Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Bonjour chez vous !

Bonjour chez vous !

"Je ne veux pas être contraint, fiché, enregistré, catalogué, brifé, débriefé, ou numéroté. Ma vie m’appartient."

"Je ne suis pas un numéro. Je suis un homme libre !"

Ces phrases issues de la série "Le Prisonnier" sont restées célèbres. Patrick McGoohan, le "number six" de la série vient de nous quitter. A la fois comédien, réalisateur, scénariste et producteur, Mc Goohan avait réalisé une série de 17 épisodes qui a marqué son époque. "Le Prisonnier" est devenue une série culte qui a encore de nombreux fans, et qui laisse nostalgiques beaucoup de téléspectateurs.

Mais qu’avait donc de si spécial ce feuilleton ?

D’abord l’histoire. Il s’agit d’un agent secret qui, ayant remis sa démission à son service, à Londres, est enlevé et se retrouve dans un village inconnu, au bord de la mer. Les habitants ont apparemment une vie des plus tranquilles et n’ont pas de nom, mais des numéros. Mc Goohan découvre ainsi qu’il est le numéro six. Le numéro Deux semble diriger le Village. La série raconte sa quête pour apprendre à quoi rime ce Village, quel est le motif de sa présence ici, pourquoi on essaie si peu de s’y échapper. Dans une atmosphère faussement rassurante de Village de vacances aux allures Kitch, le numéro six va essayer de démonter les mécanismes de l’enfermement et de la manipulation.

Mais il ne s’agit pas simplement d’une banale histoire d’espionnage. Chaque épisode va poser des questions sur la place de l’homme dans la société, sur l’abandon de l’individualité face aux besoins d’une société "normalisée", sur la façon dont les pouvoirs manipulent et formatent les individus, sur le conformisme et la révolte. Chaque épisode sera l’occasion d’aborder ces thèmes sous un angle différent.

La série fourmille de trouvailles comme le Rôdeur ou le jeu d’échiquier humain. Ce qui me fascine le plus, c’est la "signifiance" qui surgit presque dans chaque scène. Quand on est attentif, presque tout vous parle.
Et c’est là qu’est une des clés de la réussite. Ce qui se passe interpelle les spectateurs, qui rapidement s’identifient au "Prisonnier". Chacun partage ses doutes et ses questions dans une histoire où beaucoup de choses ne sont pas dites, le spectateur va affronter l’énigme du Village en même temps que le numéro six. Les voiles ne se lèveront que peu à peu.
Mais la série pose plus de questions qu’elle n’en résout. De nos jours, plusieurs scènes sont encore motifs à discussion et interprétations dans le cercle des aficionados. Et qui est le numéro 1, ce chef suprême qu’on ne voit jamais ? Je vous laisse chercher la réponse...

Cette série était tout simplement géniale. Par son caractère atypique, par l’atmosphère d’étrangeté, par ses trouvailles et sa créativité, par ses questions et la subversion profonde qui les sous-tendent. Surprenante et dérangeante. A tel point que Mac Goohan dut se cacher quelque temps après la fin de la diffusion face au courroux de certains téléspectateurs déroutés par le dernier épisode, qui avait été annoncé comme devant "tout éclairer".
Le dernier épisode était attendu par les fidèles comme le messie, acte final censé dévoiler les milles mystères non résolus de la série. La diffusion provoqua un tollé, les spectateurs, furieux, firent exploser le standard de la chaîne. Il faut bien avouer que cette conclusion était plus un renvoi dans les pieds du téléspectateur qu’autre chose. Aujourd’hui encore, l’épisode reste un délire psychédélique intense et assez éprouvant, jouissif et bordélique, porté par la musique des Beatles (All you need is love), et on peut comprendre que les esprits les plus cartésiens soient frustrés par un tel climax. Les 16 épisodes précédents avaient pourtant pavé la voie, indiquant que la série était guidée par le symbolisme et l’abstraction, et que son pouvoir de fascination chatouillait surtout les zones sensorielles du cerveau du spectateur.

Un chef-d’œuvre télévisionnaire ?

Pourtant, les médias ont peu parlé de la disparition de Mac Goohan, qui a marqué son époque et beaucoup de téléspectateurs. Parce que trop dérangeant ? Quarante ans après ? Regardons cela de plus prés.

- la série dénonçait une société ultra-conformiste avec un bonheur "institutionnalisé" applicable à tous. Notre société où la consommation, la recherche du profit sont érigées en normes standards applicables à tout le monde n’est-elle pas ultra-conformiste ? Les citoyens ne sont-ils pas conditionnés continuellement par la pub, les discours médiatiques, les vérité officielles ? N’a-t-on pas fait du "pouvoir d’achat" une sorte d’idéal suprême pour tous ?

- Les Villageois sont surveillés par des micros, des caméras placées presque partout. Des haut-parleurs scandent la marche à suivre et les évènements auxquels chacun se doit de participer. Notre société est de plus en plus espionnée, les caméras vidéos foisonnent. Partout, on trouve des écrans et des radios où des gens nullement élus ou désignés par le peuple de quelque manière, mais soumis aux pouvoirs, nous informent, nous influencent, nous suggestionnent.

- Le politiquement correct obligatoire dans le Village, est ultra présent dans notre monde et nos médias. Ceux-ci nous renvoient une image du monde rassurante et abrutissante, souvent loin de la réalité.

- Ne sommes-nous pas depuis des années dirigés par des sortes de "numéros Deux" qui cherchent à nous faire rentrer dans un modèle, qui nous expliquent ce qui est bon pour nous, qui établissent partout le même modèle de société. A tel point qu’on peut se demander s’il n’y a pas un Démiurge "Numéro Un" qui superviserait cela secrètement.

Lisons cette analyse de Myriam Guinot et Baptiste Marcel :

Un des thèmes clés de
ce chef-d’œuvre, c’est la reconnaissance de l’individu en tant que tel et non pas en tant qu’élément reproductible et remplaçable de la communauté. Le N°6, c’est soi-même, le Village, c’est la société, une société oppressante digne du 1984 de George Orwell ou du Fahrenheit451 de Ray Bradbury. L’Individu, surveillé, manipulé, est gavé de culture bon marché (The General), engagé dans la farce politique de la démagogie(Free for All),abreuvé de guimauve populaire telles la joie et les loisirs forcés(Danse of the Dead, c’est carnaval, mais on n’a pas le choix du déguisement...).L’individu (ou plutôt le "mouton") est contraint au conformisme : contraint de sourire en même temps que les !autres, d’écouter les niaiseries de la radio qu’il est impossible d’éteindre ("Good morning all, it’s another beautiful day..."), d’applaudir et rire au signal convenu (comme dans les sitcom TV). Le Village a donc un régime totalitaire ? Non, et c’est là toute l’horreur. Tout comme les habitants de Brave New World (Le Meilleur des mondes) ou, dans une moindre mesure, les ouvriers de Metropolis, chacun est soumis, chacun est heureux de vivre dans cette joie artificielle, mécanique, aseptisée, où la vie ne se valorise plus par ses tourments et ses joies, puisque la lutte est annihilée et que le bonheur est forcé, chacun étant fondu dans une masse homogène, chacun n’étant plus qu’un numéro.

Ca vous parle ?

En fait, les coïncidences dérangeantes deviennent de plus en plus évidentes entre le Village et nous. L’ironique "bonjour chez vous" pourrait bien s’adresser ... aux téléspectateurs, finalement. Quarante ans après, McGoohan met toujours le doigt où ça fait mal.
Heureusement, les "numéro six" deviennent de plus en plus nombreux et rejettent le modèle de société imposé et son matérialisme forcené et insipide, grâce à Internet notamment. Les numéro Deux en place et leurs clans connaitront-ils l’échec ?

Mais Mc Goohan va plus loin. Il suggère que le mal est en nous, que nous sommes les premiers responsables des turpitudes et des dérives du monde... Gandhi disait :"Change en toi ce que tu veux changer dans le monde".

"Le Prisonnier" est un exemple de ce qu’aurait du être et ce que devrait être la télé : créative, originale, non-conformiste, critique, subversive à l’occasion.
Quand on voit les émissions basées sur la recherche systématique du paquet d’euros, les films et séries répétant indéfiniment les antiennes du bon et du méchant, du flic et des délinquants, on est loin du compte. Quant à l’information, elle est superficielle, conformiste et globalement alignée avec les pouvoirs en place. Qui oserait suggérer qu’une série comme "Le Prisonnier" pourrait voir le jour aujourd’hui ? En attendant, n’hésitez pas à la retrouver, elle a peu vieilli.

Ce qui me plait chez McGoohan, c’est qu’il ressemble à son héros. Indépendant et sans concession. Quand il s’attaque au "Prisonnier", c’est un acteur très connu en Grande-Bretagne. Il a notamment été la vedette du feuilleton "Destination Danger" ou il jouait déjà le rôle d’un agent secret. Mais Mc Goohan ne veut pas être cantonné à un rôle. Il refuse même le rôle de James Bond dans "James Bond contre Dr. No", évitant de s’engager dans les succès faciles. Celui-ci sera repris par Sean Connery. Mc Goohan a dans la tête d’autres choses. Le producteur de "Destination Danger", Markstein a l’idée d’une série avec un agent secret enlevé suite à sa démission. Inspiré par l’idée, Mc Goohan demandera à assurer la production afin d’avoir les pleins pouvoirs". Lui et son équipe de scénaristes vont s’en donner à cœur joie (L’équipe était principalement composée de Mc Goohan, Markstein, Smart et Chaffey).
Après "Le Prisonnier", Mc Goohan partira aux Etats-Unis, où il est né, mais ne tournera plus guère. A coté d’apparitions remarquées dans Braveheart et L’évadé d’Alcatraz, il tournera quatre épisodes dans Columbo aux coté de son ami Peter Falk. Il ne fera jamais un cachet "alimentaire", il choisit avec qui il veut tourner. Il a écrit aussi un certain nombre de scénarios, dont certains pour Columbo.

Mc Goohan est parti rejoindre les anges. Il avait un idéal et une haute vision de la vie, et s’y tenait avec force, volonté et élégance. Sans doute qu’en arrivant chez eux, il leur a lancé :
"Bonjour chez vous !".

Documents joints à cet article

Bonjour chez vous ! Bonjour chez vous ! Bonjour chez vous ! Bonjour chez vous ! Bonjour chez vous ! Bonjour chez vous ! Bonjour chez vous !

Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 19 janvier 2009 10:37

    une série visionnaire sur ce qui nous attendait , la surveillance des individus façon big brother , grâce à des moyens techniques sophistiqués

    le groupe Iron maiden a rendu hommage à la série avec Prisoner



    We want information, information, information
    Who are you ?
    The new number 2, who is number 1 ?
    You are number 6
    I am not a number, I am a free man


    I’m on the run, I’m killin’ to eat
    I’m starving now, feelin’ dead on my feet
    Goin’ all the way, I’m nature’s beast
    Do what I want and do as I please

    Run, fight to breathe, it’s tough
    Now you see me, now you don’t
    Break the walls I’m comin’ out

    Not a prisoner, I’m a free man
    And my blood is my own now
    Don’t care where the past was
    I know where I’m going out

    If you kill me, it’s self defense
    If I kill you then I call it vengeance
    Spit in your eye I will defy
    You’ll be afraid when I call out your name

    Run, fight to breathe, it’s gonna be tough
    Now you see me and now you don’t
    Break the walls I’m comin’ out

    Not a prisoner, I’m a free man
    And my blood is my own now
    Don’t care where the past was
    I know where I’m going

    I’m not a number, I’m a free man
    Live my life where I want to
    You’d better scratch me from your black book
    ’Cos I’ll run rings around you

    Not a prisoner, I’m a free man
    And my blood is my own now
    Don’t care where the past was
    I know where I’m going

    I’m not a number, I’m a free man
    Live my life where I want to
    You’d better scratch me from your black book
    ’Cos I’ll run rings around you

    Not a prisoner, I’m a free man
    And my blood is my own now
    Don’t care where the past was
    I know where I’m going


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 19 janvier 2009 10:43

      J’étais justement en train de me lancer dans le (re) visionnement de l’intégrale du Prisonnier quand j’ai appris la mort de P. McGoohan. Merci de cet article qui fera connaître cette série géniale à ceux qui ne l’auraient jamais vue. 

      C’est vrai qu’après avoir vu les journaux de Jean-Pierre Pernaud, et qu’on voit que France 2 nous propose le Monde enchanté de Carla Bruni, on ne peut qu’être frappé par cette insistance à nous rendre béats avec des futilités. La fête est obligatoire, et la crise, c’est les élites qui s’en occupent, dormez braves gens, les caméras surveillent toute déviance. Il y a même des élections, comme au Village, c’est la démocratie. Visionnaire...

      Mais ce qui me restera toujours, c’est l’expression mi-butée, mi-hallucinée du Numéro Six, ferraillant sans fin avec les ignobles Numéro Deux.

      A noter qu’on tourner actuellement en Namibie un Prisonnier up to date, avec Ian McKellen en N°2 et Jim Caveziel en N°6. Sortie en fin d’année !!!


      • Olga Olga 19 janvier 2009 12:18

        Petit canard,
        Jamais vu un seul épisode de la série, mais si vous me dites que Jim Caviezel (ne cherchez pas, j’ai trouvé la bonne façon d’écrire son nom smiley ) reprend le rôle de N°6, je demande à voir... smiley 


      • Philou017 Philou017 19 janvier 2009 14:04

        Bonjour tout le monde.

        Jusqu’ici, persdonne n’a osé s’y attaquer. Même McGoohan n’a pas réussi à faire une version film. (il faut dire qu’il demandait les pleins pouvoirs... ca ne se fait plus)

        Espérons que la reprise sera de qualité et pas une manichéation à l’Américaine.


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 janvier 2009 10:04

        Olga
        Ouais, j’ai un peu de mal avec son nom, à Caviezel. Il aurait pas pu s’appeler Dupond comme tout le monde smiley ? Moi c’est surtout McKellen que l’attends en pervers et vicieux Numéro Deux... un peu comme le terrifiant O’Brien de 1984. 


      • PtitLudo PtitLudo 19 janvier 2009 11:42

        Merci pour cet article, je suis trop jeune pour avoir vu cette série, ou tout du moins pour en comprendre le fond, mais je ne vais sans doute pas tarder à rattraper cette lacune.


        • Philou017 Philou017 19 janvier 2009 19:21

          Je vous envie de pouvoir découvrir ce bijou. Moi, il me fascine toujours.


        • Nicolas Ernandez Nicolas Ernandez 19 janvier 2009 13:06

          Je vais certainement écrire une bêtise, mais on remarquera que dans "Le Prisonnier", il n’y a pas de sans-abris, et tout le monde est intégré. Chaque numéro a son chez lui, surveillé certes, mais au moins il crève pas de froid pendant l’hiver. La différence entre "Le Prisonnier" et la vie réelle, c’est que dans la vie réelle, on peut être prisonnier dehors !


          • JL JL 19 janvier 2009 15:50

            @ Nicolas Ernandez : c’est peut-être ce qu’on appelle une épure. Ne boudons pas notre plaisir.


          • Philou017 Philou017 19 janvier 2009 19:26

            Chaque numéro a son chez lui, surveillé certes, mais au moins il crève pas de froid pendant l’hiver.
            Moi je croise des SDF et des mendiants tous les jours. Mais c’est vrai que dans les années 70, ils avaient disparu.
            Au Village, les déviants ne sont pas marginalisés, ils disparaissent.


            La différence entre "Le Prisonnier" et la vie réelle, c’est que dans la vie réelle, on peut être prisonnier dehors !

            C’est ce que finit par dire la série, aussi.


          • foufouille foufouille 19 janvier 2009 13:07

            serie tres cool qui a ete souvent diffuse tres tard le soir

            la bagnole est bien aussi
            va falloir que je la regarde meme si c’est vieux et tres kitch, un peu comme les premiers "chapeau melon et bottes de cuir"


            • Philou017 Philou017 19 janvier 2009 15:02

              Je trouve pas que ca ait beaucoup vieilli et le kitch fait partie du scénario. Ca se regarde bien, à mon avis.


            • foufouille foufouille 19 janvier 2009 17:26

              par rapport aux film de maintenant
              j’ai plein de vieux trucs dans le meme genre
              les scenarios etaient pas mal


            • Philou017 Philou017 19 janvier 2009 19:19

              Je suis consterné par les scénarios de bien des séries. On retravaille les même themes en les déclinant à l’infini. Un travail industriel.

              L’inventivité d’anciennes séries tient beaucoup à leur caractere artisanal. Les créateurs avaient beaucoup plus de liberté que maintenant. Aujourd’hui on applique des recettes éprouvées avec le minimum de risque pour garantir le retour sur investissement.
              "Les envahisseurs" ou "Au nom de la Loi" avaient une tres bonne qualité de scénario, par exemple.

              Tant pis si j’ai l’air d’un passeiste, mais c’était la grande époque du feuilleton.


            • foufouille foufouille 19 janvier 2009 19:40

              et encore la serie star trek a souvent des episodes tellement nul qu’il faut zapper
              ( sauf nx-01)


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 janvier 2009 10:17

              Philou
              Vous avez raison, les scénarios se sont standardisés de façon effrayante, on peut prévoir la fin 5 minutes après le début d’un épisode. L’originalité est l’ennemie de l’industrie ! Et les pires ce sont les Français, en Amérique, on fait encore quelques tentatives (Six Feet Under...).

              A ce propos :

              Un homme arrive dans un village où il doit s’installer pour son boulot. Les voisins l’invitent à une soirée "contes", et il s’y rend avec joie. Or, une fois les lumières éteintes, surprise ! Le premier villageois arrive sur scène et dit "85", et tout le monde éclate de rire. Le second monte sur scène et dit "21", et tout le monde éclate en sanglot. 

              Son voisin lui explique à voie basse : eh oui, depuis le temps qu’on se connaît, on connaît toutes les histoires à se raconter, alors on les a numérotées, ça va plus vite.

              Le nouveau demande : je peux essayer ? Evidemment, allez-y, vous faites partie du village, maintenant, et puis ça vous fera connaître. Il monte sur scène et dit (au hasard) "47". Silence de plomb dans la salle. Il retente le coup, il dit "88". Silence mortel. Il redescend à sa place, un peu démoralisé, et une vieille dame lui dit : eh, c’est pas tout de connaître l’histoire, encore faut-il y mettre le ton quand on la raconte !

              Enhardi par ce conseil, l’homme remonte sur scène et clame "224". Tout le monde éclate de rire. Tout joyeux, il revient à sa place, et son voisin lui dit : alors là chapeau, on la connaissait pas, celle-là !!


            • L'enfoiré L’enfoiré 19 janvier 2009 14:16

               On en parlait ce matin à la radio. En voici le billet et les commentaires http://www.rtbf.be/info/matin-premiere/paul-hermant-retour-au-village-72434
              ce serait intéressant de voir ce qu’est Portmeirion aujourd’hui, là où tout a commencé.


              • plancherDesVaches 19 janvier 2009 16:54

                Il est vrai que...
                J’ai suivi cette série étant adolescent et je suis contre tout fichage, toute manipulation, formatage en tout genre....
                Et je ne serai pas surpris d’avoir, donc, subit cette manipulation....


                • jjwaDal marcoB12 26 janvier 2009 09:54

                  Beau sujet, sur une série que j’ai appréciée et vais essayer de me repasser.
                  Nous sommes très peu en 2009 à pouvoir voir le monde comme le voyait le
                  personnage du prisonnier, même si je vis au quotidien dans un "village" pas
                  bien différent du héros de la série.
                  L’ampleur de la désinformation par les médias, le niveau de lessivage de cerveau
                  quotidien (il m’a fallu complètement renoncer aux médias traditionnels) par un
                  environnement absurde (celui de la pub omniprésente par ex), le formatage
                  précoce de choix de vie (alimentation carnée pour tous, tout le monde chie dans
                  de l’eau potable, etc...) tout serait à rediscuter et il n’en est pas question.
                  Le sommeil à toute échelle (y compris des Etats laissant la création monétaire à
                  des entreprises privés pour nous plonger tous dans un endettement esclavageur, par ex)
                  ne sera troublé que le jour où la nature sifflera la fin de partie.
                  Je ne crois plus à un réveil collectif. Nous sommes une civilisation de drogués dépendants
                  qui avons abdiqué notre droit à la liberté.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès