Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Comme un air de déjà vu...

Comme un air de déjà vu...

La voix de la France ! Ainsi appelait-on l’audiovisuel public en des temps pas si anciens que cela. À l’époque, il y avait un ministre de l’Information, dont le plus gros travail consistait à adresser des injonctions aux directeurs des chaînes de l’audiovisuel public. À l’époque, un syndicaliste marocain pouvait disparaître en plein Paris, sans laisser de trace. À l’époque, une présentatrice de télévision pouvait être licenciée pour avoir osé montrer ses genoux aux téléspectateurs, de même que des charrettes entières de journalistes et d’animateurs pouvaient être virées des radios et télévisions publiques pour avoir déplu au pouvoir politique.
Cette époque doit avoir ses nostalgiques, à en juger par l’infortune récente de Didier Adès et Dominique Dambert, sur France Inter, et par les malheurs de bien d’autres, sur RFI ou France 24...

Samedi 1er mai 2010, autour de 9h13. Sur France Inter, la présentatrice du flash infos nous annonce que l’émission qui aurait dû suivre, Rue des Entrepreneurs, ne serait pas diffusée, en raison du licenciement des deux présentateurs, Didier Adès et Dominique Dambert, et ce à la suite d’une longue procédure disciplinaire, la direction de la chaîne ne souhaitant pas faire de déclarations supplémentaires sur la question.
 
Et là on se dit : "Ça nous avait bien manqué !"
 
Par « ça », il faut entendre une bonne oukase, pondue par un petit chef, comme au temps de l’ORTF !
 
Rappelons aux plus jeunes que l’audiovisuel public français n’est pas, ou en tout cas, n’a pas toujours été un champion de la liberté d’expression. À l’origine, radios et télévisions publiques étaient placées sous l’obédience du ministère de l’Information, poste où se distingua, sous le Général de Gaulle, le fameux Alain Peyrefitte. En ces temps-là, il y avait une ligne directe entre le bureau du ministre chapeautant l’audiovisuel public et les bureaux des responsables des chaînes. C’était l’époque où De Gaulle avait un intervieweur attitré, en la personne de feu Michel Droit.
 
Il faudrait que les plus jeunes d’entre nous imaginent, une seconde, les conditions dans lesquelles les journalistes de l’audiovisuel « gouvernemental », qualifié de « voix de la France », ont dû traiter les guerres du Vietnam et d’Algérie, la disparition de Ben Barka (un syndicaliste marocain enlevé sur le sol français), les « incidents » d’octobre 1961 (suite à la répression de manifestations contre la guerre d’Algérie, des dizaines de cadavres d’Algériens sont repêchés dans la Seine), les morts du métro Charonne (8 février 1962, en pleine guerre d’Algérie, à l’appel du parti communiste, une manifestation est organisée pour dénoncer les agissements des extrémistes de l’OAS voire la guerre conduite en Algérie. À la suite de l’intervention policière, on dénombrera plusieurs morts dans la bouche de métro) l’interventionnisme des armées françaises dans les anciennes colonies, le programme nucléaire, etc., etc.

Il y eut aussi Mai 68, avec une énorme charrette de licenciements de journalistes et d’animateurs, qui a vu les plus fortes têtes, en tout cas celles qui avaient pris part, un peu trop activement, au mouvement social, renvoyées purement et simplement. Quelques années plus tôt (1964), la speakerine Noëlle Noblecourt était licenciée pour avoir osé montrer ses genoux à l’écran !
 
Ce qui précède n’est qu’un petit condensé des innombrables entraves à la liberté qui ont pesé, des décennies durant, sur l’audiovisuel public français, un audiovisuel mis sous coupe réglée par le pouvoir politique, lequel, conformément au principe du « diviser pour régner », n’a pas hésité, sous Giscard d’Estaing, à opérer un véritable dépeçage de l’ORTF, qui sera suivi par la privatisation de TF1 (quand, en Grande Bretagne, même Margaret Thatcher n’a pas osé toucher à la BBC !).
 
Rappelons, en passant, que l’audiovisuel français n’est pas seulement public, mais aussi monopolistique : il n’existe pas de chaînes de radio ou de télévisions privées.
 
1981, élection de François Mitterrand à la présidence de la République. Libéralisation de l’audiovisuel avec la création de radios « libres », de Canal +, de la Cinq (Berlusconi)… Création de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (1982), premier organe « autonome » de régulation de l’audiovisuel…
 
Ces rappels sont importants, car il faut toujours remettre les choses en perspective si l’on veut comprendre ce qui se passe.
 
Ceux qui n’ont pas de mémoire, ou qui n’ont pas connu les temps anciens, pensent parfois que tout coule de source, voire que la France a toujours été un modèle de démocratie et de respect des droits de l’Homme et de la liberté de la presse.
 
Ceux-là s’offusquent que l’on ose prendre en otage des journalistes, comme ces deux Français en Afghanistan, ou qu’on se permette de les jeter en prison, où certains trouvent la mort, comme tout récemment au Cameroun, quand ils ne sont pas tout bonnement assassinés en pleine rue, ici ou là.
 
L’organisation Reporters sans Frontières vient régulièrement nous rappeler, à coups d’opérations médiatiques, les centaines de cas de journalistes victimes des régimes les plus répressifs.
 
Et c’est là qu’on apprend que deux journalistes de France Inter, notre France Inter, pas des journalistes ouzbèques, ni burkinabés, ni russes, ni congolais, camerounais, cubains…, non, Didier Adès et Dominique Dambert, se retrouvent à la rue, du jour au lendemain, sans qu’on sache trop pourquoi, la direction de la radio en question refusant ostensiblement de s’expliquer, alors qu’une simple caissière de Prisunic ou un modeste éboueur de la ville de Paris bénéficierait d’une procédure de licenciement sévèrement encadrée par le Code du Travail. Si faute il y a, justifiant un licenciement avec effet immédiat, on se dit que Adès et Dambert ont dû faire très fort, à moins qu’il n’y ait anguille sous roche !
 
En l’absence d’explications émanant de la direction, nous en sommes donc réduits à spéculer, en nous rappelant les déclarations de ceux qui voyaient d’un mauvais œil la manière dont le pouvoir politique était intervenu dans la nomination du président de Radio-France et du directeur de France Inter.
 
Et d’aucuns de se dire que, décidément, on ne perd pas les « bonnes habitudes », qu’il n’y a pas de fumée sans feu, que ça devait arriver. Comme au « bon vieux temps de l’ORTF », nous voilà revenus à la « voix de la France ».
Et c’est là qu’on se demande :
  • où sont passés les syndicats de journalistes de Radio-France ?
  • où est passée l’organisation Reporters sans Frontières, tellement combattive chaque fois qu’il s’agit de défendre les libertés de la presse... en Russie, Chine, Cuba et ailleurs, bref, loin de "chez nous" ?
  •  où sont passés les défenseurs de la liberté de la presse, notamment parmi les responsables associatifs, syndicaux et politiques ?
Les petits chefs de France Inter et de Radio France, dont on nous a dit qu’ils avaient été choisis en "haut lieu", voudraient-ils restaurer le climat nauséabond qui a prévalu sous la RTF puis sous l’ORTF ?
 
Imaginons, une seconde, que des pays soient dirigés comme le sont certaines chaînes de l’audiovisuel, avec des petits chefs ayant tous les droits. Ces pays existent ; on les appelle des dictatures  !
 
« Rue des Entrepreneurs » est (j’en parle au présent !) une des rares émissions – à l’instar d’Interception, le dimanche, et de Là-bas si j’y suis, l’indispensable rendez-vous avec Daniel Mermet (dont on se souviendra qu’il a été, lui aussi, victime d’une oukase de la part de l’avant-dernier « petit dictateur » sur France Inter, lequel lui a imposé un changement d’horaire, et ce, malgré les protestations de nombreux auditeurs.) que j’écoute régulièrement, et in extenso, sur France Inter, malgré le caractère parfois aride de certaines interventions de spécialistes de l’économie ou de la finance. Et c’est précisément cette aridité apparente qui rend l’émission intéressante, à l’instar d’une conférence à la Sorbonne, ou de la lecture du Wall Street Journal, par exemple. En tout cas, rien à voir avec les niaiseries quotidiennes du « Fou du Roi »... « Rue des Entrepreneurs » se trouve aussi être une des plus anciennes émissions de la grille de France Inter, ce qui pourrait expliquer que tel "petit chef" veuille faire table rase de tout ça...
 
« Sur France Télévision, le premier partenaire c’est vous ! » peut-on entendre dans un spot publicitaire vantant la qualité des rapports entre la télévision publique et ses chers téléspectateurs.
 
Le premier partenaire ? Là, je dis « chiche ! », et je demande, que dis-je ?, j’exige d’être consulté avant toute modification de la grille des programmes. Parce que j’entends être autre chose qu’un vulgaire payeur de redevance.
 
Et dès lors que les émissions sont faites avant tout pour les auditeurs et téléspectateurs, il va falloir qu’à l’avenir, nous, usagers de l’audiovisuel public, exigions d’être systématiquement consultés en matière de programmes.
Par téléphone, par SMS, courriel, etc., il est très facile, de nos jours, de faire voter le public, comme on peut le voir quotidiennement ici ou là. Du reste, tous les jours ouvrables, France Inter diffuse « Le téléphone sonne », émission s’appuyant sur la participation des auditeurs.
 
Je demande, donc, que France Inter organise un audit auprès du public, sur le devenir éventuel des émissions de la grille, et qu’on en finisse, DÉFINITIVEMENT, avec des pratiques archaïques et héritées des plus infâmes républiques bananières.
 
Les responsables de Radio France, mais aussi de France Télévision, vont devoir nous consulter à l’avenir sur toute modification des grilles des programmes, parce que les émissions sont faites pour nous et pas pour de "petits chefs".
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • pingveno 14 mai 2010 16:28

    Pour moi le Paysage Audiovisuel Français est simplement passé du pouvoir politique au pouvoir économique. Sarkozy fait seulement partie des rares à pouvoir se réclamer des deux.

    J’ai vu d’un très bon œil l’arrivée il y a quelques années de l’hebdo du médiateur, sur la 2. Sauf que les sujets sur lesquels j’ai envoyé des courriels, bien que des associations fassent de même, ne sont jamais passés à l’antenne. On préférait diffuser la colère de gens de gauche devant des propos de droite ou inversement, ou alors, en période électorale, défendre la dernière daube musicale à la mode massacrée à juste titre par le journaliste.
    Aujourd’hui même ce petit espace de « partenariat » avec les téléspectateurs a disparu.


    • finael finael 14 mai 2010 17:53

      « La voix de la France » est une expression de Pompidou.

      N’empêche qu’il y avait de sacrées bonnes émissions du temps de l’ORTF et de la chaine unique en noir et blanc : « Cinq Colonnes à la Une », « La caméra explore le temps », ...


      • raissa 27 mai 2010 10:22

        Personnellement, je n’écoute plus france inter, je ne vais pas chercher l’information à la télé mais plutot sur le canard enchainé . Voilà, à partir du moment ou on sait à qui on a affaire, on est imperméable à la propagande. Pour ce qui est du licenciement des 2 journalistes, c’est scandaleux, mais vous savez, de nos jours, même une caissière, que l’on nomme pompeusement « hôtesse » , n’est pas à l’abri avec ses 800 euros net d’une exclusion arbitraire et son sort est surement moins enviable que celui de journalistes de france inter même licenciès....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès