Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Concentration des médias : tâche bientôt achevée

Concentration des médias : tâche bientôt achevée

Le présent article résume très sommairement l’état de la concentration des médias tels qu’ils peuvent être perçus en France.

Les médias sont résumés ci-dessous par grands domaines.

Le sigle [FF] signifie que le capital appartient majoritairement à une seule famille, en général éponyme. Le sigle [FI] signifie que le capital appartient en majorité à des établissements financiers, c’est-à-dire un peu des banques, et surtout des fonds d’investissement : mutual funds et private equity.

Production musicale : plus des deux tiers de la production mondiale sont réalisés par 4 sociétés, Universal Music (Vivendi [FI]), BMG (Sony [FI]/Bertelsmann [FF]), EMI [FI] et Warner Music [FI].

Production cinématographique  : plus des deux tiers de la production mondiale sont réalisés par 5 sociétés, Disney [FI], Time Warner [FI], Viacom [FI], NBC (General Electric [FI]), Sony [FI].

Télévision : l’Etat français contrôle une diffusion réalisant 40% de l’audience française, et 45% sont contrôlés par Bouygues [FI] et Bertelsmann [FF].

Edition de livres : Lagardère [FI] et Editis (Wendel - FI ) réalisent plus des deux tiers de la production littéraire française.

Publicité/marketing/sondages  : toutes les grandes sociétés mondiales (Omnicom, VNU, Publicis, Havas, Aegis...) appartiennent majoritairement à des établissements financiers, en petit nombre pour les gros actionnaires.

Journaux quotidiens nationaux d’information générale : les deux tiers des titres appartiennent, au moins en grande partie, à des établissements financiers et un tiers à des groupes familiaux (Dassault, Arnault et bientôt Bolloré avec "Direct soir").

Presse magazine : les deux tiers de la diffusion sont réalisés par 4 sociétés, Lagardère [FI], Bertelsmann [FF], EMAP (en vente, sera racheté par des fonds ou Bertelsmann), Dassault [FF].

Agences de presse : il n’y a que trois agences mondiales AP (presse US), Reuters [FI] et AFP (lié à l’Etat français).

Distribution de livres, musique et films : 40% de la distribution en France est faite par les groupes Pinault [FF] et Lagardère [FI] ; 40% est faite par les grandes surfaces (Carrefour, Promodes, ...)

Distribution de journaux : plus des deux tiers faits en France par Lagardere [FI], et Bertelsmann [FF].

Les groupes familiaux restants, à part Bertelsmann qui perd progressivement le contrôle et commence à devoir revendre, par exemple actuellement ses parts de BMG, ne sont pas des groupes de presse : Dassault (marchand de canons), Pinault (distribution, art et luxe), et Arnault (distribution, art et luxe), Bolloré (transport et exploitation forestière).

Les établissements financiers qui possèdent le reste sont :

- des banques : BNP Paribas, Crédit suisse, et surtout des banques new-yorkaises comme JP Morgan

- des fonds spéculatifs : Bain, Lee, Providence, Cinven, Wendel, Eurazeo, Carlyle

- des fonds de pension, comme Fidelity, dont la défense à l’OPA sur VNU montrent qu’ils ne se contentent pas d’un simple rôle de gestionnaire de portefeuille, et que leurs déclarations de propriété sont fort peu crédibles.

Il s’agit au moins aux deux tiers d’intérêts US. Cette prise de contrôle s’est faite à la faveur de plusieurs faillites, dont, en tout premier lieu, celle de Vivendi, qui a tout acheté puis dû tout revendre.

Tous ces groupes ont des intérêts croisés deux à deux : administrateurs communs, actionnaires communs... Un grand nombre de leurs dirigeants proviennent de cabinets ministériels, et réciproquement.

Aucun des établissements financiers qui contrôlent tout cela n’est investi uniquement dans les médias. A part Bertelsmann, il n’y a plus de société de médias qui soit pour son propriétaire une finalité.

Et la concentration n’est pas finie, à en juger, par exemple, par les mouvements récents sur Dreamworks, Pixar, et les mouvements en cours sur Vivendi, VNU, Warner, BMG, Aegis, BVA, CSA...

Quelles en sont les conséquences  ? Tous ces tuyaux géants déversent un flux permanent de désinformation à but lucratif. Elles ne fâchent personne qui compte. On n’y apprendra, par exemple, pas grand chose sur les activités en Afrique des grands groupes français.

Cela ne veut pas dire qu’une idée qui n’est pas publiée est vraie - même les miennes. Mais ce niveau de concentration, même s’il y a toujours eu des liens entre puissances de l’argent, de la presse et pouvoirs, atteint un degré et une puissance inégalés, qui menace la démocratie. En effet, le bon fonctionnement d’un système repose sur l’équilibre des pouvoirs. Or, comment créer des contre-pouvoirs sans moyens d’information d’une ampleur comparable ?

Comment pourrait-on obtenir une plus grande diversité d’informations ? On ne peut pas.

(NB. Les lecteurs qui douteraient de ces élements ou souhaiteraient plus de détails peuvent les consulter sur mon site http://forestent.free.fr/ )


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Marianne (---.---.1.121) 23 mai 2006 13:46

    La concentration des médias est un problème.

    Mais le plus gros problème est surtout la concentration de journalistes de Gauche dans ces médias : 90 %

    Ce qui fait que dans les médias français, nous sommes tous soumis au même matraquage de la pensée unique.


    • (---.---.150.188) 23 mai 2006 18:38

      90% ? Source ? Marre d’entendre ce genre de préjugés (je devrait dire de conneries)...


    • Scipion (---.---.103.48) 23 mai 2006 22:39

      « 90% ? Source ? Marre d’entendre ce genre de préjugés (je devrait dire de conneries)... »

      Oh, il ne faut pas avoir peur des mots. Il faut le dire : conneries !

      Mais alors, après, il faut préciser quel pourcentage de journaleux professent les nébuleuses « valeurs » de la République, l’Egalité, la Fraternité, la « Liberté-mon cul » et combien privilégient de vraies valeurs bien concrètes, comme la Patrie, le Travail, l’Identité, la Famille ?

      C’est quand tu veux...


    • (---.---.150.188) 23 mai 2006 23:27

      Surtout que Liberté, Egalité, Fraternité ce n’est pas la devise de la république, et Travail, Famille, Patrie ce n’est absolument pas connoté historiquement...

      C’est de la porvocation je suppose ? (j’espère...)


    • Daniel Milan (---.---.168.91) 23 mai 2006 23:50

      « Dieudo » est seul à défendre ces valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, bafouées par les autres ! Une raison de plus de soutenir Dieudo ostracisé par les médias pour avoir refusé de se prosterner devant « le bon » communautarisme !


    • minijack minijack 23 mai 2006 15:53

      Pas besoin de lunettes à lire entre les lignes pour comprendre qu’àprès la supposée défense du Droit d’Auteur, d’autres prétextes suivront ! DADvSI n’est que le premier boulet d’une attaque en règle du Net. A commencer par les blogs et les journaux en ligne. RDDV l’a bien dit. Désormais nous bénéficierons d’une information bien filtrée, bien propre, au choix injectable ou en solution buvable !

      Citoyens, le Net est en danger !


      • Stéfan Stéfan 23 mai 2006 17:45

        « Or, comment créer des contre-pouvoirs sans moyens d’information d’une ampleur comparable ? Comment pourrait-on obtenir une plus grande diversité d’informations ? On ne peut pas. »

        Pourtant, votre article lui-même illustre le contraire : internet permet l’émergence de contre-pouvoirs constitués par la somme de contributions individuelles.


        • manuel (---.---.220.197) 23 mai 2006 19:03

          Article interressant, merci. Bienvenue dans la matrice Neo, j’espere quand 2007 Neo pourras sortir de la matrice !!!! a+


          • Forest Ent Forest Ent 23 mai 2006 19:45

            @marianne : je ne suis pas convaincu que droite/gauche soit la ligne de clivage. J’ai été frappé dans cette étude de trouver dans les sociétés de médias en France autant d’anciens membres des cabinets Fabius et Balladur.

            @Stéfan : Vous avez parfaitement raison. Je n’ai pas inclus internet comme média. C’est un peu comme si j’avais fait le portrait de la monarchie en 1788. Disons qu’il s’agit de l’état des forces au début d’une bataille qui va opposer ces sociétés à la société. Leurs armes principales : du cash disponible, un grand catalogue de musique et films acquis pour une durée exorbitante, et beaucoup d’appuis politiques. Nos armes principales : le simple bon sens qui montre que nous n’avons plus beaucoup besoin d’eux.


            • herbe (---.---.158.115) 23 mai 2006 21:56

              Quel constat ! Il y a aussi cet article de Télérama sur ce même thème.


              • Forest Ent Forest Ent 23 mai 2006 23:06

                Télérama devrait se plaindre à Lagardère, groupe auquel il appartient, et qui tire 260 journaux à 1 milliards d’exemplaires :

                http://forestent.free.fr/hfm.html


              • herbe (---.---.158.115) 24 mai 2006 00:24

                Merci pour le lien...


              • Christian Jegourel Christian Jegourel 23 mai 2006 21:58

                Il y a plusieurs prismes pour regarder ce phénomène de concentration. Pour ma part, sans exclure le souhait d’une certaine élite de vouloir, mais sans toujours y parvenir, contrôler l’information, j’y vois plutôt le phénomène de globalisation. Les informations sont, par nature, et surtout les programmes audiovisuels, des contenus de plus en plus mondialisés. Il est donc assez logique d’assister à des concentrations qui ne sont d’ailleurs pas terminées. Les groupes de médias sont aujourd’hui menacés dans leur modèle économique par les géants de l’Internet. Afin de résister à cette hémorragie de leur recette, ils doivent s’armer pour ce défendre. Pour les grands networks US leurs ressources financières leur permettent de racheter des entreprises du net et d’affronter leurs concurrents. Pour les chaînes de TV plus classiques non intégrées verticalement avec la production c’est plus difficile et va entrainer des disparitions ou des rachats. C’est particulièrement vrai en France avec cette stupide loi sur la coproduction qui ne permet pas dans des conditions économiques acceptables, à une chaîne d’être propriétaire de ce qu’elle finance et de pouvoir le diffuser à son gré sur plusieurs supports. Si nos politiques ne prennent pas conscience de cet état de fait des chaînes comme TF1 seront demain les franchisés de ABC, Viacom ou News Corp/FOx. Je vous invite à plus de détails sur mon blog où j’ai largement écris sur ces sujets.
                - La guerre des géants du logiciel, de l’Internet et des médias est déclarée : http://edgeminded.over-blog.com/article-2484081.html
                - Les entreprises de medias engagent la bataille sur Internet http://edgeminded.over-blog.com/article-2557664.html
                - Medias traditionnels et nouveaux médias : le modèle économique va-t-il exploser ? présent sur AgoraVox
                - Google, Yahoo, Amazon... et les médias : les limites de la diversification ? http://edgeminded.over-blog.com/article-1947078.html


                • Forest Ent Forest Ent 23 mai 2006 23:00

                  Cher M. Jigourel, je souscris, comme cela va devenir une habitude, entièrement à vos remarques. A propos des divers prismes, ils ne sont bien sûr pas en contradiction : le contrôle de l’information est même à mon avis assez correlé à la globalisation. Il s’agit dans les deux cas d’un mécanisme de concentration des pouvoirs dans la détention de capital, phénomène largement observé au 19ème siècle. A propos du basculement des médias vers internet, s’il se fait, il est évident que les US y obtiendront un monopole de fait. J’ai été frappé cette semaine de la protestation à Cannes d’un célèbre acteur coréen contre la diminution des quotas de production nationale. A mon avis, qu’on l’apprécie ou pas, le cinéma coréen est infiniment plus créatif que le cinéma US. Toute la mondialisation était là-dedans. Mais il reste une possibilité que l’avenir soit autre, et qu’il n’y ait aucun modèle économique des médias sur internet. Dans ce cas, c’est le modèle économique US qui se porterait assez mal.


                • tartator (---.---.109.206) 24 mai 2006 08:46

                  Internet bouleverserait peut être la donne institutionnelle et la censure étatique, en permettant l’existance de journeaux citoyens, à moins que le candidat Sarko ne mette a exécution son projet de contrôler les blogs quels qu’ils soient, et de soumettre la presse et l’internet français à son diktat (façon « Kyo-tisation » (à partir des réflexions malheureuse de ce pitoyable groupe à la dérive, réclamant en France une censure d’internet à la chinoise lors du débat sur la DADVSI).

                  La démocratie est effectivement en grand danger face à ces concentrations mondialistes, et cette politique du contrôle des masses dans tous les secteurs (information, culture, divertissement, consommation). La loi DADVSI a été le coup d’envoie du démentellement des libertés individuelles et des droits citoyens, le pire reste à venir si chacun reste amorphe devant son téléviseur ou son écran. La majorité a sombré déjà dans cette atonie et cette docilité, le dieu audimat veillant au zéle servile de ses téléspectateurs-consommateurs. L’information est une arme qu’il ne faut surtout pas laisser aux mains des populations qu’on veut contrôler, et les grands tireurs de ficèles qui dirigent nos dirigeants ont déjà rédigé le scénario de cette liberté confisquée.


                  • GuiM (---.---.11.52) 24 mai 2006 12:15

                    Désolé mais vos infos sur Emap et un probable rachat par Bertelsmann sont absolument erronnées ! Petite revue de presse pour suivre la vente du groupe Emap France ici : http://guim.typepad.com/blog/mdias/index.html


                    • Forest Ent Forest Ent 24 mai 2006 12:49

                      Je n’ai pas dit que EMAP Fr serait « probablement racheté par Bertelsmann », mais par « des fonds ou Bertelsmann ». Je cite votre lien :

                      « Des offres fermes doivent être déposées le 31 mai pour la reprise d’Emap France. Selon nos informations, Gruner+ Jahr, Mondadori et RCS Media Group, ainsi que les fonds Apax/Carlyle et Candover sont toujours en lice. »

                      Ca m’a l’air à peu près la même chose : Gruner&Jahr est la filiale presse de Bertelsmann, et Mondadori, RCS, Apax, Carlyle, Candover sont des fonds d’investissement.

                      http://forestent.free.fr/bertels.html

                      et

                      http://forestent.free.fr/emapf.html


                    • mediator (---.---.83.3) 28 mai 2006 11:20

                      Comment pouvez-vous revendiquer une analyse rigoureuse si vous ne savez pas que Mondadori et RCS sont des groupes de médias italiens (pas des moindres) et non des fonds d’investissement ?


                    • Forest Ent Forest Ent 28 mai 2006 23:50

                      Merci beaucoup pour la rectification.

                      L’analyse que j’ai menée ne portait que sur les groupes déjà actifs en France. A ma connaissance, Mondadori est peu présent, et RCS n’a, avec Flammarion, qu’à peine 10% de l’édition. Si jamais c’est un des deux qui l’emporte, je le détaillerai plus sur mon site. Mondadori appartient à ma connaissance à Finivest et RCS à un pool d’investisseurs italiens, mais ça n’en fait effectivement pas en eux-mêmes des fonds d’investissement. Donc mes excuses.

                      Tant qu’à corriger des erreurs, j’aurais du aussi mentionner News Corp (20th century fox) pour la production cinématographique.

                      Je ne sais pas si l’analyse est « rigoureuse », mais elle est traçable, dans la mesure où j’ai posté l’ensemble des informations et sources d’informations que j’ai utilisées.

                      Je ne suis pas spécialiste des médias. J’ai découvert ce secteur en réalisant cette étude, qui m’a pris environ 30 soirées. Je regrette d’ailleurs qu’il m’ait fallu dépouiller autant de rapports d’activités pour comprendre qu’est-ce qui appartenait à qui. Il me semblerait plus transparent que chaque média indique plus lisiblement à qui il appartient.


                    • marcel thiriet (---.---.136.53) 25 mai 2006 12:00

                      TOUT A FAIT , Tartator


                      • keh (---.---.193.123) 26 mai 2006 01:04

                        il y a simplement des gens de droite qui pilotent l’ensemble des medias audiovisuels en France, medias qui comme par hasard reprennent sans la moindre distance les arguments de la droite...


                        • Adolphos (---.---.59.170) 26 mai 2006 09:54

                          Il y a plein de gens de gauche caviard et grand patron, faut arreter les clichés (d’ailleur les pauvres votent majoritairement à droite, et ce n’est pas pour rien).


                        • Forest Ent Forest Ent 26 mai 2006 14:15

                          Comme je l’ai déjà signalé un peu plus haut, je n’ai pas eu l’impression pendant cette étude que les liens pouvoir/médias distinguaient spécialement les partis, tout au moins UMP/UDF/PS dont on trouve beaucoup de membres dans les sociétés de médias en France. J’ai bien peur qu’à opposer sur ce point ces 3 partis vous ne soyez victimes d’une illusion quelque peu orchestrée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès