Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > « Communiquer est un acte de combat »

« Communiquer est un acte de combat »

Derrière les vocables toujours trompeurs et galvaudés d’opérations d’aide au retour à la paix, de stabilisation ou de normalisation, se cachent de véritables opérations de guerre.

Ces mots sont extraits d’un article de Romain Rosso paru dans l’Express.
Le journaliste y retranscrit les mots du chef d’état-major de l’armée de terre (CEMAT), le général Elrick Irastorza.

Ce dernier avait déjà fait une déclaration lors de son audition sur le projet de loi de finances pour 2009 : « La mort de nos dix camarades dans la vallée d’Uzbeen a rappelé à nos concitoyens, et parfois dans nos propres rangs, que derrière les vocables toujours trompeurs et galvaudés d’opérations d’aide au retour à la paix, de stabilisation ou de normalisation, se cachaient de véritables opérations de guerre avec tout ce que cela comporte, et surtout qu’une fois choisi ce métier, on ne choisit plus ses missions. Mais elle a aussi rappelé que toute opération militaire comporte un volet médiatique qui va bien au delà de la simple relation des faits et devient partie intégrante du conflit, fût ce au prix de dommages collatéraux pour nos familles et nos soldats en opérations ou en cycle de préparation opérationnelle ».

C’est, peut-être, la seule fois que l’on ose parler de ce que représente l’engagement d’effectifs humains dans un combat. On peut noter toutefois que l’on ne parle pas de « l’adversaire ».

De l’importance de la communication :

Deux résultats de sondages datant de 2008 :

Celui de BVA sur « La décision d’envoyer de nouvelles troupes françaises en Afghanistan » datant de mars 2008 qui nous montre que :

-68% des personnes interrogées désapprouvent ce choix.

-18% des personnes interrogées approuvent ce choix.

Ce rapport souligne que « Au final, quelle est la portée de ces données ? C’est-à-dire, enregistre-t-on simplement une forme de bonne volonté générale des Français, voire un pacifisme hexagonal aussi atavique qu’un peu honteux ? Certainement pas. Lors d’autres conflits, et notamment lors de la Guerre du Golfe de 1991, l’opinion publique nationale s’est montrée au moins aussi déterminée que ses dirigeants. Dès lors, l’opposition des Français à une plus forte implication militaire dans ce que l’on peut nommer la guerre d’Afghanistan constitue une donnée politique véritable et nouvelle ».

Celui de CSA sur « l’opinion des français à l’égard de la présence de troupes en Afghanistan » datant d’août 2008 duquel ressort que :

-55% des personnes interrogées pensent qu’"il faut retirer les troupes car la France s’enlise dans un conflit sur lequel elle n’a pas de prise".

-36% des personnes interrogées pensent qu"’il faut maintenir les troupes car elles participent à la lutte contre le terrorisme international".

A la suite d’un article sur ce sondage, JD Merchet nous rend attentif au fait que : « Maintenir le consensus sur la légitimité des opérations militaires est l’un des premiers devoirs de tout dirigeant politique. Un chef de l’Etat qui a l’opinion derrière lui (à des niveaux de 70% ou 80%) est d’autant plus fort sur la scène internationale. Manifestement, les opérations en Afghanistan, qui apparaissent comme étant liées au retour dans l’Otan, et nolens volens comme un alignement sur la politique américaine suscitent de fortes réticences, qui mettent à mal le consensus  ».

Il n’y a plus qu’à attendre les résultats de l’impartial Opinion Way qui a été chargé par le ministère de la Défense de sonder les Français afin mesurer l’impact de com’ de la DICoD, commencée par la campagne "Défense" (le clip vidéo) (au service de la Paix), le 15 juin, et qui s’est fini par l’émission de Michel Drucker sur l’armée de Terre, diffusée le soir du 14 juillet où on a vu :

-Bixente Lizarazu, en otage exfiltré par les RAPAS du 1er RPIMa et baladé au bout d’une corde (la grappe) accroché à un hélicoptère…Cela a beaucoup plu au footballeur.

 -Gérard Darmon en Afghanistan, où l’acteur a partagé le quotidien de nos soldats, qu’il a voulu « regarder de manière décalée » et les soldats lui ont chanté pour son départ ,de manière décalée, "La petite Piste" en allemand.

-Arielle Dombasle, en visite au Tchad. « Le pays est très pauvre, très pauvre, je n’imaginais pas cette misère et pourtant, des pays pauvres, j’en ai vu », témoigne l’actrice. Heureusement, comme en Afghanistan, au Liban ou au Kosovo, nos soldats interviennent pour soigner les habitants dans leurs hôpitaux militaires, rehausser le niveau scolaire, distribuer de l’eau dans les villages et assurer la bonne gestion des orphelinats. « L’aide des pays riches ici se fait criante », résume Arielle Dombasle, avant de chanter dans une magnifique robe.

 
L’actualité réelle en Afghanistan a malheureusement pris le pas sur les efforts des médias de divertissement. Nous avons encore à déplorer plusieurs blessés et un mort, un jeune caporal-chef du 3ème RIMa de Vannes, portant maintenant à 29 le nombre de soldats français tués depuis leur déploiement en 2001.
 
 
 
Source de l’article :
-Blog Secret défense
-Blog Le Mammouth
-Blog de Samuel Gontier
-DICoD
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • manusan 3 août 2009 11:07

    Arielle Dombasle, l’arme de destruction massive française, ça fait peur.

    non sérieux, la France devrait plutôt envoyer une star du porno en Afghanistan pour remonter le moral de ses troupes.


    • E-fred E-fred 3 août 2009 17:49

      à manusan

      Les « peoples » sont sûr tous les fronts...

      Ils avaient pensés envoyer Johnny ...mais ... "Cependant, les médecins l’ont jugé suffisamment fatigué, conséquence de sa chute sur un bateau, il y a une huitaine de jours dans le sud de la France et de sa tournée des stades, pour le garder 4 jours supplémentaires à l’hôpital américain de Neuilly"...à l’hôpital américain...ça ne s’invente pas...


    • LE CHAT LE CHAT 3 août 2009 11:15

      ils devraient envoyer Mireille Mathieu chanter la marseillaise en première ligne , ça foutrait les boules aux talibans d’une force ! et pour leur détruire les neurones , l’arme absolue , la projection sur grand écran de Secret story !


      • E-fred E-fred 3 août 2009 17:52

        à Le Chat

        « Mireille » est une artiste qui va généralement dans les grandes démocraties :

        Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, en visite à Moscou, et le Premier ministre russe Vladimir Poutine se sont rendus ensemble samedi soir à un concert de la chanteuse française Mireille Mathieu, ont rapporté les agences russes.
         
        La chanteuse, qui donnait un concert dans l’un des palais du Kremlin, a rencontré les deux hommes lors de l’entracte et s’est dite ravie de l’entretien, qu’elle a qualifiée de bonne surprise inattendue.
         
        M. Poutine lui a présenté M. Kadhafi et l’a remerciée de son concert : « on vous aime beaucoup en Russie », a-t-il dit.


      • cathy30 cathy30 3 août 2009 13:34

        E fred
        des soldats meurent pendant une guerre, c’est un scoop ?

        Ne serait-ce pas plutot la population afghanne qui en prend plein la tête. des milliers d’afghans fuient leur pays, hommes femmes enfants au péril de leur vie pendant des traversées en barque. Ils débarquent en europe, sont traités comme des criminels.

        Certains zouaves comme cités plus hauts, font les guignols dans des shows. Le cynisme absolu.


        • E-fred E-fred 3 août 2009 17:56

          à cathy30

          J’ai « souligné » que les communicants ne parlaient pas des « adversaires » car d’après les communiqués officiels, ce ne sont toujours que des « dommages collatéraux », que l’on traque comme du gibier dans les forêts de Calais...

          merci de votre vigilance !


        • Papybom Papybom 3 août 2009 13:35

          A l’auteur,

          Les militaires qui, en s’engageant, pensaient défendre la Nation, ont déchantés. L’armée n’est plus que le faire valoir du Roi. Présenter les armes devant les dictatures, bravo pour votre abnégation. Servir de décor pour Arielle Dombasle, n’est qu’une fumisterie. Si notre armée n’est que cela, autant la dissoudre.

          Entre celui qui reçoit l’ordre de risquer sa vie pour l’égo des politiques, et celui qui n’est qu’un pot de fleurs pour l’épouse de BHL, qui est le plus à plaindre  ?

          Monsieur Michel Drucker, combien gagnez vous pour ridiculiser ces gents. Pratique d’avoir gratuitement des trouffions qui accepteront de vous servir sans contester. L’armée n’est pas syndiquée.

          Le 14 Juillet, ma télé est en berne. Mais, elle est si souvent éteinte, que cela ne change pas grand-chose.

          Cordialement.


          • E-fred E-fred 3 août 2009 18:01

            à papyboom

            Effectivement, cela fait longtemps que l’idéal de Paix ne fait plus partie de la priorité de nos décideurs. Par contre on continue à « bourrer le mou » des plus jeunes pour qu’ils continuent de servir de chair à canon en faisant le SAV des industries d’armements...

            "Comme le déploiement de Tigre, celui des Caesar est un pas de plus dans les velléités d’autonomisation des appuis feux, ce qui facilitera d’autant la réactivité aux demandes des troupes, quand la France aura sa propre zone d’opérations. Au passage, c’est une possibilité de plus pour l’artillerie de montrer ses talents, après avoir été saignée dans la énième réforme de l’armée de Terre.
            Et, ce n’est pas négligeable, c’est une possibilité pour le Caesar d’obtenir, avec un label "combat proven", de nouveaux clients, en plus de la Thaïlande et d’un pays du Moyen-Orient."

            No comment...


          • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 3 août 2009 16:09

            Très belle robe fuscia, très beaux costumes kakis...

            Bravo pour le choix des couleurs.


            • E-fred E-fred 3 août 2009 18:10

              à MJM

              Et oui, c’est criant.. ;criant de mauvais goût.. ;criant de foutage de gueule.. ;comme les images quand elle se pavane habillée en « Galliano » au milieu des jeunes enfants Tchadiens...

              Je vous poste un coup de gueule du woueb :

              J’ai donc lu qu’elle était partie en mission au Tchad, pour France 2, que l’Armée de terre, ou les Nations Unies, avaient mis à sa disposition un gros zélicoptère russe pour promener son postérieur au-dessus de la misère des Tchadiens (un encore plus gros que celui d’Arthus-Bertrand — l’hélicoptère, pas le postérieur).

              J’ai appris avec effroi qu’elle avait souffert de la chaleur. Normal : moi, déjà, pour aller au Tchad, j’aurais pas mis un sous-pull à col roulé, et un gilet par-dessus. Et qu’elle avait tenu trois jours en dormant dans un container réfrigéré. Vous voyez-ça d’ici : un container réfrigéré. Les Tchadiens, et même les biffins, c’est pas trois jours qu’ils y passent, dans la fournaise, et pas dans des conteneurs réfrigérés. Mais aussi, ont-ils sans doute moins peur pour leur fond de teint et rouge à lèvres : c’est vrai, ça doit pas être garanti pour ces températures. Et quid du Botox ?

              Enfin, le truc qui m’a quand même rassuré, c’est que pour visiter les camps de réfugiés, des petits orphelins, des petits sidéens (on n’en parle pas dans l’article, mais on sait bien que l’Afrique en crève), des affamés, des crève-la-faim, la poupée Barbie blette, était habillée en Galliano (c’est même écrit sur son futal, en gros sur les photos, combien elle a touché, de Galliano, pour cette pub à la télé, le matin du 14 juillet juste avant le défilé ?)

              Alors moi, je vais vous dire : que les people jouent au people, dans leurs jets, leurs yachts, leurs villas piscines et soirées privées, ça ne me dérange absolument pas et même je n’en ai rien à foutre. Et s’ils claquent du fric comme ça, que ça fait travailler des gens qui nourrissent leur famille grâce à eux, et bien vive les riches. S’il n’y avait pas eu de richous et de people autrefois, on n’aurait pas Versailles, Chambord, et autres belles petites choses que c’est pas ces salauds de pauvres, qui auraient pu les payer (même si, au final, c’est avec leur sueur, leur pognon, et même leurs vies, qu’on les a construits).

              Que les pauvres en Afrique crèvent de leurs guerres, de la famine, du Sida, ça me désole sincèrement. Mais j’ai quand même le sentiment que ça n’est pas ma faute directement à moi, et que je n’y peux pas vraiment grand chose non plus, à mon niveau.

              Mais qu’une people aux babines siliconées, au QI équivalent à celui d’un petit pois, une starlette sur le retour, aille faire de la pub pour Galliano dans les camps de réfugiés Tchadiens, aux frais de l’Armée française et des Nations Unies là ça me débecte, ça me déboussole, ça m’écœure, ça me révolte.

              Sous couvert d’humanitaire, la forme la plus dégueulasse, indigne, indécente, abjecte de néo-colonialisme. Que tout ça soit projeté à la télé sur une chaîne de service public le jour de la fête nationale, liberté-égalité-fraternité, ça passe difficilement. Quel est donc l’abruti de communiquant qui a eu cette lumineuse idée, pour donner au bon peuple une image positive de son armée ? Qu’on le rétrograde au grade de caporal et qu’on le mette de corvée de chiottes jusqu’à sa retraite à 67 ans.

              Quant à moi, je lance une fatwa pâtissière sur Arielle Dombasle : Entartons ! Entartons ! La poupée cornichon ! Et qu’on l’envoie dans son container réfrigéré, faire de la pub pour Galliano sur Vénus, là où paraît-il il fait bien chaud aussi.

              Ça ne donnera pas à bouffer aux petits Tchadiens, et ça laissera quelques traces douteuses sur le treillis Galliano. Mais bon, au moins, ça nous rendra peut-être un peu de dignité, dont les gens comme ça semblent tellement dépourvus.


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 3 août 2009 18:26

              Re Salut

              Très bon le coup de gueule du OUAIB

              Précision suplémentaire , la dombasle n’est pas sortie de N’Jamena .

              Que faut il faire ? Je ne reproche rien aux responsables militaires car bon ou pas bon il faut qu’on parle de nous .

              A plus


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 3 août 2009 17:32

              SALUT E FRED

              J’ai regardé l’émission de Drucker en différé et je l’ai globalement trouvée un peu cucu , surtout l’épisode Ariele dombasle . Putain quelle conne , avec son petit chapeau en train de dire bonjour à la dame africaine si pauvre, si pauvre .

              Tout cependant n’était pas nul dans la mesure où les militaires n’ont pas joué gnan gnan . C’était le cas du REP que Drucker le malin s’était réservé ; Belle prestation de ce régiment qui n’a pas joué dans le registre boy scout secouriste mais dans la catégorie « guerriers » .

              De toute façon, nous devons communiquer car nous devons recruter . La qualité n’est pas toujours au rendez vous sauf encore pour la Légion qui peut se permettre de ne garder qu’un candidat sur Huit .

              Vive la république quand même .


              • E-fred E-fred 3 août 2009 18:23

                à Cambronne

                C’est proprement scandaleux de se foutre de la g... du contribuable avec des émissions de propagande comme celle ça...sous prétexte de faire « garder la Paix dans le monde »...

                Bourrer le mou à des jeunes chômeurs de 20 ans ou des transfuges des pays de l’Est pour les faire signer à servir de chair à canon...stop...

                Il serait grand temps de changer de politique et de politiciens.


              • CAMBRONNE CAMBRONNE 3 août 2009 20:42

                Houlala

                Monsieur l’expert , vos propos sentent le café du commerce .

                Quant aux transfuges de l’est , cela n’existe plus car il n’ y a plus de pays DE l’Est . Seulement des pays qui sont A l’Est .

                Pour ce qui est du bourrage de mou, vous avez l’air d’une part de l’avoir subi et d’autre part de vouloir le faire subir aux autres .

                Qu’y connaissez vous en politique étrangère et en question de défense . Cela fait des mois que vous vaticinez sur ce site avec des airs de spécialiste . Vous lisez des revues dont vous ne comprenez pas tout le sens que vous nous recrachez sans trier .

                Bonne nuit quand même ..


              • morice morice 3 août 2009 23:26

                De toute façon, nous devons communiquer car nous devons recruter .



                toujours d’active ???? eh ben merde alors, ce Cambronne....

              • morice morice 3 août 2009 23:41

                vous, vous n’aimez pas Dombasle, avouez-le... jaloux de BHL, va....


                euh ....heureusement que je ne pense pas toujours ce que dis... mais désolé j’ai pas résisté là ; elle fait tellement Mmzelle from Armentières... ou Madelon.... renaud plus convaincante  ? son monument....  à sa gloire, que n’a pas encore Dombasle....

              • E-fred E-fred 4 août 2009 07:53

                 smiley)) 

                Cambronne a été invité pour le prochain « Vivement dimanche »...


              • Philou017 Philou017 3 août 2009 23:19

                Communiquer ? Je dirais plutôt désinformer. Une pratique devenue une « technique » de manipulation couramment utilisée. L’armée Française aurait-elle du retard sur les « spin doctors » anglo-saxons ?
                Propagande et manipulaton sont les deux mamelles de la communication de guerre.

                Tout cela pour cacher les vraies raisons de ces guerres : l’intérêt. Celles d’Afghanistan et d’Irak servent à faire vivre le complexe militaro-industriel Américain, et plutôt bien :

                Au cours des neuf dernieres années , la production non-industrielle aux EU a baissé d’environ 19 pour cent. Cela a pris environ quatre ans pour retrouver les niveaux vus avant la récession 2001 - et tous ces bénéfices ont été anéantis dans la récession actuelle. Au contraire, la fabrication d’armes est maintenant de 123 pour cent plus grande qu’elle était en 2000 - elle a plus que doublé tandis que le reste du secteur industriel s’est réduit.

                Mais Norris ajoute un avertissement : "les Etats-Unis restent principalement une économie civile. L’armée prend maintenant environ 8 pour cent de toutes les marchandises durables, au lieu de 3 pour cent en 2000." Cela met la taille de l’économie militaire en perspective, mais il est important de noter la trajectoire - l’économie militaire est presque trois fois aussi grande, proportionnellement au reste de l’économie, qu’elle était au début de l’administration Bush. Et c’est le seul secteur industriel montrant une croissance. Extrapolez cette tendance et qu’obtenez-vous ?

                Le changement de leadership à Washington ne semble pas diminuer cette tendance. Le budget militaire pour 2009, non compris les guerres en Irak et l’Afghanistan, est 651 milliards de $, en hausse de 11 pour cent de 583 milliards de $ dépenséspar les militaires en 2008. L’Irak et les guerres de l’Afghanistan sont évalués, séparément, coûter 150 milliards de $ par an.

                Inspiré d’un article du New-York Times.

                http://rawstory.com/blog/2009/08/is-america-building-a-purely-military-economy/


                • morice morice 3 août 2009 23:31

                  excellent ! je ne l’avais pas vue la BHL sister.... ah au fait, ça chie dans la colle quelque part là : ce woukainde Gates a donné un coup de cor y semble ....


                  Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, s’est rendu en Belgique au cours du week-end pour une rencontre secrète avec le commandant des forces américaines en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, a annoncé le Pentagone ce soir.

                  L’annonce de cette réunion intervient sur fond de spéculations sur une demande de renforts américains supplémentaires de la part du général McChrystal. La rencontre, qui s’est tenue dimanche, n’avait pas été annoncée au préalable, et M. Gates n’était pas accompagné de journalistes, contrairement à son habitude lors de ses déplacements à l’étranger.



                  en résumé : ça se passe très mal en afghanistan et la dernière opération un fiasco total = ils ont décampé avant, les Talibans : c’était couru...

                  la preuve 

                  « L’effort international a donné beaucoup moins de résultats que prévu. Son impact a été considérablement affaibli par l’absence d’une vision cohérente basée sur les réalités de l’histoire, de la culture et de la politique en Afghanistan », écrivent-ils.

                  En cause notamment, « l’important manque de sensibilité culturelle » de certains militaires et les bombardements aériens meurtriers pour la population civile. Cela a amoindri « le soutien des Afghans aux troupes », pointe le rapport. La mauvaise organisation des priorités de l’Otan est aussi responsable de ce mauvais bilan

                  nous, ça fait que 2 ans qu’on le dit...


                  • E-fred E-fred 4 août 2009 08:00

                    à morice

                    merci pour le post !

                    même le Figaro commence à rapporter des propos anti guerre...ça sent le résistant de septembre...

                    "Selon de récents sondages, 52 % des Britanniques sont désormais favorables à un retrait immédiat des troupes, et 58 % d’entre eux pensent que la guerre est vouée à l’échec. Pour l’association Stop the War, les chiffres parlent d’eux-mêmes et indiquent que « les militaires britanniques ont sous-estimé la force des adversaires en face d’eux lorsqu’ils ont lancé l’offensive ».


                  • herope kayen 3 août 2009 23:49

                    L’allignement avec la politique guerrière des USA et la réintégration de la France dans l’OTAN ainsi que le côté spectacle de notre président. Ne pouvait aboutir qu’à la théatralisation de la guerre. Depuis longtemps pratiqués par les ricains voir la guerre du golfe « 1er épisode » avec ces « frappes chirurgicales », ces dommages collatéraux, ces frappes amies etc... Tout est prêt pour passer en « prime time ».

                    Plus de sang, ni de pleurs, ni de morts on les rapatrient discrètement. Pour le lambda la guerre est devenue virtuelle.


                    • easy easy 4 août 2009 05:55


                      Oui la communication fait partie de la guerre, et de nos jours elle devrait être très importante.
                      Mais dans les faits, il y a tout de même plein de factions actuellement en guerre qui ne communiquent pas en tous cas pas au-delà de leur groupuscule.

                      Che Guevara, Gandhi, Mandella, Ho chi Minh, Giap, ont communiqué bien au-delà de leurs troupes et de leurs peuples.
                      Au contraire, les rebelles Afghans, par exemple, (Mais c’est pareil pour les rebelles Tchadiens, pour le Esbollah ou l’ETA) ne semblent pas avoir l’idée de communiquer au-delà de leur champ de bataille. Tout se passe comme s’ils ne concevaient pas de gouverner un jour une nation, comme s’ils ne concevaient qu’une sorte de vie tribale à économie loco régionale.

                      L’Afghanistan est un de ces pays qui semble peu se prêter au principe d’un gouvernement central avec des provinces éloignées de 30 monts et vallées. Peut-être est-ce pour cela que les chefs Afghans de smontagnes ne conçoivent pas de plus grand horizon de gouvernance que leurs 50 plus proches kilomètres carrés
                      Toujours est-il qu’en dehors de Massoud, aucun d’entre eux ne semble intéressé de communiquer avec le lointain. Au contraire, chaque fois qu’ils montrent une scène d’égorgement, ils se mettent le Grand Extérieur à dos et ne réalisent pas les conséquences négatives que ça peut avoir.

                      La com de guerre est importante dans ses propres frontières, sur ses champs de bataille mais aussi sur tout le reste de la planète.

                      Si les rebelles (ou chefs locaux) Afghans ne voient aucun intérêt à communiquer plus loin que leur champs d’action armée, nous ; les Français, nous sommes également déficitaires sur ce point.
                      Nos gouvernants ne savent pas vendre nos raisons, notre idéologie, ni dedans, ni dehors.

                      C’est que l’affaire est délicate.
                      Imaginons que notre véritable motivation tourne autour de la question de la mainmise sur les richesses des pays en istan. Difficile de l’avouer à l’éxtérieur et même à l’intérieur.
                      Imaginons qu’une autre de nos motivations soit de ne pas laisser les Russes mettre la main sur le gâteau. Difficile là encore de l’avouer car nous ne sommes pas du tout ennemis déclarés des Russes..

                      C’est parce que nous naviguons en eaux troubles et de façon très hypocrite que nous ne pouvons pas communiquer franchement
                      (Par comparaison, lorsque la France colonisait l’Indochine, elle pouvait continuellement balancer des discours très appuyés du genre « Nous avons le devoir de coloniser l’Indochine parce que nous sommes supérieurs... »)

                      De toutes manières, de nos jours, le discours qui passe le mieux c’est le discours victimiste.
                      Quelles que soient nos véritables motivations, nous ne pouvons tout de même pas prétendre être victimes des Afghans. Nous ne pouvons que bredouiller pour expliquer pourquoi nous les bombardons chez eux.

                      De leur côté ; les Afghans ont bien tort de ne pas communiquer davantage sur les abus qu’ils subissent et ils sont bien stupides de s’exhiber en train d’égorger un otage ligoté ou de faire sauter une statue de Bouddha.
                      Un Giap ou le Dalï Lama seraient aujourd’hui à leur place, ils ne mettraient pas longtemps à dresser le Monde entier contre nous, à nous faire apparaître comme des monstres
                      .


                      • E-fred E-fred 4 août 2009 06:59

                        Sur euronews ce matin, on demande à participer à ce sondage :


                        Should your country provide more support for NATO’s mission in Afghanistan ?

                        oui (28%) non (69%) je ne sais pas (3%) 
                        Participez à ce sondage

                      • E-fred E-fred 4 août 2009 07:14

                        BRAVO à ce militaire !

                        Pour la première fois en Grand-Bretagne un soldat britannique a publiquement condamné la guerre en Afghanistan, le caporal Joe Glenton a remis une lettre au Premier Ministre Gordon Brown dénonçant le conflit et demandant le retour des soldats britanniques. Joe Glenton engagé dans l’armée en 2004 a décidé de ne pas retourner combattre en Afghanistan car selon lui la guerre est loin d’améliorer la vie des afghans et elle ne réduit pas le risque terroriste. Une prise de position qui lui a valu un passage en cour martial. Le jeune caporal britannique a comparu pour une audience préliminaire, accusé de désertion il encourt 2 ans de prison.

                        Cette affaire intervient alors que se renforce le débat sur l’engagement en Afghanistan, les députés britanniques estiment que la mission militaire internationale dans le pays est loin d’avoir obtenu les résultats escomptés en raison notamment de l’absence d’une stratégie cohérente.


                      • easy easy 4 août 2009 12:27

                        Au fond, il se pourrait que, de façon inédite, la communication des situations de guerre dans lesquelles participent des Occidentaux, provienne de plus en plus de nos soldats eux-mêmes.
                        Ca n’avait pas du tout été le cas en Indochine, ça a commencé à être le cas au Vietnam et ça me semble encore plus marqué depuis 15 ans. Même les soldats Russes racontaient leurs états d’âme.

                        Parmi les choses qui minent nos soldats, il y a l’évidence du jeu de fric dans cette affaire. Ils ont sous les yeux une population à soumettre qui est misérable et ils voient des norias de camions citernes remplis de pétrole synonymes de notre rapacité, de notre cupidité. Ils se sentent manipulés par des compagnies pétrolières et ont l’impression qu’il y a des économies de fric qui sont faites sur leur dos (Manque d’équipements, de moyens, comme pour les ouvriers dans nos usines)

                        Je suis convaincu que les plus grosses bêtises des Talibans ont été de se conduire en intégristes, de détruire les Bouddhas et d’égorger des prisonniers. Sans cela, nos soldats auraient un moral bien plus honteux qu’il ne l’est actuellement.


                      • CAMBRONNE CAMBRONNE 4 août 2009 14:02

                        JE LE SAVAIS

                        Quand j’ai entendu parler de ce déserteur à la radio le matin en me réveillant à peine , j’ai tout de suite su que sur AGORAVOX on allait vanter l’intelligence et la clairvoyance de ce type qui n’est qu’un vulgaire déserteur .

                        Même chose que l’année dernière avec le déserteur israélien et aussi avec un autre déserteur américain .

                        Décidément ces gens là ont de beaux jours devant eux avec vous .

                        Quid des déserteurs islamistes ou chinois ou russes tout simplement ?

                        Les fussillés ne parlent pas du fond de leur tombe !!!!


                        • easy easy 4 août 2009 17:07

                          Il y en a qui considèrent qu’un objecteur de conscience doit être qualifié de déserteur, voire de lâche déserteur afin que lui soit attribuée la condamnation qui courait autrefois pour ce motif, la mort.
                          Encore ajourd’hui, il y en a pour considérer qu’il faut tuer ceux qui ne veulent ni être tués ni tuer.
                          Encore aujourd’hui, il en a qui considèrent que le devoir d’obéissance aveugle (Cf expérience de MIlgram) l’emporte sur absolument toute autre considération.
                          Encore aujourd’hui, il y en a pour considérer qu’il faut tuer sans réfléchir ceux qui ont refusé de tuer sans réfléchir.
                          Encore aujourd’hui, il y en a pour considérer que réfléchir avant d’agir n’est ni prioriraire ni nécessaire
                           


                          • E-fred E-fred 4 août 2009 18:26

                            « La guerre n’est qu’une dangereuse maladie d’une humanité infantile qui cherche douloureusement sa voie. La torture, ce dialogue dans l’horreur, n’est que l’envers affreux de la communication fraternelle. Elle dégrade celui qui l’inflige plus encore que celui qui la subit. Céder à la violence et à la torture, c’est, par impuissance à croire en l’homme, renoncer à construire un monde plus humain. »

                            G. de la Bollardière.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès