Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Courrier International : pourquoi je me désabonne

Courrier International : pourquoi je me désabonne

Courrier International No1038 du 23 au 29 septembre 2010.
Page 22, un article d’ El Periodico de Catalunya, intitulé « Qui croit encore à la trêve d’ETA ? », reprend, à l’unisson de la presse espagnole, la thèse du cessez-le-feu d’ETA qui ne serait que pure manoeuvre politique afin de permettre la légalisation de la gauche nationaliste basque.

 
Ceci alors que l’ensemble des observateurs internationaux salue le pas en avant fait par ETA, et somme maintenant le pouvoir espagnol de faire à son tour un pas dans la direction de la résolution du conflit. Cet article partial est le dernier d’une longue liste d’articles publiés par Courrier International et issus de la presse espagnole, avec une constante : on y trouve le seul point de vue "espagnoliste"... 

Page 32, deux articles font état de la désinformation médiatique internationale qui touche le Vénézuela d’Hugo Chavez, et son indéniable réussite sociale et économique. Le premier est tiré d’un blog vénézuélien, et le second, écrit par Mark Weisbrot, est paru dans le Guardian. L’un et l’autre dénoncent la malhonnêteté dont font preuve les médias internationaux (US en tête) pour tenter de disqualifier le régime de Chavez, tant du point de vue politique qu’économique.

Deux sujets, et deux traitements totalement différents par Courrier. Sur le conflit basque, le point de vue du pouvoir espagnol est récurrent, systématique, jamais remis en question. Sur le Vénézuéla en revanche, on fait preuve de clairvoyance pour dénoncer avec justesse l’acharnement médiatique international anti-chaviste... 

La conclusion de l’article de Mark Weisbrot est pleine de bon sens :

Mais quoi qu’il arrive, nous pouvons nous attendre à une couverture médiatique partiale de la réalité. Ainsi, gardez toujours à l’esprit que même si vous lisez The New York Times ou que vous écoutez NPR [National Public Radio, la radio publique américaine], vous obtiendrez toujours des infos à la Fox News [la chaîne câblée ultraconservatrice]. Alors, si vous souhaitez avoir une vision plus juste de la situation, il faut aller chercher vous-mêmes les informations sur internet.

On peut remplaçer The New York Times, NPR et Fox News, par les noms des grands médias espagnols, et on obtient une conclusion qui convient parfaitement à la situation basque. Le filtre médiatique est susceptible de désinformer sur n’importe quel sujet. Que Courrier s’en aperçoive pour le Vénézuela, tant mieux. Mais que, sur le conflit basque, il reprenne ad nauseam la plus simpliste et partiale des analyses, celle du nationalisme espagnol, montre à quel point il reste prisonnier d’étroites conceptions idéologiques. 

Comme l’indique Mark Weisbrot, quand on cherche un peu sur internet, on peut trouver des analyses de qualité, rompant avec la couverture partiale que font les médias sur des sujets comme le Vénézuela. Tel est aussi le cas pour la situation basque, où bien loin des inepties sciemment colportées par les médias dominants en Espagne et en France, et reprises bien complaisamment par Courrier International, on peut trouver nombre d’écrits offrant une lecture différente, et nettement plus objective, du conflit basque. Ce texte très intéressant de Michel Collon en fait partie :

Avec cette logique, nous sommes tous des présumés "terroristes"

En tout cas, c’est décidé, je me désabonne de Courrier International.


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Mathilda 2 novembre 2010 21:47

    @ marc gelone

    C’est évident concernant un certain nombre.
    Mais personnellement, CI m’avait habituée auparavant à comprendre des points de vue, non pas binairement opposés et stéréotypés d’une région à l’autre (comme ils les présentent maintenant sous couvert fallacieux d’objectivité), mais des points de vue seulement radicalement différents, sur un même sujet. Ce qui m’avait beaucoup appris.
    On peut ainsi reconnaître de bons articles autant dans The Independent que dans The Economist (à la morale opposée). Et y voir des mauvais aussi. Bien que séduisants et bien écrits.
    Car l’art rhétorique des media anglais pourrait vous endoctriner à n’importe quoi, si l’on ne s’instruit pas. Les cadres supérieurs français d’entreprise sont de très bons clients de cette séduction journalistique British ...


  • JL JL 2 novembre 2010 10:28

    Ryanair, pirate de l’air, carbure aux subventions .....

     IRLANDE • Ryanair carbure aux subventions | Courrier international 

    @ l’auteur : ceci explique peut-être cela ? Alez, il n’y a pas de honte à aimer Ryanair, mais de là à débiner Courrier International !  smiley

    Où l’on voit pourquoi l’avenir de la Presse est dans le caniveau !



    (Merci à Paul)


    • jullien 2 novembre 2010 10:59

      @l’auteur
      Si je comprends bien, Courrier International ne devrait publier que des articles conformes à vos souhaits.
      Mais que faites-vous sur Agoravox où la diversité des opinions exprimées par les uns et par les autres vous expose au contact d’opinions que vous devez juger détestables ou malhonnêtes ?


      • David Meyers 2 novembre 2010 12:18

        CI doit faire une sélection d’articles, traduire plus ou moins fidèlement, coller à l’actu, et conserver un attrait médiatique. C’est un boulot extrêmement compliqué et qui induit forcément, selon la semaine, un « penchant » dans un sens ou dans l’autre.

        Le choix de lire un tel hebdo entraîne, il me semble, l’acceptation d’être quelque peu manipulé du simple fait que la totalité des points de vue ne peut s’exprimer une même semaine sur une même page.

        Difficile donc de lire le CI pour y retrouver ses propres idées (racismes intrinsèques et préconçus idiots). On y trouve plutôt, et sauf hasard de la sélection, des opinions contraire à notre environnement.

        Au lecteur donc de se forger son avis personnel, ce qui est autrement plus complexe que de regarder JPP à 13H.


        • kemilein 2 novembre 2010 13:02

          Question : et si on envoyait les basques fonder un état basque a coté de la palestine, oups, d’israel ?

          un peu de sérieux, on a les meme en moins violents, breton, corse, meme des basques, alors je me demande pourquoi ils sont pas content ces gens la ? ils veulent quoi ?

          parler une langue dont ils sont les seuls a la comprendre ?
          y’a rien chez eux sans les subvention des états la majeur partie de leur nouvelle patrie serait vide et pauvre (sauf avec le concour de l’EU et c’est sa volonté que de nous briser nos états)

          au contraire, a la vue de l’Europe asservissante, ca serait plutot le moment d’une union nationale et nationaliste des peuples (pas de leur vendus élites)


          • clemysouris 2 novembre 2010 14:22

            A l’auteur,

            Je suis abonné à Courrier International et je pense que ce journal n’est pas vraiement international.

            En effet, je suis en train de faire une enquete pour voir d’où viennent les articles qui sont publiés sur chaque pays.

            On constates que pour presque tous les pays l’article provient de ce même pays.

            Cependant, pour les pays de « l’axe du mal » (Iran, Corée du Nord, Vénézuela, Chine) l’origine de l’article est totalement différente puisqu’il s’agit d’article provenant d’autre pays.

            Le cas de l’Iran est un exemple assez surprenant puisque presque aucun article ne vient d’Iran : soit il sont publié dans des journaux à consonnance musulmane au royaume unis ou au Etats-Unis, soit ils viennent d’Israel. Le point de vue de l’Iran n’est donc jamais donnée mais seul les points de vue qui viennent à confirmer que l’Iran est une menace sont proposés.

            J’espère pouvoir présenter les résultats d’un tableau croisé « pays traité / origine de l’article » portant sur une période assez longue (1 an) pour confirmer ces observations.


            • Mathilda 2 novembre 2010 21:51

              à clemisouris

              Si CI traduisait déjà tous les articles de Robert Fisk dans The Independent, vous auriez une vision bien plus locale et réaliste du Moyen Orient et de l’Iran !


            • Mathilda 2 novembre 2010 22:43

              Voici un extrait des conférences mondiales de Robert Fisk qui illustre l’histoire du dilemne que vous exposez :

              "The narrative of events both through Arab and Israeli eyes, and through the often-biased reporting and commentaries of journalists and historians since 1948, now forms libraries of information and disinformation through which the reader may wander with incredulity and exhaustion. As long ago as 1938 (!) when the British still governed Palestine under a League of Nations Mandate, the eminent historian George Antonius, the Edward Said of his time, was warning of the danger of too much reliance on the vast body of literature already in existence, and his words are no less relevant today. Listen to this :

               ’It has to be used with care, partly because of the high percentage of open or veiled propaganda and partly because the remoteness of the indispensable Arabic sources has militated against real fairness, even in the works of neutral and fair-minded historians. A similar equality eviscerates the stream of day-to-day information as Zionist propaganda is active, highly organised and widespread. The world press at any rate and the democracies of the West is largely amenable to it. It commands many of the available channels for the dissemination of news, and more particularly, those of the English speaking world. ’


            • Ouallonsnous ? 4 novembre 2010 18:39

              Tout à fait d’accord avec vos observations clemysouris, depuis quelques années Courrier International a perdu de son objectivité, il roule pour la politique internationale de l’Empire Anglo-USraélien !


            • PaotrGarz Paotr garz 2 novembre 2010 14:53

              @ Jullien
              @ David Meyers
              Je crois que vous n’avez pas saisi le sens de mon texte. Je n’attends pas de Courrier des textes allant uniquement dans le sens de mes convictions, bien au contraire, j’apprécie la variété de points de vue offerte. Cependant, si cette diversité des avis et des regards concerne bien, et c’est tant mieux, certaines thématiques (le Vénézuela dans mon exemple), d’autres thématiques (comme le conflit basque) restent elles traitées d’une manière on ne peut plus partiale. L’article que j’incrimine est le énième texte, depuis 10 ans que je suis abonné, à appréhender le conflit du seul point de vue du pouvoir espagnol. C’est problématique, à moins de considérer qu’il ne peut y avoir sur certains sujets qu’une seule opinion acceptable ?

               Il est là mon reproche principal envers Courrier : il n’est pas seulement souhaitable de décentrer son point de vue sur certains sujets, il faut le faire sur tous.


              • Traroth Traroth 2 novembre 2010 15:00

                En attendant, ETA décrétant une trêve unilatérale dans l’espoir de stopper l’action de la police, en attendant de se réarmer et de reconstituer ses forces, ça serait loin d’être la première fois qu’on voit ça ! ETA est même plutôt coutumier du fait...


                • diego149 diego149 2 novembre 2010 16:23

                  @ l’auteur
                  Que savez vous de la réalité du Venezuela à part ce que vous lisez dans la presse ? Avez vous déja été au Venezuela ? Vous semblez bien sûr de vous quand vous parlez de la réussite économique de Chavez. Je vous invite à venir sur place. A moins que vous ne veniez avec le regard des communistes français qui revenant de Moscou,trouvaient le bilan de Staline globalement positif.


                  • docdory docdory 2 novembre 2010 16:56

                    @ Paotr Garz

                    1°) La seule résolution du prétendu « problème basque » est l’autodissolution du mouvement fasciste ETA et le renoncement à l’indépendance du Pays Basque, qui est déjà très largement autonome dans les faits.
                    Imaginons d’ailleurs que le Pays Basque espagnol obtienne son indépendance (NB : les basques français ne sont pas assez fous pour la réclamer ) , qu’arriverait-il ?
                    - Ni la France ni l’Espagne n’accepteraient que ce pays basque indépendant fasse partie de l’UE ou de l’espace Schengen ( d’où le rétablissement de contrôles douaniers aux frontières ) , et encore moins de l’ONU ( institution dans laquelle la France dispose d’un droit de veto )
                    - il serait impossible aux basques d’exporter quoi que ce soit à l’étranger, fautes d’interlocuteurs ou d’interprètes parlant le basque, langue dont la complexité grammaticale est telle qu’elle est pratiquement impossible à parler pour quelqu’un dont ce n’est pas la langue maternelle.
                    2°) Quant à Courrier international, je ne l’achète plus , mais pas pour les mêmes raisons que vous. Ce qui m’horripile le plus dans ce journal, c’est son indécrottable islamophilie et son politiquement correct au sujet de l’islam.


                    • PaotrGarz Paotr garz 2 novembre 2010 18:38

                      @ Docdory
                      Ne t’inquiètes pas pour les exportations basques : là-bas ils sont passés depuis quelque temps au trilinguisme basque-espagnol-anglais dans les écoles.

                      Pour le reste, je t’invite vivement à dépasser cette lecture trop simpliste d’une démocratie espagnole menant un vaillant combat contre le terrorisme et le fascisme :

                      Le texte de Michel Collon qui décortique la logique répressive espagnole au Pays Basque :
                      http://michelcollon.info/Avec-cette-logique-nous-sommes.html

                      Sur la fabrication commode par le pouvoir de l’ « ennemi intérieur », basque en l’occurrence :
                      http://www.paysbasqueinfo.com/fr/component/zine/article/629-retours-la-guerre-sale-.html

                      Un court texte d’un philosophe espagnol qui mérite le détour :
                      http://www.legrandsoir.info/Declaration-de-principes-d-un.html

                      etc. etc.

                      Juste de quoi sortir des sentiers battus et du politiquement correct que nous impose le pouvoir !


                      • romaeterna romaeterna 2 novembre 2010 21:28

                        Tudieu !
                        permettez moi de vous poser quelques questions bêtes :

                        - sans l’ETA y aurait-il une répression espagnole au Pays Basque ?

                        - une fabrication commode par le pouvoir de l’ « ennemi intérieur », basque ?
                        - ......
                        Qui est le 1er ? L’oeuf ou la poule ?

                        Enfin, comme en Corse, qu’un groupe de personnes pense pour la majorité : nous sommes habitué. mais qu’un groupe tue sous le prétexte qu’ils ont la vérité, cela s’appelle du terrorisme que vous le vouliez ou non.

                        Il n’y a qu’une solution pour votre « cause » comme pour les corses ; qu’on vous laisse vous débrouiller tout seul avec vos mafias !


                      • Krokodilo Krokodilo 2 novembre 2010 19:53

                        Le journalisme, c’est d’abord des faits, suivis ou pas d’analyse et de mise en perspective.
                        Où sont les faits, combien de trêves décrétées par l’ETA dans le passé, de quelle durée ? Pourquoi n’arrêtent-ils pas tout simplement les assassinats, pour lutter pacifiquement et démocratiquement dans un territoire actuellement quasiment autonome ?


                        • PaotrGarz Paotr garz 2 novembre 2010 20:57

                          @ Krokodilo
                          En effet. Il y a les faits. Ceux que le pouvoir et les médias dominants ressassent ad nauseam : ETA, cinquante ans d’existence, plus de 800 victimes, une dizaine de trêves avortées. Et les autres. Ceux que les médias taisent, et qu’il faut aller chercher soi-même, sans quoi aucun début de compréhension n’est possible : rafles préventives de jeunes et de militants politiques, torture généralisée par la Guardia Civil, acharnement judiciaire, illégalisations de partis, d’associations, de médias, près de 800 prisonniers politiques incarcérés en Espagne et France, violences policières multiples, etc. 


                          • Mathilda 2 novembre 2010 22:18

                            Abonnée également, je ne suis pas surprise de vos propos - quoi qu’ignare sur la question espagnole - car j’éprouve le même sentiment du point de vue anglisciste.
                            Les seuls articles américains qui y sont invariablement traduits : ceux issus du NYT ou du Washington Post, deux journaux ultra-libéraux dont les contenus plus que prévisibles (sur les grèves en France, le Moyen Orient...) sont toujours mis en évidence. Sans parler du britannique The Economist ultra-ultra-ultra-libéral ! (Ce qui ne l’empêche pas d’être souvent un très bon journal dans son mode d’analyse). Mais parallèlement, des journaux britanniques de gauche tels que Spike et New Statesman dont CI traduisait de très bons articles jadis, ont totalement disparu de l’hebdomadaire. 
                            Je l’avais déjà mentionné sur Avox, ce sont UNIQUEMENT les articles les plus convenus et délués du journal d’origine qui sont traduits.
                            Les articles les plus pointus et caustiques (pour tous les bords) de The Economist par ex, sont ignorés (allez lire l’article récent décapant sur DSK « Maybe he Strauss-Kahn’t »...’What looks obvious to outsiders in not clear to France’s Socialists’ , un régal). Les quelques articles du NYT explicitement dérangeants sur la politique étrangère d’Obama n’ont jamais été traduits.
                            Obamania française oblige. La France censure 10 fois plus sur Obama que les Etats-Unis. C’est dire...Ainsi, les Français n’ont rien entendu l’hiver dernier des polémiques et réflexions morales outre-atlantique, sur les drones US lancés depuis longtemps sur des milliers de civils aghans (enfants, femmes, citadins, tout y passe). Ils n’en savent d’ailleurs toujours rien. Donc ça n’existe pas.

                            Quant à The Independent, CI doit vraiment chercher pour arriver à n’en sortir que les articles les plus mous, dans un journal quotidiennement aussi virulent et implacable. C’est tout de même LE journal qui peut se permettre d’inscrire en haut de sa première page : « Free from proprietorial influence ». Par les temps qui courent, c’est précieux...

                            Je me contente de trier CI - quelques articles sur le monde entier sont intéressants, car je ne suis pas polyglotte- , et d’observer le shéma bien pensant de propagande qu’ils colportent. Comme vous, ça me met en colère.
                            Aucun journal aussi bon soit-il ne mérite de toutes façons une stupide adhésion inconditionnelle.


                            • lagabe 3 novembre 2010 08:45

                              vous savez j’ai lu quelque part que les seuls vestiges du franquisme n c’est l’ETA


                              • PaotrGarz Paotr garz 3 novembre 2010 17:54

                                Tout est question de point de vue. Quand on « subit » un contrôle routier de la Guardia Civil, comme ça a été mon cas, on reste un peu interloqué par le comportement des forces de l’ordre de ce « pays démocratique ». Et mon expérience est loin d’être isolée. Les nombreuses « anomalies anti-démocratiques » dans le système judiciaire et policier, soulevées régulièrement par des organismes internationaux comme Amnesty International, montrent que l’héritage franquiste reste bien plus étendu que ce que cet Etat veut montrer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

PaotrGarz

PaotrGarz
Voir ses articles







Palmarès