, qui lui reste toujours important si l’on veut être original, mais de ravaler l’égo.
                    On ne veut que s’associer en suivant la règle qui dit « qui se ressemble s’assemble ».
                    Or, par cette méthode, on n’apprend rien de nouveau.
                    On ne lit les livres qui correspondent à ses propres pensées.
                    Tu es un gauchiste, je suis un droitiste, tu ne m’intéresses pas.
                    (et vice versa évidemment)
                    Le monde des humains n’est pas bipolaire comme le monde du numérique.
                    La bipolarité est même une maladie.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 20 juillet 2015 16:46

                    « Le blues des blogs ? »
                    En fait, cela dépend de quel blog et de la manière dont on entretient les articles.
                    Sur Avox, c’est impossible.
                    Pas moyen d’ajouter des mises à jour et d’apporter l’évolution dans le temps
                    Les articles sont figés, une fois qu’ils sont publiés.
                    C’est ça la plus grande distinction entre un forum et un blog personnel sur lequel vous pouvez tout voir et tout gérer.
                    Mais je ne suis pas là pour vous conseiller, bien entendu. smiley


                  • rocla+ rocla+ 20 juillet 2015 10:07

                    On avait les services sociaux .



                    Ensuite les réseaux sociaux .


                    Maintenant les cas sociaux .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès