Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Borloo : une grosse colère et un lapsus

Borloo : une grosse colère et un lapsus

borloo1Les membres du gouvernement semblent avoir du mal en ce moment à gérer leur inconscient, et multiplient les manifestations de retour du refoulé ! Après celui de Dominique de Villepin, parlant de démission au lieu de décision, un nouveau lapsus a fait se tordre de rire les bancs de l’opposition parlementaire lors de la séance des questions au gouvernement du mardi 11 avril. Durant celle-ci en effet, Jean-Louis Borloo a parlé du Premier ministre comme du premier minus ! Est-ce parce qu’il ne s’est pas repris, poursuivant son discours comme si de rien n’était, ou qu’on ne frappe pas un homme à terre ? Toujours est-il qu’à la différence du lapsus villepinien, celui de Boorlo n’a été repris par aucun média.

Gageons que le ministre de l’emploi était encore sous le coup de la grosse colère qu’iljean_michel_aphatie avait piquée le matin même, à l’issue de l’interview qu’il avait accordée à Jean-Michel Aphatie sur RTL. A croire ce que raconte en effet ce dernier sur son blog, la dernière question posée à Borloo, qui concernait la présentation du journal de France 2 par son épouse, "était écrite après avoir été mûrement pensée (...) Je ne voulais pas faire d’impair au micro, je tenais la feuille où elle était inscrite devant moi, suffisamment haut pour pouvoir la lire devant le micro. Réagissant au quart de tour, comprenant visiblement tout de suite où je voulais aller, Jean-Louis Borloo m’a pris la feuille, tout en me disant qu’il ne souhaitait pas de question personnelle. Je l’ai formulée quand même, de mémoire donc. Il a répondu que chacun avait sa conscience pour lui et qu’il refusait de faire le moindre commentaire. Sitôt les micros coupés, il m’a fait connaître son désaccord, me laissant libre de mes questions, il l’a dit ainsi, mais manifestant sa colère d’avoir posé celle-là qui, selon lui, ne présente aucune légitimité." Les auditeurs commentant ce billet sur le blog ajoutent avoir entendu le ministre s’emporter d’un sonore : "C’est la dernière fois !"... qu’il accorde une interview à Aphatie, sans doute.

arlette_chabotDécidément, la position délicate de Béatrice Schönberg est une question qui fâche. Daniel Schneidermann l’a abordée dans son Arrêt sur Images hebdomadaire du 9 avril. La directrice de l’information de France 2, Arlette Chabot, a visionné la cassette de l’émission avant sa diffusion (Comment se l’est-elle procurée ? Mystère) et décroché son portable pour appeler Schneidermann, verte de rage, raconte-t-il sur son blog : "Quoi ? Normal que je... quand tu parles de... Dégueulasse ce que tu as fait... Déjà dans Libé... tissu de conneries..." Les points de suspension sont la transcription d’une mauvaise liaison du réseau. Mais on l’a compris : pour Arlette Chabot, il est "dégueulasse" d’oser aborder la question de la crédibilité d’une épouse de ministre en présentatrice du journal. Tant pis, on la pose quand même.


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (128 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • (---.---.145.35) 14 avril 2006 11:57

    mdr premier minus ! article sympatique et intéressant !


    • Nicolas Voisin Nicolas > Nues Blog 14 avril 2006 13:29

      un autre lapsus non relevé par les médias traditionnels > « il faut mettre le prix à l’étrier » (Villepin cette semaine au JT)

      ’sont fatigués et sur les nerfs, c’est certain !


      • Courouve (---.---.102.41) 14 avril 2006 20:07

        En fait, Villepin avait fait deux lapsus le même jour :

        Le conseil constitutionnel prendra sa démission [décision] demain, il pendra [rendra ou prendra ?] sa décision demain


      • Anti-Hoax (---.---.206.93) 14 avril 2006 13:38

        Cette intervention prouve bien qu’en France les journalistes ne sont pas libres, contrairement à d’autres pays.


        • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 14 avril 2006 13:55

          Oui, et qu’accessoirement, même sur le service public, les informations ne sont pas neutres...


        • Redj (---.---.199.56) 16 avril 2006 20:46

          Ce qui est justement remarquable c’est que c’est sur le service publique qu’elle le sont le plus !!! (neutre ou plutôt libre) Ce qui sous entend que les politiques sont sans aucun doute moins « censureurs » que nos chers patrons de presse ou actionnaires de média !


        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 17 avril 2006 09:46

          Le sujet de la soumission des médias aux pouvoirs politique et économique est très vaste...


        • (---.---.100.196) 14 avril 2006 13:54

          Si tous les journalistes qui ont des liens privés avec la politique devaient démissionner du service public, il ne resterait pas grand monde. Mariage, communauté d’intérêts ou copinage, ce n’est qu’une question de mots, c’est la même chose.

          Le gros des départs serait parmi tous ceux qui ont été placés là par le pouvoir socialiste à partir de 81, d’ailleurs.

          C’est tout le monde ou personne.


          • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 14 avril 2006 16:09

            ? ??? Vous pouvez citer des noms ????

            Anne Sinclair ? Elle ne présente plus d’émission depuis longtemps. Michel Field, Michel Polack ? Ca fait une paye qu’on ne les a plus vu en prime... Christine Ockrent ? Elle se retrouve en deuxième partie de soirée, pour une émission qui peut être un redoutable somnifère. Olivier Mazerolles ? Oui, pour les jeunes générations qui ne le savent pas, il a été socialiste de 1981 à 1986, de 1988 à 1993, de 1997 à 2002. Bizarrement, depuis 2002 et dans les différents blancs, il a viré sa cuti (je le surnomme ’Olivier Mange-boules’). Alors, qui il reste, à part Gérard Miller qui fait des débats politiques de haut vol avec Steevy Boulay ????


          • Gil (---.---.93.79) 16 avril 2006 11:14

            Oui, Gérard Miller et Stevy « Boulet », c’est ça l’avenir du journalisme français ! Quand ces deux là racontent leurs salades, on a vraiment droit à un débat de première !

            Que les journalistes des grands médias soient « acoquinés » aux politiques, ça ne fait pas le moindre doute, et il est évident qu’il convient de puiser l’info à d’autres sources pour avoir une petite idée de la vérité...

            Je crois que le pire, ça doit être Elkabach sur Europe 1 : je crois pouvoir dire rien qu’en l’écoutant qu’il est foncièrement chiraquien... ce qui n’est pas un crime, certes, mais on est franchement loin d’une éthique de neutralité journalistique... Du coup, il perd toute crédibilité.

            Bon, ceci dit, je peux me tromper, mais que ceux qui entendent ses chroniques donnent leur impression, et on verra bien.


          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 16 avril 2006 17:31

            Sur Elkabbach : il a demandé à Sarkozy une liste de noms de journalistes pour choisir celui qui allait couvrir pour Europe 1 l’actualité de... l’UMP ! A lire ici : http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2006/02/24/1424693.html Cordialement


          • Scipion (---.---.106.118) 14 avril 2006 16:15

            A choisir entre une présentatrice mariée à un ministre, ou enconcubinée avec lui, et un directeur de quotidien qui roule des pelles au locataire de la place Beauvau, dès que les spots s’éteignent, on peut hésiter dans ses préférences. Il est vrai aussi qu’on n’est pas obligé d’en avoir... Heureusement.


            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 14 avril 2006 19:00

              Serions-nous pour une fois d’accord ?


            • rocla (haddock) rocla 18 avril 2006 12:56

              Quand même,enconcubinée,comment fait-on ça ? ROCLA


            • nantor (---.---.131.113) 14 avril 2006 19:51

              Le lapsus est-il révélateur de la part de Borloo ??? Mais de toute façon, il peut bien avoir une femme journaliste, non ?

              Parait même qu’il y’a une journaliste qui a un mari ... ministre !


              • Roland (---.---.18.146) 14 avril 2006 22:14

                Ce genre de fait n’est pas pour étonner ceux qui ont été abonnés à PLPL ! ils en savent bien d’autres du même tabac. http://www.homme-moderne.org/plpl/ Pour Lire pas Lu -


                • Cupiflo (---.---.238.191) 14 avril 2006 22:21

                  Je comprends pas pourquoi il veut pas répondre à la question, c’est pas la mort quand même. Je pense qu’il a surtout pas vraiement envie que ca se sache trop. Pourtant ca le décrédibilise de ne pas répondre à la question, ca a plutot l’effet inverse.

                  Il n’y a pas d’atteinte à la vie privée quand même, les 2 personnes sont publiques. Quand on sait le pouvoir qu’ont les JT, c’est qu’en même la moindre des choses de s’expliquer la dessus. Que dirait on si c’était Bernadette qui présentait le JT !!

                  Aphatie, enfin un journaliste qui pose des bonnes questions là ou ca fait mal (à droite comme à gauche d’ailleurs).


                  • nantor (---.---.131.113) 14 avril 2006 22:25

                    Bernadette qui présente le JT ... énorme !

                    Merci Cupiflo.


                  • fraga (---.---.9.70) 15 avril 2006 08:11

                    Concernant les questions sur l’épouse de Borloo c’est du niveau de la presse caniveau tout juste bon à amusedr des taré(e)s


                    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 15 avril 2006 11:51

                      Vous vous trompez : c’est une question d’éthique et de déontologie. Jean-Michel Aphatie et Daniel Schneidermann dans la presse caniveau ? Vous vous égarez !


                    • Gil (---.---.93.79) 16 avril 2006 11:19

                      C’est le risque quand tout ce petit monde issu des mêmes castes se fréquente trop...

                      Alors, évidemment, ce n’est pas un crime d’épouser ou de coucher entre politiques et journalistes, mais il est indéniable que cela fasse peser un risque d’objectivité sur l’info. Nul ne peut le nier.


                    • u l t r a p r i v e / (---.---.241.154) 27 juillet 2006 10:59

                       "le premier minus... euh, le premier ministre" Le lapsus, un de plus. C’était la pièce manquante au rapprochement de Jean-Louis Borloo avec Nicolas Sarkozy. Et en plus, il se plaint lui aussi d’être victime du harcelement de la presse ...


                      • u l t r a p r i v e / (---.---.241.174) 27 juillet 2006 11:01

                         "le premier minus... euh, le premier ministre" Le lapsus, un de plus. C’était la pièce manquante au rapprochement de Jean-Louis Borloo avec Nicolas Sarkozy. Et en plus, il se plaint lui aussi d’être victime du harcelement de la presse ...


                        • u l t r a p r i v e / (---.---.241.194) 27 juillet 2006 12:08

                          "le premier minus... euh, le premier ministre". Le lapsus, un de plus. C’était la pièce manquante au rapprochement de Jean-Louis Borloo avec Nicolas Sarkozy. TOUJOURS PLUS Sur son lapsus (agoravox) Qu’est ce qu’un lapsus ? (wikipedia)...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès