Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Commentaires des lecteurs : la fin d’une utopie

Commentaires des lecteurs : la fin d’une utopie

Le regretté Umberto Eco avait excellemment bien cerné le problème de « l’invasion des imbéciles », permise par le développement des réseaux sociaux : « ils ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui, avant, ne parlaient qu’au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu’aujourd’hui ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel ».

Le problème est que certains journaux ont cru, un temps, qu’Internet et les réseaux sociaux allaient permettre cette démocratisation du savoir, de l’information, un débat continuel et argumenté. Bien mal leur en a pris. La réalité est tout autre et le retour sur terre assez violent. Pensez donc : promouvoir la liberté de parole puis, après en avoir vu leur résultat, fermer les espaces réservés aux commentaires des lecteurs. De là à parler de censure

Une triste réalité

C’est sans doute Slate qui l’écrit le mieux, en octobre 2015 : « les espaces de commentaires en-dessous des articles n’ont jamais apporté, la plupart du temps, ce pourquoi ils étaient conçus à savoir créer des débats riches et intéressants. Les espaces de commentaires sont devenus un lieu de défouloir pour frustrés illettrés, d’insultes ou de débats hors sujet et sans intérêt. Résultat, ils ne sont lus par personne et sont une source de problèmes juridiques et de mauvaise image pour les médias. Il faut en plus ajouter à ce constat le temps et le coût nécessaires à leurs modérations et le développement de la consultation sur mobile qui rend la rédaction de commentaires plus difficile ».

Le constat est partagé par tous : on croyait au savoir, au partage de la connaissance, aux débats argumentés… On s’est planté misérablement. La foule et l’anonymat engendrent des travers et des effets mimétiques, tirent la qualité vers le bas, la déresponsabilisation… Au point que la boutade d’Adam Felder, Digital Analyst au journal The Atlantic, tourne en boucle pour résumer les sentiments de chacun : « combien faut-il que je lise de commentaires sur Internet pour perdre foi en l’humanité ? » Et en général, la réponse est un.

Ainsi, le cimetière des journaux – et des grands noms ! – ayant enterrés la possibilité des commentaires s’agrandit chaque mois : Bloomberg, Reuters, The Chicago Sun-Times, CNN…

Une seule cause ?

La décision de fermer les commentaires a des causes multiples. Non, ce n’est pas seulement à cause des frustrés et des fous furieux. Ainsi, en décembre 2014, quand l’AFP annonce fermer l’espace réservé aux commentaires sur son blog Making-of, l’argument avancé est certes que les commentaires pertinents sont de moins en moins nombreux mais aussi que les discussions se déroulent désormais sur les réseaux sociaux ou forums.

Ainsi, un journal qui ‘ferme les commentaires’ ne cherche pas tant à régler les conséquences négatives liées à la liberté donnée au lecteur de livrer son avis que de centraliser tous les commentaires sur un seul support (par exemple, Facebook), plus facile à gérer (une seule page à surveiller), contrôler (faible anonymat des contributeurs) ou orienter (la discussion).

Mais même si on a cherché à renforcer la transparence des contributeurs, par des connexions via des comptes certifiés (abonnés au journal, compte Facebook…) par exemple, rien n’y fait. La qualité fait toujours défaut. Il y a certes moins de tombereaux d’injures, de commentaires sexistes ou racistes mais les analyses de courte vue ou les trolls pullulent.

Dès lors, quelle solution est la plus adéquate ? Supprimer purement et simplement la possibilité de faire des commentaires OU trouver des parades pour valoriser les ‘meilleurs’ commentaires ? On met en lumière, dès lors, le contributeur, sa réputation, construite soit sur son CV ou par ses contributions anciennes. Vaste programme…

La question de la liberté d’expression

La liberté, c’est bien. La responsabilité, c’est mieux. En effet, en supprimant les commentaires, les lecteurs vont tenir les conversations sur d’autres supports, comme Twitter, en alpaguant la rédaction, l’auteur de l’article, etc. En outre, en supprimant les commentaires, on tue l’interaction, en tout cas une partie. On nie le débat, même vis-à-vis d’un internaute raciste, sexiste, injurieux… Finalement, on en revient au journalisme d’antan : on enquête, on rapporte mais on n’interagit plus.

Or, il faut rappeler que certains éditeurs faisaient le pari que gagner en interactivité permettait de gagner en qualité. Les journaux ont voulu se voir comme des marques de cosmétiques ou de luxe, se focalisant dès lors sur le marketing : comment se faire connaître ? Comment ramener des lecteurs ? Les commentaires étaient un moyen de fédérer les lecteurs, de créer et faire croître une audience… Avec le retour à la réalité concernant les commentaires, cette stratégie est donc caduque. Pour se rassurer, on peut toujours se demander si les ‘commentateurs’ sont réellement lecteurs, abonnés du journal ?

Par ailleurs, la suppression des commentaires montrent surtout la difficulté pour deux mondes de coexister, à l’heure des interactions et des réseaux sociaux (relire à ce sujet ce que dit Edwy Plenel) : les journalistes, d’une part, avec leur diplôme, leur savoir, leur culture, leur a-priori, leur élitisme… Et les lecteurs, qui peuvent être sociologiquement ou intellectuellement proches des journalistes mais en ayant tout de même une perception différentes des sujets abordés. De fait, le journaliste est beaucoup plus pointé du doigt dorénavant, même du côté de ses ‘alliés’.

Ainsi, cette grande utopie qu’est Internet est belle et bien terminée. Outil de démocratisation fait de culture libertaire et autonomiste, la toile est également un nid de désinformation. Elle permet de tisser des liens, c’est aussi un outil de flicage des individus. On en a fait un medium pour interagir, se rapprocher – notamment entre le journal et le lecteur – et c’est finalement un réceptacle de tous les frustrés de la Terre.

Le pire est que, concernant les journaux, personne n’est capable de dire ce qu’il faut mettre en place afin de remédier à ces travers, et inversement de renforcer l’audience et les interactions. Tout en ayant des méthodes qui ne soient pas chronophages. Aussi, la solution simple, pour le moment, est la suivante : on ferme !


Moyenne des avis sur cet article :  2.58/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • lsga lsga 3 mai 13:34

    le niveau des commentaires est en perpétuelle amélioration.
    les « petites gens » s’habituent à débattre, et c’est une très bonne chose, n’en déplaise aux intellectuels bureaucrates certifiés par l’État.


    • Anthrax 3 mai 19:18

      @lsga

      C’est gentil comme réflexion, et d’ailleurs il y a plein de gens très gentils qui ont mis tout plein d’étoiles à ce commentaire.
      Malheureusement, ce n’est pas en « s’habituant » que les « petites gens » (quel mépris ! et approuvé 9 fois !) peuvent débattre mais en lisant des auteurs reconnus pour la qualité de leur pensée, en se renseignant auprès de sources scientifiques solides. 
      Le débat c’est d’abord des arguments, pas des réactions au doigt mouillé, des on-dit, des à-peu-près. 

    • lsga lsga 3 mai 19:22

      @Anthrax
      je vois que la subtilité des guillemets t’échappent.
      continue à commenter, petit à petit, ça viendra smiley


      Moi qui suis habitué à troller partout sous plein de pseudos différents depuis des années, je peux le dire : je vois le niveau de mes contradicteurs de tout bord augmenter. Ils s’habituent à faire des références, à des grands auteurs, à des études scientifiques, à poster des liens wikipedia, à sourcer leurs chiffres, etc. 

      Car quand on débat, quand on troll : on veut gagner. Et c’est un fait que les méthodes classiques de l’argumentation sont les plus efficaces, c’est ainsi que petit à petit, par la pratique, et par la disponibilité de l’information sur internet, le niveau des débats augmentent. 



    • Anthrax 3 mai 19:36

      @lsga

      On pourrait penser le contraire : le niveau baisse, ce qui explique que tu t’en rends compte.

    • lsga lsga 3 mai 19:37

      @Anthrax
      Ou alors on pourrait dire le contraire : le niveau augmente, le niveau peut encore augmenter, et c’est pour ça que tu consacres tu temps à pousser les gens à appuyer leurs commentaires sur des raisonnements valides et des sources fiables. Tu es un optimiste qui croit dans le progrès des commentateurs d’agoravox smiley


    • Fergus Fergus 4 mai 09:26

      Bonjour, Anthrax

      « Le débat c’est d’abord des arguments, pas des réactions au doigt mouillé, des on-dit, des à-peu-près. » 

      Eh oui, et c’est bien là le problème du net, très bien cerné par l’auteur de l’article. Sans compter les propos insultants ou diffamatoires.

      Supprimer les commentaires est la voie de la simplicité, mais pas celle de la pluralité d’expression que l’on pouvait considérer comme un réel progrès. Il faut donc pouvoir les maintenir. Mais sur quelles bases ? J’avoue n’avoir pas de solution facile à proposer.


    • Anthrax 4 mai 11:32

      @Fergus

      Salut Fergus,
      C’est un peu comme le vote démocratique. Lorsque j’entends certaines conversations et que je lis certains forums, je me dis qu’il y a des gens qui ne devraient pas avoir le droit de voter. Mais c’est tout ou rien, et rien ne justifie qu’on prive quelqu’un de son droit d’expression.
      Pour les forums, il me semble qu’en supprimant l’anonymat des commentaires comme commencent à le faire certains, ça calme bien le débat et ça le rend plus intéressant.

    • La mouche du coche La mouche du coche 4 mai 12:14

      Article inouï d’un frustré 7ème dan. L’auteur nous pond un article insultant les lecteurs et leurs commentaires et le publie sur ... Agoravox, parce que c’est le seul endroit qui accepte les commentaire !!! Plus schizophrénique tu meurs. L’auteur est un petit nazillon au mépris rageux, c’est un journaliste. Mon Dieu, que cette engeance disparaisse au plus vite. smiley smiley


    • rocla+ rocla+ 4 mai 12:16

      @La mouche du coche


      En v’ la d’ l’ ouverture d’esprit  en vl’ a ....

    • Zolko Zolko 4 mai 13:24

      @Anthrax
       
      « en lisant des auteurs reconnus pour la qualité de leur pensée »
       
      la logique n’est pas votre point fort, à ce que je vois : car avant d’être des auteurs reconnus, tout auteur était un auteur non-reconnu. Votre pensée est réactionnaire et conservatrice à un point que j’ai rarement vu.
       
      Et je suis bien d’accord avec lsga : le niveau des commentaires augmente. Même le mien ! A force de me faire troller et censurer, j’ai appris à donner mes opinions de manière plus subtile, tout en restant aussi radical qu’avant. J’ai appris que la justesse d’une opinion n’est pas le seul critère, encore faut-il que l’interlocuteur comprenne le message : si quelqu’un ne comprend pas ce que je veux dire, c’est probablement que je me suis mal exprimé (sauf dans les cas pathologiques, mais ils sont rares, et même dans ce cas on peut éveiller une étincelle)


    • Anthrax 4 mai 13:58

      @Zolko

      Excuse-moi de considérer Montaigne, Orwell, Levi Strauss, Jankelevitch, Benjamin pour des penseurs reconnus, libre à toi de leur préferer Nabila et Anounah qui ne le sont pas encore, mais ça ne saurait tarder si je suis la logique implacable de ton raisonnement.


    • Zolko Zolko 4 mai 16:23

      @Zolko
       
      « @Anthrax : Votre pensée est réactionnaire et conservatrice à un point que j’ai rarement vu. »
       
      là par exemple, je me rends compte que cette phrase était nuisible, et elle n’apportait rien au débat : cela a contrarié Anthrax qui s’est cru obligé de répondre une (autre) ânerie. Je n’aurais pas du l’écrire, je le saurais pour la prochaine fois.


    • Anthrax 4 mai 18:42

      @Zolko


      Sauf que moi j’adore écrire des âneries sur Agoravox, et ceux qui les remarquent remontent dans mon estime illico. 

    • Ratatouille Zoblard le terrible 4 mai 21:39

      @lsga
      salut camarade (meilleur post de tout les temps)

      "le niveau des commentaires est en perpétuelle amélioration.
      les « petites gens » s’habituent à débattre, et c’est une très bonne chose, n’en déplaise aux intellectuels bureaucrates certifiés par l’État."

      je suis l’exemple vivant de cette affirmation
      évolution en plusieurs temps (sur 8 ans)
      1:lecteur passif
      2:commentateur:débutant (maladroit,copier collé,que l’auteur n’aime pas)
      3:commentateur:averti (recherche de source,analyse,prise en main
      de l’interface,intervention intelligente avec la modération en
      se qui concerne les commentaires qui ne respect pas la charte)
      4 :éditeur et co éditeur d’articles
      5:modérateur
      6:je travail à l’édition d’un livre.

      7:troll de haut niveau.. smiley


    • Hortus 3 mai 14:18

      Je comprends l’argumentaire mais n’en partage absolument pas la teneur. Bien sûr qu’il y a des commentaires nauséeux mais, en règle générale, une fois écrémé ceux-ci il y a souvent beaucoup plus de pertinence, de subtilités et d’ouverture d’esprit dans les commentaires que dans les articles eux-mêmes !

      Et je ne parle ici que des articles sur internet. Les articles de la presse papier baignant dans un format conventionnel et prédictible qu’ils n’ont pour la majorité aucun intérêt. Au point que la plupart ne sont même pas écrit par les journalistes qui les signent mais par des agences de communication ou des cabinets des ministères.

      • Anthrax 3 mai 19:20

        @Hortus

        Des preuves. Apporte des preuves de ton argumentation. Sinon ça reste du on-dit sans intérêt. 

      • lsga lsga 3 mai 19:26

        @Anthrax
        attention Anthrax : tu es en train d’augmenter le niveau des commentaires d’Hortus


      • Fergus Fergus 4 mai 09:29

        Bonjour, Hortus

        « une fois écrémé »

        Toute la difficulté est là. Sur quels critères peut-on « écrémer », hors propos manifestement injurieux et diffamatoires ? Et qui s’en charge ?


      • Gatinais33 Gatinais33 4 mai 11:55

        @Fergus
        Je m’adresse à l’ancien d’AV. Mon commentaire de 9h24, puis celui de Yanleroc posent des questions platement techniques sur les fonctionnalités d’AV. Elles sont hors sujet sur un fil, mais où les placer ?

        Exemple de question, le système des étoiles. La seule interprétation qu’on puisse faire d’un moinsage, c’est : sors de là. Comme dit Boris Vian : si vous foutez les poivrots à la porte, il doit pas vous rester beaucoup de monde !


      • Fergus Fergus 4 mai 17:31

        Bonjour, Gatinais33

        Le problème des étoiles est que, le plus souvent, elles ne saluent pas la pertinence d’un article ou d’un commentaire, mais l’adhésion de celui qui note au propos tenu.

        Avec parfois des résultats absurdes lorsque la passion l’emporte sur la raison.


      • Gatinais33 Gatinais33 4 mai 20:58

        @Fergus
        Cette question des étoiles est très secondaire, évidemment. A titre personnel, je surmonte sans problème l’agacement que suscite un moinsage non renseigné. Mais puisque le dispositif des étoiles existe, on peut imaginer de l’améliorer.
        S’il y avait la possibilité de contacter le webmestre, je lui aurais demandé simplement de rajouter un article dans les FAQ, à l’endroit où on trouve les articles de « Vorbis : compte fermé ». Merci d’avoir fait cette analyse.


      • oncle archibald 3 mai 14:33

        Le grand Charles l’avait dit avant l’auteur de ce billet : mort aux cons ? Vaste programme !

        C’est à la fois la grandeur et faiblesse de la démocratie, la voix du dernier des imbéciles qui va voter pour celui qui lui payé un verre de rouge ne vaut ni plus ni moins que celle du philosophe qui aura médité et pesé son vote pendant des mois.

        On a trimbalé les propos de comptoir sur internet ? C’est commode pour ceux qui n’aiment pas aller au bistrot.


        • Anthrax 3 mai 19:21

          @oncle archibald

          « La démocratie, c’est la possibilité de raconter n’importe quoi. »
          Michel Rocard (qui n’allait pourtant pas sur AgoraVox)

        • leypanou 3 mai 14:53

          la toile est également un nid de désinformation : si vous remplacez toile par presse, je suis d’accord avec vous.

          Quant aux commentaires inutiles, il y en a autant que de journalistes inutiles : quand on se contente de commenter des dépêches AFP, on ne peut pas vraiment dire que l’on fait du journalisme.


          • César Castique César Castique 3 mai 15:26

            @leypanou


            « a toile est également un nid de désinformation : si vous remplacez toile par presse, je suis d’accord avec vous. »


            Ce n’est pas pour cela que la comparaison est pertinente. La presse, c’est la désinformation orientée dans un but précis, la toile, c’est la désinformation qui fout le camp dans toutes les directions.


            Et il y a une seconde différence, sur la toile, le consommateur de désinformation trouve celle qui va dans le sens de ce qu’il a envie de croire.

          • Anthrax 3 mai 19:29

            @César Castique

            Ah bon ? Il n’y a pas sur le web des sites d’informations « orientés » ? Russia Today, Sputnik, Réseau Voltaire, AWD News, Les Crises, lacontrerévolution etc... il y en a des centaines, dont certains sont reliés ici... Sans parler de sites officielles d’état comme la Chine où tout est filtré dans le même sens.

          • César Castique César Castique 3 mai 20:16

            @Anthrax


            « Ah bon ? Il n’y a pas sur le web des sites d’informations « orientés » ? »


            Du moment qu’un site fait dans l’information, il est orienté - ne serait-ce déjà que par le tri qu’il fait au sein de la masse quotidienne d’informations - mais, sur la toile, puisque toile il y a, du fait même de la quantité de sites, on en trouve d’orientés dans toutes les directions, à la différence de la presse qui est, en France, dans l’immense majorité des cas, d’un conformisme affligeant.

          • Anthrax 4 mai 11:40

            @César Castique

            « Informer c’est choisir », c’est la 1ere chose qu’on apprend à l’école de journalisme. Ça veut dire choisir en fonction de que l’on SUPPOSE que le lecteur attend. Je te rejoins quand tu écris que la presse est conformiste, c’est sans doute ce qui explique le désamour des Français.
            Maintenant il faut se poser une question que tout le monde évite : qui est prêt à payer un abonnement forcément cher, pour une médias de qualité ? Toi, par exemple, serais-tu prêt à lâcher 100 euros / mois pour avoir l’assurance d’une info vérifiée, si possible bien présentée et qui, en plus, correspondrait à tes centres d’intérêt ?

          • César Castique César Castique 5 mai 12:12

            @Anthrax

            « Toi, par exemple, serais-tu prêt à lâcher 100 euros / mois pour avoir l’assurance d’une info vérifiée, si possible bien présentée et qui, en plus, correspondrait à tes centres d’intérêt ? »


            Cent euros est une somme modérée, puisqu’elle ne représente que trois euros par jour. Mais je ne les dépenserais pas, pour cette raison toute simple qu’aucun support ne me donnera jamais l’assurance d’une « info vérifiée », indépendamment de sa présentation et de mes centres d’intérêt.


            On peut très bien vivre, en ne « pensant » à peu près rien - c’est peut-être vrai, peut-être faux, à moitié vrai et à moitié faux, ou encore présenté sous une mise en perspective trompeuse - de ce qui nous parvient comme informations à longueur de temps. 


            D’autant plus qu’à côté de ce qui nous parvient, il y a tout ce qui ne nous parvient pas, et qui est beaucoup plus volumineux encore, soit que l’« on »* estime que ça ne nous intéressera pas, soit que l’« on » estime qu’il vaut mieux que nous ne le sachions pas...


            Cette attitude est un peu chiante pour l’entourage, on ne pense jamais rien de rien. A chaud s’entend, parce qu’avec le recul, ce qui ne disparaît pas de l’actualité - le non négligeable donc - se décante et on y voit généralement de plus en plus clair, par le biais des conséquences. 


            C’est la discipline à laquelle j’essaie de m’astreindre.

          • Rincevent Rincevent 3 mai 15:08

            C’est exactement le même problème qu’avait inauguré l’apparition de la CB, aujourd’hui quasi disparue : https://fr.wikipedia.org/wiki/Citizen-band

            Le principe de base était le même : l’anonymat derrière un pseudo. Sous couvert de liberté d’expression, d’entraide, etc, la CB avait assez vite dérapé avec ses trolls (on ne les appelait pas encore comme ça) qui s’invitaient en force dans les conversations, les stérilisant. C’est souvent ce qui se passe maintenant sur AGV, mais comment faire ? Certains y réfléchissent : http://rue89.nouvelobs.com/2015/12/18/lart-trolling-comment-troller-les-trolls-262511


            • Ar zen Ar zen 3 mai 15:16

              Je suis assez d’accord avec l’auteur si je dois en juger par la toute petite expérience que je retire de ma récente présence sur Agoravox.

              Il y a des exceptions qui confirment la règle mais, elles sont peu nombreuses. D’une manière générale, il y a peu d’échanges d’arguments le long des différents fils. Chacun y va de son idéologie. C’est très bien de défendre son idéologie mais il conviendrait d’argumenter. Mais les arguments sont les grands absents des échanges. Nous voyons fleurir beaucoup trop souvent des attaques « ad hominem » et bien trop souvent l’effet Dunning Kruger se manifeste « bruyamment ». Si des arguments sont posés, d’aucuns ne prennent pas la peine de les vérifier, d’en mesurer la portée, de les analyser.

              J’ai toutefois réussi, au long des discussions, à glaner, ça et là, quelques informations et prendre connaissance de certains liens. Mais combien de commentaires ineptes ou inutiles pour un argument bien posé, un fait facilement vérifiable ?

              Mon dernier plaisir, le classement mondial de la liberté de la presse par RSF, cela vaut ce que ça vaut, mais ça existe et fait réfléchir. Merci à l’internaute auteur de ce « post ».

              https://rsf.org/fr/actualites/classement-mondial-de-la-liberte-de-la-presse-2016-la-paranoia-des-dirigeants-contre-les


              • Rincevent Rincevent 3 mai 16:39

                @Ar zen

                A propos d’arguments vs idéologies, j’ai remarqué que les premiers attiraient beaucoup moins d’étoiles (voire souvent aucune), comme si beaucoup de lecteurs n’étaient pas intéressés par ça, préférant les affirmations brutes. Je me trompe ?


              • Ar zen Ar zen 3 mai 18:29

                @Rincevent

                Je ne pourrai pas répondre à votre question. En effet, les « étoiles » ne me sont pas visibles depuis ma tablette et c’est le moyen le plus fréquent, disons à 90% du temps, que j’utilise pour consulter Agoravox. A l’instant je suis sur mon ordinateur et je peux voir les « étoiles ». 

                Puisque l’on parle d’étoiles, je remarque que les commentaires restent bien terre à terre et manquent souvent de hauteur. Je pensais qu’un site comme Agoravox pourrait permettre à ses lecteurs de prendre un peu de distance avec ce que disent constamment les « grands » médias, pour faire court. Nous restons le « nez dans le guidon ». En mettant les évènements et les faits en perspective nous pouvons nous approcher de la réalité, une certaine réalité en tous les cas, bien plus palpable que celle qui nous est communiquée par nos journalistes habituels, sous pression de l’oligarchie financière ,celle qui tient les cordons de la bourse et les contrats de travail.

                Malgré tout, certains intervenants proposent de vraies pistes de réflexion bien meilleures que la voix monotone des médias dominants. Ne jetons pas trop vite le bébé avec l’eau du bain.

              • Anthrax 3 mai 19:30

                @Ar zen

                Pour une fois (mais n’y reviens pas !) je suis entièrement d’accord avec Ar zen.

              • mmbbb 3 mai 21:01

                @Anthrax Je vous ferai remarquer que la presse est subventionnee en France ( dotation aux grands titres FIG Le Point L’Express...) Nous pouvons en deduire qu il n’y pas de personnes assez intelligentes qui lisent cette presse Sans ces dotations fermeture. Le Monde je ne lis plus depuis tres longtemps Il me semble ECCO avait dit : les intellos il faut les laisser dans les universites, la preuve comme BHL qui arrive a dire des conneries et se sert des medias pour faire faire passer ses positions. Celle ci sont souvent de l’imposture Quant a notre Sartre lui il s’est plante jusqu au bout Je peux pour faire un inventaire a la Prévert. Et le dernier nous nous rappelons de la catastrophe de Tchernobyl , nous avons en réminiscence l intervention du professeur Pellerin ( le compteur Geiger crepite lorsque les scientifiques font des mesures dans le Mercantour Voyez parfois je prefere encore une grosse balourde d un pilier de bar qu un commentaire argumente mais erronnes d’un intello Ces intellos ont le plus souvent aucun doute et ont une certaine condescendance pour la plebe ( GISCARD ) .


              • Anthrax 4 mai 13:45

                @mmbbb

                A la grosse balourde on peut pardonner de raconter une connerie, à un « intellectuel » non. Or c’est précisément cette remise en cause de l’intellectuel qui fait qu’aujourd’hui les Français ne croient plus en leurs « élites ». Depuis le début des années 60 on nous raconte que le nucléaire c’est formidable, qu’on ne peut pas s’en passer, or la preuve est faite un peu partout dans le monde qu’il y a des alternatives, de même on nous a gonflé avec les 35 heures qui devaient « mutualiser » le travail, là encore preuve est faite de la fausseté du raisonnement. 

              • Gatinais33 Gatinais33 6 mai 09:01

                @Rincevent
                Même constat de mon côté. Il y a quelques petites choses techniques dont je suis sûr et je constate, quand je les rappelle, une avalanche de moinsages mais pas de réponse. Comme si certains (anonymes) avaient peur d’atterrir. C’est un peu comme si les esprits politiques voulaient garder le pouvoir sur AV.


              • Radix Radix 3 mai 15:21

                Bonjour

                Je sens que l’auteur regrette le bon temps du courrier des lecteurs, quelques lignes en fin de journal ! Enfin, pour celle qui échappaient à la corbeille car trop critiques ...

                Radix


                • César Castique César Castique 3 mai 15:22

                  «  Les espaces de commentaires sont devenus un lieu de défouloir pour frustrés illettrés, d’insultes ou de débats hors sujet et sans intérêt. »



                  Pour savoir que ça se passerait ainsi, il suffisait de ne pas croire au citoyen instruit, éclairé, soucieux du bien commun et désireux d’y contribuer, inventé par les chimériques qu’on appelle encore les Lumières, et prolongé par les « progressistes » du XIXe.



                  • straine straine 3 mai 16:30

                    Après écrémage, les commentaires sont souvent plus intéressants que l’article.
                     Une fois la forme idéologique corrigée et l’expression psychorigide ôtée, y’a bon Banania !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès