Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Comment pratiquer la langue de pub ?

Comment pratiquer la langue de pub ?

On se méprend sur la publicité, on croit que Jacques Séguéla vend des Rolex et Frédéric Beigbeder, de la cocaïne. 

Mystérieuse et séduisante, la « pub » a longtemps scintillé au firmament des frimeurs qui « pètent dans la soie, roulent en Ferrari et épousent des mannequins. » La réalité est tout autre. 

La publicité est un vrai métier avec son histoire, ses écoles, ses règles, son idiome, ses trophées, ses héros et ses salauds . Pour mettre les pendules à l'heure, il fallait un décodeur. Joliment intitulé Langue de pub,voici le kit de survie du publicitaire. 

L'auteure, Babette Auvray-Pagnozzi, jette sur sa profession un regard amusé mais acéré. Son style décapant emballe un « dico » qui guidera les postulants, rafraîchira la mémoire des vieux de la vieille et permettra aux profanes de percer les secrets d'une bien étrange planète.

Au fil des pages, on découvre que les principaux protagonistes de l'aventure pub sont aussi antagonistes. D 'un côté le Client, de l'autre l'Agence. Ceux qui ont vu la série Mad Men, l'ont déjà compris, le premier est roi mais parfois l'Agence se rebiffe en raison de son égo surdimensionné, le conflit se règle en général au bénéfice du Client. Au sein de l'Agence, ça se complique : ici s'opposent les Commerciaux et les Créatifs qui se subdivisent en deux catégories : le Rédacteur et le Directeur artistique. Cette race présente la particularité de fonctionner en binôme (Team), ce qui les unit plus fort que les liens du mariage.

Ils se chamaillent constamment avec les Commerciaux. Certains obtiennent des Prix pour leur travaux et leur tête ne passe plus les portes, d'autres empochent un salaire mirobolant pour faire profil bas en travaillant pour de la lessive, des yaourts, des couches-culotte ou du dentifrice.

 Langue de pub s'articule autour de dix thèmes qui couvrent la globalité du métier, des petites mains aux grands cadors, des manuels aux professionnels de la prise de tête. Ainsi d'un langage très particulier, des médias, des récompenses, des cibles et des rassemblements traditionnels comme le Festival de Cannes-Lion ou la remise des prix du Club des Directeurs Artistiques. Chaque chapitre fait l'objet d'une introduction, rédigée d'une plume allègre et humoristique, suivie d'une partie lexicale spécifique très précise et exhaustive où affleure également la lucidité et la drôlerie. On sort moins bête d'une telle lecture. On se prend à rêver de ce monde où pullulent les talents et les jolies filles, où s'affrontent les passions et l'argent comme dans les meilleurs soaps américains. 

Langue de pub s'affirme comme un véritable outil de travail, indispensable à ceux qui ont tenté ou vont tenter de voler un baiser à cette drôle de vocation.

 

L'auteure.

Babette Auvray-Pagnozzi arpente l’univers de la communication depuis plus de 20 ans. Après être passée par de grandes agences, créé et dirigé A-Contrario, la première agence virtuelle, puis Avanti, l'agence "sur mesure", enseigné la communication à l’université Paris Descartes, publié Pubelle, un roman pétillant qui se déroule dans les coulisses de la pub, elle préside l’association JSP qui réfléchit au futur de la pub. Elle est aussi à l'origine du "Jour sans pub". Devenue une blogueuse influente (lejoursanspub.fr/), elle continue de pourfendre les idées reçues. Avec sa profonde connaissance de la publicité et de ses subtilités, elle assure la direction de création et le conseil stratégique auprès d'agences et d'annonceurs.

 Olivia van Hoegarden


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • BarbeTorte BarbeTorte 23 mai 2012 23:45

    Pas un article.
    Juste une pub


    • olivia52 24 mai 2012 08:25

       Merci de votre réaction. Je regrette que vous n’appréciez pas mon article sur Langue de pub. Le livre est distrayant et fort utile pour les jeunes qui démarrent dans ce métier. Sans doute n’êtes-vous pas la cible. Bonne journée.

      Olivia


      • Cocasse Cocasse 24 mai 2012 10:13

        La pub est un crime contre le cerveau.
         smiley


        • olivia52 24 mai 2012 10:26

          Il semble que vous n’aimiez pas la pub et je comprends que vous soyez en colère contre certaines pub qui abusent du temps libre de votre cerveau. Mais c’est un vrai métier, il fait travailler des gens et les entreprises petites ou grandes ne peuvent se passer de publicité. Elle permet de faire jouer la concurrence entre produits identiques. Il y a aussi des pubs géniales, vous les avez certainement vues. Cela n’empêche pas le livre Langue de pub de se positionner comme un vrai outil de travail. Un ouvrage qui a coûté beaucoup de temps à réaliser. A cet égard, je salue l’auteure qui a su transformer un banal lexique en un outil, ludique et distrayant.

          Bonne journée


        • Cocasse Cocasse 24 mai 2012 11:19

          Non, je n’ai pas de télé. J’ai installé tous les programmes anti-pub possible sur mon navigateur internet.

          Même ainsi, on subit quand même la propagande publicitaire, dans la rue, ou les transports.
          Cette propagande est malsaine, psychologiquement parlant. Son discours contrecarre celui qui est nécessaire à l’évolution ou à la guérison psychologique, le sens des responsabilités, de la mesure, de la raison.

          Il n’y a pas besoin de « pub » pour choisir un produit, il suffit de lire les caractéristiques. La pub n’a aucun intérêt pour le consommateur, bien au contraire. Elle ne sert qu’à celui qui veut refourguer sa camelote, le sienne plutôt que celle d’un autre, sans tenir compte de sa qualité.

          Sur l’échelle de l’histoire de l’humanité, toutes les énergies investies dans le « travail » publicitaire, tout le pognon qui passe dedans, tout cela est un immense gaspillage de temps, d’énergie, de talent humain. Cela ne sert strictement à rien, cela détruit même davantage que cela n’apporte.


        • Emma 24 mai 2012 11:21

          « Good paper » !!!! And...Le meilleur livre pour embrasser le métier smiley smiley


          • bobbygre bobbygre 24 mai 2012 12:34

            Mon dieu, quelle touchante naïveté.
            C’est chouette la pub !

            Mais est-ce qu’elle ne serait pas un des principaux obstacles à la prise de conscience par tous qu’il faudrait MOINS consommer. Ça a l’air « interessant » comme bouquin mais à lire votre article, je suis à peu prés certain que vous n’avez jamais lu le livre fondateur de la publicité, celui sans lequel la publicité moderne ne serait pas la même : Propaganda d’Edward Bayrnes. Etudiés par tous les grands communiquants, il posent les bases de la publicité moderne : utiliser l’inconscient !

            Car ce que vous n’évoquez pas dans votre présentation idyllique de la publicité, c’est qu’elle nous manipule à notre insu (les messages visibles sont bien moins importants que les messages invisibles, notamment ceux de l’ordre du symbolique), qu’elle nous crée des besoins qui n’ont aucune raison d’être réellement. Elle fait l’apanage du superflu.
            Son principal instrument est la peur et la culpabilisation (pour le comprendre, il suffit souvent d’inverser les slogans. Par exemple, « Cadum, pour les mamans qui aiment leurs enfants » (j’invente), l’implicite étant que si tu ne donnes pas Cadum à ton enfant, tu es une mauvaise mère etc...).

            La pub est l’outil essentiel qui permet au modèle capitaliste de survivre car il permet d’augmenter sans cesse les besoins de la population et soutenir ainsi la croissance.
            Évidemment, cette logique court-termiste et imbécile a ses limites... et on y arrive.
            Merci la pub !


            • winston smith 24 mai 2012 14:13

              Bonjour,

              Je suis assez triste de constater, en général, les lieux communs, ou la pauvreté des arguments contre la pub. Je suis moi même partisan de la disparition de la pub en même temps que le modèle industriel qui l’a engendrée. Cela dit, je pense que ce n’est pas l’endroit pour sortir les faits et chiffres accablants liés à la pub. le sujet m’intéresse beaucoup, j’ai lu bon nombre d’ouvrages sur le sujet, j’ai même parcouru le « publicitor ». Cela m’a inspirer un minimum de respect envers la pub et tant que phénomène social, et cela m’incite à ne pas penser à l’emporte pièce, si ce livre me tombe entre les mains je le lirai, et je remercie l’auteure de l’article d’avoir attiré l’attention dessus. Néanmoins je pense toujours que la pub est une nuisance à plusieurs niveaux, et je souhaite qu’elle soit complètement marginalisée. La publicité n’a pas été inventé pour des raisons « métaphysiques » mais pratiques. C’est fascinant de constater que sa puissance actuelle a, en fait, des fondements, même pas métaphysiques, mais irrationnels. Si un nouveau modèle de société voit le jour, la publicité a tout à fait sa place, elle jouerait un petit rôle, pour « rendre publique » l’existence de choses significatives qui ont peu de visibilité sur les réseaux.   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Olivia

Olivia
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès