Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Catastrophes estivales et occupation des cerveaux

Catastrophes estivales et occupation des cerveaux

L’observation des oiseaux livre quelques secrets sur le mode d’existence de ces volatiles dont on devine les intentions et les moyens mis en œuvre pour se reproduire. Observons d’autres drôles d’oiseaux, les journalistes, les politiques et même les cadres de l’industrie que nous y décèlerons quelques traits de caractère du genre humain. Parfois proches de ceux observés en scrutant les occupations d’espace par les oiseaux mais aussi nombre de mammifères. Les médias sont en ce moment très occupés par les catastrophes en tous genre, climatique mais aussi techniques, car cet été, un train a déraillé à Bretigny, puis un autre en Espagne, puis deux trains en collision en Suisse et pour l’Italie, un car dans le ravin et beaucoup d’interrogation. La presse outrepasse son objectif d’informer et de rassembler des faits. Bien souvent, elle se prend à faire le travail d’un juge mais comme les journalistes n’ont pas la formation adéquate, l’enquête médiatique est plus proche des aventures de Tintin et Milou. L’autre soir, en contrebas du viaduc près de Naples, un envoyé spécial a montré à la caméra un boulon de fixation de la rambarde. Il était rouillé alors p’tet bien que s’il avait été en bon état, le car serait resté sur le viaduc… no comment.

L’été meurtrier avec ses accidents est un signe des temps médiatiques. On y voit des catastrophes avec des envoyés spéciaux vite dépêchés sur les lieux comme pour occuper le terrain, chaque chaîne voulant montrer qu’elle est au plus près de l’événement, quitte à ne rien dire de plus que les autres médias. L’autre jour, une jeune journaliste se trouvait face à la mer sur une improbable plage de l’Hérault, livrant les chiffres officiels des noyades, comme si elle venait d’interroger le secouriste lambda qui, n’en doutons pas, connaît par cœur le nombre de noyés, en mer, à l’océan, dans les lacs, les piscine, avec les chiffres pour comparer les années. Non, les chiffres sont dans les données que la rédaction du JT a pu se procurer et la sobriété eut consisté à annoncer les chiffres depuis le studio de la chaîne publique. Mais les médias sont mus par une toute autre intention, celle d’occuper le territoire des faits médiatisés pour montrer leur présence et conférer à l’information un indice de réalité que le reportage n’aurait pas s’il n’était qu’un film tourné puis monté dans les studio et présenté par le grand ordonnateur de la messe du JT. Parfois, ces scènes relèvent du comique, comme ce jour où un journaliste se tenait devant le motel où aurait été vu Dupont de Ligonnès. Pour peu, le téléspectateur aurait pu imaginer que l’intéressé se trouvait dans les parages et si ça se trouve, dans les toilettes du motel, à quelques dizaines de mètres de l’envoyé spécial. Autre anecdote qui m’a été rapportée, celle d’un journaliste causant en direct depuis le désert, annonçant que derrière lui se déroulaient de terribles combats. Ce qui n’était pas faux, sauf que pour aller « derrière » observer les hostilités, il fallait parcourir des centaines de kilomètres.

Longtemps après les conquêtes impériales, de Athènes à Rome, puis les guerres modernes visant à découper le monde, la tactique d’occupation du terrain est devenue un motif presque universel, la marque d’un pouvoir, celui de l’extension, de la présence. Pas forcément pour contraindre les populations ou étendre ses parts de marché. La présence se veut symbolique, elle est devenue un signe, avec toutes des agences bancaires disséminées dans les villes dont le nombre augmente alors que la qualité des services diminue. Présence pour rassurer et là, on se situe dans le champ politique. Depuis quelques années, les ministres disposent d’une feuille de route pour les vacances. Cette spécialité mise en place avec un grand sérieux par Sarkozy a été reprise par le président Hollande incitant les ministres à prendre peu de vacances et à rester mobilisé. Ce qui signifie ne pas vraiment profiter des vacances. Surtout ne pas s’éloigner du territoire français car il est nécessaire d’être joignable et disponible en cas d’événement marquant. Pourtant, en cette période estivale, surtout en France, les activités ordinaires cessent, hormis les urgences et le tourisme. Mais on ne sait jamais, un train peut dérailler, un bus s’éclater dans un ravin, une tempête faire quelques morts, un incendie occasionner des drames et des dégâts et une canicule affoler les autorités sanitaires. Je n’ose pas évoquer une facétie du virus H5N7.

Le citoyen s’interroge sur la nécessité de la présence d’un ministre lorsqu’une catastrophe se produit. Un ministre ne fera aucun miracle, ne sauvera aucune vie et même que selon des dires des secouristes, une venue ministérielle ne fait que perturber l’organisation des secours car il faut gérer le déplacement, les médias, avec les incontournables gardes du corps. La présence ne sert pas les secours mais elle veut rassurer le téléspectateur qui est devant son écran. Parfois, on peut s’interroger sur ces vacances contraintes des ministres. Le gouvernement demande des efforts aux Français, il y a la crise, la rigueur, alors ces ministres privés de vraies vacances, on se demande si ce n’est pas une sorte de punition symbolique permettant à la conscience citoyenne populiste d’être partiellement sevrée de sa sourde colère.

Quoi qu’il en soit, nous assistons à la montée en puissance de ce dispositif d’occupation des cerveaux par les gouvernants en place et même quelques célébrités à qui les chaînes offrent du temps d’antenne. Les gouvernants socialistes ne font qu’emprunter les sillons tracés par les ministres de Sarkozy qui eux-mêmes ont accentué les « traits médiapolitiques » déjà présents. La prise des cerveaux citoyens n’est ni de gauche ni de droite. Elle repose sur un ressort humain qu’on trouvera dans une version instinctive chez nombre d’animaux et notamment les mammifères. Il faut occuper l’espace. A l’ère où les territoires nationaux sont pratiquement définitifs, l’occupation se fait par d’autres moyens et notamment les médias qui eux aussi, tentent d’occuper le terrain dès qu’il ne passe un événement classé top info.

Les hauts représentants de l’Etat se greffent à tous les grands événements « marquant » nos existences car ils sont médiatisés. Une tempête, une catastrophe, un fait divers tragique dans une école, un énorme incendie, une fermeture d’usine, quelques règlements de comptes avec des morts et voilà les ministres dépêchés et parfois un président. La peine doit être partagée par tous à l’ère des médias compassionnels. Et quand ce sont de grands événements sportifs ou culturels, il faut une présence étatique, comme si la gloire d’une équipe était due à une ministre ou comme si un opéra spectaculaire avait été mis en scène par les service de la culture dirigés par la ministre. Une tragédie dans le monde, une star ou un grand écrivain qui décède, un champion olympique et voilà que notre président condamne, salue, félicite, congratule par communiqué interposé.

L’expansion des ego n’a pas de limites. L’homme est une espèce dont la visée est téléologique et dans le télos, il y a notamment le ressort expansionniste, qu’on trouve hypertrophié chez les grands dirigeants mais qui est plus répandu qu’on ne le pense. Le métaphysicien du véda y verra la marque de l’un des trois gunas, rajas, celui qui est dirigé vers le monde et détermine l’avidité pour percuter le milieu, quitte à le vampiriser parfois.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Gasty Gasty 31 juillet 2013 09:23

    C’est tellement vrai, dans le déraillement du train à Compostelle il s’en est fallu de peu pour que l’on nous relate avec moults détails les penchants sexuels du conducteur du train ou de ses tendances pédophiles car il serait en possession d’une collection de petites voitures Norev dont l’une daterait semble-t-il de 1952.

    Mais nous devrions avoir d"ici peu la marque de son téléphone mobile, son abonnement et le nom de son prestataire.


    • alinea Alinea 31 juillet 2013 10:03

      C’est qui Dupont de Ligonnès ?


      • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 2013 11:03

        Je suppose que c’est en relation avec cette affaire.


      • alinea Alinea 31 juillet 2013 11:55

        Joli garçon ! Mon papa m’a toujours dit de me méfier des jolis garçons ! smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 2013 12:29

        Désolé Alinéa, je ne peux le juger ainsi comme vous.

        Chacun son truc à plumes ou à poils.
         smiley

      • Alpo47 Alpo47 31 juillet 2013 10:52

        Ben, c’est que ... le championnat de foot n’a pas repris ... pas d’olympiades... tout de même de la natation, mais booofff, tout le monde s’en fiche, alors il faut bien occuper les esprits pour leur éviter de penser à l’évolution de la situation économique, la réduction ou confiscation, partout, de nos libertés individuelles ou collectives ... et surtout ... surtout ... EVITER DE PERCEVOIR LA VRAIE STRUCTURE ET LE FONCTIONNEMENT DE NOS SOCIETES .

        Mais « le roi » est de plus en plus nu ...


        • Fergus Fergus 31 juillet 2013 15:16

          Bonjour, Alpo47.

          Vous avez raison, mais toute cela n’est pas nouveau. il suffit de regarder les « Une » des journaux de la Belle Epoque comme « Le petit journal » ou « L’illustration » pour découvrir des faits divers suffisamment spectaculaires pour attirer le chaland et vendre du papier. Bref, nos temps modernes n’ont rien inventé !


        • zozoter 1er août 2013 05:15

          « ...la natation, mais booofff, tout le monde s’en fiche, alors il faut bien occuper les esprits pour leur éviter de penser ... »


          Encore que, même là il y a matière pour occuper les cerveaux. J’en veux pour preuve le bourrin de journaleux de FR2 qui nomme avec une déférence sirupeuse et surtout avec un accent de l’Alabama le moindre nageur américain, australien et même sud africain, c’est absolument grotesque mais... çà laisse des traces dans nos cerveaux justement.

        • Fergus Fergus 1er août 2013 09:55

          Bonjour, Zozoter.

          Exact pour le ridicule accent américain de certains commentateurs sportifs en natation et athlétisme. C’est d’autant plus horripilant qu’ils ne prononcent pas de manière locale les noms scandinaves ou d’Europe de l’est, pour ne parler que de ceux-là.


        • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 31 juillet 2013 10:52

          Les politiques sont d’autant portés vers l’événementiel qu’en matière de politique stricte, ils ne sont plus aux commandes.

          La commission, la BCE, les différentes instances supranationales imposent des réglements, des décisions, et supervisent les budgets, si bien que tout est décidé ailleurs.

          Il ne leur reste plus que le spectacle, pour au final appliquer une même politique, celle dont Thatcher nous a dit qu’elle n’avait pas d’alternative.

          Donc, on compare le style, le noeud de cravate, la montre, la copine, le tic de l’oeil, ou son absence.

          L’avantage de la catastrophe est qu’elle est irréfutable. Et la compassion pour les victimes stope toute question.

          En Espagne, un hôpital proche de la catastrophe est resté fermé pour ne pas dévoiler sa fermeture suite aux coupes budgétaires. De cela, les medias n’en ont évidemment pas parlé.

          Le choix de la Commisson de séparer le gestionnaire des lignes de celui des trains, provoquant un complexification supplémentaire ne semble pas non plus être remis en question. Chacun se renvoie la balle, et c’est le conducteur qui trinque. Les medias insistent alors sur ses états d’âme.

          La constation est que notre système d’information ne fonctionne plus, et nous envoie des signaux du Système, au moment où celui-ci s’effondre.

          Dans ce sens les catastrophes sont aussi la catharsis de notre époque.


          • Punkonfou Punkonfou 1er août 2013 20:44

            Rien à rajouter très bien vu !!!


          • L'enfoiré L’enfoiré 31 juillet 2013 11:04

            Heureusement qu’il y a les matches de foot qui reviennent pour occuper les esprits. smiley


            • Croa Croa 1er août 2013 19:41

              Les diversions médiatiques c’est certainement plus le sport-spectacle que les catastrophes et les accidents. (Les catastrophes ont des implications et des causes qui peuvent être politiques. En fait ça dépend des cas.)

              Mais bon pour l’auteur ce sont les catastrophes... Une façon de voir après tout !


            • alinea Alinea 31 juillet 2013 14:54

              Occuper le terrain ? C’est bien parce que tout le monde l’a compris qu’on ne s’y retrouve plus !


              • jmdest62 jmdest62 31 juillet 2013 15:16

                « .....des envoyés spéciaux vite dépêchés sur les lieux comme pour occuper le terrain, chaque chaîne voulant montrer qu’elle est au plus près de l’événement...... »

                c’est ce qui me fait le plus « marrer » ...

                _ l’ envoyé(e) spécial(e) qui commente les conséquences des orages avec son ciré jaune , ses bottes , son parapluie 

                _l’envoyé spécial envoyé à Cannes devant le Carlton pour commenter un hold up sur lequel on a aucune info .....

                _l’envoyé spécial scotché à Brétigny pour expliquer le travail ’impressionnant’ des grues géantes...

                etc,etc,etc,.....

                pour chaque sujet son « envoyé(e) spécial(e) »    smiley

                attention ! pas un simple journaliste d’ailleurs il n’y a plus de journaliste c’est trop ringard : il y a les Présentateurs_vedettes et les envoyés spéciaux , sans oublier bien sûr le témoin local de première main qui a presque tout vu ou entendu et qui a un avis très autorisé sur tous les sujets .

                @+ 


                • zozoter 1er août 2013 05:20

                  « ...simple journaliste d’ailleurs il n’y a plus de journaliste c’est trop ringard ... »


                  Pas trop ringard au moment de la déclaration de revenu, les agents de la Propagandastaffel.

                • Mr Dupont 31 juillet 2013 15:59

                   « Catastrophes estivales »  ?

                  Une de plus à déplorer ce jour :

                  Aucun article sur ce site d’un article de Mme Rosemar

                  Il y a comme un vide

                  Un seul être vous manque et tout est dépeuplé


                  • Mr Dupont 31 juillet 2013 18:46

                    2 fois l’emploi du mot « article » dans la même phrase ?

                    L’émotion et la tristesse peuvent l’excuser


                  • loco 1er août 2013 00:13

                    Bonsoir,
                     Catastrophes.... Vous interrogez notre rapport à l’évènement. Ce premier niveau passé, j’aimerais qu’on puisse réfléchir à notre rapport au (x) trépas. Car si ces reportages « émus » nous encombrent de faits divers, au-delà de l’invasion de notre « temps de cerveau », plus profondément ils martèlent un crédo de sécurité tous azimuts assez étonnant. Alors que les pollutions, la malbouffe, le stress, et, ailleurs, la guerre et la faim déciment joyeusement le monde sans susciter leur émotion, nos médias tentent de nous faire croire que la civilisation industrielle, transports à tout va, production industrielle, trafics , peut s’effectuer sans causer d’accidents mortels. Crédo qui est l’origine du concept « zéro défaut » qui transforme l’acteur autonome (donc dangereux) en un opérateur sur-encadré par une procédure étroite. Obéissance totale contre responsabilité, le prix ainsi payé par tous est à mes yeux plus grave que quelques décès, bien que je partage la douleur des victimes et de leurs proches.


                    • julius 1ER 1er août 2013 10:28

                      de tous les faits mentionnés dans cet article, les journalistes et les ministres présents sur le terrain lors des catastrophes comme s’ ils apportaient quelque chose à l« évènement et pouvaient influer sur celui-ci, on peut qualifier cela de totale » démagogie"il faut y être comme dirait l’autre, à défaut d’être à l’origine d’un fait ayons l’air de le contrôler, vieille technique éprouvée depuis longtemps, ce qui est sidérant c’est que la plupart des gens continuent à apporter du crédit à ce système totalement vicié et vraiment pas digne du citoyen du 21 ie siècle..............

                      la question est quand arrêteront-ils de nous prendre que pour des cons(pour paraphraser Coluche).......
                      à la fin des années 80 je me posais la question, il faut avoir de plus en plus de compétences et être performant dans n’importe quel boulot même celui qui est le plus simple, il faut avoir un CV polytechnicien désormais, quand à la citoyenneté, on est toujours considéré comme
                      des handicapés du cerveau et je dirais même que le fossé s’est encore aggravé dans cette dualité entre le travailleur et le citoyen, jusqu’à quand est la question qui se pose ????

                      • dom y loulou dom y loulou 1er août 2013 13:46

                        franchement bernard...


                        ce qui est le plus effarant est non de s’apercevoir que les médias sont une armée de menteurs à la solde des producteurs d’armes

                        le plus effarant étant de vous voir encore et toujours devant leur lobotomie, après toutes ces années où vous les avez vus PIETINER une personne sur douze années en toute illégalité et pas un procureur pour se lever, personne de la société dite officielle, vous savez ces super fonctionnaires qui sont sensés nous faire vivre en société et pour lesquels « services » nous payons des impôts... 

                        aucun d’entre eux de ces dieux de la vertu étatique et justicière n’a rien trouvé à y redire, mais rire aux éclats en long et en large

                        alors que vous êtes témoin

                        d’un jugement sans fin et sans aucun crime avéré

                        d’une cour partiale, inquisitrice et fanatiquement mystifiée au beau milieu de leur propre société archi-matérialiste

                        des jurés tous de même secte, des juges de leur même corporation internationale, appelez-les les techncrates, bons enfants aux petits ordres, avocats constants pour leur propre clique et secrétaires déformant tous les propos tenus par l’accusé dont douze années après ils n’ont toujours pas dit le nom, car on se contente de sobriquets et du fameux « vous savez qui... »

                        en tout piétinement de toute règle humaine, de toute réelle société

                        pour un verdict coupable décidé par la même clique et une mise à mort virtuelle joignées de menaces constantes et quotidiennes

                        sans jamais qu’il n’y ait eu crime avéré


                        cette acceptation docile de tels méfaits a amusé le nombre, ne se croyant pas concerné par ce jugement contre l’aom

                        nous savons maintenant que les merdias sont les officines de propagande d’une secte meurtrière, hystérique et désastreuse type monsanto pour l’espèce humaine, une petite minorité de trous du cul qui s’amusent à maltraiter les gens simples et agressent jusqu’aux nouveaux nés de neuf vaccins au mercure dans la tronche

                        pourquoi diables y allez-vous encore vous y abreuver ???

                        comment se fait-il que vous ne raccrochiez pas et n’explosiez pas ces écrans menteurs à coup de marteaux pour protéger la psyché de vos gosses et que vous ne déchiriez pas systématiquement leurs journaux lobotomisants quand OUI VOUS SAVEZ AUJOURD’HUI A QUEL POINT LES MERDIAS SONT NEFASTES ?

                        on vous reconstruit une place de Tripoli à Barein en carton pâte et vous continuez de chercher de quelconques vérités dans ces écrans stupides ?

                        mais ils sont incapables même de parler du renouvellement de l’atmosphère terrestre auquel nous assistons !!

                        il n’y a donc plus RIEN qui vaille la peine d’y être vu, tout n’y est que fausseté et demi-vérités pour insulter le genre humain, que vaines gloires pour visages qui ne cherchent pas l’amour de la création qui les a bâtis

                        vous voulez passer du temps à vous demander pourquoi il faudrait s’extasier devant un bébé royal quand les mêmes cherchent à diminuer notre nombre par milliards ?


                        à moins d’aimer la cruauté sans bornes et l’entretien de la haine de soi dans un culte pervers...
                         
                        car s’il fallait donner un terme à ce culte « moderne » ce serait celui de la haine contre les aom, générant donc invariablement la haine de soi

                        très propice aux producteurs d’armes

                        pourtant absolument banqueroutes et vidés de toute logique et de toute raison

                        AGENDA DE DEPOPULATION dit le système en rigolant et en s’amusant


                        toujours pas de grève générale massive en vue ?

                        faut alors juste pas vous plaindre quand tous ces « jugements contre l’homme » se tournent contre vous

                        ce qu’ils font immanquablement 

                        puisque c’est le but de l’opération merdialeuse du siècle dernier sur nos psychés, que nous devenions assez stupides pour perdre de vue tout sens de la fraternité et n’affirmions que des identités séparées et inconciliables à jamais et haïssions en choeur groupé « l’homme » cet être infect...

                        on nous sert encore l’ancien testament pour nous le prouver à quel point « l’homme » est un être sournois et malveillant... 

                        lol

                        uniquement propice aux producteurs d’armes encore, ceux qui depuis leur fiasco monumental prétendent encore nous « gouverner »


                        merci aux suisses de continuer à les financer quand sinon ils sont dans toutes les lies banqueroute

                        • PtitLudo PtitLudo 2 août 2013 10:59

                          Cette médiatisation à outrance a été vraiment la signature du quinquennat Sarkozy avec la complicité des médias pour faire croire que plus un homme (ou une femme) politique se montrait, plus il ou elle était compétente.

                          Le ’« vu à la télé » est devenu gage de compétence, celui ou celle qui ne rentrerait pas dans cette logique serait vite accusé(e) d’incompétence notoire.
                          Sans compter les manipulations auxquelles on a eu droit, par exemple la fameuse visite de Luc Chatel dans un centre commercial, entouré de militantes UMP.

                          • Croa Croa 5 août 2013 08:54

                            C’est bien plus vieux que ça !  smiley

                            (C’est juste un peu plus visible avec les excès de Sarkoléon.)


                          • Jo Gurmall de Stafferla Jo Gurmall de Stafferla 4 août 2013 11:30

                            Rendons un hommage (politiquement posthume) à Dominique Voynet, à qui on reprocha de « ne s’être même pas dérangée » lors de la marée noire (je ne me souviens plus de laquelle...il y en a eu tant). C’est vrai, quoi, à quoi sert un ministre s’il ne peut ni couper de ruban ni faire d’oraison funèbre ? Elle aurait pu y aller de son seau et de sa pelle, comme Kouchner avec son sac de riz ! Le bon peuple y est tellement habitué, à ces occupations de terrain, que ça lui manque cruellement quand elles font défaut !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès