Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Charles Enderlin lave son honneur de journaliste

Charles Enderlin lave son honneur de journaliste

Accusé de trucage pour avoir montré la mort d'un adolescent palestinien.

Charles Enderlin lave son honneur de journaliste - Accusé de trucage pour avoir montré la mort d'un adolescent palestinien

Il y a, quand même, des journalistes honnêtes. Il serait scandaleux qu'ils soient insultés et salis pour ça. C'est pourtant ce qui est arrivé à Charles Enderlin, franco-isaraélien,vieux routier du Proche Orient et partisan, un temps, du sionisme le plus pur. Le correspondant de France Télévisions à Jérusalem arrive au bout d'une affaire judiciaire vieille de plus d'une décennie, dans laquelle son professionnalisme avait été mis en cause et sa judéité salie. 
 

Un enfant est mort
 
La Cour de cassation vient d'annuler un arrêt de la Cour d'appel de Paris, qui avait relaxé Philippe Karsenty, mettant en cause la réalité d'un reportage de Charles Enderlin à Gaza, en septembre 2000. Il y avait couvert, avec son photographe palestinien, Talal Abu Ramah (lui même traité de tous les noms), l'intifada des pierres et la mort d'un jeune Gazaoui de 12 ans, qui avait été tué par bal en se tenant dans ce qu'il croyait être un abri.


Charles Enderlin
 
Charles Enderlin avait rendu compte de cette tragédie dans le JT de France 2. Les images avaient fait le tour du monde et soulevé une vive émotion. Philippe Karsenty, directeur d'une agence de notation des médias, avait qualifié le reportage de mise en scène, allant même jusqu'à mettre en cause la mort du jeune garçon en s'appuyant sur les dires d'un média israélien francophone (Metula News Agency) , se présentant comme une agence de presse, mais surtout connue pour des propos anti-arabes peu nuancés.
 
La plainte de Charles Enderlin avait d'abord débouché sur une condamnation de l'accusateur qui pourtant, en appel ,avait été relaxé. Au motif que, bien qu'ayant porté "incontestablement atteinte à l'honneur et à la réputation des professionnels de l'information", il bénéficiait de la "bonne foi" et n'avait "pas dépassé les limites de la liberté d'expression". L'amalgame spécieux n'a pas emballé la Cour de cassation, qui a cassé l'arrêt, renvoyant l'affaire au fond devant une cour autrement composée. A noter que le parquet avait recommandé le rejet du pourvoi, considérant que la cour d'appel avait correctement motivé sa décision ; ce qui en dit long sur une certaine complaisance d'Etat envers "l'élasticité" de la justice. Etonnez-vous, après, que le justiciable ait autant de confiance en rentrant dans un tribunal que dans un hôpital !
 
L'affaire Enderlin fait penser à une autre cas, clos voici exactement un an et que nous avions relaté dans ces pages, celui de Robert Ménargues. Directeur général-adjoint de RFI, spécialiste du Proche-Orient depuis trente ans, Ménargues avait été attaqué pour deux de ses livres : « Les secrets de la guerre du Liban  » et « Le Mur de Sharon". Il avait été non seulement licencié mais, lui aussi, accusé d'antisémitisme, avec une violence inouïe et, selon un schéma devenu malheureusement classique. 
 
 
Lâché par ses confrères, ses syndicats et sa direction en 2004, il avait attaqué aux prudhommes, gagné pour procédure abusive, mais il dut aller en appel, puis en Cassation en 2010, pour faire condamner son employeur à lui verser 250.000€ d’indemnités, la Cour estimant que ses propos avaient été émis « dans le cadre de sa liberté d’expression d’auteur, insusceptible de tomber sous le coup du pouvoir disciplinaire de l’employeur. » 
 
Il est décidément difficile aux journalistes de travailler librement dans les territoires palestiniens occupés comme en Israël, qui se dit pourtant le "seul Etat démocratique du Moyen Orient". Ou, tout simplement, d'user de la liberté d'expression en Europe. Cela ne veut pas dire, bien sûr, que tous les journalistes n'ayant pas de démêlés judiciaires en rapport avec le conflit israélo-palestinien sont malhonnêtes...
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • SNOOP 5 mars 2012 10:22

    Enderlin est un « journaliste » à la solde de l’audimat pour une entreprise d’image...et de désinformation comme un nombre de + en + grand de ses confrères


    • morice morice 5 mars 2012 10:27

      http://www.agoravox.fr/auteur/snoop


      énième réapparition ici de Jacob, pro-israël...

      229 posts en un seul mois, sa folie ordinaire.

    • Mivy Mivy 5 mars 2012 22:16

      L’honneur de Charles est lavé ?  ? mais vous n’avez pas lu l’arrêt de la cour de cassation !
      Le film présenté par Charles était une fiction, les rush non présentés à la TV le montraient à l’évidence. Or Charles et France2 refusaient de les communiquer à quiconque, y compris au juge, et on les comprend.
      Le juge de cour d’appel a exigé ces rushs et France2 a été obligé de s’exécuter.
      Au vu des images, il est apparu qu’en toute bonne foi, on pouvait affirmer que Charles était un menteur, la diffamation était donc licite compte tenu des éléments existants.
      Or la cour de cassation a affirmé qu’un juge d’appel n’avait pas le droit d’exiger des éléments de preuve, que c’était aux parties seules de les présenter. Mission impossible pour les avocats de Karsenty en raison de la mauvaise foi de France Deux.
      Donc, la cour de cassation casse le jugement pour excès de pouvoir. Le juge n’a pas le droit de connaître la vérité, il doit se baser sur les mensonges des partis.
       Cette affaire aurait du être traitée au pénal, la police aurait du saisir les rush à France Deux, et un juge d’instruction ordonner qu’une commission examine Al Dura père... (qui a été soigné à l’hôpital d’Amman trois jours avant son arrivée), et alors la vérité serait apparu dans toute sa nudité.
      Le cinéaste, patriote palestinien est protégé par Charles, qui est protégé par France deux, lui même protégé par la raison d’état et par le corporatisme journalistique.
       


    • morice morice 5 mars 2012 10:24

      il est évident que ceux qui l’ont attaqué sont des extrémistes.


      et on en a la preuve : regardez ici qui côtoie notre fameux Karsenty...

      Pamela Geller, grande copine de Karsenty : ça vaut toutes les défenses du monde, ça !!!



      Karsenty tenant par la taille celle qui a dit que Breivik avait eu raison de tuer plus de 70 jeunes car ils étaient de gauche, ça vaut son pesant de mouron, ça...

      • francoyv francoyv 5 mars 2012 10:45

        La démonstration de manipulation décortiquée par la MENA semblait pourtant bien probante


        • Nejibus 5 mars 2012 20:34

          Quel culot et quelle malhonnêteté :

          Quels faits contre M. Enderlin ?
          Quelles enquêtes contredisent M. Enderlin ?

          Les Israëliens sont des tueurs d’enfants , Non mais les soldats Israëliens Oui et c’est une vérité car vérifiée.

          Vous pouvez défendre l’indéfendable, c’est votre droit comme c’est le mien de vous méprisez.
          Les gens de votre espèce ont permis à des régimes sanguinaires, régimes d’apartheid ....d’exister un temps mais n’ont jamais empêché l’histoire de balayer ces régimes.


        • Nejibus 7 mars 2012 17:48

          Les soldats Israëliens sont des Israëliens mais tous les Israëliens ne sont pas des soldats et tous ne sont pas favorables à ce régime sioniste sanguinaire. voilà pourquoi, je fais la distinction.


        • 65beve 5 mars 2012 14:12

          Bravo encore Monsieur Enderlin pour le sérieux et le professionnalisme de vos reportages.
          Continuez !
          Ne changez rien !


          • non667 5 mars 2012 15:10

            à propos de domergue : un autre de ses témoignages

            http://video.google.com/videoplay?docid=2124208486113592347


            • pigripi pigripi 5 mars 2012 15:35

              La seule certitude que nous ayons dans cette affaire obscure c’est que Charles Enderlin n’était pas présent au moment du drame, qu’il n’en est pas le témoin direct.

              Il n’a pas personnellement vu ce qui s’est passé.

              C’est malheureusement une pratique fréquente chez les journalistes de rapporter des propos rapportés comme étant des certitudes.
              On ne peut les en blâmer, ils ne peuvent être partout mais ils pourraient au moins utiliser le conditionnel...

              Au regard de ce que nous avons comme information, il me semble qu’on ne peut pas être catégorique sur ce qui s’est passé ce jour-là.
              Il y a eu des abus d’interprétation autant du côté de Karsenty que du côté d’Enderlin et de ses amis.
               J’ai entendu sur France inter une émission annoncée comme un éclairage sur l’affaire Al Dura mais, en réalité, l’émission était exclusivement à la gloire d’Enderlin, sans une once de recul sur les circonstances exactes du recueil de l’information. C’est à partir de ce moment que j’ai eu de sérieux doutes sur la réalité des faits. Ma conclusion est que je sais que je ne sais pas...

              • SNOOP 5 mars 2012 20:23

                enderlin a été soutenu, beaucoup, il l’est encore, trop, par les tenants de la propagande judéophobe.
                aujourd’hui nous savons la manipulation.


                • Nejibus 5 mars 2012 20:46

                  Les judéophobes, les antitatata les etc...soutiennent Enderlin qui est Franco-Israëlien...mais c’est tout bon tout ça

                  Sérieusement, vous n’avez pas peur du ridicule ? car vous l’êtes vraiment.


                • lulupipistrelle 11 mars 2012 01:22

                  Ha, ha, ha... à part les Français juifs, qui n’en a pas marre du Moyen Orient à la sauce kasher ?

                  On en a marre de vos jérémiades.

                  Vous êtes en train de ruiner l’avenir de vos enfants...


                • robin 6 mars 2012 08:53

                  Un journaliste et en plus pour moitié israélien qui montrait l’exécution d’un enfant Palestinien c’en était trop pour le lobby qui n’existe pas, il fallait donc absolument punir Enderlin !


                  • RBEYEUR RBEYEUR 6 mars 2012 12:23

                    De Allah-Jacta-Est le 5 mars à 10h49 :  

                    « …Les israéliens sont des tueurs d’enfants, c’est un axiome, une vérité indémontrable qui doit être admise… ».

                    Ce trait ignominieux se conçoit parfaitement lorsqu’il émane d’un extrémiste du Hamas...

                    Autrement, on relativise en jetant, par exemple, un petit coup d’œil du côté de la Syrie où, dans le domaine de l’assassinat d’enfants, nous sommes actuellement particulièrement servis dans l’horreur…

                    Ou bien, de façon plus générale, du côté de certains pays islamiques comme, par exemple, l’Afghanistan avec les « bacha-bazi » (enfants jouets), dont le sort épouvantable est nominal et quotidien…

                    Mais au-delà ;

                    Qui peut se prévaloir d’une  « vérité indémontrable qui doit être admise » ?

                    Qu’est-ce qu’une « vérité indémontrable » ?

                    Quelle est donc cette idéologie (ou cette religion) qui impose la croyance d’une « vérité » alors même qu’elle n’est pas démontrable ?

                    Quelle idéologie (ou religion) est capable d’exprimer un obscurantisme aussi ignoble qu’infâme ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès